Skip to main content

Full text of "Verite historique ou verite politique? Le dossier de l'affaire Faurisson -- La question des chambres a gaz"

See other formats


Serge Thion 



VERITE HISTORIQUE 

ou 
VÉRITÉ POLITIQUE ? 



Le dossier de l'affaire Faurisson 
La question des chambres à gaz 



AAARGH Éditions, Internet, 2006 



Souvent, il semble que l' esprit s'oublie, se perde, mais à 
l'intérieur, il est toujours en opposition avec lui-même. 
Il est progrès intérieur - comme Hamlet dit de l'esprit de 
son père : « Bien travaillé, vieille taupe ! » 

HEGEL 

Nous reconnaissons notre vieil ami, notre vieille taupe qui 
sait si bien travailler sous terre pour apparaître brusque- 
ment : la Révolution. 

MARX 

Ce qu'il y a de terrible quand on cherche la vérité, 
c'est qu'on la trouve. 



Ouvrage édité à l'enseigne de La Vieille Taupe, avec la parti- 
cipation et sous la responsabilité de Jacob Assous, Denis Authier, 
Jean-Gabriel Cohn-Bendit, Maurice Di Scuillo, Jean-Luc Redlinski, 
Gàbor Tamàs Rittersporn et Serge Thion. 



© La Vieille Taupe 

Tous droits d'édition, de reproduction et traduction réservés 

pour tous pays. 

(Samizdat autorisé dans les pays totalitaires). 

I. S. B. N. : 2-903279-02-0 

Correspondance uniquement : 
La Vieille Taupe, B. P. 9805, 75224 Paris Cedex 05 

Diffusion : Labyrinthe, 22, rue Rambuteau, 75003 Paris 



Serge Thion 



VERITE HISTORIQUE 

ou 
VÉRITÉ POLITIQUE ? 



Le dossier de l'affaire Faurisson 
La question des chambres à gaz 



LA VIEILLE TAUPE 



Du même auteur : 

Le Pouvoir pâle, ou le Racisme sud-africain, Le Seuil, 
1969. 

En collaboration avec J.-C. Pomonti : 

Des courtisans aux partisans, essai sur la crise cambod- 
gienne, Gallimard, 1971. 



Ouvrage édité avec la participation et sous la respon- 
sabilité de : 

Jacob Assous ; 

Denis Authier ; 

Jean-Gabriel Cohn-Bendit ; 

Maurice Di Scuillo ; 

Jean-Luc Redlinski ; 

Gàbor Tamàs Rittersporn ; 

Serge Thion. 



TABLE DES MATIERES 



Page 

Première partie : Le comment du pourquoi 11 

I. - L'aspect historique 25 

II. - L'air du temps, le temps se couvre 37 

Deuxième partie : Le dossier de l'affaire Faurisson 47 



Chapitre premier 
Chapitre II 
Chapitre III 
Chapitre IV 



Chapitre V 
Chapitre VI 



A-t-on lu Faurisson ? 49 

Ce qu'est l'affaire Faurisson 57 

L'éclatement de l'affaire 93 

De la misère en milieu enseignant 1 16 

I. - La droite, la gauche 122 

II. - Plus loin, à gauche 125 

III. - La L. I. C. A., c'est quoi ? 151 

Le révisionnisme à l'étranger 156 

De la nécessité de l'affaire Faurisson 164 



Documents 



Document I : Interview de Robert Faurisson parue 

dans la revue Storia illustrata 171 

Document II : Le Journal d'Anne Frank est-il 

authentique ? par Robert Faurisson 213 

Annexes 286 

Document III : Chambre à gaz du pénitencier de 

Baltimore 301 

Document IV : Iconographie 310 

Document V : Vérité historique, vérité humaine 323 

Un texte capital 331 

Conclusion provisoire des éditeurs 336 

Orientation bibliographique 339 

Index (des noms) 348 



PREMIERE PARTIE 
LE COMMENT DU POURQUOI 



« En matière de vérité, il n'y a 

pas de sources impures. » 

Pierre Vidal-Naquet, 

Bulletin d'information sur le Cambodge, 

juin 1978, n° 3, page 12. 



Voici un individu qui affirme que les chambres à gaz des 
camps de concentration allemands n'ont jamais existé, qu'elles 
sont essentiellement un mythe, né des horreurs de la guerre. 
Scandale. On se dit que cet homme est soit un fou, soit un nos- 
talgique du nazisme. Que les fous délirent ou que des nazis 
cherchent à blanchir l'Allemagne hitlérienne, rien que de très 
normal. Le contraire, même, serait surprenant. D'un côté, il y a 
de plus en plus de fous à cause, dit-on, de la vie moderne. De 
l'autre côté, nazis, nazillons et autres crânes vides d'extrême 
droite n'ont jamais cessé de rêver au Reich millénaire. Si j'en 
crois mes souvenirs, leur influence a sérieusement décru depuis 
la fin de la guerre d'Algérie, et le démantèlement de l'O.A.S. 
Quelle que soit donc la façon de classer cet individu et ses affir- 
mations provocatrices, son cas semble clair et dépourvu du 
moindre intérêt. 

Mais, chose étrange, le fait divers s'enfle, prend des pro- 
portions inattendues, envahit la presse malgré le désir répété 
qu'elle marque de cesser d'en parler. Des ministres commen- 
tent, des parlementaires interpellent le gouvernement, l'un 
d'eux, un giscardien, en profite pour demander l'introduction 
en France du Berufsverbot, l'interdiction professionnelle des 
« extrémistes ». Depuis octobre 1978, la presse ne parvient plus 
à se censurer elle-même parce qu'il y a des troubles à l'univer- 
sité de Lyon 2, parce que, couvert d'injures, l'intéressé se débat 
et bombarde les journaux de droits de réponse, que des procès 
de presse s'instruisent, qu'on en parle à l'étranger, et qu'enfin 
les mouvements antiracistes, avec en tête la L.I.C.A., décident 
d'écraser le malotru en lui faisant un procès sous l'inculpation, 



13 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

assez originale en droit français, d'avoir « volontairement 
faussé la présentation de l'Histoire (1) ». Notons ce H majus- 
cule, et attendons de voir comment la justice se débrouillera 
avec cette hypostase. 

La rumeur court la ville, quand elle n'est pas imprimée 
noir sur blanc, que les idées de ce M. Faurisson sont irrece- 
vables parce qu'elles sont le fait d'un nazi, ou d'un pro-nazi, et 
d'un antisémite. Qu'il récuse l'un et l'autre qualificatifs, qu'il 
gagne là-dessus un procès en diffamation contre le Matin de 
Paris, ne changera rien aux convictions de ses détracteurs fon- 
dées non tellement sur ce qu'il dit que sur les intentions plus ou 
moins louches qu'on lui prête. Il faut dire tout net que ces pro- 
cès d'intention n'honorent pas les censeurs, mais surtout que là 
n'est pas la question. On peut certainement dire que M. Fauris- 
son est un homme de droite et, pour être plus précis, une 
manière d'anarchiste de droite. Néanmoins, il faut aussi le rap- 
peler, ses élèves et beaucoup de ses collègues le tenaient, jus- 
qu'au déclenchement de l'affaire, plutôt pour un homme de 
gauche. C'est, dans tous les cas, un homme seul. Quant à ses 
sentiments politiques, pour autant que je les connaisse, je ne 
leur trouve rien d'attrayant, sinon un refus des tabous intellec- 
tuels et une certaine propension, que je partage, à se ranger du 
côté des vaincus, de ceux qui se trouvent, ou se retrouvent du 
mauvais côté du manche. Ce n'est pas tout à fait suffisant, à 
mes yeux, pour fonder une morale politique, mais c'est un 
assez bon vaccin contre les illusions du pouvoir. 

Ce qu'il faut récuser avec la dernière énergie, c'est l'idée 
qu'un argument quelconque proféré par un ennemi politique 
soit automatiquement considéré comme faux, nul et non 
avenu. Je connais des gens de droite capables, à l'occasion, de 
dire des choses fort sensées et des gens de gauche susceptibles 
d'énoncer des énormités à vous glacer le sang. Ni l'un ni l'autre 
de ces deux faits, connus de chacun, ne m'a jamais amené, ni 
personne d'autre, à changer d'opinion politique. Mais il a 
pu m'apprendre quelque chose, ou me faire changer d'opinion 
sur un point bien précis ; à moi de l'intégrer dans mon inter- 
prétation. 

Il ne faut donc pas se contenter de réclamer la liberté 
d'expression de nos ennemis, fussent-ils ennemis de la liberté, 



(1) Texte de l'assignation de la L.I.C.A. 



14 



LE COMMENT DU POURQUOI 

comme aussi essentielle que la nôtre, dont elle est indivisible, 
mais encore insister sur le droit de les comprendre, d'inter- 
préter leurs dires sans se faire traiter idiotement de complice. 
Certains de mes amis et moi-même, à un certain moment, 
avons réalisé qu'il se passait dans le F.L.N. algérien des luttes 
qui s'accompagnaient d'épurations sanglantes, avec assassinats, 
mesures arbitraires, tortures, etc. C'est surtout la presse 
d'extrême droite qui le racontait en détails mais nous pouvions 
de notre côté en recueillir quelques échos assourdis. Cela, pour 
déplorable que nous pouvions le trouver, ne nous empêchait 
pas de poursuivre une action solidaire des combattants algé- 
riens puisque nous voulions que l'Algérie revienne aux Algé- 
riens. Pendant ce temps-là, Jeanson et d'autres parlaient de la 
révolution socialiste en marche en Algérie. Valait-il mieux se 
bercer de cette illusion ridicule ou, en reconnaissant ce qu'il y 
avait de bien-fondé dans la presse fasciste, continuer lucide- 
ment un combat, en sachant qu'il avait des limites ? 



Inversement, fallait-il, quelques années plus tard, accepter 
les élucubrations des maoïstes qui rêvaient leur Prochine, parce 
qu'ils offraient des garanties de gauche ? Et, rétrospectivement, 
ne veut-on pas voir que seuls, les services de renseignements 
américains ont dit, dès avant la fin de la guerre au Cambodge 
en 1975, que les Khmers rouges déportaient les populations, 
régnaient en certains endroits avec la plus extrême brutalité, et 
avaient des accrochages militaires avec le Viêtcong ? Reconnaî- 
tre que la CI. A. avait raison sur ces faits matériels, que nous 
avons eu tort à ce moment-là de n'y voir que de la propagande, 
est-ce que cela nous entraînerait à justifier l'intervention améri- 
caine et son cortège de massacres, responsables du déclenche- 
ment de ces atrocités en chaîne ? On pourrait multiplier les 
exemples par mille. 



Rien non plus n'oblige, parce qu'on comprend qu'on s'est 
trompé à aller pleurer des larmes d'innocence bafouée dans les 
colonnes de la presse adverse et de vendre à bon prix le récit 
pitoyable de ses naïvetés successives. Il y a toujours des gangs- 
ters qui se font flics, des staliniens qui deviennent chiraquiens 
et des maoïstes pour aller aux petits soupers de Giscard. Il y a 
même de faux renégats comme ceux qui revendiquent une ima- 
ginaire sympathie pour les Khmers rouges afin de battre plus 
bruyamment leur prétendue coulpe. Tous ceux-là, quand ils se 
détrompent, ils se trompent autrement. 



15 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Faurisson, donc, à mon avis, est un homme de droite. Ce 
qu'il pense de la signification politique de ses affirmations ne 
nous intéresse pas particulièrement. Ses intentions, nous 
n'avons nul motif de les discuter. Mais il émet des affirmations 
à propos de faits et de réalités d'un passé proche. Certes, qu'un 
individu plus ou moins qualifié écrive n'importe quoi sur 
n'importe quel sujet est une constatation d'une accablante 
banalité. Il vous suffit de connaître un peu une question pour 
l'avoir étudiée de près, ou une situation pour l'avoir vécue, 
pour vous rendre compte que les colonnes de journaux et les 
rayons des librairies sont encombrés d'élucubrations que rien 
ne distingue apparemment d'ouvrages sérieux qui méritent 
notre estime. L'effroyable tragédie de la déportation s'est révé- 
lée un sujet propice à toutes sortes d'affabulations que seuls 
d'anciens déportés peuvent identifier du premier coup d'œil. 
Pour nous c'est plus difficile. 

Affirmer que les chambres à gaz n'existaient pas fait donc 
immédiatement penser à ce « n'importe quoi », à l'universel et 
fadasse ketchup qui assaisonne à notre époque tous les mets de 
l'esprit. L'apparition de ce personnage scandaleux s'est d'ail- 
leurs faite dans le sillage d'une autre affaire, nettement bouf- 
fonne : l'interview de Darquier de Pellepoix, vieux débris 
vichyste, antisémite authentique, avec qui il était facile d'amal- 
gamer notre encombrant tabellion. Les journaux, dans un bel 
ensemble, ne s'en privèrent pas. 

Devant de si chétifs adversaires, confondus au mépris de la 
réalité, on a alors vu se lever une touchante unanimité natio- 
nale. Ministres, parlementaires, éditorialistes de tous bords, 
soupçonnèrent les nouvelles générations d'ignorer le passé, et 
peut-être même de s'en foutre. La diffusion du drame romancé 
américain Holocauste fut décidée en hâte. Dans le Monde, on 
vit donner la grosse artillerie, avec une déclaration solennelle 
signée par trente -quatre des plus connus de nos historiens (2). 
Après avoir rappelé les données de la politique hitlérienne 
d'extermination, telles qu'elles nous sont habituellement 
connues, la déclaration se termine par le paragraphe suivant : 



(2) La politique hitlérienne d'extermination : une déclaration d'historiens, le Monde, 21 
février 1979. 



16 



LE COMMENT DU POURQUOI 

« Un dernier mot pour finir. Chacun est libre d'interpréter 
un phénomène comme le génocide hitlérien selon la philoso- 
phie qui est la sienne. Chacun est libre de le confronter ou de 
ne pas le confronter avec d'autres entreprises de meurtre, anté- 
rieures, contemporaines, postérieures ; chacun est libre, à la 
limite, d'imaginer ou de rêver que ces faits monstrueux n'ont 
pas eu lieu. Ils ont malheureusement eu lieu et personne ne 
peut en nier l'existence sans outrager la vérité. Il ne faut pas se 
demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a 
été possible. Il a été possible techniquement puisqu'il a eu lieu. 
Tel est le point de départ obligé de toute enquête historique sur 
ce sujet. Cette vérité, il nous appartenait de la rappeler simple- 
ment : il n'y a pas, il ne peut y avoir de débat sur l'existence des 
chambres à gaz. » 

C'est là que j'ai décroché. Hic jacet lepus : des historiens de 
métier disent qu'il ne faut pas se demander comment un événe- 
ment a pu se passer, pour le motif que, convaincu de son exis- 
tence, l'historien n'est pas désireux de la remettre en question. 
Voici une intolérable borne qu'aucun d'entre eux n'accepterait 
de voir mise à ses propres recherches, dans le domaine histo- 
rique qui lui est propre. En y pensant davantage, le vertige me 
gagne : de quel événement historique, de quelque nature qu'il 
soit (économique d'abord, mais aussi militaire, culturel, social, 
psychologique, etc.), pourrais-je fournir une raison sans m'être 
interrogé, à un moment ou à un autre, sur son mode d'existence 
technique, sur le comment de son pourquoi ? Je comprends 
bien pourquoi d'aussi éminents historiens ont signé ce texte. (Je 
ne me demande pas pourquoi d'autres historiens, tout aussi 
éminents, ne l'ont pas signé, ni pourquoi la plupart des véri- 
tables spécialistes du problème s'en sont également abstenus.) 
Ils l'ont fait par solidarité intellectuelle et politique, plus que 
par compétence réelle puisque dans l'ensemble ils travaillent 
dans des domaines très différents. Ils ont signé en confiance. Ce 
qui me paraît le plus frappant, c'est justement que pour faire 
cet acte politique - interdire tout débat sur l'existence des 
chambres à gaz - des historiens cautionnent un texte qui limite 
expressément le domaine de la recherche à ce qui est l'acquis 
de la génération précédente. Pour moi, qui fais quelque peu 
profession de cette recherche, le diktat est inadmissible. 

On m'objecte que l'intention de ce texte n'est pas du tout 
d'interdire quoi que ce soit, que sa formulation est sans doute 
un peu maladroite, et même ambiguë, et que je choisis de le 



17 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

comprendre de la façon la moins indulgente. Il voudrait tout 
simplement dire que des faits - la politique d'extermination, 
l'utilisation massive des chambres à gaz - sont connus, que de 
multiples preuves parfaitement convaincantes sont à la dispo- 
sition du public et qu'il est absurde de vouloir nier des évi- 
dences. Et l'on rappelle les écrits qui mettent en cause l'exis- 
tence physique de Jésus de Nazareth, Jeanne d'Arc, Napoléon, 
etc. Je trouve l'analogie plaisante, sans plus. On me dit en 
somme qu'il ne faut pas se mettre martel en tête et qu'interve- 
nant au milieu d'un débat sur l'existence des chambres à gaz, 
« il ne peut y avoir de débat » là-dessus. La contradiction n'est 
pas mince. Si j'écris que le général de Gaulle n'a jamais existé, 
je doute que le Monde consacre plusieurs pages à me réfuter. Si 
l'on me dit par conséquent qu'il y a des limites à un débat his- 
torique, j'en tomberai d'accord. Il y a certainement des affirma- 
tions qui ne valent pas la peine d'être discutées. Il arrive encore 
souvent à l'Académie des sciences des mémoires qui entendent 
résoudre la quadrature du cercle alors qu'elle a décidé, à juste 
raison, de ne plus les examiner. 

Encore faut-il que les données de base soient claires pour 
tout le monde, étudiées de façon à peu près exhaustives et que 
la discussion sur l'établissement des faits ait été menée à son 
terme. Ensuite se déploie le jeu des interprétations. Qu'est-ce 
qu'une discussion ici ? L'examen des arguments ; leur évalua- 
tion, leur rejet ou leur acceptation au nom de raisons explicites, 
par exemple l'analyse des compatibilités avec le contexte. 

Le débat qui a eu lieu dans le Monde n'est pas une discus- 
sion dans ce sens-là (sauf, très partiellement, deux articles de 
G. Wellers). La déclaration des historiens affiche ses couleurs : 
voici la version des faits, telle que nous la contresignons ; sur 
l'objet du débat, on ne discute pas puisque étant exclu de notre 
interprétation il n'a pas de réalité. La difficulté, celle de 
répondre à Faurisson (c'est ce qu'attendent certains lecteurs) est 
escamotée puisqu'on dit qu'il n'y a pas lieu de lui répondre 
(c'est ce qu'attendent certains autres lecteurs). Il n'est pas éton- 
nant que la conclusion de cette déclaration soit maladroite ou 
ambiguë. Si elle ne l'était pas, elle devrait choisir entre deux 
positions également brutales : soit « tout cela est idiot parce 
que ça ne cadre pas avec notre interprétation », soit « cela nous 
gêne, nous émeut pour des raisons personnelles, cela touche à 
l'indicible, nous ne supportons pas un tel débat qui outrage ce 
que nous ressentons de plus sacré ». 



18 



LE COMMENT DU POURQUOI 

Je reviendrai sur cette première conclusion implicite et je 
la critiquerai. Quant à la seconde, on ne me fera pas l'injure de 
croire que je ne suis pas conscient de tout ce que cela peut sou- 
lever d'émotions, et je les trouve parfaitement compré- 
hensibles. Je remarque d'ailleurs que l'émotion la plus vive se 
retrouve chez ceux qui n'ont pas connu la déportation. Les 
déportés, ceux que je connais, ont conscience de n'avoir connu 
que des aspects parcellaires de la déportation et ils ne se retrou- 
vent pas toujours dans les écrits qui en traitent. Je voudrais 
revenir sur cette deuxième conclusion implicite de la déclara- 
tion puisqu'elle met les auteurs dans la difficile situation 
d'avoir à expliquer longuement qu'ils ne veulent pas en parler, 
au moins d'une manière qui s'écarte de l'orthodoxie. Ils 
auraient pu préférer le silence, traiter cette affaire par le mépris 
et je suis persuadé que cette attitude existe. Je la comprends et 
je peux même l'approuver. Je ne vois pas au nom de quoi on 
devrait toujours se soumettre à toutes les remises en cause 
apportées par l'air du temps. On peut se carrer dans ses certi- 
tudes et refuser poliment un débat que l'on pense inutile ou 
douloureux. Mais si l'on décide d'intervenir, si l'anxiété de 
convaincre vous taraude, alors il faut être prêt à s'expliquer sur 
tout, à déballer la charpie, à supporter les coups d'épingle de la 
critique. 

Pour résumer son sentiment sur le sens de cette affaire, 
l'un des signataires de la déclaration me dit : « Ceux qui visent 
ce que les Juifs ont de plus sacré sont des antisémites », allusion 
à ce que l'on nomme maintenant d'un terme emprunté au 
rituel, l'holocauste (3). Il est facile ici d'être très clair : cette 
affirmation est totalement irrecevable. Que chacun place le 
sacré où il le voit, soit. Qu'il impose à autrui de le respecter 
comme article de foi, non. Pour un matérialiste, le sacré n'est 
qu'une catégorie mentale parmi d'autres, dont il peut même 
suivre l'évolution historique. On ne peut pas faire semblant de 
faire révérence à tous les sacrés protéiformes engendrés par la 
totalité des croyances humaines. Il ne serait pas sage non plus 
de trier. Il me suffit que l'on respecte les individus en chair et 
en os, et leur liberté matérielle et morale. Il n'est peut-être pas 
inutile, au moment où la dernière mode est le retour au reli- 
gieux, où l'on mélange allègrement les ayatollah et les braderies 
«judéo-chrétiennes » du premier éphèbe venu, de réaffirmer 



(3) Ce terme signifie proprement « sacrifice par le feu offert par les Juifs ». Le retourne- 
ment ultérieur du sens reste dans une perspective théologique. 



19 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

qu'aucune croyance n'est en soi respectable. Chacun se 
débrouille avec les siennes et celles des autres. Ni dieu ni maî- 
tre. C'est le moins que l'on puisse réclamer dans une société 
laïque. Libre aux idolâtres de ne point écouter les contemp- 
teurs des idoles. On m'opposera peut-être qu'entre l'absence de 
respect pour le sacré d'autrui et le passage à l'acte pour inter- 
dire une croyance, il n'y a qu'un pas, vite franchi. En réalité, on 
n'abat les idoles que pour les remplacer par des fétiches et on a 
vu que les révolutions s'entendaient assez bien à remplir à leur 
profit les formes d'un sacré qu'elles avaient auparavant cherché 
à vider de leur contenu. L'homme est croyant, dit-on partout, 
et je le suis peut-être aussi puisque je crois qu'il ne devrait pas 
l'être. 

Il y a, pour ne pas maintenir l'aura du sacré, autour du 
phénomène nazi une autre raison, plus contingente, mais défi- 
nitive : le temps qui passe. Pour ceux qui arrivent maintenant à 
l'âge d'homme, la guerre d'Algérie est à peu près aussi lointaine 
que celle de 14 ; on voit d'ailleurs ses jeunes anciens combat- 
tants frétiller du désir d'émuler leurs anciens, le 11 novembre, 
devant nos tristes monuments aux morts. La deuxième est aussi 
reléguée dans ces temps antédiluviens. Les sensibilités ne sont 
plus les mêmes et la réitération des discours d'après-guerre 
tombe à plat. La mode rétro, c'est d'abord la mode transfo. 
L'effet de la diffusion du téléfilm Holocauste semble avoir été 
ambigu (4), on en voit des signes multiples. 

Je relève ainsi dans les journaux un article qui rend 
compte d'un ouvrage allemand récent sur Hitler : « Les jeunes 
Allemands nés après la guerre ont à l'égard de la politique 
nazie des sentiments mêlés. L'incompréhension bouleversée 
devant l'étendue des horreurs commises par les nazis et remises 
à l'ordre du jour par la retransmission de la série Holocauste à 
la télévision se combine avec une impatience et un agacement 
de moins en moins dissimulés devant la culpabilité silencieuse 
et refoulée de leurs aînés. Une culpabilité qu'ils ne veulent plus 
ni accepter ni assumer, et qui donne naissance à une sorte de 
curiosité distanciée, froide et sans complexe, pour une période 
historique qu'ils connaissent le plus souvent fort mal, mais 
avec laquelle ils ne peuvent pas ne pas se confronter. C'est une 
curiosité pour l'histoire. 



(4) Voir la série de Gilbert Comte dans le Monde, 29 et 30 mai 1979. 

20 



LE COMMENT DU POURQUOI 

« La condamnation ne suffit plus : sauf pour une infime 
minorité d'incorrigibles, la cause est entendue. Mais il leur faut 
s'informer et analyser pour comprendre ce qui est arrivé et sur- 
tout comment cela a pu arriver. » 

Ce type nouveau d'interrogation, chez nos jeunes voisins, 
ne conforte pas les craintes de ceux qui redoutent un mouve- 
ment subreptice vers la réhabilitation : 

« La condamnation d'ensemble d'Hitler ne pâtit pas de ce 
parti pris de détachement et de non-conformisme, bien au 
contraire : elle n'en devient que plus convaincante. Elle est le 
résultat non pas d'une thèse, mais d'une analyse et d'une éva- 
luation qui ne gomment aucun des aspects contradictoires, 
aucune des incohérences et des ruptures du moins apparentes 
et qui jalonnent la vie et surtout l'action publique d'Hitler et 
qui proposent des interprétations éclairantes sur ce qui y reste 
encore à beaucoup d'égards énigmatique. » 

Je garde en réserve « ce qui reste d' énigmatique » et je rap- 
pelle le titre de l'article : « Prendre Hitler au sérieux (5) ». Cet 
ouvrage, qui semble prendre l'histoire au sérieux, n'est certes 
pas issu de l'école révisionniste, où se range Faurisson. Mais il 
semble s'y apparenter par ce souci de distance qui marque la 
naissance de cette période à l'histoire. C'est précisément ce que 
l'on veut dire par l'histoire jugera. C'est parce qu'ils sentent 
confusément ce changement de statut d'un passé qui, finale- 
ment, est le leur que tant d'intellectuels et de politiciens 
s'insurgent contre une évolution qui les engloutit. La tempora- 
lité de l'action, la leur, celle de leurs proches, survivants et dis- 
parus, réverbère encore dans les consciences, longtemps après 
que la poussière est retombée sur leurs traces, imperceptible 
aux autres qui sont happés par l'avenir. Je le sais aussi, ce n'est 
pas sans vertige que je mesure le flot écoulé entre les temps 
forts de mes participations à ce qui faisait des événements. Et le 
souvenir, qui déforme, et retranche. 

Cette digression ne s'achèvera pas sans répondre à une 
sorte d'objection seconde, qui est la spécificité du destin juif, et 
surtout tel qu'il s'est incurvé pendant la période nazie. Ce qui 
vaudrait peut-être pour le sacré des autres, relativement, ne 



(5) Le Monde dimanche, 7 octobre 1979. Compte rendu par Erhard Friedberg de 
l'ouvrage de Sébastian Haffner, Anmerkungen zu Hitler, Munich, Kindler, 1978. 



21 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

vaudrait pas pour lui, parce qu'il est un phénomène unique, 
que le reste de l'humanité doit des comptes au peuple juif. Il 
faut donc là aussi dire qu'il n'y a de destin des hommes ou des 
groupes d'hommes que singulier et que la spécificité des uns est 
à peu près hermétique à la spécificité des autres. Pour moi, qui 
ne me connais pas d'autre patrie que l'archipel des amitiés et 
des rencontres, qui me suis fait de toutes un peu, et sur plu- 
sieurs continents, un homme vaut un homme. Ce qu'ils ont en 
commun, ce qui est comparable de l'un à l'autre, est bien 
mince et vaut peu. Ce sont les singularités, autrement riches, 
emmêlées, juxtaposées, à peine transmissibles qui sont la trame 
réelle de nos errances. Je ne conçois pas, pour parler d'expé- 
rience, que l'on puisse croire qu'il y a plus de gloire ou de mal- 
heur à être juif, ou zoulou, ou mélanésien, ou mnong, avec les 
extrêmes diversités que représentent ces appartenances, plus ou 
moins choisies et assumées. Je n'aime pas ces généralités qu'on 
vous balance comme des obus de 75. Nous devenons tous trop 
interlopes et disparates pour supporter encore longtemps ces 
vieilles chimères : vous êtes ceci, je suis cela... 

Ce n'est qu'au prix d'un recours théologique, avoué ou 
non, que l'on peut ainsi singulariser un groupe et lui assigner 
un rôle distinctif. On voit bien comment une idéologie fondée 
sur la notion d'élection prédispose à l'affirmation d'une spécifi- 
cité irréductible. Mais n'importe quel groupe humain est fondé 
à se jouer sa propre théophanie, au nom d'une intériorité qui 
ne s'accorde à aucune autre. On peut en choisir une, ou n'en 
choisir aucune. 

Personne ne niera qu'il existe une sorte d'hésitation, ou 
même de censure, à l'égard de tout discours tenu sur les Juifs, 
ou sur des Juifs, ou le sionisme, ou Israël, si la parole émise n'a 
pas été d'abord, d'une façon ou d'une autre, autorisée. Pour 
l'écouter, il faut savoir, comme on dit, d'où on parle. Faute 
d'une sanction appropriée, d'une marque de légitimation, tout 
discours sur ce sujet est voué aux gémonies, livré au soupçon. Il 
arrive ainsi qu'on entende des propos qui, tenus par un Juif, 
critiquant par exemple le sionisme ou telle attitudes des institu- 
tions juives, seront considérées comme intolérables dans la 
bouche d'un gentil, l'accord se faisant là-dessus entre Juifs et 
non-Juifs. Le terme même de «juif» a longtemps été évité dans 
le vocabulaire de la gauche. Pour s'autoriser, un discours qui 
traite d'un aspect quelconque de la judéité se doit de conjurer 
une culpabilité, c'est-à-dire de transférer celle des coupables 



22 



LE COMMENT DU POURQUOI 

(les nazis, leurs partisans et les antisémites) sur ceux qui ne le 
sont pas mais qui doivent l'assumer puisqu'ils font partie d'une 
collectivité qui a engendré lesdits coupables. Le grand réfèrent, 
d'usage universel, c'est Auschwitz. C'est le mot de passe, le 
symbole qui dédouane. Ouvrez un journal, n'importe quel jour, 
vous trouverez le nom d' Auschwitz mentionné, en rapport 
avec n'importe quoi. Il dit tout. 

Et, bien sûr, il ne dit rien. Qu'arrivera-t-il, si par un refus 
qui m'est habituel de ce qui m'apparaît comme une simple 
convention, je me prends à considérer la réalité de ce que fut 
cette morne plaine, à tâcher de comprendre ce que fut l'édifi- 
cation de ce qui fut d'abord historiquement une gigantesque 
entreprise industrielle et politique ? Si derrière le symbole, je 
cherche les faits auxquels je serais tenté d'appliquer les métho- 
des d'intellection dont je ferais usage en d'autres occasions ? 
Suis-je un monstre froid, à prétendre continuer à raisonner 
devant le spectacle insoutenable de l'horreur ? 

Je sais qu'il y a des choses pour lesquelles il n'y a pas de 
mots. J'ai vu, un jour à Danang, au Viêt Nam, quelques braves 
G.I. aligner deux centaines de cadavres de villageois qui avaient 
été napalmés dans la nuit... J'étais dans la foule vietnamienne, 
à regarder cela, hébété. Les Américains rigolaient et prenaient 
des photos, pour envoyer à la maison. Comment dire ? 
Comment en parler ? Laissons s'évanouir ces visions dans les 
brumes des passions passées. Laissons à ceux qui le désirent le 
soin de recourir aux pénibles démarches de la raison, s'ils veu- 
lent savoir le comment de tous les pourquoi. D'autres ne se 
sentiront pas la force de séparer l'émotion qui les étreint de 
l'usage parfois glaçant de la raison analysante : je les 
comprends, je préfère leur repos et je n'attends pas leur répon- 
se. Car, en effet, il s'agit, pour reprendre un mot qui fait dian- 
trement moderne, de « banaliser », si banaliser veut dire appli- 
quer des règles uniformes de jugement à tel événement comme 
à tel autre. Mais l'historien choque toujours le témoin puisqu'il 
banalise l'expérience toujours unique de celui qui est passé par 
là. 

S'il s'agit vraiment de faire savoir aux jeunes générations 
ce qui s'est passé pour qu'on ne « revoie plus jamais ça », il faut 
leur présenter la vérité d'aussi près qu'on peut la serrer, débar- 
rasser l'image de la déportation de tous les mythes qui l'encom- 
brent, et répondre aussi clairement que possible à toutes les 



23 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

questions qui ne manqueront pas d'être posées. C'est certaine- 
ment cela le respect que l'on doit à ceux qui ont souffert. Toute 
indignation qui n'aurait pas pour raison exclusive la recherche 
de la vérité, avec ce que cela comporte d'occasions de douter, 
aurait sûrement une portée politique visant davantage le pré- 
sent que le passé ; il faudrait la traiter en procédé polémique 
qui utilise à mauvais droit la souffrance des autres. Pour l'ins- 
tant, je note que cet aspect politique - et, nolens volens, polé- 
mique - risque de dominer. Je demande donc, pour être un peu 
méthodique, que l'on suspende un moment le jugement poli- 
tique, afin que l'on puisse se demander s'il existe la moindre 
raison de se poser le problème des chambres à gaz en termes de 
faits historiques. 



24 



L- L'aspect historique 



Il y a une raison, à mes yeux très simple, et que personne 
ne refusera : il a existé et il existe encore des désaccords graves 
entre les témoins, entre les déportés, entre les nazis accusés 
devant les tribunaux alliés, et entre les historiens qui ont tenté 
des synthèses sur l'histoire de la déportation, au sujet de 
l'emplacement, du fonctionnement et de l'existence même de 
certaines chambres à gaz. 

On peut s'en donner une idée en lisant les trois petites 
pages (sur 667) que consacre Olga Wormser-Migot au « pro- 
blème des chambres à gaz » dans sa thèse sur le Système 
concentrationnaire nazi, 1933-1945 (6). Elle n'y discute que de 
Mauthausen et de Ravensbruck ; elle remarque que les témoi- 
gnages se contredisent, que beaucoup sont bourrés d'invraisem- 
blances, que les commandants des camps « semblent avoir ren- 
chéri dans l'horreur » (p. 540) au cours de leurs procès, où leurs 
«confessions» (les guillemets sont d'O.W-M.) lui paraissent 
« très singulières » (pp. 543-544). Parlant des témoignages qui 
placent des chambres à gaz à Mauthausen et Oranienburg, elle 
écrit que « ces affirmations nous paraissent de l'ordre du 
mythe ». Quant à Ravensbruck, où la chambre à gaz aurait été 
une « baraque en bois » (d'après Marie-Claude Vaillant- 
Couturier), « on remarquera enfin que les déclarations sur 
l'existence des chambres à gaz de Ravensbruck la situent à par- 
tir de février 1945, date de l'arrivée des évacués d'Auschwitz » 
(p. 544), affirmation qui est d'ailleurs contestée. 

Ces passages d'une historienne qui a consacré des années à 
la recherche, ont douloureusement ému Germaine Tillion, eth- 
nologue réputée, elle-même déportée à Ravensbruck pour fait 
de résistance. Elle avait, dès le début de son séjour au camp et 
après la libération, rassemblé ce qui pouvait l'être de données 
sur les déportées et sur le fonctionnement du camp. Par un tra- 
vail d'une remarquable minutie et d'une grande prudence dans 
la méthode, elle est arrivée à reconstituer une bonne partie de 
l'histoire de ce camp de femmes (7). Elle démontre, par exem- 
ple, que certains souvenirs précis sont totalement faux, ou 



(6) P.U.F., Paris, 1968, cf. pp. 541-4. 

(7) Ravensbrilck, Le Seuil, Paris 1973, 284 p. 

25 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

déplacés dans le temps ou l'espace. Il faut pour établir un fait, 
même minime, de nombreux recoupements. Il est donc tout à 
fait remarquable qu'elle puisse montrer que l'existence de la 
chambre à gaz ne faisait de doute pour personne, sûrement pas 
pour les S. S. du camp au cours de leur procès, et n'en donner 
aucune preuve indiscutable, au point de ne pas la faire figurer 
sur le plan pourtant détaillé qu'elle donne du camp (pp. 
272-273). On comprend, à la lecture de ce livre grave et émou- 
vant qu'elle ne puisse pas imaginer avoir à fournir de preuves 
de ce qui lui paraît si manifestement et évidemment vrai. 

Les historiens de profession se rangent pourtant de l'autre 
côté et considèrent cette chambre à gaz comme mythique. Cela 
est fort troublant. En cherchant un peu plus loin, on s'aperçoit 
que l'on possède des témoignages, enregistrés à Nuremberg et 
ailleurs, sur des chambres à gaz que la plupart des historiens, 
parmi les plus hostiles à l'idée que les chambres en question 
n'auraient pas existé, ne considèrent plus aujourd'hui comme 
ayant existé. Le directeur du très officiel Institut fur Zeitgeschi- 
chte, de Munich, a écrit en 1960 qu'il n'y avait eu aucun 
« anéantissement massif de Juifs par le gaz » dans le « vieux 
Reich » (l'Allemagne) mais qu'il y en avait eu dans les terri- 
toires occupés de Pologne, nommément à Auschwitz-Birkenau, 
Sobibor, Treblinka, Chelmno et Belzec (8). Je crois que c'est là 
le consensus des tenants de l'histoire telle que nous la connais- 
sons habituellement. Certains objecteront que cette déclaration 
n'exclut pas les gazages « non massifs » ou les gazages de non- 
Juifs, comme à Dachau où, paraît-il, la proportion de Juifs était 
faible. Mais la lettre de Broszat s'intitule : « Keine Vergasung in 
Dachau », en réponse à un article précédemment paru dans le 
même journal. 

Si l'on accepte la thèse selon laquelle les chambres à gaz 
n'ont servi que dans les territoires polonais, il faut éliminer du 
catalogue des infamies nazies celles qui sont pourtant mention- 
nées, et même attestées, à Dachau, Struthof (en Alsace), 
Ravensbriick, Mauthausen-Hartheim (9) et beaucoup d'autres 
encore. David Rousset, dans les premières pages de son remar- 
quable les Jours de notre mort parle d'une chambre à gaz à 



(S)DieZeit, 19 août 1960. 

(9) Voir la réponse de Serge Choumoff à O. Wormser-Migot dans le Monde du 7 juin 
1969 ainsi que dans une brochure publiée en 1972 par l'Amicale des déportés de Mau- 
thausen, les Chambres à gaz de Mauthausen, 96 p. 



26 



L'ASPECT HISTORIQUE 

Buchenwald, dont personne ne prétend qu'elle ait existé (10). 
Au camp de Dachau, les autorités ont dû ajouter sur le tard une 
pancarte sur la prétendue chambre à gaz pour préciser qu'elle 
n'a jamais servi. Germaine Tillion nous fournit pourtant le 
rapport de M. Albert Fribourg, ingénieur chimiste, capitaine et 
membre de la mission militaire française auprès de l'U.S. 
Army, qui a visité Dachau six jours après la libération du camp 
en avril 1945 (pp. 249-251). Il dit, lui, qu'elle a servi. 

Alors que croire ? Comment le profane pourra-t-il se dépê- 
trer de ces documents, tous convaincants à première vue, qui 
affirment des choses si complètement contradictoires ? Peut-on 
se fier à ces « ouvrages de seconde main [qui] exigent de leurs 
auteurs beaucoup de patience, de temps, de mérite, car pour ne 
pas se perdre dans ce fatras sanglant, il faut déchiffrer d'innom- 
brables paperasses incroyablement fastidieuses dont les plus 
importantes ont été falsifiées (11)» ? Dans quel dédale 
sommes-nous tombés ? Ces falsifications, tous les auteurs disent 
qu'elles existent, mais ils ne s'entendent pas pour les identifier. 
Pour juger un peu de nos connaissances sur cette effroyable 
période, si proche et si lointaine, on peut se référer à l'un de 
ceux qui ont le plus travaillé la question, Léon Poliakov, en 
lisant ceci dans le nouvel avant-propos qu'il a donné en 1974 à 
la réédition de son classique Bréviaire de la haine (12) : 

« On constate donc un état de choses assez surprenant. 
D'une part, le génocide hitlérien est devenu l'un des grands 
mythes du monde contemporain, aujourd'hui encore mal disso- 
ciable de toute prise de position politique ou éthique face aux 
Juifs, et que les églises ou les chefs d'État, ou les étudiants pari- 
siens en révolte, ou les moralistes et les romanciers de tous les 
pays ont invoqué de tant de façons différentes. D'autre part, 
malgré l'intérêt constant porté par le grand public à l'histoire 
de la Deuxième Guerre mondiale, malgré le procès Eichmann 
et malgré le récent renouveau de la production historique trai- 
tant de Hitler lui-même, les historiens, universitaires et autres, 
se désintéressent de son entreprise la plus spécifique, celle qui a 



(10) Paris, Éd. du Pavois, 1947, 786 p. Cf. p. 57. Pour celle-ci, voir l'ouvrage cité de Ger- 
maine Tillion, p. 263. On me fait remarquer que cet ouvrage est un roman, qui intègre en 
un même lieu des actions qui se sont déroulées, en réalité, dans plusieurs endroits. Soit. 
Mais alors il ne fallait pas appeler Buchenwald ce lieu composite. C'est une confusion 
inutile. 

(11) Germaine Tillion, op. cit., p. 7. 

(12) Le livre de poche, 1974, pp. 12-13 (première édition : 1951). 



27 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

fait de son nom un repoussoir et une insulte. En conséquence, 
nos connaissances sur la solution finale de la question juive ont 
moins progressé au cours des vingt-cinq dernières années que 
celles que nous pouvons avoir de la Saint-Barthélémy, ou de 
l'Egypte antique. 

« Pourquoi cette réticence des chercheurs, complémentaire 
de la faculté d'oubli du public ? Ne serait-ce pas en raison 
d'une diffuse culpabilité, celle-là même en vertu de laquelle 
l'antisémitisme, depuis 1945, est frappé d'interdit, ou camouflé 
sous d'autres vocables ? Ce serait alors le même effroi qui le fait 
censurer avec la dernière sévérité (symptôme, pour le psycho- 
logue, de sa latence au fond des cœurs) et qui déconseille de 
savoir ce qui est réellement arrivé aux Juifs, ou comment opé- 
raient leurs bourreaux, et pourquoi ils le devinrent. [Puis-je 
souligner ce « comment » et ce « pourquoi » ?] Tel semble être 
le lien entre l'impopularité du sujet, et la proscription du mot, 
sinon de la chose ; et c'est donc à une censure ou à des résis- 
tances de ce genre, mais projetées sur le passé, qu'il faut attri- 
buer la tendance à ne pas s'attarder à ce "mauvais côté" de 
l'histoire que fut la souffrance des Juifs. » 

Il n'est pas peu surprenant de voir ce même Léon Polia- 
kov, qui semble ici appeler de ses vœux des recherches nou- 
velles, plus approfondies, traitant du comment et du pourquoi, 
débarrassées de cette « culpabilité diffuse » qui censure le sujet, 
se trouver parmi les signataires de la déclaration des trente- 
quatre, et même d'en être l'un des promoteurs, comme on dit 
en droit canon. N'en déplaise à ces nouveaux concordistes, un 
âpre débat existe entre des auteurs qui professent des principes 
fort semblables. Ne souhaitent-ils pas, eux dont c'est le métier, 
faire litière des légendes, des faux témoignages, des « falsifica- 
tions » qui obscurcissent ces questions factuelles ? M. Planchais, 
qui fait le chapeau de la déclaration des historiens est certaine- 
ment coupable de légèreté lorsqu'il écrit : « Qu'il n'y ait pas eu 
de chambre à gaz dans tous les camps de concentration, même 
dans certains de ceux où on prétend les présenter aux pèlerins 
et aux touristes, est un fait que reconnaissent les spécialistes et 
les témoins directs. » C'est faux ; soit M. Planchais n'est pas 
informé de l'existence de ces dissensions, soit il les passe sous 
silence. 

Et si la tendance de la recherche contemporaine, entérinée 
par les trente -quatre qui ignorent le débat mentionné plus haut, 



28 



L'ASPECT HISTORIQUE 

consiste à repousser vers l'Est ces symboles de l'assassinat de 
masse, en introduisant une distinction que n'a jamais connue 
l'administration allemande entre camps « d'extermination » et 
camps « de concentration » (seul vocable historiquement attes- 
té), est-il donc totalement illégitime de vouloir s'assurer que 
cette fois-ci les documents ne sont pas falsifiés, que les témoins 
n'ont pas commis d'erreur, que les aveux judiciaires procèdent 
tous d'une bonne foi contrôlable, que l'on a enfin mis un peu 
d'ordre et de sérieux dans la critique particulièrement attentive 
qui s'impose à une documentation d'où la vérité apparaît si 
fuyante, que l'on aura enfin mis au point une méthode pour 
discriminer entre les fausses preuves concernant l'existence de 
chambres à gaz dans des camps de l'Ouest et les autres, souvent 
d'origine identique, concernant les camps de l'Est ? Comment 
empêchera-t-on de se poser des questions sur la façon dont tra- 
vaillait le Tribunal de Nuremberg (13), un tribunal dont le sta- 
tut précise qu'il « ne sera pas lié par les règles techniques rela- 
tives à l'administration des preuves », qu'il « n'exigera pas que 
soit rapportée la preuve de faits de notoriété publique mais 
[qu'il] les tiendra pour acquis (14) ». Comment évitera-t-on de 
se poser quelques questions sur la valeur de la documentation 
produite par le côté soviétique ? « Après la libération du camp 
d'Auschwitz la commission extraordinaire d'État de l'Union 
soviétique pour l'examen des crimes allemands, présidée par le 
général dr Dimitri J. Koudriavtcev s'est immédiatement mise à 
l'œuvre (15). » En cette période d'apogée du stalinisme, les plus 
beaux titres de gloire des juristes soviétiques sont encore les 
procès de Moscou. Il s'en est fallu d'assez peu qu'à Nuremberg 
les mêmes juristes soviétiques ne réussissent à refiler aux nazis 
la responsabilité des massacres d'officiers polonais à Katyn, 
dont les charniers ne furent découverts que par l'avance de 
l'armée allemande. Mais sur ce plan-là, étrangement, des gens 
pourtant prévenus semblent tout disposés à faire confiance aux 
Soviétiques et aux Polonais dont l'antisémitisme bien connu 
garantirait alors l'honnêteté, tout en considérant que l'antisé- 
mitisme des nazis garantit l'inverse. Quel sérieux est-ce là ? 



(13) « Nuremberg avait un défaut : il avait été établi par les vainqueurs qui jugeaient un 
vaincu » dit Jean-Paul Sartre, en rendant compte des travaux du Tribunal Russel, le Mon- 
de, 10 mai 1975. 

(14) Art. 19 et 21 du statut du Tribunal militaire interallié. 

(15) Légende d'une photo insérée dans les pages 176 et 177 de Auschwitz, éd. française, 
Interpress, Varsovie, 1978. 



29 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Et au-delà de ces questions de fait, n'y-a-t-il pas matière à 
repenser ? « Toute historiographie - dit Paul Veyne - dépend, 
d'une part, de la problématique qu'elle se donne, de l'autre, des 
documents dont elle dispose. Et si une historiographie est blo- 
quée, cela est dû, tantôt au manque de documents, tantôt à une 
problématique sclérosée. Or l'expérience prouve que la sclérose 
de la problématique survient toujours beaucoup plus tôt que 
l'épuisement des documents : même quand la documentation 
est pauvre, il y a toujours des problèmes qu'on ne pense pas à 
se poser (16). » 

Il me semble bien que Poliakov, dans le passage cité plus 
haut, décrit un phénomène qui ressemble à une « historiogra- 
phie bloquée (17) ». On pourrait s'étendre sur les raisons - his- 
toriques - de ce blocage, ou plutôt de son immobilisation sur ce 
qu'elle était dans l'immédiat après-guerre, période de recons- 
truction tant matérielle qu'idéologique. Il faudrait parler du cli- 
mat de cette période, du monopole que s'arrogeaient les 
communistes et leurs compagnons de route sur tout ce qui avait 
trait à la guerre et à la Résistance, sur les terreurs et les infamies 
qui ont suivi sous le nom d'épuration. Lisez, ou relisez De la 
paille et du grain et la Lettre aux directeurs de la Résistance de 
Jean Paulhan, qui fut résistant et, surtout, un esprit critique 
(18). 

Le commun des mortels croit sans doute, comme je l'ai cru 
pendant longtemps, que nous avons sur le sujet de la politique 
d'extermination nazie une vaste quantité de documents et 
d'informations vérifiables. « Abondance de preuves » titre un 
article de Georges Wellers, orfèvre en la matière (19). François 
Delpech, qui expose tout bonnement « la vérité sur la "solution 
finale" » (20) parle de la « multiplicité des témoignages, des 
documents et des travaux de toutes sortes ». Ce n'est point 



(16) L'Inventaire des différences, Le Seuil, 1976, p. 14. 

(17) Pour une discussion plus générale, voir Pierre Ayçoberry, la Question nazie, les in- 
terprétations du national-socialisme, 1922-1975, Le Seuil, Points-Histoire, Paris 1979, 
317 p. 

(18) Gallimard, Paris 1948 pour De la paille et du grain, Éditions de Minuit, Paris 1952 ; 
réédité par J.-J. Pauvert, Paris, 1968 pour Lettre aux directeurs de la Résistance. 

(19) Le Monde, 29 décembre 1978. 

(20) Le Monde, 8 mars 1979. 



30 



L'ASPECT HISTORIQUE 

l'avis d'un autre spécialiste, Léon Poliakov : « Seule, la cam- 
pagne d'extermination des Juifs reste, en ce qui concerne sa 
conception, ainsi que sous bien d'autres aspects essentiels, 
plongée dans le brouillard. Des inférences et considérations 
psychologiques, des récits de troisième ou quatrième main, 
nous permettent d'en reconstituer le développement avec une 
vraisemblance considérable. Certains détails, cependant, reste- 
ront inconnus à tout jamais. En ce qui concerne la conception 
proprement dite du plan d'une extermination totale, les trois 
ou quatre principaux acteurs se sont suicidés en mai 1945. 
Aucun document n'est resté, n'a peut-être jamais existé. Tel est 
le secret dont les maîtres du III e Reich, aussi vantards et cyni- 
ques qu'ils aient été à d'autres occasions, ont entouré leur 
crime majeur (21). » Sur quel autre sujet se satisferait-on de 
considérations psychologiques et de récits de troisième ou qua- 
trième main pour qualifier la reconstitution de considérable- 
ment vraisemblable ? Ne voit-on pas même comme une invrai- 
semblance psychologique dans la dernière phrase citée ? Je ne 
peux pas me satisfaire de ce genre d'affirmation. Elle repose sur 
du sable : je ne dis pas que M. Poliakov a tort, ou qu'il a raison, 
mais qu'il nous donne toutes les raisons de considérer comme 
des hypothèses ce qu'il nous décrit ensuite comme des conclu- 
sions. Ces hypothèses seraient donc à vérifier par d'autres 
moyens puisque, nous dit-on, il n'existe pas de documents, 
aussi difficile à croire que ce soit quand on a quelques lueurs 
sur le fonctionnement de la machine administrative allemande. 

Il s'est pourtant développé, en marge des institutions, une 
autre école, qui se dit révisionniste, assez hétéroclite d'ailleurs, 
dont le trait commun me paraît l'insistance sur le fait qu'une 
partie de l'image que nous nous faisons de l'Allemagne nazie 
vient en droite ligne de la propagande de guerre alliée, propa- 
gande qui n'était pas beaucoup plus soucieuse de la vérité que 
celle des ennemis qu'elle combattait. Personne d'ailleurs ne 
niera que cette propagande ait existé, ni qu'elle ait pu avoir un 
aspect mensonger caractérisé. Le « monde libre » nous a habi- 
tués, à l'occasion de ses guerres impériales, à des campagnes 
d'intoxication très efficaces, la guerre d'Algérie, les opérations 



(21) Bréviaire de la haine, p. 171, Calmann-Lévy, Paris. Ce livre a certes été écrit en 
1951 mais dans sa préface de 1974, l'auteur constate qu'il n'y a guère eu de nouveau en un 
quart de siècle et que « les travaux sérieux font également défaut sur des questions de 
détail », pp. 11-12. 



31 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

de la O.A., l'Indochine, etc. On pourrait multiplier les exem- 
ples ad nauseam (22). Chacun le sait mais n'est peut-être pas 
conscient que les effets d'une propagande ne se dissipent pas 
toujours entièrement après qu'ait vécu l'événement qui en a 
provoqué le surgissement. J'ai ainsi longtemps propagé l'idée 
que la guerre d'Algérie avait fait un million de morts jusqu'à 
une époque très récente où quelques amis, mieux au courant, 
m'ont charitablement fait savoir que des recherches plus 
sérieuses situaient le chiffre entre le tiers et la moitié de celui 
que j'avais pris, en toute bonne foi, dans la propagande algé- 
rienne. En ce qui concerne l'Allemagne nazie, personne ne 
semble s'être donné pour tâche de délimiter nettement ce qui 
est propagande, invention des témoins, affabulations officielles 
et ce qui relève du domaine des faits prouvables. Ce travail a 
pourtant été fait pour la Première Guerre mondiale et pourrait 
servir de modèle (23). 

Ce n'est pas le lieu de débattre ce sujet au fond. Je ne suis 
pas historien de l'Allemagne, mais le problème est justement 
que ce courant n'est pas reconnu, que son existence est tue par 
la presse. L'affaire Faurisson apparaît justement comme une 
sorte de percée de l'école révisionniste, d'autant plus brusque et 
inopinée qu'elle a été empêchée pendant longtemps. Il faut un 
peu la connaître pour comprendre la critique que lui adresse 
l'historien François Delpech : 

« Les « révisionnistes » utilisent tous une vieille méthode 
polémique dont l'efficacité n'est plus à démontrer : l'hypercri- 
tique. Le procédé consiste à chercher dans l'immense littéra- 
ture, forcément très inégale, qui a été consacrée à la persécu- 
tion nazie, des erreurs ou des exagérations qu'ils montent en 
épingle et ressassent indéfiniment pour jeter la suspicion sur 
l'ensemble et tout nier en bloc. 

« H y a beau temps que les historiens dénoncent la critique 
exagérée et tiennent pour vrai ou pour très probable tout fait 
attesté par deux sources indépendantes et bien informées, sous 
réserve de vérification ultérieure ? Ils acceptent volontiers et 



(22) Voir le dossier rassemblé par Noam Chomsky et Edward S. Herman, The Political 
Economy ofHuman Rights, 2 volumes, South End Press, Boston, 1979. 

(23) Jean Norton Cru, Témoins, 1929 ; Du témoignage, 1930. Ce dernier texte a été par- 
tiellement réédité par J.-J. Pauvert en 1967. Cf. Marie Bonaparte, Mythes de guerre 
P.U. F., 1950, 182 p. 



32 



L'ASPECT HISTORIQUE 

même souhaitent les objections et les remises en question, 
pourvu qu'elles soient raisonnables et fondées sur des argu- 
ments sérieux. Tel n'est pas le cas actuellement dans la campa- 
gne qui tend à faire douter de la réalité de l'holocauste. H est 
cependant délicat de répondre à l'hypercritique, car on risque 
de se noyer dans le détail et de perdre de vue le dessin de 
l'ensemble. » 

On peut, sur le principe, répondre que la notion d'hyper- 
critique est rarement employée parce qu'elle est instable et 
même, d'une certaine façon, contradictoire. Si, comme le dit le 
Robert, c'est une « critique minutieuse ; [un] exercice systéma- 
tique du doute », il n'y a là rien de vraiment répréhensible. 
Descartes était donc un hypercritique. Si l'on veut dire que la 
critique n'est plus la critique, que le doute n'est plus le doute, 
puisque nier l'évidence n'est pas un doute mais une certitude, 
alors le mot n'a plus guère de sens. Mais passons. 

On s'amusera de voir attribuer aux historiens l'image naïve 
de la déontologie journalistique, avec l'histoire des deux 
sources indépendantes qui se recoupent. Personne ne travaille 
de la sorte. Il y a les bonnes sources et les mauvaises, l'astuce 
étant de les bien jauger, car on ne peut évidemment presque 
jamais s'assurer que deux sources sont indépendantes l'une de 
l'autre. Mais j'apprécie surtout le « sous réserve de vérification 
ultérieure ». Ultérieure à quoi ? N'est-ce pas la porte ouverte 
aux remises en cause, si d'aventure la vérification tarde, ou 
s'avère impossible ? Notons aussi la probité qui consiste à sou- 
haiter « les objections et les remises en question » fondées sur 
des « arguments sérieux ». On pourrait croire que l'historien, 
attaché à dissiper tous les doutes, va démontrer que les argu- 
ments de Faurisson ne sont pas sérieux, qu'ils ne résistent pas à 
l'examen. « Tel n'est pas le cas », dit-il en manière de réfuta- 
tion définitive, et d'ajouter qu'on risquerait de se « noyer dans 
le détail ». Voilà donc une bonne partie de ses confrères 
condamnés au chômage pour avoir commis l'erreur de s'atta- 
cher aux détails. On aura compris que l'hypercritique se révèle 
très précieuse pour se sauver d'une noyade, à laquelle on 
n'hésite pas à condamner le poisson. 

Le plus incroyable, donc, pour qui s'inquiète de cette ques- 
tion, est - entre l'énormité des faits et la généralité de leur 
représentation - l'étroitesse des sources, si l'on veut bien écar- 
ter la foule des témoins qui n'ont pas vu mais qui ont entendu 



33 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

dire. Il est proprement stupéfiant de constater que la pièce maî- 
tresse est l'ensemble des aveux passés devant les tribunaux 
alliés par les chefs de camps allemands. Si l'on veut bien imagi- 
ner un instant la situation de ces hommes vaincus, jouant leur 
peau entre les mains de leurs geôliers, un petit jeu où vérité et 
mensonge sont les éléments de base d'une tactique de survie, on 
ne se dira pas prêt à tout prendre de leurs déclarations pour 
argent comptant. Mais que prendre et que laisser ? Il n'existe 
pas d'étude exhaustive de tous les procès faits aux responsables 
nazis en Allemagne, en Pologne, en U.R.S.S., en France, etc. 
Tout le monde ne peut pas aller aux archives mais chacun peut 
se donner le frisson de l'esprit critique en relisant les confes- 
sions de Hôss, l'un des commandants d'Auschwitz, en relevant 
les incohérences et les bizarreries, en ayant à l'esprit qu'il écri- 
vait dans sa prison, avec l'aide du juge d'instruction polonais, 
avant son jugement et, au bout du tunnel, la corde de l'écha- 
faud. Voilà un petit exercice critique, à la portée de tous, et qui 
est fort salubre (24). 

D'autres documents émanent de témoins, involontaires ou 
occasionnels ; les plus connus sont Gerstein, Kremer, Nyiszli, 
etc. Ce n'est pas à moi d'entrer dans le vif du sujet. Je dirai seu- 
lement que les étrangetés abondent, qu'elles sont bien sûr 
connues des auteurs qui appuient leurs thèses sur ces témoi- 
gnages, et qu'ils leur fournissent des explications qui sont, je 
crois, discutables, c'est-à-dire que l'on devrait pouvoir les dis- 
cuter. C'est une partie importante du débat, qui n'a pas vérita- 
blement eu lieu (25). 

Les éléments nouveaux, dans l'ordre documentaire, sont 
rares. Pourtant, ainsi que le prévoyait l'auteur révisionniste 
américain A. R. Butz (26), les services de renseignement améri- 
cains détenaient dans leurs archives des photos aériennes, 
prises en 1944, à basse altitude, au-dessus du complexe 
d'Auschwitz. Des analystes de la CI. A. en ont publié une série 
qu'ils ont tâché de confronter avec les éléments historiographi- 



(24) Rudolf Hoess, le Commandant d'Auschwitz parle..., Julliard, Paris 1959 ; réédité en 
Petite Collection Maspero, Paris 1979, 290 p. 

(25) Voir la petite note un peu embarrassée de Léon Poliakov et Pierre Vidal-Naquet, 
« À propos du témoignage sur Kurt Gerstein » (faut-il lire « de » K. Gerstein ?), le Monde, 
8 mars 1979. 

(26) The Hoax ofthe Twentieth Century, Historical Review Press, Southam 1976, p. 150. 



34 



L'ASPECT HISTORIQUE 

ques fournis par les commissions d'enquête polonaises (27). 
Ces clichés datent du 4 avril, du 26 juin, du 26 juillet, du 25 
septembre, c'est-à-dire une période, si je me réfère à Léon 
Poliakov (28), où les incinérations atteignaient les chiffres les 
plus élevés : 12 000 à 15 000 par jour en mai-juin, et même 
22 000, selon le témoignage du D r Robert Lévy (29). Les photos 
montrent les environs des crématoires déserts. Pas de foule, pas 
d'agitation visible, pas même d'activité. On voit une fois un 
groupe de détenus près d'un train non loin des crématoires. Le 
texte ajoute : « Bien que les survivants se souviennent que de la 
fumée et des flammes sortaient continuellement des cheminées 
des crématoires et qu'elles étaient visibles des kilomètres à la 
ronde, la photographie que nous avons examinée n'en offre 
aucune preuve positive» (p. 11). Le reste est à l'avenant. Les 
deux analystes, qui ont le texte polonais en main, ne songent 
évidemment pas un instant à mettre quoi que ce soit en doute. 
Ils essaient simplement de repérer sur les photos les éléments 
d'information qu'ils ont, mais, curieusement, ces photos 
n'apportent rien. On peut tout au plus dire qu'elles ne confir- 
ment pas ce qui est écrit de l'utilisation des crématoires. Sans 
être un maniaque de l'hypercritique, on peut souhaiter que de 
telles contradictions ne soient pas simplement laissées telles 
quelles. 

Si certains croient pouvoir se satisfaire des données dispo- 
nibles, d'autres semblent convaincus qu'il reste encore beau- 
coup à découvrir. On apprend ainsi incidemment dans le 
Monde que le président Carter a nommé une commission spé- 
ciale « afin de rassembler la documentation sur le génocide des 
Juifs lors de la Seconde Guerre mondiale », qu'elle est présidée 
par Elie Wiesel (ancien déporté à Auschwitz), qu'elle a envoyé 
une délégation de quarante-quatre membres en Pologne, en 
U.R.S.S. et en Israël, qu'à Moscou ils ont rencontré l'ancien 



(27) Dino A. Brugioni et Robert G. Poirier, The Holocaust Revisited : A Ré- 
trospective Analysis of the Auschwiîz-Birkenau Complex, Central Intelligence Agency, 
National Technical Information Service, Washington, 1979, 19 p. 

(28) Op. cit., p. 304. 

(29) In Témoignages strasbourgeois, Paris 1947, p. 433, cité par Poliakov. Toujours 
dans la même page, Poliakov dit que d'après une source polonaise la capacité des créma- 
toires était de 12 000 par jour et cite Hôss qui mentionne une capacité maximale de 4 000. 
Aucun commentaire sur l'incohérence complète de tous ces chiffres ; il fait comme s'il ne 
s'en rendait pas compte. Au lecteur de se débrouiller. 



35 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

procureur soviétique de Nuremberg, devenu procureur général 
de l'U. R. S. S. : « Selon Elie Wiesel toutefois, c'est leur rencon- 
tre avec le procureur général Roman Rudenko qui a présenté le 
plus d'intérêt, compte tenu de l'objectif de cette visite. Les 
Soviétiques détiennent en effet les plus riches archives sur les 
camps d'extermination (leurs troupes ont libéré Auschwitz, 
Treblinka, Maidanek, etc.). Jusqu'à présent les chercheurs occi- 
dentaux n'y avaient pas accès. À la suite de cet entretien, les 
membres de la commission américaine espèrent que les Sovié- 
tiques leur ouvriront ces archives (30). » Nous l'espérons aussi. 



(30) Le Monde, 8 août 1979. 

36 



II.- L'air du temps, le temps se couvre 



Je dois certainement faire part au lecteur des convictions 
qu'une brève étude de cet énorme dossier peut avoir suscitées 
en moi. Une seule, ferme, bien assise : on peut douter que les 
choses se soient passées ainsi. La version de l'histoire de l'exter- 
mination telle qu'elle est donnée dans la déclaration des histo- 
riens, dans l'article de François Delpech, qui reprennent celle 
de Poliakov et d'innombrables livres, laquelle reprend à son 
tour les travaux un peu hâtifs, non exempts de certains partis 
pris, du Tribunal militaire interallié de Nuremberg, cette ver- 
sion qui a tous les caractères d'un credo universel me paraît 
souffrir de très étonnantes faiblesses. Elle a les vertus d'une 
hypothèse cohérente en apparence, confortée par des docu- 
ments interprétés sélectivement. On n'a pas pris assez garde 
que d'autres interprétations sont également possibles, sans cho- 
quer la raison. Cette version des choses laisse beaucoup trop de 
questions irrésolues pour être considérée par des esprits de 
sang-froid comme définitivement acceptable. 

Pour le reste, je ne sais pas. Y a-t-il eu des chambres à gaz 
à Auschwitz, et ailleurs ? Faurisson et d'autres pensent que 
non. Je connais leurs arguments, je connais ceux de l'opinion 
adverse, je suis incapable de décider. Car enfin, même si l'on 
peut s'assurer qu'il était impossible que les choses se passent 
comme le disent des témoignages de valeur douteuse, il a pu se 
passer autre chose, à un rythme moins rapide, à une échelle 
plus réduite. Je ne vois pas comment en conscience je pourrais, 
dans l'état actuel des recherches, trancher. Ce sera la tâche, je 
crois, d'une prochaine génération d'historiens professionnels. 

Il y a eu des déportations et des morts en quantités 
énormes. Les chiffres que l'on en donne sont de simples estima- 
tions, et les discordes à ce sujet sont importantes. Avec la certi- 
tude qu'une très grande majorité des déportés juifs avaient été 
gazés, on n'a jamais fait de recherche sérieuse sur ce que sont 
devenus les déportés après leur départ, à l'échelle globale. Les 
chiffres mêmes de la déportation ne sont connus qu'avec une 
extrême imprécision. On sait par exemple qu'un institut officiel 
français se refuse à les publier. Pour d'autres pays, on ne sait 
même pas si les données ont été collationnées. Il y a sans doute 
eu des gazages artisanaux, mais la question des méthodes indus- 
trielles d'extermination n'est pas traitée d'une façon qui répon- 



37 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

drait à toutes les questions que l'on est en droit de se poser sur 
le fonctionnement de toute autre entreprise industrielle, dans 
un autre contexte. C'est ce que j'ai appelé le comment du pour- 
quoi (31). Tout cela converge vers un ensemble de doutes lanci- 
nants, qui incluent mais qui dépassent la seule question de 
l'existence des chambres à gaz. Si l'on veut bien me reconnaître 
le droit de savoir, à moi comme aux autres, on ferait bien de ne 
pas mettre d'obstacle, de ne pas imposer de préalable à des 
enquêtes qui devraient un jour dissiper le « brouillard » dont 
parle Poliakov. 

Beaucoup de mes amis s'effraient. Qu'on le veuille ou non, 
me disent-ils, même avec les plus nobles motivations, soulever 
ce genre de question revient à mettre en doute la réalité du 
génocide, à donner des arguments aux antisémites et à aider la 
droite. De plus, ajoutent les plus soucieux de ma tranquillité, tu 
seras toi-même assimilé aux antisémites. 

Lourde responsabilité, graves risques en effet, s'ils venaient 
à avoir raison. Que peut-on contre des rumeurs, des déforma- 
tions dues parfois à de sincères indignations, des perfidies où les 
sentiments se mêlent ? Je ne suis pas homme à avoir recours à 
des tribunaux, je ne voudrais pas me battre, je n'estime pas assez 
les insulteurs pour leur rendre la monnaie de leur pièce. Je n'ai 
comme protection que le bon sens des autres, que la certitude 
qu'un malentendu peut se dissiper avec un peu de bonne 
volonté, et surtout l'assurance que l'on peut vivre en suppor- 
tant des désaccords, même avec des proches. Après tout, il n'y a 
pas beaucoup de gens de ma génération politique avec qui je 
me sois senti toujours d'accord sur tout. L'affaire n'est donc pas 
très personnelle mais, si l'on insiste, que mes écrits répondent 
de moi (32). J'écarte aussi l'idée que l'on pourrait donner des 
arguments aux antisémites : ces gens-là n'en ont pas besoin. Ils 



(31) Comme le remarque R. Faurisson, aucun tribunal n'a jamais ordonné une expertise 
technique d'une chambre à gaz. Il ne semble pas non plus que l'on ait sollicité l'avis d'in- 
génieurs ni de chimistes sur la marche de complexes « crématoire-chambre à gaz » et les 
contraintes techniques de leur fonctionnement. L'usage du gaz cyanhydrique comme dés- 
infectant est pourtant bien connu ; il y a des règlements d'utilisation dans de nombreuses 
armées et administrations civiles depuis bien avant la Seconde Guerre mondiale. 

(32) Pour contenter quelques esprits chagrins, il faudrait peut-être que j'arbore quelques 
médailles et que je fasse ronfler quelques titres. Je renvoie donc à deux ouvrages, le Pouvoir 
pâle, Seuil, Paris 1969, un essai sur l'Afrique du Sud, et Des courtisans aux partisans, Gal- 
limard, Paris 1971, un essai sur la crise cambodgienne ; et à des articles dans le Monde, le 
Monde diplomatique, Libération, les Temps modernes, Aléthéia, Esprit et d'autres en 
France et à l'étranger. J'en tiens la liste à la disposition des plus curieux. 



38 



L'AIR DU TEMPS, LE TEMPS SE COUVRE 



ont derrière eux une solide tradition de faux, de mensonges et 
de calomnies. Il suffit. 



Aider la droite est par contre une objection qui mérite exa- 
men. On remarquera d'abord qu'il ne s'agirait guère d'une aide 
directe. Au moment où l'affaire Faurisson a fait la une des jour- 
naux, ministres et députés giscardiens ont été parmi les plus 
agressifs. D'un autre côté, tous ceux qui ont été à un moment 
ou à un autre gaullistes, et ça fait du monde, considèrent proba- 
blement que la légitimité politique actuelle prend ses sources à 
la Libération, époque où toutes les culpabilités ont été massées 
sur l'Allemagne. On ne voit pas bien ce qu'ils pourraient faire 
d'une éventuelle révision. Si l'on va plus à droite, on trouve 
une frange pétainiste qui charge aussi l'Allemagne de tous les 
péchés pour mieux mettre en relief la bénévolence de leur 
maréchal. Il reste la droite fasciste et le conglomérat appelé 
« nouvelle droite ». Je laisserai à d'autres le soin de déterminer 
si ses inspirateurs sont des loups déguisés en agneaux, ou seule- 
ment d'anciens fascistes qui se sont un peu rangés. Il semble 
qu'elle plonge quelques racines dans le terreau de l'hitlérisme 
mais que ses seules chances de succès politiques résident dans 
un modernisme qui lui interdit de se présenter comme conti- 
nuatrice du nazisme. Comme les états-majors se préparent tou- 
jours pour la dernière guerre, l'antifascisme n'est prêt qu'à 
affronter des formes disparues. Que reste -t-il ? Les anciens de la 
division Charlemagne ? Quelques autres admirateurs du 
Fùhrer ? Ils n'ont pas d'existence politique. Aucune aide 
n'empêchera ces fantômes de finir de se dissoudre. 



Réduisons la question à son articulation centrale : ôter un 
crime majeur du catalogue des ignominies nazies reviendrait à 
réhabiliter le III e Reich ou à le « banaliser », à le rendre compa- 
rable à d'autres régimes politiques. Ceci procède d'un amal- 
game : on suppose aux auteurs qui mettent en doute l'existence 
des chambres à gaz l'intention de mettre en doute toutes les 
autres horreurs beaucoup mieux connues et attestées. Ce n'est 
qu'un procédé polémique. Pour ceux qui veulent combattre la 
peste brune pour ne jamais en voir le retour, toute la question 
est de juger du bon moyen : accumuler le maximum d'histoires 
atroces, avec le risque de se voir reprocher des exagérations ou 
même des inventions, ou alors délimiter un ensemble de vérités 
irréfragables, peut-être moins frappantes pour l'imagination, 
mais que nul ne pourra mettre en doute. 



39 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

J'ai constaté ainsi avec surprise que dans la littérature spé- 
cialisée on ne fait nulle part mention de quelque chose dont j'ai 
entendu parler mille fois : le savon que l'on aurait fabriqué 
avec des cadavres juifs. On a pourtant vu de ces savons. J'avoue 
éprouver un certain soulagement à l'idée que ces objets répu- 
gnants sont aussi mythiques que les clous de la sainte croix, les 
poils de la barbe du prophète, la dent du bouddha, que j'ai vus 
ici et là. 

Je remarque aussi que l'un des trente-quatre historiens 
signataires, E. Le Roy Ladurie, reprenant les chiffres établis par 
un démographe soviétique dissident qui impute au stalinisme 
un déficit net de 17 millions de personnes, apporte un soulage- 
ment : en écartant des calculs fantaisistes et assez incroyables 
comme ceux de Soljénitsyne (60 millions), il circonscrit le phé- 
nomène, il aide à le rendre intelligible et il fournit une base 
beaucoup plus probable et vraisemblable à un jugement, à une 
évaluation morale et politique. Personne, ce me semble, n'a 
accusé Le Roy Ladurie de vouloir de la sorte « banaliser » le 
stalinisme ni le réhabiliter. On sait par ailleurs qu'il en est bien 
guéri. On perçoit au contraire qu'il s'agit d'établir une pièce 
incontestable, et d'autant plus accablante de ce fait, dans un 
procès qui reste à instruire complètement, puisque les succes- 
seurs de Khrouchtchev y ont renoncé. 

Alors deux poids, deux mesures ? Je ne crois pas. La diffé- 
rence, c'est que les propos de Le Roy Ladurie reprennent ceux 
d'un dissident soviétique dont on attendrait plutôt qu'il fasse 
comme Soljénitsyne, qu'il en rajoute. Le fait qu'il en retranche 
sur des estimations courantes est ressenti comme la preuve que 
son seul souci est celui de la vérité. Les affirmations des révi- 
sionnistes concernant les chambres à gaz et le chiffre, corrélati- 
vement réduit, des victimes de la déportation ne sont pas géné- 
ralement attribués à un pur souci de vérité. On les suppose de 
simples instruments, utilisant de mauvaise foi les lacunes de la 
documentation ou exploitant le caractère conjectural des chif- 
fres habituellement avancés. (On sait que le chiffre de six mil- 
lions est une estimation dénuée de caractère scientifique et qui 
reste discutée entre tenants de la même tendance historique ; il 
existe, avec les mêmes méthodes, des estimations nettement 
plus hautes et d'autres nettement plus basses. Il n'y a aucune 
raison d'affirmer, comme le font certains, que l'on ne saura 
jamais, tant que la totalité des archives n'aura pas été fouillée. 
C'est très loin d'être le cas.) On leur refuse la confiance parce 



40 



L'AIR DU TEMPS, LE TEMPS SE COUVRE 



qu'en retranchant du nombre des victimes, ils semblent tirer un 
profit politique alors que le dissident soviétique qui fait la 
même chose semble perdre un avantage politique. Ceci me 
paraît indubitable s'il s'agit bien d'une droite qui, souterraine - 
ment, cherche à saper la condamnation morale dont le nazisme 
fait presque universellement l'objet. Que certains, des individus 
ou des groupes, manifestent ce genre de duplicité, c'est non seu- 
lement possible, mais probable. Il y a, parmi les auteurs révi- 
sionnistes (j'ai dit que cette «école » était hétéroclite), des gens 
qui sont idéologiquement des nazis. Il en est d'autres qui ne le 
sont pas. Mais cette question doit passer au second plan si l'on 
prend garde que le critère de la rentabilité politique d'une affir- 
mation ne coïncide pas avec le critère de la vérité des faits. 
Pour en finir avec cet exemple, je ferai remarquer que Le Roy 
Ladurie n'a évidemment pas les moyens de vérifier par lui- 
même les dires du démographe soviétique, et il ne le prétend 
pas ; il ne fait qu'exposer ces dires en cautionnant par là-même 
la probabilité que ces dires soient vrais, puisque ni lui ni le dis- 
sident n'en tirent profit. Mais sur le fond nous sommes dans 
l'impossibilité de savoir si ce qui est dit est vrai. Nous échange- 
rons l'estimation courante que nous avions en tête pour adop- 
ter celle que Le Roy Ladurie propose, à cause du critère de 
l'intérêt politique de son auteur : c'est évidemment très flou et, 
à seconde vue nous n'accepterons ce chiffre qu'à titre provi- 
soire, en attendant mieux. Mais on ne peut pas faire une règle 
de n'accepter une affirmation que si l'on se persuade que son 
auteur n'a aucun intérêt politique à l'exprimer. Ceci revien- 
drait à rejeter comme fausse toute affirmation qui conforterait 
un point de vue établi. La réalité est beaucoup plus ambiguë, 
sans même insister sur le fait que l'on ne mesure pas toujours 
bien la façon dont autrui comprend ses propres intérêts poli- 
tiques. J'ai eu quelques conversations curieuses en Algérie, 
après l'indépendance, avec des gens qui ne comprenaient pas 
que je critique très violemment la politique de De Gaulle : pour 
eux, qu'un Français choisisse de mettre son intérêt politique 
dans la cause de l'indépendance algérienne le rendait traître à 
la France et condamnable, comme ils condamnaient les traîtres 
à l'Algérie. 



Les propagandes suscitent les contre -propagandes, et l'on 
perd son âme (on dit aujourd'hui sa crédibilité) à se compro- 
mettre dans les unes comme dans les autres, au nom d'intérêts 
qui sont par nature changeants. Pour certains, et pour moi, la 



41 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

vérité est la seule arme que l'on ne peut pas retourner contre 
celui qui l'utilise. Que l'intérêt politique coïncide ou non avec 
elle est affaire de circonstances, de choix, de morale politique. 

Il en est des mythes politiques comme des boules de neige : 
plus ils roulent, plus ils grossissent. Nous en avons un exemple 
tout frais sous les yeux. Pour avoir suivi de près, depuis une 
dizaine d'années la situation au Cambodge, je me suis cru auto- 
risé à écrire ceci : « C'est vers le début de 1977 qu'apparaît 
d'abord dans la presse de droite américaine, le chiffre de deux 
millions de morts. Si l'on examine de près les faits sur lesquels 
il repose, on se rend compte qu'il est totalement fabriqué... Les 
deux millions lancés par la presse américaine ont été repris tels 
quels par la propagande de Hanoi qui, brusquement, sans 
explication, est passée à trois millions, chiffre repris sans vergo- 
gne par la presse occidentale (Antenne 2, le Monde), habituel- 
lement moins empressée de répéter ce que dit Hanoi. Un mythe 
est efficace quand il arrange tout le monde (33)... » Et je croyais 
pouvoir ajouter : « Il ne paraît pas déraisonnable de dire que 
depuis 1975 il y a eu un million de morts, peut-être moins, 
peut-être plus. » Je m'inscris donc en faux contre les Lacouture 
et leur invention aberrante de l'idée d'« autogénocide », contre 
les André Fontaine qui disent que le chiffre de trois millions est 
accepté par tout le monde, les Sihanouk, les journaux commu- 
nistes, etc. Le lendemain, on trouve une petite dépêche, de 
l'A.F.P. dans le Monde, en bas de page, en provenance de ceux 
qui possèdent les plus amples moyens de s'informer : « Selon 
les estimations du Département d'État américain, environ 1,2 
million de Cambodgiens sont morts depuis 1975 du fait de la 
guerre et de la famine, réduisant la population du Kampuchea 
à environ 5,7 millions de personnes (34). » 

Cette estimation est réductrice, elle n'a aucune chance de 
faire la une des journaux bien qu'elle soit de loin la meilleure 
aux yeux des quelques experts de la situation au Cambodge. 
Elle ne change, c'est évident, rien au jugement que l'on peut 
porter sur tel régime politique. On pourrait croire qu'elle va 
néanmoins donner un coup d'arrêt, même discret, à l'inflation 
des médias, en un mot que les journalistes vont la lire et la 
prendre en considération. Quelques jours plus tard, le 11 octo- 
bre, le commentateur d'Antenne 2, dans « Spéciale Cam- 
bodge » dit qu'«il y avait huit millions de Cambodgiens il y a 



(33) Libération, 4 octobre 1979. 

(34) 6 octobre 1979. 



42 



L'AIR DU TEMPS, LE TEMPS SE COUVRE 



deux ans, il y en a quatre aujourd'hui », sans même remarquer 
que cela veut dire qu'il n'y aurait pas eu de morts avant 1977. 
Le lendemain, le record est battu par J.-M. Cavada, sur F.R.3 
qui affirme qu'il reste 3 millions de Cambodgiens sur 7 mil- 
lions. Pour Libération du lendemain, il en reste 2. Pour moi 
qui passe des mois à obtenir et à scruter des documents, à ana- 
lyser des interviews, à tenter de reconstituer péniblement des 
faits à peu près intelligibles, qui connais le pays, les gens et la 
gravité de la situation, je me fais l'effet d'être un idiot, que l'on 
matraque à coups de chiffres déments. Et si je proteste au nom 
de ce que je crois être l'élémentaire vérité, on me regarde d'un 
drôle d'œil : n'aurait-il pas des sympathies cachées pour Pol 
Pot? 

Veut-on un autre exemple tout chaud ? De petits malins 
lancent le bruit : « Bokassa anthropophage ». On comprend 
très vite, en lisant attentivement quelques bons journaux qu'il 
s'agit d'un canard. Peu importe, le mythe est lancé ; joli rideau 
de fumée pour justifier après coup l'intervention militaire fran- 
çaise en Centrafrique. Il fallait anesthésier l'opinion publique, 
surtout africaine. 

Le mécanisme de tout cela est simple : en rajouter, agré- 
menter de détails auxquels on ne penserait pas spontanément, 
et qui font d'autant plus vrais. Les hitlériens excellaient à ce 
petit jeu, mais les communistes et les démocraties occidentales 
n'y sont pas moins bons. Si les intellectuels ont quelque res- 
ponsabilité dans ce bas monde, c'est la déconstruction et non la 
consolidation. La recherche pénible, souvent rebutante, parfois 
impossible, de la vérité n'aidera aucune des forces politiques 
qui fondent leur domination sur l'ignorance et le mensonge. Et 
s'il se trouvait qu'il y ait quelques vérités désagréables à décou- 
vrir dans l'histoire des années quarante, vaut-il mieux que ce 
soit la droite qui en ait le crédit, qui s'en serve comme d'une 
arme, ou la gauche ? Et s'il n'y a rien à trouver, si on vide 
l'abcès, et qu'on se retrouve à peu près avec les mêmes conclu- 
sions que celles qui sont en vigueur actuellement, qu'aurions- 
nous perdu ? 

Beaucoup, finalement, tomberont d'accord avec ce qui 
vient d'être dit. Ils opposeront une dernière objection, qu'ils 
estiment rédhibitoire : ce n'est pas le moment de poser ce genre 
de problème, l'antisémitisme relève la tête, voyez les livres qui 
paraissent, les tracts, les attentats. Je répondrai qu'il faut garder 



43 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

son calme, qu'a y regarder de près il ne se passe guère plus de 
choses maintenant qu'auparavant, qu'une certaine inquiétude 
monte dans la communauté juive, c'est possible, mais que 
l'inquiétude monte un peu partout. L'idée que l'antisémitisme 
monte est une idée qui a constamment été reprise depuis la 
guerre : il n'y a jamais eu de période où l'on a dit qu'il baissait. 
C'est donc une idée fausse, un effet de perspective. S'il fallait 
attendre qu'il ait disparu, on serait aux calendes grecques. Il ne 
faut pas se faire d'illusion : la question de l'existence des cham- 
bres à gaz a déjà été posée plusieurs fois depuis vingt ans, elle le 
sera encore, que l'on s'en occupe ou non. Des articles, des 
livres s'accumulent, qui ne reçoivent pas d'autre réponse que : 
cette question n'existe pas. En Allemagne, ils sont interdits et 
leurs auteurs sanctionnés. C'est une tactique à très courte vue, 
qui ne présage rien de bon. On ne doit pas réprimer dans cette 
affaire. C'est pourtant ce qu'une partie de la gauche a cru 
devoir faire. J'ai d'autres propositions à faire, qui sont les 
suivantes : 

1° Arrêter les poursuites judiciaires contre Faurisson (ou 
d'autres). Les tribunaux ne sont pas en mesure de résoudre quoi 
que ce soit. De plus, je ne trouve pas honorable de s'attaquer à 
un homme seul sous le motif que ses opinions sont choquantes. 
Il est non seulement trop facile mais stupide de s'abriter der- 
rière les lois. Je pense à celles que le Front populaire a votées 
pour réprimer la propagande fasciste et que la droite a utilisées 
pendant la guerre d'Algérie, et encore maintenant, contre ceux 
qui la critiquent ou qui simplement gênent sa politique (par 
exemple, l'affaire Alata, l'affaire Mongo Beti, etc., livres inter- 
dits parce qu'ils décrivent de l'intérieur des dictatures africaines 
« amies » de la France) ; 

2° Ouvrir un débat de technique historique. Il faut sans 
doute commencer par examiner les arguments de Faurisson et 
des révisionnistes, sans hésiter à se « noyer dans les détails ». Ce 
sont des détails qui comptent ! Il serait souhaitable qu'un 
ensemble d'historiens acceptent de s'atteler à cette tâche. Le 
lieu et la forme du débat reste à fixer entre ceux qui voudraient 
y participer ; 

3° Se donner les moyens d'élargir les sources. Il faudrait 
demander des avis et des expertises techniques. À côté de cela, 
il reste des archives qui n'ont pas encore été exploitées, en par- 
ticulier des archives allemandes qu'il faudrait inventorier aux 



44 



L'AIR DU TEMPS, LE TEMPS SE COUVRE 



États-Unis, en France et évidemment, avant tout, en Union 
soviétique. Je ne croirais pas inutile une démarche auprès des 
autorités gouvernementales pour qu'elles agissent dans leurs 
négociations avec les Soviétiques afin que l'accès à ces archives 
devienne une contrepartie à des avantages convoités par eux ; 

4° Faire largement connaître les résultats de ces recherches, 
en évitant de leur donner un caractère de vérité officielle. Il 
importe que ces affaires restent entre honnêtes gens et gens 
honnêtes, ce qui implique que ne s'en mêlent pas les pouvoirs 
publics et politiques, syndicaux et religieux, etc. 

Je ne sais si je demande trop. Il me semble que c'est le 
moins que l'on puisse faire. 

14 octobre 1979. 



45 



DEUXIEME PARTIE 

LE DOSSIER DE L'AFFAIRE 

FAURISSON 



« Une conception de la société future qui ne prévoirait pas insti- 
tutionnellement la libre possibilité de la contestation - aussi radi- 
cale soit-elle - peut favoriser le développement d'une nouvelle 
forme d'État répressif. » 

Pierre Vidal-Naquet, 
La Torture dans la République, éd. de Minuit, p. 177. 

« Attendu que les chambres à gaz ont existé, et que le simple fait 
de vouloir insérer dans un quotidien un article dont l'auteur se 
pose la question de leur existence porte atteinte au respect des 
bonnes mœurs... » 

Tribunal de police de Lyon, 27 juin 1979. 

« La première génération des droits de l'homme est celle de 1789 
(droits politiques), la seconde date de 1946 (droits sociaux), la 
troisième s'ouvre aujourd'hui (droit de savoir). » 

Pierre Drouin, 

« Le rapport Lenoir. La fin de la société du secret », 

le Monde, 20 septembre 1979. 

« La justice n'a pas coutume de coucher avec les vainqueurs. » 

Sophocle. 

« J'ai vaguement idée que la vérité doit être en danger dans un 
monde où l'erreur si aisément entasse, pour sa défense, les lettres 
publiques sur les commémorations en Sorbonne, et les potins sur 
les faux. » 

Jean Paulhan, 
De la paille et du grain, Œuvres complètes, tome IV, p.337. 

« Dans les crises historiques, les acteurs, s'ils ont le temps et le 
goût d'observer, se sentent dépassés par ce qu'ils voient en train 
de se faire ; s'ils ne sont pas dupes des explications officielles 
qu'on donne ou qu'ils se donnent, il ne leur reste plus, après 
l'événement, que l'étonnement de s'être mis dans des états 
pareils ; plus souvent, ils croient tout ce qu'ils disent et ce que 
proclament leurs théologiens ; cette version, amie de la mémoire, 
devient la vérité historique de demain. » 

Paul Veyne, 
Comment on écrit l'histoire, l re éd., Le Seuil, p. 231. 

« La société française est fragile parce qu'elle refuse les vérités 
qui blessent ou tout simplement qui gênent. En temps de guerre 
étrangère ou coloniale, le bourrage de crâne a atteint chez nous 
un degré qui a toujours stupéfié les Anglo-Saxons. Et en temps de 
paix ? » 

Jacques Fauvet, 
le Monde, 6 novembre 1979. 



48 



CHAPITRE PREMIER 
A-TON LU FAURISSON ? 



« Que nuist sçavoir tousjours et tousjours apprendre, feust-ce 
d'un sot, d'un pot, d'une gedoufle, d'une moufle, d'une pan- 
toufle ? » 

François Rabelais, 
Tiers Livre. 



Ce Robert Faurisson, professeur de lettres comme on les 
faisait dans le temps, n'en est pas à son premier esclandre. C'est 
sur notre scène littéraire, plus riche autrefois en vaillantes polé- 
miques que le morne temps où nous sommes, qu'apparaît en 
1961 un article de R. Faurisson consacré à une interprétation 
du sonnet des «Voyelles» de Rimbaud (1). L'auteur propose 
de décrypter ce sonnet fameux en montrant que sa signification 
véritable est de caractère erotique et qu'il décrit le corps fémi- 
nin « in coïtu ». 

À l'époque où la guerre d'Algérie semble s'éterniser, où les 
Algériens sont victimes dans les rues de Paris et de la banlieue 
des plus scandaleuses ratonnades, policières et populaires, où la 



(1) Bizarre n" 21-22, 1961. 

49 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

police ne patrouille plus que mitraillette au poing en « chassant 
le faciès », où la gauche murmure gravement « paix en Algé- 
rie » et croit à la montée d'un fascisme tout en laissant à de 
Gaulle et à ses barbouzes le soin de le combattre, la presse 
s'enflamme pour ce grave problème qu'est l'interprétation d'un 
sonnet. Doulce France ! 

On aura compris que cette première affaire Faurisson n'a 
guère retenu, à l'époque, mon attention non plus que celle de 
quelques-uns de mes contemporains. Le monde littéraire, lui, a 
tremblé sur ses bases. Tenants et adversaires de la thèse de Fau- 
risson se sont affrontés en champ clos. On a vu rompre des lan- 
ces à Sabatier, Kanters, Pieyre de Mandiargues, Bonnefoy, Bre- 
ton qui « approuve dans son ensemble » l'interprétation auda- 
cieuse du petit prof de lettres, pourtant bien austère, du fort 
prude lycée de jeunes filles de Vichy, alors que tombe comme 
un couperet le verdict d'Étiemble : schizophrénie (2). 

J'ignore si la polémique s'est éteinte et comment l'on 
enseigne aujourd'hui le sonnet fameux aux potaches (si même 
« Voyelles » a droit de cité dans tous les manuels) mais elle s'est 
en tout cas poursuivie jusqu'en 1968, quand Étiemble se rési- 
gna à faire un livre contre : 

N'eût été l'insistance de mon éminent collègue M. Faurisson, j'aurais 
sans doute laissé en vrac toutes ces notes ; mais comment résister à celui 
qui, célèbre pour avoir décelé sous chaque voyelle une des fioritures du 
coït, me sommait de me prononcer ? À l'en croire, je n'avais pas écrit 
assez de lignes sur ces vers. Ce volume apaisera-t-il sa boulimie ? 

dit le prière d'insérer (3). 

Pas plus en 1961 que maintenant, je ne me sens poussé à 
prendre le moindre parti en cette querelle. On peut, je crois, de 
l'extérieur du cénacle, apprécier la fine mécanique de la propo- 
sition de Faurisson tout en continuant à professer une haute 
estime pour le style d'Étiemble, sa fougue et ses courages. Tout 
en préférant donc rester au-dessus de cette mêlée, je relève, 
avec l'intérêt rétrospectif que soulèvent aujourd'hui d'autres 



(2) Voir les débuts de cette polémique dans Paris-Presse du 9 novembre 1961, Combat 
du 4 décembre 1961, l'Observateur littéraire du 28 décembre 1961 et du 11 janvier 1962, 
Rivarol du 28 décembre 1961, N. R. F. de janvier 1962, le Figaro littéraire du 13 janvier 
1962, le Monde du 3 février 1962, Lettre d'Étiemble du 10 février 1962 et du 24 février 
1962 (réponse de R. F.), les Temps modernes de mars 1962, etc. 

(3) Le Sonnet des voyelles. De l'audition colorée à la vision erotique, Gallimard, Les 
Essais 139,244 p. 



50 



A-T-ON LU FAURISSON ? 



écrits de Faurisson, quelques notations qui viennent, au fort de 
la bataille, sous la plume d'O. Mannoni (4) : 

La question de l'interprétation des textes de Rimbaud a repris une nou- 
velle actualité à la suite d'une tentative courageuse et radicale qu'il n'est 
pas mauvais de considérer - non pas avec l'idée de l'approuver en tout 
- mais parce qu'elle va jusqu'au bout d'un certain chemin et devient de 
ce fait exemplaire. On peut y voir, mêlées, des démarches qui aboutis- 
sent à un enrichissement valable du sens, selon des méthodes correctes, 
et en même temps une telle peur devant ce qu'il y a de proprement 
poétique dans la parole de Rimbaud, que quelques-unes des interpréta- 
tions données pour les plus profondes peuvent paraître des artifices pour 
refuser les textes. 

Il ajoute plus loin une remarque dont la pertinence semble 
générale, appliquée aux productions ultérieures de cet enragé 
critique de textes : 

Ce n'est pas sans quelque étonnement, d'ailleurs, qu'on remarque la pas- 
sion extrême avec laquelle, au sujet de ces quatorze vers, les divers inter- 
prètes brandissent leurs diverses interprétations. Ils manifestent une 
extraordinaire intolérance. Où peuvent bien être les sources d'une 
pareille énergie ? Il s'agit peut-être de la simple et classique colère avec 
laquelle tout vrai croyant rêve d'exterminer, dans la personne de ses 
adversaires, tout ce qui lui reste à lui-même de doutes obscurs. Le fana- 
tisme accourt à l'aide des convictions mal assurées. Il semblerait pour- 
tant qu'il n'y a pas matière à perdre son sang-froid. 

C'est par un autre coup de tonnerre dans le ciel serein de 
nos lettres que Faurisson allait déclencher en 1972 une nou- 
velle polémique, qui portait cette fois sur Lautréamont. Que 
faire d'autre ici, sinon reprendre le péremptoire prière d'insérer 
qui accompagne cette fois-ci un copieux dossier qui s'avoue 
thèse de lettres (5) : 

L'œuvre de Lautréamont n'a jamais été lue pour ce qu'elle est : une 
joyeuse et magistrale contrefaçon du moralisme pontifiant. Les Chants 
de Maldoror et les Poésies sont deux fantaisies bouffonnes. Isidore 
Ducasse s'y présente successivement sous les apparences d'un Tartarin 
(ou d'un Fenouillard) du vice et de la vertu. Il fait mine de braver - 
admirons le style - le « crabe de la débauche » et le « boa de la morale 
absente ». Une floraison de janotismes, de cuistreries et d'absurdités 
cocasses donne toute leur saveur à ces deux divertissements satiriques. 

Encore fallait-il, pour les mettre à jour, veiller à lire sans préjugé, ligne à 
ligne, mot à mot et au ras du texte : précaution élémentaire que négli- 
gent parfois les commentateurs, en particulier ceux de la nouvelle 
critique. 

(4) O. Mannoni, «Le besoin d'interpréter», les Temps modernes, n° 190, mars 1962, 
p. 1347-1361. Ici pp. 1350 et 1354. Les écrits de Faurisson sur ce sujet sont rassemblés 
dans A-t-on lu Rimbaud ? (suivi de : l'Affaire Rimbaud), J.-J. Pauvert, rééd. 1971, 63 p. 

(5) A-t-on lu Lautréamont ? Gallimard, Les Essais 170, 1972, 433 p. 



51 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

On a beaucoup crié au génie surréaliste de Lautréamont. En fait de 
génie, c'est celui de la bêtise prudhommesque qui s'exprime par le tru- 
chement de ces deux grotesques que sont le « Chantre » et le « Poète ». 
L'œuvre d'Isidore Ducasse (1846-1870) constitue l'une des plus prodi- 
gieuses mystifications littéraires de tous les temps... 

La soutenance fut d'ailleurs fort mouvementée ainsi qu'en 
rendit compte Jacqueline Piatier qui qualifiait l'impétrant tour 
à tour de pétaradant, d'impavide, de Scarron, de prophète et de 
téméraire archer. « Mais on rit, et c'est là l'important (6). » En 
montant à l'assaut des écoles de critique, ancienne et nouvelle, 
Faurisson expose ses divergences sur le mode burlesque : 



La critique de textes (trois écoles) 



Trois façons de voir un texte. Trois façons de voir les choses, les gens, les 
textes. Trois façons de voir un stylobille et d'en parler. 

1 .- L'ancienne critique déclare : « Cet objet est une pointe Bic. Il 
sert à écrire. Replaçons-le dans son contexte historique : nous reconnais- 
sons dans cet objet le "style" des Anciens ; il se présente ici sous une 
forme moderne ; il est pratique, aisé à manier et à transporter ; il a son 
autonomie. Voyons le cadre socio-économique dans lequel il s'inscrit : il 
obéit aux contingences de la production industrielle en série ; il est bon 
marché ; il se consomme et il se jette. Décrivons-le [il est remarquable 
que l'ancienne critique ait tendance à retarder ce moment de la descrip- 
tion qui devrait en bonne logique précéder tout autre moment ; on dirait 
qu'elle a peur de la réalité et qu'elle ne l'aborde qu'au terme d'une sorte 
de mouvement tournant, d'allure historique, qui lui donne des apparen- 
ces réfléchies] : cette pointe Bic se compose d'un étui, d'un conduit pour 
l'encre, d'un capuchon, d'une pointe métallique : l'ensemble est surtout 
fait de matière plastique molle ou dure ; l'étui est bleu, blanc et doré ; sa 
section est hexagonale ; sa forme est allongée. Préoccupons-nous de 
savoir qui est l'auteur de cette œuvre et ce que l'auteur a dit de son 
œuvre : découvrons ainsi que cet objet est fabriqué dans les usines du 
baron Bich ; cet industriel est honorablement connu ; voyez ce qu'en ont 
dit Paris-Match, Jours de France et France-Soir ; le baron Bich n'a pas 
caché comment, pourquoi et pour qui il avait conçu et fabriqué ce pro- 
duit ; il en est le producteur et il connaît donc son affaire mieux que per- 
sonne ; il est allé jusqu'à faire des confidences sur son produit ; il a révélé 
ainsi que toute sa pensée, toute son intention pouvait se résumer en 
ceci : "J'ai, d'abord et avant tout, pensé aux travailleurs, aux gagne- 
petit..." » 

2.- La nouvelle critique survient et déclare : «L'ancienne n'intéresse 
plus grand monde. Ses vues sont sclérosées. Elles sont l'expression d'une 
société qui s'est figée vers 1880-1900. Encore Taine, Renan et Lanson 
n'étaient-ils, à tout prendre, que les continuateurs de Sainte-Beuve. 
Honorons les vieillards. Ils sont émouvants. Mais ils sont dépassés. Par 
qui ? Mais par nous, en toute modestie. Voici ce qu'il faut comprendre : 



(6) Maldoror entre M. Prudhomme et M. Fenouillard, le Monde, 23 juin 1972. 

52 



A-T-ON LU FAURISSON ? 



les choses ne disent pas ce qu'elles veulent dire ni même ce qu'elles 
disent. De même pour les gens et pour les mots. Il faut chercher autour, 
en dessous, à travers. Le regard doit à la fois se promener négligemment 
et, subitement, venir percer les choses. Cette "pointe Bic" [l'appellation 
est plate et bassement circonstanciée] n'est que tout à fait accessoirement 
cela. Elle est... un agencement de structures. De telle forme. Dans tel 
contexte à la fois [et non : successivement] historique, économique, 
social, esthétique, individuel. Ici tout est dans tout, et réciproquement. 
Cet objet [ob-jet] est un ensemble de structures scripturaires ou scriptu- 
rales où se conjuguent différents systèmes de coloration bleuâtre et de 
matité translucide. Il s'agit d'une réalité chatoyante et arachnéenne à 
capter dans la complexité des lacis et des modulations. Ce tube est ana- 
phorique [ça se porte la pointe en avant]. Dans ce tube s'inscrit l'intério- 
rité de l'objet [l'ob-jet]. Ce tube est l'élément charnière grâce auquel 
l'étendue interne de l'œuvre s'articule en un volume signifiant. Toute 
thématique relève ainsi à la fois d'une cybernétique [ça bouge] et d'une 
systématique [c'est construit]. Un déchiffrement psychanalytique 
s'impose. On sait que le baron Bich est féru de marine à voile. Il est 
hanté par l'America Cup qu'il n'est jusqu'ici jamais parvenu à gagner. 
Eh bien, regardez cette pointe anaphorique. Il est manifeste que le baron 
a opéré un transfert sur les structures de la pointe Bic. Notez cette 
manière offensive de fendre les flots dans le contexte d'une société tout 
entière tournée vers la production et la consommation. Ce que le baron 
ne réussit pas sur les flots, il le tente ailleurs. À un autre niveau d'ana- 
lyse, on pourrait aussi parler de symbole phallique. À ce point de vue, il 
n'est pas inintéressant de relever que, pour baptiser l'objet [l'ob-jet] en 
question, le baron a procédé soit à l'amputation de la lettre H [Bich a 
donné Bic], soit à l'ablation de cette lettre. L'amputation peut s'interpré- 
ter de différentes façons sur lesquelles il convient de passer. Quant à 
l'ablation, elle peut se comprendre comme le signe d'une appartenance, 
discrète et émouvante, à une entité "Homo" de type balzacien, réinter- 
prété avec tant de finesse par Roland Barthes dans son S/Z. Mais 
d'autres déchiffrements structuralistes sont possibles : par exemple, 
selon la conscience imaginante de Bachelard, la conscience perceptive 
[ou : a-thétique de soi] de Merleau-Ponty, la sentimentalité ontologique 
de Jean Wahl, la méditation marcelienne du corps et, de façon plus 
générale, l'intentionalité phénoménologique. » (N.B. : toute cette der- 
nière phrase figure dans l'Univers imaginaire de Mallarmé, de 
J.-P. Richard, thèse, 1961 ; tout le baragouin ontologique de ma nouvelle 
critique se trouve dans les premières pages de cette œuvre.) 

3.- La critique de toujours s'étonne de tant de science et de si peu 
de jugeotte. Elle va droit à l'objet. C'est là son premier mouvement. Son 
premier mouvement n'est pas de tourner autour du pot. Elle ne veut 
d'abord savoir ni qui, ni quoi, ni qu'est-ce. Elle ne veut connaître ni 
l'époque, ni le lieu. Ni le nom de l'auteur, ni ses déclarations. Pas de 
commentaire, pas de philosophie. Montrez-moi ça. Elle examine de loin 
et de près. Elle voit écrit Reynolds. A priori, l'objet serait un stylobille 
de la marque Reynolds. Méfiance toutefois ! La réalité correspond-elle à 
la dénomination et à l'apparence ? C'est à voir. Nouvel examen de 
l'objet. Serait-ce un stylobille postiche ? Cette apparence de stylobille 
pourrait dissimuler, que sais-je ? une arme, un micro... de la poudre à 
éternuer. Tout est à examiner soigneusement. Le résultat de l'examen 
pourra être que je suis incapable de m' expliquer cet objet. En consé- 



53 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



quence, je me garderai bien de faire comme si je me l'expliquais. Et je ne 
prétendrai pas l'expliquer aux autres. Je ne ferai pas de commentaire. Je 
me tairai. La critique de toujours a de redoutables exigences : réfléchir 
avant de parler ; commencer par le commencement ; se taire quand, en 
fin de compte, on n'a rien à dire. Un bel exemple de cette critique (tou- 
jours prônée, rarement mise en pratique) : l'histoire de la dent d'or 
racontée par Fontenelle. Les illustrissimes professeurs se sont ridiculisés 
tandis que l'orfèvre anonyme a pensé juste, droit et vrai. 

La conclusion de Jacqueline Piatier, un peu choquée par 
« cette thèse hénaurme », n'est pas défavorable : Lautréamont 
est 

sans doute moins facile à réduire que ne le croit M. Faurisson, qui fait ce 
simple raisonnement : si l'on a fait trop dire aux Chants de Maldoror 
c'est qu'ils ne veulent rien dire... Mais M. Faurisson dans son simplisme 
n'est pas non plus facile à réduire. On ne peut nier qu'il ait mis le doigt 
sur quelques-uns de nos maux et qu'il fasse régner, là où il passe, une 
bonne santé mentale et verbale que la jeunesse trouve à son goût. Sans 
barguigner, la Sorbonne a accordé à sa thèse la mention très honorable, 
tandis que, célébré à la fois par nos modernes abstracteurs de quintes- 
sence et par cet amateur de Pierre Dac, auquel il trouve que Lautréa- 
mont ressemble, Isidore Ducasse entrait vraiment dans la gloire. 

La presse, là encore, allait batailler fermement pour ou 
contre les idées de Faurisson (7). 

Il s'explique sur ce qu'il appelle sa méthode, par exemple 
dans cette interview aux Nouvelles littéraires (8) : 

Un point commun, parmi beaucoup d'autres, de la plupart des tenants 
de la nouvelle critique, mais aussi de l'ancienne critique, c'est leur répu- 
gnance à s'attaquer directement aux textes et à en parler avec les mots de 
tous les jours. Le « paléo » et le « néo » ont besoin, pour analyser un 
texte, d'une foule de considérations historiques, psychologiques, linguis- 
tiques ou psychanalytiques, qui me paraissent de purs alibis. « Paléo » et 
« néo » sont plus ou moins d'accord pour décrier la recherche du sens 
premier et vérifiable. Je suis pourtant persuadé que nous ne cessons de 
commettre, sur des textes français, comme sur des textes latins, grecs, 
hébreux ou chinois, des faux sens et des contresens. Il faut chercher la 
lettre avant de chercher l'esprit. Les textes n'ont qu'un sens ou bien il 
n'y a pas de sens du tout. 

Ce sens peut être double (comme dans l'ironie, par exemple), mais cela 
ne fait jamais qu'un sens. Souvent on ne le trouve pas. Parfois, on s'ima- 
gine l'avoir trouvé et, un peu plus tard, on s'aperçoit qu'il n'en est rien. 
Un mot pris isolément peut avoir plusieurs sens, mais, dès lors qu'il 



(7) L'ouvrage suivant de Faurisson, la Clé des « Chimères » et « Autres Chimères » de 
Nerval, J.-J. Pauvert, 1976, 140 p., n'a pas soulevé les mêmes passions. Habitude du 
public ou moindre prestige de Nerval ? 

(8) 10-17 février 1977, « Je cherche midi à midi ». Propos recueillis par Gérard Spitéri. 



54 



A-T-ON LU FAURISSON ? 



s'insère dans une phrase, il tend à perdre, et même très vite, cette aptitu- 
de-là. Il ne faut pas confondre « sens » avec « sentiment ». Un même 
texte peut inspirer les sentiments les plus contradictoires : on lui donne 
alors tel ou tel sens, mais cela ne revient absolument pas à affirmer qu'il 
possède tous ces sens, qu'il les contient en même temps ! Qu'on attribue 
une qualité à telle personne ne signifie nullement que cette personne est 
dotée de cette qualité-là. Je voudrais bien que la critique littéraire accep- 
te cette dure loi du sens, comme les physiciens acceptent la loi de la 
pesanteur. Quant à l'Université, j'estime que certains de ses représen- 
tants apprennent aux gens à lire « entre les lignes » ; pour ma part, ce 
sont d'abord les lignes que je cherche à lire. C'est déjà assez difficile. 

- À quoi exercez-vous vos étudiants ? 

Je les entraîne à la « critique de textes et documents » (littérature, his- 
toire, médias, etc.). Si, dans un texte réputé historique (mais ces réputa- 
tions ne sont-elles pas de l'ordre du préjugé ?), ils relèvent les mots de 
« Napoléon » ou de « Pologne », j'interdis que leur analyse fasse état de 
ce qu'ils croient savoir de Napoléon ou de la Pologne ; ils doivent se 
contenter de ce qui est dit dans le texte. Un texte ainsi examiné, à cru et 
à nu, avec les yeux du profane et sans chiqué, prend un relief intéressant. 
Excellent moyen, d'ailleurs, de détecter les falsifications et « fabrica- 
tions » en tous genres. Mes étudiants appellent cela la « méthode Ajax » 
parce que ça récure, ça décape et ça lustre. 

Que cette méthode soit suffisante pour tout comprendre 
d'un texte, pour satisfaire en tout cas à l'ensemble des curiosités 
qu'il peut susciter en moi, j'en doute fort, et je ne rejetterai pas 
d'un geste aussi décidé les autres écoles critiques, bien que l'on 
sache à quel grotesque certains cuistres ont pu les amener, à Tel 
Quel ou ailleurs. 

Ce qui est certain, c'est que ce souci de prendre les textes 
au ras des mots ne pouvait manquer d'amener Faurisson à tra- 
vailler sur des textes, littéraires ou non, liés à certains événe- 
ments cruels de notre époque, et à proposer de les récurer à 
l'aide de sa « méthode Ajax ». Que l'on accepte ou non d'y voir 
une manière propre à jauger et à juger entièrement d'un texte, 
le simple bon sens suffit à y voir en tout cas un préalable dont 
l'intérêt est évident : il faut commencer par lire les textes pour 
ce qu'ils se donnent avant de les interpréter. 

Ainsi, au moment où l'affaire Faurisson se déclenche, en 
1978, plusieurs journaux s'emparent de l'un des thèmes de tra- 
vail qu'il avait donné à ses étudiants lyonnais : « Le Journal 
d'Anne Frank est-il authentique ? » Dans l'amalgame et les 
insinuations qui allaient s'ensuivre, la chose allait immanqua- 
blement prendre les allures d'une provocation antisémite. 
Affaire de contexte. L'imputation était d'autant plus facile (le 
thème était formulé interrogativement mais le lecteur devait 



55 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

supposer que Faurisson répondait par la négative) qu'il n'avait 
rien publié sur ce travail de recherche ; il voulait en peaufiner 
la rédaction. Dans l'état, il apparaît nettement à la lecture de 
cette analyse très serrée que le texte attribué à la jeune Anne 
Frank est ce que l'on peut appeler une supercherie littéraire... 
Ceci n'enlève évidemment rien au tragique du sort qu'elle a 
connu. 

Le mieux, là aussi, est de juger sur pièces (9). Que le lec- 
teur veuille bien s'y reporter pour voir s'il ne trouvera pas 
ensuite intolérablement calomnieuses les affirmations d'un 
vice-président de la fédération du Rhône de la L.I.C.A., M. Re- 
né Nodot( 10): 

Faurisson n'a pas trouvé tout seul la calomnie contre le journal d'Anne 
Frank. Le « promoteur » de cette affaire abjecte est un ancien collabora- 
teur de la Gestapo, Ernst Rômer, qui fut condamné à 1 500 marks 
d'amende pour avoir lancé par tracts une campagne sur ce thème. Le 
gestapiste a bien entendu fait appel. Le procès est venu devant la cour de 
Hambourg. Le père d'Anne Frank, toujours vivant, a produit devant la 
cour la pièce à conviction décisive : l'original du journal... 



(9) Voir, plus loin, ce texte, dans les annexes. 

(10) Le Droit de vivre, février 1979. 

56 



CHAPITRE II 
CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



L'affaire qui nous occupe a commencé en 1974 d'une assez 
curieuse manière : le 17 juillet surgit dans le Canard enchaîné 
une lettre adressée trois mois auparavant par Faurisson au 
D r Kubovy, directeur du Centre de documentation juive de Tel 
Aviv. En voici le texte, en rétablissant les passages tronqués 
par le Canard : 

Puis-je me permettre de vous demander votre sentiment, votre senti- 
ment personnel, sur un point particulièrement délicat de l'histoire 
contemporaine : les chambres à gaz hitlériennes vous semblent-elles 
avoir été un mythe ou une réalité ? Auriez- vous l'obligeance de me pré- 
ciser éventuellement dans votre réponse quel crédit, selon vous, il 
convient d'accorder au «document Gerstein », à la confession de 
R. Hôss, au témoignage Nyiszli (faut-il dire Nyiszli-Kremer ?) et, d'une 
façon générale, à ce qui s'est écrit de ce point de vue sur Auschwitz, sur 
le gaz Zyklon B, sur le sigle « N.N. » (« Nacht und Nebel » ou « Nomen 
Nescio » ?) et sur la formule de « solution finale » ? Votre opinion sur la 
possibilité d'existence de ces chambres a-t-elle varié depuis 1945 ou bien 
reste-t-elle aujourd'hui ce qu'elle était il y a vingt-neuf ans ? Je n'ai pu, 
jusqu'à présent, découvrir de photographies de chambres à gaz qui 
paraissent présenter quelque garantie d'authenticité. Ni le Centre de 
documentation juive de Paris, ni l'Institut fur Zeitgeschichte de Munich 
n'ont pu m'en fournir. Auriez-vous, pour votre part, connaissance de 
photographies à verser au dossier de la question ? Merci d'avance pour 
votre réponse et peut-être pour votre aide. Veuillez recevoir, Monsieur, 
l'assurance de ma considération distinguée. 



57 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Le Canard ne faisait que la reprendre de Tribune juive- 
Hebdo (14 juin 1974) qui, elle-même, la reprenait du quotidien 
israélien Yedioth Aharonoth (26 mai 1974) où la lettre avait 
abouti, le destinataire étant décédé. Il s'agissait d'une lettre 
semblable à celle que Faurisson avait envoyée à plusieurs 
dizaines de destinataires, historiens et spécialistes connus, à tra- 
vers le monde. 

Dès le 25 juin, on en parle au conseil de l'université (Sor- 
bonne nouvelle - Censier) où enseigne Faurisson. Sa lettre 
porte l' en-tête de l'université : 

Le Président [M. Las Vergnas] a été saisi par quelques collègues de la 
parution dans l'hebdomadaire Tribune juive d'un article signé par 
M. Faurisson et qui contient des doutes inadmissibles quant à l'existence 
des camps de concentration nazis. Or cet article a été écrit sur du papier 
à en-tête de notre université (centre Censier). En conséquence, le Prési- 
dent souhaite que le conseil l'invite à adresser, en son nom, au journal 
en question un désaveu total des allégations de notre collègue, celles-ci 
mettant en cause le renom de notre université. Le conseil approuve una- 
nimement cette attitude. 

Robert Faurisson remarque 

[...] qu'une lettre est ici présentée à deux reprises comme un article. Une 
lettre publiée sans le consentement de son auteur est présentée comme 
un article qui aurait été, par ses soins, remis à un journal. Des questions 
sur l'existence des chambres à gaz deviennent des doutes quant à l'exis- 
tence des camps de concentration ; puis ces doutes sont qualifiés, à leur 
tour d'allégations. Ces doutes, déclarés inadmissibles, et ces allégations 
qui appelleraient un désaveu total, mettraient en cause le renom d'une 
université. 

- Depuis quand condamne-t-on quelqu'un sans qu'il soit admis à pré- 
senter sa défense (ne serait-ce qu'au titre d'« observateur invité» ; qua- 
lité dont seul a bénéficié le collègue qui a « saisi le Président de cette 
affaire ») ? 

- Depuis quand le Président et son conseil ont-ils qualité pour juger les 
recherches d'un professeur, recherches sur lesquelles ils ne disposent que 
d'une lettre tronquée ? 

- Depuis quand l'Université conteste-t-elle le droit au doute et à la 
recherche ? 

Ces remarques, il les affiche à Censier pour répondre aux 
rumeurs qui circulent et à d'autres affiches, injurieuses à son 
égard. Il fait suivre son nom de la mention « membre adhérent 
du S.N.E.Sup », ce qui lui vaut bientôt d'être exclu dudit syndi- 
cat, car cette mention « tend à laisser croire que les questions 
posées par Faurisson, et qu'il présente comme de nature exclu- 
sivement scientifique, peuvent avoir la caution du S.N.E.Sup ; 



58 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 

mais une campagne menée depuis des années pour essayer de 
déterminer des degrés dans l'horreur des crimes nazis, alors que 
se développent par ailleurs des tentatives de réhabilitation de 
l'hitlérisme, ne peut manquer de faire l'objet d'une exploitation 
politique et le S.N.E.Sup se refuse évidemment à lui donner la 
moindre caution. La commission estime donc que l'utilisation 
du sigle S.N.E.Sup dans ce contexte est de nature à porter un 
préjudice moral au syndicat (11)». Limitons-nous à trois 
remarques : il faut avoir l'esprit singulièrement borné pour ne 
pas se rendre compte qu'il y a évidemment eu des degrés dans 
l'horreur. Ensuite, personne n'a jamais soupçonné un syndicat 
d'universitaires de cautionner les recherches de ses adhérents. 
Le S.N.E.Sup ne fait pas précisément figure de société savante. 
Ce petit jésuitisme n'a d'autre fonction, au moment où un 
adhérent (de longue date) a besoin de soutien en raison des atta- 
ques dont il se sent l'objet, que de le laisser tomber. Troisième 
point, intéressant parce qu'il ressort en 1974 comme en 1979, 
comme il ressortait il y a vingt ans et comme on souhaite qu'il 
ne ressorte pas dans vingt ans : le coup de la « campagne de 
réhabilitation de l'hitlérisme ». 

Cette campagne est à l'évidence permanente chez certains 
de ceux qui participèrent à l'entreprise (pas tous, il y a aussi des 
repentis) et d'autres, plus jeunes, qui vivent dans la nostalgie du 
bon Adolf. Cette campagne, depuis 1945, n'a jamais connu 
autre chose que des échecs piteux. On proteste moins contre les 
campagnes de réhabilitation d'autres tyrannies criminelles, 
comme celle de la famille royale française (voir les contorsions 
récentes du comte de Paris) ou de M. Bonaparte, à l'occasion 
du bicentenaire de sa naissance, célébré par l'État français, aux 
frais du contribuable. Que la naissance du Fuhrer soit célébré 
dans deux cents ans par un éventuel État allemand me paraît 
probable, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Le fait 
d'exalter le dictateur liberticide du 18 Brumaire n'entraîne pas 
ipso facto que notre régime politique ressemble à celui du 
fameux précurseur de Bokassa. Souhaitons la même chose aux 
Allemands du XXII e siècle. Ajoutons que ceux qui veulent vrai- 
ment réhabiliter Hitler, ou Pétain, ou Louis XVI, ou Trotski le 
disent. Leur entreprise n'aurait guère de sens s'ils n'en 
avouaient hautement le but. Il importe donc de ne pas se trom- 
per d'adversaire et de cesser ce petit chantage permanent. Il ne 
peut d'ailleurs faire taire que ceux qui ont précisément le souci 



(11) S.N.E.Sup, commission des conflits, délibération du 4 octobre 1975. 

59 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

de ne pas se faire confondre avec les partisans déclarés de 
l'hitlérisme, et dont le propos est autre. 

À la suite de ce détournement de correspondance, Fauris- 
son fut, comme on le pense, abreuvé de diffamations et de 
menaces diverses (lettres, coups de téléphone, graffiti chez lui, 
dans un style typiquement antinazi : « Faurisson, tu crève- 
ras »). 

Il fournit aussi le point de départ d'un litige qui opposa 
longuement Faurisson aux instances de l'université de Lyon II, 
où il vint enseigner en 1974. Il avait des raisons de penser que 
les rumeurs hostiles engendrées par la publicité donnée à l'un 
de ses thèmes de recherche, avait eu pour effet d'empêcher le 
déroulement normal de sa carrière universitaire. Il eut la can- 
deur de s'en offusquer. Une longue procédure judiciaire le fai- 
sait débouter en Conseil d'État en octobre 1978. Il va de soi que 
l'atmosphère de l'université lyonnaise en était quelque peu 
affectée et qu'en face de collègues hostiles, il ne pouvait comp- 
ter que sur des appuis rares et discrets. 

Cela n'empêche pas l'auteur de la « méthode Ajax » de 
continuer à travailler. C'est la lecture des livres d'un ancien 
déporté, Paul Rassinier, qui l'a mis sur cette piste. Nous parle- 
rons plus loin de Rassinier et des incroyables calomnies dont il 
a été la victime. Il souhaitait, avant sa mort en 1967, que de 
jeunes chercheurs reprennent le flambeau et contribuent à faire 
davantage de lumière sur cette période douloureuse de la guerre 
et de la déportation. 

Faurisson constitue des dossiers, envoie des lettres dans 
tous les azimuts pour demander de la documentation, fré- 
quente assidûment les salles de lecture, comme celle du Centre 
de documentation juive contemporaine, enquête auprès des 
professionnels de l'usage des gaz, de la crémation, se rend en 
Autriche et en Pologne pour visiter les lieux, armé d'un mètre 
et d'un appareil photo, il interroge les témoins et les archi- 
vistes, il analyse lès textes. Il tire des conclusions. Il cherche à 
les publier. C'est là que rien ne va plus. 

Dans une lettre publiée en droit de réponse, il décrit rapi- 
dement sa démarche (12) : 

Jusqu'en 1960, j'ai cru à la réalité de ces gigantesques massacres en 
« chambres à gaz ». Puis, à la lecture de Paul Rassinier, ancien déporté 



(12) Le Monde, 16 janvier 1979. 

60 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



résistant et auteur du Mensonge d'Ulysse, j'ai commencé à avoir des 
doutes. Après quatorze ans de réflexion personnelle, puis quatre ans 
d'une enquête acharnée, j'ai acquis la certitude, comme vingt autres 
auteurs révisionnistes, que je me trouvais devant un mensonge histo- 
rique. J'ai visité et revisité Auschwitz et Birkenau où l'on nous présente 
une « chambre à gaz reconstituée (a) » et des ruines dites de « créma- 
toires avec chambres à gaz ». Au Struthof (Alsace) et à Majdanek 
(Pologne), j'ai examiné des locaux présentés comme des «chambres à 
gaz en état d'origine». J'ai analysé des milliers de documents, en parti- 
culier au Centre de documentation juive contemporaine de Paris : archi- 
ves, sténogrammes, photographies, témoignages écrits. J'ai inlassable- 
ment poursuivi de mes questions spécialistes et historiens. J'ai cherché, 
mais en vain, un seul ancien déporté capable de me prouver qu'il avait 
réellement vu, de ses propres yeux, une « chambre à gaz ». Je ne voulais 
surtout pas d'une illusoire abondance de preuves ; j'étais prêt à me 
contenter d'une preuve, d'une seule preuve. Cette preuve, je ne l'ai 
jamais trouvée. Ce que j'ai trouvé, en revanche, ce sont beaucoup de 
fausses preuves, dignes des procès de sorcellerie et déshonorantes pour 
les magistrats qui s'en étaient accommodés. Et puis j'ai trouvé le silence, 
la gêne, l'hostilité et, pour terminer, les calomnies, les insultes, les 
coups. 



En même temps qu'il « poursuit inlassablement de ses 
questions spécialistes et historiens », il entame avec la presse, et 
surtout avec le Monde, une sorte de guérilla pour obtenir que 
l'on y publie ses vues, et cela dès 1966, sans guère de succès. En 
voici un exemple symptomatique : Faurisson avait envoyé à 
Charlotte Delbo une lettre analogue à celle qui, expédiée au 
D r Kubovy, avait fait surface dans le Canard enchaîné. Char- 
lotte Delbo, écrivain, auteur de plusieurs récits sur la déporta- 
tion (13), la communique au Monde, assortie d'un commentai- 
re. Plus correct que le Canard, le Monde demande à Faurisson 
l'autorisation de publier cette lettre - privée - et il refuse. Elle 
est néanmoins publiée avec le commentaire de Charlotte 
Delbo, mais le nom de Faurisson a disparu. Pour qui a lu, à 
cette époque, le Canard enchaîné, l'allusion est transparente. 
L'article s'intitule « Démythifier ou falsifier (14) » : 

« Les chambres à gaz hitlériennes vous semblent-elles avoir été un 
mythe ou une réalité ? (...) Votre opinion sur la possibilité d'existence de 
ces chambres a-t-elle varié depuis 1945 ou bien reste-t-elle aujourd'hui 
ce qu'elle était il y a vingt-neuf ans ? Je n'ai pu, jusqu'à présent, décou- 



(a) Présentée aux touristes comme étant d'origine. 

(13) « Écrivain, Charlotte Delbo a publié quatre récits sur la déportation : Aucun de nous 
ne reviendra, Une connaissance inutile, Mesure de nos jours, Le Convoi du 24 janvier (éd. 
de Minuit), et une pièce : Qui rapportera ces paroles ? » (Oswald). 

(14) Charlotte Delbo, le Monde, 1 1-12 août 1974. 



61 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



vrir de photographies de chambres à gaz qui paraissent présenter quel- 
que garantie d'authenticité. Ni le Centre de documentation juive de 
Paris ni l'Institut fur Zeitgeschichte de Munich n'ont pu m'en fournir. 
Auriez-vous connaissance de photographies à verser au dossier de la 
question ? Je vous remercie d'avance pour votre réponse, et, peut-être, 
pour votre aide. » 

Questions qu'on peut trouver étranges quand elles sont adressées au 
témoin que je suis. Pourtant, elles me sont posées par une lettre que j'ai 
reçue tout récemment. 

Sans doute cette lettre ne mériterait-elle qu'un haussement d'épaules, un 
mouvement de pitié (pauvre dément...) ou une réponse ironique (quoi, 
Monsieur, mettrez- vous toute l'histoire en doute jusqu'à l'invention de 
Niepce ? Nierez-vous la Saint-Barthélémy, la prise de la Bastille et la 
bataille de Waterloo parce que le reporter de Paris-Match n'y était 
pas ?). Oui, sans doute, ne mériterait-elle que cela, cette lettre, si elle 
n'était écrite sur papier à en-tête d'une faculté des lettres et si son signa- 
taire ne faisait suivre son nom de son titre : maître de conférences. 

Voilà donc un professeur qui s'est documenté uniquement pour avoir 
des preuves a contrario, des preuves contre la vérité, et qui espère que je 
l'aiderai à trouver ces preuves. Car enfin, comment supposer que 
R. Hôss, dont on a publié l'autobiographie (le Commandant d'Auschwitz 
parle) aurait dit qu'il considérait de son devoir, bien que cela lui fût 
pénible, de coller son œil au hublot de la chambre à gaz pour chaque 
fournée qui y passait ? Pour donner des armes à l'accusation alors qu'il 
chipotait sur les chiffres : deux millions huit cent mille juifs gazés, 
d'après lui, et non quatre millions comme le tribunal le soutenait ? 

Les chambres à gaz me semblent-elles avoir été un mythe ou une réa- 
lité... La question m'accable. Ainsi nous aurions lutté avec une volonté 
surhumaine pour sortir d'Auschwitz, nous aurions lutté dans des condi- 
tions si terribles que notre survie tient du miracle, notre volonté de sur- 
vivre aurait été soutenue par la volonté de dire ensuite cet indicible que 
nous avions vécu, nous aurions, en rentrant, porté témoignage pour tenir 
la promesse que nous avions faite là-bas : dire ce que c'était, et, aujour- 
d'hui, on vient nous demander si les chambres à gaz étaient un mythe ? 

Non, Monsieur, la rangée d'énormes cheminées d'où sortait jour et nuit 
une épaisse fumée noire n'est pas une invention des survivants. Certes, 
une photographie ne montre aucune différence entre ces cheminées et 
celles de hauts-fourneaux, mais l'odeur ? L'odeur de la chair qui brûle ? 
L'odeur n'est pas retenue par la photographie. De même, une photogra- 
phie de la chambre à gaz montre un hangar banal. Mais j'ai vu déferler 
sur Auschwitz, où je suis arrivée le 27 janvier 1943, des Juifs de toute 
l'Europe, des populations entières que les S.S. poussaient vers ce hangar 
et qui y disparaissaient pour toujours. Excusez-moi, monsieur, à Birke- 
nau j'étais privée de tout, même d'un appareil-photo. 

Mon opinion sur la possibilité d'existence de ces chambres à gaz ? Ce 
n'est pas une opinion que j'ai, c'est la certitude de les avoir vues. Et que 
cette certitude ait pu varier depuis vingt-neuf ans... Quelle question ! 
J'étais encore assez jeune alors pour n'être pas à l'âge sénile aujourd'hui. 



62 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



Heureusement, j'avais de la marge. Que je doive user de cette marge 
pour protester contre un esprit perverti me désespère. 

En être là ! Que nous en soyons là ! Le « rétro », qui fait de l'esthétisme 
avec le nazisme, qui romantise l'hitlérisme, lui donne une trouble fasci- 
nation, est plus qu'une mode qu'auraient lancée des intellectuels blasés 
ou à court d'imagination. Le danger est plus grave. On révise l'histoire 
pour en réviser les leçons. On veut effacer la vérité pour qu'une renais- 
sance du fascisme ne paraisse pas une menace mortelle. N'étaient-ils pas 
beaux, ces S. S. dans leurs uniformes, et virils, et ardents à l'amour et 
investis de ce pouvoir suprême : donner la mort ? N'est-ce pas un héros, 
ce bel S. S., un modèle à proposer à des jeunes gens qui cherchent un but 
à leur vie ? Oui, l'entreprise est plus grave qu'il n'y paraît. Qu'on per- 
mette à une survivante d'Auschwitz de demander qu'on y réfléchisse. 

Faurisson s'estimant mis en cause (et qui d'autre le serait ?) 
envoie une réponse où il dit notamment : 

Des chambres à gaz auraient-elles cependant fonctionné « en quelques 
points de Pologne et notamment à Auschwitz-Birkenau » ? M rae Delbo 
affirme en avoir vu une. Mais qu'a-t-elle vu au juste ? Elle ne nous le dit 
pas. Elle mêle les fours crématoires (où l'on brûlait les cadavres) avec les 
chambres à gaz (où, à ce qu'on prétend, on tuait jusqu'à dix mille per- 
sonnes par jour). Hôss, dit-elle, avoue qu'il collait son œil au hublot de 
la chambre à gaz. Pour ma part, je lis dans l'ouvrage qu'elle cite (le 
Commandant d'Auschwitz parle..., Julliard, 1970, p. 288) que Hôss 
regardait l'intérieur de la chambre à gaz « à travers le trou de la serrure 
de la porte ». Cette absurdité, jointe à cent autres de même acabit, fait de 
la « confession » de Hôss un document auquel on peut accorder autant 
de valeur qu'aux aveux des procès de Moscou, de Prague ou, comme 
c'est le cas ici, de Varsovie. D'ailleurs, le manuscrit de Hôss n'est, en 
fait, pas consultable et les versions qui en circulent sont gravement 
contradictoires. 

Il est troublant que des détenus qui ont passé plus de trois ans à 
Auschwitz-Birkenau affirment n'y avoir jamais vu de chambre à gaz ; tel 
est le cas de Benedikt Kautsky, déporté juif et leader du Parti social- 
démocrate autrichien. Rien ne permet de dire que les « actions spé- 
ciales » crûment relatées dans le journal saisi sur le chirurgien 
d'Auschwitz Johann-Paul Kremer (Cahiers d'Auschwitz n° 13, 1971) 
soient des gazages. Enfin, une question : la Croix-Rouge internationale 
a-t-elle, sur le sujet, procédé, en septembre 1944, à une enquête minu- 
tieuse auprès de prisonniers de toutes les catégories et a-t-elle conclu à 
l'inexistence, passée et présente, de ces chambres à gaz que la radio 
anglaise situait à Auschwitz-Birkenau ? 

Les déportés sont morts de faim, de froid, de maladies, d'épidémies, de 
mauvais traitements. Ils ont parfois été exécutés par armes à feu ou par 
pendaison. Ils ont parfois été victimes des bombardements alliés. Ils ont 
été décimés par d'incessants transferts. À toutes ces horreurs faut-il ajou- 
ter celle, bien plus abominable et parfaitement démoniaque, des cham- 
bres à gaz ? Je l'ai cru. Je ne le crois plus guère. Mais le doute n'interdit 
pas la recherche ; au contraire. 

À quoi réplique, dans une lettre, Pierre Viansson-Ponté : 
« Puisque vous n'étiez pas nommé, il ne saurait exister aucun 



63 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

droit de réponse. Quant à la lettre initiale, elle était adressée à 
M me Delbo et une lettre appartient, vous le savez, à son destina- 
taire. Au surplus, il ne nous paraît pas souhaitable de relancer 
une polémique apparemment sans issue. Seuls des faits nou- 
veaux et importants pourraient justifier que nous informions 
alors nos lecteurs » (26 août 1974). 

Faurisson ne se rebute pas pour si peu. Il propose de 
s'expliquer, par une lettre à Jacques Fauvet du 20 juin 1975 : 

Le nombre total des détenus passés par Auschwitz, par Birkenau et par 
leurs sous-camps est, au maximum de... 500 000 (voyez Hommes et 
femmes à Auschwitz, Hermann Langbein, Fayard, 1975, pp. 51 à 61). 
Dans la première confession que les Polonais lui aient extorquée, Hôss 
dit qu'il a tué... 1 500 000 personnes (voyez J'ai tué seulement 1 500 000 
personnes, éd. de l'Amicale des déportés d'A., F.N.D.I.R.P., s.d., 1947 
[?]). Dans sa deuxième confession, le chiffre est porté à... 3 millions 
(voyez, « Les âmes automatisées », Léon Poliakov, Évidences n° 7, jan- 
vier 1950, p. 28). En 1975, T.F.l, le 18 juin à 13 h 10, donne, ainsi que 
le veut la vérité officielle de nos jours... 4 millions de morts. À l'émission 
du soir, 20 h 30, ce chiffre est porté à 4,5 millions de morts. Max Gallo, 
pour sa part, donne dans l'Express du 16 juin, p. 70, le chiffre de 5 mil- 
lions de victimes. 

Ces chiffres prétendent faire état des gazés qui, eux, n'étaient pas 
«immatriculés». Or, l'existence des sept chambres à gaz d' Auschwitz, 
ainsi que le soupçonnaient bien des historiens ou des avocats de plu- 
sieurs nationalités, n'est franchement plus soutenable. On a commencé à 
le voir au procès de Francfort (1963-1965). Aujourd'hui, même un Her- 
mann Langbein évite tout développement sur ces chambres à gaz, qui 
constituent la pierre angulaire, pourtant, de l'entreprise de « génocide ». 

Les journalistes du Monde ont-ils le souci de se tenir au courant des der- 
niers travaux qui portent sur une question historique si fréquemment 
traitée dans votre journal (voyez les affirmations contenues dans le 
« Bulletin du jour » du 20 juin 1975) et, en ce cas, admettraient-ils de 
m' accorder une entrevue où je leur parlerai, à l'occasion, de mes travaux 
sur le nazisme vu par le Monde ? 

À quoi Jacques Fauvet répond cette simple phrase : 
«S 'agissant des chambres à gaz, êtes-vous sûr que les Alle- 
mands ne les ont pas parfois détruites pour effacer les traces de 
leurs crimes ? » (24 juin 1975). 

Trois mois plus tard, Faurisson s'insurge contre le compte 
rendu que donne Jean-Marc Théolleyre d'un ouvrage 
d'Hermann Langbein sur Auschwitz (15). Le moins que l'on 
puisse dire du ton de cette lettre est qu'il ne cherche pas à ama- 
douer pour convaincre : 



(15) À l'usage des générations futures, Autopsie d' Auschwitz. Il s'agit de Hommes et fem- 
mes à Auschwitz, Fayard, 537 p., le Monde, 19 mai 1975. 



64 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



Puis-je vous demander encore une fois quand votre journal se décidera à 
ne plus gonfler la baudruche la plus « hénaurme » de l'histoire contem- 
poraine : celle des prétendues « chambres à gaz » hitlériennes ? 

L'article susmentionné constitue une récidive. Votre journaliste 
consacre 167 lignes au livre d'Hermann Langbein, Hommes et femmes à 
Auschwitz. Il y moud du vent et donne à penser qu'il n'a pas lu le livre 
en question. (Il écrit, d'ailleurs, A'apo, alors que l'auteur prend la peine 
de rappeler que la bonne orthographe du mot est Capo.) Pas un instant il 
ne fait allusion au point capital : H. Langbein, spécialiste connu par ses 
publications sur Auschwitz depuis 1949, espèce de témoin professionnel 
aux procès contre les « criminels de guerre » (du camp des vaincus), 
manifeste dans son dernier ouvrage une stupéfiante discrétion en ce qui 
concerne la pierre angulaire, la clé de voûte de l'édifice d'« extermina- 
tion », c'est-à-dire ces fameuses «chambres à gaz» d' Auschwitz et de 
Birkenau. Pas un chapitre sur trente n'en traite ! Mieux, pas une section 
sur 268 ! Selon une méthode traditionnelle, le texte est saupoudré de 
termes comme «sélection» (au sens de sélection pour l'« extermina- 
tion ») et le verbe « gazer » se rencontre à bon escient, mais rien sur 
l'essentiel. H. Langbein, si remarquablement remis à sa place par Paul 
Rassinier (à qui il avait tenté de faire la leçon lors du « procès de Franc- 
fort », interdit d'ailleurs à ce dernier) en vient, comme l'Institut fur Zeit- 
geschichte, à ne plus répondre : « Zum Komplizierten Problem der Gas- 
kammern. » Dommage ! Il n'existe, de par le monde, aucun livre, 
aucune étude consacrée à ces prétendues « chambres à gaz ». H. Lang- 
bein, d'autre part, prouve involontairement, en vingt endroits de son 
texte (sur l'hôpital, sur Wirths, sur les écoles d'apprentissage pour les 
enfants détenus...) que la thèse de l'extermination est insoutenable. 

Les spécialistes du Monde se tiennent-ils au courant de l'actualité ? 
Lisent-ils les études ou les témoignages qui se multiplient sur le « men- 
songe » ou l'« escroquerie » d' Auschwitz ? Connaissent-ils les statistiques 
du S.I.R. (D-3548 Arolsen), pourtant établies par un organisme partial ? 
Savent-ils que le « Journal d'Anne Frank » est un montage de Meyer 
Levin (16) ? Se rappellent-ils le prétendu « Document Gerstein » ? Et le 
livre de Miklos Nyiszli ? (cité par Langbein comme s'il était authen- 
tique). 

J.-M. Théolleyre répond courtoisement, rappelle qu'à 
Buchenwald, où il était interné, l'usage voulait que l'on écrive 
Kapo et termine ainsi : « Je vous renvoie à la page 293 du livre 
de Langbein. J'y lis ceci qui n'est pas de Langbein mais de 
Hôss, commandant d' Auschwitz : "Je devais garder l'air froid 
quand les mères allaient à la chambre à gaz avec des enfants 
riants ou pleurants". » (Lettre du 8 octobre 1975.) Mais cette 
correspondance reste privée, Faurisson n'est toujours pas 
publiable. 

L'épisode suivant allait prendre des proportions plus 
grandes : à l'occasion de la sortie en français d'une brochure 

(16) Faurisson commet là une erreur qu'il ne reprendra pas dans son étude ultérieure du 
Journal d'Anne Frank. 



65 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

révisionniste (très probablement traduite, imprimée et diffusée 
par des gens d'extrême droite), Pierre Viansson-Ponté publie 
une chronique (17, 18 juillet 1977) : 

Le mensonge 

Au courrier, une brochure. Elle porte, en gros titre sur fond rouge, la 
question suivante : « Six millions de morts le sont-ils réellement ? » Et, 
au-dessus, en guise de signature, la mention, « Historical Fact n° 1 ». 

La présentation et l'impression sont soignées, le texte - trente-six pages 
grand format - très serré et dense. Au verso du document, on apprend 
qu'il a été publié en Angleterre avant d'être traduit en français par une 
« Historical Review Press », qui a son siège à Richmond, dans le Surrey, 
et que son auteur est un écrivain nommé Richard E. Harwood, « spécia- 
liste des aspects politiques et diplomatiques de la Deuxième Guerre 
mondiale », qui « travaille actuellement à l'université de Londres ». 

On ne tardera guère à vérifier que cette brochure est assez largement dif- 
fusée, gratuitement bien sûr, par envois individuels et nominatifs, 
notamment à des journalistes ou écrivains dont les noms et adresses ont, 
semble-t-il, été relevés dans divers annuaires. Et sans doute est-elle 
également expédiée à d'autres catégories de destinataires. 

« Six millions de morts le sont-ils réellement ? » Six millions de morts : 
le chiffre est connu. On devine aussitôt de quels morts il s'agit : les six 
millions de Juifs, victimes du génocide perpétré par les nazis. Cepen- 
dant, on hésite encore à comprendre. Qui oserait soutenir que ces six 
millions de victimes ne sont pas « réellement » mortes ? Non, vraiment, 
ce serait trop énorme... 

Eh bien, si ! La brochure a pour seul objet de « démontrer » que les nazis 
n'ont nullement exterminé, entre 1939 et 1945, six millions de Juifs, 
mais tout au plus « quelques milliers ». Encore ceux-là n'ont-ils pas été 
massacrés, fusillés, exécutés, gazés, brûlés, assassinés : ils ont été, pour la 
plupart, atteints par les épidémies de typhus ou d'autres maladies qui 
ont frappé l'Allemagne dans les derniers mois de la guerre ; ou bien ils 
ont été décimés par la faim. Des épidémies, une famine, dont la respon- 
sabilité incombe entièrement aux Alliés, qui écrasaient le Reich sous les 
bombes. 

Sans entreprendre d'analyser de façon détaillée cette «démonstration» 
insensée, résumons-la. Dès 1933, les Juifs avaient «déclaré la guerre» à 
Hitler. Celui-ci a dû se défendre contre cet ennemi intérieur. Il a d'abord 
« encouragé » l'émigration juive vers les pays neutres, vers les États- 
Unis, de sorte que, en 1939, il ne restait plus, en Allemagne, en Autriche 
et dans les pays d'Europe qui allaient être envahis par l'armée alle- 
mande, que trois millions de Juifs tout au plus, au lieu de neuf millions 
dix ans plus tôt. Comment, dans ces conditions, aurait-il été possible 
d'en faire périr six millions ? D'ailleurs, dès 1948, ils étaient plus nom- 
breux qu'en 1939. 

Hitler a donc essayé, lit-on en substance, de leur trouver un foyer natio- 
nal pour les y « installer ». Il a songé à la Palestine, mais les Anglais ont 
refusé, puis la guerre a empêché de poursuivre la réalisation de ce projet. 
Il a pensé alors, en 1940, à Madagascar, mais la France, bien que vain- 



66 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



eue et occupée, n'a pas voulu en entendre parler. Alors, il a décidé de 
«faire participer» les Juifs à l'effort de guerre allemand en les «instal- 
lant » à l'Est dans les territoires occupés de Pologne, de Roumanie et de 
Tchécoslovaquie. 

D'où les camps de concentration, le transfert des Juifs à l'Est constituant 
ce qu'on a appelé la « solution finale » de la question juive. Ces camps 
n'étaient que des centres de production, bien organisés et bien tenus. On 
y était astreint au travail, c'est vrai, mais bien traité, bien nourri, bien 
soigné - sauf peut-être dans quelques-uns, vers la fin de la guerre. Aucun 
d'entre eux n'a jamais comporté de « chambres à gaz », ni de véritables 
fours crématoires. Mensonges, calomnies, que tous les récits fabriqués de 
toutes pièces, les photos truquées, les livres et les films qui présentent ces 
camps comme des lieux d'extermination, de torture et de mort. 

La preuve : d'un tourbillon de citations où se mêlent sans qu'on puisse 
s'y reconnaître la Croix-Rouge internationale, le journal Die Tat de 
Zurich dans son numéro du 19 janvier 1955, etc., il ressort que « 3 00 000 
personnes moururent dans les prisons et les camps de concentration 
entre 1939 et 1945, victimes de persécutions politiques, raciales ou reli- 
gieuses ». Or «toutes ces victimes n'étaient pas juives ». Ainsi parvient- 
on, ajoute la brochure, à l'« estimation la plus précise ». 

La démonstration paraît méthodique. Elle est bourrée de chiffres, étayée 
de citations d'auteurs connus ou inconnus, obscurs ou imaginaires. Les 
témoignages allant à rencontre de cette thèse sont lourdement réfutés : 
ainsi tous les aveux de nazis, par exemple, ont-ils été extorqués par la 
torture, systématiquement pratiquée par les Alliés après la défaite du 
Reich. On y trouve une foule de références impressionnantes, évidem- 
ment invérifiables ou alors, si on tente de contrôler l'une de celles, qui 
exceptionnellement, peut l'être, grossièrement truquées. La dialectique 
consiste, comme il est classique en matière de propagande, à procéder 
par affirmations d'autant plus catégoriquement proférées et obstinément 
répétées qu'elles sont plus difficiles à faire admettre, puis à ajouter le 
minuscule détail en trompe-l'œil qui est censé authentifier l'invraisem- 
blable. 

Un exemple : la brochure se réfère à l'«éminent historien américain 
Harry Elmer Barnes » (?) qui, dans Rampart Journal (??) au cours de 
l'été 1967, aurait écrit en substance - mais la «citation» est évidem- 
ment donnée entre guillemets - qu'il n'y avait pas eu d'extermination 
systématique dans les « camps de la mort ». On doute encore ? Un peu 
plus loin, voici une preuve : « Berta Shirotschin (???) travailla au service 
de ravitaillement du camp de Dachau pendant toute la guerre ; elle 
déclara que les détenus qui travaillaient reçurent jusqu'au début de 
1945, et malgré les privations croissantes en Allemagne, leur deuxième 
petit déjeuner réglementaire à 10 h tous les matins. » Oui, vous avez 
bien lu : leur deuxième petit déjeuner, chaque matin. 

Tout cela paraît si stupide, si fantastique, si monstrueux de bêtise autant 
que d'ignominie, qu'on est tenté de jeter cette sale brochure en répri- 
mant une envie de vomir, et puis de n'y plus penser. Eh bien ! on aurait 
tort ! 

On voudrait croire en effet que des allégations aussi inouïes ne peuvent 
être prises au sérieux que par un lecteur aveuglé par la haine raciale ou 



67 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



bien assez imbécile pour gober ces funambulesques énormités. Or, telle 
qu'elle est rédigée et présentée, la brochure risque d'impressionner un 
ignorant, vraiment très sot peut-être, mais après tout, la clientèle des 
charlatans, marchands d'orviétan et escrocs de tout poil est assez éten- 
due en ce siècle de lumières pour qu'on doive se montrer au moins 
réservé sur la crédulité et l'esprit critique de nos contemporains. 

Mais, surtout, un « document » comme celui-là risque de trouver auprès 
de très jeunes lecteurs une certaine audience dans la mesure - elle est 
grande, et c'est normal - où ils sont enclins, par pente naturelle, à mettre 
en doute l'histoire officielle telle qu'elle leur est enseignée, à prendre 
volontiers le contre-pied des idées reçues qu'on veut leur faire accepter 
comme autant de vérités établies. Mentez, mentez, il en restera toujours 
quelque chose... 

Trente-deux ans ont passé. Des pères de famille, qui n'étaient pas nés au 
moment où l'avance des armées alliées en territoire allemand révélait 
l'horreur des camps de déportation et d'extermination, ont aujourd'hui 
des enfants de huit, dix ou douze ans. Si ces enfants lisent une telle bro- 
chure, sans que leurs parents soient en mesure de rétablir immédiate- 
ment les faits et de redresser les jugements, que peut-il en résulter ? Au 
mieux, un grand scepticisme à l'égard des atrocités hitlériennes, de 
nature à endurcir les esprits, à faire considérer comme excessives et au 
moins partiellement injustifiées les dénonciations des tortures, des mas- 
sacres, des oppressions de toutes sortes. Au pire, la conviction que le 
mensonge est universel et permanent, qu'il ne faut croire personne et 
surtout pas l'histoire, que les peuples sont éternellement dupés, hier 
comme aujourd'hui, et sans doute demain. 

Aussitôt Faurisson saute en piste et rédige une critique du 
critique : « Comment travaille le journaliste Pierre Viansson- 
Ponté ?» : 

« Le Mensonge » : tel est le titre que M. Viansson-Ponté, journaliste du 
Monde, vient de donner à son compte rendu d'une brochure anglaise 
(traduite en français), où se trouve niée l'existence réelle à la fois des 
« chambres à gaz » hitlériennes et du « génocide » des Juifs. 

L'édition de cette brochure en français s'intitule maladroitement et avec 
une faute d'orthographe : Six millions de morts le sont-ils réel[l]ement ? 
Le journaliste dit que c'est la publication d'«une "Historical Review 
Press", qui a son siège à Richmond, dans le Surrey, et que son auteur est 
un écrivain nommé Richard E. Harwood ». 

Le compte rendu se trouve à la page 13 du numéro du Monde daté 
17/18 juillet 1977 (voy. copie ci-jointe). Il comprend 15 alinéas. 

Alinéa 1. Le journaliste dit que cette brochure porte « en guise de 
signature, la mention "Historical Fact n° 1" ». 

Remarque : Il ne s'agit pas d'une manière de signature. Cette formule, 
encadrée, annonce le titre ! La signature apparaît en page 3a : « Richard 
E. Harwood ». 

Alinéa 2. Le journaliste ne donne pas à son lecteur une référence qui 
lui permette de se procurer cette brochure, de la lire et de s'en faire une 
opinion personnelle. Cette référence s'imposait d'autant plus que, de 



68 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 

l'avis même du journaliste, la maison d'édition n'est pas connue ; elle 
serait « une "Historical Review Press" » (voy. ci-dessus). 

Remarque complémentaire : Voici l'adresse de « H. R. P. » : 23, Ellerker 
Gardens, Richmond, Surrey, TW10 6AA, England. (Adresse indiquée 
par la brochure elle-même.) 

Alinéa 3. Le journaliste dit que « cette brochure est assez largement 
diffusée, gratuitement bien sûr ». 

Remarque : Le journaliste n'explique pas le sens de ce « bien sûr ». 

Alinéa 4. Le journaliste dit que « six millions de Juifs ont été victimes 
du génocide perpétré par les nazis ». Il ajoute que le nier serait vraiment 
« trop énorme ». 

Remarque : Ce chiffre, ce « génocide », cette « énormité », le journaliste 
les pose comme trois évidences, qui ne souffrent pas la discussion. 

Alinéa 5. Le journaliste dit que, pour R. E. Harwood, «les nazis, n'ont 
nullement exterminé, entre 1939 et 1945, six millions de juifs, mais tout 
au plus "quelques milliers" ». 

Remarque : En réalité, ainsi que le journaliste le précisera dans la phrase 
qui suit celle-ci, R.E.H. dit qu'aucun Juif n'a été la victime d'une 
volonté d'extermination. Quant au chiffre des pertes juives (comme on 
dit : « les pertes alliées » ou « les pertes des populations civiles alle- 
mandes », par exemple) durant la Seconde Guerre mondiale, il ne fait, 
de la part de R.E.H., l'objet que d'estimations si confuses et si contradic- 
toires qu'on ne s'y reconnaît pas. Comparant, p. 8a, deux statistiques 
américaines, l'une de 1938 et l'autre de 1948, il en déduit que ces statis- 
tiques ne permettent qu'un chiffrage « par milliers ». Mais, p. 34a, il 
paraît situer ces pertes autour d'un million quand il cite, d'une part le 
maximum de 1,2 million calculé par Paul Rassinier, et, d'autre part, le 
chiffre de 896 892 morts trouvé - prétend R.E.H. - par Raul Hilberg. 
Enfin, à la page 35, il estime à 300 000 le nombre de «personnes qui 
moururent dans des prisons et des camps de concentration entre 1939 et 
1945, victimes de persécutions politiques, raciales ou religieuses». Il 
ajoute que «toutes ces victimes n'étaient pas juives ». Il est à noter, en 
passant que R.E.H. attribue cette statistique à la Croix-Rouge interna- 
tionale et qu'il renvoie son lecteur à Die Tat, numéro du 19 janvier 1955 
(Zurich). Or, vérification faite, s'il apparaît vraisemblable que cette sta- 
tistique provient en effet de la C.R.I., il faut dire que Die Tat ne le pré- 
cise pas et surtout que le chiffre de 300 000 est celui des victimes alle- 
mandes, y compris les Juifs allemands. (Remarque à propos de ce chif- 
fre : ce chiffre est considérablement exagéré. Le nombre des victimes 
recensées - c.-à-d. le seul nombre qu'un historien puisse retenir des 
«victimes de la persécution nationale-socialiste» - s'élevait au 31 dé- 
cembre 1976 à 357 190, dont près de 51 000 pour les camps et sous- 
camps d'Auschwitz. Voy. Service international de recherches, D-3548 
Arolsen, exposé présenté par A. de Coquatrix, directeur du S.I.R. à la 
conférence de Vienne le 12 avril 1977, 11 pages.) 

Alinéa 5 (bis). Le journaliste ajoute : « Encore pour R.E.H., ces Juifs- 
là n'ont-ils pas été massacrés, fusillés, exécutés, gazés, brûlés, assassi- 
nés. » Ils n'ont été les victimes que d'épidémies et de famine, comme les 
Allemands, à cause des Alliés. 

Remarque : R.E.H. mentionne en effet le typhus, les maladies ou épidé- 

69 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



mies, la faim ou la famine. Mais il cite encore les Juifs morts dans les 
guerres de partisans (p. 15a) ou lors du « soulèvement dramatique du 
ghetto de Varsovie » (p. 20b). Il ne dit nulle part que les Juifs, par une 
sorte de privilège, auraient échappé aux horreurs communes de la guerre 
(prises d'otages, exécutions, attentats, bombardements). Ce qu'il dit en 
revanche (le point sur lequel il insiste et sur lequel il défie qu'on lui 
oppose un démenti), c'est qu'Hitler n'a jamais donné l'ordre de tuer qui 
que ce fût à raison de sa race ou de sa religion. Il ajoute que parler, 
comme on le fait parfois d'un « ordre oral » ou de « formules envelop- 
pées », cela revient à spéculer. Il insiste sur le fait que la qualité de Juif 
pouvait valoir internement et même déportation, mais non pas la mort. 
Il y a eu des camps de concentration, mais il n'y a pas eu de camps 
d'extermination. Les fours crématoires ont existé : on y brûlait des cada- 
vres, au lieu de les enterrer. Les « chambres à gaz » sont une totale 
invention de la propagande de guerre. 

Alinéa 6. Le journaliste dit que, pour R.E.H., «en 1939, il ne restait 
plus, en Allemagne, en Autriche et dans les pays d'Europe qui allaient 
être envahis par l'armée allemande, que trois millions de Juifs tout au 
plus, au lieu de neuf millions dix ans plus tôt ». 

Remarque : L'historien ne parle pas de 1929 (1939 moins dix ans = 
1929). Il dit qu'en 1933 il y avait, dans cette partie du monde, 6 500 000 
Juifs, chiffre que des émigrations successives vers l'Ouest, le Sud et, sur- 
tout à partir de 1941, vers l'intérieur de l'U.R.S.S., ont réduit vers cette 
époque à trois ou quatre millions (p. 35a : quatre millions ; p. 356 : trois 
millions). 

Alinéa 7. Le journaliste dit vrai, à quelques détails près. 

Alinéa 8. Le journaliste dit que, pour R.E.H. : « Ces camps n'étaient 
que des centres de production, bien organisés et bien tenus. On y était 
astreint au travail, c'est vrai, mais bien traité, bien nourri, bien soigné - 
sauf peut-être dans quelques-uns vers la fin de la guerre. » 

Remarque : Le journaliste dit vrai, en substance. L'historien minimise 
les souffrances de certains déportés dans certains camps. Il n'a retenu 
que des témoignages qui allaient dans son sens. Il a voulu démontrer 
qu'on s'était rendu coupable de colossales exagérations, dans la descrip- 
tion de la vie des camps. Tenant compte de ce qui lui apparaissait 
comme trente ans d'une propagande d'horreurs, il a rappelé certains 
points des déclarations de Margaret Buber (-Neumann), de Charlotte 
Bormann (p. 25b), du D r Barton (p. 29a-b) et de « centaines de déclara- 
tions sous serment faites pour les procès de Nuremberg » mais non mises 
en évidence (p. 28b). À propos de Bergen-Belsen (la plupart des photos 
d'horreur concernent ce camp partiellement hôpital), il parle de 
« chaos » à la fin de la guerre (p. 28b). 

Alinéa 8 (bis). Le journaliste dit que, pour R.E.H., aucun camp de 
concentration «n'a jamais comporté de "chambres à gaz" », ni de véri- 
tables fours crématoires ». 

Remarque : R.E.H. dit qu'il n'a pas existé une seule de ces monstruosi- 
tés baptisées « chambres à gaz ». En revanche, il dit, sans équivoque, que 
des cadavres étaient brûlés dans des fours crématoires, de vrais fours cré- 
matoires, au lieu d'être enterrés. Il écrit : « Christophersen (auteur de le 
Mensonge d'Auschwitz, 1973) reconnaît qu'il devait certainement y 



70 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



avoir des fours crématoires à Auschwitz puisque 200 000 personnes 
vivaient dans ce camp et qu'il y a des fours crématoires dans toutes les 
grandes villes de 200 000 habitants » (p. 20a). Il écrit encore, parlant de 
l'unique four crématoire de Dachau : « [Il était] semblable aux fours cré- 
matoires utilisés actuellement dans tous les cimetières ; on l'employait 
tout simplement pour incinérer les cadavres des personnes mortes au 
camp à la suite de diverses causes naturelles, de maladies infectieuses 
spécialement. Ce fait fut prouvé d'une façon concluante par le cardinal 
Faulhaber, archevêque de Munich. Il fit savoir aux Américains [après la 
guerre] que trente mille personnes avaient été tuées à Munich au cours 
des bombardements alliés de septembre 1944. L'archevêque demanda 
alors [à l'époque] aux autorités allemandes d'incinérer les corps des vic- 
times dans le four crématoire de Dachau, mais on lui répondit que 
c'était impossible puisqu'il n'y avait qu'un seul four qui ne pouvait pas 
incinérer autant de cadavres » (p. 27a). 

Alinéa 8 (ter). Le journaliste prête à R.E.H. la pensée suivante : « Men- 
songes, calomnies, que tous les récits fabriqués de toutes pièces, les pho- 
tos truquées, les livres et les films qui présentent ces camps comme des 
lieux d'extermination, de torture et de mort. » 

Remarque : Tout au long de sa brochure, l'historien donne des exemples 
spectaculaires de cette industrie du faux. Le Tribunal de Nuremberg [art. 
19 des statuts] autorisait cyniquement l'usage du faux : « On décréta que 
"le Tribunal ne serait pas lié par des règles techniques de preuve" » 
(p. 12a). On se priva d'autant moins de fabriquer des faux qu'aucune 
poursuite judiciaire n'était possible pour usage de faux. Le commerce 
s'en mêla. Dans certains cas, même les Juifs s'émurent de la proliféra- 
tion de ces faux : ex. : Au nom de tous les miens, de Martin Gray (p. 
25a-b). L'historien traite de faux tous les mémoires, «aveux» ou 
« confessions » qui présentent les camps comme des lieux d' « extermina- 
tion ». Les exemples qu'il donne paraissent sans réplique (Hœss, Gers- 
tein, Nyiszli, l'étonnant montage photographique de sa page 30a, etc., 
etc.). Dans un seul cas, son argumentation est sans valeur : dans celui du 
Journal de Anne Frank. Ce Journal est une supercherie littéraire aisé- 
ment démontable par d'autres moyens que celui qu'emploie R.E.H. 

Alinéa 9. Le journaliste parle d'«un tourbillon de citations où se 
mêlent sans qu'on puisse s'y reconnaître la Croix-Rouge internationale, 
le journal Die Tat de Zurich dans son numéro du 19 janvier 1955, etc. ». 

Remarque : On peut se demander quel est le sens de ces mots, à suppo- 
ser qu'ils en aient un. Le journaliste se plaindrait-il de ce qu'il y a trop 
de citations ? 

Alinéa 10. Le journaliste dit que R.E.H. étaye sa démonstration par des 
« citations d'auteurs connus ou inconnus, obscurs ou imaginaires ». 

Remarque : Le journaliste, ne citant aucun exemple à l'appui de son 

affirmation, on ne peut savoir ce qu'il entend par « auteurs inconnus » 
et, surtout « imaginaires ». 

Alinéa 10 (bis). Le journaliste dit que, pour R.E.H., « tous les aveux de 
nazis » ont été « extorqués par la torture, systématiquement pratiquée 
par les Alliés après la défaite du Reich ». 

Remarque : Le journaliste omet de dire que les Américains eux-mêmes 
ont eu l'honnêteté de reconnaître qu'ils avaient fait un emploi systé- 



71 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



matique des tortures les plus graves dans de nombreux cas. Voy. prison 
de Schwâbisch Hall, procès de Malmédy, Sepp Dietrich, Jochen Peiper, 
Oswald Pohl, commission Simpson, juge Edward L. van Roden décla- 
rant : « Sur les 1 39 cas de notre enquête, 1 37 de ces soldats allemands 
(dans la seule affaire de Malmédy) avaient reçu des coups de pied dans 
les testicules qui leur avaient laissé des blessures inguérissables. C'était 
un moyen standard utilisé dans ces interrogatoires par ces Américains. » 
[...] «Des hommes forts furent réduits à l'état d'épaves humaines prêtes 
à marmotter n'importe quels aveux exigés par le ministère public. » 
(p. 13a-b.) L'historien évoque bien d'autres cas patents de torture prati- 
quée par les Alliés et, spécialement, par les Polonais et les Soviétiques 
(cas Wisliceny, [Ohlendorf], Rudolf Hœss...). Pour expliquer des cas 
extravagants comme ceux, par exemple, de responsables « avouant » 
l'existence de « chambres à gaz » dans des camps où les Alliés ont fini 
par admettre... qu'il n'y avait pas eu de ces «chambres», l'historien ne 
limite pas ses explications à des explications par la torture. Il parle éga- 
lement d'« aveux» «sous la contrainte», «ou parce qu'on [avait] pro- 
mis [aux accusés] des peines réduites ». Voy. p. 16b, l'affaire Bach- 
Zelewski. La menace de livrer un accusé aux Polonais ou aux Sovié- 
tiques, le chantage de la suppression des cartes d'alimentation accordées 
aux familles des accusés, les mesures de rétorsion brandies contre le sol- 
dat si l'officier n'« avoue» pas, et vice versa, la formidable pression 
morale que font peser sur un accusé la justice et l'appareil judiciaire de 
son vainqueur, le courage héroïque qu'il faut à des témoins à décharge 
pour venir défendre des « criminels » jugés d'avance et sans appel : tous 
ces éléments et bien d'autres, soit que l'historien les précise de lui- 
même, soit qu'ils apparaissent à l'évidence quand on garde présent à 
l'esprit ce qu'il dit sur d'autres sujets que les « aveux », constituent des 
explications à ces mêmes « aveux » ou « témoignages ». 

Alinéa 10 (ter). Le journaliste dit que, dans la brochure de R.E.H., on 
« trouve une foule de références impressionnantes, évidemment invéri- 
fiables ou alors, si on tente de contrôler l'une de celles qui, exceptionnel- 
lement, peuvent l'être, grossièrement truquées ». 

Remarque : Le journaliste ne fournit aucun exemple à l'appui de cette 
affirmation (voy. en effet, notre remarque sur « Un exemple », à l'alinéa 
suivant). On aimerait d'ailleurs savoir ce qu'est une référence «invéri- 
fiable » (le journaliste a-t-il voulu dire : « incomplète » ?) et, surtout, une 
« référence évidemment invérifiable ». 

Alinéa 11. Le journaliste écrit : « Un exemple : la brochure se réfère à 
l'"éminent historien américain Harry Elmer Barnes" (?) qui, dans Ram- 
part Journal (??) au cours de l'été 1967, aurait écrit en substance - mais 
la citation est évidemment donnée entre guillemets - qu'il n'y avait pas 
eu d'extermination systématique dans les "camps de la mort". » 

Remarque : Harry Elmer Barnes a été un historien de réputation inter- 
nationale. Ses publications, en trente ans de carrière universitaire, ont 
été très nombreuses. Un livre d'hommages vient de lui être consacré par 
ses anciens élèves et disciples. Il compte 884 pages (Hardback éd.). 
Rampart Journal of Individualist Thought n'est pas une publication fic- 
tive. La référence «été 1967» est exacte (vol. 3, n° 2). L'article de 
H.E.B. s'y intitule «The Public Stake in Revisionism » (p. 19 à 41). 
Nulle part R.E.H. ne prétend citer H.E.B. «en substance» pour aller 



72 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



ensuite le citer «entre guillemets» ! D'emblée, il cite entre guillemets 
H.E.B. Quant au passage cité, il n'a nullement le sens qu'y trouve le 
journaliste. Ce passage, d'une importance capitale, montre que, tout de 
suite après la guerre, les vainqueurs ont tenté de faire passer certains 
camps de l'Ouest pour des camps, non pas de simple concentration, 
mais d'extermination (Dachau, Buchenwald, etc.). Puis, quand il fut 
démontré que l'accusation n'était pas soutenable, on la reporta sur les 
camps de l'Est. Or, comme le remarque R.E.H., ces camps, et notam- 
ment ceux du complexe d'Auschwitz, n'étaient toujours pas visitables 
plusieurs années après la fin de la guerre. Par conséquent, le passage cité 
entre guillemets a la valeur d'un avertissement et d'un rappel salutaire 
pour quiconque oublierait cette « méprise » de l'immédiat après-guerre 
où Buchenwald l'emportait sur Auschwitz dans la propagande d'hor- 
reurs. 

Alinéa 11 (bis). Le journaliste, après avoir fait suivre d'un point 
d'interrogation le nom d'H. E. Barnes, puis de deux points d'interroga- 
tion, celui de Rampart Journal, place trois points d'interrogation après 
celui de Berta Schirotschin. 

Remarque : On ne peut tenir rigueur à l'historien de ce que tous les 
noms des détenus de Dachau ne soient pas universellement connus. 
Citant Ernst Ruff, Jan Piechowiak et Berta Schirotschin, il prend soin 
d'indiquer pour chacun sa qualité ou son emploi au camp de Dachau. 

Alinéas 12 à 15. Ces quatre derniers alinéas n'appellent pas de remar- 
ques particulières. Le journaliste y exprime son opinion sur une bro- 
chure que, comme on a pu le constater, il a très superficiellement par- 
courue. Son jugement s'exprime dans les termes suivants : « stupide », 
« fantastique », « monstrueux de bêtise autant que d'ignominie », « cette 
sale brochure », « envie de vomir », « allégations aussi inouïes », « aveu- 
glé », « imbécile », « funambulesques énormités », « ignorant », « très 
sot», «charlatans, marchands d'orviétan, escrocs de tout poil», «men- 
tez, mentez, il en restera toujours quelque chose ». Pour terminer le 
journaliste renouvelle l'expression de sa foi en l'horreur des camps de 
concentration et d'extermination. 

C'est l'époque où Faurisson rédige une sorte de brève mise 
au point de ses recherches, intitulée « Le problème des cham- 
bres à gaz » que personne ne semble désireux de publier. Il 
insiste auprès de la rédaction du Monde, ce qui lui vaut une 
nouvelle réplique de Pierre Viansson-Ponté (6 août 1977) : 

Je ne vous ai rien fait, sinon d'écarter des colonnes de notre journal vos 
libelles enflammés. J'avoue que je ne comprends pas pourquoi vous 
pouvez parler du « préjudice que je vous ai causé » et exiger réparation. 

De deux choses l'une : ou bien vous vous jugez solidaire du nazisme, 
chargé par quelque décret de la Providence de la mission de lui faire ren- 
dre justice et hommage, en écrivant et proclamant d'énormes absurdités. 
Alors, dans ce cas, en effet, je vous cause un préjudice en refusant 
d'entrer dans ce jeu, à mes yeux plutôt ignoble. 

Ou bien, vous êtes réellement antinazi, comme vous l'écrivez, unique- 
ment soucieux de vérité historique. Dans ce cas, je suis tout prêt à vous 
entendre. 



73 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



À une condition toutefois qui me paraît normale. Vous invoquez des 
« témoins » inconnus, révoquez tous les aveux qui ne vont pas dans 
votre sens, énoncez des affirmations sans preuves. J'ai le droit, comme je 
le ferais en face d'un spécialiste, d'un scientifique comme vous assurez 
l'être, d'invoquer, à mon tour, ma caution. Apportez-moi le témoignage 
d'une personne dont les qualités humaines et les connaissances histo- 
riques sur le sujet en cause soient unanimement reconnues, qui accepte 
de prendre en considération - je ne dis même pas d'approuver - vos 
affirmations, et alors je les publierai. Et puisque, dans vos textes, vous 
vous référez sans cesse à elle, je désigne comme arbitre et caution, M me 
Germaine Tillion dont l'intégrité, le savoir et l'expérience en la matière 
sont au-dessus de tout soupçon. Qu'elle me dise ou m'écrive que vous 
n'avez pas tort et je m'incline. 

Je vais même plus loin. À défaut de M me Tillion, j'accepterai de la même 
façon l'avis d'une autre personne à laquelle vous faites référence, 
M me Olga Wormser-Migot, également historienne et spécialiste du sys- 
tème concentrationnaire qui a fait l'objet de sa thèse de doctorat et de 
plusieurs de ses ouvrages, et également estimable. 

Il va de soi que, faute de la caution de l'une ou l'autre de ces spécialistes 
reconnues et probes, en qui j'ai toute confiance, je vous considérerai 
comme un falsificateur et un dangereux maniaque. Et qu'alors, je pren- 
drai les dispositions nécessaires pour que vous cessiez de me diffamer 
comme vous le faites. 

Une sorte de jury d'honneur, voilà ce que propose Vians- 
son-Ponté. C'est évidemment bien mince pour résoudre un 
problème historique mais ce pourrait être suffisant pour laver 
Faurisson des accusations qui courent sur son compte. Ce der- 
nier se met donc en devoir d'expliquer sa situation à M me 
Wormser-Migot (18 août 1977) : 

Chère Madame, 

Il y a aujourd'hui trois ans et une semaine qu'en ouvrant le journal le 
Monde, je découvrais un « témoignage » où une ancienne déportée, sans 
me nommer mais en me désignant, me traitait de « falsificateur », de 
«pauvre dément» et d'« esprit perverti». Et cela parce que j'osais 
mettre en doute l'existence des «chambres à gaz» hitlériennes. Lors 
d'une entrevue que vous vouliez bien m' accorder à votre domicile et qui 
avait lieu le 24 septembre 1974, vous me faisiez savoir que vous aviez 
manifesté votre réprobation à l'endroit de ce « témoignage » ; vous 
l'aviez même fait savoir à l'intéressée, c'est-à-dire à Charlotte Delbo. 

Ce même jour, vous me proposiez d'intervenir auprès de M. Raymond 
Las Vergnas pour lui dire que vous désapprouviez le texte par lequel la 
Sorbonne Nouvelle portait condamnation de mes recherches. 

Ce même jour encore, vous me prédisiez toutes sortes d'ennuis si je per- 
sistais dans la voie où je m'étais engagé. Vous me confirmiez ce que je 
savais déjà au sujet des ennuis graves que vous avaient valus vos trois 
pages sur « le problème des chambres à gaz ». 

Vous ne vous trompiez pas. Voici une liste succincte des ennuis que j'ai 
rencontrés : 



74 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



Campagne de presse partie d'Israël en 1974, Tribune juive-Hebdo, le 
Canard enchaîné, le Monde, le Droit de vivre, l'Humanité (paraît-il), 
le grand Rabbin Kaplan à la télévision ; on me nomme ; on me 
désigne ; on publie mon adresse personnelle ; je reçois un flot de let- 
tres de menaces, parfois signées de leurs auteurs et sur papier à 
en-tête ; inscription injurieuse à mon domicile ; injures au télé- 
phone ; ma fille insultée ; ma femme insultée ; 

La Sorbonne Nouvelle, déformant totalement l'esprit de recherches 
dont elle ne sait d'ailleurs rigoureusement rien, porte condamnation 
de Faurisson dont elle va jusqu'à dire qu'il n'appartient pas à la Sor- 
bonne Nouvelle ; 

Mon U.E.R. porte également condamnation en des termes outra- 
geants ; je ne suis ni entendu, ni informé ; tout se passe dans mon 
dos ; je n'apprends les condamnations qu'après coup ; 

Tribune juive-Hebdo ayant suggéré que ma place n'est plus au 
S.N.E.Sup (j'appartenais au S.N.E.S., où j'avais été secrétaire de sec- 
tion, puis au S.N.E.Sup, depuis plus de vingt ans), je suis exclu de 
mon syndicat ; là encore je ne suis ni entendu, ni informé ; j'apprends 
la sanction par hasard et après coup ; je demande à être entendu. 
Peine perdue. J'envoie un papier à la « commission des litiges » qui 
expédie mon cas, sans autre forme de procès ; 

Lyon 2, ma nouvelle université, prend une décision sans précédent : 
elle décide ne pas me proposer pour le poste de professeur sans chaire 
que je sollicitais. Vous savez que, lorsque une université veut bloquer 
la carrière d'un maître de conférences, elle n'agit pas de cette façon. 
Il lui suffit de classer en dernière position le nom du candidat. Agir 
autrement, agir comme on l'a fait dans mon cas, c'est prendre une 
très grave initiative qui ne peut avoir qu'un motif extrêmement 
grave, si grave même que le candidat devrait pour le moins être 
entendu, puis, la décision une fois prise, se voir notifier cette déci- 
sion. Encore que sur ce point je m'avance peut-être beaucoup, étant 
donné que mon cas serait sans précédent. Toujours est-il que là 
encore je n'ai appris cette décision que par hasard et grâce à une 
indiscrétion. Mais voyez plutôt comment, ensuite, on a pris ses aises 
avec la vérité. Je suis parvenu à mettre l'autorité universitaire au 
pied du mur, et cela grâce au tribunal administratif de Lyon et au 
Conseil d'État. Dans un premier temps on m'a dit qu'on me repro- 
chait d'être nazi ; motif : je niais l'existence des camps de concentra- 
tion ou des « chambres à gaz », ad libitum. Dossier de l'accusation : 
coupures de presse du Canard enchaîné, du Monde, etc. Dans un 
deuxième temps on m'a dit qu'on me reprochait non pas d'être nazi, 
mais d'être fou ; motif : même motif ; dossier : même dossier. Dans 
un troisième temps on est allé encore plus loin. On a totalement 
abandonné les deux accusations précédentes pour se rabattre sur le 
motif suivant, un motif présenté cette fois au tribunal administratif : 
«M. Faurisson n'a jamais rien publié, et cela de son propre aveu. » 
Dossier cette fois-ci : une lettre de moi. Dans cette lettre, que j'avais 
adressée au président de mon université pour lui dire mon étonne- 
ment devant l'accusation de nazisme, j'avais effectivement écrit que, 
puisque je n'avais rien publié, je ne voyais pas sur quoi cette accusa- 
tion pouvait être fondée. Il allait de soi que cette phrase signifiait que 
je n'avais jamais rien publié... qui puisse donner à penser que j'étais 



75 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



nazi. On a extrait cette phrase de ma lettre pour faire de moi un maî- 
tre de conférences qui n'avait jamais publié un seul livre ou article. 
L'imputation était d'autant plus cynique que mon dossier de candida- 
ture contenait sur toute une page la liste de mes publications dont 
certaines sont passablement connues en France et à l'étranger ; 

- Je passe sur trois ou quatre ignominies que je pourrais ajouter à cette 
liste ; je passe sur le fait que ma vie est devenue difficile ; je passe sur 
le fait que, sans argent, il me faut payer des avocats ; je passe sur le 
fait que ma femme souffre d'une grave dépression nerveuse à laquelle 
tant d'ennuis, malheureusement, ne sont pas étrangers. 

Mais, voyez-vous, je me sens propre et je sais que bien des gens se sont 
salis. Je passe pour «nazi » comme, en d'autres temps, je passais pour 
l'« Angliche » et comme, si Hitler avait gagné la guerre, je passerais pour 
faire le jeu des «judéo-marxistes ». 

Je vais droit mon chemin. Vous me disiez que je vous paraissais naïf. 
Entre nous, je me crois à peu près aussi naïf que Voltaire. Voltaire était 
naïf et, en bon Français, il était courageux par accès mais sans grande 
continuité. Mon travail, en fin de compte, je préfère le comparer à celui 
de Jean Norton Cru, qui a mené sa tâche à bien jusqu'au bout, malgré 
les outrages et sans désespérer des hommes. 

Je suis arrivé à la conclusion que les « chambres à gaz » hitlériennes 
n'ont jamais existé. Mon enquête remonte à bien des années. Quand je 
suis allé vous trouver, j'en savais déjà très long sur la question. Parce que 
vous m'étiez sympathique, parce que je ne voulais pas vous froisser dans 
votre sensibilité et aussi - soyons franc - parce que c'est ma façon 
d'enquêter, je ne vous ai pas révélé, à l'époque, ce que je savais de précis 
sur les « documents » Hôss ou Gerstein, sur les « témoignages » de 
Nyiszli et consorts. Je ne vous ai pas dit que je pouvais vous réciter les 
deux « dépositions » du D r Bendel. Rappelez-vous ce que je vous ai, par 
la suite, écrit sur le « document » NO-365 : un exemple, parmi bien 
d'autres, de présentation malhonnête du Centre de documentation juive 
contemporaine. 

Vous m'avez envoyé une photo de la «chambre à gaz» de Majdanek, 
d'autant plus précieuse, me disiez-vous, qu'elle datait d'un temps anté- 
rieur à la « frénésie muséographique qui a présidé à la transformation 
des lieux » (je vous cite de mémoire). Cette photo est celle d'une salle de 
douche. Quant aux lieux, je les ai visités en 1975 : comme supercherie 
grossière, on ne fait pas mieux. C'est à rire. J'ai visité Auschwitz et Bir- 
kenau en 1975 et en 1976. Je possède une abondante documentation 
photographique sur tout ce qui a trait aux « chambres à gaz » des deux 
camps. J'ai des copies de plans particulièrement intéressants et qu'on se 
garde bien de publier. 

J'ai lu une foule de «documents», de «témoignages», d' « affidavits », 
de NO, de NI, de NIK, de PS, etc. à la fois de l'I.M.T., des N.M.T., du 
«Procès de Francfort » ou d'autres procès. J'ai étudié les sténogrammes 
du « Procès de Jérusalem ». J'ai aussi lu bien des ouvrages de la tendance 
Hilberg - Reitlinger ou de la tendance Rassinier - Butz. 

Je me demande quelle piste j'ai pu laisser inexplorée. 

Ma première visite au Centre de documentation juive contemporaine 
remonte à 1967. Du début de 1974 à juillet 1977, j'ai passé des centaines 



76 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



ou des milliers d'heures dans ce même C.D.J.C., bien qu'on s'y soit ingé- 
nié à me rendre mes visites et mes conditions de travail de plus en plus 
difficiles. J'y ai exploré à fond le fichier « Extermination-gazage » et bien 
d'autres documents non répertoriés dans ce fichier. J'ai eu quelques 
entretiens avec MM. Wellers, Rutkowski et surtout avec M. Billig. Ce 
dernier, qui m'avait, en 1974, adressé une lettre où il se déclarait étonné 
qu'on puisse douter de l'existence des « chambres à gaz » parce qu'il en 
existait tant de preuves, a fini par reconnaître devant moi en mai 1977 
qu'il n'était pas en mesure tout compte fait, de me fournir une preuve de 
l'existence d'une « chambre à gaz ». Et, comme j'insistais pour savoir s'il 
connaissait une personne capable de fournir une telle preuve, il me 
répondait qu'au fond il n'en connaissait pas. Il ajoutait, je dois le dire, 
qu'à son avis, s'il n'y avait pas eu de « chambre à gaz », il avait forcé- 
ment existé un moyen industriel - il ne savait pas lequel au juste - de 
perpétrer un gigantesque massacre, un « génocide ». 

J'aurais beaucoup à dire sur cette position de repli, mais passons. 

Lors de notre entrevue du 24 septembre 1974, vous m'aviez dit : « Il ne 
faut pas attaquer les déportés. Je vous demande une chose : promettez- 
moi de ne rien écrire. » Ma réponse avait été : « Un article de moi peut 
sortir. Je m'y emploie. » Vous m'avez alors dit : « Envoyez-le moi. » 

C'est ce que je fais aujourd'hui. Cet article, intitulé «Le problème des 
chambres à gaz », je l'ai envoyé le 26 juin 1977 au journal le Monde, qui 
hésite à le publier. Le Monde me doit réparation. Il m'a insulté le 11 
août 1974 et il m'a refusé tout droit de réponse. Cette réparation, je 
l'obtiendrai tôt ou tard, d'une façon ou d'une autre. P. Viansson-Ponté 
me prend, figurez-vous, pour un sympathisant des nazis. Il se plaint de 
ce que, dans mes lettres à J. Fauvet ou à d'autres de ses collègues, je 
l'insulte. Il voit là probablement le signe de je ne sais quelle frénésie. Il a 
oublié le mal qu'il m'a fait le 11 août 1974. Je lui ai dit qu'il avait, de 
plus, gravement dénaturé le contenu de la brochure de R. Harwood dans 
son article du 17-18 juillet 1977. Je disais que je ne voulais pas, à mon 
tour, subir le même traitement (être l'objet de dénaturations, falsifica- 
tions, adultérations, etc.). Je lui ai dit que dans le texte d' Harwood il y 
avait du très bon et du très mauvais, etc., etc. Il m'a écrit une lettre furi- 
bonde. Il m'a dit qu'il était prêt à m' entendre à condition que Germaine 
Tîllion ou - à défaut - M rae Olga Wormser-Migot, lui dise ou lui écrive 
que je n'ai pas tort dans ma thèse sur les « chambres à gaz ». Je lui ai 
répondu que je ne pouvais avoir confiance en G. Tillion étant donné ses 
témoignages sur la prétendue «chambre à gaz» de Ravensbruck. J'ai 
ajouté : « D'accord pour M me Olga Wormser-Migot. Ayons, vous, elle et 
moi, une entrevue ensemble. Elle m'a aimablement reçu chez elle en 
1974. Elle ne connaît pas mes dossiers. Mais en vingt minutes elle ver- 
rait bien ce qu'ils valent. » 

À mon collègue Delpech - que je connais assez mal et surtout pour 
l'avoir rencontré au C.D.J.C. - vous auriez dit : «Attention ! Faurisson 
n'est pas un nazi. Il ne faut pas lui faire d'ennuis. » Je me demande au 
fond si ce soupçon de nazisme n'est pas également chez 
P. Viansson-Ponté la vraie pierre d'achoppement. Voyez si, à défaut 
d'autre chose, vous ne pourriez pas le rassurer là-dessus. 

Mon article est-il nazi ? violent ? agressif ? 

Je vous dis que, s'il faut désamorcer toute cette affaire de « chambres à 



77 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



gaz » et de « génocide », cet article peut y parvenir. Les choses en ce 
moment évoluent vite, très vite. 

Et puis tout cela est bien simple. Qu'on réponde à ma question : « Si les 
"chambres à gaz" n'ont pas existé, faut-il le dire ou le taire ? » 

Je vous ai parlé sans détours. Répondez-moi de même. 

La réponse est datée du 7 novembre 1977 : 

[...] Je ne veux pas vous écrire un volume, mais seulement vous préciser 
ma position. 

l°Votre visite m'avait beaucoup émue à tous points de vue. Je pensais 
surtout à cette persécution ininterrompue contre un homme de bonne 
foi; 

2° La première différence entre mes positions et les vôtres, et vous le 
savez, c'est que je crois à l'existence de chambres à gaz à Auschwitz et 
à Majdanek, ainsi qu'à la « chambre expérimentale » (1 m sur 2 sur 3) 
du Struthof ; 

3° Dernière et principale différence : 

Étant donnés les sentiments des déportés, profondément traumatisés 
par les souffrances subies, il est évident que votre attitude ne peut que 
les heurter. Il est des cas où l'Histoire se doit d'attendre que le Temps 
permette une étude sans agressivité de certains problèmes d'horreur. 

Écoutez-moi - et vous savez que je crois votre recherche pure de tout 
autre motivation que la vérité historique - votre attitude d'obstination à 
partir du moment où votre thèse a été contestée et où votre défense elle- 
même vous portait à vous opposer de plus en plus aux déportés, prêtait à 
confusion. 

En effet, plus vous apportiez d'arguments au renforcement de votre pro- 
pos, plus vous affirmiez sa vérité, plus vous sembliez aux yeux de cer- 
tains laver Hitler d'une des accusations portées contre lui et ses camps. 

Pour moi, cher Monsieur, un tel problème ne peut être traité que dans le 
contexte général du nazisme. Tortures, expériences, génocide, fours cré- 
matoires et charniers, horreurs portées à l'extrême, dites-moi si dans 
tout cela l'existence ou la non-existence de chambres à gaz présente aux 
yeux de l'histoire infâme de ces années une importance «de surcroît» 
assez capitale pour continuer sur ce point à meurtrir encore les déportés, 
et à mettre votre propre existence en malheur ?... 

Je vous rappelle que, dans une occasion semblable - il s'agit de ma thèse 
le Système concentrationnaire nazi où, comme vous le savez, j'ai mis en 
doute et davantage l'existence de chambres à gaz à Ravensbrùck et Mau- 
thausen - et après des obstinations d'historiens qui ne servaient qu'à 
envenimer les choses, j'ai simplement introduit un rectificatif expliquant 
la position des déportés à ce sujet. Car pour moi les déportés comptent 
toujours d'abord. 

Sachez que je suis prête, cher Monsieur, à vous aider dans toute la 
mesure de mes possibilités afin d'effacer de votre vie des accusations 
aussi nocives pour vous, votre travail et votre famille. Mais je vous prie 
de tout faire pour comprendre l'esprit de cette lettre. 



78 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



C'est la raison pour laquelle je ne puis accéder à votre désir de rencon- 
trer M. Viansson-Ponté en ma présence : il ne faut pas continuer de 
controverses sur un tel sujet. Je lui écris par contre par le même courrier. 

J'insiste encore sur la nécessité d'un état d'esprit réaliste de votre part. Je 
suis prête à écrire à qui vous voudrez pour qu'il soit tenu compte de 
l'inanité des accusations qui vous atteignent. Mais dans l'esprit de cette 
lettre exclusivement. 

L'arbitrage demandé par P. Viansson-Ponté n'aura donc 
pas lieu. Faurisson tente, en dernier recours, de plaider à nou- 
veau auprès du Monde sa cause, celle du droit à la libre opinion 
(sous-entendu : le droit à rendre publique ladite opinion). 
Nuance de taille (14 octobre 1977) : 

À MM. Fauvet et Lauzanne, 

Malgré le ton extrêmement désagréable de ses lettres, j'ai honnêtement 
essayé de m'expliquer et de m'entendre avec M. Viansson-Ponté. En 
pure perte. Il est impossible de discuter avec quelqu'un qui a manifeste- 
ment l'habitude des lectures hâtives. De plus M. Viansson-Ponté porte 
des coups, puis il se dérobe. En 1974, il m'a, avec cet article de M me Char- 
lotte Delbo, porté un terrible coup dont j'ai essayé, à nouveau le 11 août 
1977, de lui montrer toutes les conséquences, sur le plan professionnel, 
syndical, familial. Une seule de ces conséquences, si quelqu'un d'autre 
qu'un « nazi » avait eu à les subir, aurait dû susciter article et débat dans 
les colonnes de votre journal. M. Viansson, lui, se moque de ce qu'il ose 
appeler mes «démêlés» et il en décline la responsabilité. Il va jusqu'à 
dire que, dans l'article de 1974, je n'ai été « ni nommé, ni désigné ». Or, 
cet article, qui s'inscrivait dans une campagne de presse, commençait 
par une longue citation. Cette citation, on avait pu la lire dans Yedioth 
Aharonoth (26 mai 1974), dans Tribune juive-Hebdo (14 juin), dans le 
Canard enchaîné (17 juillet) : l'auteur était nommé et son adresse était 
donnée et même répétée. Il s'agissait de Faurisson, maître de conférences 
à la Sorbonne. Les mêmes journaux ou d'autres revenaient sur cette 
affaire. 

Le 14 mai 1974, votre collaborateur m'avait demandé l'autorisation de 
publier ce texte. Il écrivait en propres termes : « (Je) vous demande si 
vous n'avez pas d'objection à formuler contre sa publication éventuelle. » 

Je lui répondais, par lettre R.A.R. du 21 mai, que je m'opposais à cette 
publication d'une lettre personnelle. Or, le 11 août, précisément en 
pleine campagne de presse, je voyais paraître ce texte, sous la responsa- 
bilité de M. Viansson-Ponté. J'y étais, sous la plume de M 1 " Delbo, 
traité de «pauvre dément», de professeur qui s'est documenté unique- 
ment pour avoir «des preuves contre la vérité», d'« esprit perverti» ; 
quant au titre de ce « témoignage », il me faisait tout simplement 
grief de « falsifier ». 

N'importe quel honnête homme trouvera, je pense, de tels procédés 
indignes d'un grand journal. J'y vois, pour ma part, une bassesse comme 
je n'en découvre pas dans les autres publications qui m'ont attaqué. Et 
c'est le Monde qui a eu cette conduite. Je ne l'admettrai jamais. Et, bien 
franchement, je ne crois pas que vous soyez prêts, tous deux, à lui trou- 
ver des excuses. Votre journal me doit réparation. Voilà trois ans que je 
la réclame. J'ai été correct avec vous. Je ne me suis laissé aller à aucun 



79 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



écart de langage. Rendez-moi cette justice que ma réponse de 1974 (sur 
« le droit au doute et à la recherche ») ainsi que ma réponse de 1977 (sur 
« le problème des chambres à gaz ») sont d'un tout autre ton que la 
publication injurieuse, insérée dans votre journal, après des mois de 
réflexion peut-être, par M. Viansson-Ponté. 

Le 6 août 1977, ce dernier m'adressait une étrange lettre dans laquelle il 
me disait qu'il n'accepterait de publier mon texte sur « le problème des 
chambres à gaz » qu'à la condition que M rae Germaine Tillion ou 
M me Olga Wormser-Migot prennent en considération mes affirmations. 
Bien que je ne croie pas un instant ni à l'argument d'autorité, ni à la 
valeur des recommandations ou patronages, j'acceptais, dans un esprit 
de conciliation, d'ouvrir mes dossiers devant M"" Wormser-Migot. Pour 
M 1 " Tillion, dont le crédit est grand auprès des journalistes, elle s'est dis- 
créditée à mes yeux par ses « témoignages » réitérés sur la « chambre à 
gaz » de Ravensbriick... qui - les instituts historiques ont fini par 
l'admettre - n'avait jamais eu un commencement d'existence (voyez 
notamment, Martin Broszat, Die Zeit, 19 août 1960). Là-dessus, en 
réponse à mon acceptation du 11 août 1977, votre collaborateur m'écrit 
qu'il a interrogé M mts Tillion et Wormser-Migot et il ajoute : «L'une et 
l'autre, interrogées, me feront savoir qu'à leurs yeux votre thèse est 
absurde, votre obstination maniaque et qu'il n'y a aucune raison 
d'ouvrir un débat là où il n'y en a pas, dont la propagande [M. V.-P. dit 
curieusement la « contre-propagande »] pro-nazie ne manquerait pas de 
tirer argument. » Un peu plus loin, il écrit encore : « (...) faites-moi par- 
venir une caution écrite de M me Wormser-Migot (...) ». 

C'est se moquer des gens. C'est, une fois de plus se dérober. M. Vians- 
son-Ponté, de la même façon, écrivait sur la brochure de Richard Har- 
wood un compte rendu insultant. Il commençait d'ailleurs par ne four- 
nir aux lecteurs et juges aucune référence qui permette de trouver cette 
brochure et de s'en faire soi-même une opinion. Puis, constatant l'abon- 
dance des réactions suscitées par une affaire qu'il avait pris la responsa- 
bilité de lancer, il vous laissait croire, si j'en juge par une lettre de 
M. Lauzanne du 22 juillet, qu'il reviendrait sur le problème évoqué et 
qu'il ferait état des réactions provoquées. En fait, rien n'est venu. 

Tout cela est-il net et franc ? M. Viansson-Ponté est meilleur, la plume à 
la main et derrière un bureau que sous les projecteurs de la télévision. 
En direct et en pleine lumière, il est difficile d'esquiver la réplique 
éventuelle à un propos excessif ou insultant. J'ai remarqué qu'à la télévi- 
sion les polémistes ne sont pas reconnaissables ; ils n'assument plus la 
moitié de ce qu'ils ont écrit. 

J'assume pleinement la responsabilité de ma «libre opinion» sur 
l'imposture des « chambres à gaz ». Par son silence sur la question 
depuis trente ans, ou plutôt par un matraquage de propagande de guerre, 
c'est-à-dire sans possibilité de critique historique, la grande presse dans 
son ensemble et, malheureusement aussi le Monde en particulier, ont 
encouru une effroyable responsabilité. Les temps sont mûrs pour revenir 
sur de pareilles erreurs. Je demande qu'aux contestataires de l'histoire 
officielle, le Monde, sur ce point capital des « chambres à gaz », recon- 
naisse un autre droit que le droit au silence. Il y a la popularité de la 
fable, d'un côté ; et puis, de l'autre côté, il y a le devoir d'être vrai et la 
difficulté d'être vrai. Que le Monde, à la fin des fins, respecte sur ce cha- 
pitre la liberté d'opinion et qu'il donne à l'accusé lui-même le droit de 



80 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



présenter lui-même sa défense. Trêve de censure ! Le droit que je 
réclame est élémentaire en démocratie : le droit au doute, à la recherche, 
à la libre opinion : le droit de réponse. Recevez, Messieurs, je vous prie, 
l'expression de ma confiance en votre discernement et en votre courage. 

Tout cela ne mène à rien. L'hérésie est sans doute trop 
grave pour que la démocratie s'en mêle. C'est par le courrier 
des lecteurs de quelques revues de vulgarisation historiques 
qu'il fait passer quelques notes qui pourraient accrocher une 
discussion, mais en vain : 

Dans Historama (novembre 1975, p. 10) : 

[Nacht und Nebel] 

Je me permets de vous signaler une erreur et une omission aux pages 87 
et 88 de votre revue du mois de juillet 1975. 

Erreur, le Nacht und Nebel Erlass est en fait du 7 décembre et non du 
12 décembre 1941. Il est vrai, que sauf erreur de ma part, le texte de 
cette ordonnance n'a pas été retrouvé et que l'on cite toujours, comme 
cela a été le cas au grand procès de Nuremberg, le texte en date du 12 
décembre qui y fait référence. 

Omission, plus grave pour qui, du moins, a le souci de ne pas confondre 
l'histoire avec la propagande ou le journalisme : Nacht und Nebel est 
une expression inventée d'après les initiales N.N. couramment utilisées 
dans l'administration allemande (et aussi italienne) pour désigner soit 
l'anonymat de fait soit l'anonymat de contrainte. Dans le premier cas, il 
s'agit de Nomen Nescio (nom inconnu) et, dans le second, il s'agit de 
Nomen Notetur (nom à censurer). L'équivalent français en est soit 
Inconnu, soit X, soit sans autre renseignement. Référence : Deutsches 
Wôrterbuch de Jakob Grimm et Wilhelm Grimm, 1889, à l'article N. 

Le livre de Walter Gôrlitz sur Keitel, traduit par R. Moreigne (Fayard, 
1963), sans entrer dans ces explications, rappelle, p. 247, que la traduc- 
tion de N.N. par Nuit et Brouillard n'est qu'une habitude qu'on a prise. 

Ne pensez-vous pas, avec moi, qu'il importe de revenir sur certaines 
habitudes et de rétablir la vérité par un retour aux sources ? Nous nous 
trompons tous et très souvent mais ne croyez-vous pas que, de rectifica- 
tion en rectification, Historama peut apparaître comme une revue qui, à 
la différence de quelques autres, recherche la vérité ? 

Dans Historia (août 1977, p. 132), la lettre est précédée 
d'un bref chapeau : 

À la suite de la parution de notre numéro spécial « Les médecins S. S. », 
M. R. Faurisson, maître de conférences à Lyon, nous prend à partie dans 
une longue lettre dont nous avons décidé de publier des extraits, non 
sans avoir hésité, parce qu'elle exprime un courant d'une originalité 
aussi rare que provocante. 

Ce courant tend à nier la tentative allemande d'exterminer les Juifs. 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Parmi ses pionniers, le français Paul Rassinier, ancien déporté, qui écri- 
vait en 1962 : « L'extermination des Juifs dans les chambres à gaz est un 
mensonge historique. » Depuis, l'Américain Arthur Butz a publié dans 
le même esprit The Hoax of the Twentieth Century et l'anglais R. E. Har- 
wood Did really six million die ? (The imposture ofgas chambers) : 

« J'ai l'honneur d'élever une protestation contre la nature de ce numéro 
spécial à'Historia, consacré aux "Médecins S.S." (...) 

«Comment pouvez-vous croire un instant à l'authenticité de la "cham- 
bre à gaz" du Struthof... que vous ne pouvez d'ailleurs montrer en pho- 
tographie ? Vous êtes-vous demandé pourquoi aucun livre sur le Stru- 
thof, y compris le roman d'Allainmat, ne reproduit la photographie de 
cette "chambre à gaz" pourtant visitable et montrée telle qu'en son "état 
d'origine", dit l'inscription que vous trouverez sur place ? Comment 
avez- vous pu reproduire cette photographie de l'extérieur avec une che- 
minée de ce genre ? (...) 

« Saviez-vous que Kramer [commandant du Struthof, puis de Bergen- 
Belsen, N.D.L.R.] est l'auteur d'une confession sur la "chambre à gaz" 
dont le vague et l'absurdité dépasse tout ce qu'on a pu "confesser" dans 
les procès de Moscou, de Cracovie (Hôss) ou de Prague il n'y a guère ? 

« Comment avez-vous pu reproduire la photographie de la p. 45 ? 
N'avez-vous pas lu le livre de Harwood, Did six million really die ? Et 
surtout l'ouvrage d'Udo Walendy, Bild "Dokumente" fur Geschichts- 
chreibung, où cette photographie est étudiée aux pages 74 et 75 ? 

« Je vous signale, en passant, que votre photographie est un montage de 
montage. Voyez la façon dont est posée sur « ses » épaules la tête du pre- 
mier personnage de gauche. (...) 

« Et la photographie de la p. 93 : la femme aux seins nus ! Comment 
n'avez vous pas discerné que, là encore, il y avait montage. Regardez la 
tête de "Photomaton" ! (Voy. Walendy, ibid, p. 23.) (...) 

« Comment pouvez-vous cautionner ainsi une propagande qui est celle 
qui a préparé le procès de Nuremberg ? Ne vous rappelez-vous pas le 
stupéfiant article 19 des statuts du Tribunal : "Le Tribunal ne sera pas 
lié par les règles techniques relatives à l'administration des preuves" ? 
N'est-ce pas d'un effroyable cynisme ? Ne devrait-il pas donner l'éveil à 
tout honnête homme ? 

«J'ai été férocement antinazi. Je ne peux supporter le fascisme sous 
aucune forme. Mais (...) je vous adjure de garder constamment présents à 
la mémoire les procès de sorcellerie. Rappelez-vous les "aveux", les 
"preuves", les "témoignages". Une sorcière n'allait pas dire à un tribu- 
nal : "Vous savez bien que tout cela est faux, que le sabbat est une inven- 
tion et les rencontres avec le diable une autre invention." Elle aurait ren- 
contré une incrédulité totale. Et pourtant elle aurait dit la vérité. Pour se 
défendre, il lui fallait, selon la vieille loi encore en vigueur, plaider le 
vraisemblable et non le vrai. 

« J'ai eu l'occasion de vous le dire et je le répète ici, je suis prêt à ouvrir 
devant vous tel de mes dossiers qu'il vous plaira sur cette imposture du 
génocide. Il paraît bien des livres sur la question. Les temps sont mûrs. » 



82 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



Commentaire de la rédaction : 

Que dans la vaste iconographie des camps de concentration, il y ait des 
photographies tronquées par des montages ou déformées par la légende 
dont les agences les accompagnent, c'est possible. Qu'il y ait eu moins de 
six millions de Juifs exterminés dans les camps, c'est également possible. 
Que plusieurs camps dépourvus de chambres à gaz en aient été dotés par 
la légende, c'est vrai. Mais n'y aurait-il eu « que » deux ou trois millions 
de victimes, n'y aurait-il eu de chambres à gaz que dans les camps situés 
en Pologne, la tragédie et l'épouvante restent les mêmes. Et comparer les 
innombrables témoignages, aveux et documents prouvant le génocide 
aux preuves qui servirent à envoyer les sorcières au bûcher est un défi 
qu'on n'a ni l'envie ni le besoin de relever. (F.X.V.) 

Finalement, c'est une publication d'extrême droite, 
Défense de l'Occident, dirigée par Maurice Bardèche, de fas- 
ciste mémoire, qui accueille en juin 1978 la note de synthèse 
que Faurisson cherche à publier depuis longtemps. Comme il 
le dit en note, « il ne cautionne évidemment pas les opinions 
politiques de ceux qui le publient ». 

Le « problème des chambres à gaz (a) » 

par 
Robert Faurisson (b) 

« Le Tribunal ne sera pas lié par les règles techniques relatives à 
l'administration des preuves (...) » (art. 19 des statuts du Tribunal 
militaire international [en fait : Tribunal militaire interallié] sié- 
geant à Nuremberg). 

«Le Tribunal n'exigera pas que soit rapportée la preuve des faits 
de notoriété publique, mais les tiendra pour acquis (...) » (art. 21 
des mêmes statuts). 

Personne, pas même les nostalgiques du III e Reich, ne songe à nier l'exis- 
tence des camps de concentration hitlériens. Tout le monde reconnaît 
également que certains de ces camps étaient dotés de fours crématoires. 
Au lieu d'enterrer les cadavres, on les brûlait. La fréquence même des 
épidémies exigeait la crémation, par exemple, des cadavres de typhiques 
(voyez les photographies de charniers). 

Ce qui est contesté, en revanche, par de nombreux auteurs français, 
anglais, américains et allemands, c'est l'existence, dans l'Allemagne 
hitlérienne, de «camps d'extermination». Ce terme désigne, chez les 
historiens de la déportation, des camps de concentration qui auraient été 
dotés de « chambres à gaz ». Ces « chambres à gaz », à la différence des 
« chambres à gaz » américaines, auraient été conçues pour tuer en 



(a) L'expression est de Olga Wormser-Migot (le Système concentrationnaire nazi, 
1933-1945), thèse, P. U. F., 1968, p. 541. 

(b) Maître de conférences à l'université de Lyon 2 (critique de textes et de documents). 
M. Faurisson nous demande de rappeler qu'il ne cautionne évidemment pas les opinions 
politiques de ceux qui le publient. 



83 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



masse. Les victimes auraient été des hommes, des femmes et des enfants 
dont Hitler aurait décidé l'extermination à cause de leur appartenance 
raciale ou religieuse. C'est là ce qu'on appelle le «génocide». L'arme, 
par excellence, du « génocide » aurait été ces abattoirs humains appelés 
« chambres à gaz » et le gaz employé aurait été principalement le Zyklon 
B (insecticide à base d'acide prussique ou cyanhydrique). 

Les auteurs qui contestent la réalité du « génocide » et des « chambres à 
gaz » sont appelés « révisionnistes ». Leur argumentation est à peu près 
celle-ci : 

« Il suffit d'appliquer à ces deux problèmes les méthodes de routine de la 
critique historique pour s'apercevoir qu'on se trouve devant deux 
mythes qui, d'ailleurs, forment un ensemble indissociable. L'intention 
criminelle qu'on prête à Hitler n'a jamais pu être prouvée. Quant à 
l'arme du crime, personne, en fait, ne l'a jamais vue. On se trouve là 
devant une réussite particulière de la propagande de guerre et de haine. 
L'histoire est pleine d'impostures de ce genre, à commencer par les affa- 
bulations religieuses sur la sorcellerie. Ce qui, en la matière, distingue 
notre époque de celles qui l'ont précédée, c'est que la formidable puis- 
sance des médias est venue orchestrer d'une façon assourdissante, et jus- 
qu'à la nausée, ce qu'il faut bien appeler "l'imposture du siècle". Mal- 
heur à qui, depuis trente ans, s'avise de la dénoncer ! Il connaîtra - selon 
les cas - prison, amendes, coups, insultes. Sa carrière pourra être brisée 
ou compromise. Il sera dénoncé comme "nazi". Ou bien on ne se fera 
pas l'écho de ses thèses, ou bien on déformera sa pensée. Pas un pays ne 
lui sera plus impitoyable que l'Allemagne. » 

Aujourd'hui, le silence est en train de se rompre autour des contesta- 
taires qui ont osé prendre la responsabilité d'écrire que les «chambres à 
gaz » hitlériennes, y compris celles d'Auschwitz et de Majdanek, ne sont 
que mensonge historique (c). Il y a là un progrès. Mais que d'insultes et 
de déformations, quand un historien comme Georges Wellers se décide 
enfin, dix ans après la mort de Paul Rassinier, à « exposer » une partie 
infime des arguments de cet ancien déporté qui a eu le courage de 
dénoncer dans ses écrits le mensonge des « chambres à gaz » ! Toute une 
presse, toute une littérature où s'étale un nazisme de sex-shop (et même 
un journal comme le Monde (d)) s'emploient à répandre l'idée que les 



(c) Voyez, en plus de nombreux articles de presse, uniformément hostiles ou insultants, 
une étude de Hermann Langbein parue dans le Monde JMjJd'avril-juin 1975 (« Coup d'œil 
sur la littérature néo-nazie », pp. 8 à 20). Hermann Langbein a été interné au camp 
d'Auschwitz. Il a témoigné dans de nombreux procès. Il exerce de hautes responsabilités 
dans le monde des anciens déportés. Un de ses récents ouvrages porte le titre en français, 
de Hommes et femmes à Auschwitz (Fayard, 1975, VII-529 p.). Pas un seul des trente 
chapitres de ce livre ne sont consacrés aux « chambres à gaz » ! En revanche, il y est à tout 
instant question de « sélection pour la chambre à gaz », de « cheveux de gazés », de « resca- 
pés de la chambre à gaz », etc. Voyez aussi une étude de Georges Wellers dans le Monde 
juif d'avril-juin 1977 («La "solution finale de la question juive" et la mythomanie néo- 
nazie », pp. 41 à 84). Voyez, par ailleurs, une étude d'Ino Arndt et de Wolfgang Scheffler 
dans les Vierteljahrshefte fur Zeitgeschichte (publication de l'Institut d'histoire contempo- 
raine de Munich, dir. Martin Broszat), d'avril 1976 (« Organisierter Massenmord an 
luden in Nazi Vernichtungslagern », pp. 105 à 135). 

(d) Voyez le Monde du 16-17 octobre 1977, p. 3 : « Des centaines de tracts néo-nazis... » 



84 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



nouveaux nazis oseraient nier l'existence des fours crématoires. Mieux : 
ces néonazis oseraient prétendre qu'aucun Juif n'a été gazé. Cette der- 
nière formule est habile. Elle donne à entendre que les nouveaux nazis, 
sans contester l'existence des «chambres à gaz», poussent le cynisme 
jusqu'à prétendre que les Juifs seuls auraient bénéficié du privilège de ne 
pas passer à la « chambre à gaz (e) » ! 

La meilleure façon, pour un historien, de se renseigner sur les thèses 
réelles des disciples de Paul Rassinier est de se reporter à l'ouvrage de 
l'Américain A. R. Butz sur The Hoax of the Twentieth Century (l'impos- 
ture du XX e siècle) (f). 

Pour ma part, je me permettrai de ne formuler ici que quelques remar- 
ques dédiées aux historiens qu'anime l'esprit de recherche. 
Je leur ferai d' abord remarquer un paradoxe. Alors que les « chambres à 
gaz » constituent, aux yeux de l'histoire officielle, la pierre angulaire du 
« système concentrationnaire nazi » (et alors que, pour démontrer le 
caractère intrinsèquement pervers et diabolique des camps allemands 
par rapport à tous les camps de concentration passés et présents, il 
conviendrait de démonter avec la dernière minutie le processus qui a 
conduit les nazis à inventer, à fabriquer et à utiliser ces formidables 
abattoirs humains), on remarque, non sans étonnement, que dans 
l'impressionnante bibliographie de l'histoire de ces camps il n'existe pas 
un livre, pas une brochure, pas un article sur les « chambres à gaz » 
elles-mêmes ! Je demande qu'on ne se laisse pas abuser ici par certains 
titres prometteurs et qu'on examine le contenu même des écrits. 
J'appelle « histoire officielle » l'histoire telle que l'écrivent - sur le sujet 
des camps - des institutions ou des fondations à deniers partiellement ou 
entièrement publics comme, en France, le Comité d'histoire de la 
Deuxième Guerre mondiale ou le Centre de documentation juive 
contemporaine et, en Allemagne, l'Institut d'histoire contemporaine de 
Munich. 

Il faut attendre la page 541 de la thèse d'Olga Wormser-Migot sur le Sys- 
tème concentrationnaire nazi, 1933-1945, pour voir apparaître un déve- 
loppement sur les « chambres à gaz ». Encore le lecteur a-t-il trois sur- 
prises : 

- Le développement en question n'est que de trois pages ; 

- Il s'intitule : « Le problème des chambres à gaz » ; 

- Ce « problème » n' est autre que celui de savoir si les « chambres à 
gaz » de Ravensbruck (en Allemagne) et de Mauthausen (en Autriche) 
ont réellement existé ; l'auteur conclut formellement qu'elles n'ont pas 
existé et n'examine pas le problème des « chambres à gaz » d'Ausch- 
witz ou d'autres camps, probablement parce que là, il n'y a pas de 
« problème » - à son avis. 



(e) Le comble de la déformation dans le compte rendu détaillé d'une brochure semble 
avoir été atteint, de ce point de vue, par M. Pierre Viansson-Ponté. Voyez, dans le Monde du 
17-18 juillet 1977, p. 13, son article sur « Le Mensonge », compte rendu de la traduction 
en français de Did Six Millions Really Die ? (by R. Harwood, H.R.P., Richmond, Surrey, 
TW10 6AA [G.-B.] Adresse à Richmond : 23 Ellerker Gardens [Historical Review Press]. 
Première édition en 1975, 28 p. [dble col.]). Ceux qui ont revendiqué ou justifié l'assassinat 
de F. Duprat, diffuseur de cette brochure, ont repris à leur compte les fausses accusations 
de M. Viansson-Ponté (voy. le Monde, 23 mars 1978, p. 7 et 26 avril, p. 9). 

(f) Même éditeur que pour R. Harwood. Première édition en 1976, 315 p. (500 p. typo 
courante). Prix : 2 livres 50 pence. L'ouvrage est d'une valeur scientifique exceptionnelle. 



85 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Or, le lecteur aimerait bien savoir pourquoi une analyse qui permet de 
conclure à la non-existence de « chambres à gaz » dans certains camps 
n'est subitement plus employée dès qu'il s'agit, par exemple, d'Ausch- 
witz. Pourquoi l'esprit critique s'éveille-t-il ici et pourquoi, soudaine- 
ment, tombe-t-il là dans la plus profonde léthargie ? Après tout, nous 
disposions pour la « chambre à gaz » de Ravensbruck, de mille « preu- 
ves », « certitudes » et « témoignages irréfutables », à commencer par les 
témoignages réitérés et circonstanciés d'une Marie-Claude Vaillant- 
Couturier ou d'une Germaine Tillion. Il y a mieux. Plusieurs années 
après la guerre, et cela devant les tribunaux anglais et français, les res- 
ponsables de Ravensbruck (Suhren, Schwarzhuber, D r Treite) conti- 
nuaient d'avouer l'existence d'une « chambre à gaz » dans leur camp ! Ils 
allaient jusqu'à en décrire - vaguement - le fonctionnement ! Pour finir, 
on les exécutait à cause de cette « chambre à gaz » fictive, ou bien ils se 
donnaient la mort. Mêmes aveux, avant mort ou exécution, de Ziereis 
pour Mauthausen ou de Kramer pour le Struthof. Aujourd'hui, on peut 
visiter la prétendue « chambre à gaz » du Struthof et lire sur place 
l'ébouriffante confession de Kramer. Cette « chambre à gaz ». classée 
«monument historique» n'est qu'une supercherie. Il suffit d'un mini- 
mum d'esprit critique pour se rendre compte qu'une opération de gazage 
dans ce petit local dépourvu de toute étanchéité tournerait à la catas- 
trophe pour le gazeur et les gens des environs. Pour faire croire à 
l'authenticité de cette «chambre à gaz», garantie «en état d'origine», 
on est allé jusqu'à donner un maladroit coup de burin dans une mince 
cloison dont on a ainsi brisé quatre carreaux de faïence. On a ainsi 
creusé le «trou» par lequel Kramer aurait versé les cristaux d'un gaz 
dont il n'a rien pu dire, sinon qu'avec un peu d'eau en surplus ce gaz 
tuait en une minute ! Comment Kramer empêchait-il le gaz de refluer 
par le « trou » ? Comment pouvait-il voir ses victimes par un regard qui 
ne permettait de voir que la moitié de la pièce ? Comment ventilait-il la 
pièce avant d'en ouvrir la bonne porte paysanne de bois grossier ? Peut- 
être faudrait-il poser des question à l'entreprise de travaux publics de 
Saint-Michel-sur-Meurthe qui, après la guerre, a transformé les lieux 
prétendument « en état d'origine ». 

Longtemps encore après la guerre, des prélats, des universitaires, et puis 
aussi de simples gens, rendaient des témoignages d'une vérité criante sur 
les « chambres à gaz » de Buchenwald et de Dachau. Pour Buchenwald, 
la « chambre à gaz » devait disparaître en quelque sorte d'elle-même 
dans l'esprit de ceux qui l'avaient vue. Pour Dachau, on procédait autre- 
ment. Après avoir soutenu, à l'exemple de M gI Piguet, évêque de Cler- 
mont, que la « chambre à gaz » avait notamment servi à gazer des prê- 
tres polonais (g), la vérité officielle devenait progressivement la sui- 
vante : « Cette "chambre à gaz", commencée en 1943, était inachevée en 
1945, à la libération du camp. Personne n'a pu y être gazé. » Le petit 
local présenté aux visiteurs comme « chambre à gaz » est, en réalité, par- 
faitement inoffensif et, alors qu'on possède tous les documents architec- 
turaux imaginables sur les constructions de la « Baracke X... » (créma- 
toire et environs), on ne voit pas sur quel document, ni d'ailleurs sur 
quelle enquête technique, on s'est fondé pour parler ici de « chambre à 
gaz inachevée » (?). 



(g) Prison et déportation, édition Spes, 1947, p. 77 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



Aucun institut historique officiel n'a, pour accréditer le mythe des 
«chambres à gaz», fait plus que l'Institut d'histoire contemporaine de 
Munich. Le directeur, depuis 1972, en est M. Martin Broszat. Collabora- 
teur de cet institut dès 1955, M. Broszat devait se rendre célèbre par la 
publication (partielle !) des prétendus mémoires de Rudolf Hôss, en 
1958. Or, le 19 août 1960, cet historien devait annoncer à ses compa- 
triotes ébahis qu'en définitive il n'avait jamais existé de « chambre à 
gaz » dans tout l'Ancien Reich mais seulement en quelques « points 
choisis », avant tout (?) en quelques points de Pologne, dont Auschwitz- 
Birkenau. Cette nouvelle surprenante, il prenait le parti de l'annoncer 
dans une simple lettre à l'hebdomadaire Die Zeit (p. 16). Le titre donné 
à la lettre était singulièrement restrictif : « Keine Vergasung in Dachau » 
(pas de gazage à Dachau). M. Broszat ne fournissait, à l'appui de ses 
affirmations, pas la moindre preuve. Aujourd'hui, près de dix-huit ans 
après sa lettre, ni lui, ni ses collaborateurs n'ont encore apporté la moin- 
dre explication à ce mystère. Il serait pourtant du plus haut intérêt de 
savoir : 

- Comment M. Broszat prouve que les « chambres à gaz » de l'Ancien 
Reich sont des impostures ; 

- Comment il prouve que les « chambres à gaz » de Pologne ont été 
réelles ; 

- Pourquoi les « preuves », les « certitudes », les « témoignages » rassem- 
blés sur les camps qui, géographiquement nous sont proches, n'ont 
soudain plus de valeur, alors que les « preuves », les « certitudes », les 
« témoignages » rassemblés sur les camps de Pologne resteraient vrais. 

Par une sorte d'accord tacite, pas un historien officiel n'a publiquement 
soulevé ces questions. Combien de fois dans «l'histoire de l'histoire» 
s'en est-on remis à la pure et simple affirmation d'un seul historien ? 

Mais venons-en aux « chambres à gaz » de Pologne. 

Pour affirmer qu'il a existé des « chambres à gaz » à Belzec ou à Tre- 
blinka, on se fonde essentiellement sur le rapport « Gerstein ». Ce docu- 
ment d'un S.S. qu'on a « suicidé » (?) en 1945 à la prison du Cherche- 
Midi (h) fourmille de telles absurdités qu'il est depuis longtemps discré- 
dité aux yeux des historiens. Ce «rapport» n'a d'ailleurs jamais été 
publié, y compris dans les documents du Nurnberg Military Tribunal, 
que sous des formes irrecevables (avec troncations, adultérations, rewri- 
tings...). Il n'a jamais été publié avec ses aberrantes annexes (le «brouil- 
lon » en français, les « Ergânzungen » ou « compléments » en allemand). 

Pour ce qui est de Majdanek, la visite des lieux s'impose. Elle est, s'il se 
peut, encore plus concluante que celle du Struthof. Je publierai un dos- 
sier sur la question. 

Pour Auschwitz et Birkenau, on dispose essentiellement des mémoires 
(i) de R. Hôss, rédigés sous la surveillance de ses geôliers polonais. Sur 
place on ne trouve qu'un local « rekonstruiert » et des ruines. 



(h) Voyez la réflexion du médecin-légiste rapportée par Pierre Joffroy dans l'Espion de 
Dieu - la Passion de Kurî Gerstein, p. 262, Grasset, 1969. 

(i) Kommandant in Auschwitz, Autobiographische Aufzeichnungen, von Rudolf Hôss. 
Eingeleitet und kommentiert von Martin Broszat, Deutsche Verlags-Anstalt, Stuttgart, 
1958, 184 p. Voyez, sur les gazages, les pp. 126 et 166. L'entrée de l'équipe dans la 
« chambre à gaz » se fait « sofort » (p. 166). 



87 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Une exécution par le gaz n'a rien à voir avec une asphyxie suicidaire ou 
accidentelle : Dans le cas d'une exécution, le gazeur et son entourage ne 
doivent pas courir le moindre risque. Aussi, pour leurs exécutions, les 
Américains emploient-ils un gaz sophistiqué, et cela dans un espace très 
réduit et hermétiquement clos. Après usage, le gaz est aspiré et neutra- 
lisé. Les gardiens doivent attendre plus d'une heure pour pénétrer dans 
le petit local. 

Aussi se demande-t-on comment à Auschwitz-Birkenau, par exemple, 
on pouvait faire tenir 2 000 hommes dans un local de 210 mètres 
carrés (!), puis déverser (?) sur eux des granulés du très violent insecticide 
Zyklon B ; enfin instantanément après la mort des victimes, envoyer, 
sans masque à gaz, dans ce local saturé d'acide cyanhydrique une 
équipe pour en extraire les cadavres cyanures. Deux documents (j) des 
archives industrielles allemandes répertoriées par les Américains à 
Nuremberg nous apprennent d'ailleurs que le Zyklon B adhérait aux 
surfaces, ne pouvait se ventiler par ventilation forcée, et exigeait une 
aération de près de 24 heures, etc. D'autres documents qu'on ne trouve 
que sur place, aux archives du musée d'État d'Oswiecim (k), et qui n'ont 
jamais été décrits nulle part, montrent par ailleurs que ce local de 210 
mètres carrés, aujourd'hui à l'état de ruines, n'était qu'une morgue rudi- 
mentaire (« Leichenkeller »), enterrée (pour la protéger de la chaleur) et 
pourvue d'une seule et modeste porte d'entrée et de sortie. 

Sur les crématoires d'Auschwitz (comme, d'une façon générale, sur tout 
le camp), on possède une surabondance de documents, y compris les fac- 
tures, au pfennig près. En revanche, sur les « chambres à gaz » on ne 
possède rien : ni un ordre de construction, ni une étude, ni une 
commande, ni un plan, ni une facture, ni une photographie. Lors de cent 
procès, rien de ce genre n'a pu être produit. 

« J'étais à Auschwitz et je peux vous assurer qu'il ne s'y trouvait pas de 
"chambre à gaz". » À peine écoute-t-on les témoins à décharge qui ont 
le courage de prononcer cette phrase. On les poursuit en justice (1). 
Encore aujourd'hui, quiconque, en Allemagne, porte témoignage en 
faveur de Thies Christophersen, qui a écrit le Mensonge d'Auschwitz 
(m), risque une condamnation pour « outrage à la mémoire des morts ». 

Au lendemain de la guerre, les Allemands, la Croix-Rouge interna- 
tionale, le Vatican (lui, pourtant, si bien renseigné sur la Pologne), tous 
déclaraient piteusement, avec bien d'autres : «Les "chambres à gaz" ? 
Nous ne savions pas. » 

Mais, demanderais-je aujourd'hui, comment peut-on savoir les choses 
quand elles n'ont pas existé ? 

Il n'a pas existé une seule «chambre à gaz» dans un seul camp de 
concentration allemand : telle est la vérité. 



(j) Ces deux longs documents, d'une importance capitale, non exploités, semble-t-il, lors 

des procès Gerhardt Peters (directeur de la Degesch), sont cotés NI-9098 et NI-9912. Ils 

annihilent, sans réplique possible, le « témoignage » de Hôss sur les « chambres à gaz ». 

(k) Photos Nég. 6228 sq. 

(1) Cas Wilhelm Stâglich, par exemple (voyez l'ouvrage de Butz, s.v.). 

(m) « Die Auschwitz-Lùge », no 23 de Kritik, 2341 Kâlberhagen ; Post Mohrkirch (RFA), 

1974, suivi de « Der Auschwitz Betrug », n° 27 (Das Echo auf die Auschwitz Luge). 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 



Cette inexistence des « chambres à gaz » est à accueillir comme une 
bonne nouvelle qu'on aurait tort de tenir plus longtemps cachée. De 
même que dénoncer « Fatima » comme une imposture, ce n'est pas atta- 
quer une religion, de même dénoncer les « chambres à gaz » comme un 
mensonge historique, ce n'est pas s'en prendre aux déportés. C'est 
répondre au devoir d'être vrai. 

Robert Faurisson a fait suivre cet article d'un « complé- 
ment » polycopié qu'il a envoyé, avec le texte, à différentes 
personnalités : 

A.- Conclusions (de trente ans de recherches) des auteurs révisionnistes : 
1 Les « chambres à gaz » hitlériennes n'ont jamais existé.- 2 Le 
« génocide » (ou : la « tentative de génocide ») des Juifs n'a jamais eu 
lieu ; en clair, jamais Hitler n'a donné l'ordre (ni admis) que quicon- 
que fût tué en raison de sa race ou de sa religion.- 3 Les préten- 
dues « chambres à gaz » et le prétendu « génocide » sont un seul et 
même mensonge.- 4 Ce mensonge, qui est d'origine essentiellement 
sioniste, a permis une gigantesque escroquerie politico-financière 
dont l'État d'Israël est le principal bénéficiaire- 5 Les principales 
victimes de ce mensonge et de cette escroquerie sont le peuple alle- 
mand et le peuple palestinien- 6 La force colossale des moyens 
d'information officiels a, jusqu'ici, assuré le succès du mensonge 
et censuré la liberté d'expression de ceux qui dénonçaient ce men- 
songe.- 7 Les partisans du mensonge savent maintenant que leur 
mensonge vit ses dernières années ; ils déforment le sens et la nature 
des recherches révisionnistes ; ils nomment « résurgence du nazis- 
me » ou « falsification de l'histoire » ce qui n'est qu'un juste retour 
au souci de la vérité historique. 

B- Mes publications et une intervention officielle : 

1 Une lettre à Historama (nov. 1975, p. 10) sur l'expression « N.N. » 
(laquelle n'a jamais signifié « Nacht und Nebel » = « Nuit et Brouil- 
lard », mais « Nomen Nescio » = « Anonyme » ; dans la pratique, 
interdiction faite à certains déportés de recevoir ou d'envoyer du 
courrier).- 2 Fragments d'une lettre à Historia (août 1977, p. 132) : 
«L'imposture du génocide».- 3 Le 29 janvier 1978, au «Colloque 
national de Lyon sur : Églises et chrétiens de France dans la 
Deuxième Guerre mondiale », intervention sur l'imposture des 
« chambres à gaz » (voy. Rivarol, 16 février 1978, p. 5). 

C- Quelques-unes de mes fiches techniques : 

1 Bibliographie du « problème des chambres à gaz ».- 2 Mes enquê- 
tes au Struthof (1974), à Majdanek (1975), à Auschwitz (1975 et 
1976) : 120 photographies- 3 Des années de recherche au Centre de 
documentation juive contemporaine de Paris- 4 Consultations des 
historiens spécialisés- 5 Procès de « criminels de guerre ». Les 
sténogrammes du « procès Eichmann ».- 6 L'insecticide « Zyklon 
B ».- 7 Le « Protocole de Wannsee ».- 8 « Solution finale » signifiait 
« refoulement à l'Est ».- 9 Une visite, en sept. 1944, du représentant 
de la Croix-Rouge internationale au camp d' Auschwitz : dénatura- 
tions en tous genres du rapport original- 10 Le « rapport 
Gerstein » et Léon Poliakov ou Georges Wellers- 1 1 Les Mémoires 
de R. Hôss : « œuvre » de J. Sehn, revue et corrigée par Martin Bros- 



89 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



zat- 12 Les « chambres à gaz » visitables à Majdanek : une « arme 
du crime » jamais expertisée (idem pour toutes les « chambres à 
gaz » visitables).- 13 Les « aveux ».- 14 « Six millions d'assassinés » 
ou « cinq cent mille morts par tous faits de guerre » ? Le Comité 
d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale (Henri Michel et Claude 
Lévy) refuse de publier les résultats globaux de sa propre enquête sur 
les déportés de France, « par crainte des associations de déportés ». 
— 15 Le Mémorial de la déportation des Juifs de France par Serge 
Klarsfeld : une œuvre tardive, hâtive, dépourvue de garantie scienti- 
fique ; un quart des Juifs de France a été « déporté » ou « refoulé » 
vers l'Est ; l'auteur n'a pas cherché à déterminer sérieusement le 
nombre des morts ; il ose déclarer « morts » ou « gazés » tous les 
déportés de France (la plupart provenaient de l'Est) qui ne sont pas 
revenus dès 1945 (!) se déclarer vivants soit à nos services (le chiffre 
du ministère des Anciens combattants est « officieux »), soit aux ser- 
vices officiels belges !!! Les journaux présentent ce «mémorial» 
comme un « annuaire de la mort », un « monument aux morts ». 
L'auteur a fait ce qu'il fallait pour entretenir l'équivoque... - 16 Les 
retombées politico-financières du « génocide ».- 17 La presse fran- 
çaise devant le droit au doute et à la recherche.- 18 Comment tra- 
vaille le journaliste Pierre Viansson-Ponté du Monde- 19 Le 
« génocide » à la télévision française- 20 L'université française et la 
tradition des procès de sorcellerie. 



[Avertissement] 



À la lecture de ces pages, certains pourront interpréter mes idées comme 
une tentative d'apologie du national-socialisme. 

En réalité - pour des raisons que je n'ai pas à exprimer ici - la personne, 
les idées ou la politique d'Hitler me séduisent aussi peu que celles d'un 
Napoléon Bonaparte. Je refuse simplement de croire la propagande des 
vainqueurs, pour qui Napoléon était «l'Ogre» tandis qu'Hitler aurait 
été « Satan » ou « Amalec ». 

Il doit être entendu pour tout le monde que le seul souci qui m'anime 
dans mes recherches est celui de la vérité ; j'appelle « vérité » ce qui est 
le contraire de l'erreur et du mensonge. 

Je tiendrai pour diffamation toute imputation ou insinuation de 
nazisme. 

En conséquence, j'invite à la réflexion toute personne physique ainsi que 
toute personne morale, de droit public ou de droit privé, qui, par ses 
propos, discours, écrits ou actions, me contraindrait d'avoir recours à la 
loi. 

Des copies de ces pages seront envoyées à des instances juridiques et 
administratives, ainsi qu'à des journaux, groupements et associations. 

16juinl978. 

La fameuse phrase : « Hitler n'a jamais ordonné... », écrite 
en plusieurs occasions par Faurisson, a créé un indéniable 
malaise chez la plupart de ses lecteurs. Elle a été montée en 



90 



CE QU'EST L'AFFAIRE FAURISSON 

épingle et a servi à rejeter la totalité des arguments de Fauris- 
son. Elle a bien évidemment suscité des discussions passion- 
nées, y compris chez ceux qui étaient prêts à prendre les 
arguments de Faurisson en considération, mais elle restait pour 
beaucoup d'entre eux inacceptable. En 1979, Faurisson a 
rédigé, pour quelques-uns d'entre eux, cette explicitation : 

« Jamais Hitler n'a ordonné ni admis que quiconque fût tué en raison de 
sa race ou de sa religion (a). » 

Explication de cette phrase : 

Hitler a toujours considéré les Juifs comme ses ennemis, et il les a traités 
en conséquence. 

Hitler et les nazis disaient : « Les Alliés et les Juifs veulent notre anéan- 
tissement, mais ce sont eux qui seront anéantis. » 

De la même façon, les Alliés et les Juifs ont dit : « Hitler et les nazis veu- 
lent notre anéantissement, mais ce sont eux qui seront anéantis. » 

Pour un camp comme pour l'autre, il s'agissait avant tout de gagner la 
guerre, à la fois contre les militaires et contre les civils (hommes, fem- 
mes, vieillards, enfants confondus). 

Le camp des vainqueurs de la dernière guerre a eu beau accumuler les 
mesures coercitives contre les minorités allemandes ou japonaises 
(jugées dangereuses en pleine guerre ou indésirables après la guerre), ces 
vainqueurs ont eu beau procéder à des internements en grand nombre, à 
des exécutions légales (selon la loi du vainqueur) ou arbitraires, à des 
poursuites administratives, policières et judiciaires contre les vaincus, et 
cela encore 34 ans après l'armistice de 1945, ils ont eu beau procéder à 
d'énormes déportations ou «déplacements» de populations civiles dans 
des conditions horribles, jamais cependant les autorités des Alliés n'ont 
ordonné ni admis que quiconque fût tué en raison de son appartenance à 
ces minorités ennemies, jugées dangereuses ou haïssables. 

Il en va de même pour Hitler avec les minorités qui étaient du camp de 
ses ennemis, et qu'il jugeait dangereuses ou haïssables (b). 

Cela dit, les personnes qui croient qu'en matière historique on peut for- 
muler des jugements sur les responsabilités de tel ou tel sont fondées à 
dire ceci : et Hitler et les Alliés portent, aux yeux de la morale et de l'his- 
toire, l'entière responsabilité de tous les maux, de toutes les persécu- 
tions, de toutes les morts subies par les minorités civiles de tous les pays 
qui ont été en guerre ouverte de 1939 à 1945. 



(a) Cette phrase choquante, je la crois conforme à la vérité. J'appelle vérité le contraire de 
l'erreur et du mensonge. J'estime que la vérité doit être admise par chacun de nous, quelle 
que soit l'opinion de celui qui la professe. L'histoire scientifique ne professe pas d'opinion 
et elle ne cautionne pas de principes. Les principes sont l'affaire personnelle de chacun 
d'entre nous. Sur ce plan-là, n'essayons pas de nous cacher derrière l'histoire scientifique 
et de la faire parler : elle est une grande muette. 

(b) Le 5 septembre 1939, Chaïm Weizmann, président du Congrès juif mondial, a déclaré 
la guerre à l'Allemagne. Pour Hitler, les Juifs étaient les représentants d'une nation hostile 
belligérante. 



91 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Cette phrase me paraît au moins maladroite puisqu'elle est 
ambiguë. Même si l'on peut démontrer qu'elle recouvre une 
certaine vérité formelle, il n'en reste pas moins plus que pro- 
bable qu'Hitler, comme d'ailleurs d'autres responsables poli- 
tiques et militaires, devait fort aisément admettre que les Juifs, 
et les autres minorités non hostiles, non belligérantes, comme 
les Tziganes ou les homosexuels, meurent en grand nombre du 
fait des persécutions qu'ils subissaient. Ce genre de cynisme 
n'est évidemment l'apanage d'aucun genre de régime. Des gens 
continuent à mourir tous les jours à cause de persécutions 
raciales, religieuses, sexuelles, politiques. À mon avis, il serait 
possible de faire davantage pour les empêcher. 

Mais revenons à l'affaire Faurisson. 

Le clou est-il rivé ? Certainement pas. Le médium n'est pas 
bon. L'extrême droite n'offre guère de crédibilité quant à la 
recherche, au doute, au souci de la vérité. À la rentrée, Pierre 
Viansson-Ponté, dans sa chronique « Au fil de la semaine », 
reprend ses attaques contre l'école qui se dit « révisionniste » : 
« On peut s'étonner que les responsables de ces infamies ne 
soient pas identifiés et poursuivis : ils tombent sous le coup de 
la loi qui punit l'encouragement à la haine raciale (17). » On 
peut certes se demander sur quelle curieuse confusion juridique 
se fonde ce rapprochement, et même se demander si c'est bien 
le devoir d'un journaliste que d'appeler à la délation de qui a 
des vues opposées aux siennes ; mais on doit reconnaître qu'il 
n'ose pas dénoncer nommément Faurisson dont les écrits ne 
lui sont que trop connus (18). 



(17) « Le Mensonge (suite) » 3-4 septembre 1979. À cette occasion, V.-P. met en cause 
« ce faussaire de Rassinier », ce qui aura pour conséquence l'entrée en scène des partisans 
de Rassinier à l'extrême gauche. Voir plus loin p. 128. 

(18) Si je me donne ainsi le droit d'être sévère à l'égard d'un journaliste dont j'ai déploré 
la disparition, c'est à la mesure même de la haute estime que j'ai toujours porté à ce qu'il 
écrivait. Je le tenais pour le meilleur journaliste de la politique intérieure française. La 
passion qu'il révèle en cette affaire est à mes yeux parfaitement compréhensible. Je l'ai 
longtemps partagée et je la crois honorable. On peut néanmoins tenter de voir au-delà des 
limites, souvent étroites, de l'irrationnel et de la passion. 



92 



CHAPITRE III 
L'ÉCLATEMENT DE L'AFFAIRE 



C'est l'affaire de l'interview de Darquier, ancien commis- 
saire aux Questions juives dans le régime de Vichy, dans 
l'Express, qui allait mettre le feu aux poudres. Pour Faurisson 
« le moment est venu ; les temps sont mûrs ». Le premier 
novembre 1978, campé sur ses dossiers, il envoie à différents 
journaux une lettre circulaire assez provocatrice : 

J'espère que certains des propos que le journaliste Philippe Ganier- 
Raymond vient de prêter à Louis Darquier de Pellepoix amèneront 
enfin le grand public à découvrir que les prétendus massacres en « cham- 
bres à gaz » et le prétendu « génocide » sont un seul et même mensonge, 
malheureusement cautionné jusqu'ici par l'histoire officielle (celle des 
vainqueurs) et par la force colossale des grands moyens d'information. 
Comme le Français Paul Rassinier (ancien déporté résistant), comme 
l'Allemand Wilhelm Stâglich, comme l'Anglais Richard E. Harwood, 
comme l'Américain Arthur R. Butz (auteur de l'Imposture du XX e siè- 
cle, ouvrage si remarquable qu'on ne parvient manifestement pas à lui 
répliquer), comme vingt autres auteurs, passés sous silence ou calomniés 
tout à loisir, je proclame ici comme je l'avais fait au colloque national de 
Lyon sur « Églises et chrétiens de France dans la Seconde Guerre mon- 
diale » (27-30 janvier 1978) : « Les massacres en prétendues "chambres 
à gaz" sont un mensonge historique. » Hitler n'a jamais ordonné ni 
admis que quiconque fût tué en raison de sa race ou de sa religion. Je ne 
cherche à outrager ni à réhabiliter personne. Jusqu'à preuve du contrai- 
re, je pense avoir conduit mes recherches selon les méthodes de routine 
de la critique historique. Je suis prêt à tout débat sur la question des 
« chambres à gaz » et du « génocide », à toute confrontation, à toute 
interview dûment enregistrée : cela, j'ai eu l'occasion de le déclarer par 
écrit à maintes autorités, à maintes publications (Tribune juive-hebdo, 
par exemple), à maints organes d'information depuis quatre ans, et je le 
répète ici aujourd'hui. La lumière ne viendra ni du « docu-drame » Ho- 
locaust, ni de la L.I.C.A., ni d'une nième levée de boucliers ; elle ne 
pourra venir que d'un examen, à armes égales, des thèses en présence. 
Pour ma part, j'aime la lumière. 



93 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Au Monde, personne ne cille. On connaît l'homme et on 
vit dans la terreur de le voir débarquer, cherchant à coincer un 
rédacteur dans un couloir pour le sermonner d'importance. Au 
Matin de Paris, on ne connaît pas l'affaire et la rédaction pari- 
sienne charge son correspondant à Lyon, Claude Régent, de 
prendre contact avec Faurisson. Ils se rencontrent, armés 
d'enregistreurs à cassettes, le 8 novembre au Sofitel. Selon la 
bande enregistrée, l'entretien débute ainsi : 

R.F. : Il est bien entendu que je vous accorde cette interview à plusieurs 
conditions qui ont été précisées au téléphone. La première c'est qu'en fin 
de compte, il s'agira d'une interview écrite. Nous allons bavarder un peu 
aujourd'hui, et puis vous poserez des questions. Ces questions je les 
enregistrerai par écrit. Et puis, je tâcherai de vous apporter une réponse 
demain. [...] Cependant, pour le Matin, je vais poser des conditions à 
mon tour. Mes conditions sont les suivantes : c'est une publication in 
extenso, ou ce n'est pas une publication. C'est à vous de décider. À votre 
avis, je dois vous remettre une interview écrite de quelle longueur de 
pages ? 

C.R. : Très courte. Je n'ai pas fixé dès aujourd'hui une longueur vrai- 
ment. 

R.F. : Nous devons être bien précis sur ce point, elle doit être complète, 
ou elle ne passe pas. C'est-à-dire que, par exemple, si je vous remets 
soixante lignes dactylographiées, ce sont soixante lignes dactylogra- 
phiées avec titres, intertitres. 

C.R. : Je ne peux pas m' engager pour cela. 

R.F. : Bien. Seulement vous pouvez vous engager de la façon suivante : 
je vous demande, d'ores et déjà, de passer tout, si bref ou si long que ce 
soit. Ou vous ne passez rien. 

C.R. : Je ne peux absolument pas prendre cet engagement, car ce n'est 
pas possible. 

R.F. : Je ne veux pas d'une interview qui serait découpée, je m'y refuse 
absolument. 

C.R. : On m'a demandé de venir vous voir, puisque vous avez écrit au 
Matin. Le Matin veut savoir ce que vous avez à dire. C'est tout, c'est 
aussi simple que cela. Moi je viens vous voir pour vous demander ce que 
vous avez à nous dire. 

R.F. : Je vous ai répondu dans un premier temps que ce que j'avais à 
vous répondre, je le ferai par écrit. Et vous savez pourquoi : le sujet est 
très délicat. Je vous ai même dit que je voulais en la circonstance agir 
comme Mitterrand qui, a-t-il dit, ne donne d'interview qu'écrite. Il est 
évident que si je crains, n'est-ce pas, d'avoir à parler du sujet librement, 
si je veux que ce soit par écrit, c'est parce que je crains des déformations. 
La première des déformations que je puisse craindre, c'est celle d'un 
découpage, d'un raccourcissement. Eh bien, je n'en veux pas ! Je ne veux 
rien qui puisse déformer si peu que ce soit ma pensée. Le sujet est trop 
grave. Alors je comprends très bien, vous êtes très aimable, vous venez 



94 



L'ECLATEMENT DE L'AFFAIRE 



me trouver, vous me dites que vous ne pouvez pas prendre cette respon- 
sabilité. Eh bien, je pense que si j'habitais Paris, j'irais voir votre respon- 
sable de la rédaction et que peut-être nous pourrions nous mettre 
d'accord. Peut-être pourriez- vous vous-même - c'est une suggestion que 
je vous fais - vous mettre à nouveau en rapport avec lui et lui dire : voilà 
ce qu'il en est. Le sujet est extrêmement grave vous comprenez, ce n'est 
pas une affaire de chien écrasé. 

C.R. : Je ne peux pas dire : « voilà, c'est en place », avant de savoir ce 
que vous allez dire. 

R.F. : Ce n'est pas cela. Si vous m'avez bien suivi, ce n'est pas cela que je 
dis. Je dis que vous n'avez pas à décider par avance. 

C.R. : Je peux vous dire par exemple, vous allez écrire sur deux ques- 
tions précises, ce que l'on appelle en termes journalistiques un feuillet, 
disons une page dactylographiée, soit 25 lignes dactylographiées. Je ne 
peux absolument pas vous dire si ça se passera intégralement. 

R.F. : Écoutez, ce que je peux faire, n'est-ce pas, c'est fournir de toute 
façon le texte. Vous avez bien compris. Ce que je demande, c'est de four- 
nir de toute façon le texte. Et je dis : « Mais ce texte n'est publié que s'il 
est publié intégralement. » C'est à ce moment-là que vous décidez. Vous 
décidez sous bénéfice d'inventaire, vous ne décidez pas à priori. Quand 
vous aurez entre les mains ces trois pages dactylographiées, eh bien, à ce 
moment-là, vous prendrez votre décision, et ce sera tout ou rien ! 

C.R. : C'est-à-dire que vous fournirez d'abord le texte, et après on déci- 
dera si oui ou non on passe. 

R.F. : Exactement, ce texte ; étant bien entendu que ce texte sont vos 
questions et mes réponses. Et le titre est extrêmement important, n'est- 
ce pas. Vous allez voir pourquoi, je vous l'expliquerai tout à l'heure. Le 
titre, je veux en être responsable. 

C.R. : Alors là, vous bousculez les usages. 

R.F. : Eh bien, tant pis pour moi, je le regrette pour vous. Je bouscule 
souvent beaucoup d'usages comme cela. Le titre est une chose capitale, 
et le titre par exemple pourrait être insultant. Dans l'atmosphère de 
polémique qui se développe autour de cette interview du dénommé Dar- 
quier, tout est possible. Toute calomnie, toute médisance, toute défor- 
mation sont possibles, à commencer par le titre. Je pourrais vous donner 
des exemples de titres qui seraient purement scandaleux. 

C.R. : Le titre, ce n'est pas la personne qui est interviewée qui décide du 
titre. 

Pensant qu'une sorte d'accord est établi, Faurisson éprou- 
ve le besoin de se présenter : 

[...] Je m'appelle Robert Faurisson, je suis à demi-britannique. Pendant 
la guerre, étant enfant, j'étais surnommé ['Angliche et sur mon pupitre, 
je n'ai pas gravé le mot « liberté » comme Éluard, n'est-ce pas, nous 
invite à le faire. J'ai gravé « Mort à Laval », et j'écrivais comme cela, dès 
que je le pouvais, car j'étais courageux, « Hitler Dreck ». Je faisais un 
peu d'allemand, avec beaucoup de « résistance » à mes profs d'allemand, 



95 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



mais j'écrivais « Hitler Dreck ». Ça veut dire « merde ». Et puis, j'avais 
parmi mes camarades un dénommé Barbot ou Barberot que j'aimerais 
bien retrouver aujourd'hui, qui était pro-allemand, et qui s'était tout à 
fait réjoui le jour où j'ai dû dévisser mon pupitre, et aller faire racler ce 
pupitre où il y avait marqué « Mort à Laval ». Il s'était tout à fait réjoui, 
car ce jour-là, devant tous les petits camarades, on m'a fait honte de 
« vos Anglais qui courent dans le désert comme des lapins ». Vous savez, 
la phrase, je l'ai encore. Et ce Barbot ou Barberot peu de jours après le 
débarquement des Anglo-Américains en Afrique du Nord, quand les 
gens commençaient à sentir que ça tournait, est venu vers moi, m'a ten- 
du la main, et m'a dit (excusez-moi, c'était le mot ; je crois me rappeler 
que c'était le mot) : « Cette fois-ci, ils l'ont dans le cul. » Je lui dis (mais 
d'abord j'ai refusé la main de Barberot, je suis raide hein !) : « Mais de 
qui veux-tu parler ? » « Eh bien, des Boches. » « Comment ? Toi, Barbe- 
rot, des Boches ? » Et le petit bonhomme m'a répondu, car nous faisions 
du latin, et je pense qu'il avait entendu cela la veille au soir de son père : 
« Errare humanum est ; perseverare diabolicum. » Vous savez ce que 
cela veut dire : «l'erreur est humaine, la persistance dans l'erreur est 
diabolique ». Je suis persuadé que M. Barberot père est, par la suite, 
devenu grand résistant, grand faux ou vrai résistant, n'est-ce pas. Et jus- 
qu'au bout j'ai été, je dois dire, pétri de cette haine qu'on m'infusait dans 
ma famille, qu'on m'infusait à la radio. Je ne pouvais non seulement pas 
voir Laval, mais Darlan, je ne sais pas pourquoi, bête noire, et puis ça a 
été comme cela jusqu'au bout, et je peux vous rapporter une autre 
réflexion qui n'est pas du tout à mon honneur, et que je vous donne. Je 
me trouvais en congé en août 1944 dans un petit village de Charente et 
qui s'appelle Lapéruse. J'étais accoudé à la fenêtre, et j'avais à côté de 
moi mon frère qui est un peu plus jeune ; et mon frère et moi, nous 
regardions passer dans la rue du village un type torse nu, et derrière un 
F.F.I. avec la baïonnette. Je me tourne vers mon frère, et je dis : « Mais 
qu'est-ce qu'on attend pour le buter ce salaud-là ? » Car il n'y avait pas 
besoin de me faire un discours, un signe. Puisqu'il était au bout de la 
baïonnette d'un F.F.I., c'était forcément un collabo. Un collabo était un 
salaud ; un collabo ça se descend. Voilà comment j'étais. Et je trouve 
qu'il faut être très dur dans la vie, au moment de la lutte, mais quand 
c'est fini (et le nazisme est mort, et puis, il est bien mort le 30 avril 
1945 ; il ne faut pas me raconter d'histoire, et bien fini) l'hallali, l'hallali 
n'est pas mon fort. Moi je prendrais presque le parti du cerf. Voilà 
comment j'agis. Ça, c'est pour les choses sentimentales et politiques. Et 
pendant la guerre d'Algérie, je vais vous dire ce que j'ai fait. C'est une 
chose qui peut se vérifier. J'ai apporté ma cotisation au Comité Maurice 
Audin, oui, mais ensuite, j'ai défendu un camarade qui était soupçonné 
d'être O.A.S. C'est comme ça que chez les vrais Britanniques on réagit. 
Je sais que c'est un peu difficile à comprendre quelquefois. Et j'ai hor- 
reur que l'on crache sur un cadavre, et je m'interroge toujours sur les rai- 
sons pour lesquelles on crache sur un cadavre. Je trouve troublante cette 
unanimité à propos de l'affaire Darquier de Pellepoix. Darquier de Pel- 
lepoix, c'est le type même d'homme que ça m'aurait réjoui qu'on abatte 
pendant la guerre. Moi, je me suis réjoui quand j'ai appris que Philippe 
Henriot avait été abattu. Quand j'entendais dire à la radio anglaise, dont 
je buvais toutes les paroles : « 4 000 tonnes de bombes sur Hambourg », 
je disais : « C'est formidable, mais pourquoi n'y en a-t-il pas eu 8 000 ? » 
Quand les femmes, les vieillards, les enfants grillaient au phosphore, moi 
je trouvais ça très bien. Oradour (625 morts) m'indignait ; Dresde où il y 



96 



L'ECLATEMENT DE L'AFFAIRE 



a eu probablement 1 35 000 morts, ville-hôpital, ville-musée, la Florence 
de l'Elbe, je trouvais cela normal, je trouvais cela très bien. 

On ne retrouvera évidemment pas un mot de cet autopor- 
trait dans l'article du journaliste. Faurisson entreprend alors 
d'expliquer la raison de ses recherches ainsi que ses conclu- 
sions. Le journaliste est choqué (on le comprend) et il commen- 
ce à persifler (on le comprend moins) : 

C.R. : Alors les gens qui étaient au Vel-d'Hiv, ils sont partis se prome- 
ner, et ils sont tous revenus. 

R.F. : Il faut que vous me posiez la question sur un autre ton. 

C.R. : Vous voulez persuader qui, là ? Vous voulez prouver quoi ? Qu'il 
n'y a pas de Juifs qui ont été déportés, qui sont... 

R.F. : Alors, je suis obligé de reprendre. Mais il faut d'abord que vous 
me parliez gentiment, sinon, je ne peux pas vous répondre. Que ce soit 
clair ! Sinon, nous nous arrêtons tout de suite. Alors, je dis ceci : je 
pense à propos des déportés, ce qu'en pensaient par exemple... je ne vou- 
drais pas citer de noms parce que ça va tout de suite aiguiller dans un 
mauvais sens. Voici ce que j'en pense. Regardez tout ce qui est vrai 
parmi les souffrances. Il y a le fait que des gens ont été persécutés à cause 
de leur origine, soit raciale, soit religieuse. Pour les uns ça a pu être cette 
chose, qui est un drame affreux : perdre son métier. Pour d'autres, inter- 
nés. Pour d'autres, séparés de leur famille. Pour d'autres, déportés. Pour 
d'autres, déportés puis internés et, très loin de leur pays, travailler dans 
des conditions souvent très dures, souvent mal nourris, en proie à toutes 
sortes d'épidémies. Il y a eu des ravages formidables et dus au typhus à 
Bergen-Belsen, ces fameux monceaux de cadavres que l'on nous montre. 
Il y a eu toutes ces choses-là. Il faudrait d'ailleurs ne pas oublier aussi 
tous les faits de guerre, qui peuvent être que, un homme, par son action, 
prend des risques, fait de la résistance. Il devient un combattant. Moi, 
vous savez, j'aurais eu deux ans de plus, vous en faites pas, j'en étais. 

C.R. : Vous aviez quel âge à ce moment-là ? 

R.F. : J'avais 15 ans en 1944. Toutes ces choses-là sont vraies, sont suf- 
fisamment affreuses. Alors, moi, qu'est-ce que je vais dire pour répondre 
à votre question (que j'aurais souhaité d'une façon moins agressive) ? Ce 
que je veux, c'est cette chose bien humble qui s'appelle la recherche de 
la vérité, et qui s'appelle l'exactitude, parce que je trouve que ce n'est 
pas beau, ce n'est pas beau de mentir, ça n'est pas beau, de fabriquer 
cette espèce de nazisme de sex-shop que vous voyez en ce moment, et 
depuis longtemps. La curiosité qu'on porte à Adolphe est une curiosité 
absolument malsaine. Pour moi, il ne m'intéresse pas plus, Adolphe, 
que Napoléon Bonaparte, ni ses idées, ni sa personne. Staline n'était pas 
un dieu, Hitler n'était pas le diable, comme ça, tout d'un coup surgi, 
n'est-ce pas. Non ! Alors, ce qui m'intéresse, c'est ça, et je crois que je 
fais œuvre saine. 

C.R. : Alors est-ce que oui ou non, Hitler a-t-il tué des Juifs ? 

97 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

R.F. : Jamais Hitler n'a donné l'ordre de tuer. Et écoutez-moi bien, c'est 
important les mots que je vais dire ici, jamais Hitler n'a donné d'ordre 
de tuer des gens en raison de leur race, ou de leur religion. Qu'il ait dit, 
dix fois : « Les Juifs veulent notre mort, c'est nous qui aurons la leur... » 

C.R. : C'est déjà pas mal. 

R.F. : Mais enfin, enfin... 

C.R. : Mais la « solution finale » ? 

R.F. : La « solution finale », puisque vous me posez la question... 

C.R. : Si ça n'existe pas ! 

R.F. : La « solution finale » existe absolument. 

C.R. : C'est quoi la « solution finale » ? 

R.F. : La « solution finale » (Endlôsung, Gesamtlôsung) la solution 
d'ensemble, c'est faire que les Juifs soient déportés. D'abord à Madagas- 
car. Vous savez que c'est ce qu'on a appelé le Madagascar Projekt. Et 
j'en ai le texte. Ensuite quand la guerre a été européenne, qu'il n'en a 
plus été question, à ce moment-là, ça a été : mettre les Juifs le plus loin 
possible de l'Europe, dans un coin là-bas ; en attendant, les faire travail- 
ler pour ceux d'entre eux qui peuvent travailler. Mais vous avez le pro- 
pos, il est d'Hitler, si on fait cas du propos d'Hitler n'est-ce pas, (vous 
pouvez toujours me dire, Hitler raconte des histoires, mais enfin, s'il 
raconte des histoires dans un sens, en raconte-t-il dans l'autre ?). Hitler 
disant, n'est-ce pas : « Je les forcerai à fonder un État national » et cela, 
ça date si je ne m'abuse de septembre 1942. 

C.R. : Alors qu'est-ce qu'ils faisaient dans ces camps, où ils mouraient, 
où... ? 

R.F. : Alors, dans ces camps, ils ne mouraient pas tous, puisque, n'est-ce 
pas, les associations quand même d'anciens déportés sont nombreuses. 
Alors, à ce propos-là, je voudrais vous dire une chose que j'ai perdue de 
vue en cours de route, et qui est très importante, c'est à propos du chif- 
fre. Eh bien, voilà ! Vous connaissez donc le Comité d'histoire de la 
Seconde Guerre mondiale. Vous savez que c'est un service qui est ratta- 
ché directement au Premier ministre. Il est dirigé, si vous voulez, et les 
deux principaux responsables en sont M. Henri Michel et M. Claude 
Lévy. Or, une enquête a été entreprise sur la déportation, il y a très long- 
temps, plus de vingt ans je crois, pour, vous savez, ce que vous disiez 
tout à l'heure en ricanant : « Vous voulez les noms, etc. », eh bien, c'est 
un travail scientifique qu'ils ont entrepris département par département. 
Cette enquête, Monsieur, a été terminée en fin 1973. Vous n'en avez 
jamais vu paraître les résultats, et maintenant je vais vous dire pourquoi. 
Ce Comité publie en pages ronéotypées, et c'est de diffusion on peut dire 
confidentiel, un bulletin qui n'est pas à confondre avec la revue, la 
Revue de la Seconde Guerre mondiale, un bulletin, et dans ce bulletin 
voici ce que dit M. Henri Michel (alors, ce sont les numéros, je crois, 209 
et 212, datés de janvier et d'avril 1974). Eh bien le « résultat d'ensemble 
de l'enquête » (qui a duré tant d'années, qui a fait travailler tant de gens) 
«ne sera pas publié», et la raison en est donnée, n'est-ce pas, «par 
crainte d'incidents avec certaines associations de déportés ». Autre for- 
mule : « Pour éviter les réflexions désobligeantes pour les déportés. » 



98 



L'ECLATEMENT DE L'AFFAIRE 



CR. : Alors, il y a eu combien de disparus ? 

R.F. : Vous revenez à cette question, à laquelle je vous dis que person- 
nellement, je ne suis pas en mesure de répondre, mais je dis qu'il y a des 
gens à qui il faut poser la question, en leur demandant, n'est-ce pas, de 
publier les résultats de leurs enquêtes sur la France... 

Dans le courant de la conversation, le journaliste lance 
l'hameçon Darquier (c'est utile, il doit se demander si l'on 
pourra titrer « un émule de Darquier », c'est bon pour les ven- 
tes). Réponse de R.F. : « Monsieur Darquier de Pellepoix est un 
monsieur qui ne m'intéresse pas, c'est le type même de 
l'homme que toute ma vie je combattrai. » 

Ça ne mord pas. Faudra trouver un autre titre. L'entrevue 
se termine assez mal : 

[...] Mes étudiants vont lire le Matin. Malheureusement ils ne le liront 
pas, puisque moi je ne veux que de l'interview (n'est-ce pas, je l'ai bien 
précisé), l'interview écrite. Vous êtes bien d'accord ? 

CR. : Pas du tout ! 

R.F. : Comment ? 

CR. : Pas du tout, vous m'avez parlé, je ne vous ai rien dit au départ. 
J'utilise, c'est vous qui me l'avez dit. 

R.F. : Non, non, vous m'avez dit, excusez-moi, vous m'avez bien dit que 
vous étiez d'accord sur le point suivant - ou alors ce serait extrêmement 
grave, Monsieur - que vous m'accordiez une interview écrite, je 
n'accepte pas... oui, ça a été une conversation entre nous. 

CR. : Je ne l'ai pas dit, vous pouvez vérifier. 

R.F. : Bon, écoutez Monsieur, vous êtes en train de me tromper et c'est 
très mal ce que vous faites, c'est très grave, vous n'avez pas le droit de 
faire ça. 

CR. : Je ne parlerai pas... pour moi. 

R.F. : Je vous en ai parlé en confiance, comme ça, entre nous ; ce que 
vous faites... 

CR. : Vous croyez que je vais perdre moi, une heure à discuter avec 
vous, et ne pas faire d'article, non, c'est... pas... possible... 

L'article du Matin allait justifier toutes les craintes de Fau- 
risson (19). Le chapeau commence ainsi : « Darquier n'est pas 
seul. Certains qualifient de "déments" ses propos sur les camps 
d'extermination nazis. À Lyon, un enseignant, Robert Fauris- 
son, le soutient. » Le même chapeau se termine par une allu- 
sion à la fin de l'entrevue avec Claude Régent qui a « enregistré 



(19) 16 novembre 1978. 

99 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

au magnétophone deux heures d'interview. Peu après, Fauris- 
son exigeait qu'elle ne soit pas publiée. Sans doute fut-il effrayé 
par l'énormité de ses propos ». Le journaliste, lui, n'est pas ef- 
frayé par l'inanité de son propos. Non content de ces déforma- 
tions, on ajoute le mensonge pur et simple : il est dit que Fau- 
risson « exerce les fonctions de conseiller historique des édi- 
tions du Baucens, à Bruxelles. Les titres de quelques-uns des 
ouvrages publiés sont explicites : le Mensonge d'Auschwitz, le 
Protocole des Sages de Sion, la Vérité sur l'affaire Joachim Pei- 
per ». Claude Régent s'était bien gardé de demander à Fauris- 
son ce qu'il en était. On verra d'ailleurs d'autres journaux 
reprendre cette calomnie à l'état pur, et même faire de Fauris- 
son l'auteur des ouvrages mentionnés, comme Bernard Schal- 
scha, dans Libération qui recopie un peu hâtivement l'article 
paru la veille dans le Matin (20). Pour couronner le tout, le 
Matin affirme qu'avant 1969, alors qu'il enseignait à Clermont- 
Ferrand, « Robert Faurisson avait reçu un blâme à la suite de 
propos antisémites ». 

Pour raccrocher le lecteur, la phrase « le Journal d'Anne 
Frank est-il authentique ? » (qui n'a pas grand-chose à voir 
avec l'objet de la discussion) est utilisée quatre fois (chapeau, 
titre de l'article, deux fois dans le corps de l'article) et reprise 
une cinquième fois, dans une autre formulation, sous une 
photo d'Anne Frank, sans un seul mot de commentaire pour 
éclairer le sens de cette question. À quoi sert la malheureuse 
Anne Frank dans le Matin de Paris ? A faire pleurer Margot, à 
détourner l'attention de ce qui est dit. On m'avait dit que ce 
journal était socialiste ; ça doit être une erreur. 

Le reste de l'article consiste en considérations de M. Mau- 
rice Bernadet, président de Lyon 2, en extraits - partiellement 
falsifiés (21) - du programme des cours de Faurisson, et en 
extraits hachés menu du texte de Faurisson intitulé « le problè- 
me des chambres à gaz ». Dans tout cela, pas un mot de ce que 
Faurisson a dit au cours de l'entrevue. 



(20) Libération, 17 novembre 1978. Il termine son papier par une belle hypocrisie flicar- 
de : « N'y aura-t-il que les étudiants habituels du cours de littérature française du vingtiè- 
me siècle pour écouter lundi M. Faurisson à la faculté du quai Claude-Bernard, en salle 12, 
à 14 heures ? » Bravo, Libé. Remarque identique pour le Quotidien du peuple, 18-20 no- 
vembre 1978. 

(21) Parlant de l'ouvrage de A. R. Butz, The Hoax ofthe XXth Century, C. Régent ajoute 
qu'il a été traduit en français par François Duprat, un dirigeant d'extrême droite, récem- 
ment assassiné. Pure invention. L'ouvrage n'est pas traduit. 



100 



L'ECLATEMENT DE L'AFFAIRE 



Cet article et ses petites fantaisies allait être repris tels 
quels dans le reste de la grande presse. Faurisson catapulta aus- 
sitôt une réponse. Mais dans un journal socialiste comme le 
Matin de Paris, on ne s'embarrasse pas du droit de réponse. 
Faurisson a donc eu recours à la justice de son pays. Dans ses 
considérants, le tribunal reprend en partie le texte de cette 
réponse (22) : 

Je ne donne d'interview qu'écrite. Votre journaliste en a été dûment pré- 
venu, il s'est permis de tronquer et de lier bout à bout des fragments de 
mes écrits présentés au surplus comme ceux d'un antisémite. 

Je ne m'intéresse ni au national-socialisme qui est mort et bien mort le 
30 avril 1945, ni au néo-nazisme de nostalgiques, ni, surtout à l'envahis- 
sant nazisme de sex-shop colporté par les médias et même par les histo- 
riens officiels. 

Quatre ans de réflexion sur la thèse de Paul Rassinier (authentique et 
courageux déporté résistant) et quatre ans de recherches personnelles y 
compris au Struthof, à Auschwitz, à Birkenau et à Majdanek m'ont 
convaincu que les « chambres à gaz » hitlériennes ne sont qu'une impos- 
ture ; [...] À supposer que les « chambres à gaz » n'aient pas existé faut-il 
continuer de le taire ou bien faut-il l'annoncer enfin, cette bonne nou- 
velle ? 

Et le tribunal conclut sur ce sujet de la façon suivante : 

Attendu que le directeur du Matin était en droit de refuser la publication 
d'une réponse dans laquelle l'auteur de l'article, accusé d'avoir tronqué 
et lié bout à bout des fragments des écrits de Faurisson, était ainsi mis en 
cause en termes insultants ; que par ailleurs, ce dernier abusait de ce 
droit en cherchant à imposer au journal la publication d'un écrit dans 
lequel il mettait l'accent sur l'« envahissant nazisme de sex-shop col- 
porté par les médias et même par des "historiens officiels" », toutes 
considérations n'ayant aucun lien direct avec sa mise en cause par le 
journaliste. 

Ainsi, on insulte un journaliste en décrivant très exacte- 
ment ce qu'il a fait : tronquer et lier des textes. C'est une bonne 
chose à savoir. Il n'empêche que le Matin a été condamné pour 
diffamation, l'histoire du blâme pour propos antisémites 
n'étant pour eux que « très vraisemblable », à ce qu'ils préten- 
dent, « sans justification ». Mais, et c'est là l'extraordinaire, à la 
demande, routinière, de publication du jugement, le tribunal 
oppose un refus « en raison des circonstances particulières 
de la cause ». On a donc un journal qui diffame un particulier, 
le fait est reconnu par un tribunal, mais ce particulier se voit 
dénier le droit de voir réparer publiquement ce que le jugement 
qualifie d'atteinte « à l'honneur et à la considération ». Que 



(22) Jugement du tribunal de grande instance (l re chambre, 1" section), 2 mai 1979. 

101 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

sont donc ces « circonstances particulières », sinon le désir 
commun du journal et du tribunal que l'image de Faurisson 
dans le public demeure entachée de cette accusation ? 

Dans un effort d'humour involontaire, le Matin publie en 
bas de la même page un article intitulé : « Comment avoue un 
innocent ». Pour qui se plonge dans cette affaire cauchemar- 
desque, la question des aveux passés par un certain nombre de 
responsables nazis est évidemment d'une importance cruciale. 
Toute réflexion, à cet égard, sur la valeur que l'on peut attri- 
buer à des aveux passés dans des conditions de contrainte 
extrême, doit être prise en considération. On apprend donc, 
dans cet article, que le groupe d'étude des problèmes posés par 
la peine de mort, animé par le député R.P.R. Pierre Bas, a 
décidé d'entendre un certain nombre de « grands témoins », 
dont Gilles Perrault, M gr Fauchet, évêque de Troyes, et l'abbé 
P. Toulat. Gilles Perrault fit son exposé sur la fragilité du 
témoignage et « comment peut-on avouer lorsqu'on est inno- 
cent ? », avec référence à Artur London. Je cite la fin du texte : 
« Le témoignage ne vaut pas mieux que l'aveu. Les conclusions 
dûment étayées par des expériences précises d'un groupe de 
chercheurs à l'université de Columbia sont à ce sujet atter- 
rantes. On croyait jusqu'alors que l'œil humain fonctionnait 
comme une caméra, la mémoire restituant le film plus ou 
moins complètement, mais fidèlement. En fait, non seulement 
la mémoire mais le regard seraient sélectifs. L'œil verrait ce 
qu'il s'attend à voir, ce qu'il a envie de voir, ce qu'il est logique 
qu'il voie. » Point n'est besoin de chercheurs universitaires 
pour savoir tout cela. Mais allez donc transposer ces considéra- 
tions du plan pénal à celui des événements historiques... Qu'en 
penserait M e Badinter ? 

Il serait fastidieux de rechercher dans l'ensemble de la 
presse les réactions à cette affaire. On y verrait seulement 
qu'au-delà des condamnations et des indignations, il n'y a pas 
d'information, pas de discussion spontanée (23). Ce sont les let- 
tres de Faurisson au Monde qui relancent à chaque fois la balle. 

Première lettre, le 16 décembre 1978 : 

Ne niez jamais ! Pour avoir nié, comme Paul Rassinier et vingt autres 
auteurs révisionnistes, l'existence des «chambres à gaz» hitlériennes, je 
me vois traiter depuis quatre ans par les plus hautes instances universi- 



(23) Comme le remarque M. René Frank, président d'un comité des enseignants amis 
d'Israël, « face aux scientistes néo-nazis, on ne peut parler du nazisme en improvisant » (le 
Figaro, 18 mai 1979). 



102 



L'ECLATEMENT DE L'AFFAIRE 



taires, de «nazi», de «fou», de « Savonarole », de «jésuite», de per- 
sonnage «nocif». Or, avant 1974, j'étais non moins officiellement tenu 
pour un « très brillant professeur », un « chercheur très original », un 
homme doté d'une « personnalité exceptionnelle », un enseignant aux 
« remarquables qualités intellectuelles et pédagogiques » ; mes publica- 
tions avaient « fait grand bruit » et ma soutenance de thèse en Sorbonne 
avait été jugée « étincelante ». 

Le 16 novembre 1978, un journal qui avait obtenu un entretien de 
M. Bernadet (président de mon université) publiait sur mon compte 
d'abominables calomnies en préface à un montage de «déclarations» 
que j'avais faites sur le mensonge des « chambres à gaz ». M. Bernadet 
faisait immédiatement placarder l'article et l'accompagnait d'une affiche 
invitant les chers collègues à venir signer à la présidence un registre de 
protestations contre mes « déclarations ». Pour sa part, il déclarait à un 
autre journal que mon « équilibre intellectuel » était peut-être « atteint » 
et qu'il ne pourrait plus assurer ma sécurité. Dans un communiqué, puis 
dans une conférence de presse, il dénonçait le « caractère scandaleux » 
de mes « affirmations », qui, par ailleurs, « ne repos(ai)ent sur aucun 
fondement sérieux et ne mérit(ai)ent que le mépris ». 

En accord avec le recteur, M. Bernadet prend ensuite un arrêté de sus- 
pension de mes enseignements. Ni l'un, ni l'autre ne m'en préviennent à 
temps et je tombe dans un véritable guet-apens. Des éléments étrangers à 
notre université pénètrent jusqu'à mon bureau. M. Bernadet, qui est tout 
près de là et qui sait ma présence sur les lieux ainsi que ces allées et 
venues de gens excites, ne fait rien. Un petit groupe d'entre eux 
m'insulte et me prend en chasse dans les couloirs de l'université. Ce 
groupe me rattrape à la sortie. Il me rosse sur le trottoir. Puis il me 
reprend en chasse et m'agresse à nouveau, ainsi qu'un de mes étudiants. 
Depuis trois ans, grâce à M. Bernadet, je suis un maître de conférences 
dont on bloque toute possibilité d'avancement parce que - motif officiel 
- outre que je réside à deux heures de Lyon, je n'ai, paraît-il jamais rien 
publié de ma vie, et cela « de (m)on propre aveu » ! Pour fonder son 
accusation, M. Bernadet a sorti de son contexte une phrase d'une lettre 
où je lui disais mon étonnement de m' entendre traiter de «nazi » alors 
que je n'avais jamais rien public... qui pût le laisser croire (lettre, dont il 
ose donner lui-même la référence, du 12 décembre 1975). Cette stupé- 
fiante accusation allait ensuite être confirmée par mon ministre, puis, 
tout récemment, par le Conseil d'État, aux yeux de qui les motifs invo- 
qués contre moi ne sont pas « matériellement inexacts » (la liste de mes 
publications figurait pourtant dans mon dossier) ! Je n'engagerai pas ici 
de discussion avec M. Bernadet et je ne relèverai pas dans sa lettre, 
d'autres graves inexactitudes, habiletés et omissions. J'attends un débat 
public sur un sujet que manifestement on esquive : celui des « chambres 
à gaz ». Au Monde que, depuis quatre ans, je sollicite en ce sens-là, je 
demande de publier enfin mes deux pages sur « La rumeur d'Ausch- 
witz ». Le moment en est venu. Les temps sont mûrs. 

Finalement, avec toutes les restrictions mentales des uns et 
des autres - les temps sont peut-être en train de mûrir -, la dis- 
cussion, ou ce qui en tient lieu, s'ouvre (24) : 



(24) Le Monde, 29 décembre 1978. 

103 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



« Le problème des chambres à gaz (a) » 
ou « la rumeur d'Auschwitz » 

Nul ne conteste l'utilisation de fours crématoires dans certains camps 
allemands. La fréquence même des épidémies, dans toute l'Europe en 
guerre, exigeait la crémation, par exemple des cadavres de typhiques 
(voy. les photos). 

C'est l'existence des «chambres à gaz», véritables abattoirs humains, 
qui est contestée. Depuis 1945, cette contestation va croissant. Les 
grands moyens d'information ne l'ignorent plus. 

En 1945, la science historique officielle affirmait que des «chambres à 
gaz » avaient fonctionné, aussi bien dans l'ancien Reich qu'en Autriche, 
aussi bien en Alsace qu'en Pologne. Quinze ans plus tard, en 1960, elle 
révisait son jugement : il n'avait, « avant tout » (?), fonctionné de 
« chambres à gaz » qu'en Pologne (b). Cette révision déchirante de 1960 
réduisait à néant mille « témoignages », mille « preuves » de prétendus 
gazages à Oranienbourg, à Buchenwald, à Bergen-Belsen, à Dachau, à 
Ravensbriick, à Mauthausen. Devant les appareils judiciaires anglais ou 
français, les responsables de Ravensbriick (Suhren, Schwarzhuber, 
D r Treite) avaient avoué l'existence d'une « chambre à gaz » dont ils 
avaient même décrit, de façon vague, le fonctionnement. Scénario 
comparable pour Ziereis, à Mauthausen, ou pour Kramer au Struthof. 
Après la mort des coupables, on découvrait que ces gazages n'avaient 
jamais existé. Fragilité des témoignages et des aveux ! 

Les « chambres à gaz » de Pologne - on finira bien par l'admettre - n'ont 
pas eu plus de réalité. C'est aux appareils judiciaires polonais et soviéti- 
que que nous devons l'essentiel de notre information sur elles (voy., par 
exemple, l'ébouriffante confession de R. Hôss : Commandant à 
Auschwitz). 

Le visiteur actuel d'Auschwitz ou de Majdanek découvre, en fait de 
« chambres à gaz », des locaux où tout gazage aurait abouti à une catas- 
trophe pour les gazeurs et leur entourage. Une exécution collective par 
le gaz, à supposer qu'elle soit praticable, ne pourrait s'identifier à un 
gazage suicidaire ou accidentel. Pour gazer un seul prisonnier à la fois, 
pieds et poings liés, les Américains emploient un gaz sophistiqué, et cela 
dans un espace réduit, d'où le gaz, après usage, est aspiré pour être 
ensuite neutralisé. Aussi, comment pouvait-on, par exemple à Ausch- 
witz, faire tenir deux mille (et même trois mille) hommes dans un espace 
de 210 mètres carrés (!), puis déverser (!) sur eux des granulés du banal et 
violent insecticide appelé Zyklon B ; enfin, tout de suite après la mort 
des victimes, envoyer sans masque à gaz, dans ce local saturé d'acide 
cyanhydrique, une équipe chargée d'en extraire les cadavres pénétrés de 
cyanure ? Des documents trop peu connus (c) montrent d'ailleurs : 
1° Que ce local, que les Allemands auraient fait sauter avant leur départ, 



(a) L'expression est d'Olga Wormser-Migot (le Système concentrationnaire nazi, thèse 
P. U. F., 1968). 

(b) Keine Vergasung in Dachau, par le D' Martin Broszat, directeur de l'Institut d'histoire 
contemporaine de Munich (Die Zeit, 19 août 1960, p. 16). 

(c) D'une part, photos du musée d'Auschwitz (nég. 519 et 6228) ; d'autre part, documents 
de Nuremberg (NI-9098 et NI-9912). 



104 



L'ECLATEMENT DE L'AFFAIRE 



n'était qu'une morgue typique (Leichenkeller), enterrée (pour la protéger 
de la chaleur) et pourvue d'une seule petite porte d'entrée et de sortie ; 
2° Que le Zyklon B ne pouvait pas s'évacuer par une ventilation accélé- 
rée et que son évaporation exigeait au moins vingt et une heures. Tandis 
que sur les crématoires d'Auschwitz on possède des milliers de docu- 
ments, y compris les factures, au pfennig près, on ne possède sur les 
« chambres à gaz », qui, paraît-il flanquaient ces crématoires, ni un 
ordre de construction, ni une étude, ni une commande, ni un plan, ni 
une facture, ni une photo. Lors de cent procès (Jérusalem, Francfort, 
etc.), rien n'a pu être produit. 

«J'étais à Auschwitz. Il ne s'y trouvait pas de "chambre à gaz".» À 
peine écoute-t-on les témoins à décharge qui osent prononcer cette 
phrase. On les poursuit en justice. Encore en 1978, quiconque en Alle- 
magne porte témoignage en faveur de T. Christophersen, auteur du Men- 
songe d'Auschwitz, risque une condamnation pour « outrage à la 
mémoire des morts ». 

Après la guerre, la Croix-Rouge internationale (qui avait fait son 
enquête sur « la rumeur d'Auschwitz » (d), le Vatican (qui était si bien 
renseigné sur la Pologne), les nazis, les collabos, tous déclaraient avec 
bien d'autres : «Les "chambres à gaz" ? nous ne savions pas.» Mais 
comment peut-on savoir les choses quand elles n'ont pas existé ? 

Le nazisme est mort, et bien mort, avec son Fiihrer. Reste aujourd'hui la 
vérité. Osons la proclamer. L'inexistence des « chambres à gaz » est une 
bonne nouvelle pour la pauvre humanité. Une bonne nouvelle qu'on 
aurait tort de tenir plus longtemps cachée (e). 

La même page comporte une réfutation par un spécialiste, 
M. Georges Wellers : 

Abondance de preuves 

M. Faurisson lance un défi : « Je défie quiconque de m'apporter le moin- 
dre commencement de preuve de l'existence d'une chambre à gaz » dans 
les camps de concentration nazis. 



(d) C.I.C.-R., Documents sur l'activité du Comité international de la Croix-Rouge en 
faveur des civils détenus dans les camps de concentration en Allemagne (1939-1945), 
deuxième édition, Genève, juin 1946, série II, n° 1, reproduisant partiellement (j'ai copie 
du texte intégral confidentiel) le document n° 9925 : Visite au commandant du camp 
d'Auschwitz d'un délégué du C.I.C.-R. (septembre 1944), pp. 91 et 92. Une phrase capi- 
tale de ce document a été habilement amputée de trois mots dans le livre de Marc Hillel, 
les Archives de l'espoir, Fayard 1977, p. 257, et la phrase la plus importante (« Les 
détenus eux-mêmes n'en ont pas parlé ») a été sautée. 

(e) Parmi la vingtaine d'auteurs qui nient l'existence des « chambres à gaz », citons Paul 
Rassinier, ancien déporté (le Véritable Procès Eichmann, Les Sept Couleurs, 1962, distri- 
bué par M. Bardèche, 5, rue Rataud, Paris 5 e ) et, surtout, l'Américain A. R. Butz pour son 
remarquable livre sur The Hoax ofthe XXth Century (l'Imposture du siècle), 1976, distri- 
bué par Historical Review Press, 23 Ellerker Gardens, Richmond, Surrey, TWIO 6AA 
(G.-B.). 



105 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Il faut savoir que les chambres à gaz dans les camps où étaient extermi- 
nés les Juifs et les Tziganes (Auschwitz, Belzec, Maïdanek, Sobibor, 
Treblinka) ont été détruites par les Allemands avant la fin de la guerre, à 
la seule exception de Maïdanek. 

Cela dit, il ne s'agit pas du tout du «moindre commencement de 
preuve », mais d'une abondance de preuves qui sont de trois sortes : 
a) archives allemandes ; b) témoignages des anciens S.S. ; c) témoi- 
gnages des anciens détenus. 

Par exemple, dans le cas d' Auschwitz, dans la correspondance entre les 
industriels-constructeurs de quatre chambres à gaz perfectionnées à 
Auschwitz II (Birkenau) destinées à remplacer celles, « artisanales » 
aménagées au printemps de 1942 («bunkers », dans le jargon du camp), 
il est question de « l'installation d'une chambre à gaz » (« ...Bestellung 
einer Begasungskammern »), etc. Ainsi, il est grotesque de prétendre 
qu'il n'y avait pas de chambres à gaz à Auschwitz, comme le fait le 
« témoin » Christophersen cité, bien entendu, par M. Faurisson et qui est 
allé les chercher, en 1944, à Auschwitz I, à Raïsko, à Bielitz, où elles ne 
se trouvaient pas. Quant à Birkenau (Auschwitz II), où elles se trou- 
vaient derrière des clôtures interdites à tout étranger, il y est allé une fois 
pour prendre en charge cent détenues affectées à Raïsko, et il n'a rien vu. 
Tout cela donne la mesure de son « témoignage » fait en 1973 ! 

Toute la question est de savoir si ces chambres servaient pour les 
« poux », comme le dit Darquier, et comme semble le penser M. Fauris- 
son, qui note que le Zyklon B est un violent insecticide (souligné par lui), 
ou pour les êtres humains. 

En ce qui concerne les poux, il n'existe aucune indication positive. En 
revanche, en ce qui concerne les êtres humains, les preuves abondent. 

Voici, par exemple, ce que l'on lit dans le journal du médecin S.S. le 
professeur Kremer, découvert le 12 août 1945 à son domicile, et se rap- 
portant à la période où ce dernier s'est trouvé à Auschwitz et où il a par- 
ticipé à la sélection pour les chambres à gaz (Sonderaktion) : 
« 2-9-1942 : Ce matin, à 3 heures, j'ai assisté pour la première fois à une 
Sonderaktion. Comparé à cela, l'enfer de Dante paraît une comédie. Ce 
n'est pas sans raison qu' Auschwitz est appelé camp d'extermination. » 
« 12-10-1942 : J'ai assisté à une Sonderaktion dans la nuit (mille six 
cents personnes de Hollande). Scènes terrifiantes devant le dernier bun- 
ker. » « 18-10-1942 : J'étais présent à la onzième Sonderaktion sur les 
Hollandais par un temps froid et humide. Scènes atroces, avec trois 
femmes qui suppliaient qu'on leur laisse la vie. » S'agit-il des poux ou 
des êtres humains ? 

Par comparaison, le même Kremer note : « 1-9-1942 : ...J'ai assisté 
l'après-midi à la désinfection d'un bloc avec Zyklon B, afin de détruire 
les poux ». Ici il n'y a question ni de « Sonderaktion », ni de l'enfer de 
Dante, ni des scènes terrifiantes ou atroces, ni d'extermination... 

Le 29 janvier 1943, dans la lettre envoyée par le chef des constructions 
d' Auschwitz au chef de l'administration centrale de la S.S. à Berlin sur 
l'état d'achèvement de construction (Bauzustand) du Krematorium II à 
Birkenau, il est question d'un four crématoire, d'un local pour les cada- 
vres (Leichenkeller) et d'un local pour le gazage (Vergasungskeller). Pour 
des poux tout cela ? 



106 



L'ECLATEMENT DE L'AFFAIRE 



En juillet 1945 et en mars et avril 1946, deux importants S.S. 
d'Auschwitz (Pery Broad, responsable de la Politische Abteilung, et 
Rudolf Hœss, commandant d'Auschwitz), ont donné, devant les auto- 
rités britanniques, puis (le second) devant le Tribunal international et, 
bien avant, les « appareils judiciaires polonais et soviétiques », l'un igno- 
rant l'autre, une description détaillée des chambres à gaz et de leur fonc- 
tionnement à Birkenau. Par la suite, au cours de différents procès des 
S.S. d'Auschwitz devant des tribunaux allemands, huit membres de la 
S.S. interrogés comme témoins, ont reconnu avoir vu de leurs yeux les 
chambres à gaz de Birkenau en fonctionnement. Aucun parmi quelques 
dizaines d'accusés n'a nié leur existence, mais seulement sa participation 
personnelle à leur usage. 

Cinq évadés d'Auschwitz en 1943 et en 1944, parmi lesquels un officier 
polonais non juif, ont donné la description des chambres à gaz de Birke- 
nau et leurs rapports ont été publiés par les soins de V Executive Office of 
War Refugee Board du président des États-Unis en novembre 1944, en 
pleine guerre, en précisant que «l'Office a toutes les raisons de croire 
que ces rapports offrent une peinture exacte des faits horribles qui se 
passent dans ces camps ». 

D'autre part, quatre manuscrits ont été trouvés au cours des fouilles 
effectuées sur le territoire de Birkenau, où, avant de mourir, leurs 
auteurs, tous membres des Sonderkommandos affectés au nettoyage des 
chambres à gaz et à l'évacuation des cadavres vers les crématoires, les 
ont enterrés à différentes époques. Toutes ces missives d'outre-tombe 
parlent des chambres à gaz et de leur fonctionnement. Après la fin de la 
guerre, quatorze rares survivants parmi les membres des Sonderkom- 
mandos de Birkenau ont, de leur côté, donné des descriptions identiques 
de ces chambres. Il reste à ajouter que la menace de finir ses jours dans 
une chambre à gaz de Birkenau appartenait à l'arsenal disciplinaire du 
camp et de ses kommandos, et était inculquée à chaque détenu. 

Toutes ces descriptions sont parfaitement concordantes quant à l'empla- 
cement topographique de ces chambres à gaz à Birkenau, à leur nombre, 
à l'époque de leur entrée « en service », à leur fonctionnement au gaz 
« Zyklon B » et, bien entendu, à leur usage pour tuer les êtres humains. 

N'empêche que sur le ton d'un spécialiste chevronné de l'assassinat de 
milliers d'êtres humains dans des chambres à gaz, M. Faurisson nous 
explique que leur utilisation « aurait abouti à une catastrophe pour les 
gazeurs et leur entourage » envoyés « sans masque à gaz » « tout de suite 
(souligné par lui) après la mort des victimes... dans ce local saturé d'acide 
cyanhydrique... ». Car, dit-il, « ...le Zyklon B ne pouvait pas s'évacuer 
par une ventilation accélérée... ». 

Tout cela n'est qu'un prétentieux bavardage d'un spécialiste de la criti- 
que des textes littéraires qui se prend pour un expert en meurtres collec- 
tifs. D'autres spécialistes, infiniment mieux placés, étaient d'une tout 
autre opinion. Par exemple, la lettre du 29 janvier 1943 citée plus haut, 
dit : « L'entreprise Topf und Sôhne n'a pas pu livrer à temps le dispositif 
d'aération et de désaération ("die Be- und Entliiftungsanlage") comman- 
dé par la direction centrale des constructions, en raison de l'indisponibi- 
lité en wagons. Après l'arrivée du dispositif d'aération et de désaération, 
l'incorporation de celui-ci sera aussitôt commencée, de sorte qu'on peut 
prévoir que le 20 février 1943 il sera complètement en service. » De leur 



107 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



côté, Pery Broad, Hœss et d'autres disent tous que l'évacuation des 
cadavres se faisait après « le dégazage à l'aide des ventilateurs » (Broad) ; 
une demi-heure après [le gazage] (G.W.) le ventilateur électrique était 
mis en marche et les corps étaient hissés jusqu'au four par un monte- 
charge » (Hœss, devant les Britanniques), etc. 

Je ne sais pas si M. Faurisson est antisémite et partisan du nazisme. Il 
affirme ne pas l'être. Mais, ce que je sais, c'est que s'il l'était, il ne pou- 
vait rien faire de plus, ni de mieux que ce qu'il fait pour calomnier et 
injurier les Juifs en les traitant d'imposteurs et pour innocenter le 
nazisme dans ce que ce dernier avait de plus abominable et de plus 
révoltant. 

Mon propos ne s'adresse aucunement aux fanatiques, car il n'existe 
aucun espoir de les persuader de quoi que ce soit. Il s'adresse aux 
hommes et aux femmes de bonne foi ignorant les faits et qui risquent 
pour cette raison de prêter l'oreille aux affirmations fallacieuses des apo- 
logistes du nazisme. 

Le lendemain, on trouve dans le même journal un long 
article d'Olga Wormser-Migot, intitulé « La solution finale » 
qui expose les grandes lignes de la thèse traditionnelle. On y 
trouve aussi une réponse de M. Bernadet, le président de l'uni- 
versité de Lyon 2, ainsi qu'un témoignage du D r Chrétien sur le 
camp du Struthof : 

Un témoignage 

Le D r Hirt, professeur d'anatomie, directeur de 1941 à 1944 de l'Institut 
d'anatomie de Strasbourg, était désireux de se constituer une collection 
de crânes juifs. Pour obtenir des squelettes en bon état, ce savant s'adres- 
sa donc à Himmler pour obtenir des Juifs vivants (on a retrouvé toute la 
correspondance). Les S.S. lui livrèrent donc, au camp de concentration 
de Natzweiler, cinquante-sept hommes et trente femmes, qui furent par- 
qués au block 13, isolé par des barbelés du reste du camp. Les déportés 
français de juillet 1943 (numéros entre 4 300 et 4 500) les ont vus (tous 
ces déportés français, dont je suis, ne sont pas encore morts). Une nuit 
d'août 1943, le block 13 se vida - les déportés français y furent ensuite 
transférés. Et les infirmiers du camp nous confièrent, en secret, que ses 
occupants et occupantes étaient passés à la chambre à gaz du Struthof. 

De fait, M. Henry Pierre, un Alsacien employé à l'Institut d'anatomie de 
Strasbourg, réceptionna quatre-vingt-sept cadavres (et releva les numé- 
ros d'Auschwitz tatoués sur les avant-bras) en août 1943. Le savant pro- 
fesseur Hirt lui recommanda le silence : « Pierre si tu ne tiens pas ta 
langue, tu y passeras aussi. » 

Les temps étaient durs, et le précieux travail de dépouillement de la 
chair pour dégager les squelettes ne put être fait à temps, et aux appro- 
ches des Alliés, les criminels s'affolèrent. Des documents écrits montrent 
leur souci de faire disparaître les traces de ce crime monstrueux. 

Les troupes françaises arrivèrent. On trouva une partie des cadavres, qui 
n'avaient pas encore été dépecés. Ils furent examinés et photographiés 
par le professeur Simonin. 



108 



L'ECLATEMENT DE L'AFFAIRE 



Arrêté à Bergen-Belsen, Joseph Kramer, commandant du camp de Natz- 
weiler en 1943, a décrit longuement, devant le commandant Jadin, du 
tribunal militaire de la 10 e région, comment, en août 1943, il avait, lui- 
même, selon les instructions de réminent professeur Hirt, assassiné par 
les gaz ces quatre-vingt-sept malheureux, dans la chambre aménagée à la 
ferme du Struthof. 

D'autres victimes ont péri dans cette chambre à gaz : des preuves exis- 
tent (écrits, témoins) de son utilisation, entre autres, pour des expé- 
riences sur l'ypérite... 

Mais aux menteurs et aux faussaires (au lieu du « droit de réponse » dis- 
cutable, qu'ils m'attaquent devant les tribunaux pour injure et diffama- 
tion : je les attends), il faut rappeler que ce que les nazis se permettaient 
à l'échelle artisanale sur le territoire français (Natzweiler-Struthof est en 
Alsace) ils l'ont fait à l'échelle industrielle à Auschwitz-Birkenau et 
Majdanek, etc. 

Les survivants des camps de concentration, les parents des millions de 
victimes qui ont râlé dans les chambres à gaz, disparaissent peu à peu. Ils 
voudraient bien que les disciples de professeurs Hirt ne se parent pas de 
titres universitaires français. 

D' H. Chrétien, 

détenu n° 4 468 de Natzweiler. Veuf de Rachel Zacharewicz, gazée à 
Auschwitz-Birkenau avec le convoi du 2 septembre 1943. 

Le 16 janvier, réponse de R. Faurisson dont j'ai déjà cité 
plus haut, p. 61, les premières lignes : 

Les répliques que vient de susciter mon bref article sur « La rumeur 
d'Auschwitz », je les ai lues plus d'une fois en dix-huit ans de recher- 
ches. Je ne mets pas en cause la sincérité de leurs auteurs, mais je dis que 
ces répliques fourmillent d'erreurs, depuis longtemps signalées par les 
Rassinier, les Scheidl et les Butz. 

Par exemple dans la lettre, qu'on me cite, du 29 janvier 1943 (lettre qui 
ne porte même pas l'habituelle mention de « Secret »), Vergasung ne 
signifie pas « gazage », mais « carburation ». Vergasungskeller désigne la 
pièce, en sous-sol, où se fait le mélange « gazeux » qui alimente le four 
crématoire. Ces fours, avec leur dispositif d'aération et de ventilation, 
venaient de la maison Topf & Fils d'Erfurt (NO-4473). 

Begasung désignait le gazage de vêtements en autoclaves. Si le gaz 
employé était le Zyklon B - préparation de « B [lausâure] », c'est-à-dire 
d'acide prussique ou cyanhydrique - on parlait de «chambres à gaz 
bleues ». Rien à voir avec les prétendues « chambres à gaz-abattoirs » ! 

Il faut citer correctement le Journal du médecin Johann Paul Kremer. 
On verra ainsi que, s'il parle des horreurs d'Auschwitz, c'est par allusion 
aux horreurs de l'épidémie de typhus de septembre-octobre 1942. Le 3 
octobre, il écrira : « À Auschwitz, des rues entières sont anéanties par le 
typhus. » Lui-même, il contractera ce qu'il appelle « la maladie 
d'Auschwitz ». Des Allemands en mourront. Le tri des malades et des 
bien-portants, c'était la «sélection» ou l'une des formes de l'« action 



109 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE 



spéciale » du médecin. Ce tri se faisait soit à l'intérieur des bâtiments, 
soit à l'extérieur. Jamais Kremer n'a écrit qu'Auschwitz était un Verni- 
chtungslager, c'est-à-dire, selon une terminologie inventée par les Alliés 
après la guerre, un « camp d'extermination » (entendez par là : un camp 
doté d'une « chambre à gaz »). En réalité, il a écrit : « Ce n'est pas pour 
rien qu'Auschwitz est appelé le camp de l'anéantissement (das Lager der 
Vernichtung). » Au sens étymologique du mot, le typhus anéantit ceux 
qu'il frappe. Autre grave erreur de citation : à la date du 2 septembre 
1942, le manuscrit de Kremer porte : «Ce matin, à 3 h, j'ai assisté 
dehors, pour la première fois, à une action spéciale. » Historiens et 
magistrats suppriment traditionnellement le mot « dehors » (draussen) 
pour faire dire à Kremer que cette action se déroulait dans une « cham- 
bre à gaz ». Enfin, les scènes atroces devant le « dernier bunker » (il s'agit 
de la cour du bunker n° 11) sont des exécutions de condamnés à mort, 
exécutions auxquelles le médecin était obligé d'assister. Parmi les 
condamnés se trouvent trois femmes arrivées dans un convoi de Hol- 
lande : elles sont fusillées (a). 

Les bâtiments des « Kremas » de Birkenau étaient parfaitement 
visibles (b) de tous. Bien des plans et des photos le prouvent, qui prou- 
vent également l'impossibilité matérielle radicale pour ces « Kremas » 
d'avoir eu des « chambres à gaz ». 

Si, à propos d'Auschwitz, l'on me cite, une fois de plus des aveux, des 
mémoires ou des manuscrits - miraculeusement - retrouvés (tous docu- 
ments que je connais déjà), je veux qu'on me montre en quoi leurs préci- 
sions imprécises diffèrent des précisions imprécises de tous les docu- 
ments qui ont fait dire aux tribunaux militaires des Alliés qu'il y avait 
des « chambres à gaz » là où, en fin de compte, on a fini par reconnaître 
qu'il n'y en avait pas eu : par exemple, dans tout l'Ancien Reich ! 

J'avais cité les documents industriels NI-9098 et 9912. Il faut les lire 
avant de m' opposer les « témoignages » de Pery Broad et de R. Hôss ou, 
pourquoi pas, les « aveux », après la guerre, de J. P. Kremer. Ces docu- 
ments établissent que le Zyklon B ne faisait pas partie des gaz qualifiés 
de ventilables ; ses fabricants sont obligés de convenir qu'il est « difficile 
à ventiler, vu qu'il adhère aux surfaces ». Dans un local cyanure par le 
Z.B, on ne peut pénétrer, avec un masque au filtre « J » - le plus sévère 
des filtres - qu'au bout d'une vingtaine d'heures pour procéder à un test 
chimique de disparition du gaz (c). Matelas et couvertures doivent être 
battus à l'air libre pendant une à deux heures. Or, Hôss écrit (d) : « Une 
demi-heure après avoir lancé le gaz, on ouvrait la porte et on mettait en 
marche l'appareil de ventilation. On commençait immédiatement à 
extraire les cadavres. » Immédiatement (sofort) ! Et d'ajouter que 
l'équipe chargée de manipuler deux mille cadavres cyanures entrait dans 
ce local (encore plein de gaz, n'est-ce pas ?) et en tirait les corps «en 
mangeant et en fumant », c'est-à-dire, si je comprends bien, sans même 
un masque à gaz. C'est impossible. Tous les témoignages, si vagues ou 



a) Auschwitz vu par les S. S., éd. du musée d'Oswiecim, 1974, p. 238, n. 85. 

b) Un terrain de football « se trouvait contre les crématoires de Birkenau » (Thadeus 
Borowski, d'après H. Langbein, Hommes et femmes à Auschwitz, Fayard, 1975, p. 129). 

c) La réglementation française concernant l'emploi de l'acide cyanhydrique est aussi 
draconienne que l'allemande : voir décret 50-1290 du 18 octobre 1950, ministère de la 
Santé publique. 

d) Kommandant in Auschwitz, Deutsche Verlagsanstalt, Stuttgart, 1958, pp. 126 et 166. 



110 



L'ECLATEMENT DE L'AFFAIRE 

discordants qu'ils soient sur le reste (e), s'accordent au moins sur ce 
point : l'équipe ouvrait le local, soit immédiatement, soit «peu après» 
la mort des victimes. Je dis que ce point, à lui seul, constitue la pierre de 
touche du faux témoignage. 

En Alsace, la « chambre à gaz » du Struthof est intéressante à visiter. On 
y lit sur place la confession de Josef Kramer. C'est par un «trou » (sic) 
que Kramer versait « une certaine quantité de sels cyanhydriques », puis 
«une certaine quantité d'eau » : le tout dégageait un gaz qui tuait à peu 
près en une minute. Le «trou » qu'on voit aujourd'hui a été si grossiè- 
rement fait par un coup de burin que quatre carreaux de faïence en ont 
été brisés. Kramer se servait d'un « entonnoir à robinet ». Je ne vois ni 
comment il pouvait empêcher ce gaz de refluer par ce trou grossier, ni 
comment il pouvait admettre que le gaz, s' évacuant par la cheminée, 
aille se répandre sous les fenêtres de sa villa. Qu'on passe dans une pièce 
voisine et, là, qu'on m'explique cette affaire de cadavres conservés pour 
le professeur Hirt dans des « cuves à formol », qui ne sont, en fait, que 
des cuves à choucroute et à pommes de terre, munies de simples abat- 
tants de bois sans étanchéité. 

L'arme la plus banale, si elle est soupçonnée d'avoir tué ou blessé, fait 
l'objet d'une expertise judiciaire. On constate avec surprise que ces pro- 
digieuses armes du crime que sont les «chambres à gaz» n'ont, elles, 
jamais fait l'objet d'une expertise officielle (judiciaire, scientifique ou 
archéologique) dont on puisse examiner le rapport (f). 

Si par malheur les Allemands avaient gagné la guerre, je suppose que 
leurs camps de concentration nous auraient été présentés comme des 
camps de rééducation. Contestant cette présentation des faits, j'aurais 
été sans doute accusé de faire objectivement le jeu du «judéo- 
marxisme ». Ni objectivement, ni subjectivement je ne suis judéo- 
marxiste ou néo-nazi. J'éprouve de l'admiration pour les Français qui 
ont courageusement lutté contre le nazisme. Ils défendaient la bonne 
cause. Aujourd'hui, si j'affirme que les «chambres à gaz» n'ont pas 
existé, c'est que le difficile devoir d'être vrai m'oblige à le dire. 

[Conformément à la loi du 29 juillet 1881, nous publions le texte de 
M. Faurisson. Toute réplique le mettant en cause ouvrirait à son profit un 
nouveau droit de réponse. 

Nous n'en considérons pas pour autant comme clos le dossier ouvert par 
les déclarations de Darquier de Pellepoix.] 

G. Wellers répond sans citer Faurisson (voir p. 331). 

Enfin, en réponse à un placard publicitaire du Droit de 
vivre, « le professeur Faurisson est assigné par la L.I.C.A. 
devant les tribunaux (25) », il envoie le texte suivant, dont seuls 
des extraits sont publiés, peut-être pour ne pas lui accorder 
plus de place que le placard incriminé (23 mars 1979) : 



e) Justiz und NS-Verbrechen, University Press Amsterdam, t. XIII (1975), pp. 
134 et 135. 

f) La crédulité générale se contente de peu : qu'on nous montre une porte munie 
d'un œilleton et de verrous à bascule (système espagnolette) et nous voilà 
devant... une « chambre à gaz » ! 

(25) Cf. le Monde, 29 mars 1979. 



111 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Pour un vrai débat sur les « chambres à gaz » 

M. Wellers, qui me traite de « romancier », a éludé mes arguments et, en 
particulier, ceux qui touchent aux impossibilités matérielles du gazage. 
Employé dans cette prétendue « chambre à gaz » de 210 mètres carrés 
(en réalité : une simple morgue), le Zyklon B aurait adhéré au plafond, 
au plancher et aux quatre murs. Il aurait pénétré les corps des victimes 
et leurs muqueuses (comme, dans la réalité, il pénétrait les matelas et les 
couvertures à désinfecter, qu'il fallait battre pendant une heure à l'air 
libre pour en chasser le gaz). L'équipe chargée de vider la « chambre à 
gaz » de ses 2 000 cadavres aurait été asphyxiée à son tour. Il lui aurait 
fallu, sans même un masque à gaz, s'engouffrer dans un bain de vapeurs 
d'acide cyanhydrique et y manipuler des corps encore tout imprégnés 
des restes d'un gaz mortel. On me dit bien que Hôss ne se souciait pas de 
la santé des membres de cette équipe. Soit ! Mais comme ces hommes 
n'auraient pu faire leur travail, je ne vois pas qui aurait évacué la 
« chambre à gaz » pour laisser la place à de nouvelles fournées. Quant 
au «dispositif d'aération et de ventilation», je répète qu'il est celui des 
fours, ainsi que l'atteste le document NO-4473. D'ailleurs, le Zyklon B 
est « difficile à ventiler » dans un vaste local et, de plus, il est explosible : 
on n'emploie pas d'acide cyanhydrique à proximité d'un four ! 

Quand Kremer et ses juges parlent de trois femmes fusillées à 
Auschwitz, ils ne disent rien d'invraisemblable. En revanche, quand le 
même Kremer dit à ses juges qu'il a assisté à un gazage mais de loin, 
assis dans sa voiture, je ne le crois plus. Il précise en effet que la 
réouverture de la « chambre à gaz » s'opérait « un moment » après la 
mort des victimes (a). Il y a là une impossibilité maté- 
rielle flagrante sur laquelle je ne reviendrai pas. Et puis, je constate que. 
pour tenter de nous expliquer une « confession », celle de Kremer, on 
s'appuie sur une autre «confession», celle, comme par hasard, de Hôss. 
Le point troublant est que ces deux confessions s'infirment plus qu'elles 
ne se confirment. Voyez de près la description à la fois des victimes, du 
cadre, des exécutants et du mode d'exécution. 

On trouve plaisant que je réclame une expertise de ces « armes du 
crime» qu'auraient été les «chambres à gaz». On me fait remarquer 
qu'une chambre à gaz pourrait s'improviser en une minute dans un sim- 
ple appartement. C'est une erreur. Une chambre à coucher ne peut 
devenir une chambre à gaz. Une asphyxie suicidaire ou accidentelle ne 
peut avoir de rapport avec une exécution par le gaz. Quand on veut tuer 
toute une foule de victimes avec un gaz quelconque et surtout avec de 
l'acide cyanhydrique, sans risquer soi-même d'être tue, de provoquer 
une explosion, etc., il doit falloir mettre au point une machinerie extra- 
ordinairement compliquée. Il devient de plus en plus difficile de croire à 
l'existence de ces abattoirs humains qu'auraient été les «chambres à 
gaz ». Tout récemment, les photos aériennes d' Auschwitz et de Birkenau 
(documents des Américains Dino A. Brugioni et Robert G. Poirier en 19 
pages et 14 photos) pourraient bien avoir porté le coup de grâce à la 
légende de l'extermination. On possédait déjà d'assez nombreuses pho- 
tos « terrestres » des « Krémas » d' Auschwitz et de Birkenau, sans comp- 
ter les plans. La nature des bâtiments et leur emplacement semblaient 
exclure toute possibilité d'un usage criminel. Les photos aériennes 



(a) Justiz und NS-Verbrechen, University Press Amsterdam, t. XVII (1977), p. 20. 

112 



L'ECLATEMENT DE L'AFFAIRE 



confirment cette impression. En 1944, même au plus fort de ce qu'ils 
appellent «la période de l' extermination », les Américains confessent 
leur surprise de ne pas voir ces fumées et ces flammes qui, dit-on, «jail- 
lissaient continuellement des cheminées des crématoires et se voyaient à 
la distance de plusieurs milles ». Cette remarque, ils la font à propos de 
la photo du 25 août 1944 - lendemain de l'arrivée de cinq convois «à 
exterminer » (b) -, mais il semble bien qu'elle s'applique aussi aux autres 
photos : celles du 4 avril, du 26 juin, du 26 juillet et du 13 septembre 
1944. En 1976, l'historien révisionniste Arthur R. Butz avait fait une 
remarque prémonitoire (c). Il avait écrit que, vu les recherches indus- 
trielles avancées que les Allemands menaient dans le complexe 
d'Auschwitz, les Alliés possédaient certainement dans leurs archives des 
photos aériennes du camp. Il ajoutait que, si on ne s'empressait pas de 
nous révéler l'existence de ces photos, c'est que probablement celles-ci 
ne fournissaient pas de preuves à l'appui des accusations portées contre 
les Allemands. 

Des historiens français viennent de condamner sorboniquement ceux 
qui se permettent de mettre en doute l'existence des « chambres à gaz » 
homicides. Depuis quatre mois je ne peux plus donner de cours à mon 
université. La L.I.C.A. m'assigne en justice pour «falsification de l'his- 
toire » et demande aux autorités de « suspendre (m)es enseignements (...) 
aussi longtemps que la justice n'aura pas statué (d) ». Mais personne, à 
ce que je vois, n'ose affronter à armes totalement égales le débat que je 
propose. Ma proposition est pourtant simple à satisfaire. Toute accusa- 
tion devant se prouver, je demande qu'on soumette à l'épreuve d'une 
analyse historique de routine une preuve, une seule preuve précise, de 
l'accusation portée contre l'Allemagne sur le chapitre des «chambres à 
gaz ». Par exemple, parmi toutes les « chambres a gaz » qu'on fait visiter 
aux pèlerins et aux touristes, que les accusateurs m'en désignent une qui, 
à leurs yeux, aient vraiment servi à tuer des hommes à un moment 
quelconque. 

En attendant, je remercie le nombre croissant de ceux qui, surtout parmi 
les jeunes, m'apportent leur soutien. Jean-Gabriel Cohn-Bendit écrit : 
« Battons-nous donc pour qu'on détruise ces chambres à gaz que l'on 
montre aux touristes dans les camps où l'on sait maintenant qu'il n'y en 
eut point (e). » Il a raison. Finissons-en avec la propagande de guerre. 
Les horreurs réelles suffisent. Il est inutile d'en rajouter. 



La bataille quitte l'air libre pour retrouver les souterrains, 
après la clausule du Monde du 19 janvier : « Toute réplique le 
mettant en cause ouvrirait à son profit un nouveau droit de 
réponse. » Les attaques et les controverses viseront dès lors un 



(b) Hefte von Auschwitz, n° 8 (1964), pp. 60-61. 

(c) The Hoax ofthe 20th Century, p. 150. 

(d) Le Droit de vivre, mars 1979, p. 9. 

(e) Libération, 5 mars 1979, p. 4. 

113 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

ennemi anonyme, innommable, mais connu. On jugera si le 
procédé est équitable. Il en va de même dans le reste de la 
presse (26). 

En témoigne le conflit qui l'oppose à un journal lyonnais. 
Le principal intéressé en rend compte de la façon suivante (juil- 
let 1979) : 

Le 17, puis, à nouveau, le 18 novembre 1978, Robert Faurisson, maître 
de conférences à l'université Lyon 2 est vivement pris à partie par le 
journal le Progrès de Lyon. Il envoie une lettre au journal en « droit de 
réponse ». Le journal refuse de publier sa lettre. R. Faurisson saisit la 
justice. Le jugement est rendu le 27 juin 1979 par le tribunal de police 
de Lyon. Le juge (unique) est M rae Baluze-Frachet. R. Faurisson est 
débouté. Dans son numéro du 30 juin 1979, le journal résume ainsi 
l'affaire : «Le tribunal a débouté M. Faurisson considérant que sa lettre 
au Progrès "contenait des affirmations contraires aux bonnes mœurs et à 
l'ordre moral". » Ce résumé est exact. Le professeur est accusé de porter 
atteinte aux bonnes mœurs, c'est-à-dire à « l'ensemble des règles morales 
auxquelles la société ne permet pas qu'il soit dérogé ». Il porte aussi 
atteinte à «l'ordre moral», qui n'est pas à confondre avec «l'ordre 
public ». Il faut sans doute remonter au temps du second Empire et à la 
législation en vigueur vers 1850 en France pour trouver mention de cet 
« ordre moral ». Les poursuites entamées contre Baudelaire et Flaubert 
ont dû l'être plus ou moins au nom de cet ordre-là. Au début de la III e 
République, les nostalgiques de la monarchie donnèrent le nom 
d'« ordre moral» à la politique conservatrice définie par le duc de 
Broglie le 26 mai 1873 et qui devait préparer la restauration de la 
monarchie. Appuyée sur l'Église, elle entraîna des mesures antirépubli- 
caines (destitution de fonctionnaires républicains, etc.). Cette politique 
fut celle du maréchal de Mac Mahon. Bref, « ordre moral » ne désigne 
plus, depuis longtemps, qu'une politique totalement réactionnaire ou 
rétrograde. On ne se vante plus guère d'être un défenseur de l'« ordre » 
et encore moins de «l'ordre moral». M me Baluze-Frachet reproche au 
professeur les deux phrases suivantes : 

1- «(...) quatorze ans de réflexion et quatre ans d'une enquête minu- 
tieuse (...) m'ont conduit à déclarer le 29 janvier 1978 aux participants 
d'un colloque d'historiens qui s'est tenu à Lyon que les massacres en 
prétendues "chambres à gaz" sont un mensonge historique. » 

2.- « (...) la question est de savoir s'il est vrai ou s'il est faux que les 
"chambres à gaz" hitlériennes ont existé réellement. » 

M 1 " le Juge déclare : «Ces dires sont contraires aux bonnes mœurs». 
Elle ajoute : « ... il est constant que des millions de personnes, plus parti- 
culièrement juives, sont mortes dans les camps concentrationnaires 



(26) Voir, par exemple, cet encadré du Progrès de Lyon (17 novembre 1978) titré « Un 
nom ? » « Nous connaissons, bien sûr, le nom du personnage mis en cause par le groupe 
des députés réunis à l'Assemblée nationale. Si nous ne l'avons pas livré jusqu'ici à nos lec- 
teurs, c'est que nous nous refusions à offrir, sous le couvert de l'information, une publicité 
gratuite aux attardés du racisme et de l'antisémitisme. » Je trouve ce « sous-couvert » par- 
ticulièrement délectable. 



114 



L'ECLATEMENT DE L'AFFAIRE 



nazis, victimes de différentes "machines à tuer", dont les chambres à 
gaz ». M rae le Juge poursuit : « Les chambres à gaz ont existé et (...) 
le simple fait de vouloir faire insérer dans un quotidien un article dont 
l'auteur se pose la question de leur existence porte atteinte aux bonnes 
mœurs. » 

M me le Juge va encore beaucoup plus loin. Elle reproche au professeur 
d'avoir porté atteinte à «l'honneur des membres du gouvernement, et 
principalement à son chef ». Ce chef est M. Raymond Barre, dont le fief 
électoral se situe à Lyon. 

Qu'a fait Robert Faurisson pour porter atteinte à l'honneur d'aussi esti- 
mables personnes ? 

La réponse est donnée par M me le Juge. R. Faurisson, à qui ses collègues 
historiens se permettaient de faire la morale, leur rappelait deux choses : 

a) Ils avaient, de leur propre aveu, obtenu de la presse locale et, en parti- 
culier, du Progrès de Lyon, qu'on fasse silence sur les déclarations de 
R. Faurisson au colloque de Lyon de janvier 1978 ; 

b)Ils savaient tous parfaitement que le Comité d'histoire de la 
Deuxième Guerre mondiale (de MM. Henri Michel et Claude Lévy), 
comité directement rattaché au Premier ministre, chef du gouverne- 
ment, cachait depuis cinq ans le nombre véritable des véritables 
déportés de France. 

R. Faurisson avait donc écrit à la meute de ses détracteurs et donneurs de 
leçons de morale : « Je traite de lâches ceux qui affectent d'ignorer cette 
pure et simple rétention de documents. » Il avait ajouté à l'adresse du 
journal qui joignait sa voix à celles des détracteurs (et qui, depuis 35 ans, 
entretenait ses lecteurs d'une histoire mythique de la dernière guerre) le 
reproche suivant : « Je vous reproche un silence et une collusion avec 
toutes sortes de pouvoirs officiels ou officieux depuis 35 ans. » 

R. Faurisson avait aussi rappelé que le comité fonctionnait avec l'argent 
du contribuable et que si ce Comité cachait les résultats de son enquête 
de vingt ans, c'était, du propre aveu de M. Henri Michel, pour « éviter 
des heurts possibles avec certaines associations de déportés » (Bulletin 
- confidentiel - n° 209) et parce que la publication de ces résultats « ris- 
querait de susciter des réflexions désobligeantes pour les déportés » (Bul- 
letin n° 212, avril 1974). À aucun moment, R. Faurisson ne parlait de 
« membres du gouvernement » (au pluriel). Il écrivait seulement : « Ce 
comité officiel est directement rattaché au Premier ministre. » Cette pré- 
cision figure constamment et en gros caractères sur les publications du 
comité en question. 

M me le Juge, pour terminer, stigmatise, d'une façon générale, dans la let- 
tre du professeur, ce qu'elle appelle «les passages contraires à l'ordre 
moral » : ces passages qu'elle a cités et commentés. 



115 



CHAPITRE IV 
DE LA MISÈRE EN MILIEU ENSEIGNANT 

On a vu le côté cour. Voyons le côté jardin, celui de la 
Mère des Arts, notre bonne université. Il n'est pas inintéressant 
de s'arrêter un instant pour voir comment, dans notre société 
au libéralisme avancé (?), au cœur du bastion des franchises 
universitaires, se trouve traité quelqu'un qui a des opinions 
déviantes. 

L'article du Matin est du 16 novembre. Le lendemain, 
M. Bernadet, président de l'université Lyon 2, où enseigne 
R. Faurisson, prend un arrêté qui suspend « provisoirement » 
l'enseignement de celui-ci et lui interdit l'accès des locaux, à 
compter du 20. On a vu, dans la lettre de Faurisson au Monde 
(16-12-78), les incidents qui se sont produits ce jour-là à l'uni- 
versité, où Faurisson était venu faire son cours, dans l'igno- 
rance où il était encore de l'interdiction qui lui en était faite. Le 
président Bernadet justifiait sa décision de la manière suivante : 

Considérant d'une part, l'émotion provoquée dans l'université et en 
dehors d'elle par le caractère désormais public des thèses que vous expri- 
mez, émotion qui peut donner naissance à des troubles sérieux si vous 
vous présentez à l'université pour y donner vos enseignements, considé- 
rant, d'autre part, que M me le ministre des Universités a prescrit l'ouver- 
ture d'une enquête et qu'il paraît souhaitable de prendre toute mesure 
conservatoire dans l'attente des résultats de cette enquête, j'ai décidé... 

Les universitaires lyonnais ont toujours protesté qu'il ne 
s'agissait pas d'une sanction. Il n'empêche que le résultat était 
de rejeter le trublion et de créer une sorte d'isolement sanitaire. 
Certains de ses collègues, longtemps après, ont parlé d'un « cli- 
mat de peur » qui leur a interdit de manifester à la brebis deve- 
nue soudainement galeuse la sympathie qu'ils éprouvaient jus- 
que-là pour l'homme ou le collègue, dans l'ignorance des 
convictions qu'il tirait de recherches dont il ne s'ouvrait guère 
auprès d'eux. 



116 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



Après la période de suspension, Faurisson devait reprendre 
ses cours de littérature (le programme portait sur Proust) le 8 
janvier 1979. Les autorités universitaires avaient fait recouvrir 
les inscriptions : « Faurisson assassine les morts ». À l'heure 
dite se pressaient dans la salle une cinquantaine de manifes- 
tants que la presse a généralement qualifiés de «juifs ». Il sem- 
ble en effet que, sous la houlette du D r Aron, coordinateur des 
organisations juives de Lyon, beaucoup de ces manifestants 
appartenaient à l'Union des étudiants juifs de France, qui dis- 
tribuaient un tract, « Halte au mensonge et à la haine », titre 
curieux si l'on s'avise que le texte n'était dépourvu ni de haine 
ni de mensonge : 



Jusqu'à quand devrons-nous encore protester contre le réveil de la vio- 
lence, du racisme et de l'antisémitisme, et se heurter chaque fois à la 
même indifférence, indifférence de celui qui n'est pas touché dans sa 
chair, dans son être, ou plutôt qui n'est pas encore touché dans son indi- 
vidualité ? 

Le silence est complice d'où qu'il vienne. Mais plus grave que tout est le 
silence de ceux qui savent et qui ont pour fonction d'enseigner. Pire que 
tout est le silence des intellectuels. 

Ainsi à Lyon un paisible professeur de lettres nie les chambres à gaz. 
Incroyable mais vrai, comme ces croix gammées qui prolifèrent un peu 
partout faisant de la violence raciste une réalité banale et quotidienne. 

Mais quoi ? ne soyons pas trop sensibles : le professeur de Lyon M. Fau- 
risson ne nous explique-t-il pas, arguments pseudo-scientifiques à 
l'appui, que «jamais Hitler n'a ordonné la mort d'un seul homme en 
raison de sa race ». M. Faurisson peut-il aussi facilement expliquer le 
sort réservé à des millions de victimes parmi lesquelles six millions de 
Juifs déportés et disparus ? À moins que « ces millions de victimes ne 
soient encore une invention sioniste » (Libération, 18 septembre 1978). 

M. Faurisson se défend d'être antisémite et partisan du nazisme, mais ses 
propos diffamatoires et sa collaboration à des publications qui éditent 
entre autres le Mensonge d'Auschwitz et le Protocole des Sages de S ion 
l'inscrivent dans une longue tradition antisémite. 

Il ne s'agit pas pour nous de polémiquer avec M. Faurisson ni avec 
aucun fanatique de son espèce mais nous devons tirer la leçon des 
récents attentats antisémites car Faurisson n'est pas seulement un per- 
sonnage dont le délire fait hausser les épaules, c'est un homme dange- 
reux. 

Il convient qu'hommes et femmes de bonne foi ne soient pas les victimes 
d'un apologiste du nazisme qui, abusant de la tribune que lui offre sa 
profession, multiplie les affirmations fallacieuses. 

C'est pourquoi nous demandons son exclusion définitive de l'université 
Lyon 2 et sa radiation du corps enseignant. 



117 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Les présidents de l'université, M. Bernadet, et de l'U.E.R., 
M. Claude Martin, s'étant déclarés incapables d'assurer sa sécu- 
rité physique, le professeur Faurisson réussit, en prenant main- 
tes précautions, à quitter le bâtiment sans encombres. Déçus, 
les manifestants affirmèrent qu'ils avaient seulement voulu 
« discuter » avec Faurisson, ce que ne laissait pas augurer leur 
tract. 

La semaine suivante, le 15 janvier, Faurisson se présente 
directement à la présidence de l'université. La salle de cours est 
à nouveau emplie de manifestants de l'U.E.J.F. mais aussi de 
l'U.N.E.F., de la Ligue communiste, d'associations d'anciens 
déportés auxquels s'est joint le député Hamel (U.D.F.). Ils 
déclarent hautement qu'ils veulent « poser des questions » et 
distribuent le tract suivant : 

Lundi dernier nous étions cent. Aujourd'hui nous revenons... Pourquoi ? 

- Parce qu'il est intolérable que R. Faurisson, cet individu dangereux, 
puisse propager impunément une idéologie raciste et pernicieuse en 
déclarant notamment «jamais Hitler n'a ordonné la mort d'un seul 
homme en raison de sa race », « les prétendus massacres en chambres à 
gaz et le prétendu génocide sont un seul et même mensonge » ; 

- Parce que accumulant des affirmations pseudo-scientifiques, il s'effor- 
ce de gommer la vérité historique ; 

- Parce qu'il est une insulte à la mémoire des disparus et une injure aux 
témoins encore vivants de ces atrocités ; 

- Parce que la présence de R. Faurisson à l'université de Lyon 2 est une 
offense au corps enseignant ; 

- Parce qu'il est une expression de la recrudescence du racisme et de 
l'antisémitisme en France. 

C'est pourquoi aujourd'hui nous réclamons que des sanctions à la 
mesure de ses propos diffamatoires soient pris. 

Nous vous demandons de sortir d'une indifférence qui vous rend 
complices et de nous rejoindre. 

Union des étudiants juifs de France, avec le soutien de : A.G.E.L.- 
U.N.E.F., A.N.A.C.R., Cercles Barricades, Comité de coordination 
des organisations juives de Lyon, Comité d'union de la Résistance, 
F.N.D.I.R.P., Impression, L.C.R., M.A.S. 

M. Claude Martin et d'autres engagent Faurisson à aller 
« répondre à des questions, fournir des explications » mais 
reconnaissent très vite qu'ils ne peuvent pas assurer « des 
conditions normales d'enseignement », ni sa sécurité. Peu sou- 
cieux de rencontrer seul ces questionneurs musclés, Faurisson 
se retire. Il se souvient avec amertume du début de lynchage du 



118 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



20 novembre, où l'une de ces « brutes électrisées de haine », 
selon ses propres termes, lui criait : « Maintenant qu'on 
connaît ta gueule, t'es foutu. » Au dire d'un témoin, certains 
manifestants cherchaient sans doute la discussion mais se révé- 
laient vite incapables de se maîtriser. 

La semaine suivante, il reçoit des informations confiden- 
tielles selon lesquelles des militants juifs doivent venir de Paris 
et qu'il y a des risques pour sa vie. Il se présente néanmoins à 
son cours mais au moment de commencer il est averti de l'arri- 
vée des manifestants. Il sort, il ne le reconnaissent qu'après 
l'avoir croisé ; c'est alors la chasse à l'homme dans les couloirs, 
puis dans la rue jusqu'à ce qu'il s'échappe en se cachant sur un 
chantier. Le soir, au téléphone, Claude Martin lui reproche de 
chercher à se faire passer pour une victime, et de mentir en 
disant que les incidents ont commencé dans l'enceinte de l'uni- 
versité. 

On jugera plus à loisir des positions que prend Claude 
Martin, le supérieur hiérarchique direct de R. Faurisson, par un 
« document de la semaine » publié par le Nouvel Observateur 
(27), un texte qui « n'était pas destiné à la publication » mais 
qui avait été néanmoins « adressé pour information à la 
L.I.C.A. ainsi qu'à plusieurs quotidiens parisiens ». C. Martin y 
explique longuement dans quelles conditions R. Faurisson a été 
nommé à Lyon en 1973, au détriment d'un autre candidat 
« dont les travaux, d'autre part, étaient reconnus largement 
supérieurs ». On saura, par la réplique de Faurisson, que ledit 
candidat malchanceux était M. Claude Martin en personne 
(28). Mais à toute chose malheur est bon puisque M. Martin 
allait se faire élire, pendant cette affaire, premier vice-président 
de Lyon 2. On conçoit que des gens pressés n'aiment pas ce qui 
vient en traverse. Aussi C. Martin cherche-t-il à mettre entre lui 
et son proche collaborateur la plus grande distance possible. 
Tout en essayant, sans trop se compromettre, d'accréditer l'idée 
que Faurisson serait un antisémite de longue date, il relate 
toute l'affaire par le menu afin de montrer qu'il était impossible 
aux universitaires responsables, comme lui, d'agir autrement 
qu'ils ne l'avaient fait, c'est-à-dire, grosso modo, de faire passer 
le gêneur à la trappe pour ne pas être critiqué par les antifauris- 
soniens. On peut passer sur les petites mesquineries qui sont 
monnaie courante entre « chers collègues » pour ne relever que 
le trait principal d'une mentalité qui se donne ainsi à voir crû- 



(27) Le Nouvel Observateur, n° 750, 26 mars 1979. 

(28) Le Nouvel Observateur, n" 752, 9 avril 1979, p. 31. 

119 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

ment : une surdité intellectuelle totale. Elle permet de discourir 
sans fin et d'inventer les arguments que l'on combat. M. Martin 
a bien mérité de la rhétorique, en particulier de la figure dite 
« ouverture du parapluie ». 

Cet exercice de la désolidarisation active devait aller, dans 
la réponse qu'il fit à la réplique de Faurisson (29) jusqu'au tra- 
vestissement complet de la réalité, puisqu'il affirmait, in cauda 
venenum (30) : 

Suspendu le 20 novembre pour un mois, il s'est ensuite abstenu de reve- 
nir à l'université, faisant signifier par son avocat qu'il ne voulait pas 
« courir de risques mettant son intégrité physique, voire sa vie, en dan- 
ger ». En dépit des garanties qui lui ont été formellement et officiel- 
lement données que l'université assurerait (comme elle l'a fait le 22 jan- 
vier) sa sécurité éventuellement menacée, M. Faurisson n'a pas reparu à 
Lyon 2 depuis deux mois et demi. Les règlements interdisant de rémuné- 
rer un autre enseignant pour assurer les cours pour lesquels M. Faurisson 
continue à être rémunéré, les étudiants ainsi abandonnés s'inquiètent... 

Une nouvelle tentative de reprise des cours s'est soldée, le 
7 mai, de la même manière que les autres. Vus par le côté de 
Faurisson, les prestiges de l'université sortent de cette affaire 
plutôt ternis. Personne, ou presque, ne prend sa défense au 
nom de la liberté de penser. Car les défenseurs attitrés de cette 
liberté sont coincés : à trop appuyer sur le principe, ils pour- 
raient faire figure de « partisans » de Faurisson, mais à trop le 
laisser malmener, ils font figure de pleutres. Il leur reste une 
voie étroite : affirmer que Faurisson a le droit de penser ce qu'il 
veut, dire que dans tous les cas ce qu'il pense est aberrant, et 
suggérer mezzo voce qu'il ferait mieux de penser en silence car 
on ne peut désapprouver trop fort les réactions qu'il suscite en 
s'exprimant ouvertement. Il n'est évidemment pas question un 
instant de se poser la question de savoir s'il y a un grain de véri- 
té dans ce qu'il dit. On parle beaucoup mais on ne dialogue 
pas. Que les voies du conformisme sont parfois bien difficiles... 

La suite des événements et leur commentaire ressortent 
d'une lettre écrite par Faurisson le 21 mai 1979 au ministre des 
Universités, pour le motif que l'on verra à la fin : 

À ma suspension de droit allait alors succéder une suspension de fait 
parfaitement illégale. La situation l'exigeait puisqu'on se déclarait inca- 
pable d'assurer le déroulement normal de mes cours. Le patron 
m'envoyait, le 29 janvier 1979, une lettre recommandée pour m'accuser 



(29) Le Nouvel Observateur, ïbïd. pp. 31-32. 

(30) Le Nouvel Observateur, n° 756, 7 mai 1979. « Le dernier mot de Robert Faurisson > 
C. Martin faisait savoir la semaine suivante qu'il ne désirait plus répondre. 



120 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



de lâcheté (je n'avais pas osé affronter mes « contradicteurs », disait-il) et 
pour me faire savoir qu'un collègue assurerait mon cours de licence 
«jusqu'à la fin de cette année ». 

Tous ces événements se produisaient alors qu'allait s'ouvrir la succes- 
sion de notre patron socialiste à la tête de l'université Lyon 2. Un candi- 
dat se présentait parmi d'autres : mon directeur d'U.E.R., avec lequel il 
était de notoriété publique que j'entretenais jusque-là d'excellentes rela- 
tions. Mais l'ambition peut conduire à des égarements. Le nouveau can- 
didat à la présidence faisait savoir publiquement que, dans mon affaire, 
il épousait les vues de l'ancien président. Il allait même plus loin. Il 
publiait dans un hebdomadaire de tendance socialiste un très long arti- 
cle, puis un texte en réponse à ma réponse, où j'étais présenté comme un 
homme médiocre, comme un enseignant ayant reçu autrefois non pas un 
« blâme » mais - nuance ! - des « reproches verbaux » pour de prétendus 
propos antisémites. Cette pure affabulation s'accompagnait d'une insi- 
nuation plus perfide et plus grave : on insinuait que j'étais un professeur 
qui avait déserté son poste et qu'on payait à ne plus rien faire. 

J'élevais une vigoureuse protestation contre cette ignominie. On me pro- 
posait alors d'essayer de reprendre mes cours pour les deux dernières 
séances de l'année, soit le 7 et le 14 mai. J'acceptais immédiatement 
cette proposition sans égard pour les risques que j'aurais peut-être une 
fois de plus à courir. 

Malheureusement, par un fait dont j'aimerais bien avoir l'explication, 
les manifestants étaient mis au courant de mon retour. Une fois de plus, 
le 7 mai, ils envahissaient les lieux et s'y déplaçaient comme à demeure. 
Comme d'habitude, aucun contrôle de cartes n'était même tenté à 
l'entrée de ma salle de cours, où je ne pouvais d'ailleurs accéder ce jour- 
là. Le 14 mai, les manifestants revenaient sur place. Cette fois-ci enfin, 
pour la dernière séance de l'année, on se décidait à pratiquer un contrôle 
des cartes. Je pouvais faire cours mais seulement à une étudiante, car 
une seule étudiante avait pu franchir le barrage des manifestants. C'est 
sur ce nouvel échec que se terminait une année universitaire où je 
n'avais pu, en fin de compte, donner que trois cours de licence : les 6 et 
13 novembre et le 14 mai. Pour ce qui est des autres enseignements 
(cours de maîtrise et de certificat C 2), c'est clandestinement que j'ai pu 
les assurer dans l'arrière- salle d'un café de la ville à un petit groupe 
d'étudiants courageux. 

Ce n'est pas vous, Madame, qui allez vous soucier de prendre ma 
défense. 

Mon avocat a cherché à vous saisir de mon affaire quant il est devenu 
évident que les autorités de Lyon 2 étaient incapables de la résoudre. À 
la même époque je crois savoir que les autorités de police vous ont fait 
savoir que j'étais en danger de mort. Vous êtes restée totalement insen- 
sible aux appels qui vous étaient lancés. Vous avez fait répondre qu'il 
nous fallait passer par la voie hiérarchique, c'est-à-dire par le recteur. 
Mais vous saviez que le recteur nous avait depuis longtemps déclaré 
qu'en vertu du principe de l'autonomie des universités il ne pouvait 
intervenir dans cette affaire. 

Tout cela est dans l'ordre des choses. Je ne vois là ni complot, ni conju- 
ration, mais un conformisme de fer. Aussi longtemps que j'ai paru rester 



121 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

dans le rang, j'ai été, paraît-il, un «très brillant professeur», un « cher- 
cheur très original », une « personnalité exceptionnelle ». Du jour où j'ai 
heurté le tabou des « chambres à gaz », ma situation professionnelle est 
devenue intenable. Aujourd'hui, je me vois contraint à solliciter de 
votre haute bienveillance ma relégation dans l'enseignement par 
correspondance. 

À la veille de la rentrée universitaire, il était nommé dans 
l'enseignement par correspondance. 

Seule note rassurante, une pétition, suivie parmi d'autres 
de la signature du professeur Culioli, qui s'élève contre les 
mesures qui frappent Faurisson, réclame un débat public, tout 
en se désolidarisant complètement de ses opinions (31). Récla- 
mer la liberté pour soi-même est chose normale. Réclamer la 
liberté pour les autres, paraît tout à fait extraordinaire : c'est 
pourtant le minimum dont une démocratie ait besoin. 



1.- La droite, la gauche 



L'extrême droite, de ses bulletins confidentiels à Minute, 
s'est évidemment réjouie. Elle ne cherche pas à examiner 
l'argumentation de Faurisson puisque pour elle le nazisme est 
calomnié, probablement par une conjuration judéo-quelque 
chose. On notera que si elle peut faire usage, entre mille choses, 
des conclusions de Faurisson dans le cadre de son idéologie, 
elle n'a pas utilisé l'homme. Il ne s'est prêté à rien. 

Plus intéressantes sont les réactions du « monde poli- 
tique », c'est-à-dire des partis qui battent l'estrade parlemen- 
taire. Un survol rétrospectif amène quelques surprises : à côté 
des manifestations prévisibles d'associations d'anciens dépor- 
tés, d'organisations juives et de mouvement antiracistes, la gau- 
che est restée à peu près silencieuse. La modération du P. CF., 



(31) Le Monde, 2 décembre 1978 : « À un moment où les manifestations du racisme sont 
quotidiennes, où le président de la République fait déposer une gerbe sur la tombe de l' ex- 
maréchal Pétain, les affirmations de M. Faurisson et d'autres analogues doivent donner 
lieu à un débat public. En tout cas, la question est trop sérieuse pour que nous puissions 
accepter une mesure de suspension à la sauvette, qui contribue à esquiver le débat et qui 
fait de M. Faurisson un bouc émissaire. Nous avons encore la faiblesse de croire, malgré 
tout, que l'Université doit avoir une fonction critique. C'est pour cela, et parce que, d'une 
manière plus générale, de telles méthodes ne font que saper la démocratie et conforter le 
racisme, que nous nous élevons contre les mesures administratives arbitraires, fussent-elles 
dirigées contre des Faurisson. » 



122 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



en particulier (32), est remarquable. Certes, il a depuis long- 
temps abandonné le mythe du « parti des 75 000 fusillés » et il 
n'essaie plus de faire croire que la Résistance, c'était lui, et lui 
presque seul. Mais il ne perd habituellement pas une occasion, 
dans ce genre de circonstances, de faire monter aux créneaux 
ses Roi Tanguy et ses médaillés à l'accent rocailleux. On l'a 
bien vu au moment où Giscard a fait supprimer les célébrations 
du 8 mai. Le P. S., dont l'influence est grande à l'université de 
Lyon 2, ne s'est guère manifesté non plus. Tous ces gens ont 
visiblement d'autres chats à fouetter. 

À droite, côté gaulliste, on ne bouge guère non plus, à part 
Joël Le Tac qui affirme avoir « vu fonctionner la chambre à gaz 
du Struthof (33) ». Ce sont les giscardiens qui sont en flèche. 
Pierre Sudreau (apparenté U.D.F.) demande, au nom du groupe 
des anciens résistants et déportés de l'Assemblée nationale, 
d'ouvrir une enquête sur « les propos scandaleux qui consti- 
tuent une véritable apologie des crimes de guerre (34) ». C'est 
M me Saunier-Seïté qui répond que le « gouvernement partage 
l'indignation exprimée par M. Sudreau (35) ». En bonne posi- 
tion, on trouve aussi un député U.D.F. de Paris, Jean- 
Pierre Pierre-Bloch, qui signe un article dans le Matin de Paris 
(36). Un député U.D.F. du Rhône, M. Hamel, se joint aux gros 
bras qui veulent « questionner » Faurisson à l'université et, 
déclarant que « la liberté elle-même est altérée par certaines 
tolérances envers les falsifications graves de l'histoire », 
demande, angoissé, à M me Saunier-Seïté, ce qu'elle va faire. 
Hélas ! elle se déclare « peinée » de son « impuissance (37) ». 
Le pompon, c'est certainement au D r Gilbert Barbier, député 
U.D.F. du Jura, qu'il échoit, avec sa question écrite au Premier 



(32) Voir l'Humanité, 17 et 21 novembre 1978. Il semble bien qu'en Europe de l'Est, seul 
le quotidien varsovien ïycie Warszawy ait, au début de janvier 1979, consacré un article à 
l'affaire Faurisson. 

(33) France-Soir, 25 novembre 1978. Il semble dire que la chambre à gaz contenait cinq 
personnes. 

(34) Le Monde, 18 novembre 1978. Lorsque M. Sudreau dit « véritable apologie », il 
trahit la gêne qu'il éprouve à faire partager une affirmation que rien, pas même les propos 
de Faurisson rapportés à la manière du Matin, ne vient justifier. Encore un adepte de la 
lecture en diagonale. 

(35) Elle ajoute, selon France-Soir (19-20 novembre 1978) : « J'invite les présidents 
d'université, dans le cadre des pouvoirs et des responsabilités que leur confère la loi 
d'orientation et en respect avec la tradition d'humanisme des libertés universitaires, à 
mettre fin aux manifestations de totalitarisme et de racisme. » Et voilà Faurisson devenu 
alibi anticommuniste. C'est parfois très beau, l'humanisme. 

(36) « La bonne conscience », 22 novembre 1978. 

(37) Le Journal - Quotidien Rhône-Alpes, 24 mai 1979. Imaginons une seconde qu'elle 
en ait, du pouvoir... 



123 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

ministre demandant, « à propos des troubles internes à l'uni- 
versité de Lyon 2 » quelles sont « les mesures qu'il estime sou- 
haitables pour introduire dans le droit positif français un sys- 
tème d'interdictions professionnelles ». Vive et tardive protes- 
tation de l'Humanité (38), silence prudent de cet autre député 
giscardien de Lyon, M. Barre. 

À première vue, on peut trouver étrange, et même para- 
doxal, que monte en première ligne la famille politique qui est 
par tradition et par héritage la moins liée à la Résistance et à la 
lutte contre le fascisme. À vrai dire, ils sont pratiquement les 
premiers depuis la guerre qui ne fondent pas leur droit de nous 
gouverner sur les services qu'ils diraient avoir rendus à la patrie 
aux heures sombres de l'occupation allemande. On se souvien- 
dra peut-être que M. Giscard d'Estaing, au moment de la cam- 
pagne présidentielle, avait recruté son service d'ordre dans des 
groupes habituellement considérés comme fascistes. On a pu 
entendre, au cours d'un débat télévisé, M. Alain Krivine repro- 
cher en personne à M. Poniatowski, le Père Joseph du président 
Giscard, d'avoir été, en son temps, un informateur de l'O.A.S., 
sans s'attirer d'autre réplique qu'un sourire benoît. Je ne veux 
pas dire par là que la politique giscardienne serait fasciste, ce 
serait sot, mais simplement que les giscardiens ne sont jamais 
apparus comme des obsédés de l'antifascisme. Ce sont pourtant 
eux qui sont les plus violents dans les attaques contre les opi- 
nions professées par Faurisson. 

La seule cause que je vois à cette infraction à la logique 
politique, c'est leur situation d'hommes au pouvoir. Notre 
régime politique est fondé, en religion, sur la victoire, en 1945, 
des forces du Bien sur celles du Mal. Quoi que nous fassions 
(guerres coloniales, exploitation des pays pauvres, traitement 
des étrangers), nous appartenons à une généalogie du Bien et 
notre devoir, notre fidélité, est de frapper le Mal dès que, sour- 
noisement, il relève la tête. J.R.R. Tolkien a déjà raconté cela, 
sur un mode plus gothique. Les détenteurs du pouvoir ont à 
charge, implicitement mais incontestablement, le maintien de 
cette pureté originaire. L'outil de ce maintien, c'est, indéfini- 
ment repris, le récit des origines, le mythe fondateur dont la 
répétition renouvelle l'efficace. Comme les prêtres de Pharaon 
et de l'Inca, comme les griots des émirs soudanais, une caste de 
clercs doit veiller à l'orthodoxie de la récitation. Comment 
croire autrement qu'un petit prof tranquille puisse par quel- 
ques phrases soulever l'ire de nos modernes vestales en veston ? 



(38) Voir l'éditorial de l'Humanité du 18 mai 1979. Pourquoi Andrieu ne découvre-t-il 
cette question du 22 décembre qu'à trois semaines du scrutin européen du 10 juin ? 



124 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



2.- Plus loin, à gauche 



Normalement, toute manifestation d'antisémitisme sou- 
lève les protestations unanimes de la gauche. Mais là, il y a eu 
des fausses notes : quelques individus, quelques groupes se sont 
avisés que l'antisémitisme n'était pas en cause, que la question 
était ailleurs et que l'on ne pouvait évacuer à si bon compte des 
interrogations irrépressibles. 

Le journal Libération allait un temps servir de scène à ce 
théâtre d'un genre nouveau. On a déjà dit que, dans Libé, 
l'affaire commence par un simple démarquage du Matin, puis 
par quelques articles de la même eau. En marge de l'affaire, 
Serge July donne un commentaire qui rend un autre son. Il voit 
plutôt en Faurisson une sorte de pauvre prof poursuivant une 
marotte mais, surtout, il pose la question de ce que signifie 
l'interdiction de l'expression du racisme. Il y a là une volonté 
de voir certaines choses en face, qui, pour beaucoup, est assez 
nouvelle (39) : 

Il y aurait désormais une affaire Faurisson, du nom de ce maître de 
conférences lyonnais qui entretenait la hiérarchie universitaire et ceux 
de ses élèves que cela intéressait, de ses recherches sur le « mensonge » 
des camps d'extermination nazis. Cette affaire repose dans les mêmes 
termes les problèmes déjà soulevés par la publication dans l'Express de 
l'interview de Darquier de Pellepoix : fallait-il ou non la publier, ou cet 
enseignant a-t-il le droit de s'exprimer sur ce qui constitue manifeste- 
ment chez lui une obsession ? 

Il faut se méfier des unanimismes. Trop c'est trop, et à en croire les cla- 
meurs, il n'y aurait pratiquement plus d'antisémites en France, à 
l'exception de Darquier et de cet enseignant. La France est vierge et le 
mal a des visages, contre lesquels le consensus national a pu enfin se 
reconstituer. La façade nationale, faite des pierres communistes, prési- 
dentielles, socialistes, gaullistes et intellectuelles est immaculée. Excel- 
lente opération où tout un chacun gagne l'absolution à peu de frais : 
«Contre le racisme, j'ai déjà donné au moment de l'affaire Darquier. » 
Un jeune a été condamné pour homosexualité ? Non j'ai déjà donné ; et 
si l'unanimité contre les gâteux de l'antisémitisme servait à relativiser les 
autres manifestations de racisme ? Comme un gigantesque exutoire, 
comme une opération par laquelle notre société se cache à elle-même, 
ses cancers, ses horreurs, ses perversions. 

Naturellement, cela ne va pas sans terrorisme intellectuel. Robert Fau- 
risson a été présenté par la presse, et par Libération en particulier, 
comme un dangereux antisémite. Si l'on en juge par la lettre qu'il nous a 
adressée (Libération du mardi 21), ce maître de conférences évoque plu- 



(39) « La liberté d'expression des racistes », 24 novembre 1978. 

125 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



tôt l'universitaire malade de l'enseignement supérieur, à l'image de cen- 
taines ou de milliers de ses collègues, qui véhiculent des obsessions au 
fonctionnement similaire. Qui dans ses études n'en a pas rencontré un, 
se donnant quotidiennement, pitoyable, en spectacle à des élèves qui 
n'en sont pas dupes et qui en rient ? Les journalistes connaissent bien 
cette multitude de paranoïaques qui font le siège de leurs rédactions, de 
volumineux dossiers sous le bras, et qui sont capables de raconter pen- 
dant des heures le complot dont ils seraient les victimes. Et si Robert 
Faurisson n'avait pas plus d'importance que cela ? Les détracteurs des 
asiles, qui militent, avec raison, pour la psychothérapie en milieu 
ouvert, connaissent bien ce type de situation, ils n'en sont pas pour 
autant des fourriers du racisme, ou du fascisme. L'université de Lyon 
a-t-elle fait autre chose en conservant à Robert Faurisson son poste ? 

En retour, la manière dont on a fait « toute une affaire » de ses propos, 
prouve s'il en était encore besoin la volonté générale de se trouver un 
antisémite quasiment caricatural - ce ne sont pas évidemment pas les 
plus dangereux - sur qui se libérer des angoisses d'une société. 

La hiérarchie de l'horreur 

Car en fin de compte, est-il pire de proclamer que « Hitler n'a pas tué un 
seul homme en fonction de sa race», comme l'affirme cet enseignant 
lyonnais - ce qui est tout simplement une contre-vérité définitive - ou 
d'affirmer, comme le faisait encore Henri Krasucki, le numéro 2 de la 
C.G.T., lors de la visite de M. Kadar en France, que le soulèvement hon- 
grois de 1956 était une contre-révolution, ce qui semble indiquer que la 
répression soviétique était justifiée ? Contre-vérité et contre-vérité : six 
millions de morts contre 25 000 : l'arithmétique impose-t-elle une hié- 
rarchie de l'horreur ? La première affirmation serait-elle insupportable 
et pas la seconde ? Au nom de quoi ? 

Est-il pire de faire comme certains gauchistes l'éloge du régime cambod- 
gien - ce qui est une manière tout aussi insupportable de faire l'éloge 
d'un massacre - ou d'écrire comme ce journaliste de l'Humanité (16 no- 
vembre 1978) à propos des réfugiés du Hai Hong : «Le Vietnam blessé, 
saignant encore des plaies de la guerre, ne peut s'offrir le luxe d'une 
bourgeoisie créée par des fonds étrangers ? » Cet éditorial récent de l'Au- 
rore assimilant les responsabilités de René Bousquet et de Jean Leguay 
dans la déportation des Juifs vivant en France, sous l'occupation nazie, à 
des « sottises » est-il pire que tel ou tel éditorial de François Brigneau sur 
l'immigration arabe, ou tel écrit hebdomadaire de Jean Cau dans Paris- 
Match sur les femmes ? 

Les agressions et les contre-vérités contre telle ou telle catégorie sociale, 
nationale, culturelle ou sexuelle sont notre lot quotidien. Mille racismes, 
mille haines plus injustes les unes que les autres, mais tout autant dou- 
loureuses pour ceux qu'elles visent. 

Les tartuffes modernes se recrutent dans tous les partis, et peu importe 
l'idéologie à laquelle ils émargent, se retrouvent à peu près tous pour 
interdire à ces exhalaisons de haine le droit de s'exprimer. À les suivre, 
en bonne logique, il faudrait poursuivre inlassablement en justice une 
bonne partie de la société française, interdire de nombreux journaux, à 
commencer par Minute, l'Humanité, le Quotidien du peuple, l'Aurore, 
etc. Impensable naturellement, et il va de soi que cela serait intolérable. 



126 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



Et sans fin. À la base de leur raisonnement, le refus de regarder la réalité 
en face, d'entendre ces milliards de paroles quotidiennes qui renvoient 
l'écho d'une société gangrenée profondément par tous les racismes. 

Faut-il alors s'en remettre définitivement à la justice, lui confiant la 
gérance de l'ensemble des rapports sociaux, quotidiens, des opinions et 
des pensées ? L'état de droit n'est pas loin. Effrayant lorsqu'il s'agit des 
interdictions professionnelles et de l'Allemagne, il aurait cessé de l'être 
dès lors qu'il s'agirait du racisme en tout genre... 

Interdire l'expression du racisme, c'est tout simplement militer pour le 
refoulement, pour le secret, le renfermement, et la conspiration. Et à 
terme, pour plus d'attentats, plus de meurtres. La spirale de l'état de 
droit est sans fin, et chacun sait que l'interdiction se généralisant, se 
nourrit de violences et entraîne de nouvelles interdictions. Je ne vois pas 
pourquoi, la violence ne serait pas aussi dans ce domaine un substitut à 
la parole alors qu'on l'admet pour le délinquant des grands ensembles 
par exemple. Quitte à choisir, mieux vaut à tout prendre, et en l'état de 
société, que l'antisémitisme et tous les racismes s'expriment plutôt qu'ils 
se pratiquent. 

Tout se passe en fin de compte comme si les partisans de l'interdiction 
générale avaient peur, par les effets de la tolérance, de découvrir 
combien toutes les catégories de racisme imprègnent notre société. Outre 
leurs superbes, ils y perdraient l'illusion d'une société aseptisée, sans 
conflits, sans affrontements, sans risques, sans vérités, et dont les 
citoyens seraient des assistés émasculés de toutes possibilités de rébel- 
lion. 

Qu'on cesse enfin de nous empêcher de voir la France telle qu'elle est. 
C'est le plus sûr moyen de laisser les racismes proliférer en sourdine et à 
l'ombre des unanimismes officiels du moment. Il en coûtera ce qu'il en 
coûte généralement aux apprentis sorciers de l'amnésie : des lendemains 
qui déchantent dans la surprise générale. 

À beaucoup d'égards, cet article est plutôt injurieux et a pu 
être ressenti comme tel par le professeur Faurisson. H est 
cependant intéressant dans la mesure où, à l'inverse des 
commentaires habituels, il examine les conséquences de la 
liberté d'expression, y compris le droit au délire, et qu'il ne 
cherche pas à trahir ses principes à l'instant où leur application 
devient difficile. La seule hypothèse qu'il reste incapable 
d'affronter, c'est précisément qu'il y aurait quelque chose à 
considérer, bien en deçà du délire, dans les propos de Fauris- 
son. Comme on le verra plus loin, Libération s'en est tenu là. 

Revenant à Faurisson, nous trouvons une lettre de deux de 
ses anciens élèves (40) qui tourne en dérision les attaques parues 
dans la presse et se termine ainsi : 



(40) « Antisémite, vous avez dit antisémite ? », 9-10 décembre 1978. Voir une autre lettre 
d'élève, le 13 mars 1979. 



127 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Quant à nous, anciens élèves ayant subi l'enseignement du très ignoble 
M. Faurisson, on serait plutôt contre tous les impérialismes, tous les fas- 
cismes, tous les racismes, pour le libre débat, pour le droit à la recherche 
et au doute. 

Les autorités universitaires ont d'ailleurs dû, à plusieurs 
reprises, reconnaître qu'aucun élève, aucun étudiant ne s'était 
jamais plaint de leur professeur (41) et qu'ils ne semblaient 
même pas se douter, pauvres naïfs, que leur maître était aussi 
« nocif » (pour reprendre un terme employé par Alice Saunier- 
Seïté à R.T.L. le 18 novembre 1978.) Nombreux même - sûre- 
ment des inconscients - qui lui ont fait connaître leur estime et 
leur soutien. 

Une nouvelle dimension de l'affaire apparaît avec une let- 
tre collective, publiée sous le titre « Connaissez-vous Rassi- 
nier ? », en réplique à l'article de J.-P. Pierre -Bloch (voir note 
36), lettre vraisemblablement provoquée par le regain d'actua- 
lité donnée à cette question par l'affaire Darquier de Pellepoix 
et l'affaire Faurisson, chez d'anciens lecteurs de Rassinier (42) : 

Les déclarations d'un crétin particulièrement odieux, recueillies on se 
demande pourquoi, ont relancé la campagne sur les crimes de guerre et 
les crimes contre l'humanité commis pendant le second conflit mondial, 
c'est-à-dire les crimes nazis - puisque les nazis et leurs complices sont 
les seuls à en avoir commis (?!). Mais ce Darquier de Pellepoix est telle- 
ment odieux et sa « pensée » tellement indigente que le débat, néces- 
saire, s'est situé d'emblée à un niveau si lamentable qu'il n'est pas ques- 
tion d'y participer dans la forme et pour le moment. 

Pourtant, un article de J.-P. Pierre-Bloch, député U.D.F. de Paris, (le 
Matin 22 novembre 1978), dont nous extrayons la phrase : «le men- 
songe laisse toujours des traces », qui tente une assimilation entre Dar- 
quier de Pellepoix et Paul Rassinier, auteur de plusieurs ouvrages et arti- 
cles sur les camps de concentration allemands, nous oblige à prendre la 
plume. 

M. J.-P. Pierre-Bloch a parfaitement le droit, dans sa conception du 
monde personnelle, d'assimiler l'un et l'autre - ce qui ne manque pas 
d'être révélateur de sa conception du monde elle-même. Par contre, il 
n'a pas le droit de couvrir cette assimilation par un mensonge, qu'il 
commet peut-être de bonne foi, mais que nous vous demandons de 
corriger. 

M. J.-P. Pierre-Bloch écrit en effet dans les colonnes du Matin : 

«Cette "thèse", que reprend Darquier de Pellepoix, c'était celle de ce 
faussaire de Rassinier, dont la L.I.C.A. avait obtenu que ses abominables 
mensonges soient clairement condamnés par la justice de notre pays. 
C'est celle de Robert Faurisson, maître assistant à l'université de 
Lyon 2... » 



(41) Par exemple, Libération, 18-19 novembre 1978. «Étonnant ! Étonnant ! ; 
que Bernard Schalscha, à qui la puce vient à l'oreille. Mais il n'a pas d'oreille. 

(42) Libération, 22 janvier 1979. 



128 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



En ce qui concerne R. Faurisson, nous ne savons rien de ses thèses, 
autrement que par ouï-dire et attendons donc que la meute s'apaise pour 
en prendre connaissance et en discuter si elles le méritent. Quant à Dar- 
quier de Pellepoix, s'il avait quelque chance de redevenir virulent, tous 
les moyens susceptibles de l'empêcher de nuire nous paraîtraient haute- 
ment souhaitables. 

Mais pour ce qui est de Paul Rassinier, la formulation très équivoque de 
J.-P. Pierre-Bloch laisse entendre que celui-là aurait été condamné par la 
justice française pour ses œuvres. 

En fait la L.I.C.A. n'a jamais «obtenu que ses abominables mensonges 
soient clairement condamnés par la justice de notre pays » pour la sim- 
ple raison que c'est au contraire Paul Rassinier qui avait porté plainte en 
diffamation contre le directeur du Droit de vivre, organe de la L.I.C.A., 
qui le qualifiait notamment d'« agent de l'Internationale nazie». À ce 
procès, dont on trouvera un long compte rendu très objectif dans le 
Monde du 7 octobre 1964, les témoins de la partie civile faisaient 
« l'éloge de M. Rassinier, le pacifiste, le socialiste anarchisant et aussi le 
"malade de la vérité", selon l'expression de M e Raymond Geouffre de la 
Pradelle ». La preuve d'une quelconque collusion avec des nazis, anciens 
ou néo, ne fut nullement apportée. 

Paul Rassinier fut cependant débouté de sa plainte et le prévenu Bernard 
Lecache relaxé. 

L'affirmation de J.-P. Pierre-Bloch est donc rigoureusement fausse. 

Quel crédit lui reste-t-il pour se permettre de qualifier Paul Rassinier de 
faussaire sans donner la moindre preuve, sans avancer la moindre cita- 
tion d'une falsification dont Rassinier se serait rendu coupable ? 

Pour notre part, la lecture attentive et bouleversante des ouvrages de 
Paul Rassinier ne nous a pas permis de déceler de falsification, ni rien 
qui justifie un refus de discuter ses thèses. 

Pour reprendre la fin de la plaidoirie de l'avocat de la partie civile à ce 
procès : « On peut discuter les thèses de M. Rassinier, s'y opposer et 
même les combattre mais on ne peut tenir le langage [de M. Lecache] » 
que tient J.-P. Pierre Bloch dans les colonnes du Matin, et lors d'une 
récente émission de télévision, ainsi que nous venons de l'apprendre. 

Ces assertions sont d'autant plus graves qu'elles semblent relever d'une 
véritable campagne d' automystification, puisque P. Viansson-Ponté, 
dans le Monde du 3-4 octobre 1978, p. 9, affirme la même contre-vérité : 
« La L.I.C.A. avait en 1964 fait condamner l'un de ces diffamateurs, 
P. Rassinier. » Affirmation totalement démentie par les articles du 
Monde de l'époque. 

Avant d'entreprendre un débat sur le fond, rappelons simplement que 
Rassinier fut un militant communiste révolutionnaire, animateur du 
Travailleur de Belfort avant la guerre, qu'il rompit très tôt avec le stali- 
nisme et était en relation avec la Révolution prolétarienne de Monatte, 
Rosmer et Louzon, ainsi qu'avec les Cercles communistes démocra- 
tiques à l'époque où il animait la Fédération communiste indépendante 
de l'Est. Il fonda, avec le commandant Lierre et Georges Bidault, le pre- 
mier réseau de résistance efficace : le mouvement Libération-Nord, et 



129 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



s'occupa plus particulièrement d'aider les Juifs persécutés. Il fonda le 
journal clandestin la IV République, auquel Radio Londres et Radio 
Alger faisaient écho. Déporté de la Résistance (19 mois) à Buchenwald 
et Dora, invalide à 95 % des suites de la déportation, il était titulaire de 
la carte de résistant, de la médaille vermeille de la reconnaissance fran- 
çaise et de la rosette de la Résistance, décorations qu'il ne portait pas, 
précisait-il en note d'un de ses livres. 

Il fut aussi socialiste. Secrétaire général de la fédération socialiste du ter- 
ritoire de Belfort pendant quinze ans, il fut député socialiste à la deu- 
xième Constituante. À partir des années cinquante, il se rapprocha des 
courants pacifiste et anarchiste. Après 1968, René Lefeuvre, éditeur des 
Cahiers Spartacus, nous dit l'avoir rencontré quelques années aupara- 
vant au banquet annuel de la Révolution prolétarienne. Il nous le décri- 
vit comme un homme ulcéré par les attaques dont il était l'objet et 
conscient du fait que ses thèses avaient été utilisées par des courants 
d'extrême droite. Il n'avait pourtant rien perdu de sa détermination. 
Nous ne sommes pas parvenu à le rencontrer lorsque la découverte de 
ses livres attira notre attention. Nous avons appris son décès sans pou- 
voir en préciser la date. 

Nous n'adhérons pas aux thèses de Rassinier. 

Nous affirmons qu'elles méritent d'être connues et discutées. L'assimila- 
tion de Paul Rassinier à un commissaire aux Questions juives de Vichy 
est intolérable. 

Jacob Assous, Joseph Benhamou, Hervé Denes, Pierre Guillaume, 
Christine Martineau, Jean-Luc Redlinski, auxquels se joignirent 
Jean Barrot, Alain Caillié et Jean-Pierre Carasso. 

Tout ceci n'empêche pas le tâcheron de service, le lende- 
main, de rapporter la tentative que fait Faurisson de reprendre 
ses cours en termes parfaitement diffamatoires (43). Le 21 fé- 
vrier, Libération rend compte en termes ironiques du manifeste 
des « trente -quatre laboureurs de la recherche historique » : 
faux débat, serpent de mer honteux, élucubrations. Le plumitif 
ne comprend pas pourquoi tout ce beau monde s'agite. 

D'autres le comprennent, et qui ne sortent pas du marais 
gauchiste. Résistant de la première heure, gaulliste de toujours, 
infatigable polyglotte et spécialiste éminent des cultures musul- 
manes, Vincent Monteil, qui a toujours eu son franc -parler, 
que ce soit vis-à-vis de l'armée dont il a été exclu ou du régime 
gaulliste qu'il a fustigé au moment de l'affaire Ben Barka, Vin- 
cent Monteil, donc, dresse l'oreille. Il écrit une lettre à Témoi- 
gnage chrétien (29 janvier 1979) où il dit voir un « piège » dans 
les accusations portées contre Faurisson : 



(43) « Kulturkampf », 10 janvier 1979. 

130 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



Je ne connaissais pas Faurisson. Mais ses travaux sur la déportation me 
paraissent mériter la plus grande attention. Ce n'est pas en le traitant 
d'antisémite et en le comparant à M e Ambre (?) [un ancien pétainiste qui 
siège au conseil municipal de Lyon] que « justice et vérité » seront ser- 
vies « quoi qu'il en coûte ». Tout ce que demande Faurisson - et que je 
demande pour lui - c'est qu'il puisse s'exprimer, s'expliquer. 

La vérité doit être dite. S'il y a eu beaucoup moins de Juifs tués par les 
nazis (sûrement pas six millions !), s'ils ont été exterminés par tous les 
moyens possibles (comme les autres déportés), et si Faurisson a finale- 
ment raison sur le « mythe des chambres à gaz », cela ne change pour 
moi absolument rien aux crimes des nazis et de leurs complices. Mais ce 
n'est pas en mentant, en truquant les faits, les photos et les chiffres qu'on 
évitera « le retour » des trop réelles abominations. 

Mais ce son de cloche est bien isolé. Ce sera donc pour cer- 
tains une surprise douloureuse quand explose la bombe Gaby 
Cohn-Bendit. Sa lettre, intitulée « Question de principe », a été 
refusée par le Monde, mais elle a été lue au cours du procès 
opposant Faurisson au Malin de Paris. Selon des témoins, elle 
a fait taire une claque venue spécialement au tribunal pour 
huer Faurisson (44) : 

Il fut un temps qui dure encore où tout antisémite récusait un témoi- 
gnage, une recherche historique, venant d'un Juif et décrétait vendue 
aux Juifs toute recherche allant dans le même sens (qu'on se souvienne 
de l'affaire Dreyfus). Mais aujourd'hui nous commençons à assister au 
phénomène inverse : tout Juif, tout homme, même de gauche, d'extrême 
gauche, récuse n'importe quel témoignage, n'importe quelle recherche 
historique venant d'un antisémite (ce qui me paraît déjà grave) et, pire, 
décrète antisémite n'importe quelle recherche qui, à propos des camps 
de concentration sur tel ou tel point important, sans doute, met en cause 
la vérité devenue quasi officielle, ce qui est inacceptable. 

Juif d'extrême gauche, libertaire pour tout dire, je tiens à affirmer 
quelques principes auxquels je tiens d'autant plus aujourd'hui que tous 
ceux auxquels j'ai cru pendant vingt ans se sont effondrés les uns après 
les autres (il est long le chemin qui, du jeune communiste, opposant en 
1956, m'a mené, ma dose de scepticisme augmentant à chaque étape, à 
des idées libertaires en passant par le trotskysme, l' ultra-gauche). De 
tous ces principes, il en est un qui peut se résumer en une seule phrase : 
la liberté de parole, d'écrit, de réunion, d'association doit être totale et 
ne supporte pas la moindre restriction. Ce qui implique qu'on laisse 
paraître et diffuser les textes les plus ignobles à mes yeux, qu'on refuse 
l'interdiction d'un seul livre, fût-ce Mein Kampf (ou demain le moindre 
texte de Staline ou du bêtisier de Mao), qu'on refuse l'interdiction d'un 
seul meeting, fût-ce de l'Eurodroite, qu'on refuse même d'empêcher la 
diffusion d'un seul tract, fût-il ouvertement fasciste ou raciste. Ce qui ne 
signifie nullement rester silencieux ou inactif, si les fascistes avaient le 
droit de distribuer leurs tracts dans les facultés, on pourrait se battre, 
physiquement même, si nécessaire, pour que la faculté d'Assas ne reste 



(44) 5 mars 1979. 

131 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



pas leur monopole. La seule façon efficace de combattre les ennemis de 
la liberté est de leur accorder la liberté que nous revendiquons pour 
nous et de nous battre s'ils veulent nous la contester. Le fameux « pas de 
liberté pour les ennemis de liberté » est en fait le fourrier de tous les sys- 
tèmes totalitaires et pas, comme on l'a cru, le rempart le plus efficace 
contre eux. 

Pas le moindre mythe, 
pas le moindre mensonge 

Alors que ceux qui nient l'existence des camps de concentration et du 
génocide le fassent ! À nous d'empêcher que ce mensonge devienne cré- 
dible. En a-t-il fallu des années à la gauche pour trouver le courage de 
combattre les mensonges du P.C. sur l'existence des camps en U.R.S.S. ! 
En 1948, qui l'osait, mis à part quelques isolés d'extrême gauche, 
quelques libéraux, et la droite ? Si nous voulons être crédibles pour la 
génération à venir, et d'autant plus que le temps passera, il ne nous faut 
pas laisser subsister le moindre mythe, le moindre mensonge, la moindre 
erreur. Battons-nous donc pour qu'on détruise ces chambres à gaz que 
l'on montre aux touristes dans les camps où l'on sait maintenant qu'il 
n'y en eut point, sous peine qu'on ne nous croie plus sur ce dont nous 
sommes sûrs. Les nazis avaient des camps modèles à montrer aux bonnes 
âmes de la Croix-Rouge ; ne nous laissons pas aller à faire l'inverse. 

Je ne veux pas ici entrer dans la discussion sur les chambres à gaz : y en 
eut-il ou pas ? 

S'il y en eut, dans quel camp exactement ? Ont-elles été l'instrument 
systématique ou accessoire du massacre ? Car pour moi, si ce fait 
a son importance, j'avoue ne pas comprendre l'attitude qui consiste à 
penser que si cette pièce était enlevée en partie, voire en totalité, au 
système concentrationnaire, tout s'écroulerait. 

Le nazisme cesserait-il alors d'être une horreur ? Deviendrait-il justi- 
fiable ? Les chambres à gaz, voilà l'horreur, et non les millions de 
morts ? Sans gaz, plus d'horreur, simplement de graves entorses à la 
légalité, comme diraient nos staliniens de service ? 

Même problème quand on discute du chiffre des victimes juives du 
nazisme. La difficulté de fixer un chiffre, que cela choque ou non notre 
sensibilité, apparaît à tout historien et rend tout chiffre discutable ; là 
encore, je ne comprend pas qu'il faille atteindre absolument un certain 
seuil au-dessous duquel on semble craindre que tout puisse devenir 
acceptable et donc, fasse le jeu du nazisme. 

Une logique absurde 

On peut, quand on a vécu cette époque, et vu disparaître une partie de sa 
famille, répugner à la discussion sur le mode d'extermination et le nom- 
bre des victimes. Mais l'historien ne peut évacuer ce problème. Je trouve 
monstrueuse cette conclusion d'un certain nombre d'historiens {le 
Monde, 21 février 1979) : «Il ne faut pas se demander comment, techni- 
quement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techni- 
quement puisqu'il a eu lieu. Tel est le point de départ obligé de toute 
enquête historique sur ce sujet. Cette vérité, il nous appartenait de la 
rappeler simplement : il n'y a pas, il ne peut y avoir de débat sur l'exis- 
tence des chambres à gaz. » 



132 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



Malgré le respect que j'ai pour les historiens signataires de cet article, 
dont certains ont même joué un rôle non négligeable dans mes positions 
actuelles, je me demande : « Mais quelle est donc cette logique 
absurde ? » C'est justement parce que le meurtre de masse a eu lieu, ce 
que pour leur part, ni Rassinier, ni Faurisson ne mettent en doute, qu'on 
peut se demander justement comment, y compris techniquement, il a pu 
avoir lieu. Il n'y a que ceux qui nient le génocide qui n'ont pas en toute 
logique à se poser la question du comment. 

Il serait trop long et pourtant fondamental d'étudier tout ce qu'on a, 
depuis plus de trente ans, justifié au nom de la lutte contre le nazisme, à 
commencer par feu le stalinisme ; les millions de Juifs morts sont utilisés 
constamment comme contre-argument à toute critique de la politique 
d'État d'Israël par exemple. 

Quant à moi je préfère pour garder leur souvenir, défendre sans relâche 
le droit à la liberté, empêcher toute velléité de chasse aux sorcières, de 
persécutions vis-à-vis de groupes, minorités, individus, pensant et agis- 
sant autrement que moi. Ce que je me refuse à faire, y compris aux néo- 
nazis, je ne suis pas prêt à accepter qu'on le fasse à des hommes comme 
Rassinier ou Faurisson dont je sais qu'ils n'ont rien à voir avec eux, et le 
procès intenté à ce dernier me rappelle plus l'Inquisition qu'une lutte 
contre le retour du pire. 

Deux jours après, arrive une autre lettre, de Pierre Guil- 
laume, un ancien membre du groupe Socialisme ou Barbarie, 
qui fut ensuite longtemps le tenancier d'une librairie borgne, la 
Vieille Taupe (45) : 

Que savent les Français des massacres de Sétif ? 

Le téléfilm Holocauste est un crime contre la vérité historique. En dépit 
des bonnes intentions de ses zélateurs, c'est surtout un crime contre la 
mémoire des victimes, de toutes les victimes, des atrocités de toute les 
guerres. 

Des millions de Juifs ont été victimes de persécutions abominables par le 
seul fait qu'ils étaient juifs. Des centaines de milliers de nationaux amé- 
ricains ont été persécuté et internés aux U.S. A. pendant la guerre du seul 
fait qu'ils étaient d'origine japonaise. Des millions d'Allemands sont 
morts parce qu'ils étaient allemands, des millions de Russes, de Polo- 
nais, d'Ukrainiens sont morts parce qu'il étaient russes, polonais, 
ukrainiens. 

La guerre consiste toujours à tuer des gens simplement parce qu'ils 
sont... dans l'autre camp. Et à s'inventer les meilleures raisons du monde 
pour se justifier. C'est le rôle de la propagande de guerre, qui est tou- 
jours dans une large mesure une auto-intoxication. 

Les Juifs se trouvaient dans une situation particulièrement atroce du 
seul fait que leur communauté transnationale entrait en conflit avec 
l'hypernationalisme auquel l'Allemagne avait été conduite, et parce que 
leur culture les conduisait à résister à la logique totalitaire, bien qu'ils 
fussent pour la plupart totalement intégrés à la société allemande. 



(45) 7 mars 1979. Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois (N.d.E.) 

133 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



La déportation sans nuance d'une minorité gênante n'est pas un fait 
exceptionnel dans l'Histoire. C'était le cas des Sino- Vietnamiens dès 
avant le conflit en cours. Certains s'en arrangent en se persuadant que ce 
sont des membres de la bourgeoisie... Miracle de l'idéologie ! 

Les Français savent-ils qu'Eichmann, lors de sa visite en 1943, a été 
scandalisé des conditions de vie faites aux Juifs dans le camp de Gurs 
(Pyrénées-Atlantiques) ? Savent-ils que dans ce même camp, créé sous le 
gouvernement Daladier, pour les accueillir, les républicains espagnols 
avaient connu des conditions identiques à celles des camps allemands ? 
Ils sont morts de froid et de faim selon la même mécanique inexorable et 
« involontaire ». 

Il n'est pas établi, sur le plan de l'histoire scientifique, qu'Hitler ait 
ordonné « l'exécution d'un seul Juif par le seul fait qu'il fût juif ». 

De même, lorsqu'il ordonna le bombardement de Dresde, inutile sur le 
plan militaire, Winston Churchill n'a pas ordonné «l'exécution d'un 
seul Allemand par le seul fait qu'il fût allemand ». 

Que savent les Français des massacres de Sétif le 8 mai 1945 et de la 
répression à Madagascar ? Ni plus ni moins que ce que les Allemands 
savaient d'Auschwitz. Sont-ils collectivement coupables ? Ni plus, ni 
moins. 

La manipulation morbide de la mauvaise conscience ne mène à rien, 
sinon à de nouvelles croisades. 

La propagande de guerre nazie pouvait manipuler pour entretenir le 
moral des troupes, des policiers, des gardiens de camp, autant d'atroci- 
tés commises par les ennemis de l'Allemagne que la propagande alliée, 
de son côté, pouvait manipuler des atrocités commises par les Alle- 
mands. Ni l'un ni l'autre camp ne s'en est privé. La surenchère dans la 
description horrifique de l'ennemi est le ressort des guerres devenues 
« démocratiques ». 

L'antinazisme sans nazi qui règne sur le monde est devenu l'exutoire 
d'une société déboussolée qui ne parvient pas à affronter ses problèmes 
réels. 

On ne lutte pas contre les mécanismes inexorables des oppression réelles 
avec des images d'Épinal. Ce ne sont pas les scènes porno-horrifiques 
qui permettent de comprendre les mécanismes réels... sauf par le fait 
qu : Holocauste présente en lui-même, et se dévoile comme une tentative 
grossière de prise de pouvoir idéologique par l'union sacrée des direc- 
teurs de conscience patentés. 

Voilà ce qu'il faut penser ! 

Regardez où cela vous mènera si vous résistez à nos leçons ! 

Les manipulations de l'atrocité conduisent le spectateur sensible à 
l'hébétude ou engendrent une cuirasse d'insensibilité qui constitue le 
meilleur allié de n'importe quel totalitarisme. 

La réaction : « Tout ça c'est du passé » ou encore : « Hitler ? Connais 
pas » est une réaction de santé. 

Le seul résultat durable de la projection & Holocauste sera celui de toute 
propagande de guerre : 



134 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



Persuader tous ceux qui participent à des mécanismes bien concrets 
d'oppression que ce à quoi ils participent est négligeable en regard de ce 
qu'a déjà fait l'ennemi mythique : les nazis. Les discours et les inten- 
tions des zélateurs d'Holocauste n'y changeront rien. 

Que savent les Français de l'effroyable répression de la manifestation des 
«Français d'origine nord-africaine» contre le couvre-feu, le 17 octobre 
1961, dans Paris et la région parisienne ? 

Que savent les Français des conditions de vie des centaines de milliers 
d'Algériens de tous âges regroupés dans les camps, et de ce qu'ils seraient 
devenus si la France avait été engagée dans une guerre paroxystique met- 
tant l'existence de la nation enjeu ? 

Ce n'était pas le cas, et la bourgeoisie française et son État sont parvenus 
à faire la paix sans que même le niveau de « vie » des Français soit 
sérieusement compromis. Cependant, dans ce contexte relativement 
bénin, M. Alex Moscovitch déclarait au conseil municipal de Paris : 
« Cinq millions de Français peuvent être du jour au lendemain atteints 
dans leurs biens et dans leur vie en raison de circonstances qu'ils n'ont ni 
voulues ni déclenchées. » Pour pallier cette menace, M. Moscovitch pro- 
posait une solution radicale : « Tous ces agents de l'ennemi doivent être 
renvoyés du territoire métropolitain. Voici deux ans que nous deman- 
dons la possibilité de le faire. Ce qu'il nous faut, c'est très simple et très 
clair : l'autorisation, et suffisamment de bateaux. Le problème qui 
consisterait à faire couler ces bateaux ne relève pas, hélas ! du conseil 
municipal de Paris (a). » 

Après avoir vu Holocauste, n'importe quel soldat français ayant fait la 
guerre d'Algérie, même s'il a participé à des « corvées de bois », sera per- 
suadé qu'il demeure radicalement différent des nazis. Il n'est différent 
que de l'image qu'on donne des nazis, comme les nazis eux-mêmes en 
sont différents. En tout cas il se dira : « Il n'y avait quand même pas de 
chambre à gaz. » 

Pourtant, dans l'Oranais, plusieurs centaines d'Algériens furent enfer- 
més dans des caves à vin et furent asphyxiés par des émanations de gaz 
carbonique. Ceux qui les ont enfermés entassés dans un local exigu le 
savaient-ils ? Rien ne les a-t-il alertés pendant l'agonie des malheureux ? 

On n'a pas cherché à le savoir. L'enquête a été très sommaire et ne per- 
met pas de conclure. Mais, s'ils avaient été allemands, et à plus forte rai- 
son nazis, personne n'aurait douté une seconde qu'ils fussent coupables. 

Inévitable réponse du type qui croit sans doute qu'on s'est 
trompé et qu'en écrivant à Libération on pensait s'adresser en 
réalité & Minute (46) : 

(a) Bulletin municipal officiel de Paris. Débats des assemblées, conseil municipal de Paris, 
séance du 27 octobre, page 637. Il s'agissait d'un propos réfléchi. M. Moscovitch devait le 
confirmer, le 15 janvier 1963, à l'occasion d'un procès en diffamation intenté par lui- 
même : « J'ai effectivement regretté que les ennemis de la France ne soient pas extermi- 
nés... et je le regrette encore ! » (le Monde, 17 janvier 1963). Cité d'après le remarquable et 
courageux livre de Pierre Vidal-Naquet : la Torture dans la République, Petite Collection 
Maspero. 
(46) Libération, 8 mars 1979. 



135 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Quand l'antisémitisme transpire... 

On a encore, hélas ! décroché le pompon à Libération. On a publié en 
champ libre, hier, un texte à propos & Holocauste qui pue, qui transpire 
l'antisémitisme. C'est le droit de l'auteur, P. Guillaume, d'être antisé- 
mite, consciemment ou non. Mais c'est notre droit, et cela aurait dû être 
notre devoir, de ne pas le publier. D'autant que l'auteur est lui-même 
directeur d'une maison d'édition la Vieille Taupe, qui publie notam- 
ment les Cahiers Spartacus, et qu'il peut donc publier son « opinion » 
chez lui. La liberté d'expression, en ne le publiant pas, n'aurait donc en 
rien été altérée. Cette fameuse liberté d'expression ne peut en effet servir 
de paravent au fait qu'à Libération, ce n'est pas la première fois qu'un 
tel incident se produit. De temps à autre, des relents antisémites émer- 
gent à la surface, se cachant maladroitement derrière les voiles du non- 
conformisme. Ce n'est pas seulement une question d'idée : c'est une 
question de ton. Il y a déjà eu l'affaire Flatto Sharon : l'objectif n'était 
pas d'exposer des thèses antisémites, mais le ton était antisémite. 
Ensuite, l'incident VXZ 375, qui passait en revue les nouveaux philo- 
sophes du seul point de vue de ce qu'ils sont : homosexuels ou juifs. 
Aujourd'hui encore, dans le numéro que vous avez entre les mains, Guy 
Hocquengheim commente le débat sur un ton si léger, si roquet - quoi 
qu'on pense du débat, que cela fait mal au ventre : il est des fois où 
l'antisémitisme se suggère plus qu'il ne se dit, et c'est le cas. Avec le texte 
d'hier : «Que savent les Français des massacres de Sétif ?» cela fait, 
décidément, une fois de trop. De même que je n'ai rien à faire, rien à dis- 
cuter avec des antisémites, et je continue à ne pas voir ce que Libération, 
mon journal, peut avoir à faire ou à discuter avec eux. Minute peut très 
bien les accueillir, sans qu'on s'en mêle. 

Il y a deux choses dans l'article cité plus haut, dans Libération daté 
d'hier, et intitulé « Que savent les Français des massacres de Sétif ? ». Il y 
a d'abord l'argument bien connu qui consiste à dire que les Juifs n'ont 
pas été les seuls, et qu'en conséquence de quoi ils commencent à nous 
pomper en exigeant toujours la première place au «hit-parade de l'hor- 
reur », comme le dit si ignoblement Guy Hocquengheim. On peut discu- 
ter de l'argument et il a d'ailleurs été discuté au cours du débat des dos- 
siers de l'écran. Là où la généralisation de l'horreur devient suspecte, 
c'est lorsque son objectif manifeste est de noyer le poisson, c'est-à-dire 
le Juif. En renvoyant tout le monde à dos, en se lamentant sur les mul- 
tiples horreurs dont le monde est le théâtre, en écrivant comme Pierre 
Guillaume que «la déportation d'une minorité gênante n'est pas un fait 
exceptionnel dans l'histoire», en rappelant les Algériens de Sétif, les 
Allemands de Dresde ou les républicains espagnols, on ne vise pas à par- 
ler de tout cela, on vise à ce que les Juifs ferment leurs gueules. Car tout 
naturellement, sous la plume de ce genre d'auteur, quand les Juifs 
l'ouvrent, cela devient immédiatement de la «propagande», selon une 
association d'idée désormais classique : Juif/propagande : « La manipu- 
lation morbide de la mauvaise conscience ne mène à rien, sinon à de 
nouvelles croisades. » Le tour est joué : c'est de la « manipulation ». 
Tout cela n'est encore qu'opinion. Mais à lire de plus près le texte, on 
s'aperçoit qu'en plus il y a une thèse historique : « Il n'est pas établi, sur 
le plan de l'histoire scientifique, qu'Hitler ait ordonné l'exécution d'un 
seul Juif par le seul fait qu'il fût juif. » Non seulement il y a eu d'autres 
qui ont été exterminés, mais en plus les Juifs n'ont pas été exterminés 
«parce qu'ils étaient juifs.» C'est le miracle de l'argument du seau 



136 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



percé : on ajoutera bientôt qu'en plus, les Juifs n'ont pas été exter- 
minés du tout. J'arrête là. Il n'y a pas lieu de discuter avec P. Guil- 
laume : ce n'est pas véritablement une «libre opinion» C'est une 
assertion, une affirmation, qui en plus est manifestement fausse. On 
peut penser ce que l'on veut de l'extermination des Juifs ou des Tzi- 
ganes. Mais on ne peut pas tenter de faire croire, comme Faurisson, 
qu'il n'y a pas eu extermination, ou comme ce P. Guillaume, qu'elle 
n'a peut-être pas eu lieu (il ne parle que de déportation), et que si elle 
a eu lieu, ce ne serait pas sur des critères « Juifs » ou « Tziganes ». Il 
n'y avait aucune raison pour que Libération publie ce faux champ 
libre. Il y avait au contraire toutes les raisons, que j'ai exposées plus 
haut, pour qu'on ne le publie pas. La liberté d'expression n'est pas 
liberté de dire n'importe quoi, en tout cas pas dans notre journal. 



L'apprenti-censeur se fait moucher par Jean-Pierre 
Carasso, ce qui semble clore provisoirement le débat public 
puisque ensuite personne ne se hasarde à en reparler (47) : 

Quand l'antisémitisme transpire... 
la bonne conscience respire ! 

Il n'y avait pourtant pas longtemps que Libé avait publié - question de 
principe - la lettre de Gaby Cohn-Bendit. Et bien, voilà, plouf ! Ça n'a 
pas raté, et dans Libé même, faut le faire ! Notre camarade Pierre Guil- 
laume - dont nous n'avons pas à étaler les états de service devant le pre- 
mier Julien Brunn venu - émet-il le moindre son discordant dans le 
grand concert de lamentations holocaustiennes, le martyr de service ne 
l'a pas raté : les grands mots sont lâchés, c'est un antisémite. Retors, 
l'accusateur ne manque pas de prendre les précautions d'usage : c'est 
peut-être un antisémite inconscient. Alors, merde, il faut que ce terro- 
risme, ce chantage - et je pèse mes mots - cesse. 

Je me nomme Carasso et, si mon père n'avait pas réussi à convaincre un 
employé de l'état civil complaisant, en 1941, du fait que Lévi était le... 
prénom musulman de son père !!! je me nommerais Lévi-Carasso. Cela 
suffit-il aux docteurs de la loi ? Puis-je prendre la parole ? 

Je suis un partisan convaincu de l'éradication du judaïsme (eh ! les lin- 
guistes, traduisez donc ça en allemand, S.V.P.) comme de l'éradication 
du catholicisme, du christianisme, du mahomé..., etc. jusqu'à l'ani- 
misme inclusivement. Quand je lis, en tête du Monde (daté du 8 mars) 
«Nouvelles exécutions d'homosexuels en Iran» je me dis qu'Adolf doit 
rigoler sous les débris du bunker et ma conviction antireligieuse se ren- 
force. Quand j'entends dire - car je ne suis pas vicieux au point d'assister 
à ces guignolades - que M rae Veil a déclaré que les camps en U.R.S.S., ce 
n'est pas pareil parce que les déportés le sont pour délit d'opinion et que 
je constate, le lendemain, que l'antisémite (notoire, celui-là, mais faut 
pas le dire, c'est amnistié !!!!) Hersant, dans un titre barrant tout le jour- 
nal qu'il possède illégalement décerne à la ministre un satisfecit qui la 
déclare bouleversante, je me dis qu'il devrait y avoir des limites, ne 
serait-ce que de décence au confusionnisme débridé qui tient lieu d'idéo- 



(47) Libération, 12 mars 1979. 

137 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

logie et de béquilles au capitalisme moribond (oui, oui, je prend mes 
désirs pour des réalités...). 

Je pense aussi, avec un antisémite célèbre, enterré en Angleterre (a), que 
«la véritable Gemeinwesen de l'homme, c'est l'homme». Je pense que 
tout ce qui s'oppose à la réalisation de cette Gemeinwesen (commu- 
nauté, être ensemble) fait le jeu de mes ennemis et que lorsque ces enne- 
mis sont juifs, c'est précisément parce que je ne suis pas antisémite et ne 
peux pas l'être que je ne crains pas de les désigner comme ennemis. 

Quand le baron Guy de Rotschild écrit qu'il se sent étranger en Israël, le 
célèbre couple de chasseurs de nazis Béate et Serge Klarsfeld (c'est quand 
même plus excitant que de chasser le bébé phoque, non ?) vont-ils le 
déclarer antisémite ? Presque... En tout cas, il s'est rétracté vite fait, le 
baron ! Devant le tollé qu'il a naïvement déclenché. 

Eh bien ! moi, dont l'ambition serait de ne me sentir étranger nulle part, 
je déclare que je me sens strictement étranger partout, dépossédé de mon 
être et de mon humanité par le système abject qui règne sur la planète 
entière et que j'exige, vous m'entendez, monsieur Brunn, j'exige pour 
mes amis et moi, comme pour tous les autres, le droit de le clamer sans 
me faire abreuver d'insultes ineptes par ceux-là mêmes qui font profes- 
sion de lutter pour un monde meilleur, comme on dit. 

Dans le même temps, se poursuivait à Libération une dis- 
cussion qui n'est pas apparue dans ses colonnes. En même 
temps que Julien Brunn remettait son article au journal, Pierre 
Guillaume lui soumettait le texte de la lettre que l'on trouvera 
ci-dessous. Elle révélait certains aspects inattendus de l'affaire, 
et en particulier que le texte publié le 7 mars, « Que savent les 
Français des massacres de Sétif ? », était en réalité corédigé par 
Faurisson. C'était rendre possible l'hypothèse selon laquelle 
Faurisson n'était pas fou - un pas que Libération, à ce 
moment-là, ne pouvait sans doute pas franchir. Cette lettre n'a 
donc jamais été publiée : 

Je vous remercie d'avoir bien voulu publier mon texte en « champ 
libre ». Je regrette un peu que vous n'ayez pas maintenu le titre que je 
lui avais donné : déconstruire un délire ou atrocités : mode d'emploi. Car 
ce texte a une histoire. Il est inachevé. Il expose de façon très sommaire 
les thèses classiques du mouvement révolutionnaire sur la guerre, la pro- 
pagande de guerre et le nazisme. Mais il n'a pas été écrit dans le calme, 
par un directeur de conscience qui expose ce qu'il faut penser. Il a été 
écrit dans une situation très concrète, et particulièrement tragique, pour 
trouver une issue pratique à cette situation. 

J'avais rencontré le professeur Faurisson fin novembre. J'ai trouvé un 
homme désespéré et sur le point de s'enfermer définitivement dans un 



(a) Ceux qui croient que les Cahiers Spartacus sont édités par la Vieille Taupe 
- pauvre René Lefeuvre ! - n'auront sans doute pas reconnu Karl Marx... Cette lettre a été 
lue et approuvée, encore qu'ils ne la jugent pas « assez violente, assez insultante », par dix 
personnes. 



138 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



délire paranoïaque caractérisé, bien que très explicable. J'ai aussi trouvé 
un homme possédant à fond son sujet (200 kg de documents de travail, 
représentant le dépouillement de plusieurs tonnes de textes) et dont les 
travaux allaient très au-delà, mais dans le même sens que les thèses de la 
Vieille Taupe. (En deux mots, depuis 1970, la Vieille Taupe partageait 
pour l'essentiel les thèses de Paul Rassinier.) 

Il fallait donc, impérativement, sous peine de subir une nouvelle défaite 

difficilement réversible, affirmer dans la pratique : 

l°le droit à l'hypothèse et à l'erreur pour tout travail scientifique ; 

2° le droit au délire pour tout homme, tant que ce délire ne nuit pas 

concrètement à autrui, 
et ce, même si Faurisson avait été fou, antisémite ou nazi. 

Par un bonheur immérité, il n'était ni l'un ni l'autre. 

Pourtant, la fraction la moins radicale (à mon sens) de la Vieille Taupe 
répugnait à lier son sort à une cause qui paraissait perdue d'avance. 
Oubliant qu'il ne s'agissait pas de défendre Faurisson mais bien de 
défendre nos principes, en pratique. 

Mes forces ne suffisant plus à la tâche, et notamment mes forces caracté- 
rielles (j'étais moi-même sur le point de craquer), il devenait vital pour 
le développement de la situation d'obtenir de l'appui et donc d'obtenir 
l'accord de tous sur un même texte, sans concession ni double pensée. 

Ce texte devait donc intégrer la fameuse phrase qui semblait rendre Fau- 
risson indéfendable : «Hitler n'a jamais ordonné l'exécution d'un seul 
Juif par le seul fait qu'il fût juif», en montrant que cette phrase était 
strictement vraie, même si Hitler se foutait pas mal de ce que devenaient 
les Juifs en pratique. 

Ce faisant, je prouvais en pratique que j'étais prêt à suivre Faurisson jus- 
qu'au bout, et je lui montrais également qu'on était arrivé à un point où 
il ne pouvait plus se désintéresser de la signification humaine de ses véri- 
tés scientifiques. Accessoirement, il s'agissait de prouver à tout le monde 
que Pierre Vidal-Naquet, qui prenait dans le Monde du 21 février 1979 
la tête de la croisade anti-Faurisson des historiens, n'était pas une cra- 
pule, et qu'au contraire nos objectifs, à terme, coïncidaient. 

Ce texte fut donc lu et approuvé par la Vieille Taupe. Il fut ensuite lu et 
corrigé par Faurisson (la version originale contenait des chiffres insuffi- 
samment étayés) et approuvé sans réserve. 

Se sentant soutenu, Faurisson recommença à s'alimenter normalement, 
et ses symptômes paranoïaques disparurent complètement. 

Le texte que vous avez publié constitue donc un texte commun Fauris- 
son - la Vieille Taupe. Il constitue l'affirmation pratique de ce qui per- 
mettra la renaissance de la théorie révolutionnaire pratique : « Ne 
jamais rejeter ce que contient de vrai le discours de l'adversaire au nom 
de ce que l'on sait qu'il contient de faux. » « Tout homme a toujours, 
d'une certaine manière, raison. » (Reich, introduction à la Fonction de 
l'orgasme, cité de mémoire.) 



139 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



C'est en allant au-delà des vérités partielles, en les approfondissant, 
qu'on arrive à l'universalité, pas en niant ce qui gêne et en faisant des 
compromis (politiques). J'espère ne pas vous avoir trop agacé par mes 
exigences de rigueur. 

P.S. : La Vieille Taupe a été une librairie dont j'ai été le fondateur, fer- 
mée en 1972. 

Au sens historique, la Vieille Taupe n'appartient à personne et n'est pas 
un groupe formel. C'est le mouvement même qui transforme les condi- 
tions existantes ; ce concept recouvre donc tous ceux qui participent, 
individuellement, sous leur seule responsabilité personnelle, au dévelop- 
pement d'une situation. L'idée d'une « fraction » plus ou moins « radi- 
cale » n'est qu'une plaisanterie, non dénuée de sens. 

Devant le refus opposé par Libération à la publication de 
cette lettre qui montre que le journal a publié du Faurisson 
sans le savoir, situation qui n'est pas sans créer des remous, 
comme le départ discret de Pierre Goldmann qui ne supporte 
plus de collaborer, même épisodiquement, à un organe où il 
voit qu'écrivent des « antisémites », Pierre Guillaume et Jean- 
Gabriel Cohn-Bendit proposent le texte suivant au service des 
« petites annonces » de Libération, qui le refuse aussitôt. Le 
Monde accepte de la passer en placard publicitaire (1 500 F) 
puis se ravise, sur intervention de la direction : 

Le soutien apporté par Jean-Gabriel Cohn-Bendit et la Vieille Taupe au 
professeur Faurisson a constitué pour beaucoup un traumatisme et créé 
une situation aux développements potentiels incalculables. 

La L.I.C.A. accuse le professeur Faurisson d'être un faussaire. 

Si quiconque apporte la preuve que le professeur Faurisson a commis un 
seul faux, Jean-Gabriel Cohn-Bendit et la Vieille Taupe s'engagent à 
rompre immédiatement avec le professeur Faurisson et à consacrer 
autant d'efforts à le faire savoir qu'ils en ont consacré à le soutenir 
jusqu'ici. 

Cette offre de mars 1979, pour autant que l'on sache, est 
toujours valable... 

C'est finalement ailleurs que se poursuit cette entreprise 
d'éclaircissement mené par quelques éléments de ce que l'on 
peut appeler peut-être l' ultra-gauche. On voit ainsi apparaître, 
en mars, en particulier à Lyon, un tract intitulé : « Les cham- 
bres à gaz sont-elles indispensables à notre bonheur ? » Après 
avoir résumé les débuts de l'affaire, il se continue ainsi : 

Le professeur Faurisson est un homme seul. 

Aucun groupe, aucune organisation ne l'a soutenu et ne le soutient. 
Parmi ceux qui se sont manifestés en sa faveur, à des titres divers par des 



140 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



lettres à la presse ou des témoignages, on ne relève que des antifascistes 
et des antiracistes convaincus. (Entre autres Jacob Assous, José Benha- 
mou, J.-P. Carasso, J.-P. Chambon, J.-G. Cohn-Bendit, H. Denés, 
P. Guillaume, C. Martineau, V. Monteil, J.-L. Redlinski, etc.). 

Ne serait-il pas temps de réfléchir ? 

Tous ceux qui ont pris la peine de s'informer ont découvert que le pro- 
fesseur Faurisson est viscéralement antitotalitaire. Ils savent aussi qu'il 
n'a fait que poursuivre le travail de déconstruction de la rumeur 
commencé par Paul Rassinier (résistant irréprochable) sur les camps de 
Buchenwald et de Dora, où il a été lui-même déporté 19 mois (arrêté en 
octobre 1943, torturé 11 jours par la Gestapo, revenu invalide à 95 %) et 
par J. Ginsburg, sur le camp de Maïdanek, où il fut lui-même déporté 
racial avec toute sa famille. 

Tous ceux qui ont pris la peine de s'informer savent que Faurisson est de 
bonne foi, et qu'il est convaincu, comme Rassinier et Ginsburg, qu'avec 
ou sans chambres à gaz, les camps de concentration hitlériens ont atteint 
le paroxysme de l'horreur, horreur différente, horreur peut-être plus fon- 
damentale, plus radicale que la représentation à sensation qu'on en 
donne. 

Alors, si « le ventre est encore fécond, qui donna naissance à la bête 
immonde », croit-on réellement lutter contre le « retour au pire » en lut- 
tant sans risque contre un homme seul et en s' acharnant contre le cada- 
vre qu'on déterre d'un nazisme fantasmé, au lieu de s'attaquer au ventre 
lui-même, qui nulle part sur la planète n'a été détruit, et qui continue 
d'engendrer des horreurs et des atrocités, évidemment différentes du 
nazisme fantasmé et du nazisme réel, qui ne renaîtra jamais dans la 
forme. 

Au fait... Une atrocité peut en cacher une autre... 

La mise en spectacle de l'horreur absolue n'a-t-elle pas servi à masquer 
tout les autres ? 

Il ne saurait y avoir de vérité officielle en histoire. 

Le principe de l'interdiction professionnelle est pire que le mal qu'on 
prétend abattre. 

Des personnes sans qualité. 

Circulait également cette « Ultime suggestion venue de la 
maison des morts après un long débat entre Galilée, P. Rassi- 
nier, Jésus-Christ, K. Marx et C. von Clausewitz » : 

Moi, Robert Faurisson, fils de feu Robert Faurisson, âgé de cinquante 
ans, comparaissant en personne devant ce tribunal et debout devant 
vous, Très éminents et révérends Juges, assigné par la Sainte L.I.C.A. et 
les Très Saintes Associations de déportés et victimes, Grands Inquisi- 
teurs dans toute l'Humanité contre la Perversité Nazie, les yeux sur le 
Rapport Gerstein que je touche de mes propres mains. 

Je jure que j'ai toujours cru, que je crois à présent et que, avec la Grâce 
de l' Antifascisme, je continuerai à l'avenir de croire tout ce que la Sainte 
L.I.C.A., apostolique et résistante, tient pour vrai, prêche et enseigne. 



141 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Mais parce que - après que la Sainte Télévision m'ait notifié l'ordre de 
ne plus croire à l'opinion fausse que l'existence des chambres à gaz pour 
exterminer les Juifs est une simple conjecture basée sur des rumeurs et 
des aveux contradictoires, dont certains ont été reconnus mensongers 
par la Sainte L.I.C.A. elle-même ; et ne pas maintenir, défendre, ni 
enseigner, soit oralement, soit par écrit cette fausse doctrine ; après avoir 
été notifié que ladite doctrine était contraire à la Sainte Thèse Officielle ; 
parce que j'ai écrit et fait imprimer divers textes dans lesquels j'expose 
cette doctrine condamnée, en présentant en sa faveur une argumentation 
très convaincante, sans apporter aucune solution définitive ; j'ai été, de 
ce fait, soupçonné véhémentement d'hérésie, c'est-à-dire d'avoir main- 
tenu et cru que les chambres à gaz, conçues expressément comme abat- 
toirs humains industriels, n'avaient jamais existé. 

Pour ce, voulant effacer dans l'esprit de ces Inquisiteurs et de tout Anti- 
fasciste fidèle, ce soupçon véhément, à juste titre conçu contre moi, 
j'abjure et je mande d'un cœur sincère et avec une foi antifasciste non 
simulée, les erreurs et hérésies susdites, et en général toute autre erreur 
et hérésie et entreprise contraire à la Sainte Résistance ; je jure à l'avenir 
de ne plus rien dire, ni affirmer de voix et par écrit, qui permette d'avoir 
de moi de semblables soupçons, et s'il m' arrivait de rencontrer un héré- 
tique ou présumé tel, je dénoncerai à ce Tribunal, à la Sainte L.I.C.A., 
ou à la Police de mon lieu de résistance. 

Je jure aussi et promets d'accomplir et d'observer strictement les péni- 
tences qui m'ont été ou me seraient imposées par ce Tribunal ; et si je 
contrevenais à l'une de mes promesses et serments, je me soumets à tou- 
tes les peines et châtiments qui sont imposés et promulgués par la Sacrée 
Résistance et les autres Constitutions générales et particulières contre de 
semblables délinquants. 

Avec l'aide de la Sainte Télévision et du document Gerstein original que 
je touche de mes mains. 

Moi, Robert Faurisson, soussigné, j'ai abjuré, juré, promis et engagé 
comme ci-dessus ; et en foi de quoi pour attester la vérité de ma propre 
main, j'ai signé la présente cédule de mon abjuration et je l'ai récitée 
mot à mot à Paris au Palais de Justice le... 

Les bordiguistes de Programme communiste republient un 
article de 1960 : « Auschwitz ou le grand alibi », avec cette 
note liminaire (48) : 

L'article que nous reproduisons met à nu les racines réelles de l'extermi- 
nation des Juifs, racines qu'il ne faut pas chercher dans le domaine des 
« idées », mais dans le fonctionnement de l'économie capitaliste et les 
antagonismes sociaux qu'il engendre. Et il montre aussi que si l'État 
allemand a été le bourreau des Juifs, tous les États bourgeois sont cores- 
ponsables de leur mort, sur laquelle ils versent maintenant des larmes de 
crocodiles. 

Chez les fantassins de la Guerre sociale, on imprime 
une affiche-tract qui reprend de larges extraits d'un arti- 



(48) Programme communiste, n° 11, 19 p., réédité en brochure en 1979. (Programme 
communiste, 20, rue Jean-Bouton, 75012 Paris). 



142 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



cle (49), précédé d'une présentation (en gras dans le texte) pour 
les besoins d'une distribution à Lyon, en juin 1979. Faisant 
très bien le tour de la question, elle s'intitule : « Qui est le 
Juif?»: 

D y a quelques décennies, l'Europe était en proie à une vague d'antisémi- 
tisme. Avant que les nazis déportent une partie de la population juive, les 
Juifs étaient déjà menacés dans leurs biens et leurs emplois. Ainsi les 
professeurs juifs étaient empêchés d'enseigner. Si aujourd'hui tout le 
monde déplore ces persécutions, il faut remarquer qu'à l'époque il n'y 
avait pas tant de monde que ça pour s'y opposer. 

Les temps semblent avoir bien changé. Toute résurgence d'antisémitisme 
en Europe se heurte bien vite à la gauche, au milieu universitaire, à 
l'État. Ainsi il suffit que l'on apprenne qu'un professeur de Lyon 2, 
Robert Faurisson, partagerait des idées semblables à celles de l'ancien 
commissaire de Vichy aux Questions juives, Darquier de Pellepoix, pour 
que l'heure de son cours soit publiée dans la presse, que des bonnes 
volontés l'empêchent de poursuivre son enseignement de littérature fran- 
çaise et que la direction de son U.E.R., pour protéger le calme universi- 
taire, suspende cet enseignement. Sans doute finira-t-on par le pousser 
cette année ou l'année prochaine hors de l'Université. Faurisson n'est pas 
seulement attaqué dans sa vie professionnelle, mais aussi dans sa vie pri- 
vée, à travers sa famille, en tant que « sale nazi ». Certains trouveront ces 
méthodes déplorables, mais enfin quand même considéreront que l'on ne 
peut défendre en toute impunité n'importe quelle opinion : on sait trop où 
cela peut mener. Le fascisme, le racisme sont déjà passés une fois. 
Maintenant ils ne passeront plus. Les lignes Maginot vont tenir. 

Et si les lignes Maginot, comme il est dans leur nature de l'être, étaient 
déjà tournées ? Et si c'était Faurisson qui était devenu le Juif ? 

Darquier de Pellepoix, qui finit tranquillement ses jours en Espagne, a 
organisé la déportation des Juifs. Robert Faurisson serait un émule de 
Darquier de Pellepoix. mais enfin Faurisson a-t-il préconisé la déporta- 
tion de qui que ce soit ? Non, le crime de Faurisson est de soutenir que 
l'on ne peut parler au sens strict de génocide et qu'à propos des « cham- 
bres à gaz » on peut parler de légende. Cela se rapproche effectivement 
des déclarations de Darquier à un journaliste de l'Express. Mais que faut- 
il reprocher à Darquier : d'avoir participé à la déportation des Juifs, ou 
de tenir maintenant de tels propos ? Darquier de Pellepoix et Faurisson 
peuvent se retrouver sur un certain nombre de points sans que cela suffise 
à faire de Faurisson le complice de Darquier. 

À la base de tout cela, il y a le postulat que l'existences des « chambres à 
gaz » est un fait absolument irréfutable. Ensuite que toute remise en 
cause de ce fait absolument irréfutable ne peut avoir directement ou indi- 
rectement qu'une origine nazie ou antisémite. Ainsi Faurisson emboîte- 
rait-il le pas à Darquier, et s'il n'est pas un antisémite plus ou moins bien 
déguisé, c'est dans la mesure où il est un hurluberlu, et de toute façon un 
hurluberlu dangereux. On écarte au départ l'idée que la remise en cause 
de l'existence des « chambres à gaz » peut avoir comme origine, non le 



(49) « De l'exploitation dans les camps à l'exploitation des camps », la Guerre sociale, 
n° 3, juin 1979, pp. 9-31 (B. P. 88, 75623 Paris Cedex 13). 



143 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



fait de camoufler des atrocités et de se disculper comme c'est le cas pour 
Darquier, mais le désir de la vérité. 

Or il suffit d'avoir le goût de la vérité et de s'être penché sur cette ques- 
tion pour savoir que l'existences des « chambres à gaz » est un fait beau- 
coup moins évident que ce qu'on nous en dit. L'étude des conditions tech- 
niques d'une telle opération, les contradictions dans les aveux des S.S. 
rendent les « preuves » bien fragiles. Ceux qui se sont érigés en spécia- 
listes de la question et sont soutenus par l'ensemble de la presse le 
savent, et c'est pourquoi ils cherchent à empêcher le débat. 

Le doute sur l'existence des « chambres à gaz » n'est pas d'origine 
d'extrême droite. E fut d'abord le fait de Paul Rassinier dont il n'est pas 
inutile de rappeler que, résistant de la première heure, il a été arrêté 
et torturé par la Gestapo, puis déporté à Buchenwald. Le passage de 
l'affaire Darquier de Pellepoix à l'affaire Faurisson instruit sur le 
fonctionnement des mass média, mais non sur le processus de remise en 
question de l'existence de « chambres à gaz ». Darquier utilise Rassinier 
pour se disculper et la presse utilise Darquier pour mieux discréditer des 
vérités et ne pas affronter les positions de Rassinier. 

La légende des « chambres à gaz » a été officialisée par le Tribunal de 
Nuremberg, où les nazis étaient jugés par leurs vainqueurs. Sa première 
fonction est de permettre au camp stalino-démocratique de se distinguer 
absolument de celui des nazis et de leurs alliés. L'antifascisme et l'anti- 
nazisme leur ont permis de justifier leurs propres actes de guerre et ont 
continué à justifier aussi beaucoup d'ignominies depuis. Chez ceux qui 
auraient réussi à préserver le monde de la barbarie. 

Les temps angoissés que nous vivons, et qui se rapprochent par certains 
côtés de la situation d'avant-guerre, à défaut de pouvoir affronter réelle- 
ment les causes de leurs problèmes, ont besoin de se trouver des boucs 
émissaires et de se rassurer sur leur légitimité. Dans un premier temps et 
avec le prétexte de se prémunir contre un recommencement, on réutilise 
les vieux ennemis, on ravive la propagande de guerre contre le barbare 
vaincu hier. Mais le capital au fur et à mesure qu'il va s'enfoncer dans la 
crise et sentira le danger révolutionnaire va chercher à donner aux popu- 
lations des ennemis plus concrets et concentrer les responsabilités sur tel 
groupe social interne ou tel ennemi extérieur. 

Notre position est d'empêcher autant que possible l'expérimentation des 
états de tension et la mise en place de mécanismes de haine. Nous 
n'avons qu'un ennemi : les rapports de production capitalistes qui domi- 
nent toute la planète et non tel ou tel groupe social. Les bourgeois et les 
bureaucrates eux-mêmes ne doivent pas être attaqués en tant qu'hommes, 
mais seulement dans la mesure où ils s'identifient à leur fonction et à leur 
profit et défendent la société de classes. 

On s'est interrogé pour savoir qui manipulait Faurisson, en soupçonnant 
l'extrême droite. Nous qui sommes révolutionnaires entendons en tout 
cas le soutenir. Et certainement pas en vertu d'un droit général à la 
liberté d'expression ou d'enseignement. Pas seulement non plus par 
réflexe de solidarité humaine, mais parce que Faurisson est attaqué pour 
avoir cherché et fait progresser la vérité. 

Mais soutenir Faurisson et ses recherches n'est-ce pas permettre à l'anti- 

144 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



sémitisme de se rallumer ? Le premier impératif reste celui de savoir 
quelle est la vérité. Et cette vérité, faudrait-il risquer pour empêcher une 
remontée d'antisémitisme d'en laisser le monopole aux antisémites ? 
Jeux suspects et dangereux. La vérité ou sa recherche ne saurait être 
antisémite. 

Ne serait-ce que par les remous provoqués par la presse, la question de 
l'existence des « chambres à gaz » ne pourra plus être longtemps refou- 
lée, et le doute sur la vérité officielle fera inévitablement son chemin. Par 
rapport à cette situation de fait, nous pensons qu'il faut d'abord précipiter 
les choses. Que l'évolution ne se fasse pas en douceur de réajustement en 
rectification de détails, comme cela a déjà commencé depuis quelques 
années, ménageant les mensonges des uns, la bonne conscience des 
autres, et permettant aux troisièmes d'alimenter quelque nouvelle philo- 
sophie. Ce qui est en cause, ce n'est pas tant tel mensonge particulier que 
le fonctionnement de ce qui produit, fait évoluer et remplace les contre- 
vérités quand elles ont fait leur temps. Ensuite il faut empêcher que cela 
puisse alimenter l'antisémitisme. La meilleure façon est de ne pas laisser 
la vérité à l'extrême droite, de montrer que des Juifs aussi défendent ce 
qui leur paraît être la vérité, même si elle contrevient à la mythologie de 
l'holocauste. Il faut expliquer les mécanismes sociaux réels qui ont pro- 
duit l'antisémitisme, la déportation et la décimation en camp de concen- 
tration des internés juifs ou non-juifs. Montrer que la lutte contre les 
racismes de toute nature s'épuise vite et reste superficielle si elle n'est pas 
directement lutte contre le capital. 

Sur cinquante livres consacrés à l'Allemagne dans une bibliothèque 
municipale ordinaire, trente portent sur 1939-1945, dont vingt sur la 
déportation. La vision des camps projetée pour le grand public est celle 
du règne de l'horreur à l'état pur, guidée par une seule logique, celle de 
la terreur. Elle repose sur une description apocalyptique de la vie en 
camp et sur des analyses historiques affirmant que les nazis ont planifié 
l'extermination de millions d'hommes, en particulier six millions de 
Juifs. Certains auteurs, comme David Rousset, vont plus loin : les nazis 
ne voulaient pas seulement tuer, mais dégrader, faire prendre conscience 
à des « sous-hommes » de leur condition par un avilissement mesuré et 
de leur sous-humanité par une déchéance organisée. [...] 

La mise en avant des crimes nazis a pour première fonction de justifier 
la Seconde Guerre mondiale et plus généralement la défense de la démo- 
cratie contre le fascisme : la Seconde Guerre mondiale ne serait pas tant 
un conflit entre des nations ou des impérialismes qu'une lutte entre 
l'humanité d'une part et la barbarie de l'autre ; les dirigeants nazis 
étaient, nous dit-on, des monstres et des criminels qui s'étaient emparés 
du pouvoir. Ceux qui ont été pris après la défaite ont été jugés à Nurem- 
berg par leurs vainqueurs. Il est essentiel à cette vision de montrer chez 
les nazis une volonté de massacre. Bien sûr, il y a des tueries dans toutes 
les guerres, mais les nazis, eux, voulaient tuer. C'est là le pire et c'est 
d'abord cela qu'on leur reproche. Le moralisme aidant, on ne les blâme 
pas tant pour avoir fait la guerre, car un État respectable peut s'y laisser 
aller, mais pour avoir été sadiques. Les bombardements intensifs et 
meurtriers de Hambourg, Tokyo, Dresde, les deux bombes A, tous ces 
morts sont justifiés comme un mal nécessaire pour éviter d'autres massa- 
cres dont l'horreur viendrait de ce qu'ils auraient été, eux, systéma- 



145 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



tiques. Entre les crimes de guerre nazis et les pratiques de leurs vain- 
queurs, il n'y aurait aucune comparaison possible. Laisser entendre le 
contraire serait déjà se faire le complice, conscient ou inconscient, de ces 
crimes et permettre qu'ils se reproduisent. La justification de 39-45 n'est 
pas une petite affaire. Il faut donner un sens à cette tuerie inégalée qui a 
fait des dizaines de millions de victimes : car peut-on admettre que 
c'était pour résorber la crise économique de 1929 et permettre au capita- 
lisme de repartir d'un bon pied ? Cette justification soutient l'antifas- 
cisme d'aujourd'hui et de demain et donc la gauche qui s'en nourrit en 
excusant ainsi sa participation au système. [...] 

Les morts en déportation sont mis en avant au détriment des millions 
d'hommes qui meurent de faim chaque année à travers le monde. 
Nannen, le rédacteur en chef du magazine allemand Stem, déclare, à 
propos des persécutions antisémites : «Oui, je le savais, et j'étais trop 
lâche pour m'y opposer. » Il nous confie que sa femme, à la suite des 
images d'Holocauste, s'est mise à pleurer, en se souvenant qu'ayant à 
peine vingt ans, elle dépassait les femmes juives qui faisaient la queue et 
qu'elle se faisait servir avant elles. Aujourd'hui, il y en a encore qui 
continuent à être servis avant les autres et nous ne pouvons ne pas le 
savoir. Récemment, Jean Ziegler, présentant le livre de René Dumont 
Paysans écrasés, Terres massacrées, nous apprenait que « la seule 
récolte mondiale de céréales de 1977 - un milliard quatre cent millions 
de tonnes - aurait suffi à nourrir correctement entre cinq et six milliards 
d'êtres humains. Or, nous ne sommes pour l'instant qu'un peu plus de 
quatre milliards sur terre, et tous les jours douze mille d'entre nous meu- 
rent de faim ». 

On reprochera aux nazis d'avoir organisé la mort de façon scientifique et 
d'avoir tué au nom de la science avec des expériences médicales sur des 
cobayes humains, mais ces pratiques ne sont nullement leur monopole. 
Le journal le Monde titrait au lendemain d'Hiroshima : «Une révolu- 
tion scientifique ». 

Mais l'idéologie, ce n'est pas seulement la mise en avant de certains faits 
pour soutenir les vainqueurs contre les vaincus, les souffrances passées 
contre les souffrances présentes. Ces justifications sont sous-tendues par 
toute une conception qui est le produit des rapports sociaux capitalistes 
et tend à en mystifier la nature. Cette conception est largement 
commune aux démocrates et aux fascistes. Elle ramène les divisions 
sociales à des questions de pouvoir et considère la misère et l'horreur 
comme le résultat de crimes. Elle est systématisée par une pensée anti- 
fasciste, antitotalitaire, mais d'abord contre-révolutionnaire. C'est 
l'inexistence révolutionnaire du prolétariat bien plus que le danger nazi 
ou fasciste, actuellement assez faible, qui donne à cette idéologie sa force 
et lui permet de reconstruire l'histoire à son profit. En effet, la mise en 
scène et la falsification historiques ne sont pas un monopole stalinien. 
Elles s'épanouissent aussi dans une ambiance démocratique de liberté de 
pensée et d'expression. 

Notre souci n'est pas de rééquilibrer, dans un esprit de justice, les torts et 
le nombre de cadavres et de renvoyer tout le monde à dos puisque les 
crimes nazis ne seraient dans le fond que des crimes du capital, dont on 
pourrait allonger indéfiniment la liste en espérant ainsi mieux condam- 
ner le système. Il n'est pas non plus d'excuser les crimes d'État au nom 



146 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



d'une fatalité socio-économique qui se servirait de la main des hommes 
en leur évitant de devoir rendre des comptes à qui que ce soit. On ne sort 
pas de la vision politico-judiciaire en répétant que le grand responsable 
c'est la société, c'est-à-dire tout le monde et personne. Si cette vision 
doit être critiquée, c'est que le mode d'accusation du capital est tout 
autant son mode de justification. Il s'agit de démonter cette mise en 
scène par laquelle le système, c'est-à-dire aussi des politiciens, des intel- 
lectuels, se sert de la misère et de l'horreur qu'il produit pour se défendre 
contre la critique réelle de cette misère et de cette horreur. [...] 

Lire Rassinier 

Les camps sont un produit du capitalisme non seulement dans leur ori- 
gine mais aussi dans leur fonctionnement. L'intérêt des ouvrages de Paul 
Rassinier et notamment du Mensonge d'Ulysse est de permettre une 
conception matérialiste de la vie, et donc de la mort, à l'intérieur des 
camps. 

Paul Rassinier (1906-1967) adhère au Parti communiste en 1922. Il ral- 
liera l'opposition de gauche et sera exclu en 1932. Il milite à la gauche 
du P.C. puis passe à la S.F.I.O. pour participer à la Gauche révolution- 
naire de Marceau Pivert. Devant la montée des périls, il défend les thèses 
pacifistes. La guerre ayant éclaté, il sera résistant de la première heure. 
Arrêté par la Gestapo en octobre 1943, torturé puis déporté à Buchen- 
wald et Dora durant dix-neuf mois, il reviendra grand invalide. 

Après la guerre, Rassinier écrivit dans des organes pacifistes et libertaires 
mais aussi dans des revues d'extrême droite. Ses ouvrages sur la question 
concentrationnaire furent édités à compte d'auteur ou par des éditeurs 
d'extrême droite. Ceux qui en tirent argument contre lui sont ceux qui 
auraient voulu qu'il ne soit jamais édité. La plupart des ouvrages de Ras- 
sinier sont épuisés. La Vieille Taupe (B.P 9805, 75224 Paris Cedex 05) 
vient de rééditer le Mensonge d'Ulysse. 

En 1962, dans l'introduction au Véritable Procès Eichmann, P. Ras- 
sinier s'explique ainsi : « Les hostilités terminées, s'il n'y eut sur le 
moment que peu de gens à penser qu'il était nécessaire de passer au 
crible les horreurs et les responsabilités de la Seconde Guerre mondiale, 
il est remarquable que ces gens aient été surtout de droite et qu'ils aient, 
en outre, fondé leur attitude sur les principes au nom desquels les intel- 
lectuels de gauche avaient refusé Versailles vingt-cinq ans plus tôt. 
Quant aux intellectuels de gauche, dans leur écrasante majorité, ils ont 
approuvé et exalté Nuremberg au nom de principes dont, au temps de 
Versailles, ils reprochaient le caractère réactionnaire à ceux de la droite 
qui les faisaient leurs, et le phénomène n'est pas moins remarquable. Il y 
a là, en tout cas, un assez curieux chassé-croisé dans le secteur des prin- 
cipes et c'est dans ce chassé-croisé que s'inscrit mon drame personnel. » 
Et il explique sa démarche : « Tout était à recommencer à partir de 
zéro : prendre les faits un à un, les étudier dans leur matérialité et enfin 
les replacer correctement dans leur contexte historique... Je commençai 
donc par le fait historique sur lequel, pour l'avoir vécu, je me croyais le 
mieux renseigné : le phénomène concentrationnaire. Comme il était au 
premier plan de l'actualité et que tous les débats publics s'y ramenaient, 
on m'excusera si j'ai pensé que jamais l'occasion ne serait plus favorable. 



147 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Le Mensonge d'Ulysse fut donc mon premier acte de fidélité aux prin- 
cipes de la gauche de 1919. » [...] 

Les « chambres à gaz » 

Rassinier est d'abord connu ou plutôt attaqué pour avoir osé nier que 
des « chambres à gaz » aient été l'instrument d'un meurtre de masse. Il 
n'est pas question ici de reprendre l'ensemble de ses arguments et de 
vouloir régler définitivement la question. Comme tout un chacun, nous 
tenions pour un fait établi l'utilisation de « chambres à gaz » en vue d'un 
massacre aux proportions industrielles. Si contestataires et si méfiants 
que nous puissions être, l'idée que l'on ait pu organiser un bluff à 
pareille échelle et sur un sujet aussi macabre ne nous était pas venue 
spontanément. Pourtant, à la lecture de Rassinier, nous avons été forte- 
ment ébranlés. Et nous avons été encore plus ébranlés par le débat qui a 
eu lieu récemment dans la presse, ou plutôt par la façon dont on l'empê- 
che d'avoir lieu. [...] 

On joue sur le respect dû aux morts et aux souffrances des survivants. Et 
sur la peur de tous de se retrouver du côté des bourreaux. Pour ne pas 
couvrir des crimes, certains seraient même prêts à tuer. Le bon sens, qui 
nous dit par la bouche de Lénine que l'on ne peut tromper beaucoup de 
gens très longtemps, est-il prêt à reconnaître que, dans cette affaire des 
«chambres à gaz», il s'est peut-être abusé ? Ce serait «trop gros», se 
dit-il, et il se rendort dans les bras de la bonne ou de la mauvaise 
conscience... 

Mais n'y a-t-il pas les témoignages des déportés et les aveux des bour- 
reaux ? Beaucoup de gens ont effectivement « vu » des « chambres à 
gaz », même là où il est reconnu qu'il n'y en avait pas. En fait, ils en 
avaient surtout entendu parler. Les aveux ne sont pas suffisants en eux- 
mêmes. Les S. S. étaient vaincus, leurs illusions et leur cause étaient 
écroulées. Une menace d'exécution pesait sur eux et ils cherchaient à se 
disculper en invoquant des ordres introuvables et un projet qui les aurait 
complètement dépassés. La complaisance à l'égard de leurs interroga- 
teurs s'est dans plusieurs cas révélée payante. Il n'est pas besoin d'évo- 
quer la torture, même si son utilisation paraît établie dans certains cas. 
La torture d'ailleurs ne suffit peut-être pas à venir à bout d'hommes qui 
croient encore en leur cause. Quand celle-ci s'est effondrée, des pressions 
physiques et morales minimes suffisent à anéantir ceux pour lesquels il 
ne reste plus que l'identification aux vainqueurs et l'instinct de conser- 
vation. Ce que l'on admet pour Boukharine peut valoir aussi pour Hœss, 
commandant d'Auschwitz, détenu dans une prison en Pologne, et qui a 
été exécuté en 1947. 

Rassinier s'est appliqué à montrer que les documents sur lesquels repose 
la foi en l'existence des « chambres à gaz » et en leur fonction extermina- 
trice étaient suspects à cause de leur origine et aussi de leurs contradic- 
tions. Les contradictions les plus graves apparaissent entre leurs descrip- 
tions du « gazage » et les contingences réelles d'une telle opération. 

La rumeur des « chambres à gaz » se développe à l'intérieur des camps 
de concentration. Elle s'explique, notamment par la mortalité extraordi- 
nairement élevée qui règne, par les transferts fréquents de camp à camp, 
par la pratique de Selektion qui avait pour objectif de séparer les inaptes 
au travail de la masse des détenus et par la confusion entre crématoires 



148 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



et « chambres à gaz ». Des témoignages de détenus montrent que, 
croyant être gazés parce que l'on avait changé le lieu des douches ou 
parce qu'ils étaient contraints d'aller à l'infirmerie, il n'en était finale- 
ment rien. À quoi s'oppose évidemment l'argument choc que ceux qui 
auraient effectivement été gazés ne sont plus là pour le raconter. Cette 
rumeur a été systématisée après la guerre, notamment parce qu'elle per- 
mettait aux membres de la H.-Fuhrung de se disculper et d'occulter son 
rôle. 

Mais la fonction idéologique des « chambres à gaz » dépasse de loin les 
intérêts particuliers de certains. Et c'est là qu'il n'est pas inutile de quit- 
ter le terrain mesquin de la recherche historique pour s'élever avec Jean 
Daniel au plan de la philosophie politique. 

Selon le directeur du Nouvel Observateur dans son éditorial du 6 novem- 
bre 1978, «L'oubli interdit» : «La campagne a commencé dans les 
années 1950, avec le livre minutieux de Paul Rassinier, un parlemen- 
taire français, de formation socialiste, et qui a fait lui-même - mais oui ! 
- un court séjour dans un camp. » La manière de J. Daniel ne s'embar- 
rasse pas de minutie. Elle est plutôt lyrique. Et J. Daniel ne se soucie pas 
de réfuter Rassinier. Il lui suffit de dénoncer les « croisés du racisme » 
qui utilisent les argumentations de Rassinier. D'ailleurs Rassinier est dif- 
ficilement réfutable puisque les nazis, et c'est ce qui fait toute l'horreur 
de la chose, auraient réussi à commettre un crime parfait : « Rêve démo- 
niaque s'il en fût, conçu par un Lucifer technocrate dans la plus haute- 
ment scientiste des hystéries. Le regroupement des damnés, leur achemi- 
nement, l'organisation des camps, la sélection pour l'extermination : 
rien n'est laissé à l'improvisation. Rien ne laissera de trace : c'est l'infer- 
nal processus du crime parfait. Sa spécificité, c'est sa perfection ; son 
essence, sa radicalité ; son horreur magique, son aptitude à évoquer le 
néant et l'infini. Les racistes ont toutes les raisons de craindre d'en être 
accusés. C'est un acte sans précédent, né de rien et qui ne va nulle part ». 

Mais, à en croire J. Daniel, nous avons eu de la chance, car la France 
s'est ressaisie pour son salut : « II y a eu dans le mystérieux inconscient 
collectif, comme l'obscur sentiment qu'il suffisait que s'écroule la 
croyance au génocide pour qu'aussitôt reparût, libéré et torrentiel, non 
seulement l'antisémitisme mais ce racisme latent, dont peuvent être vic- 
times toutes les minorités, ce racisme qui plonge l'esprit dans les ténè- 
bres avec l'irrépressible mouvement de la marée noire sur l'océan. » Le 
poète, ou mieux l'albatros, les ailes encore pleines de goudron, par un 
audacieux renversement transforme une pollution à la surface des mass 
média en un sursaut venu des profondeurs l'être social. 

Un journaliste en mal de copie et de célébrité a été interviewer, le micro 
et l' appareil-photo dissimulés, une vieille crasse qui avait plus ou moins 
réussi à se faire oublier. Toute la presse s'empare de l'affaire avec le pré- 
texte de discuter sur l'utilité ou la nocivité pédagogique de la publicité 
au racisme de Darquier de Pellepoix, préférant évidemment s'alimenter 
des propos d'un Darquier que de devoir discuter sérieusement des posi- 
tions d'un Rassinier. Mais, de toute façon, on ne voit pas très bien dans 
toute cette banalité où peut se trouver le mystérieux inconscient 
collectif. 

L'inversion de Jean Daniel en soutient une autre qu'il reprend à un vola- 

149 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



tile de son espèce, Louis Martin-Chauffier, cité par l'archevêque de Mar- 
seille dans son homélie de la Toussaint - peut-être pour faire oublier les 
silences du Vatican à l'égard du nazisme. Martin-Chauffier, nous dit 
l'archevêque, est l'« auteur de l'une des plus belles méditations sur la 
déportation : "On ne doit pas répondre à la violence par la haine. Mais 
l'oubli serait démission. L'oubli est interdit. On ne saurait oublier tout 
ce qui s'est commis, sous peine de voir se recommencer tout ce qui aura 
été oublié" ». 

À la compréhension des conditions économiques et sociales qui engen- 
drent la destruction d'êtres humains avec une telle ampleur, on oppose 
le mythe d'un plan conscient et démoniaque. À la lutte contre ces condi- 
tions économiques et sociales, on oppose la nécessité de se souvenir. Il 
suffirait qu'on oublie pour que tout recommence. L'inconscient collectif, 
alias les mass média, se feront donc les gardiens de ce cauchemar. Voilà 
légitimé un spectacle de l'horreur qui, loin de prémunir contre quoi que 
ce soit, ne fait que banaliser l'atrocité et donner au public le sentiment 
de l'impossibilité d'intervenir. C'est du passé ou c'est trop loin, de toute 
façon cela se passe derrière l'écran de télévision. Mais cela n'est pas sim- 
plement passivité et distance, il y a aussi une complaisance et une fasci- 
nation pour l'horreur qui ne manquent pas de se trouver de bonnes 
raisons. 

C'est que l'horreur n'existe pas seulement à la périphérie de notre 
monde et derrière les barbelés où on la concentre, elle suinte de notre 
mode de vie sous les images de la tranquillité heureuse pour parfois sur- 
gir sous la forme du crime, de l'accident bête ou de comportements 
pathologiques. Et cette horreur confusément ressentie, il faut la cerner, 
lui donner un sens, en faire un spectacle pour tenter de la maîtriser. 
Renvoyer à une pulsion de mort, expression fondamentale de l'incons- 
cient collectif ou individuel, ne fait que cacher comment ce mode de 
production précis fait effectivement peser sur les hommes une perma- 
nente menace de destruction. Et nous ne parlons même pas de l'arme- 
ment nucléaire ou de toute autre menace plus limitée et réelle de mort 
mais du sentiment diffus qui habite les hommes coupés de la commu- 
nauté humaine et réduits à une insertion sociale précaire (le couple, 
l'entreprise) de risquer d'être et en fait d'être toujours plus ou moins en 
trop. La crise accentue l'insécurité économique et affective. On cherche 
à se débarrasser de ceux supposés prendre les places et à concentrer le 
rejet de la destruction sur des boucs émissaires. 

Si malheureusement une situation semblable à celle de l'Allemagne, qui 
s'est retrouvée au paroxysme de la crise avec sept millions de chômeurs, 
se reproduisait sans qu'il y ait de possibilité d'abattre les rapports de 
production capitalistes, il y a toutes les chances qu'un fort racisme et 
même un racisme d'État renaîtrait. Il y a aussi toutes les chances que, 
pour la plupart, les intellectuels antinazis d'aujourd'hui seraient prêts à 
lui chercher et à lui trouver des justifications. 

L'antisémitisme hitlérien est et doit être présenté comme un fait unique 
dans l'histoire, puis servir à faire oublier et surtout mystifier la nature de 
toutes les horreurs que notre monde produit. On évoque les conditions 
particulières qui ont présidé à l'avènement du nazisme, mais c'est pour 
mieux s'en dégager et atteindre à l'universel. Raymond Aron dit 



150 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



(France-Soir, journal de l' ex-antisémite Hersant, du 15 février 1979) : 
« Si on veut éviter la banalisation, il faut insister sur le fait que le 
nazisme a représenté d'unique. Il a été le seul à concevoir, sur la décision 
de quelques personnes, l'extermination d'une population entière. Peut- 
être Staline a-t-il sacrifié encore plus de gens. Mais c'est depuis les exter- 
minations hitlériennes que nous avons peur des hommes. Que cette 
chose ait été possible, nous en sommes tous encore terrifiés. C'est pour- 
quoi, plutôt que de parler de banalisation, il faut dire que, dans une cer- 
taine mesure, nous avons tous participé à cela. » 

Avec Jean Daniel, nous avons appris que cette extermination avait 
quelque chose de satanique. Raymond Aron nous dit que, depuis que 
cela s'est passé, nous avons peur des hommes et que chacun de nous y a 
participé. Satan est à l'intérieur de chacun d'entre nous : c'est le retour 
du péché originel. [...] 

L'histoire est elle-même historiquement produite. L'image que l'on se 
fait du passé est le résultat de la sélection et de l'interprétation des faits, 
suivant la nature des forces qui se sont affrontées et suivant les rapports 
de forces qui se sont successivement établis. Ainsi, en France, l'histoire 
scolaire met en scène, de Vercingétorix à De Gaulle, l'affirmation du fait 
national en effaçant la lutte de classe. Le conformisme général considère 
qu'aujourd'hui la science historique a décisivement rompu avec toute 
légende des origines pour constituer une enchaînement chronologique 
de faits établis. Mais si la reconstitution du passé prend une allure scien- 
tifique, elle s'opère aussi plus que jamais sous l'égide de l'État. 
La vision projetée de la Seconde Guerre mondiale et de l'univers 
concentrationnaire, avec toute la force que lui assure les mass média, est 
là pour légitimer le présent, comme ce présent du capital tend aussi à se 
légitimer immédiatement par la représentation qu'il impose sans cesse 
de lui-même à travers les mécanismes de production de l'actualité. Cette 
vision est d'ailleurs susceptible d'évoluer. Le capital cède à la vérité 
quand il n'a plus besoin de tel mensonge particulier. Une révélation qui 
vaut de graves ennuis aujourd'hui à ses «auteurs» sera approuvée chez 
d'autres, ou à titre posthume quand les temps seront mûrs. Mais le pro- 
blème pour la théorie révolutionnaire n'est pas seulement de dénoncer 
tel ou tel mensonge particulier, mais de démonter les mécanismes qui 
assurent la production et la reproduction de l'idéologie et de ses délires. 



3.- La L.I.C.A., c'est quoi ? 



« La Ligue contre l'antisémitisme déclare antisémites tous 
ceux qui prononcent le mot "juif" (à moins que ce ne soit 
dans les conditions rituelles d'un discours aux morts). La 
Ligue refuse-t-elle tout débat public, et se réserve-t-elle le 
droit de décider sans aucune explication de ce qui est antisé- 
mite ou non ? » 

Gilles Deleuze, 
« Le Juif riche », le Monde, 18 février 1977, p. 26. 



151 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

La L.I.C.A. poursuit Faurisson pour falsification de l'his- 
toire. Il faut disposer d'une très haute autorité morale pour 
s'ériger ainsi en gardien jaloux de la vérité. Je suis tout à fait 
disposé à faire crédit à cette vénérable institution, que je ne 
connais guère. Ayant participé en 1963 à la création d'un 
comité an ti -apartheid, je me suis trouvé ensuite pendant plu- 
sieurs années en relation « de travail » avec des organisations 
antiracistes. Je n'ai pas souvenir d'avoir rencontré dans ces 
occasions des gens de la L.I.C.A. Mais nous étions parfois en 
relation avec le M.R.A.P. et je crois comprendre que les rap- 
ports qu'entretiennent le M.R.A.P., et la L.I.C.A. ne sont pas 
précisément ceux de la plus franche camaraderie. Cela explique 
peut-être la curieuse défaillance de la L.I.C.A. à certains 
moments de l'action publique contre l'apartheid. J'ignore le 
pourquoi de ces antagonismes, et peu m'importe. Pour en 
savoir plus, je n'ai pas trouvé mieux que d'examiner quelques 
numéros de son mensuel, le Droit de vivre. 

J'ai tiqué au compte rendu du film Voyage au bout de 
l'enfer de M. Cimino, non certes parce que le critique y prend 
des Ukrainiens pour des Polonais, mais parce qu'il le dit « plus 
qu'un excellent film. Un monument (50) ». Pour moi, c'est un 
monument de bêtise et de racisme. Il n'est sûrement pas besoin 
d'avoir traîné ses bottes dans les rizières vietnamiennes pour 
s'en rendre compte. L'insupportable caricature de ces Asia- 
tiques hurlants, ces « jaunes robotisés et inhumains », comme 
le dit le critique, ne lui a pas tout à fait échappé : « Michaël Ci- 
mino ne se donne pas la peine d'entrer dans la vie, dans la peau 
des Vietnamiens. Manque d'intérêt ? Pas le sujet ? Racisme ? » 
On ne tranche pas. Ce point d'interrogation est vertigineux. 
Que la grande presse bêtifie devant ce tissu de falsifications, 
qu'elle flatte la bonne vieille idée de « péril jaune » ravivée par 
le fait que ces jaunes sont des rouges, rien là que de très normal. 
Mais qu'un journal dont la raison d'être est l'antiracisme ne 
soit pas fichu d'identifier et de dénoncer le racisme très expli- 
cite de cette superproduction, voilà qui me rend songeur. Le 
critique souhaite même que l'on fasse un film du même genre 
sur la guerre d'Algérie. On voit d'ici les ratonnades à la sortie 
des cinémas... 

Deuxième surprise, de taille celle-ci, la présence dans la 
rédaction du Droit de vivre de Paul Giniewski, chargé de la cri- 
tique littéraire. C'est un sioniste fervent dont les idées semblent 



(50) Mai 1979, p. 35. 

152 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



s'accorder assez bien avec les vues exprimées dans ce journal. 
Qu'il trouve sa pâture dans des livres qui veulent démontrer 
que « l'antisémitisme est consubstantiel à l'idéologie de gau- 
che », en faisant des anarchistes des précurseurs d'Hitler et en 
affirmant, contre l'évidence quotidienne, que « la gauche est 
antisioniste par nature (51) », tout cela ne fait que refléter des 
positions politiques pour le moins conservatrices. Mais il y a 
autre chose. J'ai déjà rencontré les écrits de ce pourfendeur de 
la gauche à propos de l'Afrique du Sud et j'ai eu l'occasion, 
à propos d'un de ses livres de l'épingler pour quelques perles 
(52). Il faut dire que les défenseurs de l'apartheid en France 
sont assez rares. À l'époque, à part quelques militants 
d'extrême droite, Giniewski était le seul propagandiste de Pre- 
toria, bien avant Jacques Soustelle. « Il faut aider l'Afrique du 
Sud, non l'attaquer» (p. 131 de l'ouvrage cité en note) car pour 
lui l'apartheid (comme tout se retrouve !) est une sorte de « sio- 
nisme obligatoire » par le retour des « Bantous » vers les 
« foyers nationaux », ces bantoustans dont il se déclare un 
chaud partisan. Les dirigeants sud-africains, comme MM. Sous- 
telle et Giniewski refuseront certainement l'étiquette de « racis- 
tes ». Mais qui niera que la politique qu'ils soutiennent est 
l'expression la plus achevée du racisme contemporain et que 
l'une de ces racines plonge précisément dans la politique hitlé- 
rienne ? Qu'un journal dont l'antiracisme serait la raison d'être 
accepte dans sa rédaction un écrivain qui met sa plume au ser- 
vice de l'apartheid est un paradoxe qui dépasse mon entende- 
ment. 

(51) Avril 1979, « L'antisémitisme socialiste », p. 32. 

(52) En 1967, j'écrivais ceci : « Il convient peut-être de signaler pour ce qu'elle vaut la 
récente production du chantre attitré de l'apartheid en France, Paul Giniewski, Livre noir - 
Livre blanc (Paris, 1966) qui se présente comme le "dossier du Sud-Ouest africain". Cer- 
tains livres sont réjouissants parce qu'on y trouve tout ce qu'on pouvait en attendre : ainsi 
l'étalage de l'ignorance et de la stupidité devant les résultats de l'histoire et de l'anthropo- 
logie (les vrais peuples sont les "peuples élus" p. 26, "le nazisme est aussi oublié à 
Windhoek qu'il l'est à Bonn" p. 46. L'auteur prend soin de souligner qu'il n'est pas ra- 
ciste ; la preuve ? Il proteste contre les stéréotypes raciaux et s'en explique : "le nez large 
et aplati du Bantou n'est pas plus "laid" que le nez droit de l'Européen : c'est le moyen 
dont l'a doté la nature pour respirer correctement dans les marécages et les sous-bois hu- 
mides de ses ancêtres" (p. 185). » M. Giniewski persiste et signe : dans un article récent, 
« Esquisse d'une réponse juive à la nouvelle droite » (le Monde, 3 novembre 1979, p. 2) il 
reprend textuellement la même phrase. En treize ans, le Bantou est devenu un Noir et la 
« nature » est devenue l'« évolution ». Cf. Aletheia, 6, avril 1967, pp. 144-5. Voir aussi, du 
même Giniewski, Une Autre Afrique du Sud, « L'économie sud-africaine », le Mois en 
Afrique, juillet 1967, et Bantustans, Le Cap, Human et Rousseau, 1961 ; Une Autre 
Afrique du Sud, Berger- Levrault, 1962 ; The Two Faces of Apartheid, Chicago, Regnery, 
1965 ; Livre noir - livre blanc, Berger-Levrault, 1966 ; l'An prochain à Umtata, Berger- 
Levrault, 1975. 



153 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Mais si leur antiracisme est à éclipser, peut-être les gens 
de la L.I.C.A. sont-ils des historiens pointilleux, des gardiens 
sévères de l'objectivité. Certes, ce n'est pas bien grave, quand on 
évoque la chute d'Idi Amin (53), qualifié de « digne émule du 
nazisme raciste », d'oublier de mentionner qu'il était parvenu 
au pouvoir avec l'appui actif des services israéliens qui l'ont 
fait longtemps bénéficier de leur aide et de leur soutien. Bokas- 
sa aussi. Simple oubli sans doute. 

Mais quand je tombe sur une photo montrant quelques 
Arabes, assis, en train de deviser, avec la légende suivante : 
« Quelques-uns des 500 000 non- Juifs qui vivent en Israël dans 
des conditions de parfaite égalité civique », je me dis que 
l'enthousiasme pour la vérité le cède à des préoccupation où sa 
place est réduite. Si, dans l'article qui accompagne cette 
photo (54), je lis les lignes suivantes : « Pour opposer au sio- 
nisme un message politique d'une nature semblable on inventa 
le mythe du panarabisme fondé sur une prétendue unité où 
furent rassemblés pêle-mêle les pays les plus divers » et, plus 
loin, que la notion illusoire de « monde arabe est un racisme, 
sournois ou déclaré »Je comprends que nous sommes dans une 
officine de propagande sioniste, où l'on se soucie de la vérité 
historique comme d'une guigne. On peut pourtant concevoir 
un sionisme qui n'aurait nul besoin de ce genre de propagande 
grossière. Mais comme tous les doctrinaires, ces gens de la 
L.I.C.A. se servent de l'histoire quand elle les arrange, sinon ils 
la déforment brutalement. On commence à trouver curieux que 
ce journal puisse en même temps s'appeler le Droit de vivre et 
brûler d'une haine si violente à l'égard des Palestiniens qui, 
après tout, ne demandent que ce « droit de vivre » chez eux. 

Cette haine à l'égard de ses ennemis, la L.I.C.A. la pousse 
au delà des limites que les lois imposent. Par exemple, ceci : 
« François Brigneau est nuisible à une société civilisée. Par 
souci d'écologie, il serait utile de le priver du droit d'écrire des 
insanités (55) » ; ce qui justifierait évidemment ledit Brigneau, 
qui écrit dans Minute, à formuler les mêmes souhaits à l'égard 
de la L.I.C.A. On va même plus loin : « Ceux qui marcheront 
sur ses traces [celles de Darquier de Pellepoix] ne feront pas 



(53) Mai 1979. 

(54) Albert Stara, « Le racisme contre la paix », mars 1979, p. 15. 

(55) Mars 1979, p. 4. 



154 



DE LA MISERE EX MILIEU ENSEIGNANT 



d'aussi vieux os (56). » Et c'est la L.I.C.A. qui s'arroge le droit 
de désigner ceux qu'elle croit voir marcher sur les traces de 
Darquier. Je crois que cela s'appelle des menaces de mort. Il 
me semble que les tribunaux répriment ce genre de délit. 

Quant à moi, je ne vois pas très bien ce qui qualifie la 
L.I.C.A. pour s'ériger en gardien de la vérité historique. Elle la 
confond un peu trop avec la propagande politique et ce 
mélange des genres est assurément très fâcheux. 



LE MONDE — 8 mars 1979 — Page 5 



LE DROIT DE VIVRE 



40, rue de Paradis, 75010 PARIS • Directeur : PIERRE-BLOCH 
Le numéro de MARS vient de paraître 

AU SOMMAIRE : 

LE PROFESSEUR FAURISSON 

est assigné par la L.I.C.A. devant les tribunaux 

POUR FALSIFICATION DE L'HISTOIRE 

et les chroniques hobituelles sur les livres et tes arts 

En vente dans les drugstores, les kiosques, les gares et aéroports 
de la région parisienne - Le numéro : 4 F. 



(56) Chronique de Raphaël Jerusalmy, décembre 1978, p. 23. 

155 



CHAPITRE V 
LE RÉVISIONNISME À L'ÉTRANGER 



L'affaire Faurisson n'est pas sans avoir des répercussions à 
l'étranger. Mais il faut savoir, pour en apprécier la portée, que 
différents auteurs ont fait connaître, ici et là, des points de vue 
d'ailleurs fort divers, qui sont souvent étiquetés sous la marque 
unique du révisionnisme. En attendant qu'un bilan de cette lit- 
térature, très inégale, soit disponible (57), on peut rassembler 
quelques données sur les conditions dans lesquelles se dérou- 
lent ces « débats », ou ces « affaires » 

C'est en Allemagne que les problèmes se posent avec le 
plus d'acuité. Certains textes révisionnistes y ont été publiés, 
mais plusieurs auteurs ont été soumis à des tracasseries et des 
abus divers (58). Thies Christophersen a eu sa maison incen- 
diée. Wilhelm Staglich, un petit magistrat à la retraite, a vu sa 
solde réduite d'un cinquième pour cinq ans (??). Surtout, plu- 
sieurs ouvrages (ceux de Staglich, la traduction allemande de 
Butz, et d'autres) sont classés comme « dangereux pour la jeu- 
nesse » (le quod juventutem corrumperet de nos vieilles gram- 
maires latines). C'est la mise à l'index, Indizierung. Il y a aussi 
des interdictions professionnelles (Udo Walendy, professeur 
d'histoire et d'autres), des procès, etc. Cette répression s'exerce 
sur des opinions actuelles, et non sur ce qu'auraient été ces gens 
dans le passé. Tout cela m'est apparu comme plutôt surpre- 
nant, si je le confronte avec tout ce que je lis sur une Allemagne 
fédérale si prompte à blanchir les anciens nazis, à passer 
l'éponge, à souhaiter l'oubli, si réticente à juger les criminels 



(57) C'est le sujet d'une thèse de troisième cycle que Gabriel Cohn-Bendit espère déposer 
incessamment. 

(58) Voir, sous les noms citées, les références dans notre « orientation bibliographique », 
en fin de volume. 



156 



LE REVISIONNISME A L'ETRANGER 



nazis (59). Les deux aspects coexistent sans doute : on ne voit 
pas pourquoi l'État allemand (on devrait dire les États alle- 
mands, la R.D.A. étant logée à la même enseigne) se priverait 
des services de tous ceux qui faisaient l'ossature administrative 
et économique de l'Allemagne hitlérienne. L'adhésion à la 
N.S.D.A.P., le parti nazi, était à peu près obligatoire pour 
mener une quelconque activité publique. Les Etats actuels 
peuvent parfaitement accepter les services, et l'expérience, de 
ces gens-là, comme en France où l'on trouve dans les sphères 
dirigeantes nombre d'individus qui ont fait allégeance à Pétain, 
tel notre ancien ministre de l'intérieur, M. Marcellin. Ne par- 
lons pas des mussoliniens, des franquistes, des salazaristes qui 
sont toujours dans les allées du pouvoir ; à ces continuités dans 
le changement, une seule condition : les apparences de la 
conversion aux bienfaits de la démocratie parlementaire. 
Faut-il entrer dans le détail de la farce de la « dénazification » 
instaurée par les Alliés au lendemain de la guerre ? 

Ce qui est pourchassé aujourd'hui en Allemagne, à droite 
comme à gauche, c'est la déviation de pensée. L'Allemagne 
peut accepter que d'anciens nazis, S. S., ou autres se réunissent 
et manifestent leur nostalgie d'anciens combattants, mais elle 
redoute de soulever le couvercle de la marmite de sorcière où se 
mijotent les grands mythes du temps présent. Je me souviens de 
reportages dans le Monde, il y a quelques années, où l'on mon- 
trait qu'un certain malaise allemand venait du fait que ce pays 
a le corps d'un géant économique et la tête d'un nain politique. 
Cela arrange surtout les autres puissances présentes en Europe. 
Le nœud gordien de cette contradiction est évidemment la 
question de la culpabilité collective du peuple allemand. Vaste 
question dans laquelle je préfère ne pas entrer pour le moment. 
Il faut seulement savoir qu'elle n'est pas clairement tranchée en 
Allemagne, et qu'elle ne le sera pas par des considérations 
d'ordre moral. C'est l'opportunité politique, l'équilibre mili- 
taire européen, l'évolution économique qui relégueront cette 
question au musée. C'est selon qu'on aura besoin de l'abais- 
sement de l'Allemagne comme puissance du centre de l'Europe 
que l'on suscitera la philosophie politique d'une histoire qui 
justifiera l'orientation de l'avenir. 

En attendant, les débats sont bridés. En voici deux exem- 
ples : l'historien britannique David Irving écrit en allemand 
pour un éditeur berlinois du groupe Springer un livre intitulé 

(59) Voir l'affaire Lischka, et son adjoint Heinrichsohn, maire d'un village, fort apprécié 
de ses administrés, le Monde, 10 novembre 1979. 



157 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Hitler und seine Feldherren, Hitler et ses généraux. Il en corrige 
les épreuves. Il s'aperçoit, après la publication, qu'on a grave- 
ment amputé et remanié son texte. Il faut dire que Irving, qui 
ne met pas en doute la thèse de l'holocauste, mais qui a 
concentré ses recherches sur la personne et les actes d'Hitler, 
n'a rien trouvé qui lui permette de prouver que Hitler ait pris la 
responsabilité d'une extermination massive. Cela, il le dit. Il 
ajoute que, puisque cette extermination est un fait, le coupable 
doit être ailleurs. Il en déduit que c'est sans doute Himmler, qui 
aurait caché tout cela à son Fuhrer. On peut se demander ce 
qui arrivera quand il étudiera de près la carrière d'Himmler. 
L'éditeur a sans doute trouvé qu'Irving se fait l'apologiste 
d'Hitler, et il a pris sur lui de remanier le texte. L'auteur pro- 
teste, puis il publie son ouvrage en anglais avec, dans son intro- 
duction quelques commentaires sur Ullstein Verlag, l'éditeur 
allemand (60) : 

Le responsable de l'édition trouva beaucoup de mes arguments détes- 
tables et même dangereux, et sans m'en informer il les supprima ou 
même les changea du tout au tout : dans leur texte imprimé Hitler 
n'avait pas dit à Himmler qu'il ne devait y avoir «pas de liquidation » 
des Juifs (30 novembre 1941) ; il lui avait dit de ne pas utiliser le mot 
« liquider » publiquement en relation avec le programme d'extermi- 
nation. C'est ainsi qu'on falsifie l'histoire ! (ma proposition de publier la 
note d'Himmler en fac-similé n'a pas eu de réponse.) J'interdis toute 
nouvelle impression du livre, deux jours après sa parution en Alle- 
magne. Pour expliquer leur action, les éditeurs berlinois soutinrent que 
mon manuscrit exprimait des vues qui étaient « un affront à l'opinion 
historique établie » dans leur pays. 

Hellmut Diwald est un historien fort connu en Allemagne. 
Il est l'auteur d'une biographie de Wallenstein (61) qui a connu 
un grand succès, il a dirigé une encyclopédie de l'histoire euro- 
péenne (62), très bien reçue aussi, et il enseigne à l'université 
d'Erlangen. En 1978, il publie une Histoire des Allemands (63) 
(et non une impossible histoire de l'Allemagne) qui se présente 
comme une remontée dans le temps. Les premières réactions 
sont très bonnes, entre autres celle du chancelier Schmidt. Puis 
Der S pie gel attaque férocement l'ouvrage : il y a de quoi. 
L'auteur refuse la « criminalisation » de l'histoire allemande ; 
tout en reconnaissant l'immensité des crimes hitlériens, il 



(60) Page XVII. David Irving, Hitler's War, Viking Press, New York, 1977, XXIII-926 
pages L'édition allemande est de 1975. 

(61) Wallenstein, Herbig, 564 p. 

(62) Propylaen Geschichte Europas, 1975. 

(63) Geschichte der Deutschen, Propylaen, Berlin, 1978, 764 p. deuxième édition, février 
1979. 



158 



LE REVISIONNISME A L'ETRANGER 



constate que le poids de la culpabilité collective a rendu l'Alle- 
magne malade, que les Alliés portent la lourde responsabilité 
d'avoir démembré l'Allemagne et de l'avoir déracinée de son 
passé pour mieux y exercer leur influence. Thèses évidemment 
tout à fait discutables, marquées à droite sans aucun doute. La 
polémique est assez violente et jusque-là, rien que de très 
normal (64). Mais la pression se fait si forte que l'éditeur (qui 
appartient aussi au groupe Springer) retire l'ouvrage de la cir- 
culation et le réédite en février 1979, avec trois pages entière- 
ment modifiées, qui portent sur la « solution finale ». Parmi les 
phrases supprimées figurent celles-ci : 



Depuis qu'a été lancée l'accusation selon laquelle Hitler aurait donné 
l'ordre à la S. S. par le canal de Himmler et de la direction de la Sûreté 
du Reich, d'annihiler physiquement les Juifs européens, le problème 
d'Auschwitz demeure protégé par une obscurité totale, et d'autant plus 
qu'Auschwitz remplit encore une autre fonction essentielle depuis la 
capitulation de 1945 dans le complet avilissement moral des Allemands 
(p. 164). À propos de ces faits [les gigantesques déportations de Juifs vers 
l'Est] dont l' arrière-plan est l'horrible privation de leurs droits dont 
furent victimes les Juifs sous le III e Reich, on a publié après 1945 de 
nombreux écrits et on a avancé maintes affirmations qui ne s'appuyaient 
sur aucune preuve, et qui élargissaient cyniquement le domaine de la 
honte. On a exploité l'un des événements les plus atroces de l'époque 
moderne par des tromperies, des mystifications, des exagérations délibé- 
rées dans l'intention de disqualifier totalement un peuple (p. 164). 

Et il entre ensuite dans certains détails de l'histoire d'Ausch- 
witz-Birkenau, détails qui sont également supprimés au 
profit d'un texte qui ne veut plus du tout dire la même chose. 
La presse de droite a eu beau jeu de crier à la censure (65), 
et à juste titre (66). 



(64) Cette discussion, qui a fait rage dans la presse allemande, aurait pu faire l'objet de 
quelques commentaires dans la presse française. Il n'y a eu que le Figaro Magazine du 12 
mars 1979, qui ne parle pas de la deuxième édition. Dans le Monde, rien, sauf une allusion 
tardive, venimeuse et anonyme d'Alfred Grosser : « Tout un ensemble de faits peu relui- 
sants montrent qu'il faut surtout continuer à évoquer le pire passé pour qu'il ne soit pas 
justifié, transfiguré non seulement par des excités ayant le goût des bottes et la passion de 
l'antisémitisme, mais par tel historien de renom publiant une scandaleuse histoire d'Alle- 
magne chez un éditeur réputé d'Outre-Rhin. » (Le Monde, 5 juillet 1979). Chez les biolo- 
gistes, ce genre de théorie a pour nom le fixisme. 

(65) « Pourquoi le professeur H. Diwald ne doit pas écrire la vérité », Deutsche National 
Zeitung, 2 mars 1979. 



159 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Dans une interview donnée à Die Welt, entre les deux édi- 
tions, le professeur Diwald s'était expliqué sur beaucoup de 
sujets (« criminaliser l'histoire d'un peuple, c'est le rendre 
malade », la question de la responsabilité collective, Adenauer 
et la division de l'Allemagne, l'identité allemande). Il peut 
paraître intéressant de relever une question et sa réponse (67) : 



Die Welt : Vous êtes vous-même d'opinion que des problèmes essentiels 
de l'histoire contemporaine ne sont en aucune façon aussi définitive- 
ment élucidés qu'on le croit généralement. Et même à propos de la 
question juive, vous écrivez qu'il reste «malgré toute la littérature 
encore quelques points qui ne sont pas clairs ». 

Diwald : Nous ne pouvons pas nous satisfaire de beaucoup de ce qui a 
été publié jusqu'à aujourd'hui, et de la présentation qui en est donnée. 
Nous devrons réécrire sur des sujets entiers. À cet égard, la question de 
la documentation est décisive. La partie la plus importante des docu- 
ments contemporains ne nous a pas encore été rendue accessible, et cela 
nous réserve encore beaucoup de surprises. Les Russes n'ont encore 
publié aucun document ; les Français maintiennent également leurs 
archives fermées. Les Américains choisissent avec une extrême prudence 
ce qu'ils nous rendent. C'est ainsi que nous demeurons toujours sous une 
tutelle vraiment singulière. 

Exit Diwald. Enter Bennett. La scène se passe en Austra- 
lie. John Bennett y est connu pour être, depuis sa fondation en 
1966, le secrétaire du Victorian Council for Civil Liberties, une 
sorte de ligue des droits de l'homme en plus actif, plus proche 
du quotidien, que la nôtre. On sait les Anglo-Saxons plus sour- 
cilleux que nous dans la conception et la défense des droits des 
individus, et Bennett, avocat, s'est montré fort actif dans ce 
domaine. Il est, sur la scène australienne, un homme de gauche, 
et connu comme tel. Je m'en suis assuré auprès d'Australiens 
de ma connaissance. Fin 1978, il diffuse parmi quelques uni- 



(66) La nouvelle édition comporte une photo de plus, montrant des rangées de cadavres 
dans le camp de Nordhausen, « à la fin de la Deuxième Guerre mondiale ». Sans jouer au 
Faurisson, je trouve cette photo à peu près identique à celle que publie, dans son volume 
intitulé la Déportation, la Fédération nationale des déportés, internés et résistants patrio- 
tes (295 p., 1968) à la page 227. La légende de cette photo est la suivante : « À Nordhau- 
sen, bombardé le 4 avril par l'aviation américaine, des monceaux de cadavres jonchaient la 
cour de la Boelke Kaserne (photo prise par les services américains le 15 avril 1945). Avant 
leur départ, les S. S. avaient achevé les blessés. » Il semblerait donc que les prisonniers 
aient été d'abord victimes des bombes américaines. L'ouvrage allemand aurait pu montrer 
d'autres photos des horreurs des camps. Mais celle-ci a l'avantage de montrer que beau- 
coup de prisonniers ont été d'abord victimes de la guerre. L'ouvrage allemand omet ces 
précisions. 

(67) Die Welt, 20 novembre 1978 : « Deutschland - Kein Wintermarchen ». 



160 



LE REVISIONNISME A L'ETRANGER 



versitaires et journalistes de Melbourne l'ouvrage de Butz, déjà 
cité, accompagné d'un mémorandum, dont le texte est bientôt 
rendu public (68) : 

1. Personne n'a jamais été accusé de meurtre sur quelqu'un faisant partie 
des deux, quatre, six millions (?) de gazés ; c'est-à-dire personne n'a été 
accusé d'avoir ouvert les boîtes de Zyklon B ; 

2. Il n'existe pas de photo de corps dans une chambre à gaz bien que l'on 
dise qu'il y ait eu 10 000 gazages dans différents camps ; 

3. Les « chambres à gaz » d'Auschwitz ne peuvent pas être examinées 
puisque, selon Reitlinger, le seul à expliquer ce qu'elles sont devenues, 
elles furent démontées, transportées dans un autre camp et qu'elles sont 
« tombées dans l'oubli » ; 

4. Les principales preuves de « gazage » données à Nuremberg sont les 
dépositions de Hœss et de Gerstein, qui sont aussi peu probantes que les 
déclarations des procès de Moscou de 1936 ; 

5. Le Vatican, la Croix-Rouge, les services de renseignement anglais et 
allemand (comme Canaris et Oster, qui étaient aussi des agents anglais) 
ainsi que la résistance allemande à Hitler (une sorte de who's who de la 
société allemande) ignoraient ou ne croyaient pas aux rumeurs de 
gazages; 

6. Personne n'a essayé de répliquer aux arguments de Butz ; 

7. Il n'y a aucune référence aux gazages dans aucun document allemand 
saisi : les Alliés détenaient des hangars pleins de documents et de films 
nazis, mais ils ont dû se fonder sur les « confessions » de Hœss ; 

8. Il a été dit en mars 1943 que deux millions de Juifs avaient été tués et 
que quatre millions de plus allaient être tués. C'est une prédiction 
curieusement exacte du chiffre de six millions retenu à Nuremberg ; 

9. Les photos utilisées par les Alliés pour prouver les gazages sont des 
photos de gens morts du typhus ou de sous-alimentation à Dachau et 
Belsen ; 

10. Le Zyklon B a été utilisé par les forces armées allemandes et dans 
tous les camps de concentration comme désinfectant, en particulier pour 
combattre le typhus. La procédure normale pour les nouveaux arrivés 
dans tous les camps était la douche et la désinfection des vêtements. 
Beaucoup de gens sont morts dans les camps et ont été incinérés pour 
prévenir les épidémies ; 

11. Le camp d'Auschwitz n'a pas été bombardé par les Alliés parce 
qu'ils ne croyaient pas que c'était un camp d'extermination. Les Alliés 
surveillaient étroitement ce vaste complexe industriel parce qu'il était le 
centre où les techniques de fabrication du caoutchouc synthétique 
étaient les plus avancées. Les États-Unis avaient besoin de caoutchouc 
synthétique depuis Pearl Harbor ; 



(68) National Times, 10 février 1979. 

161 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

12. Il est impossible d'estimer le nombre de Juifs qui sont morts en rai- 
son de la politique nazie car le Congrès juif mondial a refusé de recenser 
les Juifs après la guerre. Il est probable que 700 000 à 1 500 000 Juifs 
périrent à cause des mauvais traitements, de la sous-alimentation, du 
typhus, de la destruction des ghettos, des représailles, des assassinats 
arbitraires et des « expériences médicales » ; 

13. Des gens comme Simon Wiesenthal (les Assassins sont parmi nous) 
ont essayé de traquer des responsables de la solution finale par l'évacua- 
tion vers l'Est (par exemple, Eichmann) et des médecins nazis (par 
exemple Mengele) mais ils n'ont pas cherché à traquer des membres de 
la S. S. qui ont vraiment assassiné deux à six millions de personnes par 
les gaz, en particulier par le Zyklon B à Auschwitz. 

Les Australiens, qui ne vont quand même pas nous 
apprendre ce qu'est la civilisation, ont eu l'étrange idée de 
débattre de cette question dans la presse. Des articles polé- 
miques, des lettres indignées furent publiées dans les plus 
grands journaux (69). Il ne semble pas que quiconque ait eu 
recours aux tribunaux pour imposer ses vues, ce qui montre à 
quel point la patrie des kangourous reste arriérée. 

En Italie, la presse a beaucoup parlé de l'affaire Faurisson. 
Le 19 avril 1979, la télévision suisse italienne de Lugano a 
invité Robert Faurisson et Pierre Guillaume à un grand débat 
avec Enzo Collotti (auteur de Germania nazista, Turin, Einau- 
di), Wolfgang Scheffler (collaborateur de l'Institut d'histoire 
contemporaine de Munich, expert auprès des tribunaux alle- 
mands) et M mes Rolfi et Tedeschi (déportées à Ravensbriick et à 
Auschwitz). Le débat, prévu pour une heure, a duré deux heu- 
res cinquante minutes, et a bouleversé les programmes. En rai- 
son de l'intérêt suscité dans le public, l'émission a été rediffusée 
le 6 mai. La presse transalpine a abondamment commenté cette 
émission (reçue dans plusieurs régions d'Italie), dans des termes 
équivalents à ceux de la presse française. C'est à la suite de 
cette projection qu'Antonio Pitamitz, collaborateur de Storia 
illustrata, publiée par Mondadori, a proposé une interview 
écrite à Faurisson. Le texte en est paru en août et a suscité à 
nouveau d'abondants commentaires. Le débat s'est d'ailleurs 
poursuivi sur plusieurs numéros. Cette interview est publiée 
ici, en annexe, pour la première fois en français. Serait-ce parce 
que les Italiens ont la conscience moins chargée que les Fran- 
çais qu'il leur est plus facile d'envisager de débattre de ce genre 
de question ? 



(69) The Age, 3, 15 et 29 mars 1979. The Australian, 26 mai 1979. Nation Review, 7 juin 
1979. ABC TV, 25 avril 1979. New Statesman, 7 septembre 1979. Quadrant, septembre 
1979, etc. 



162 



LE REVISIONNISME A L'ETRANGER 



Signalons enfin que circule aux États-Unis, dans les 
milieux universitaires, une pétition qui réclame pour Faurisson 
le droit de poursuivre ses recherches sans entrave. Elle a reçu, 
parmi les premières signatures, celles de Noam Chomsky et 
d'Alfred Lilienthal. 



DR. ROBERT FAURISSON HAS SERVED AS A RESPECTED PROFESSOR 
OF TWENTIETH CENTURY FRENCH LITERATURE AND DOCUMENT 
CRITICISM FOR OVER FOUR YEARS AT THE UNIVERSITY OF LYON-2 
IN FRANCE. SINCE 1974 HE HAS BEEN CONDUCTING EXTENSIVE INDE- 
PENDENT HISTORICAL RESEARCH INTO THE « HOLOCAUST » QUESTION. 

SINCE HE BECAN MAKINC HIS FINDINGS PUBLIC, PROFESSOR 
FAURISSON HAS BEEN SUBJECT TO A VICIOUS CAMPAIGN OF HARASS- 
MENT, INTIMIDATION, SLANDER AND PHYSICAL VIOLENCE IN A 
CRUDE ATTEMPT TO SILENCE HIM. FEARFUL OFFICIALS HAVE 
EVEN TRIED TO STOP HIM FROM FURTHER RESEARCH BY DENYING 
HIM ACCESS TO PUBLIC LIBRARIES AND ARCHIVES. 

WE STRONGLY PROTEST THESE EFFORTS TO DEPRIVE PROFESSOR 
FAURISSON OF HIS FREEDOM OF SPEECH AND EXPRESSION, AND WE 
CONDEMN THE SHAMEFUL CAMPAIGN TO SILENCE HIM. 

WE STRONGLY SUPPORT PROFESSOR FAURISSON'S JUST RICHT OF 
ACADEMIC FREEDOM AND WE DEMAND THAT UNIVERSITY AND 
GOVERNMENT OFFICIALS DO EVERYTHING POSSIBLE TO ENSURE HIS 
SAFETY AND THE FREE EXERCISE OF HIS LEGAL RIGHTS. 



Compte tenu de l'attitude de l'université française dans cette affaire, nous 
nous bornons à publier le texte original de cette pétition sans traduction. 
Aucune signature nouvelle n'est sollicitée. 

Les originaux ont été remis au tribunal. Ils comportent le nom et l'adresse de 
ces signataires : 500 signatures étrangères au 31 octobre 1979. 



163 



CHAPITRE VI 

DE LA NÉCESSITÉ 
DE L'AFFAIRE FAURISSON 

L'affaire Faurisson, ou plutôt, pour lui donner sa véritable 
dimension, la question de savoir ce qui s'est véritablement 
passé pendant la guerre dans certains camps de concentration 
nazis, n'est pas le premier acte de cette tragi-comédie qu'est 
l'évolution de la représentation collective du monde concentra- 
tionnaire dans le public. En France, ce prologue a été écrit par 
Paul Rassinier avec le Mensonge d'Ulysse, et avec le Véritable 
Procès Eichmann ou les Vainqueurs incorrigibles et, surtout, le 
Drame des Juifs européens (70) où il dépiaute quelques-uns des 
principaux témoignages sur les chambres à gaz et où il pul- 
vérise l'étude la plus solide des statistiques concernant le 
nombre des disparus dans les communautés juives d'Europe, 
celle de l'Américain Hilberg (71). Le texte tardif et polémique 
de Georges Wellers, « La "solution finale" et la mythomanie 
néo-nazie (72) » n'y répond que très partiellement et reste 
étroitement prisonnier des conventions de lecture et d'interpré- 
tation des documents dont Rassinier montre précisément 
qu'elles ne vont pas de soi. 

Rassinier a été violemment attaqué et réduit à se faire 
publier à l'extrême droite. Comme le disent ceux qui viennent 
de rééditer le Mensonge d'Ulysse, la Vieille Taupe : «Ceux qui 
reprochent à Paul Rassinier de s'être fait éditer par un éditeur 
d'extrême droite sont ceux qui eussent souhaité qu'il ne fût pas 



(70) Voir notre « orientation bibliographique ». 

(71) The Destruction of the European Jews, Quadrangle Books, Chicago, 1961, rééd. 
1967. 

(72) Le Monde juif, Paris C.DJ.C. n° 86, avril-juin 1977, pp. 41-84. 



164 



DE LA NECESSITE DE L'AFFAIRE FAURISSON 

publié du tout. » J'accorderai volontiers qu'on trouve dans ses 
écrits des outrances de langage et, parfois, des affirmations dis- 
cutables. Mais discuter n'est pas rejeter ni vilipender. Il faudra 
bien, un jour, réhabiliter Rassinier. 

Il a écrit trop tôt, semble-t-il. Faurisson, quinze ans plus 
tard, écrit-il aussi trop tôt ? L'horizon a quelque peu changé. 
Comme s'en plaignent quelques publications juives, on voit 
disparaître les « tabous psychologiques érigés autour des Juifs 
et du judaïsme ». L'auteur de cet article l'attribue à « l'efface- 
ment dans la mémoire collective du génocide nazi et la progres- 
sive dilution du sentiment de culpabilité nourrie depuis lors 
par les non-Juifs. En un mot, le génocide ne paie plus et nos 
pauvres morts ne nous créent plus de droit moral sur un 
Occident qui fut six millions de fois justiciable d'un châti- 
ment (73) ». C'est une vérité de La Palisse : au nom de quoi les 
générations d'après-guerre devraient-elles se sentir coupables 
d'attitudes et d'actions politiques qui ne sont pas les leurs ? qui 
même dans la plupart des cas sont à l'exact opposé ? Les crimes 
nazis appartiennent en propre aux hitlériens, à la rigueur à 
leurs complices, mais sûrement pas à ceux qui se sont montrés 
antifascistes et antiracistes. 

Un autre élément de la dissolution progressive des tabous 
en question a certainement été l'attitude d'Israël face à la ques- 
tion palestinienne. Jusqu'à la guerre des Six Jours comprise, 
l'opinion française était imbue d'une sorte de sionisme de 
transfert : au crime d'Auschwitz correspondait une répara- 
tion de fait qui était l'existence d'un Israël mythiquement paci- 
fiste et socialisant. Le surgissement de la question palesti- 
nienne, et surtout le refus catégorique et absolu des Israéliens, 
et avec eux des sionistes, d'envisager même de chercher une 
solution au déracinement massif de populations qu'ils avaient 
provoqué, a servi de révélateur: militarisme, intransigeance, 
bombardement des civils, représailles collectives, assassinats 
politiques (74), ces attitudes agressives et cette « raideur de la 
nuque » ont imposé une autre image d'Israël qui n'est plus 
superposable sur celle de la réparation due aux Juifs en raison 
des torts que l'Europe hitlérienne leur a causés. L'opprimé 
devenu oppresseur, sic transit gloria... 



(73) P. Gérard, « Requiem pour une idée acquise », Information juive, n° 288, Paris, jan- 
vier 1979. 

(74) Voir la remarquable enquête de Vincent Monteil sur les agissements du Mossad, le 
service spécial israélien, en Europe, Dossier secret sur Israël - le Terrorisme, Guy Au- 
thier, Paris, 1978,414 p. 



165 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Tout cela mériterait bien sûr de plus amples développe- 
ments. Je constate simplement qu'à la suite de l'effritement de 
certains tabous, un espace de discussion publique s'est ouvert 
après 1967 sur la politique israélienne et le sionisme; autre- 
ment dit, les imputations injurieuses d'antisémitisme lancées 
contre les critiques du sionisme ne sont plus prises au sérieux, 
et n'empêchent pas le débat. On peut se demander, au vu des 
réactions soulevées par l'affaire Faurisson, s'il existe une 
chance de voir se créer de même un espace de discussion sur la 
réalité, le détail de l'ampleur et des modalités, des persécutions 
hitlériennes. Pour l'instant, tout est figé, en raison des efforts de 
ceux qui veulent embaumer des souvenirs, imposer le respect 
d'une image de l'histoire qui n'est pas particulièrement intelli- 
gible. Certains ne sont pas loin de croire que l'on assiste à la 
naissance d'une nouvelle religion, celle de l'holocauste, avec 
ses dogmes et ses desservants. Je suis pour ma part convaincu 
qu'il y a là un détournement, que c'est plutôt du côté de ceux 
qui cherchent à se poser des questions que se trouve la possibi- 
lité de retrouver et de maintenir le sens qu'avaient pour les vic- 
times les souffrances que leur imposait la tyrannie. L'arsenal 
des célébrations, monuments et autres mémoriaux n'est qu'un 
travestissement du véritable souvenir. 



La responsabilité des intellectuels de gauche est engagée. 
Le choix est très simple : ou l'on bétonne les positions acquises, 
on conforte une histoire établie en cautionnant toutes ses 
lacunes et ses scories, en attendant, comme dans le Désert des 
Tartares l'arrivée des barbares ; ou l'on se donne une marge 
d'évaluation critique et l'on accepte l'idée qu'il y a de quoi, 
dans le passé proche, repenser des événements qui servent de 
fondation au monde actuel. Jusqu'à présent, les réactions sont 
dans l'ensemble négatives. Mon expérience en la matière se 
résume à peu près à ceci : lorsqu'on aborde cette question avec 
une vieille connaissance, la première réaction est un choc (c'est 
aussi ce qui m'est arrivé). Ensuite, après un temps d'explication 
qui est variable, on me concède qu'il peut y avoir un problème 
de savoir historique, qu'après tout il se pourrait que la question 
puisse se poser. Mais aussitôt joue le déplacement de la ques- 
tion : « Admettons que la question se pose, as-tu pensé aux 
conséquences ? Si c'est vrai, ça va conforter les néo-nazis, ça va 
reposer la question juive, ça va faire ceci, ça va faire cela... » 
Autrement dit, l'importance de la vérité (dont on ne sait pas 
encore ce qu'elle sera, dans la mesure où l'on parviendrait à 
s'en approcher) est entièrement subordonnée à l'usage - polé- 



166 



DE LA NECESSITE DE L'AFFAIRE FAURISSON 

mique ou incantatoire - que l'on prévoit d'en faire ou que l'on 
redoute que d'autres en fassent. 

C'est bien à cela que se réduit chez nos clercs la liberté de 
penser : une marchandise dont la valeur est strictement d'usage. 
Face aux affirmations qui me paraissent évidemment provoca- 
trices de Faurisson, l'intelligentzia se hâte de bazarder ses pro- 
pres principes. Les journaux, les revues, les éditeurs, et jus- 
qu'aux imprimeurs, se récusent puisqu'ils en ont - qui le 
niera ? - la liberté. Je ne parle pas de la peur puisqu'ils rejettent 
tous l'idée qu'ils pourraient redouter d'entamer le débat. Par 
conséquent, grâce à la prodigieuse liberté dont nous jouissons, 
sous la protection vigilante de la gauche, nous avons le choix 
d'avoir recours à la bonne vieille méthode du samizdat. 

Nous avons aussi la liberté de nous faire éditer par nos 
ennemis politiques, pourvus, dans l'imaginaire de la gauche, de 
fonds évidemment inépuisables. Souffrez que nous déclinions 
cette offre généreuse. Méditez un instant sur cette situation, et 
sur ses prolongements. Qui pourra en réchapper moralement 
intact ? 

12 novembre 1979. 



167 



DOCUMENTS 



Document I 

Interview de Robert Faurisson à Storia illustrata, 

août 1979, n° 261*, 

réalisée par Antonio Pitamitz 



S.I. : Monsieur Faurisson, depuis quelque temps en 
France, et pas seulement en France, vous vous trouvez au 
centre d'une âpre polémique à la suite de certaines choses 
que vous avez affirmées au sujet de celle qui est encore 
l'une des pages les plus sombres de l'histoire de la 
Deuxième Guerre mondiale. Nous parlons de l'extermi- 
nation des Juifs de la part des nazis. En particulier, l'une 
de vos affirmations paraît aussi tranchante qu'incroyable. 
Est-il vrai que vous niez que les chambres à gaz aient 
jamais existé ? 

R.F. : C'est exact. Je dis, en effet, que ces fameuses « chambres 
à gaz » homicides ne sont qu'un bobard de guerre. Cette inven- 
tion de la propagande de guerre est comparable aux légendes de 
la Première Guerre mondiale répandues sur le compte de « la 
barbarie teutonne ». On accusait déjà les Allemands de crimes 
parfaitement imaginaires : enfants belges aux mains coupées, 
Canadiens crucifiés, cadavres transformés en savon (1)... Les 
Allemands n'étaient sans doute pas en reste sur le compte des 
Français. 



* Cette interview a été revue, corrigée et annotée par l'auteur pour la présente édition. Les 
notes sont placées à la fin de l'interview (N. d. É.). 



171 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Les camps de concentration allemands ont réellement existé 
mais tout le monde sait bien que ce n'est pas une originalité 
allemande. Les fours crématoires ont, eux aussi, existé dans 
certains de ces camps, mais l'incinération n'est pas plus grave 
ou plus criminelle que l'inhumation. Les fours crématoires 
constituaient même un progrès du point de vue sanitaire là où 
il y avait des risques d'épidémies. Le typhus a exercé ses 
ravages dans toute l'Europe en guerre. La plupart des cadavres 
qu'on nous montre si complaisamment en photos sont manifes- 
tement des cadavres de typhiques. Ces photos illustrent le fait 
que des internés - et parfois aussi des gardiens - sont morts du 
typhus. Elles ne prouvent rien d'autre. Insister sur le fait que 
les Allemands utilisaient parfois des fours crématoires n'est pas 
d'une grande honnêteté. On table, en faisant cela, sur la répul- 
sion ou la sourde inquiétude des gens habitués à l'inhumation 
et non à l'incinération. Imaginez une population océanienne 
habituée à l'inhumation et non à l'incinération. Imaginez une 
population océanienne habituée à brûler ses morts ; dites- 
lui que nous enterrons les nôtres ; vous paraîtrez une sorte de 
sauvage. Peut-être même vous soupçonnera-t-on de mettre en 
terre des personnes « plus ou moins vivantes ». 

On fait preuve de complète malhonnêteté quand on nous pré- 
sente, de la même façon, comme « chambres à gaz » homicides 
les autoclaves destinés en réalité à la désinfection des vêtements 
par le gaz. Cette accusation jamais clairement formulée a été 
abandonnée mais dans certains musées ou dans certains livres 
on ose encore nous montrer la photo d'un de ces autoclaves, 
situés à Dachau, avec sur le devant un soldat en uniforme amé- 
ricain en train de déchiffrer... l'horaire des gazages (2) ! 

Une autre forme de gazage a réellement existé dans les camps 
allemands : c'est le gazage des bâtiments pour y exterminer la 
vermine. On utilisait alors ce fameux Zyklon B autour duquel 
s'est bâtie une fantastique légende. Le Zyklon B, dont la licence 
remonte à 1922 (3), est encore utilisé aujourd'hui, notamment 
pour la désinfection des immeubles, des baraquements, des 
silos, des navires, mais aussi pour la destruction des terriers de 
renards ou des nuisibles de toutes sortes (4). Il est très dange- 
reux à manier car, comme l'indique la lettre « B », il s'agit de 
« Blausâure », c'est-à-dire d'acide bleu, ou acide cyanhydrique, 
encore appelé acide prussique. Soit dit en passant, il est à noter 
que les Soviétiques, se méprenant sur le sens de cette lettre, ont 



172 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

accusé les Allemands d'avoir tué des déportés avec du Zyklon 
A et avec du Zyklon B (5) ! 

Mais venons-en aux prétendues « chambres à gaz » homicides. 
Jusqu'en 1960 j'ai cru à la réalité de ces abattoirs humains où, 
selon des méthodes industrielles, les Allemands auraient tué 
des internés en quantités industrielles. Puis, j'ai appris que cer- 
tains auteurs jugeaient contestable la réalité de ces « chambres 
à gaz » : parmi eux, Paul Rassinier, qui avait été déporté à 
Buchenwald et à Dora. Ces auteurs ont fini par former un 
groupe d'historiens se qualifiant de « révisionnistes ». J'ai étu- 
dié leurs arguments. Bien entendu, j'ai étudié aussi les argu- 
ments des historiens officiels. Ces derniers croient à la réalité 
des exterminations dans les « chambres à gaz ». Ils sont, si l'on 
veut, des « exterminationnistes (6) ». Pendant de longues 
années j'ai minutieusement confronté les arguments des uns et 
des autres. Je me suis rendu à Auschwitz, à Majdanek et au 
Struthof. J'ai cherché, mais en vain, une seule personne capable 
de me dire : « J'ai été interné dans tel camp. J'y ai vu, de mes 
yeux vu, un bâtiment qui était à coup sûr une chambre à gaz. » 
J'ai lu beaucoup de livres et de documents. Pendant des années, 
j'ai étudié les archives du Centre de documentation juive 
contemporaine (C.D.J.C.) de Paris. Il va de soi que je me suis 
particulièrement intéressé aux procès dits de « crimes de 
guerre ». J'ai porté une attention toute spéciale à ce qu'on me 
présentait comme étant des « aveux » de la part de S. S. ou 
d'Allemands quelconques. Je ne vais pas vous énumérer ici les 
noms de tous les spécialistes que j'ai consultés. Chose curieuse 
d'ailleurs : il suffisait bien souvent de quelques minutes de 
conversation pour que les « spécialistes » en question me décla- 
rent : « Vous savez, je ne suis pas un spécialiste des chambres à 
gaz. » Chose encore plus curieuse : il n'existe à ce jour aucun 
livre, ni même aucun article de l'école « exterminationniste » 
sur les « chambres à gaz ». Je sais qu'on pourrait peut-être me 
citer certains titres mais ces titres sont trompeurs (7). En réalité, 
dans la formidable montagne d'écrits consacrés aux camps alle- 
mands, il n'existe rien sur ce qui fait leur originalité intrinsè- 
quement perverse ! Aucun « exterminationniste » n'a écrit sur 
les « chambres à gaz ». Tout au plus peut-on dire que Georges 
Wellers, du C.D.J.C, a essayé d'en parler en essayant de plai- 
der pour la véracité partielle du document Gerstein à propos de 
la « chambre à gaz » de Belzec (8). 

En revanche, les révisionnistes, eux, ont passablement écrit sur 
ces « chambres à gaz », pour dire que leur existence était dou- 

173 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

teuse ou pour affirmer qu'elle était franchement impossible. 
Mon opinion personnelle rejoint l'opinion de ces derniers. 
L'existence des « chambres à gaz » est radicalement impossible. 
Mes raisons sont d'abord celles qu'ont accumulées les révision- 
nistes dans leurs publications. Elles sont ensuite celles que j'ai 
moi-même trouvées et que je qualifierais de matérielles, de bas- 
sement et bêtement matérielles. 

J'ai pensé qu'il fallait commencer par le commencement. Vous 
savez qu'en général on met longtemps à s'apercevoir qu'on 
aurait dû commencer par le commencement. Je me suis dit que 
nous parlions tous de « chambres à gaz » comme si nous 
savions clairement le sens de ces mots. Parmi tous ceux qui 
prononcent des phrases, des discours ou des jugements dans les- 
quels apparaît cette expression de « chambre à gaz », combien 
de gens savent-ils de quoi ils parlent ? J'ai vite fait de noter que 
beaucoup de personnes commettaient une erreur des plus gros- 
sières. Ces personnes se représentaient une « chambre à gaz » 
comme une réalité au fond assez proche d'une simple chambre 
à coucher sous la porte de laquelle il passe du gaz domestique. 
Ces personnes oubliaient qu'une exécution par le gaz est, par 
définition, profondément différente d'une simple asphyxie sui- 
cidaire ou accidentelle. Dans le cas d'une exécution, il faut 
écarter soigneusement tout risque de malaise, d'empoison- 
nement ou de mort pour l'exécutant et pour son entourage. Ce 
risque est à écarter avant, pendant et après l'exécution. Les dif- 
ficultés techniques que cela implique sont importantes. J'ai 
voulu savoir comment on gazait les visons d'élevage, comment 
on gazait les terriers de renards, comment aux États-Unis on 
exécutait par le gaz un condamné à mort. J'ai constaté que dans 
la très grande majorité des cas on employait pour cela l'acide 
cyanhydrique. Or, c'est précisément avec cela que les Alle- 
mands gazaient leurs baraquements et c'est avec ce gaz qu'ils 
étaient censés tuer des groupes d'individus ou des foules 
humaines. J'ai donc étudié ce gaz. J'ai voulu en connaître 
l'emploi en Allemagne et en France. J'ai consulté des textes 
ministériels régissant l'usage de ce produit hautement toxique. 
J'ai eu la chance de découvrir dans les archives industrielles 
allemandes rassemblées par les Alliés à Nuremberg des docu- 
ments sur le Zyklon B ou acide cyanhydrique. 

Puis, j'ai relu de près certains témoignages, certains aveux ou 
certains jugements de tribunaux alliés ou allemands sur la mise 
à mort des détenus par le Zyklon B. Et là j'ai reçu un choc. Ce 
choc, vous allez le recevoir à votre tour. Je vais d'abord vous 



174 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

lire le témoignage ou l'aveu de Rudolf Hôss (9). Ensuite, je 
vous dirai quelques résultats de mon enquête, bassement maté- 
rielle, sur l'acide cyanhydrique et le Zyklon B. (Sachez que 
R. Hôss a été l'un des trois commandant successifs d'Ausch- 
witz. Tous les trois ont été pris et interrogés par les Alliés. Seul 
R. Hôss a laissé une « confession » que nous devons à ses geô- 
liers polonais.) 

Dans cette confession, la description du gazage est remarqua- 
blement brève et vague, mais il faut savoir que tous ceux qui 
ont prétendu avoir assisté à ce genre d'opération sont aussi 
vagues et brefs (avec, en plus, toutes sortes de contradictions sur 
certains points). R. Hôss écrit : « Une demi-heure après avoir 
lancé le gaz, on ouvrait la porte et on mettait en marche l'appa- 
reil de ventilation. On commençait immédiatement à extraire 
les cadavres.» J'appelle votre attention sur le mot d'« immé- 
diatement » ; en allemand : « sofort ». R. Hôss ajoute que 
l'équipe chargée de manipuler et d'extraire 2 000 cadavres de la 
« chambre à gaz » jusqu'aux fours crématoires faisait ce travail 
« en mangeant et en fumant » ; donc, si je comprends bien, sans 
porter de masque à gaz. Cette description heurte le simple bon 
sens. Elle implique qu'il serait possible d'entrer sans aucune 
précaution dans un local saturé d'acide cyanhydrique pour y 
manipuler (à mains nues ?) deux mille cadavres cyanures dans 
lesquels il est probable qu'il reste du gaz mortel (10). Il doit 
sans doute rester du gaz dans les chevelures (qui seront, paraît- 
il, tondues après l'opération), dans les muqueuses et aussi entre 
les cadavres amoncelés. Quel est le ventilateur surpuissant 
capable de faire disparaître instantanément tant de gaz flottant 
dans l'air ou dissimulé ça et là ? Même si ce ventilateur existait, 
il faudrait bien qu'un test de disparition de l'acide cyanhy- 
drique avertisse l'équipe que le ventilateur a effectivement rem- 
pli son office et que, par conséquent, la voie est libre. Or, il est 
manifeste que dans la description de Hôss nous avons affaire à 
un ventilateur magique qui agit instantanément et avec une 
telle perfection qu'il n'y a place pour aucune crainte, ni aucune 
vérification. 

Ce que nous suggère le simple bon sens nous est pleinement 
confirmé par les documents techniques (11) afférents au Zyklon 
B et à son emploi. Pour gazer un baraquement, les Allemands 
étaient contraints à un grand luxe de précautions : équipe spé- 
cialement diplômée après un long stage chez le fabricant de 
Zyklon B, matériel très important et, notamment, masques au 
filtre « J » (le plus sévère de tous), évacuation des baraquements 



175 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

aux alentours, avis placardés en plusieurs langues avec tête de 
mort, examen minutieux du local pour en repérer les fissures et 
les boucher, bouchage des cheminées et des conduits, retirer les 
clés des portes. Les boîtes de Zyklon B étaient ouvertes à l'inté- 
rieur du local. Lorsque le gaz était supposé avoir tué la ver- 
mine, commençait l'opération la plus délicate : celle de l'aéra- 
tion. Des sentinelles étaient postées à une certaine distance des 
portes et des fenêtres, le dos au vent ; elles devaient, de loin, 
empêcher toute personne d'approcher. L'équipe, munie de 
masques, pénétrait dans le bâtiment. Elle ouvrait les fenêtres et 
débouchait les cheminées et les fissures. Dès qu'un étage était 
terminé, elle devait se rendre dehors, ôter les masques et, pen- 
dant dix minutes, respirer à l'air libre. Puis elle devait remettre 
les masques et se porter à l'autre étage. Lorsque ce travail était 
terminé, il fallait attendre vingt heures. En effet, le Zyklon B 
étant « difficile à ventiler, vu qu'il adhère aux surfaces », seule 
une très longue aération naturelle pouvait venir à bout de ce 
gaz. Du moins était-ce le cas pour de vastes volumes comme 
ceux d'une baraque avec ou sans étage, car le Zyklon B 
employé quelquefois en autoclave (volume de 10 mètres cubes) 
était, lui, ventilé. Au terme de ces vingt heures, l'équipe reve- 
nait avec masques, fermait les ouvertures, puis, si c'était possi- 
ble, portait la température des lieux à 15 degrés. Elle sortait 
alors. Au bout d'une heure, elle revenait à nouveau, toujours 
avec masques. Elle vérifiait avec un papier test (virant au bleu 
en cas de présence d'acide cyanhydrique) que le local était de 
nouveau habitable. Et c'est ainsi qu'un local qui avait été gazé 
n'était accessible sans masque à gaz qu'au bout d'un mini- 
mum de vingt et une heures. La législation française (12) 
concernant l'emploi de l'acide cyanhydrique fixe, quant à elle, 
ce minimum à vingt-quatre heures. 

On voit donc qu'en l'absence d'un ventilateur magique, capa- 
ble d'expulser instantanément un gaz « difficile à ventiler, vu 
qu'il adhère aux surfaces », l'abattoir humain appelé « chambre 
à gaz » aurait été inaccessible pendant près d'une journée. Ses 
murs, son sol, son plafond auraient pendant tout ce temps-là 
retenu des particules d'un gaz foudroyant pour l'homme. Et 
que dire des cadavres ? Ces cadavres n'auraient pu faire moins 
que de s'imprégner de gaz à la manière des coussins, matelas et 
couvertures dont les mêmes documents techniques concernant 
l'emploi du Zyklon B nous révèlent qu'ils devaient être trans- 
portés à l'air libre pour y être battus pendant une heure par 
temps sec ou pendant deux heures par temps humide. Après 



176 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

quoi, ils étaient empilés les uns sur les autres et battus à nou- 
veau si le papier test virait au bleu. 

L'acide cyanhydrique étant inflammable et explosible, 

comment pouvait-on l'employer à proximité de la bouche des 

fours crématoires ? Comment pouvait-on pénétrer dans la 
« chambre à gaz » en fumant ? 

Et je ne parle pas de la foule d'impossibilités techniques ou 
matérielles qu'on découvre au surplus quand on se rend sur 
place à Auschwitz ou à Birkenau pour y examiner l'emplace- 
ment et les dimensions des prétendues « chambres à gaz ». 
D'ailleurs, ainsi que le découvre le fouineur des archives du 
musée polonais d' Auschwitz, ces locaux n'étaient, en réalité, 
que des « chambres froides » parfaitement caractéristiques dans 
leur architecture et dans leurs dimensions. C'est ainsi qu'à Bir- 
kenau la prétendue « chambre à gaz » du Kréma II, dont on ne 
voit plus que les ruines, était en réalité une « chambre froide », 
enterrée (pour la protéger de la chaleur), d'une longueur de 30 
mètres et d'une largeur de 7 mètres (2 mètres pour un cadavre + 
3 mètres au centre pour le mouvement des chariots + 2 mètres 
pour un autre cadavre). La porte, les dégagements, le petit 
monte -charge vers la salle des crématoires, tout était d'une 
dimension lilliputienne par rapport à ce qu'en laisse supposer 
le récit de Hôss (13). Selon ce dernier, la «chambre à gaz» 
contenait couramment 2 000 victimes debout, mais elle aurait 
pu en contenir 3 000. Imagine-t-on cela : 3 000 personnes sur 
210 mètres carrés ? Autrement dit, pour prendre une comparai- 
son, 286 personnes debout dans une pièce de 5 mètres sur 4 
mètres ! Et qu'on ne vienne pas nous dire que les Allemands 
ont fait sauter avant leur départ « chambres à gaz » et fours cré- 
matoires afin de cacher la trace de prétendus crimes. Quand on 
veut effacer toute trace d'une installation obligatoirement très 
sophistiquée, on la démantèle minutieusement et de bout en 
bout jusqu'à ne plus laisser la moindre pièce à conviction. Une 
destruction par explosif serait une naïveté. Dans ce dernier cas, 
il suffirait de retirer les blocs de béton pour découvrir tel ves- 
tige accusateur. Précisément les Polonais de l'actuel musée 
d' Auschwitz ont rassemblé quelques vestiges des « Krémas » 
(entendez par la des complexes formés par crématoires et pré- 
tendues « chambres à gaz »). Or, toutes les pièces ainsi mon- 
trées aux touristes attestent de l'existence de fours crématoires à 
l'exclusion de toute autre chose (14). Si ce sont les Allemands 
qui ont fait sauter à la dynamite ces installations comme le fait 
souvent une armée en retraite, c'est que ces installations ne 



177 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

recelaient précisément rien de suspect. À Majdanek, en revan- 
che, ils ont laissé intactes des installations qu'après la guerre on 
a baptisées du nom de « chambres à gaz ». 

Aux États-Unis, la première exécution par le gaz eut lieu le 8 
février 1924 à la prison de Carson City (Nevada). Deux heures 
après l'exécution on relevait encore des traces de poison dans la 
cour de la prison. M. Dickerson, gouverneur de la prison, 
déclara qu'en ce qui concernait le condamné la méthode était 
certainement la plus humaine jusqu'ici appliquée. Mais il 
ajouta qu'il rejetterait cette méthode à cause du danger qu'elle 
faisait courir aux témoins (15). Tout récemment, le 22 octobre 
1979, Jesse Bishop a été gazé dans cette prison. C'est vers 
1936-38 que les Américains semblent avoir mis au point leurs 
chambres à gaz. Ce type d'exécution est obligatoirement très 
compliqué (16). Encore les Américains ne gazent-ils qu'un pri- 
sonnier à la fois (il est arrivé que certaines de leurs chambres à 
gaz disposent de deux sièges pour l'exécution de deux frères). 
Encore ce prisonnier est-il totalement immobilisé. Il est empoi- 
sonné par de l'acide cyanhydrique (en réalité par des boulettes 
de cyanure de sodium qui, tombant dans une cuve d'acide sul- 
furique et d'eau distillé, provoquent un dégagement d'acide 
cyanhydrique). En 40 secondes environ le condamné s'assoupit 
et en quelques minutes il meurt. Ce gaz ne provoque apparem- 
ment aucune douleur. Comme dans le cas du Zyklon B, c'est 
l'évacuation du gaz qui va poser des problèmes. Ici il n'est pas 
possible de provoquer une aération naturelle de près de 24 heu- 
res. La disposition des lieux ne permettrait pas cette aération 
sans les plus graves dangers pour les gardiens et les détenus de 
la prison. Alors comment procéder puisque, d'autre part, ce gaz 
est difficile à ventiler ? La solution qui s'impose est de transfor- 
mer cet acide en un sel qu'on lavera ensuite à grande eau. 
L'ammoniaque servira de base. Quand l'acide cyanhydrique 
aura ainsi disparu, au moins presque entièrement, un produit 
avertisseur en préviendra le médecin et ses aides qui se trouvent 
de l'autre côté de la vitre. Ce produit est de la phénolphtaléine, 
disposée dans des coupes en différents points de l'habitacle et 
virant au pourpre quand il n'y a plus d'acide. Un système de 
ventilateurs orientables balaie les fumées d'ammoniac vers une 
hotte d'aspiration. Le médecin et des aides pénètrent dans 
l'habitacle avec un masque à gaz. Ils portent des gants de caout- 
chouc. Le médecin ébouriffe la chevelure du condamné pour 
en chasser d'éventuels restes d'acide cyanhydrique. C'est seule- 
ment une heure après cela que les gardes pourront pénétrer 



178 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

dans la pièce. Auparavant, le corps aura été lavé ainsi que 
l'habitacle. Le gaz résiduel a été rejeté par une cheminée tout 
au haut de la prison. Parfois, quand il y a des risques pour les 
gardiens en poste dans les tours de surveillance de la prison, on 
fait descendre ceux-ci lors de toute exécution. Je passe sur les 
nécessités d'une herméticité totale de la chambre à gaz : sas, 
vitres extrêmement épaisses « Herculite », système pour faire le 
vide, soupapes à mercure, etc. 

Un gazage, cela ne s'improvise pas. Si les Allemands avaient 
décidé de gazer des millions d'individus, il leur aurait fallu 
mettre au point une formidable machinerie. Il aurait fallu un 
ordre général, qu'on n'a jamais trouvé, des instructions, des 
études, des commandes, des plans, qu'on n'a jamais vus. Il 
aurait fallu des réunions d'experts : architectes, chimistes, 
médecins, spécialistes de toutes sortes de technologies. Il aurait 
fallu débloquer des fonds et les répartir ce qui, dans un État 
comme celui du III e Reich, aurait laissé de multiples traces 
(nous savons au Pfennig près combien coûtait le chenil 
d'Auschwitz ou les lauriers commandés aux pépinières). Il 
aurait fallu des ordres de mission. On n'aurait pas fait d'Ausch- 
witz et de Birkenau des camps où il y avait tant d'allées et 
venues que le meilleur moyen de parer aux fréquentes fuites de 
détenus était de leur tatouer sur le bras un numéro d'immatri- 
culation (17). On n'aurait pas laissé les travailleurs civils et les 
ingénieurs civils se mêler aux détenus. On n'aurait pas autorisé 
des Allemands de l'endroit à partir en permission ou à recevoir 
au camp des membres de leur famille. Et surtout on n'aurait 
pas libéré des détenus qui, leur temps de peine accompli, rega- 
gnaient leur patrie. Ce fait que les historiens ont longtemps 
tenu caché nous a été révélé il y a quelques années par un arti- 
cle de Louis De Jong, directeur de l'institut historique d'Ams- 
terdam (18). La récente publication aux États-Unis des photo- 
graphies aériennes (19) d'Auschwitz porte d'ailleurs le coup de 
grâce à cette légende de l'extermination : même en 1944, au 
plus fort de l'arrivée des Juifs hongrois, on ne note aucun 
bûcher humain, aucune foule près des crématoires (mais un 
portail ouvert et un jardin bien dessiné), aucune fumée suspecte 
(et cela alors même que ces cheminées de crématoires étaient 
censées cracher, jour et nuit, flamme et fumée visibles à plu- 
sieurs kilomètres). 

Je terminerai par ce que j'appellerais le critère du faux témoi- 
gnage en ce qui concerne les « chambres à gaz ». J'ai remarqué 
que tous ces témoignages, si vagues ou si discordants qu'ils 



179 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

soient sur le reste, s'accordent au moins sur ce point : l'équipe 
chargée de retirer les cadavres de la « chambre à gaz » pénétrait 
dans le local soit « immédiatement », soit « peu après » la mort 
des victimes. Je dis que ce point, à lui seul, constitue la pierre 
de touche du faux témoignage, car il y a là une impossibilité 
physique totale. Si vous rencontrez une personne qui croit à la 
réalité des « chambres à gaz », demandez-lui donc comment, à 
son avis, on pouvait en sortir les cadavres pour la fournée sui- 
vante. 



S.I. : Comment pouvez-vous affirmer tout ceci, après tout 
ce qui a été dit et écrit en trente-cinq ans ? Après tout ce 
que les rescapés des camps ont raconté, après les procès 
des criminels de guerre, après Nuremberg ? Sur quelles 
preuves et sur quels documents basez-vous votre affirma- 
tion ? 

R.F. : Beaucoup d'erreurs historiques ont duré plus de trente- 
cinq ans. 

Ce que certains rescapés ont raconté constitue des témoignages, 
parmi d'autres témoignages. Des témoignages ne sont pas des 
preuves. Ceux des procès contre les « criminels de guerre » doi- 
vent être accueillis avec une méfiance particulière. Si je ne me 
trompe, pas un seul témoin en trente-cinq ans n'a été poursuivi 
pour faux témoignage, ce qui revient à donner une garantie 
exorbitante à toute personne désireuse de témoigner sur les 
« crimes de guerre ». C'est d'ailleurs ainsi que s'explique le fait 
que des tribunaux aient établi l'existence de « chambres à gaz » 
en des points d'Allemagne où l'on a fini par reconnaître qu'il 
n'y en avait jamais eu : par exemple, dans tout l'Ancien Reich. 

Les jugements prononcés à Nuremberg n'ont qu'une valeur très 
relative. Des vaincus étaient jugés par leurs vainqueurs, sans la 
moindre possibilité de faire appel. Les articles 19 et 21 des sta- 
tuts de ce tribunal politique lui donnaient cyniquement le droit 
de se passer de preuves solides ; ils autorisaient même le 
recours aux on-dit (20). Tous les autres procès pour « crimes de 
guerre » se sont ensuite inspirés de la législation de Nuremberg. 
Encore aujourd'hui, en Allemagne, les tribunaux se fondent sur 
ce qu'ils prétendent avoir été établi à Nuremberg. Ainsi ont 
procédé pendant des siècles les tribunaux ayant à juger des sor- 
ciers et des sorcières. 



180 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

Il a existé, du moins en apparence, des preuves et des témoi- 
gnages de gazage à Oranienburg, à Buchenwald, à Dachau, à 
Ravensbriick, à Mauthausen. Des professeurs, des prêtres, des 
catholiques, des Juifs, des communistes ont attesté de l'exis- 
tence de « chambres à gaz » dans ces camps et de l'usage du gaz 
pour tuer des détenus. Pour ne prendre qu'un exemple, Mgr Pi- 
guet, évêque de Clermont-Ferrand, a écrit que des prêtres polo- 
nais étaient passés par la « chambre à gaz » à Dachau (21). Or, 
il est aujourd'hui reconnu que personne n'a jamais été gazé à 
Dachau (22). Il y a mieux : des responsables de camps ont 
avoué l'existence et le fonctionnement de « chambres à gaz » 
homicides là où il a fallu par la suite reconnaître qu'il n'avait 
jamais rien existé de tel (23). Pour Ravensbriick, le comman- 
dant du camp (Suhren), son second (Schwarzhuber) et le méde- 
cin du camp (D r Treite) ont avoué l'existence d'une « chambre 
à gaz » et en ont même décrit, de façon vague, le fonctionne- 
ment. On les a exécutés ou ils se sont suicidés. Même scénario 
pour le commandant Ziereis à Mauthausen qui, sur son ht de 
mort, aurait fait des aveux lui aussi dès 1945 (24). Il ne faudrait 
pas croire que les aveux des responsables de Ravensbriick leur 
ont été arrachés par des Russes ou par des Polonais. Ce sont les 
appareils judiciaires anglais ou français qui ont obtenu ces 
aveux. Circonstance aggravante : ils les obtenaient plusieurs 
années encore après la guerre. Le nécessaire a été fait pour que 
jusqu'au bout, jusqu'en 1950, un homme comme Schwarz- 
huber collabore avec ses interrogateurs ou ses juges d'instruc- 
tion ou ses juges du siège. 

Plus aucun historien sérieux ne prétend qu'on a gazé des gens 
dans un camp quelconque de l'Ancien Reich. On ne se 
contente plus que de certains camps situés aujourd'hui en Polo- 
gne. Le 19 août 1960 constitue une date importante dans l'his- 
toire du mythe des « chambres à gaz ». Ce jour-là, le journal 
Die Zeit a publié une lettre qu'il a intitulée : « Pas de gazage à 
Dachau. » (25). Étant donné le contenu de la lettre, il aurait dû, 
pour être tout à fait honnête, l'intituler : « Pas de gazage dans 
tout l'Ancien Reich » (Allemagne dans ses frontières de 1937). 
Cette lettre émanait du D 1 Martin Broszat, devenu depuis 1972 
directeur de l'Institut d'histoire contemporaine de Munich. Le 
D r Broszat est un antinazi convaincu. Il fait partie des histo- 
riens « exterminationnistes ». Il a cru à l'authenticité du «jour- 
nal » de R. Hôss qu'il a publié en 1958, avec de graves tronca- 
tions du texte dans les passages où R. Hôss avait « un peu 
beaucoup » exagéré pour obéir sans doute aux suggestions de 



181 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

ses geôliers polonais (26). Bref, le D r Broszat a dû admettre le 
19 août 1960 qu'il n'avait pas existé de gazage dans tout 
l'Ancien Reich. Il ajoutait, dans une formule embarrassée, qu'il 
n'y avait eu de gazage avant tout (?) (27) qu'en quelques points 
choisis de Pologne, dont Auschwitz. Et cela, tous les historiens 
officiels, à ma connaissance, ont fini par l'admettre avec le 
D 1 Broszat. Je déplore que le D r Broszat se soit contenté d'une 
lettre. Une communication scientifique s'imposait. Des expli- 
cations détaillées s'imposaient. Il fallait nous expliquer pour- 
quoi des preuves, des témoignages et des aveux considérés 
jusqu'alors comme inattaquables perdaient soudain toute 
valeur. Voilà près de vingt ans que nous attendons les explica- 
tions du D 1 Broszat (28). Elles nous seraient précieuses pour 
déterminer si les preuves, les témoignages et les aveux que nous 
possédons sur les gazages d' Auschwitz ou de Treblinka ont plus 
de valeur que les preuves, les témoignages et les aveux que nous 
possédions sur les faux gazages de Buchenwald ou de Ravens- 
brûck (29). En attendant, il est extrêmement curieux que les 
éléments recueillis surtout par les tribunaux français, anglais et 
américains aient soudain perdu ainsi toute valeur alors que les 
éléments en possession surtout des tribunaux polonais et sovié- 
tiques conserveraient toute leur valeur sur le même sujet. 

En 1968, c'est la « chambre à gaz » de Mauthausen (en Autri- 
che) qui devait, à son tour, être déclarée légendaire par une his- 
torienne « exterminationniste » : Olga Wormser-Migot. Voyez, 
dans sa thèse sur le Système concentrationnaire nazi (30) le 
développement intitulé : « Le Problème des chambres à gaz ». 
Retenons d'ailleurs cette formule. Du propre aveu des « exter- 
minationnistes » il existe un « problème des chambres à gaz ». 

À propos des faux aveux j'ai demandé un jour à l'historien 
Joseph Billig (attaché au C.D.J.C.) comment il pouvait, pour sa 
part, les expliquer. J. Billig avait fait partie de la délégation 
française au procès de Nuremberg. Je vous livre sa réponse. H 
s'agissait, selon lui, de « phénomènes psychotiques » ! Pour ma 
part, j'ai une explication à proposer de ces prétendus «phéno- 
mènes psychotiques » ainsi que de « l'apathie schizoïde » de 
R. Hôss le jour de sa déposition devant le Tribunal de Nurem- 
berg : R. Hôss a été torturé par ses gardiens anglais (31). Il a été 
« interrogé à la cravache et à l'alcool ». Aux procès dits « de 
Dachau », les Américains, ainsi que devait notamment le révé- 
ler une commission d'enquête, ont abominablement torturé 
d'autres accusés allemands (32). Mais la torture est le plus sou- 
vent inutile. Les procédés d'intimidation sont multiples. La 



182 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

formidable réprobation universelle qu'on fait peser sur les 
accusés nazis garde encore aujourd'hui presque toute sa force. 
Quand « l'anathème éclate dans une unanimité religieuse digne 
des grandes communions médiévales », il n'y a plus qu'à 
s'incliner surtout si les avocats se mettent de la partie et font 
valoir que des concessions sont nécessaires. Je me souviens de 
ma propre haine des Allemands pendant la guerre et juste après 
la fin de la guerre : une haine incandescente que je croyais 
mienne et dont, avec le recul du temps, je devais m' apercevoir 
qu'on me l'avait insufflée. Ma haine me venait de la radio 
anglaise, de la propagande de Hollywood et de la presse stali- 
nienne. J'aurais été impitoyable pour un Allemand qui 
m'aurait dit qu'il avait été gardien dans tel camp et qu'il n'avait 
vu aucun des massacres dont tout le monde parlait alors. Si 
j'avais été son juge d'instruction, j'aurais pensé qu'il était de 
mon devoir de le « faire passer aux aveux ». 

Depuis trente -cinq ans le drame de ce type d'accusés allemands 
est comparable à celui des sorciers et des sorcières du Moyen 
Âge. Songeons au courage dément qu'il aurait fallu à l'une de 
ces prétendues sorcières pour oser dire à son tribunal : « La 
meilleure preuve que je n'ai pas eu commerce avec le diable, 
c'est tout simplement que le diable n'existe pas. » La plupart 
du temps, ces prétendues sorcières ne pouvaient pas croire aux 
faits qui leurs étaient reprochés, mais elles partageaient ou 
affectaient de partager avec leurs juges-accusateurs la croyance 
au diable. De la même façon, l'ingénieur Durrfeld, d'Ausch- 
witz, affirmait d'abord à ses juges qu'il n'avait personnellement 
jamais soupçonné l'existence de « chambres à gaz » dans son 
camp, puis, se ralliant à la croyance du jour, il déclarait au tri- 
bunal son indignation devant cette « marque d'infamie pour le 
peuple allemand (33) ». La sorcière rusait avec ses juges, 
comme les Allemands, encore aujourd'hui au procès de Dussel- 
dorf, rusent avec leurs juges à propos de Majdanek. La sorcière 
faisait par exemple valoir que le diable était bien là tel jour, 
mais qu'il se trouvait en haut de la colline, tandis qu'elle- 
même, était restée au pied de la colline. L'accusé allemand, lui, 
s'efforce de démontrer qu'il n'avait rien à voir avec les « cham- 
bres à gaz ». Quelquefois il va jusqu'à dire qu'il a aidé à pousser 
des gens dans la « chambre à gaz » ou encore qu'on lui a fait 
verser un produit par une trappe du plafond en le menaçant, 
s'il n'obéissait pas, d'être exécuté (34). Souvent il donne ainsi 
l'impression de biaiser. Les accusateurs pensent : « En voilà un 
qui cherche à tirer son épingle du jeu. Ils sont extraordinaires, 



183 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

ces Allemands ! Ils n'ont pour ainsi dire jamais rien vu ni 
jamais rien su. » La vérité, c'est qu'en effet ils n'ont rien vu ni 
rien su de ce qu'on veut leur faire dire en matière de gazage 
(35). Leur façon de biaiser, c'est à nous, accusateurs, que nous 
devrions la reprocher et non à eux qui sont pris dans le seul sys- 
tème de défense que nous leur laissions. Les avocats ont une 
lourde responsabilité dans l'adoption de ce système. Je parle de 
ceux qui savent ou qui soupçonnent qu'on est là devant un 
énorme mensonge. Ils préfèrent soit dans leur propre intérêt, 
soit dans l'intérêt de leur client ne pas soulever cette question. 
L'avocat d'Eichmann ne croyait pas à l'existence des « cham- 
bres à gaz » mais il n'empêche qu'au procès de Jérusalem il 
s'est bien gardé de lever ce lièvre (36). On ne peut le lui repro- 
cher. Je crois savoir que les statuts de ce tribunal permettaient 
de relever l'avocat du droit de défendre son client s'il devait se 
produire un incident qualifié du terme d'« insoutenable » ou 
d'un terme approchant. Une vieille recette des avocats, une 
recette nécessitée parfois par les besoins de la défense, est de 
plaider le vraisemblable plutôt que le vrai. Le vrai est parfois 
trop difficile à faire passer dans les esprits des juges. On se 
contentera du vraisemblable. Un exemple l'illustre bien. Il est 
raconté par M e Albert Naud, avocat de Lucien Léger que toute 
la presse présentait comme l'auteur certain d'un crime abomi- 
nable. Lucien Léger proteste de son innocence. Il choisit pour 
avocat M e Naud. Ce dernier va le trouver dans sa prison. Il lui 
dit : « Léger, soyons sérieux ! Si vous me voulez comme avocat, 
nous allons plaider coupable. » Marché conclu. Léger sauve sa 
tête. Quelques années plus tard, M e Naud acquiert la convic- 
tion que Léger est innocent. Il s'en veut terriblement d'avoir 
contraint Léger à plaider coupable. Il se bat de toutes ses forces 
pour obtenir une révision du procès (37). Trop tard. Il meurt. 
Et Léger, s'il est innocent, paiera sans doute jusqu'à la fin de ses 
jours l'attitude abominable de la presse et l'aveuglement de son 
avocat. 

Un tribunal n'a aucune qualité pour déterminer la vérité histo- 
rique. Même les historiens ont le plus grand mal, bien souvent, 
à distinguer le vrai du faux sur un point d'histoire. L'indépen- 
dance des juges est forcément très relative. Les juges lisent leur 
journal comme tout le monde. Ils s'informent en partie par la 
radio ou la télévision. Des revues et des livres leur présentent, 
comme à nous tous, des « documents » ou des « photos » 
d'atrocités nazies. À moins d'avoir un entraînement spécial à la 
critique de ce genre de documents ou de photos, ils se feront 



184 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

prendre aux pièges les plus grossiers de la propagande orches- 
trée par les médias. D'autre part, les juges ont pour souci de 
faire respecter l'ordre public, la moralité publique, certaines 
normes, certains usages, certaines croyances même de la vie 
publique. Tout cela, sans compter le souci de ne pas voir leur 
nom vilipendé dans la presse, ne peut que les conduire à des 
jugements en matière de « crimes de guerre » que l'historien, 
lui, n'est pas obligé de reprendre à son compte. 

La justice s'est jugée elle-même. Pas une fois dans ce genre de 
procès elle n'a même envisagé de faire procéder à une expertise 
de ce qu'on appelle « l'arme du crime ». Un couteau, une 
corde, un revolver sont expertisés quand on soupçonne qu'ils 
ont servi d'instrument à un crime. Il s'agit pourtant là d'objets 
qui n'ont rien de mystérieux. Or, dans le cas des « chambres à 
gaz », il n'y a pas eu en trente -cinq ans une seule expertise. On 
parle bien d'une expertise faite par les Soviétiques mais on sait 
ce qu'en vaut l'aune et, de toute façon, le texte semble en être 
resté secret. Pendant un an et demi, au procès de Francfort de 
1963-1965, un tribunal allemand a conduit l'affaire dite « des 
gardiens d'Auschwitz » sans ordonner aucune expertise de 
l'arme du crime. Idem pour le procès de Majdanek à Dussel- 
dorf et, juste après la guerre, pour le procès du Struthof en 
France. Cette absence d'expertise est d'autant moins excusable 
que pas un juge, pas un procureur, pas un avocat ne pouvait se 
vanter de savoir d'expérience la nature et le fonctionnement 
des ces extraordinaires abattoirs humains. Au Struthof et à 
Majdanek ces « chambres à gaz » sont pourtant présentées 
comme étant en état d'origine : il suffirait donc d'examiner sur 
place « l'arme du crime ». À Auschwitz, les choses sont moins 
claires : au camp principal on laisse croire aux touristes que la 
« chambre à gaz » est authentique, mais, si les autorités du 
musée sont pressées de questions, elles battent en retraite et 
parlent de « reconstruction » (ce qui n'est d'ailleurs qu'un fieffé 
mensonge aisément prouvable par certains documents d'archi- 
ves) ; à l'annexe de Birkenau, on ne montre que des ruines de 
« chambres à gaz » ou, encore moins, des espaces de terrain 
censés avoir été occupés par des « chambres à gaz ». Mais 
même là des expertises sont parfaitement possibles. À un 
archéologue quelques maigres indices suffisent parfois pour 
savoir la nature et la destination d'un emplacement inhabité 
depuis plusieurs siècles. Pour vous donner une idée de la 
complaisance mise par les avocats du procès de Francfort à 
suivre d'avance l'accusation, je vous dirais qu'un de ces avocats 



185 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

s'est même fait photographier par la presse en train de soulever 
une trappe (sic !) de la prétendue « chambre à gaz » du camp 
principal d'Auschwitz (38). Dix ans après les procès j'ai 
demandé à cet avocat ce qui lui avait permis de considérer que 
le bâtiment en question était une « chambre à gaz ». Sa réponse 
écrite a été plus qu'évasive. Elle ressemble à la réponse que 
m'ont faites les autorités du musée de Dachau. Je leur deman- 
dais par écrit sur quels documents elles se fondaient pour affir- 
mer qu'une certaine pièce du camp était une « chambre à gaz » 
inachevée. Je m'étonnais en effet qu'on puisse décréter qu'un 
local inachevé était destiné à devenir, une fois achevé, une 
chose qu'on n'avait jamais vue de sa vie. Je publierai un jour 
ma correspondance avec ces autorités ainsi qu'avec les respon- 
sables du Comité international de Dachau à Bruxelles. 

Vous me demandez sur quelles preuves et sur quels documents 
je fonde mon affirmation que les « chambres à gaz » n'ont pas 
existé. Je crois avoir déjà largement répondu à cette question. 
J'ajouterais qu'une bonne partie de ces preuves et documents 
sont... ceux de l'accusation (39). Il suffit de bien relire les textes 
de l'accusation pour s'apercevoir que l'accusation aboutit à 
l'inverse du résultat qu'elle recherchait. Les textes de base sont 
les quarante-deux tomes du grand procès de Nuremberg, les 
quinze tomes des procès américains, les dix-neuf tomes 
jusqu'ici publiés par l'université d'Amsterdam, les sténo- 
grammes du procès Eichmann, différents procès-verbaux 
d'interrogatoire, les ouvrages de Hilberg, de Reitlinger, d'Adler, 
de Langbein, d'Olga Wormser-Migot, YEncyclopœdia Judaïca, 
le Mémorial de Klarsfeld (très intéressant pour les listes de faux 
gazés), les publications de différents instituts. J'ai surtout beau- 
coup travaillé au Centre de documentation juive contempo- 
raine de Paris. J'en ai été chassé au début de 1978, sur l'initia- 
tive, en particulier, de M. Georges Wellers parce qu'on a su à 
quelles conclusions j'avais abouti sur les « chambres à gaz » et 
sur le « génocide ». Le C.D.J.C. est un organisme semi-public ; 
il reçoit de l'argent public. Néanmoins, il s'arroge le droit de 
chasser ceux qui ne pensent pas comme il faut penser. Et il le 
dit! 



S.I. : Vous allez même jusqu'à nier la volonté délibérée 
d'Hitler d'exterminer les Juifs. Et dernièrement aussi, au 
cours d'un débat à la télévision de la Suisse italienne, 
vous avez dit : « Hitler n 'a jamais fait tuer une seule per- 



186 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

sonne en tant que juive. » Qu'entendez-vous dire exacte- 
ment avec cette phrase, de laquelle il découle d'ailleurs 
qu 'Hitler aurait fait tuer des Juifs ? 

R.F. : Je dis exactement ceci : « Jamais Hitler n'a ordonné ni 
admis que quiconque fût tué en raison de sa race ou de sa reli- 
gion. » Cette phrase est peut-être choquante pour certains mais 
je la crois vraie. Hitler était antijuif et raciste. Son racisme ne 
l'empêchait d'ailleurs pas de nourrir de l'admiration pour les 
Arabes et pour les Hindous. Il était hostile au colonialisme. Le 
7 février 1945 il déclare à ses proches : « Les blancs ont apporté 
à ces peuples [coloniaux] le pire qu'ils pussent apporter, les 
plaies du monde qui est le nôtre : le matérialisme, le fanatisme, 
l'alcoolisme et la syphilis. Pour le reste, ce que ces peuples pos- 
sédaient en propre étant supérieur à ce que nous pouvions leur 
donner, ils sont demeurés eux-mêmes. [...] Une seule réussite à 
l'actif des colonisateurs : ils ont partout suscité la haine (40). » 
Hitler n'est devenu antijuif qu'assez tardivement. Avant de dire 
et de répéter que les Juifs sont « les grands maîtres du men- 
songe (41) », il leur était plutôt favorable. Il écrit dans Mein 
Kampf : « Les propos défavorables sur leur compte m'inspi- 
raient une antipathie qui, parfois allait jusqu'à l'horreur. » Per- 
sonnellement, je connais mal Hitler et il ne m'intéresse pas plus 
que Napoléon Bonaparte. S'il délirait, je ne vois pas pourquoi, 
nous, nous délirerions à son propos. Efforçons -nous de parler 
d'Hitler avec le sang-froid que l'on met généralement à parler 
d'Amenophis Akhenaton. Il y a eu entre Hitler et les Juifs une 
guerre inexpiable. Il est évident que chacun renvoie sur l'autre 
la responsabilité de ce conflit. En la personne de Chaïm Weiz- 
mann, président du Congrès juif mondial et futur premier pré- 
sident de l'État d'Israël, la communauté juive internationale a 
déclaré la guerre à l'Allemagne le 5 septembre 1939 (42). 
Auparavant, dès 1934, l'hostilité de la communauté juive inter- 
nationale s'était manifestée par des mesures de boycottage éco- 
nomique de l'Allemagne nazie (43). Il va de soi que si elle agis- 
sait ainsi c'est par rétorsion contre les mesures prises par Hitler 
contre les Juifs allemands. Cet engrenage fatal allait conduire, 
de part et d'autre, à une guerre mondiale. Hitler disait : « Les 
Juifs et les Alliés veulent notre anéantissement, mais ce sont 
eux qui seront anéantis », cependant que les Alliés et les Juifs 
disaient : « Hitler et les nazis et leurs alliés veulent notre anéan- 
tissement, mais ce sont eux qui seront anéantis. » Les deux 
camps s'enivraient ainsi, tout au long de la guerre, de procla- 
mations belliqueuses et fanatiques. L'ennemi devient une bête 



187 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

à égorger. Songez, de la même façon, aux paroles de la Marseil- 
laise : « Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! » 

Cela dit, les Alliés qui ont fait une guerre impitoyable aux nazis 
et qui, trente -cinq ans après la guerre, poursuivent une sorte de 
« chasse aux nazis », ne sont jamais allés jusqu'à décider : « Un 
national-socialiste, du seul fait de son appartenance au parti 
national-socialiste, sera à tuer, qu'il s'agisse d'un homme, d'une 
femme, d'un enfant, d'un vieillard. » On peut dire que, de 
même, Hitler, malgré tout ce qu'il a accumulé contre les Juifs, 
n'a jamais décrété : « Tout Juif sera à tuer », ni même : « Un 
Juif, du seul et unique fait qu'il est juif sera à tuer. » Certes, 
dans le cas de représailles contre des « partisans » ou des « ter- 
roristes », lorsque les Allemands choisissaient leurs otages à 
exécuter, mieux valait n'être ni juif, ni communiste, ni prison- 
nier de droit commun, mais il s'agissait là d'un effet bien connu 
de la prise d'otages telle qu'elle se pratique en tous lieux et en 
tous temps. 

Hitler a fait interner une partie des Juifs européens, mais inter- 
ner ne signifie pas exterminer. Il n'y a eu ni « génocide », ni 
« holocauste ». Tout camp de concentration est une pitié ou 
une horreur, qu'il s'agisse d'un camp allemand, russe, français, 
américain, japonais, chinois, vietnamien ou cubain. Il y a des 
degrés dans cette pitié ou cette horreur et il est sûr qu'en temps 
de guerre, de famine, d'épidémie, un camp de concentration 
devient plus horrible encore. Mais rien dans le cas qui nous 
intéresse ici ne permet de dire qu'il y a eu des camps d'extermi- 
nation, c'est-à-dire des camps où l'on aurait mis des gens pour 
les y tuer. 

Les « exterminationnistes » prétendent que dans l'été 1941 
Hitler a donné l'ordre d'exterminer les Juifs. Mais personne n'a 
jamais vu cet ordre. Il existe, en revanche, soit des propos 
d'Hitler, soit des mesures prises par ses armées qui impliquent 
qu'un tel ordre n'a pu être donné. Le 24 juillet 1942, dans un 
cercle restreint, Hitler, rappelant que les Juifs lui ont déclaré la 
guerre par l'intermédiaire de Chaïm Weizmann, dit qu'après la 
guerre il leur fermera les villes les unes après les autres ; il pré- 
cise : « ... si ces ordures de Juifs ne décampent pas et s'ils n'émi- 
grent pas vers Madagascar ou vers quelque autre foyer national 
juif (44) ». Pour ma part, je voudrais savoir comment on peut 
concilier ce « libre propos » avec un ordre d'extermination 
donné une fois pour toutes un an auparavant. Encore en juillet 
1944, sur le front de l'Est où le soldat allemand mène un féroce 



188 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

combat contre les partisans (juifs ou non juifs, russes ou 
communistes, ukrainiens, etc.) l'armée donne les ordres les plus 
draconiens pour qu'aucun soldat allemand ne participe à des 
excès sur la population civile, Juifs y compris. Sinon, c'est le 
tribunal militaire (45). Hitler appelait à une lutte impitoyable 
dans le combat, surtout contre les partisans, y compris, s'il le 
fallait, contre les femmes et les enfants mêlés aux partisans ou 
apparemment complices des partisans. Il n'a évidemment pas 
reculé (les Alliés non plus, d'ailleurs) devant le système de la 
prise d'otages. Mais il n'est pas allé au-delà. Le jour où nos 
médias se décideront à enfreindre certains tabous et à consacrer 
aux « crimes de guerre » des Alliés le millième du temps qu'ils 
consacrent aux « crimes de guerre » des vaincus, il y aura des 
étonnements chez les naïfs. Les « crimes » d'Hitler prendront 
alors leurs justes proportions dans une perspective historique. 
On nous parle bien un peu de Dresde et de Katyn. Je dis que 
Dresde et Katyn ne sont pas grand chose à côté des déporta- 
tions que nous avons infligées aux millions d'Allemands des 
minorités de l'Est. Il est vrai qu'il ne s'agissait pas de « déporta- 
tions » mais de... « déplacements ». Et je me demande si les 
champions toutes catégories des « crimes de guerre » n'ont pas 
été les Britanniques avec la livraison aux Soviétiques de leurs 
internés russes (46). 

S.I. : Quel est votre concept et quelle est votre définition 
de génocide ? 

R.F. : J'appelle « génocide » le fait de tuer des hommes en rai- 
son de leur race. Hitler n'a pas plus commis de « génocide » 
que Napoléon, Staline, Churchill ou Mao. Roosevelt a interné 
dans des camps de concentration des citoyens américains de 
race japonaise. Ce n'était pas non plus un « génocide ». 

Hitler a traité les civils juifs comme les représentants d'une 
minorité belligérante ennemie. Il est malheureusement banal 
de traiter ce genre de civils comme des gens dangereux ou vir- 
tuellement dangereux. En bonne logique guerrière, Hitler 
aurait été conduit à interner tous les Juifs tombés sous sa 
coupe. Il est très loin de l'avoir fait, non sans doute pour des 
raisons humanitaires mais pour des motifs d'ordre pratique. 
Dans certains points d'Europe il a fait porter à ses ennemis un 
signe distinctif : l'étoile juive (à partir de septembre 1941 en 
Allemagne et à partir de juin 1942 dans la zone nord de la 
France). Les porteurs d'étoiles ne pouvaient se déplacer libre - 



189 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

ment et à toute heure. Ils étaient comme des prisonniers en 
liberté surveillée. Hitler se préoccupait peut-être moins de la 
question juive que d'assurer la sécurité du soldat allemand. Le 
troupier allemand aurait été incapable de distinguer les Juifs 
des non-Juifs. Ce signe les lui désignait. Les Juifs étaient soup- 
çonnés de pouvoir pratiquer le renseignement (beaucoup 
d'entre eux parlaient allemand), l'espionnage, le trafic d'armes, 
le terrorisme, le marché noir. Il fallait éviter tout contact entre 
le Juif et le soldat allemand. Par exemple, dans le métro pari- 
sien les Juifs porteurs d'étoile ne devaient monter que dans le 
dernier des cinq wagons et le soldat allemand, lui, n'avait pas le 
droit de monter dans ce wagon (47). Je ne suis pas un spécia- 
liste de ces questions et je peux me tromper mais je crois que ce 
type de mesures était dicté autant par des raisons de sécurité 
militaire que par une volonté d'humiliation. Là où il y avait de 
fortes concentrations juives impossibles à surveiller vraiment, 
sinon par l'intermédiaire d'une police juive, les Allemands 
redoutaient ce qui allait d'ailleurs se passer dans le ghetto de 
Varsovie où, soudain, juste à l'arrière du front, en avril 1943, 
une insurrection s'est produite. Avec stupéfaction, les Alle- 
mands avaient alors découvert que les Juifs avaient fabriqué 
700 blockhaus. Ils ont réprimé cette insurrection et ils ont 
transféré les survivants dans des camps de transit, de travail, de 
concentration. Les Juifs ont vécu là une tragédie. Je sais qu'on 
pense parfois que des enfants de 6 à 15 ans ne pouvaient consti- 
tuer un danger et qu'ils n'auraient pas dû être astreints au port 
de l'étoile. Mais si l'on reste dans le cadre de cette logique 
militaire, il existe aujourd'hui suffisamment de récits et de 
mémoires où des Juifs nous racontent que dès leur enfance ils 
se livraient à toutes sortes d'activités illicites ou de résistance 
aux Allemands. 



Il faudrait voir de près ce qu'il y a de réel et ce qu'il y a de 
mythologique dans la représentation qu'on se fait des Juifs qui 
se sont laissé égorger comme des moutons. Les non-Juifs ont-ils 
tellement résisté ? Les Juifs ont-ils si peu résisté ? Ce qui fausse 
en partie les données du problème, c'est que beaucoup de nos 
jugements se fondent sur un présupposé : celui du « génocide » 
des Juifs. Il va de soi que si une volonté de « génocide » avait 
existé, on pourrait comprendre le reproche de lâcheté que, 
paraît-il, les jeunes Israéliens font à leurs pères. Mais si, comme 
l'affirment les révisionnistes, le « génocide » n'est qu'une 
légende, ce reproche de lâcheté n'a plus guère de fondement. 



190 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

S.I. : S'il n'y avait pas de la part d'Hitler une volonté 
délibérée de génocide, alors pourquoi Auschwitz, Tre- 
blinka, Belzec et les autres camps d'extermination ? Ils 
ont existé, ils ont été une réalité. Non seulement des Juifs 
y sont entrés et y sont morts, mais aussi des «poli- 
tiques », des Tziganes, des Slaves, des homosexuels, 
c'est-à-dire tous ces «différents» que le racisme naziste 
condamnait. Pourquoi alors avoir organisé ces camps, 
avec quelle finalité ? 

R.F. : Un camp ne peut être qualifié « d'extermination » que si 
on y extermine des hommes. C'est si vrai que, selon la nomen- 
clature créée par les historiens officiels, seuls sont appelés 
« d'extermination » les camps prétendument dotés d'une ou de 
plusieurs « chambres à gaz ». Ces camps n'ont pas existé. 
L'horrible épidémie de typhus de Bergen-Belsen n'a pas trans- 
formé ce camp (en grande partie sans barbelés) en un camp 
d'extermination. Ces morts ne sont pas un crime, sinon un 
crime dû à la guerre et à la folie des hommes. Les Alliés parta- 
gent avec les Allemands une lourde responsabilité dans l'ef- 
froyable chaos où l'Europe, ses villes, ses routes, ses camps de 
réfugiés ou d'internés se trouvaient à la fin de la guerre. Les 
Alliés ont répandu à profusion des photos montrant les char- 
niers de Bergen-Belsen, Or, des milliers de détenus sont morts 
du typhus après l'entrée des Anglais à Bergen-Belsen. Les 
Anglais n'arrivaient, pas plus que les Allemands avant eux, à 
endiguer cette terrible épidémie. Serait-il honnête de les traiter 
en criminels ? 

Les premiers camps de concentration nazis ont été conçus pour 
l'internement et la rééducation (sic !) des opposants politiques 
d'Hitler. La propagande faisait valoir que ces camps, ouverts à 
de nombreuses visites, constituaient un progrès sur les prisons 
où croupit le prisonnier de droit commun. Des Juifs pouvaient 
s'y trouver mais en qualité de communistes, de sociaux- 
démocrates, etc. Les Juifs en tant que tels n'ont été mis en 
camps de concentration que pendant la guerre, surtout à partir 
de 1942. Ceux d'entre eux qui avaient été internés en 1938 en 
représailles de l'attentat d'un Juif contre vom Rath avaient été 
pour la plupart libérés après quelques mois. Avant la guerre, 
Hitler avait tenté avec un certain succès de provoquer l'exode 
des Juifs. Il souhaitait la création d'un foyer national juif hors 
d'Europe. Le « projet de Madagascar » était conçu comme le 
projet d'un foyer juif sous responsabilité allemande (49). Il pré- 



191 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

voyait travaux d'assèchement en priorité, système bancaire, etc. 
La guerre a empêché la réalisation de ce projet (50). Il aurait 
fallu trop de bateaux. La petite Allemagne - regardez une carte 
du monde - était engagée avec le Japon et quelques alliés dans 
une formidable lutte contre des géants. Pour elle, le principal 
était de gagner la guerre. L'accessoire était de trouver une solu- 
tion au problème juif, une solution enfin, une « solution défini- 
tive », une « solution finale », une « solution d'ensemble » à un 
problème qui, d'une certaine manière, était vieux comme le 
peuple juif lui-même (51). Cette solution, à cause de la guerre, 
allait être en gros le « refoulement vers l'Est » dans des camps. 
Auschwitz était d'abord et avant tout une très importante 
concentration industrielle de Haute-Silésie composée de trois 
camps principaux et d'environ quarante sous-camps répartis 
sur toute une région. Les activités minières, industrielles, agri- 
coles et de recherches y étaient considérable : mines de charbon 
(dont certaines à capitaux français), pétrochimie, armement, 
explosifs, essence et caoutchouc synthétiques, élevage, piscicul- 
ture, etc. À Auschwitz se trouvaient aussi bien des internés que 
des travailleurs libres, des condamnés à vie que des internés à 
temps. Dans le camp d'Auschwitz-II ou Birkenau on avait le 
spectacle affligeant de nombreuses personnes inaptes au travail 
et croupissant sur place ; parmi eux, les Tziganes que, sauf 
exception, les Allemands ne semblent pas avoir mis au travail. 
Il est né à Auschwitz de nombreux enfants tziganes (52). Seuls, 
semble -t-il, des Tziganes nomades ont été internés. Il ne semble 
pas que ce soit pour des raisons raciales, mais pour des raisons 
de nomadisme et de « délinquance en puissance ». Je rappelle 
qu'en France même les résistants ont pu voir les Tziganes d'un 
mauvais œil et les soupçonner d'espionnage, de renseignement 
et de marché noir (53). Il serait intéressant de déterminer 
combien de troupes tziganes ont continué de sillonner l'Europe 
en guerre. Quant aux homosexuels, assimilés à des délinquants, 
ils étaient comme beaucoup d'autres délinquants tirés des pri- 
sons ou envoyés directement en camps pour y travailler ; la 
législation allemande, comme bien d'autres législations de 
l'époque, réprimait l'homosexualité. Quant aux Slaves, ceux 
d'entre eux qui étaient dans les camps ne s'y trouvaient nulle- 
ment en qualité de slaves mais en tant qu'internés politiques, 
prisonniers de guerre, etc., au même titre que des Français. À 
Auschwitz il y avait même des prisonniers de guerre britan- 
niques faits prisonniers à Tobrouk. 

La préoccupation essentielle des Allemands, à partir de 1942, 

192 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

était de mettre au travail tous ces internés (à l'exception des 
inaptes et, semble-t-il des Tziganes) pour gagner la guerre. À 
Auschwitz, il existait même des cours de formation profession- 
nelle pour les jeunes de 12 à 15 ans en vue d'en faire des 
maçons, par exemple (54). Les responsables allemands des 
déportations d'étrangers vers les camps insistaient pour obtenir 
le plus possible d'« aptes au travail». Les gouvernements étran- 
gers, eux, insistaient de leur côté, pour qu'on ne disloque pas 
les familles et pour que les vieux et les enfants se joignent aux 
convois. Ni les Juifs, ni les autres n'avaient conscience de partir 
vers une extermination quelconque, si j'en crois des témoi- 
gnages comme celui de G. Wellers dans l'Étoile jaune à l'heure 
de Vichy (55). Ils avaient raison. Ce massacre n'était heureuse- 
ment qu'un bobard de guerre. D'ailleurs on conçoit mal que 
l'Allemagne qui était dramatiquement à court de locomotives, 
de wagons, de charbon, de personnel qualifié, et de soldats ait 
pu mettre sur pied un pareil système de convois pour abattoirs. 
Ces convois, je le rappelle, semblent avoir eu priorité même sur 
les convois de matériel de guerre (56). La main-d'œuvre, sur- 
tout qualifiée : voilà ce qui préoccupait d'abord les Allemands. 

S.I. : Vous êtes spécialisé dans la critique des textes, mais 
vous avez fait de ce problème votre « terrain » préféré de 
« recherche historique ». Pourquoi ? Que voulez-vous dire 
quand vous affirmez que sur le problème des chambres à 
gaz et de l'extermination des Juifs il y a une « conspira- 
tion du silence » ? Pourquoi devrait-il y en avoir une, et 
de la part de qui ? 

R.F. : Pour moi, la critique des textes et des documents vise à 
établir le degré d'authenticité et de véracité de ce qu'on lit. On 
cherche là à distinguer le vrai et le faux, le sens et le contresens, 
etc. Je suppose que ce souci devait presque fatalement me 
conduire à la détection de certains faux historiques et, en parti- 
culier, à la détection de ce qui, dans quelques années, apparaî- 
tra à tout historien comme un faux monumental. 

La conspiration du silence autour des ouvrages révisionnistes 
fait que ces ouvrages sont pour la plupart des « samizdat (57) ». 
Quant aux auteurs qui parviennent à briser le mur du silence, 
ils sont traités de nazis, ce qui les confine dans un ghetto. Les 
procédés utilisés contre les historiens ou les individus non 
conformistes vont de la pure criminalité aux poursuites judi- 
ciaires en passent par les procédés de basse police. Toutes 



193 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

sortes de lobbies font régner ou essaient de faire régner une 
atmosphère de terreur. J'en sais quelque chose. Je ne peux plus 
enseigner à l'université. Ma vie est devenue difficile. Je heurte 
des intérêts gigantesques. Des jeunes me soutiennent. La 
lumière se fera. Des Juifs sont à mes côtés ; ils veulent, eux 
aussi, dénoncer le mensonge et la persécution. 

Je crois moins aux conspirations qu'à la force du conformisme. 
Les vainqueurs de la dernière guerre avaient besoin de nous 
faire croire à l'ignominie intrinsèque du vaincu. Soviétiques et 
Occidentaux, que tout séparait, avaient trouvé là un bon 
terrain d'accord. Hollywood et l'appareil de propagande stali- 
nien ont conjugué leurs efforts. Quel fracas de propagande ! Les 
principaux bénéficiaires de l'opération ont peut-être été l'État 
d'Israël et le sionisme international. Les principales victimes 
ont été le peuple allemand - mais non pas ses dirigeants - et le 
peuple palestinien tout entier. Mais aujourd'hui il y a de la 
zizanie dans l'air. Sionistes et Polonais nous présentent déjà des 
versions bien divergentes d'Auschwitz. 

S.I. : Vous contestez une très grande partie des méthodes 
que les historiens « officiels » ont appliquées à cette 
recherche historique. Ce chapitre de l'histoire du xx e siècle 
n'aurait pas été écrit comme il faut. Pourquoi, et pour- 
quoi V auraient-ils fait ? 

R.F. : Les historiens officiels ont manqué à leurs obligations. Ils 
n'ont pas observé dans cette affaire les méthodes de routine de 
la critique historique. Ils ont suivi le courant général, celui 
qu'imposent les médias. Ils se sont laissé absorber par le sys- 
tème. Un historien officiel comme le professeur d'université 
Hellmut Diwald va au devant de terribles ennuis s'il risque sim- 
plement une phrase pour dire que le « génocide », malgré 
l'abondante littérature qui lui est consacrée, est une affaire qui 
pour l'essentiel « n'est pas encore bien élucidée ». Sous la pres- 
sion des organisations juives allemandes, la deuxième édition 
de son Histoire des Allemands vient d'être « refondue et amé- 
liorée » (sic !) là où il le fallait. 

Le courage de Paul Rassinier est précisément d'avoir appliqué 
les méthodes de routine de la critique historique. Aux accusa- 
teurs il a dit en quelque sorte : « Montrez-moi vos preuves », 
« Votre document offre-t-il des garanties d'authenticité ? », 
« Êtes-vous sûr que cette expression, que cette phrase ont bien 
le sens que vous leur attribuez ? », « D'où viennent vos chif- 



194 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

fres ? », « Comment a-t-on pu établir cette statistique ? », 
« D'où vient la légende de cette photo ? Qui me dit que cette 
vieille femme et cet enfant que je vois sur cette photo sont "sur 
le chemin de la chambre à gaz" ? », « Cet amas de chaussures 
signifierait-il qu'on gazait des gens dans ce camp ou bien que 
beaucoup de détenus de ce camp étaient précisément employés 
à fabriquer des chaussures ? », « Où est le manuscrit de cet 
extraordinaire témoignage qui ne devrait avoir qu'une forme et 
que je vois publier sous les formes les plus contradictoires, y 
compris par le même historien ? », etc. 

Paul Rassinier, modeste professeur d'histoire et de géographie, 
a donné une remarquable leçon de clairvoyance et de probité à 
ses éminents collègues de l'université. Révolutionnaire authen- 
tique, résistant authentique, déporté authentique, cet homme 
aimait la vérité comme il faut l'aimer : très fort et par-dessus 
tout. Il a dénoncé ce qu'il appelle « le mensonge d'Ulysse ». 
Ulysse, on le sait, a connu cent épreuves dans l'exil, mais, reve- 
nu chez lui, il en a raconté mille. Nous savons que l'homme a 
beaucoup de mal à ne pas affabuler. Il est souvent friand 
d'extraordinaires histoires de chasse, de pêche, d'amour, 
d'argent. Mais surtout il se régale de récits d'atrocités. 

L'Américain Arthur R. Butz, lui, a écrit un livre magistral sur 
l'Imposture du siècle (The Hoax of the XXth Century). Ce livre 
provoque le désarroi chez les « exterminationnistes ». La 
démonstration est imparable. Sa traduction vient d'être prati- 
quement interdite en Allemagne par inscription sur la liste des 
« ouvrages dangereux pour la jeunesse (58) ». 

L'Allemand Wilhelm Staglich a publié le Mythe d'Auschwitz 
(Der Auschwitz Mythos). Le groupe suédois de Jewish Informa- 
tion annonce un Auschwitz Exit. D'autres Juifs ont écrit dans le 
sens révisionniste : J. G. Burg, en Allemagne, par exemple. Et 
tout récemment, la revue d'extrême gauche la Guerre sociale 
vient de publier une étude intitulée : « De l'exploitation dans 
les camps à l'exploitation des camps ». 

En Angleterre, aux États-Unis, en Allemagne (dans ce dernier 
pays la persécution des révisionnistes est impitoyable), en Aus- 
tralie, en Belgique, en Espagne, en France, un peu partout dans 
le monde, des voix s'élèvent pour demander qu'on renonce 
enfin à une absurde propagande de guerre. 

Je connais même, mais je ne peux donner ici leurs noms, des 
historiens officiels qui se réveillent du cauchemar. Peut-être 
vont-ils se décider à renoncer aux délices de ce que l'historien 



195 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

révisionniste David Irving appelle « l'inceste entre historiens ». 
Cette expression imagée illustre la pratique qui consiste sur un 
sujet donné à ressasser voluptueusement ce que d'autres histo- 
riens ont affirmé et à ne renouveler le sujet que par de subtiles 
surenchères. Il faut avoir assisté à un congrès d'historiens trai- 
tant du nazisme. Quelle étrange communion dans le respect du 
tabou ! Et comme on se surveille et se sent surveillé ! Malheur à 
qui perturberait la cérémonie expiatoire par l'expression d'une 
thèse non officielle ! Huées et censure (59). 



S.I. : Est-ce que vous êtes antisémite ? Comment jugez- 
vous le nazisme ? 

R.F. : Je ne suis pas antisémite. Il faut éviter de voir des antisé- 
mites partout. Les Juifs qui dénoncent l'imposture du « géno- 
cide » sont comme les catholiques qui disent qu'il y a une 
imposture de Fatima (où des milliers de témoins auraient vu 
danser le soleil). La vérité, ou sa recherche, ne saurait être anti- 
sémite. 

Le nazisme était dans les faits la dictature d'un Fuhrer. Il est 
mort avec son Fuhrer le 30 avril 1945. Mon ennemi est vaincu. 
Ne comptez pas sur moi pour cracher sur son cadavre. En tant 
qu'homme je n'admets pas qu'on diffame le peuple allemand 
en lui attribuant des crimes qui seraient sans précédent dans 
l'histoire des hommes. Et je n'admets surtout pas qu'on l'ait si 
bien « rééduqué » qu'il est le premier à croire à ces crimes et 
qu'il se diffame lui-même autant et plus que le lui demandent 
ses dirigeants. En tant qu'observateur, je constate qu'Adenauer, 
Brandt et Schmidt répètent la leçon des vainqueurs de l'Ouest 
tandis que leurs homologues de l'Allemagne de l'Est répètent la 
leçon des vainqueurs de l'Est. C'est de la Realpolitik, je sup- 
pose. 



S.I. : Vous niez également que le nombre des victimes, les 
six millions, soit crédible. Mais même s'il y avait eu 
moins de victimes, est-ce que cela changerait quelque 
chose au fait qu 'il y a eu génocide ? Et peu importerait en 
fait le nombre des victimes ? 

R.F. : Six millions d'hommes, c'est la population d'un pays 
comme la Suisse. Personne au procès de Nuremberg n'avait la 



196 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

moindre possibilité d'étayer un chiffre aussi extravagant. C'est 
le 14 décembre 1945 au matin que le procureur américain 
Dodd essayait d'accréditer ce chiffre par la lecture d'une décla- 
ration du témoin Hôttl (60). L'après-midi du même jour il était 
contraint de battre en retraite sur l'intervention de l'avocat 
Kauffmann bien décidé à demander la comparution de ce 
témoin pour lui demander compte de ce chiffre. Le malheur est 
que la presse et les historiens ont retenu le chiffre comme si le 
tribunal lui-même y avait cru si peu que ce fût. 

Mon estimation est la suivante : 1° le nombre des Juifs extermi- 
nés par les nazis (ou victimes du « génocide ») est heureuse- 
ment égal à zéro ; 2° le nombre des Européens tués par faits de 
guerre (des faits de guerre souvent atroces) pourrait être de 
l'ordre de 40 millions ; parmi eux, celui des Juifs européens 
pourrait être de l'ordre d'un million mais, plus probablement, 
de plusieurs centaines de milliers si l'on ne compte pas les Juifs 
combattant sous les uniformes militaires alliés. J'insiste sur le 
fait qu'il s'agit de ma part d'une estimation sans caractère pro- 
prement scientifique. En revanche, j'ai d'assez bonnes raisons 
de penser que le chiffre des morts d'Auschwitz (Juifs et non- 
Juifs) s'est élevé à 50 000 environ (cinquante mille) et non pas à 
quatre millions comme on l'a longtemps prétendu avant de se 
contenter d'un million maintenant comme le fait l'Institut 
d'histoire contemporaine de Munich. Quant au nombre des 
morts de tous les camps de concentration de 1933-34 à 1945, je 
pense qu'il a dû être de 200 000 ou, au plus, de 360 000. Un 
jour je citerai mes sources mais je dis aujourd'hui que, si on y 
employait les ordinateurs, on pourrait sans doute vite savoir le 
nombre réel des morts. Les déportés étaient fichés par de nom- 
breuses instances. Ils ont laissé de nombreuses traces. 



S.I. : Vous vous rendez compte que vous pourriez contri- 
buer ainsi à une espèce de « réhabilitation » du nazisme ? 

R.F. : Est-ce réhabiliter Néron que de dire que nous ne possé- 
dons aucune preuve qu'il a fait incendier Rome ? Ce qu'il faut 
avoir le souci de réhabiliter ou de rétablir, c'est la vérité, du 
moins quand nous le pouvons. L'historien n'a pas à se préoc- 
cuper des intérêts de Pierre ou de Paul. L'important pour moi 
est d'apporter ma contribution à une histoire véridique de la 
Seconde Guerre mondiale. Si un ancien nazi venait me dire que 
les prétendues « chambres à gaz » et le prétendu « génocide » 



197 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

des Juifs forment un seul et même mensonge historique, je 
l'approuverais comme s'il me disait que deux et deux font qua- 
tre. Cela n'irait pas plus loin et je le laisserais à ses idées politi- 
ques. 

Le néo-nazisme est en grande partie une invention des médias 
qui nous vendent même un nazisme de sex-shop. C'est comme 
la prétendue « filière Odessa » ou les colonies nazies en Amé- 
rique du Sud. Ou les réapparitions chroniques d'Hitler ou de 
Bormann. Il s'en gagne de l'argent avec ces inventions. En Alle- 
magne, je crois que ceux que leurs adversaires politiques quali- 
fient de « néo-nazis » forment 0,7 % du corps électoral. Nous 
vivons dans la fantasmagorie, dans une sorte de nazisme sans 
nazis. Je renvoie là-dessus aux pertinentes analyses de Gilbert 
Comte parues dans le Monde du 29 et du 30 mai 1979. Rien 
n'étant gratuit en ce monde, il va de soi que la déconstruction 
de ce délire fait apparaître un jeu complexe d'intérêts, de pas- 
sions, de conflits à l'échelle de la planète. L'État d'Israël a un 
intérêt vital au maintien de cette fantasmagorie qui n'a pas peu 
contribué à la possibilité de sa création en 1948. Même un Etat 
comme le nôtre a intérêt à masquer la réalité d'une foule de 
conflits grâce au maintien dans tous les esprits d'une mobilisa- 
tion contre le pire ennemi qui soit : la fameuse bête immonde 
du nazisme, une bête morte il y a trente -cinq ans et sur le 
compte de laquelle il est permis de se défouler. D'où ces perpé- 
tuelles cérémonies expiatoires, ces condamnations aux flammes 
éternelles, cette nécessité de la vengeance, du châtiment, de la 
dénonciation sans limite de temps, de lieu ou de personne. 



S.I. : Ne croyez-vous pas que traiter ainsi le problème du 
génocide juif soit une façon d'en discréditer le souvenir 
sur lequel se fonde principalement la conviction répandue 
que l'antisémitisme est le pire de tous les racismes prati- 
qués au cours du xx e siècle ? Un souvenir discrédité, ne 
sert en effet à rien. 

R.F. : L'antisémitisme n'est pas le pire des racismes mais une 
bonne façon de nous le faire croire est précisément de nous 
faire croire au « génocide » des Juifs. Les sionistes sont allés 
trop loin. Ceux qui avaient voulu refuser le principe des « répa- 
rations financières » versées par l'Allemagne au nom, en parti- 
culier, du « génocide », auraient dû être écoutés. Malheureuse- 
ment Ben Gourion pour l'État d'Israël et Nahum Goldmann à 



198 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

la fois pour l'État d'Israël et pour la Diaspora ont voulu tirer 
un gigantesque profit financier de cette affaire. Adenauer s'y est 
prêté. Cela donne à l'imposture du « génocide » une coloration 
encore plus fâcheuse. Lisez la stupéfiante interview de Nahum 
Goldmann parue dans le numéro 624 du Nouvel Observateur 
(25 au 29 octobre 1976) : on a rarement vu un homme aussi 
ébahi et heureux d'avoir réussi une splendide opération politi- 
co-financière (61). 

S.I. : Au cours de votre polémique avec tous ceux qui 
contestent cette thèse, vous avez également affirmé qu'une 
bonne partie de ce que sait le public n 'est que légende, et 
qu'elle aurait été rendue possible grâce à une utilisation 
« indiscriminée » des mass média. Que voulez-vous dire 
exactement avec cela ? 

R.F. : Ce point est grave et passionnant. La responsabilité des 
médias dans toute cette affaire est écrasante. Pendant trente- 
cinq ans, sur les cinq continents, on nous a présenté comme 
une vérité cette légende du « génocide » et des « chambres à 
gaz ». Des milliards d'hommes ont été ainsi abusés. C'est verti- 
gineux. Quelle leçon pour ceux qui croient à la qualité d'une 
information diverse et contradictoire ! Il a fallu la lutte héroï- 
que de quelques individus, de quelques esprits non confor- 
mistes pour que se fissure l'écran de la vérité officielle. Je pour- 
rais écrire une longue étude sur la façon dont les journaux fran- 
çais et la télévision française s'y prennent pour étouffer l'infor- 
mation. Les tribunaux les y aident et les pouvoirs publics dans 
leur ensemble. Les journalistes craignent que dans un proche 
avenir on n'institue une banque des données de l'information. 
Cette information résulterait d'un tri qu'ils n'auraient guère de 
moyens de contrôler. J'ai un conseil à leur donner. S'ils veulent 
savoir comment on risque de les tromper, qu'ils se penchent sur 
le passé et, pour quelques-uns d'entre eux, sur leur propre 
passé. Pour savoir comment on risque de mentir un jour, qu'ils 
voient comment on a préservé avec un soin jaloux le plus beau 
mensonge de tous les temps. Quand Louis XIV mentait, ses 
mensonges ne dépassaient guère quelques provinces. Aujour- 
d'hui, le mensonge peut prendre des dimensions véritablement 
hollywoodiennes. Un « docu-drame » comme Holocaust est le 
couronnement d'un édifice. Il n'était pas concevable dans les 
années qui ont suivi la guerre et qui étaient pourtant bien hai- 
neuses. Il fallait trente ans et plus d'intoxication. Une drogue 
aussi forte qu' 'Holocaust ne pouvait s'administrer qu'à des 



199 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

esprits déjà longuement imprégnés d'autres drogues du même 
genre et qui en réclament spontanément de plus virulentes 
encore. 

Mais l'overdose a produit des effets salutaires par le spectacle 
même que nous avons eu de notre déchéance. De saines réac- 
tions ont pu être notées. Je songe là en particulier à une réac- 
tion tout à fait remarquable du « Juif libre » Michel Rachline 
dans un numéro du Figaro Magazine (3 mars 1979). 

La non-existence des « chambres à gaz » et du « génocide » est 
une bonne nouvelle. L'homme, pourtant capable de toutes les 
horreurs, n'a pas été capable de celles-là. Il y a mieux : des mil- 
lions d'hommes qu'on nous présentait comme des complices 
d'un crime monstrueux ou comme des lâches ou comme des 
menteurs ont été honnêtes. J'ai déjà dit que les Juifs accusés par 
leurs enfants de s'être conduits comme des moutons que les 
Allemands auraient menés à l'abattoir ne méritaient pas cette 
accusation. J'ajoute que les accusés de Nuremberg et de mille 
autres procès disaient la vérité quand ils affirmaient à leurs 
juges-accusateurs ne rien savoir de ces épouvantables massa- 
cres. Le Vatican et la Croix-Rouge disaient vrai quand ils 
confessaient piteusement la même ignorance. Les Américains, 
les Anglais, les Suisses, les Suédois et tous ces peuples ou gou- 
vernements à qui aujourd'hui des Juifs extrémistes reprochent 
d'avoir été inactifs pendant que, paraît-il, fonctionnaient les 
abattoirs nazis, n'ont plus à se conduire en coupables repen- 
tants. Le résultat le plus méprisable de cette gigantesque impos- 
ture était et restera encore pour un certain temps cette 
mauvaise conscience que les Juifs extrémistes ont créée chez 
tant de peuples et en particulier dans le peuple allemand. Je ne 
voudrais surtout pas donner l'impression que je cherche si peu 
que ce soit à faire l'apologie du nazisme. Je crois même que je 
suis capable de présenter une analyse sévère de ce genre d'idéo- 
logie. Je ne proposerai pas cette analyse aussi longtemps que le 
faux nazisme dont nous assomment les « exterminationnistes » 
n'aura pas été dénoncé par l'ensemble des historiens officiels. 
Ces gens-là, en attaquant un nazisme qui n'a jamais existé, don- 
nent l'impression d'être incapables d'attaquer la réalité de ce 
qu'a été le nazisme. Ils me font penser à ceux qui représentent 
le Mal sous la forme du diable avec des grils, des pals et des 
fours. Le Mal en réalité, nous le savons bien, est dans les systè- 
mes de vie que l'homme s'est créés. Aussi longtemps qu'on s'en 
prendra à des formes mythiques du mal, le mal se portera bien. 
Notre société est déboussolée. En plein xx e siècle elle a réin- 



200 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 

venté le diable. Elle combat un ennemi imaginaire. Elle a 
mieux à faire. Un effort d'analyse s'impose. Ouvrons les yeux 
sur ce que les médias ont fait de nous. Ce que le pouvoir cher- 
che à masquer, démasquons-le. En tout domaine. 



201 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Notes 

1. Cette légende absurde (interrogez là-dessus un anatomiste, un chimiste, un spécialiste 
quelconque) a été reprise, mais sans grand succès, à propos de la Seconde Guerre mon- 
diale. S'il faut en croire Gitta Sereny, les responsables allemands de l'investigation des 
« crimes nazis » (Zentrale Stelle der Lande sjustizverwaltungen zur Aufklàrung NS- 
Verbrechen) ont «infirmé» l'information selon laquelle les nazis avaient pu utiliser des 
corps de Juifs pour en faire du savon ou des engrais. (Ces responsables travaillent à 
Ludwigsburg sous la direction du procureur général Adalbert Ruckerl, exterminationniste 
convaincu.) Gitta Sereny rapporte ce fait dans Into That Darkness (Londres, André 
Deutsch, 1974) en note 2 de la page 150 de la traduction française : Au fond des ténèbres, 
Paris, Denoël, 1975. Cependant, s'il faut en croire Pierre Joffroy, des «barres de savon 
juif» se trouvent aujourd'hui enterrées dans le cimetière juif de Haïfa (Israël). En effet, 
Pierre Joffroy, dans un article consacré à Anne Frank, évoquait en 1956 « ces quatre barres 
de "savon juif fabriquées avec des cadavres dans les camps d'extermination et qui, 
trouvées en Allemagne, furent revêtues d'un linceul, en 1948, et pieusement ensevelies 
selon les rites dans un coin du cimetière de Haïfa (Israël) ». Cet article est paru dans le 
magazine Paris-Match n° 395 du 3 novembre 1956, p. 93. 

2. Voyez cette photo de l'U.S. Army qui a fait le tour du monde et que Arthur R. Butz 
reproduit à la page 191 de The Hoax of the Twentieth Century, Torrance-California, The 
Noontide Press, 3 e édition, 1979. 

3. « [...] fur die Degesch vom 20. Juni 1922 ab vom Reichspatentamt patentiert » {Justiz 
und NS-Verbrechen, Amsterdam, University Press, tome XIII [1975], p. 137). 

4. « Un gaz contre les renards », le Quotidien de Paris, 2 septembre 1977. Voyez aussi une 
revue de chasse : le Saint-Hubert, avril 1979, pp. 180-181, «Méthodes de réduction de la 
population vulpine ». 

5. Je ne suis pas actuellement en mesure de prouver ce que j'avance là. J'ai découvert ce 
point dans les archives du Centre de documentation juive contemporaine de Paris dont 
l'entrée m'est interdite depuis janvier 1978, en raison de mes opinions en matière 
d'histoire. 

6. Cette expression semble avoir été créée par le groupe de chercheurs suédois réuni à 
Tàby (Suède) autour de Ditlieb Felderer et qui prépare un ouvrage sur « le mensonge 
d'Auschwitz » qui sera intitulé Auschwitz Exit. 

1 . Parmi ces titres trompeurs on peut citer, de Pierre Serge Choumoff, les Chambres à gaz 
de Mauthausen (31, boulevard Saint-Germain, Paris V e ), 1972, 96 pages. 

8. Georges Wellers, « La "solution finale de la question juive" et la mythomanie néo- 
nazie », le Monde Juif, n° 86, avril-juin 1977, pp. 41-84. Cet article porte le titre, en 
anglais, de « Reply to the Néo-Nazi Falsification of Historical Facts concerning the Holo- 
caust » ; il occupe les pages 105-162 d'un ouvrage publié en 1978 par «The Béate Klars- 
feld Foundation » à New York sous le titre de The Holocaust and the Néo-Nazi Mythoma- 
nia, XVIII-2 16 pages. 

9. Le camp d'Auschwitz a eu trois commandants successifs : Rudolf Hôss, Arthur Liebe- 
henschel et Richard Baer. Le premier a été interrogé par les Anglais, puis par les Polonais, 
qui l'ont exécuté ; le deuxième a été exécuté par les Polonais ; le troisième est subitement 
mort en prison alors que se préparait le fameux «Procès d'Auschwitz» à Francfort 
(1963-1965). À eux seuls, les Polonais semblent avoir interrogé et jugé 617 personnes 
(nazies ou alliées des nazis) en rapport avec la question d'Auschwitz ; ce chiffre est donné 
par Hermann Langbein à la page 993 de Der Auschwitz-P rozess, Wien, Europa Verlag, 
1965, 2 tomes. De leur côté les Français, les Anglais et les Américains ont souvent eu à 
interroger ou à juger d'anciens gardiens d'Auschwitz. Il est surprenant que, de la masse 
énorme de ces interrogatoires et procès, il soit sorti une quantité aussi dérisoire de rensei- 



202 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 



gnements sur les prétendus massacres en « chambres à gaz ». À ma connaissance on n'a 
jamais fait mention d'« aveux » ou même d'un renseignement quelconque de la part de 
Liebehenschel ou de Baer sur les « chambres à gaz ». Le vrai « procès des chambres à gaz » 
d'Auschwitz a été - on ne le dira jamais assez - celui des architectes Walter Dejaco et Fritz 
Ertl à Vienne (Autriche) en 1972. Ce procès déclenché par Simon Wiesenthal et présenté 
comme une affaire sensationnelle devait très vite apparaître comme un fiasco pour l'accu- 
sation. Les deux hommes à qui l'on reprochait d'avoir «construit et réparé les gigan- 
tesques chambres à gaz et fours crématoires d'Auschwitz-Birkenau » surent apparemment 
démontrer en techniciens que, s'ils avaient effectivement construit ou fait construire les 
fours crématoires, ils ne risquaient certes pas d'avoir dessiné des plans de «chambres à 
gaz » mais seulement des plans des chambres froides qui flanquaient ces fours crématoires. 
Les deux architectes furent acquittés. 

10. Kommandant in Auschwiîz /Autobiographische Aufzeichnungen von Rudolf Hôss, 
Eingeleitet und Kommentiert von Martin Broszat, 1958, Verlagsanstalt Stuttgart. C'est à la 
page 166 de ce livre, dans le fragment de confession que Hôss aurait rédigé en novembre 
1946, que se trouve le passage suivant : « Eine halbe Stunde nach den Einwurf des Gases 
wurde die Tur geôffhet und die Entluftungsanlage eingeschaltet. Es wurde sofort mit dem 
Herausziehen der Leichen begonnen. » Et c'est à la page 126 du livre, dans le fragment 
daté de février 1947, qu'il est dit que l'équipe chargée de sortir les cadavres des « chambres 
à gaz » faisait ce travail avec une « morne indifférence » « mit einer stumpfen Gleichmûtig- 
keit » « comme s'il s'agissait de n'importe quelle besogne quotidienne (« als wenn es irgend 
etwas Alltàgliches wâre »). Hôss est censé ajouter : « Beim Leichenschleppen assen Sie 
oder rauchten. » Autrement dit : « Tout en traînant [les cadavres] ils mangeaient ou 
fumaient. » Pour Hôss, ils ne cessaient d'ailleurs de manger. Ils mangeaient quand ils 
extrayaient les cadavres hors des chambres, quand ils enlevaient les dents en or, quand ils 
coupaient les cheveux, quand ils traînaient leur charge vers les fosses ou vers les fours. 
Hôss ajoute même cette énormité : « Aux fosses ils entretenaient le feu, ils arrosaient [les 
cadavres] avec la graisse qui s'accumulaient, ils fouillaient dans les montagnes de cadavres 
en feu pour faciliter l'arrivée de l'air. ». Il ne nous dit pas comment la graisse faisait pour 
n'être pas brûlée elle-même (on ne rôtit pas les corps à la broche comme s'il s'agissait de 
poulets, mais on les carbonise en tas accumulés sur le sol ou sur les bûchers). Il ne nous dit 
pas comment les hommes pouvaient approcher de ces formidables bûchers pour en 
recueillir les flots de graisse (!), ni comment ils pouvaient fouiller dans ces montagnes de 
cadavres pour faciliter le passage de l'air. L'absurdité de cet «arrosage avec graisse 
accumulée » (« das Uebergiessen des angesammelten Fettes ») est d'ailleurs telle que le tra- 
ducteur français du livre présenté par Martin Broszat a très discrètement omis de traduire 
ces cinq mots allemands (Rudolf Hôss, le Commandant d'Auschwitz parle..., traduit de 
l'allemand par Constantin de Grunwald, Paris, Julliard, 1959, réimpression du 15 mars 
1970, p. 212). 

11. Pour les différents procès dits « de Nuremberg », les Américains ont dépouillé de nom- 
breux documents techniques relatifs au Zyklon B. S'ils avaient lu ces documents avec 
attention et s'ils avaient poursuivi leurs recherches, comme je l'ai fait moi-même, dans cer- 
tains ouvrages techniques qui étaient en possession de la Library of Congress de Washing- 
ton, ils se seraient aperçus de la somme incroyable d'impossibilités techniques contenue 
dans tous les témoignages selon lesquels les Allemands avaient utilisé le Zyklon B pour 
tuer des êtres humains en «chambres à gaz». Je consacrerai ailleurs qu'ici une étude aux 
quatre documents qui, pour moi, anéantissent la légende des « chambres à gaz ». Ces 
quatre documents sont d'abord deux documents enregistrés par les Américains pour les 
procès de Nuremberg, puis deux études techniques signées de Gerhard Peters et que l'on 
peut consulter à la bibliothèque de Washington. Je rappelle que Gerhard Peters a été, pen- 
dant la guerre, le directeur temporaire de la firme DEGESCH (Deutsche Gesellschaft fur 
Schàdlingsbekàmpfung, société allemande pour la lutte contre les nuisibles) qui fabriquait 
notamment le Zyklon B. Après la guerre, Gerhard Peters allait être plusieurs fois traduit 
en justice par ses compatriotes : il n'avait, disait-il, jamais entendu parler pendant la 
guerre d'un emploi homicide du Zyklon B. 

- Documents de Nuremberg (documents NI, c'est-à-dire Nuremberg, Industrialiste) : 

a) NI-9098, enregistré seulement le 25 juillet 1947 : brochure intitulée Acht Vortràge aus 



203 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



dem Arbeitgebiet der DEGESCH (Eight Lectures on aspects of DEGESCH' field of opéra- 
tion / Huit exposés sur le champ d'activités de la DEGESCH) et imprimée en 1942 pour 
usage privé. À la fin de cette brochure, p. 47, apparaît un tableau descriptif de chacun des 
huit gaz fabriqués par la firme. Au point n° 7 de la description on lit pour le Zyklon B : 
« Euftbarkeit : wegen starken Haftvermôgens des Gases an Oberflàchen, erschwert u. lang- 
wierig » (Ventilation properties : complicated and long to ventilate since the gas adhères 
strongly to surfaces / Ventilation : compliquée et longue vu que le gaz adhère fortement 
aux surfaces) ; 

b) NI-9912, enregistré seulement le 21 août 1947 : affiche intitulée Richîlinien fur die 
Anwendung von Blausâure (Zyklon) zur Ungeziefervertilgung (Entwesung) (Directives for 
the use of prussic acid [Zyklon] for the destruction of vermin [Disinfection] - Directives 
pour l'usage de l'acide prussique [Zyklon] pour détruire la vermine [désinfection]). Ce 
document est d'une importance capitale ; mieux que tout autre, il montre à quel point le 
maniement du Zyklon B ne peut être le fait que d'une personne entraînée. Le temps requis 
pour que le produit détruise la vermine va de 6 heures par temps chaud à 32 heures par 
temps froid ; la durée normale est de 16 heures. Cette longue durée s'explique sans doute 
par la composition du Zyklon. Le Zyklon est de l'acide prussique ou cyanhydrique absorbé 
par un support de diatomite. Le gaz se dégage lentement en raison même de la nature du 
support. Cette lenteur est telle qu'on ne comprend pas comment les Allemands auraient 
pu choisir le Zyklon pour liquider des foules humaines. Il leur aurait été beaucoup plus 
facile d'utiliser de l'acide cyanhydrique sous sa forme liquide. Ils disposaient d'importantes 
quantités de cet acide dans les laboratoires de l'I.G.-Farben d'Auschwitz où ils travaillaient 
notamment à la préparation du caoutchouc synthétique. C'est du document NI-9912 que 
je tire les information concernant l'emploi du Zyklon B pour le gazage d'un baraquement, 
la durée de l'aération (au moins 21 heures), etc. 

- Documents de la Library of Congress : il s'agit de deux études techniques écrites par Ger- 
hard Peters et publiées toutes deux dans Sammlung chemischer und chemisch-îechnischer 
Vortrdge, l'une en 1933 dans Neue Eolge Heft 20 et l'autre dans Neue Folge Heft 47 a en 
1942 (revue éditée par Ferdinand Enke à Stuttgart). En voici les titres, suivis de la cote de 
la Library of Congress : 

a) « Blausâure zur Schàdlingsbekàmpfung » (QDI, S2 n.f., hft 20, 1933) ; 

b) « Die hochwirksamen Gase und Dâmpfe in der Schàdlingsbekàmpfung » (QDI, S2 n.f., 
hft 47a, 1942). Soit dit en passant, on admirera que cette revue publiée en pleine guerre en 
Allemagne soit parvenue également en pleine guerre à la Library of Congress de Washing- 
ton ; c'est ainsi que le numéro de 1942 a été enregistré à Washington... le 1" avril 1944 ! 

12. La réglementation française concernant l'emploi de l'acide cyanhydrique est aussi dra- 
conienne que l'allemande ; voyez le décret 50-1290 du 18 octobre 1950 du ministère de la 
Santé publique. 

13. Le plan qui nous permet de donner ces dimensions au centimètre près se trouve dans 
les archives du musée d'État d'Oswiecim (Auschwitz). La cote de la photo de ce plan est : 
Neg. 519. Les plans des Kremas IV et V sont encore plus intéressants que ceux des Kremas 
II et III. Ils prouvent en effet que les trois pièces abusivement qualifiées de « chambres à 
gaz » étaient d' inoffensives pièces, dotées de portes et de fenêtres ordinaires. Il n'y a pas de 
cave, ni de grenier. Le seul moyen pour les S. S. de «jeter le Zyklon » dans ces pièces « en 
venant de l'extérieur » aurait été le suivant : il aurait fallu que les S. S. prient leurs futures 
victimes, entassées à plusieurs centaines ou milliers dans 236,78 mètres carrés, de bien 
vouloir ouvrir les fenêtres pour qu'ils «jettent le Zyklon»; après quoi, les victimes 
auraient soigneusement refermé ces fenêtres, puis elles se seraient abstenues de briser les 
vitres jusqu'à ce que mort s'ensuive. On comprend vraiment que les communistes polonais 
se montrent si discrets sur le compte de ces plans et qu'ils préfèrent évoquer les « aveux » 
de Hôss sans fournir beaucoup d'illustrations topographiques. 

14. Ces intéressants vestiges des Kremas sont visibles derrière une grande vitrine de l' arriè- 
re-salle qui, dans le bloc d'exposition n° 4, est consacrée aux Kremas. 

15. Ces détails sur la première exécution aux gaz toxiques ont été donnés par le journal 
belge le Soir du 9 février 1974 ; sous la rubrique « Il y a 50 ans », ce journal reproduisait un 
article du Soir du 9 février 1924. 



204 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 



16. Le résumé que je donne ici d'une exécution par l'acide cyanhydrique s'inspire d'une 
enquête qu'un avocat américain a bien voulu mener pour moi auprès de six pénitenciers et 
auprès d'une firme fabriquant des chambres à gaz. Les six pénitenciers sont les suivants : 
pénitenciers de San Quentin/California ; de Jefferson City /Missouri ; de Santa Fe/New 
Mexico ; de Raleigh/North California ; de Baltimore/M aryland ; de Florence/ Arizona. La 
firme est celle d'Eaton Metall Products C' e de Den ver/Colorado. Il va de soi qu'il y a des 
variantes dans le mode d'exécution d'un pénitencier à l'autre. J'ai personnellement obtenu 
l'autorisation de visiter l'une de ces chambres à gaz. La feuille de procédure (« Gas Cham- 
ber Procédure Check Sheet ») révèle que la simple préparation de la chambre pour une 
exécution exige deux jours de travail pour deux employés à raison de huit heures de travail 
par jour chacun. La chambre une fois prête, l'opération elle-même se déroule en 47 temps. 
Cette feuille ne suffit pas du tout à se faire une idée de la complication des tâches puisqu'il 
s'agit d'une simple énumération de manœuvres. Prenons un exemple : la dernière indica- 
tion de manœuvre est ainsi rédigée : « Empty Chamber/Body Removed » (Vider la cham- 
bre/enlèvement du corps). Or, ces mots signifient ceci : le médecin et ses deux assistants 
doivent, après avoir attendu le temps réglementaire, pénétrer dans la chambre en portant 
masque à gaz, tablier de caoutchouc et gants de caoutchouc ; le médecin doit passer la 
main dans la chevelure du mort pour en chasser les molécules d'acide cyanhydrique qui y 
seraient restées ; les deux assistants doivent, avec un jet, soigneusement laver le corps ; ils 
doivent en particulier laver l'intérieur de la bouche et toutes les ouvertures du corps ; ils ne 
doivent pas oublier de laver avec grand soin le pli des bras et le pli des genoux. La simple 
vue d'une de ces petites chambres à gaz faites pour tuer un seul condamné rend dérisoires 
ces locaux de pierres, de bois et de plâtre qu'on nous présente comme étant d'anciennes 
chambres à gaz allemandes. Si la chambre à gaz américaine est faite exclusivement d'acier 
et de verre, c'est pour une raison de bon sens et pour une raison plus spécialement tech- 
nique. La première raison, c'est que l'acide ayant tendance à adhérer aux surfaces et même 
à les pénétrer, il faut éviter toute matière qui se prêterait à cette adhérence et à cette péné- 
tration. La seconde raison est que, lorsque les ventilateurs vident l'air de la chambre, il y a 
un risque d'implosion ; d'où l'épaisseur remarquable de l'acier et des verres de l'habitacle. 
Il va de soi que la très lourde porte d'acier ne peut se fermer qu'avec un volant. 

17. Les communistes polonais eux-mêmes reconnaissent que le tatouage avait pour but de 
rendre les fuites plus difficiles (et de faciliter l'élucidation de la provenance d'un fugitif rat- 
trapé) ; voyez Contribution à l'histoire du KL-Auschwitz, éditions du musée d'État 
d'Oswiecim, 1968, pp. 16 et 99. 

18. Louis De Jong, Viertelsjahrshefte fur Zeitgeschichte, Munich, 1969, Heft 1, p. 1-16 : 
« Die Niederlande und Auschwitz ». Sensible au caractère délicat de ce genre de révéla- 
tions, le directeur de la revue, H. Rothfels, s'explique dans un avant-propos (Vorbe- 
merkung) sur la raison qui l'a conduit à publier cette étude. Cette raison est que M. Louis 
De Jong n'étant pas allemand, il serait d'autant moins soupçonné de faire l'apologie du 
nation al- socialisme qu'au contraire il avait, en tant que directeur d'un institut officiel 
comme celui d'Amsterdam, donné tous les gages souhaitables de son sérieux. Cet avant- 
propos donne une idée de la situation où se trouvent les historiens allemands : il y a cer- 
taines vérités qu'ils ne peuvent pas dire sans être soupçonnés de faire l'apologie du 
nazisme. Il faut savoir aussi que M. Louis De Jong est d'autant moins suspect qu'il est 
d'origine juive. 

19. Ces photographies aériennes ont été révélées au grand public par Dino A. Brugioni et 
Robert G. Poirier dans un article intitulé « The Holocaust Revisited » (Central Intelligence 
Agency, Department of Commerce, National Technical Information Service, Washington 
D.C. ; ST 79-10001, 19 pages). Les deux auteurs offrent un exemple intéressant d'aveugle- 
ment. Ils essayent à tout prix d'adapter ce que leur montre la réalité matérielle de ces pho- 
tos avec ce qu'ils croient savoir de la réalité d'Auschwitz grâce à trois ouvrages extermina- 
tionnistes. Il y a une contradiction spectaculaire entre les photos et les commentaires qu'ils 
sont ainsi conduits à donner de ces photos. 

20 L'article 19 des statuts du Tribunal militaire international dispose : «Le Tribunal ne 
sera pas lié par les règles techniques relatives à l'administration des preuves [...] » (The Tri- 



205 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



bunal shall not be bound by technical rules of évidence [...] / Der Gerichtshof ist an 
Beweisregeln nicht gebunden [...].) 

L'article 21 dispose : « Le Tribunal n'exigera pas que soit rapportée la preuve de faits de 
notoriété publique, mais les tiendra pour acquis [...] » (« The Tribunal shall not require 
proof of facts of common knowledge but shall take judicial notice thereof [...]»/« Der 
Gerichtshof soll nicht Beweis fur allgemein bekannte Tatsachen fordern, sondern soll sie 
von Amts wegen zur Kenntnis nehmen [...] ».) 

21. Prison et déportation, Paris, éditions Spes, 1947, p. 77. 

22. La prétendue «chambre à gaz» de Dachau porte aujourd'hui l'inscription suivante 
rédigée en cinq langues (allemand, anglais, français, italien, russe) : 

Gaskammer getarnt als « Brausebad » — war nicht in Betrieb ; 

Gas Chamber disguised as a « shower room » — never used ; 

Chambre à gaz « chambre de douche » camouflée — ne fut jamais utilisée. 

J'ai demandé à Frau Barbara Distel, directrice du musée de Dachau, et au D r Guérisse, 
président du Comité international de Dachau, sis à Bruxelles, ce qui leur permettait de 
qualifier de « chambre à gaz » un local « inachevé » ; on se demande en effet comment on 
peut savoir qu'un local inachevé est destiné à devenir, une fois achevé, une chose qu'on n'a 
encore jamais vue de sa vie. J'ai également voulu savoir si on avait fait procéder à une 
expertise technique, scientifique ou judiciaire de ce lieu. Sur ce second point la réponse a 
été que non. Sur le premier point je n'ai pas reçu de réponse. Chaque visiteur de Dachau 
ne serait-il pas en droit d'exiger des éclaircissements sur place ? Chaque Allemand ne 
serait-il pas en droit de demander aux accusateurs une preuve à l'appui de leur terrible 
accusation ? Car c'est une terrible accusation que de dire que telle ou telle personne a forgé 
une arme abominable avec l'intention de tuer des êtres humains dans une sorte d'abattoir. 

23. Voyez « Réflexions sur l'étude de la déportation », par Germaine Tillion, dans le 
numéro spécial intitulé «Le système concentrationnaire allemand (1940-1944)» de la 
Revue d'histoire de la Deuxième Guerre mondiale de juillet 1954. Consultez les pages 16, 
17, 20, 21, 24, 26 et, surtout, la note 2 de la page 17, la note 2 de la page 18 et la note 1 de 
la page 20. 

24. Document de Nuremberg « Paris/Storey » PS-3870 : déclarations sous serment du 
policier Hans Marsalek. Les conditions dans lesquelles Ziereis aurait, d'après ce policier, 
avoué l'existence et le fonctionnement d'une « chambre à gaz » à Mauthausen valent d'être 
méditées. Elles font de l'interrogatoire une pure et simple séance de torture qui a duré de 
six à huit heures jusqu'à ce que Ziereis rende l'âme. Le policier lui-même dit qu'il a 
conduit l'interrogatoire du commandant pendant six à huit heures dans la nuit du 22 au 23 
mai 1945. Il dit que Franz Ziereis était grièvement blessé, que trois balles l'avaient traversé 
de part en part et qu'il savait qu'il allait mourir. On peut voir aujourd'hui au musée de 
Mauthausen une photo prise au flash et qui représente Ziereis encore vivant tandis qu'assis 
près de lui un interné l'écoute ; il y a d'autres gens dans la pièce au chevet du moribond ; 
peut-être le général Seibel, commandant de la 11 e division blindée américaine, et l'ancien 
médecin des internés, le déporté D' Koszeinski, étaient-ils là, comme l'affirme le policier. 
Qu'un général de division et un médecin de profession aient admis de participer à cette 
séance de torture en dit long sur la mentalité de ceux qui estiment avoir un « nazi » sous la 
main : un « nazi » n'est pas un homme, mais une sorte de bête malfaisante. C'est bien 
ainsi, on peut en être sûr, que tous les commandants de camps ont été considérés. Il ne faut 
pas s'étonner des « aveux » qu'ils ont fait ou qu'on dit qu'ils ont faits. 

25. « Keine Vergasung in Dachau » par le D r Martin Broszat, Die Zeit, 19 août i960, 
p. 16. 

26. Voyez l'ouvrage que je cite, ci-dessus, dans ma note 10. Le D r Martin Broszat explique 
dans la note 1 de la page 167 pourquoi il ne donne pas la suite du texte de Hôss. Il dit que, 
dans cette suite, Hôss nous livre des « données tout à fait déroutantes » (« vôllig abwegige 
Angaben ») qu'il qualifie d'informations «qu'on ne peut absolument pas prendre au 



206 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 



sérieux » (« miïssen dièse Mitteilungen als gânzlich unzuverlàssig gelten »). Le D r Broszat 
donne un exemple de ces aberrations, mais il prend soin de choisir la moins aberrante de 
ces aberrations. Quinze ans après la publication de son livre, il se trouve que les Polonais 
ont, à leur tour, donné ce qu'il est convenu d'appeler le texte de la confession de Hôss. Et 
c'est là que, pour le coup, on s'aperçoit que les « aberrations » s'étaient multipliées sous la 
plume de Hôss. Pour en avoir une idée, on pourra se reporter à l'ouvrage suivant : KL- 
Auschwitz in den Augen der S. S., Verlag des Staatlichen Auschwitz-Museums, Cracovie, 
1973, pp. 135-136. Le D r Broszat s'est disqualifié aux yeux de tout historien sérieux par la 
publication qu'il a ainsi faite de la « confession de Hôss » et, avec un tant soit peu d'atten- 
tion et d'honnêteté, il aurait dû conclure que cette confession, là où elle est auto- 
accusatrice, n'est qu'un amas d'absurdités et d'aberrations qui n'ont pu être dictées à Hôss 
que par ses geôliers polono- staliniens. 

27. L'expression employée par le D r Broszat est « vor allem » ; cette expression embarras- 
sée me semble avoir été dictée par le désir de ne pas se prononcer sur l'authenticité de 
« chambres à gaz » qui ne sont situées ni en Pologne, ni dans l'Ancien Reich ; c'est le cas 
pour Mauthausen, situé en Autriche, et le Struthof, situé en Alsace. 

28. Par suite d'un phénomène fréquent en la matière, le D 1 Broszat a pu donner l'impres- 
sion qu'il rétractait plus ou moins ses affirmations courageuses du 19 août 1960. Il a écrit 
ou laissé écrire par des membres de son institut de Munich des lettres ou des articles où 
l'on se demande s'il revient sur les termes de sa lettre à Die Zeii. En réalité, à regarder les 
textes de près, on a surtout l'impression que le D r Broszat fait des concessions de pure 
forme. Pour en juger, on se reportera aux textes suivants : 

a) Réponse de Frau D r S. Noller, le 26 octobre 1967, au journaliste de Paris-Match Pierre 
Joffroy. Cette réponse est partiellement publiée dans le livre de Pierre-Serge Choumoff 
(pp. 73-74) que j ' ai mentionné dans ma note 7 ; 

b) L'avant-propos du D 1 Broszat à une étude de Frau D r Ino Arndt et du D r Wolfgang 
Scheffler parue dans Viertelsjahrshefte fur Zeitgeschichîe d'avril 1976 et intitulée « Organi- 
sierter Massenmord an Juden in NS-Vernichtungslagern » (pp. 105-135; avant-propos : 
pp. 105-112); 

c) Réponse de Frau D r Ino Arndt, le 25 novembre 1977, au Y* Egon G. L. Rieder. Cette 
réponse a été publiée par MUT- Verlag, janvier 1979 (adresse : 3901 Asendorf en B.R.D.). 

29. Sur Treblinka ainsi que sur Belzec, Sobibor et Chelmno, voyez NS-Vernichtungslager 
im Spiegel deutscher Strafprozesse par Adalbert Rùckerl, Deutscher Taschenbuch Verlag, 
édition originale en décembre 1977. 

30. Le Système concentrationnaire nazi (1933-1945), thèse, Presses universitaires de 
France, 1968, pp. 541-544. 

31. Hôss a été torturé. C'est par les Polonais eux-mêmes que nous le savons. Ils l'ont auto- 
risé à le dire dans sa confession. Il peut y avoir plusieurs motifs à cette autorisation du juge 
d'instruction Jan Sehn. Comme Hôss se répand en louanges sur la bonté de ses geôliers de 
Cracovie, il se peut qu'on ait voulu nous donner l'idée que, si Hôss avait auparavant dit 
n'importe quoi dans ses dépositions recueillies par les Britanniques, c'est qu'il avait parlé 
sous la torture tandis que, cette fois-ci, dans sa prison de Cracovie, il s'exprimait en toute 
liberté. Dans son « empressement » à tout avouer à ses tortionnaires britanniques Hôss 
était allé jusqu'à parler du camp « d'extermination » de... « Wolzek près de Lublin » ; or, 
Wolzek n'a jamais existé ni près de Lublin, ni ailleurs en Pologne. Hôss citait pourtant ce 
camp mythique dans le document NO-1210 du 14 mars 1946, puis dans le document 
PS-3868 du 5 avril 1946, puis dans le document NI-034 du 20 mai 1946. Dans ce « Wol- 
zek » terriblement embarrassant on a proposé de voir Belzec, ce qui est absurde puisque 
dans le document PS-3868 il est précisé par Hôss qu'il y avait « trois autres camps d'exter- 
mination dans le Gouvernement général ; Belzekx (sic), Treblinka et Wolzek » (« drei 
weitere Vernichtungslager in Gêner alg ou vernment : Belzekx, Treblinka und Wolzek »). 
Cette Solution absurde est imposée par la « bible » des recherches exterminationnistes que 
constitue The Holocaust / The Nuremberg Evidence (Part One : Documents) édité par 
Yad Vashem à Jérusalem et par le Yivo Institute de New York en 1976 (voyez p. 334). Une 
solution encore moins acceptable a été proposée par le procureur Adalbert Rùckerl en 



207 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



note 5 de la page 37-38 de l'ouvrage que je cite, ci-dessus, dans ma note 29. Ce magistrat 
n'hésite pas à dire que Wolzek est... Sobibor ! On n'en finirait pas de citer les aberrations 
contenues dans les papiers que la justice militaire britannique a fait signer à Hôss. Pour ne 
prendre ici qu'un seul autre exemple, Hôss situe à Treblinka une installation de gazage par 
camions qu'il situera ensuite à Culmhof ! Les Anglais lui font dire « Treblinka » (NO-1210 
et PS-3868) là où les Polonais lui font dire « Culmhof» (NO-4498 B) ; or la distance, à vol 
d'oiseau, est de près de 250 km entre Treblinka qui est à l'est de Varsovie et Kulmnof ou 
Chelmno-sur-Ner qui est à l'ouest de Varsovie. Jan Sehn a donc autorisé son prisonnier à 
nous faire des révélations sur la manière dont il avait été traité avant de bénéficier de l'hos- 
pitalité si enviable de la prison de Cracovie. Les Anglais l'ont sérieusement malmené et cela 
à tel point que Hôss a dû, dit-il, signer un procès-verbal dont il ne connaissait pas le conte- 
nu. Il commence par écrire ceci dans sa confession aux Polonais de Cracovie : « Es wurde 
Ubel zugesetzt durch die Field-Security-Police. » (Je subis un traitement fâcheux de la part 
de la police de sécurité militaire britannique.) Et il ajoute : « Unter schlagenden Beweisen 
kam meine erste Vernehmung zustande. Was in dem Protokoll drin steht, weiss ich nicht, 
obwohl ich es unter schrieben habe. Doch Alkohol und Peitsche waren auch fur mich 
zuviel. » (C'est sous arguments frappants que se déroula mon premier interrogatoire. Ce 
que contient le procès-verbal, je l'ignore, bien que je l'aie signé. L'alternance de l'alcool et 
du fouet était vraiment de trop, même pour moi.) Hôss ajoute encore que, transféré quel- 
ques jours après à Minden-sur-Weser au centre principal des interrogatoires de la zone 
anglaise, il subit un traitement encore plus brutal de la part du procureur général anglais, 
un major. (« Dort wurde mir noch mehr zugesetzt durch den I. englischen Staatsanwalt, 
einem Major».) Il dit que le régime de la prison correspondait à l'attitude du major. Pen- 
dant trois semaines il ne put ni se laver ni se raser. Pendant trois semaines il dut garder les 
menottes ! Transféré à Nuremberg, son séjour dans la maison d'arrêt lui fit l'effet d'une 
cure en sana : un séjour idéal en comparaison de ce qu'il avait connu. Mais les interroga- 
toires, menés par des Juifs exclusivement, furent terribles, d'un point de vue non pas phy- 
sique mais psychologique. Ses interrogateurs ne lui laissaient aucun doute sur le sort qui 
l'attendait, notamment en Europe orientale. Transféré en Pologne, il connut à nouveau de 
terribles épreuves, mais soudain apparut le procureur et désormais Hôss fut traité avec une 
surprenante prévenance (« anstàndig und entgegenkommend »). On trouvera tous ces 
détails dans les pages 145-147 de Kommandanî in Auschwitz (voyez, ci-dessus, ma note 
10). Ce que Hôss ne mentionne pas, c'est le résultat de ces tortures physiques et morales 
subies avant sa livraison aux Polonais. Le 5 avril 1946, soit dix jours avant sa comparu- 
tion devant le Tribunal de Nuremberg, on lui extorquait une stupéfiante déclaration sous 
serment (en américain : affidavit) qu'il signait bien qu'elle fût, non pas dans sa langue 
maternelle, mais... en anglais. C'est le document PS-3868. Devant le tribunal, le 15 avril 
1946, le procureur américain (le procureur Amen) lut, en présence de Hôss, le texte de 
cette déclaration. Les propos signés de Hôss firent sensation. Quant à Hôss, il frappa tout 
le monde par son « apathie » {sic). Ses réponses se limitaient pour la plupart à un « oui » 
lorsque le colonel Amen lui demandait si tout ce qu'il lisait était exact. Cette « apathie » 
fut qualifiée par les observateurs de « schizoïde » ou de termes approchants. Ces observa- 
teurs, acharnés contre Hôss, ne se doutaient pas à quel point l'adjectif de «schizoïde», 
qu'ils voulaient insultant, était exact et reflétait une terrible réalité : Hôss était dans un état 
second, il était « deux hommes à la fois », déchiré, hébété, scindé en deux ou presque : 
« schizoïde » en vérité comme peut l'être un homme physiquement et psychologiquement 
torturé et qui, comme il l'a dit dans sa confession, se demandait ce qu'il venait faire devant 
ce formidable tribunal. Il faut lire le texte du dialogue entre le colonel Amen et l'accusé 
Hôss à la date du 15 avril 1946 dans le tome XI, p. 425 et suivantes, du grand procès de 
Nuremberg (références de l'édition française). 

32. Sur les tortures systématiquement infligées par les Américains à leurs prisonniers alle- 
mands, on voudra bien se reporter dans l'index du livre d'A. R. Butz (The Hoax...) aux réfé- 
rences concernant Justice Gordon Simpson ou Judge Charles F. Wennerstrum. Je recom- 
mande aussi un des plus beaux livres jamais écrits en faveur des droits de l'homme : Mans- 
tein, His Campaign and His Trial, par Sir Reginald Thomas Paget (London, Collins, 
1951), doté d'une étonnante préface de Lord Hankey. À la page 109, Sir Paget mentionne 
que la commission d'enquête américaine Simpson/Van Roden/Laurenzen avait rapporté 
« entre autres choses que sur les 139 cas examinés il avait été découvert que 137 [soldats et 
officiers allemands] avaient eu leurs testicules détruits à jamais par les coups reçus de 



208 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 



l'équipe américaine d'investigation des crimes de guerre» (« report ed among other things 
that of the 139 cases they had investigated 137 had their testicles permanently destroyed by 
kicks received from the American War Crimes Investigation team »). 

33. Le D r ingénieur Durrfeld était le directeur temporaire de l'usine Buna à Auschwitz. 
Dans le document NI-034 on fait dire à Hôss que le D 1 Durrfeld était au courant des 
gazages d'êtres humains à Birkenau et qu'il en parlait à ses collègues. Or, dans le document 
NI-11046, l'intéressé répond : «Je regrette d'avoir à dire que c'est par la radio et par les 
journaux que j'ai pour la première fois entendu parler [de ces gazages]. Je dois dire que 
c'est là une marque d'infamie pour le peuple allemand, cela je dois le dire. » (« It is a sorry 
fact that I heard of first through the radio and through newspaper reports. I must say that it 
is a brand of infamy for the German people, that I must say. ») Voyez également le docu- 
ment NI-9542 pour Otto Ambros ou le document NI- 11631 pour Kurt Rosenbaum. Bien 
placés pour tout connaître de ce qu'il se passait à Auschwitz, ces deux hommes affirment 
n'avoir jamais rien su des gazages. Des internés aussi ont eu le courage d'écrire qu'ils 
n'avaient jamais vu de « chambre à gaz » à Auschwitz ou à Birkenau, bien qu'ils se soient 
trouvés tout près de l'endroit où ces « chambres » étaient censées se trouver. C'est le cas de 
Benedikt Kautsky, le social-démocrate autrichien d'origine juive. Il vécut sept ans en camp 
de concentration. Sa mère mourut à Birkenau le 8 décembre 1944, à l'âge de 80 ans passés. 
Dans Teufel et Verdammîe (Wien, Verlag der Wiener Volksbuchhandlung, 1948), il écrit, 
p. 316, qu'il n'a personnellement pas vu ces «chambres à gaz» dans le camp. Cela ne 
l'empêche d'ailleurs pas de se livrer ensuite à une sorte de description de ce qu'il n'a pas 
vu. Il le fait sur la foi de ceux « qui ont vu ». 

34. Je fais ici allusion à certains accusés du procès de Francfort (1963-1965), procès dont 
Hermann Langbein prétend avoir rendu compte dans Der Auschwitz-Prozess , ouvrage que 
je mentionne, ci-dessus, dans ma note 9. Franz Hofmann aurait employé l'expression de 
« aider à pousser» ; il l'aurait curieusement employée au pluriel : « haben wir [...] mitge- 
schoben » (p. 241 ). Hans Stark aurait aidé un infirmier à verser du gaz par une ouverture 
dans le toit de la « chambre à gaz » ; mais Stark est confus, très vague et le président donne 
l'impression surtout de lui faire réciter un texte (p. 439). 

35. On devrait accorder la plus grande attention au 42 e et dernier tome des comptes rendus 
du grand procès de Nuremberg. Ce tome s'ouvre sur le très long document (153 pages) 
PS-862. Il s'agit d'une synthèse du colonel britannique Neave. Celui-ci avait été chargé de 
résumer une foule d'enquêtes réalisées dans les camps de prisonniers des Alliés. Il en 
ressort ce qui ressort également du document « Politische Leiter-54 » (p. 348) : Les 26 674 
anciens dirigeants politiques interrogés ont déclaré que c'est seulement après la capitula- 
tion de mai 1945 qu'ils ont, pour la première fois, entendu parler d'une extermination de 
Juifs dans des camps appelés « d'extermination ». (« Sie von einer Vernichtung von Juden 
in sog. Vernichtungslagern erst nach der Kapitulation im Mai 1945 Kenntnis erhielten. ») 

36. Dans une correspondance privée, M e Robert Servatius, qui fut avocat au grand procès 
de Nuremberg (1945-1946) et qui défendit Adolf Eichmann au «procès de Jérusalem» 
(1961), m'a parlé de «prétendu gazage » et de «personnes prétendument gazées» («der 
behaupteten Vergasung », lettre du 22 février 1975 ; « der in Auschwitz angeblich vergas- 
ten Personen », lettre, auparavant, du 21 juin 1974). Le célèbre avocat résume en une 
phrase la raison pour laquelle les avocats allemands se gardent bien de soulever devant un 
tribunal la question de l'existence des « chambres à gaz » : il semble, dit-il, que pour les 
défenseurs le problème de l'existence des chambres à gaz soit passé à l'arrière-plan par 
rapport à la question de la participation de leurs mandants aux prétendus gazages 
(« Anscheinend ist die Frage der Existenz von Gaskammern fur die Verteidiger zuriïckge- 
treten, gegentiber der Frage der Beteiligung ihrer Mandanten an der behaupteten Verga- 
sung »). On ne saurait mieux dire. L'avocat précisait en outre, en réponse à l'une de mes 
questions sur Eichmann, que ce dernier avait déclaré (à qui ? la lettre n'est pas claire sur ce 
point) n'avoir jamais vu de chambre à gaz, ni avoir eu connaissance de rapports à leur 
sujet (« Eichmann hat erklàrt, dass er niemals eine Gaskammer gesehen habe oder dass 
ihm daruber berichtet worden sei » / lettre du 22 février 1975). Les sténogrammes du pro- 
cès (consultables en plusieurs langues au Centre de documentation juive de Paris) prouvent 
qu'Eichmann n'a apparemment rien su des «chambres à gaz», sinon ce qu'il en avait lu 



209 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



en prison dans la « confession » de Hôss (voyez la séance du 19 avril 1946, cotes JI-MJ à 
02 RM). 

37. C'est à la télévision française que M e Albert Naud, visiblement ému, devait faire cette 
déclaration impromptue (Antenne 2, « L'huile sur le feu », émission de Philippe Bouvard, 
octobre 1976). 

38. Cet avocat complaisant était M e Anton Reiners, de Francfort. 

39. Raul Hilberg, The Destruction of the European Jews, Chicago, Quadrangle Books, 
1961 et 1967 ; Gerald Reitlinger, The Final Solution, 2 e éd., London, Vallentine, Mitchell, 
1968 ; H. G. Adler, Der Verwaltete Mensch, Tiïbingen, J.C.B. Mohr (Paul Siebeck), 1974 ; 
Hermann Langbein, Menschen in Auschwitz, Wien, Europa Verlag, 1974 ; Olga Wormser- 
Migot, le Système concentrationnaire nazi (1933-1945), Paris, Presses universitaires de 
France, 1968 ; le Mémorial de la déportation des Juifs de France, par Serge Klarsfeld (B.P. 
137-16, 75763 Paris cedex 16), 1978. 

40. Extrait de ce que les Allemands nomment « Bormann Vermerke ». La partie finale de 
ces « Bormann Vermerke » a été publiée en France sous le titre de le Testament politique 
de Hitler, version française et présentation de François Genoud, Paris, Arthème Fayard, 
1959, pp. 71-72. 

41. « Dass sie deshalb [ihre Konfession] verfolgt worden waren, wie ich glaubte, liess 
manchmal meine Abneigung gegeniiber ungunstigen Aeusserungen Uber sie fast zum 
Abscheu werden. » (Mein Kampf, Miinchen, Zentralverlag der N.S.D.A.P., 1942, p. 55). 
« Die grossen Meister der Luge » (les grands maîtres du mensonge) est un mot de Schopen- 
hauer, repris par Hitler, p. 253 de Mein Kampf. 

42. Déclaration publiée dans le Jewish Chronicle du 8 septembre 1939, p. 1. 

43. Daily Express, 24 mars 1933, p. 1. 

44. « Nach Beendigung des Krieges werde er [Hitler] sich rigoros auf den Standpunkt stel- 
len, dass er Stadt fur Stadt zusammenschlage, wenn nicht die Drecksjuden rauskàmen und 
nach Madagaskar oder einem sonstigen judischen Nationalstaat abwanderten. » (Henry 
Picker, Hitlers Tischgespràche im Fuhrerhauptquartier 1941-1942, H. von Percy Ernst 
Schramm [...], Stuttgart, 1963, p. 471). 

45. Les textes et les faits abondent qui prouvent que les autorités allemandes interdisaient 
et réprimaient ces excès, même quand les Juifs pouvaient en être les victimes. Je ne citerai 
qu'un texte et deux faits. Ce texte est celui du général von Roques daté du 29 juillet 1944, 
sur le front russe (document NOKW-1620). Quant aux faits, ils sont rapportés dans le 
document OKW-501. Voici le premier fait : au printemps de 1944, à Budapest, un lieute- 
nant tue une Juive qui voulait le dénoncer parce qu'il lui avait volé, avec certains de ses 
hommes, quelques-uns de ses biens. Un tribunal militaire allemand le condamne à mort et 
il est passé par les armes, tandis que plusieurs de ses hommes de troupe et sous-officiers 
sont condamnés à de longues peines de prison. Voici le second fait : près de Rostov 
(U.R.S.S.), deux soldats sont condamnés à mort par un tribunal militaire allemand (et exé- 
cutés ?) pour avoir tué l'unique habitant juif d'un village. On trouve ces exemples et bien 
d'autres faits du même genre dans le 42 e et dernier tome des comptes rendus du grand pro- 
cès de Nuremberg. Malheureusement, ce tome est quasiment ignoré de tout le monde. Il 
est notamment ignoré par les magistrats qui se permettent d'invoquer « ce qui a été établi à 
Nuremberg » mais ne prennent pas assez le soin de relire les documents pourtant établis 
par les vainqueurs ayant à juger les vaincus. L'historien peut d'autant moins se permettre 
cette légèreté qu'il sait que ces vainqueurs-là ont commis deux très graves malhonnêtetés : 
1° Ils ont eux-mêmes procédé au tri des documents sans y associer la défense ; 2° Ils ont 
procédé à un tri de ce tri en publiant les 42 tomes sans inclure des pièces déposées par la 
défense. Il faut bien savoir qu'aujourd'hui encore, près de 35 ans après la guerre, les Alliés 
maintiennent au secret une formidable quantité de documents dont on peut penser qu'ils 
ont prélevé déjà tout ce qui, à leurs yeux, pouvait accabler l'Allemagne. Imagine-t-on 



210 



INTERVIEW DE ROBERT FAURISSON A STORIA ILLUSTRATA 



l'Himalaya de « crimes de guerre » qu'avec de tels procédés on pourrait faire juger par un 
« tribunal militaire international » formé de vaincus ayant à juger leurs vainqueurs ? Mais, 
pour en revenir à la question des « excès » ou « crimes de guerre », je me permets de suggé- 
rer que l'armée allemande et, en particulier le corps des S. S., a été redoutablement dure à 
la fois dans le combat et dans les mesures de police dues à la guerre de partisans, mais 
qu'elle a été, d'une certaine façon, moins redoutable pour les civils non combattants que 
beaucoup d'autres armées. Plus une armée est disciplinée et tenue en mains et moins, en 
principe, les populations civiles en auront à craindre des excès de toutes sortes. À ce point 
de vue, des bandes de partisans, quelque sympathie qu'on puisse éprouver pour la cause 
qu'elles sont censées défendre, sont presque toujours redoutables pour la population civile. 

46. Cette livraison fut qualifiée du nom de « Opération Keelhaul ». Voyez The Hoax 
d'Arthur R. Butz, pp. 248-249. Le terme de «Keelhaul» est parlant ; ce verbe anglais 
signifie : «infliger le châtiment de la cale humide à quelqu'un, ou le haler d'un côté à 
l'autre du navire en le faisant passer sous la quille ». 

47. Je signale qu'à la même époque, et cela sans aucune excuse militaire, la ségrégation 
raciale à l'encontre des Noirs (parfois dénoncée dans les journaux français de la « collabo- 
ration ») sévissait chez nos alliés américains et sud -africain s. 

48. Discours prononcé à Posen le 6 octobre 1943, p. 169 de Discours secrets d'Heinrich 
Himmler, Paris, Gallimard, 1978. Il s'agit de la traduction française de Geheimreden 1933 
bis 1945 und andere Ansprachen, Propylâen Verlag, 1974. Cet ouvrage est à utiliser avec 
précaution et surtout sa traduction en français. 

49. Le texte du « Madagaskar Projekt » et peu connu. On le trouve au Centre de documen- 
tation juive contemporaine de Paris. Il porte la cote 172 de la police d'Israël (Quartier 
général, 6 e bureau). Il semble que ce document n'ait été mis au jour qu'en 1961 à l'occa- 
sion du procès d'Adolf Eichmann. Il se compose d'une lettre de Theodor Dannecker, du 
15 août 1940, adressée au secrétaire de légation Rademacher et du rapport lui-même qui 
paraît être, d'ailleurs, un brouillon ni signé, ni daté. Sa cote au C.D.J.C. de Paris est 
DXII-172. 

50. Voyez la lettre de Rademacher à l'ambassadeur Bielfeld en date du 10 février 1942 
(document NG-5770). 

51. « Solution d'ensemble » (« Gesamtlôsung ») et « solution finale » (« Endlôsung ») sont 
les deux termes interchangeables employés par Gôring dans sa fameuse lettre du 31 juillet 
1941 adressée à R. Heydrich. Les exterminationnistes ont épilogue à perte de vue sur cette 
très courte lettre (document PS-710) et, en particulier, sur ces deux mots de Gôring. Ils ont 
d'autant plus spéculé sur ce texte qu'ils l'ont - du moins pour certains d'entre eux - cyni- 
quement amputé de la première moitié de sa première phrase où se trouvait une claire et 
nette explication du sens qu'il faut donner à ces deux mots. Ces deux mots, qui n'en font 
qu'un, impliquent émigration ou évacuation (« Auswanderung oder Evakuierung »). Gerald 
Reitlinger se permet de citer intégralement la petite lettre en plaçant tout au début du texte 
trois points de suspension. Le lecteur de Reitlinger voit donc qu'il manque le début de la 
phrase qu'il va lire et il est conduit à penser qu'il n'y a certainement rien d'important dans 
le fragment qui manque. Il est difficile d'agir plus malhonnêtement que Reitlinger ! (Voyez 
Gerald Reitlinger, Die Endlôsung «The Final Solution», traduction de l'anglais en alle- 
mand par J. W. Brugel, 4 e édition revue et corrigée, Berlin, Colloquium Verlag, 1961, 
p. 92.) On trouvera le texte, non amputé, à la page 32 du remarquable ouvrage de Wilhelm 
Stàglich : Der Auschwitz Mythos. Légende oder Wirklichkeit ? Tiïbingen, Grabert Verlag, 
1979, Wilhelm Stàglich est cet ancien magistrat de Hambourg qui subit une incessante per- 
sécution depuis 1973 à cause de ses convictions révisionnistes. 

52. On trouve mention de ces naissances dans le «calendrier» des Cahiers d'Auschwiîz, 
édités par le musée d'État d'Oswiçcim, en particulier dans les cahiers 7 et 8. Les Alle- 
mands tenaient registre de toutes les naissances, y compris juives. Ils tenaient registre de 
tout. Chaque opération chirurgicale, par exemple, était notée avec le nom de l'interné, son 
numéro matricule, l'objet et le résultat de l'opération (en latin), la date, la signature du chi- 



211 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



rurgien. Aux crématoires, l'extraction d'une dent en or à un cadavre faisait l'objet d'un 
rapport (Meldung) circonstancié. Ce dernier point, à lui seul, rend absurde la légende des 
massacres en masse avec arrachage des dents en or sur une échelle quasi industrielle. 

53. J'ai personnellement fait une enquête minutieuse sur les exécutions sommaires réali- 
sées par les résistants dans une petite région de France ; j'ai eu la surprise de constater que 
les communautés tziganes avaient payé un lourd tribut en morts, non pas du fait des Alle- 
mands mais du fait des résistants. Cette enquête ne peut actuellement être publiée en 
France. 

54. Sur l'existence d'une école de maçons, voyez, par exemple, le témoignage de Franz 
Hofmann dans l'ouvrage d'Hermann Langbein, Der Auschwitz-Prozess, p. 236. Sur les 
équipes d'apprentis (Lehrlings-Kommandos), voyez le témoignage du détenu Curt Posener 
dans le document NI-9808. 

55. Georges Wellers, l'Étoile jaune à l'heure de Vichy. De Drancy à Auschwitz, Paris, 
1973, pp. V,4, 5, et 7. 

56. La distance de Drancy à Auschwitz (1250 km) était couverte, en général, en deux 
jours. 

57. Je ne peux que renvoyer ici aux cas de Maurice Bardèche, Paul Rassinier, Manfred Rô- 
der, Thies Christophersen, Wilhelm Stàglich, J. G. Burg (Juif), Hellmut Diwald, Udo 
Walendy, Arthur R. Butz et à mon propre cas. Rien ne manque : prison, violences physi- 
ques, amendes, incendie criminel, carrières brisées, incroyables décisions de justice, 
calomnies pures, exil forcé. Pas une association défendant la liberté d'expression, pas un 
seul groupe d'écrivains n'a élevé la moindre protestation contre les stupéfiants procédés du 
groupe Springer à l'égard soit de David Irving, soit du professeur d'université Hellmut 
Diwald. Dans ce concours de persécutions, l'Allemagne arrive incontestablement en tête. 
La France vient en seconde position. L'Afrique du Sud n'en est pas loin. 

58. Cette décision date du 17 mai 1979 (BundesprUfstelle fur jugendgefahrdende Schriften, 
Entscheidung Nr. 2765). L'expert choisi a été le procureur Adalbert Ruckerl. Ce dernier 
était juge et partie puisqu'il se trouve avoir consacré sa vie et certains de ses ouvrages à 
défendre une thèse (celle de l'extermination) qu'Arthur R. Butz considère, ainsi que moi- 
même, comme erronée. Le texte du jugement est de 55 pages. Ce texte apparaîtra sans 
doute dans quelques années comme un monument d'incompétence historique. Le prési- 
dent du tribunal était Rudolf Stefen. Le professeur Konrad Jentzsch représentait l'art 
(Kunst) ; l'écrivain Bernhard Ohsam, la littérature ; Gunther Roland, le corps professoral 
(Lehrerschaft) ; le prélat D r Hermann, les églises ; etc. 

59. Ce fut mon cas à Lyon le 29 janvier 1978 au colloque national sur « Églises et chrétiens 
de France dans la Deuxième Guerre mondiale ». 

60. Parmi les 42 tomes des comptes rendus (tronqués) du grand procès de Nuremberg, 
voyez le tome III, pp. 574-575 de l'édition française, et lisez le document PS-2738 (décla- 
ration sous serment - affidavit - de W. Hôttl). 

61. Pages 120-122, 125, 128, 136, 141, 149 et 157, sous le titre de : « Nahum Goldmann : 
au nom d'Israël». M. Goldmann dit que ces colossales réparations «constituent une 
innovation extraordinaire en matière de droit international ». Elles étaient contraires à la 
constitution allemande. Il a dicté ses conditions à Adenauer en 1950. Il a obtenu 80 mil- 
liards de DM, soit 10 à 14 fois plus que la somme d'abord espérée. Il dit : « Sans les 
réparations allemandes [...], Israël n'aurait pas la moitié de son infrastructure actuelle 
[1978] : tous les trains en Israël sont allemands, les bateaux sont allemands, ainsi que 
l'électricité, une grande part de l'industrie... sans même parler des pensions individuelles 
versées aux survivants [...]. Certaines années, les sommes d'argent qu'Israël recevait de 
l'Allemagne dépassaient le montant des collectes du judaïsme international - les multipliant 
par deux ou par trois. » Le jeune contribuable allemand de 1979, qui n'est pour rien dans 
la guerre de 1939-45, paie, bien entendu sa part. 



212 



Document II 

Le Journal d'Anne Frank est-il authentique ? 

par 

Robert Faurisson 



1. « Le Journal d'Anne Frank est-il authentique ? » 
Depuis deux ans cette question est inscrite au 
programme officiel de mon séminaire de « Critique 
de textes et documents ». (Ce séminaire est réservé à 
des étudiants de 4 e année, déjà pourvus d'une 
licence.) 

2. « Le Journal d'Anne Frank est une supercherie. » 
Telle est la conclusion de nos éludes et de nos 
recherches. Tel est le titre du livre que je publierai. 

3. Pour étudier la question posée et lui trouver une 
réponse, j'ai procédé aux investigations suivantes : 

[Chapitre premier] Critique interne : le texte même 
du Journal (texte hollandais) recèle une quantité 
inexplicable de faits invraisemblables ou inconce- 
vables. (Alinéas 4-12.) 

[Chapitre II] Étude des lieux à Amsterdam : d'une 
part, les impossibilités matérielles, et, d'autre part, 
les explications forgées par le père d'Anne Frank 



213 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

compromettent gravement ce dernier. (Alinéas 
13-17 avec, en annexe n° 1, des documents photo- 
graphiques.) 

[Chapitre III] Audition du principal témoin : 
M. Otto Frank ; cette audition s'est révélée acca- 
blante pour le père d'A. Frank. (Alinéas 18-47.) 

[Chapitre IV] Examen bibliographique : de curieux 
silences et de curieuses révélations. (Alinéas 48-55.) 

[Chapitre V] Retour à Amsterdam pour une nou- 
velle enquête : l'audition des témoins se révèle défa- 
vorable à M. Frank ; la vérité probable (Alinéas 
56-63.) 

[Chapitre VI] Le « dénonciateur » et l'arrestateur 
des Frank : pourquoi M. Frank a-t-il voulu leur 
assurer un tel anonymat ? (Alinéas 64-71, avec 
annexe n° 2 : « Confidentiel ».) 

[Chapitre VII] Confrontation entre le texte hollan- 
dais et le texte allemand : voulant trop en faire, 
M. Frank s'est trahi ; il a signé une supercherie litté- 
raire. (Alinéas 72-103.) 



214 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



CHAPITRE PREMIER 



4. Critique interne : le texte même du Journal (texte 
hollandais) recèle une quantité inexplicable de faits 
invraisemblables ou inconcevables. 

5. Prenons l'exemple des bruits. Les clandestins, Les bruits. 
nous dit-on, ne doivent pas faire le moindre bruit. 

C'est au point que, s'ils toussent, ils prennent vite 
de la codéine. Les « ennemis » pourraient les 
entendre. Les murs sont tellement « minces » (25 
mars 43). Ces « ennemis » sont très nombreux : 
Lewin qui connaît l'immeuble « comme sa 
poche » (1 er octobre 42) les hommes du magasin, les 
clients, les livreurs, le facteur, la femme de ménage, 
le gardien de nuit Slagter, les plombiers, le « service 
d'hygiène », le comptable, la police qui multiplie 
les perquisitions, les voisins proches ou éloignés, le 
propriétaire, etc. Il est donc invraisemblable et 
même inconcevable que M me Van Daan ait pour 
habitude de passer Y aspirateur chaque jour à 
12 h 30 (5 août 43). Les aspirateurs de l'épo- 
que étaient, de plus, particulièrement bruyants. Je 
demande : « Comment cela est-il concevable ? » Ma 
question n'est pas de pure forme. Elle n'est pas ora- 
toire. Elle n'a pas pour but de manifester un étonne - 
ment. Ma question est une question. Il faut y 
répondre. Cette question pourrait être suivie de 
quarante autres questions concernant les bruits. Il 
faut expliquer, par exemple, l'usage d'un réveille- 
matin (4 août 43). Il faut expliquer de bruyants tra- 
vaux de menuiserie : suppression de marches de 
bois, transformation d'une porte en armoire tour- 
nante (21 août 42), fabrication d'un lustre en bois (7 
décembre 42). Peter fend du bois au grenier devant 
la fenêtre ouverte (23 février 44). Il est question de 
fabriquer avec le bois du grenier « des étagères et 
autres charmantes bricoles» (11 juillet 42). Il est 
même question de construire au grenier... « un 
cagibi» pour y travailler (13 juillet 43). 
Il y a le bruit presque constant de la radio, des por- 
tes claquées, des « cris interminables » (6 décembre 



215 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

1943), les disputes, les cris, les hurlements, un «fra- 
cas de jugement dernier » (9 novembre 42), « Un 
vacarme s'ensuivit [...]. J'étais pliée en deux de 
rire » (10 mai 44). L'épisode rapporté le 2 septem- 
bre 1942 est inconciliable avec la nécessité d'être 
silencieux et discret. On y voit les clandestins à 
table. Ils bavardent et rient. Tout à coup un siffle- 
ment perçant se fait entendre. Et on entend la voix 
de Peter qui crie, par le tuyau du poêle, qu'il ne des- 
cendra certainement pas. M. Van Daan se lève, sa 
serviette tombe et, le visage en feu, il crie : « C'en 
est assez. » Il monte au grenier et là, coups et frap- 
pements de pieds. L'épisode rapporté le 10 décem- 
bre 1942 est du même genre. On y voit M me Van 
Daan soignée par le dentiste Dussel. Celui-ci lui 
touche, de son crochet, une dent malade. M me Van 
Daan lance alors « des sons invraisemblables ». Elle 
essaye d'arracher le petit crochet. Le dentiste regar- 
de la scène, les mains sur les hanches. Les autres 
spectateurs sont tous pris de «fou rire ». Anne, au 
lieu de manifester la moindre angoisse devant ces 
cris ou ce fou rire, déclare : « Ça, c'était vache, car 
je suis sûre que j'aurais crié encore bien plus fort 
qu'elle. » 



Les rideaux, les 
ordures, la fumée, 
la nourriture, etc. 



6. Les remarques que je fais ici à propos des bruits, 
je pourrais les répéter à propos de toutes les réalités 
de la vie matérielle et morale. Le Journal présente 
même cette particularité que pas un domaine de la 
vie qui y est vécue n'échappe à la règle d'invraisem- 
blance, d'incohérence, d'absurdité. Dès leur arrivée 
dans leur cachette, les Frank, pour cacher leur pré- 
sence, installent des rideaux. Or, installer des 
rideaux à des fenêtres qui n'en possédaient pas jus- 
qu'alors, n'est-ce pas le meilleur moyen de signaler 
son arrivée ? N'est-ce pas le cas, en particulier, si 
ces rideaux sont faits de pièces «bigarrées» (11 
juillet 42) ? Pour ne pas trahir leur présence, les 
Frank brûlent leurs ordures. Mais, ce faisant, ils 
signalent leur présence par la fumée qui s'échap- 
pera du toit d'une demeure qui est censée être inha- 
bitée ! Ils font du feu pour la première fois le 30 
octobre 1942, alors qu'ils sont arrivés dans les lieux 
le 6 juillet. On se demande ce qu'ils ont pu faire des 



216 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

ordures de 116 jours d'été. Je rappelle, d'autre part, 
que les apports de nourriture sont énormes. En 
régime normal, les clandestins et leurs hôtes, 
consomment chaque jour huit petits déjeuners, huit 
à douze déjeuners et huit dîners. En neuf passages 
du livre, on fait allusion à une nourriture mauvaise, 
médiocre ou insuffisante. Ailleurs, la nourriture est 
abondante et « délicieuse ». Les Van Daan « dévo- 
rent » et Dussel « absorbe des quantités énormes » 
de nourriture (9 août 43). On fabrique sur place des 
saucisses et des saucissons, des conserves de fraises 
et des confitures en bocaux. Eau-de-vie ou alcool, 
cognac, vins et cigarettes ne semblent pas non plus 
manquer. Le café est si peu rare qu'on ne comprend 
pas que l'auteur, énumérant (23 juillet 43) ce que 
chacun voudra faire le jour où il pourra quitter la 
cachette, dise que le vœu le plus cher de M me Frank 
sera d'avoir une tasse de café. Voici, d'autre part, en 
février 1944 - le terrible hiver 44 - l'inventaire des 
réserves disponibles pour les seuls clandestins, à 
l'exclusion de tout cohabitant ami ou « ennemi » : 
30 kg de blé, à peu près 30 kg de haricots et 10 
livres de pois, 50 boîtes de légumes, 10 boîtes de 
poisson, 40 boîtes de lait, 10 kg de lait en poudre, 3 
bouteilles d'huile, 4 bocaux de beurre salé, 4 idem 
de viande, 2 bouteilles de fraises, 2 bouteilles de 
framboises à la groseille, 20 bouteilles de tomates, 
10 livres de flocons d'avoine, 8 livres de riz. Il entre, 
à d'autres moments, des sacs de légumes pesant cha- 
cun... 25 kg, ou encore un sac de 19 livres de petits 
pois frais (8 juillet 44). Les livraisons sont faites par 
le « gentil marchand de légumes ». Et cela « tou- 
jours à l'heure du déjeuner» (11 avril 44). C'est 
invraisemblable. Comment, dans une ville par ail- 
leurs décrite comme affamée, un marchand de légu- 
mes peut-il, en plein jour, quitter sa boutique avec 
de pareils chargements pour aller les déposer dans 
un immeuble situé dans un quartier animé ? 
Comment ce marchand pouvait-il éviter, dans son 
propre quartier (il était « du coin »), la rencontre de 
ses clients normaux pour qui, en ces temps de 
disette, il devait normalement être un personnage 
qu'on recherche et qu'on sollicite ? Il y a bien 
d'autres mystères à propos des autres marchandises 



217 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

et de la manière dont elles parviennent dans la 
cachette. Pour les fêtes et les anniversaires des clan- 
destins, les cadeaux abondent : œillets, pivoines, 
narcisses, jacinthes, pots de fleurs, gâteaux, livres, 
sucreries, briquet, bijoux, nécessaire à raser, jeu de 
roulette, etc. Je signalerais à ce propos une véritable 
prouesse réalisée par Elli. Celle-ci trouve le moyen 
d'offrir des raisins le 23 juillet 1943. Je dis bien : des 
raisins, à Amsterdam, un 23 juillet. On nous en 
indique même le prix : 5 florins le kg. 

La porte-armoire. 7. L'invention de la « porte-armoire » est une 
absurdité. En effet, la partie de l'immeuble qui est 
censée abriter les clandestins existait bien avant leur 
arrivée. Donc installer une armoire, c'est signaler, 
sinon une présence, du moins un changement dans 
cette partie de l'immeuble. Cette transformation des 
lieux - accompagnée du bruit des travaux de 
menuiserie - ne pouvait échapper aux « ennemis » 
et, en particulier, à la femme de ménage. Et ce pré- 
tendu « subterfuge », destiné à égarer la police en 
cas de perquisition, est bien propre, au contraire, à 
lui donner l'éveil. (« Il y a beaucoup de perquisi- 
tions à cause des vélos cachés », dit Anne le 21 août 
1942 et c'est pour cette raison que la porte d'entrée 
de la cachette a été ainsi dissimulée.) La police, ne 
trouvant pas de porte d'accès au bâtiment qui sert 
de cachette, s'étonnerait de cette étrangeté et décou- 
vrirait vite qu'on a voulu la tromper, puisqu'elle se 
trouverait devant un bâtiment d'habitation sans 
accès ! 

Les fenêtres, l'élec- 8. Invraisemblances, incohérences, absurdités four- 
tricité, le cambrio- millent également à propos des points suivants : les 
lage, etc. fenêtres (ouvertes et fermées), Y électricité (allumée 

et éteinte), le charbon (prélevé sur le tas commun 
sans que les «ennemis» s'en rendent compte), les 
ouvertures et fermetures de rideaux ou camou- 
flages, l'usage de Veau et des cabinets, les moyens 
de faire la cuisine, les mouvements des chats, les 
déplacements de l'avant-maison vers l'arrière - 
maison (et vice-versa), le comportement du gardien 
de nuit, etc. La longue lettre du 11 avril 1944 est 
particulièrement absurde. Elle rapporte une affaire 

218 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

de cambriolage. Soit dit en passant, la police nous y 
est montrée s 'arrêtant devant la « porte -armoire », 
en pleine nuit, sous la lumière électrique, à la 
recherche des cambrioleurs qui se sont livrés à une 
effraction. Elle donne des secousses à la « porte- 
armoire ». Ces policiers, accompagnés du gardien 
de nuit, ne s'aperçoivent de rien et ne cherchent 
pas à pénétrer dans l'arrière -maison ! Comme dit 
Anne : « Dieu doit nous avoir particulièrement pro- 
tégés ! » 



9. Le 27 février 1943, on nous dit que le nouveau 
propriétaire n'a heureusement pas insisté pour visi- 
ter l'arrière -maison. Koophuis lui a dit qu'il n'avait 
pas la clé sur lui et ce nouveau propriétaire, pour- 
tant accompagné d'un architecte, n'a pas examiné 
sa nouvelle acquisition ni ce jour-là, ni un autre 
jour. 



Le nouveau proprié- 
taire et l'architecte. 



10. Quand on a toute une année pour se choisir une 
cachette (voy. 5 juillet 42), choisit-on son 
bureau ? Y amène-t-on sa famille ? Et un collègue ? 
Et la famille de ce collègue ? Choisit-on ainsi un 
endroit plein d'« ennemis» et où la police et les 
Allemands viendront automatiquement vous cher- 
cher s'ils ne vous trouvent plus à votre domicile ? 
Ces Allemands, il est vrai, ne sont guère curieux. Le 
5 juillet 1942 (un dimanche), le père Frank (à moins 
que ce ne soit Margot ?!) a reçu une « convocation » 
des S. S. (voy. la lettre du 8 juillet 1942). Cette 
« convocation » n'aura pas de suite. Margot, recher- 
chée par les S. S., se rend vers la cachette à bicy- 
clette, et cela le 6 juillet, alors que, d'après la lettre 
du 20 juin, les Juifs se sont vu confisquer leurs bicy- 
clettes depuis un certain temps. 



Se cacher avec sa 
famille à son bu- 



11. Pour contester l'authenticité du Journal, on 
pourrait invoquer des arguments d'ordre psycholo- 
gique, littéraire et historique. Je m'en abstiendrai 
ici. Je ferai simplement remarquer que les absur- 
dités matérielles sont si graves et si nombreuses 
qu'elles ont une répercussion d'ordre psycholo- 
gique, littéraire et historique. 



Trop d'absurdités 
matérielles. 



219 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Des « ronds car- 
rés », en quelque 
sorte. 



12. Il ne faudrait pas attribuer à l'imagination de 
l'auteur ou à la richesse de sa personnalité des 
choses qui sont, en réalité, inconcevables. Est 
inconcevable « ce dont l'esprit ne peut se former 
aucune représentation parce que les termes qui le 
désignent enveloppent une impossibilité ou une 
contradiction, par exemple : un rond carré ». Celui 
qui dit qu'il a vu un rond carré, dix ronds carrés, 
cent ronds carrés ne témoigne ni d'une imagination 
fertile, ni d'une riche personnalité. Car, en fait, ce 
qu'il dit et rien sont exactement la même chose. Il 
fait la preuve de sa pauvreté d'imagination. C'est 
tout. Les absurdités du Journal sont celles d'une 
pauvre imagination qui se développe en dehors 
d'une expérience vécue. Elles sont dignes d'un mau- 
vais roman ou d'un pauvre mensonge. Toute per- 
sonnalité un tant soit peu riche renferme ce qu'il est 
convenu d'appeler des contradictions psycholo- 
giques, morales ou mentales. Je m'abstiendrai de 
démontrer ici que la personnalité d'Anne ne ren- 
ferme rien de tel. Sa personnalité est fabriquée et 
invraisemblable tout comme l'expérience que le 
Journal est censé relater. D'un point de vue histo- 
rique, je ne serais pas étonné qu'une étude des jour- 
naux hollandais, de la radio anglaise et de la radio 
hollandaise de juin 1942 à août 1944, ne nous 
prouve une supercherie de la part de l'auteur réel 
du journal. Le 9 octobre 1942, Anne parle déjà de 
« chambre à gaz » (texte hollandais : « vergas- 
sing ») ! 



220 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



CHAPITRE II 



tous ; des voisins à 
demeure. 



13. Étude des lieux à Amsterdam : d'une part, les 
impossibilités matérielles et, d'autre part, les expli- 
cations forgées par le père d'Anne Frank compro- 
mettent gravement ce dernier. 

14. Quiconque vient de lire le Journal, ne peut Une maison de ver- 
normalement que recevoir un choc en découvrant re accessible de par- 
la « Maison Anne Frank ». Il découvre une « mai- tout > visible de 
son de verre » qui est visible et observable de toutes 
parts et accessible de ses quatre côtés. Il découvre 
aussi que le plan de la maison, tel qu'il est reproduit 
dans le livre par les soins d'Otto Frank, constitue un 
maquillage de la réalité. Otto Frank s'était bien 
gardé de dessiner le rez-de-chaussée et il s'était bien 
gardé de nous dire que la courette de séparation 
entre l'avant-maison et l'arrière-maison n'avait que 
3,70 m de largeur. Il s'était surtout bien gardé de 
nous signaler que cette même courette est 
commune à la « Maison Anne Frank » (263, Prin- 
sengracht) et à la maison située à droite quand on 
regarde la façade (265, Prinsengracht). Grâce à 
toute une série de fenêtres et de portes-fenêtres, les 
gens du 263 et ceux du 265 vivaient et se dépla- 
çaient sous les yeux et sous le nez (odeurs de cui- 
sine !) de leurs voisins respectifs. Les deux maisons 
n'en font qu'une. D'ailleurs, le musée regroupe 
aujourd'hui les deux immeubles. De plus, l'arrière- 
maison avait son propre accès grâce à une porte 
donnant, par derrière, sur un jardin. Ce jardin est 
commun au 263 Prinsengracht et aux gens d'en 
face, habitant au 190 Keizersgracht. (Quand on est 
dans le musée, on voit fort distinctement ces gens 
du 190 et, d'ailleurs, de bien d'autres numéros de 
Keizersgracht.) De ce côté (côté jardin) et de l'autre 
côté (côté canal), j'ai dénombré deux cents fenêtres 
d'immeubles anciens par lesquelles on avait vue 
sur la « Maison Anne Frank ». Même les habitants 
du 261 Prinsengracht pouvaient avoir accès, par les 
toits, au 263. C'est une dérision que de laisser croire 
à la moindre possibilité d'une vie réellement clan- 
destine en ces lieux. Je dis cela en tenant compte, 
bien entendu, des transformations apportées aux 



221 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

lieux depuis la guerre. À dix visiteurs successifs, j'ai 
demandé, en montrant la vue sur le jardin, 
comment Anne Frank avait pu vivre ici cachée avec 
les siens pendant vingt-cinq mois. Après un 
moment de surprise (car les visiteurs de musée 
vivent généralement dans une sorte d'état d'hyp- 
nose), chacun des dix visiteurs successifs s'est rendu 
compte, en quelques secondes, de cette totale 
impossibilité. Les réactions ont été variables : chez 
les uns, consternation ; chez d'autres, éclat de rire 
(« My God ! »). Un visiteur, sans doute froissé, m'a 
dit : « Ne pensez -vous pas qu'il vaut mieux laisser 
les gens à leurs rêves ? » Personne n'a soutenu la 
thèse du Journal, et cela malgré quelques pitoyables 
explications fournies par les prospectus ou par les 
inscriptions du musée. 

Des explications 15. Les explications sont les suivantes : 1° Les 
absurdes. « ennemis » se trouvant dans une des pièces de 

l'avant-maison croyaient que les fenêtres qui don- 
naient sur la courette donnaient directement sur le 
jardin ; ils ignoraient ainsi l'existence même d'une 
arrière -maison ; et, s'ils ignoraient cela, c'est que les 
fenêtres étaient occultées de papier noir, pour assu- 
rer la conservation des épices entreposées ; 2° Les 
Allemands, quant à eux, n'auraient jamais pensé à 
l'existence d'une arrière-maison « vu qu'ils ne 
connaissent pas ce genre de maison » ; 3° La fumée 
du poêle « n'attirait pas l'attention vu que dans le 
temps cette pièce (où il se trouvait) servait de labo- 
ratoire à la petite usine, où un poêle devait égale- 
ment brûler tous les jours ». Les deux premières de 
ces trois explications proviennent d'une publication 
de 36 pages, sans titre et sans date, imprimée par 
Koersen, Amsterdam. La dernière vient du prospec- 
tus de 4 pages, disponible à l'entrée du musée. Le 
contenu de ces deux imprimés a reçu l'aval de 
M. Otto Frank. Or, dans les trois cas, ces explica- 
tions n'ont pas la moindre valeur. L'arrière-maison 
était visible et palpable de cent façons par le rez-de- 
chaussée (interdit à la visite), par le jardin, par des 
couloirs de communication sur quatre niveaux, par 
les deux fenêtres du bureau sur cour, par les 
immeubles voisins. Certains des « ennemis » 



222 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

devaient même s'y rendre pour satisfaire leurs 
besoins naturels puisque'/ n'y avait rien pour cela 
dans l'avant-maison. Le rez-de-chaussée de la mai- 
son du fond recevait même des clients de la firme. 
Quant à la « petite usine » qui aurait existé « dans le 
temps », en plein cœur de ce quartier résidentiel et 
commerçant, elle serait restée au moins deux ans 
sans cracher de fumée, puis, soudain, le 30 octobre 
1942, elle se serait remise à cracher de la fumée. Et 
quelle fumée ! Jour et nuit ! Hiver comme été, cani- 
cule ou pas. À la vue de tous (et, en particulier, 
d'« ennemis» comme Lewin qui avait là autrefois 
son laboratoire de chimiste), la « petite usine » se 
serait remise en marche ! Mais pourquoi M. Otto 
Frank s'est-il ingénié à trouver cette explication, vu 
que, par ailleurs, l'arrière-maison est déjà décrite 
comme une sorte de maison-fantôme ? 

16. En conclusion de ce point, je dirais que, si je ne Affabulations de 
me trompe en refusant toute valeur à ces « explica- M. Frank. 

tions », nous avons le droit d'affirmer : 1° Que des 
faits très graves pour M. Otto Frank restent sans 
explication ; 2° Que M. Otto Frank est capable 
d'affabulations et même d'affabulations grossières et 
médiocres, comme celles précisément que j'ai signa- 
lées dans ma lecture critique du Journal. Je 
demande à mon lecteur de retenir cette conclusion. 
Il verra plus loin quelle réponse m'a personnelle- 
ment faite M. Otto Frank, en présence de sa femme. 

17. Pour la documentation photographique concer- 
nant la « Maison Anne Frank », voyez la pièce 
intitulée : annexe n° 1 . 



223 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



CHAPITRE III 



18. Audition du principal témoin : M. Otto Frank. 
Cette audition s'est révélée accablante pour le père 
d'Anne Frank. 

Une audition de 19. J'avais fais savoir à M. Otto Frank que je prépa- 
neuf heures en deux rais avec mes étudiants une étude sur le Journal. Je 
jours, lui avais précisé que ma spécialité était la « critique 

de textes et documents » et que j'avais besoin d'un 
entretien prolongé. Cet entretien, M. Otto Frank me 
l'a accordé avec empressement et c'est ainsi que j'ai 
été reçu à son domicile de Birsfelden, banlieue de 
Bâle, d'abord le 24 mars 1977, de 10 h à 13 h, puis 
de 15 h à 18 h et, enfin, le lendemain, de 9 h 30 à 
12 h 30. En vérité, le lendemain, rendez -vous avait 
été fixé dans une banque de Bâle. M. Frank tenait à 
retirer d'un coffre, en ma présence, ce qu'il appelait 
les manuscrits de sa fille. Notre entretien s'est donc 
poursuivi ce jour-là en partie à la banque, en partie 
sur le chemin du retour vers Birsfelden et, en partie, 
à nouveau, au domicile de M. Frank. Tous les 
entretiens qui ont eu lieu à son domicile se sont 
déroulés en présence de sa femme (sa seconde 
femme, puisque la première est morte en déporta- 
tion, du typhus semble-t-il, ainsi que Margot, ainsi 
que Anne). Dès la première minute de notre entre- 
tien, j'ai déclaré de but en blanc à M. et M me Frank 
que j'avais des doutes sur l'authenticité du Journal. 
M. Frank n'en a marqué aucune surprise. Il s'est 
déclaré prêt à me fournir tous les renseignements 
que je désirerais. J'ai été frappé, durant ces deux 
journées, par l'extrême amabilité de M. Frank. Mal- 
gré son âge - quatre-vingt-huit ans - il n'a jamais 
pris prétexte de sa fatigue pour écourter notre entre- 
tien. Dans le Journal, il est décrit comme un 
homme plein de charme (voy. 2 mars 44). Il ins- 
pire confiance. Il sait aller au devant de désirs 
inexprimés. Il s'adapte remarquablement aux situa- 
tions. Il adopte volontiers une argumentation à base 
de sentiments. Il parle beaucoup de tolérance et de 
compréhension. Je ne l'ai vu qu'une seule fois per- 
dre tout sang-froid et se montrer même intransi- 
geant et violent : c'est à propos de la cause sioniste, 

224 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

qui doit lui paraître sacrée. C'est ainsi qu'il m'a 
déclaré qu'il ne mettrait plus jamais les pieds sur le 
sol de France, puisque, à son avis, la France ne 
s'intéresse plus qu'au pétrole arabe et se moque 
d'Israël. Sur trois points seulement M. Frank allait 
manquer à sa promesse de répondre à mes ques- 
tions. Il est intéressant de savoir que ces trois points 
sont les suivants : 1° adresse d'Elli, en Hollande ; 
2" moyens de retrouver la trace de l'employé de 
magasin appelé V.M. dans le livre (et dont je savais 
qu'il s'appelait probablement Van Maaren) ; 
3° moyens de retrouver l'Autrichien Karl Silber- 
bauer qui avait arrêté les clandestins, le 4 août 
1944. 



20. Pour ce qui est d'Elli, M. Frank me déclarait 
qu'elle était très malade et que, « peu intelligente », 
elle ne pouvait m'être d'aucun secours. Quant aux 
deux autres témoins, ils avaient eu assez d'ennuis 
comme cela, sans que j'aille les importuner par des 
questions qui leur rappelleraient un passé doulou- 
reux. En revanche, M. Frank me recommandait de 
me mettre en rapport avec Kraler (de son vrai nom : 
Kugler), établi au Canada, et avec Miep et son mari, 
demeurant toujours à Amsterdam. 



Les témoins à éviter 
et les bons témoins, 
selon M. Frank. 



21. En ce qui concerne le Journal lui-même, 
M. Frank me déclarait que le fond en était authen- 
tique. Les événements relatés étaient véridiques. 
C'était Anne, et Anne seule, qui avait écrit les 
manuscrits de ce Journal. Comme tout auteur litté- 
raire, Anne avait peut-être des tendances, soit à 
l'exagération, soit à la transformation imaginative, 
mais tout cela dans des limites courantes et accepta- 
bles, sans que la vérité des faits eût à en souffrir. Les 
manuscrits d'Anne formaient un ensemble impor- 
tant. Ce que M. Frank avait présenté aux éditeurs, 
ce n'était pas le texte de ces manuscrits, le texte 
purement original, mais un texte qu'il avait, en per- 
sonne, tapé à la machine : un « tapuscrit ». Il avait 
été obligé de transformer ainsi les divers manuscrits 
en un seul « tapuscrit » pour différentes raisons. 
D'abord, les manuscrits présentaient des redites. 
Ensuite, ils contenaient des indiscrétions. Puis, il y 



M. Frank avoue 
avoir « corrigé » et 
« combiné » les tex- 
tes de manuscrits 
« authentiques ». 



225 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

avait des passages sans intérêt. Enfin, il y avait... des 
omissions ! M. Frank, devant ma surprise, me don- 
nait l'exemple suivant (un exemple sans doute ano- 
din, mais n'y en avait-il pas de plus graves, qu'il me 
cachait ?) : Anne aimait beaucoup ses oncles ; or, 
dans son Journal, elle avait omis de les citer parmi 
les personnes qu'elle chérissait ; alors, M. Frank 
avait réparé cette « omission » en citant les oncles 
dans le « tapuscrit ». M. Frank me disait qu'il avait 
changé des dates ! Il avait également changé les 
noms des personnages. C'était Anne elle-même, 
paraît-il, qui avait pensé sans doute à ces change- 
ments de noms. Elle avait envisagé l'éventualité 
d'une publication. M. Frank avait retrouvé, sur un 
bout de papier, la liste des vrais noms avec leurs 
équivalents de faux noms. Anne aurait même ima- 
giné d'appeler les Frank du nom de Robin. 
M. Frank avait retranché des manuscrits certaines 
indications du prix des choses. Mieux : se trouvant, 
du moins pour certaines périodes, devant deux états 
différents du texte, il lui avait fallu « combiner » (le 
mot est de lui) deux textes en un seul texte. Résu- 
mant toutes ces transformations, M. Frank me 
déclarait finalement : «C'était une tâche difficile. 
J'ai fait cette tâche selon ma conscience. » 



Les manuscrits : 
quatre cahiers, pour 
commencer. 



22. Les manuscrits que M. Frank m'a présentés 
comme étant ceux de sa fille forment un ensemble 
impressionnant. Je n'ai pas eu le temps de les regar- 
der de près. Je me suis fié à la description qui m'en 
a été faite et que je résumerais de la façon suivante : 

- la première date est celle du 12 juin 1942 ; la der- 
nière est celle du 1 er août 1944 (3 jours avant 
l'arrestation) ; 

- pour la période allant du 12 juin 1942 au 5 
décembre de la même année (mais cette date ne 
correspond à aucune lettre imprimée), on dispose 
d'un petit cahier à couverture de toile, quadrillé 
rouge, blanc, brun (« cahier écossais ») ; 

- pour la période allant du 6 décembre 1942 au 21 
décembre 1943, on ne possède pas de cahier parti- 
culier (mais voyez, plus loin, les « feuillets 
volants »). Ce cahier aurait été perdu ; 



226 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



pour la période allant du 2 décembre 1943 au 17 
avril 1944, puis pour celle allant de cette même 
date du 17 avril 1944 (!) à la dernière lettre (1 er 
août 1944), deux cahiers noirs cartonnés, couverts 
de papier brun. 



23. À ces trois cahiers et au cahier manquant s'ajou- 
te : un ensemble de 338 « feuillets volants » pour la 
période allant du 20 juin 1942 au 29 mars 1944. 
M. Frank dit que ces feuillets constituent une repri- 
se et un remaniement, par Anne elle-même, de let- 
tres qui étaient contenues, sous une première 
forme, dans les cahiers susmentionnés : le « cahier 
écossais », le cahier manquant, le premier des deux 
cahiers noirs. 



Puis 338 feuillets. 



24. Le total, jusqu'à présent, de ce que Anne aurait 
écrit durant ses vingt-cinq mois de clandestinité est 
donc de cinq volumes. À ce total il convient d'ajou- 
ter le recueil des Contes. Ces Contes auraient été 
inventés par Anne. Le texte se présente comme une 
parfaite mise au net. Cette mise au net ne peut 
qu'impliquer au préalable un travail de rédaction 
au brouillon. Anne aurait donc noirci beaucoup de 
papier ! 



Puis un recueil de 
Contes mis au net. 



25. Je n'ai pas compétence en matière de grapholo- 
gie et je ne peux donc porter de jugement en la 
matière. Je peux seulement donner ici mes impres- 
sions. Mes impressions ont été que le « cahier écos- 
sais » contenait des photos, des images et des dessins 
ainsi qu'une variété d'écritures très enfantines, dont 
le désordre et la fantaisie paraissent authentiques. Il 
faudrait voir de près l'écriture des textes qui ont été 
prélevés par M. Frank pour constituer tout le début 
du Journal. Les autres cahiers et l'ensemble des 338 
«feuillets volants», sont de ce que j'appellerais : 
une écriture d'adulte. Quant au manuscrit des 
Contes, il m'a vivement surpris. On dirait l'œuvre 
d'un comptable chevronné, et non pas le travail 
d'une enfant de quatorze ans. La table des matières 
se présente comme un répertoire des Contes avec, 
pour chaque pièce, sa date de rédaction, son titre, sa 
page de renvoi ! 



Les écritures. 



227 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



cite 



Deux expertises en 26. M. Frank fait grand cas des conclusions de deux 
faveur de l'authenti- expertises réclamées vers 1960 par le procureur de 
Lubeck pour instruire l'affaire d'un enseignant 
(Lothar Stielau), qui, en 1959, avait émis des doutes 
sur l'authenticité du Journal. M. Frank avait 
déposé une plainte contre cet enseignant. L'exper- 
tise graphologique avait été confiée à M me Minna 
Becker. M me Annemarie Hubner avait été chargée 
de dire si les textes imprimées en hollandais et en 
allemand étaient fidèles au texte des manuscrits. 
Les deux expertises, déposées en 1961, s'étaient 
révélées favorables à M. Frank. 



Une autre exper- 
tise. 



27. Mais, en revanche, ce que M. Frank ne me révé- 
lait pas - et que je devais apprendre bien après ma 
visite et par une voie allemande, c'est que le procu- 
reur de Lubeck avait décidé une troisième expertise. 
Pourquoi une troisième expertise ? Et sur quel 
point, étant donné que, selon toute apparence, tout 
le champ possible d'une enquête était exploré par la 
graphologue et par M me Hubner ? La réponse à ces 
questions est la suivante : le procureur s'était avisé 
de ce qu'une expertise du genre de celle de 
M me Hubner risquait de donner raison, dans les 
faits, à Lothar Stielau. Au vu des premières ana- 
lyses, il allait être impossible de déclarer que le 
Journal était « dokumentarisch echt ». Peut-être 
pourrait-on le déclarer « literarisch echt» (!). Le 
romancier Friedrich Sieburg allait être chargé de 
répondre à cette curieuse question. 



M™ Hubner - ex- 
perte - fait état 
d'« omissions », 
d'« additions », 
d'« interpolations », 
de « remaniements », 
des textes ; M. Frank 
a eu des collabora- 
teurs. 



28. De ces trois expertises, seule m'aurait vraiment 
intéressé celle de M me Hubner. Le 20 janvier 1978, 
une lettre de M me Hubner me laissait espérer que 
j'obtiendrais une copie de son expertise. Peu de 
temps après, M me Hubner ne répondant pas à mes 
lettres, je lui faisais téléphoner par un ami alle- 
mand. A ce dernier, elle faisait savoir que « l'affaire 
était délicate, étant donné qu'un procès sur la ques- 
tion du Journal était actuellement en cours à Franc- 
fort ». Elle ajoutait qu'elle s'était mise en rapport 
avec M. Frank. D'après le peu d'éléments que je 
possède sur le contenu de ce rapport d'expertise, ce 



228 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

dernier ferait état d'une grande quantité de faits 
intéressants au point de vue de la comparaison des 
textes (manuscrits, « tapuscrit », texte hollandais, 
texte allemand). M me Hubner y mentionnerait de 
très nombreuses « omissions » (Auslassungen), 
« additions » (Zusàtze), « interpolations » (Interpo- 
lationen). Elle parlerait de texte « remanié » pour 
les nécessités d'une publication (uberarbeitet). Elle 
irait, par ailleurs, jusqu'à nommer des personnes 
qui auraient apporté leur « collaboration » (Zusam- 
menarbeit) à M. Frank dans sa rédaction du « tapus- 
crit ». Ces personnes seraient Isa Cauvern et son 
mari Albert Cauvern. M me Anneliese Schutz, pour 
sa part, aurait collaboré à l'établissement du texte 
allemand, au lieu de se contenter d'un rôle de 
traductrice. 



29. En dépit de ces faits relevés par elle-même, Mais, dit M™ Hiib- 
M me Hubner aurait conclu à l'authenticité du Jour- ner, tout cela est 
nal (texte imprimé hollandais et texte imprimé aile- sans gravite, 
mand). Elle aurait donc porté le jugement suivant : 
« Ces faits ne sont pas graves ». Ce jugement ne 
peut que lui être personnel. Là est toute l'affaire. 
Qui nous assure qu'un tout autre jugement ne pour- 
rait être porté sur les faits signalés par l'experte ? Et 
puis, pour commencer, l'experte a-t-elle fait preuve 
d'impartialité et d'esprit réellement scientifique en 
nommant les faits comme elle les a nommés ? Ce 
qu'elle a nommé, par exemple, « interpolations » 
(mot d'apparence scientifique et de portée ambi- 
guë), ne serait-il pas appelé par d'autres « retou- 
ches », « remaniements », « intercalations » (mots 
plus exacts sans doute, et plus précis) ? De la même 
façon, des mots comme « additions » et, surtout, 
« omissions » sont neutres en apparence, mais, en 
réalité, ils recouvrent des réalités confuses : une 
« addition » ou une « omission » peuvent être hon- 
nêtes ou malhonnêtes ; elles peuvent ne rien chan- 
ger d'important à un texte ou bien, au contraire, 
l'altérer profondément. Dans le cas particulier qui 
nous intéresse ici, ces deux mots ont une apparence 
franchement bénigne ! 

229 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Lothar Stielau n'a 
pas eu lieu 



Le procès intenté 30. En tout cas il est impossible de tenir ces trois 
par M. Frank expertises (Becker, Htibner et Sieburg) pour pro- 
contre l'enseignant ^ antes ou non ^ nt donné qu'elles n'ont pas été 
examinées par un tribunal. En effet, pour des rai- 
sons que j'ignore, M. Frank devait retirer sa plainte 
contre Lothar Stielau. Si mes renseignements sont 
exacts, ce dernier acceptait de verser 1 000 Marks 
sur les 15 712 Marks de frais de procédure engagés. 
Je suppose que M. Frank a versé au tribunal de 
Lubeck ces 1 000 Marks et qu'il a ajouté à cette 
somme 14 712 Marks pour sa propre part. Je crois 
me rappeler que M. Frank m'a dit que Lothar Stie- 
lau avait, de plus, accepté de lui présenter des excu- 
ses écrites. Lothar Stielau avait perdu son emploi 
d'enseignant par la même occasion. M. Frank ne 
m'a pas parlé du coaccusé de Lothar Stielau : Bud- 
deberg. Peut-être ce dernier a-t-il eu, lui aussi, 
1 000 Marks à verser et des excuses à présenter. 



des impossibilités 
matérielles 



M. Frank s'est 31. Je ne m'attarde ici à ces affaires d'expertises que 
révélé incapable de parce que, lors de notre entrevue, M. Frank s'y était 
m'expliquer la foule lui-même attardé, tout en ne mentionnant pas cer- 
tains faits importants (par exemple, l'existence 
d'une troisième expertise), et tout en me présentant 
les deux expertises comme probantes. L'affaire des 
manuscrits ne m'intéressait pas non plus outre 
mesure. Je savais que je n'aurais pas le temps de les 
examiner de près. Ce qui m'intéressait au premier 
chef, c'était de savoir comment M. Frank m'expli- 
querait la « quantité inexplicable de faits invraisem- 
blables ou inconcevables » que j'avais relevés dans 
la lecture du Journal. Après tout, que m'importait 
que des manuscrits, même déclarés authentiques 
par des experts, contiennent ce genre de faits, si ces 
faits ne peuvent avoir existé ? Or, M. Frank devait 
se révéler incapable de me fournir la moindre expli- 
cation. À mon avis, il s'attendait à voir contester 
l'authenticité du Journal par les arguments habi- 
tuels d'ordre psychologique, littéraire ou historique. 
Il ne s'attendait pas à des arguments de critique 
interne portant sur des réalités de la vie matérielle : 
des réalités qui, comme on le sait, sont « têtues ». 
Dans un moment de désarroi, M. Frank devait d'ail- 



230 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

leurs me déclarer : « Mais... je n'ai jamais pensé à 
ces affaires matérielles ! » 



32. Avant d'en venir à des exemples précis de ce 
désarroi, je dois à la vérité de dire qu'à deux repri- 
ses, M. Frank allait me donner une bonne réponse, 
et cela à propos de deux épisodes que je n'ai pas 
cités jusqu'ici, précisément parce qu'ils allaient 
trouver une explication. Le premier épisode m'était 
incompréhensible à cause d'une petite omission de 
la traduction française (je ne possédais pas, à l'épo- 
que, le texte hollandais). Le second épisode, lui, 
m'était incompréhensible à cause d'une erreur qui 
figure dans tous les textes imprimés du Journal. Là 
où, à la date du 8 juillet 1944, il est question du 
marchand de légumes, le manuscrit donne : « la 
marchande de légumes ». Et c'est heureux, car un 
lecteur attentif du livre sait fort bien que le mar- 
chand de légumes en question n'a pas pu livrer aux 
clandestins «dix-neuf livres de petits pois frais » (!) 
le 8 juillet 1944 pour la bonne raison qu'il a été 
arrêté 45 jours auparavant par les Allemands pour 
un motif des plus graves (il avait deux Juifs chez 
lui). Ce motif l'avait mis « au bord de l'abîme » (25 
mai 44). On concevait mal qu'un marchand de 
légumes sorte de « l'abîme » pour livrer ainsi à 
d'autres Juifs une telle quantité de marchandise 
compromettante. À vrai dire, on ne le conçoit pas 
beaucoup mieux de l'épouse du malheureux, mais 
le fait est là, le texte du manuscrit n'est pas absurde 
comme celui des imprimés hollandais, français, 
allemand, anglais... La rédaction du manuscrit avait 
été plus soignée. Il reste que l'erreur des imprimés 
n'était peut-être pas une erreur, mais bel et bien 
une correction délibérée et malencontreuse, du 
manuscrit. On lit, en effet, dans l'imprimé hollan- 
dais : « (...) van der groenteboer om de hoek, 19 
pond » [crie Margot] ; et Anne répond : « Dat is 
aarding van hem. » Autrement, dit Margot et Anne 
emploient le masculin à deux reprises : « (...) du 
marchand de légumes du coin, 19 livres ». Réponse 
d'Anne ; « C'est gentil de lui. » Pour ma part, je 
tirerais deux autres conclusions de cet épisode : 
1° La critique interne portant sur la cohérence d'un 



Par la pure critique 
interne, je détecte 
une anomalie maté- 
rielle et une anoma- 
lie textuelle. 



231 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

texte permet de détecter des anomalies qui se révè- 
lent être de vraies anomalies ; 2° Un lecteur du 
Journal serait en droit, arrivé à la lecture de cet épi- 
sode du 8 juillet 1944, de déclarer absurde un livre 
où l'un des héros (« le gentil marchand de légumes 
du coin ») ressurgit du fond de l'abîme comme on 
ressuscite de la mort. 

Le marchand de 33. Ce marchand de légumes, m'a dit M. Frank, 
légumes aidait huit s'appelait Van der Hoeven. Déporté pour avoir 
personnes sans le hébergé des Juifs chez lui, il revint de déportation. 
savoir - Lors de cérémonies comme moratives, il lui est 

arrivé de figurer aux côtés de M. Frank. J'ai deman- 
dé à M. Frank si, après la guerre, des gens du voisi- 
nage lui avaient déclaré : « Nous nous sommes dou- 
tés de la présence de clandestins au 263 Prinsen- 
gracht. » M. Frank m'a nettement répondu que 
personne ne s'était douté de leur présence, y 
compris les hommes du magasin, y compris Lewin, 
y compris Van der Hoeven. Ce dernier les aurait 
aidés sans le savoir ! 



Une réaction de bon 
sens de M 1 ™ Frank 
devant une « ex- 



plication » 
M. Frank. 



de 



34. Malgré mes questions réitérées sur ce point, 
M. Frank n'a pas pu me dire ce que vendaient ou 
fabriquaient ses voisins du n° 261. Il ne se souvenait 
pas qu'il y eût dans sa propre maison, au n° 263, 
une femme de ménage décrite dans le livre comme 
une « ennemie » potentielle ! Il finit par me répon- 
dre qu'elle était « très, très vieille » et qu'elle ne 
venait que très rarement, peut-être une fois par 
semaine. Je lui dis qu'elle avait dû s'étonner de voir 
tout d'un coup l'installation de la « porte -armoire » 
sur le palier du deuxième étage. Il me répondit que 
non, étant donné que la femme de ménage ne venait 
jamais par là. Cette réponse devait provoquer une 
première sorte d'altercation entre M. Frank et son 
épouse qui assistait à notre entretien. Auparavant, 
en effet, j'avais eu la précaution de me faire préciser 
par M. Frank que jamais les clandestins n'avaient 
fait de ménage en dehors du ménage d'une partie de 
l'arrière -maison. La conclusion logique des deux 
affirmations de M. Frank devenait donc : « Pendant 
vingt-cinq mois, personne n'a fait le ménage du 
palier du deuxième étage. » Devant cette invraisem- 



232 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

blance, M me Frank intervenait subitement pour dire 
à son mari : « Allons donc ! Pas de ménage sur ce 
palier ! Dans une factorie ! Mais il y aurait eu de la 
poussière haut comme cela ! » Ce que M me Frank 
aurait pu ajouter, c'est que ce palier était censé 
servir de lieu de passage pour les clandestins dans 
leurs allers et retours entre l' arrière-maison et 
l' avant-maison. La trace de leurs allées et venues 
aurait été manifeste au milieu de tant de poussière 
accumulée. Et cela sans compter la poussière du 
charbon transportée d'en bas. En fait, M. Frank ne 
pouvait pas dire la vérité quand il parlait ainsi 
d'une espèce de fantôme de femme de ménage pour 
une maison si vaste et si salissante. 



35. À plusieurs reprises, au début de notre entre- 
tien, M. Frank tentait ainsi d'apporter des explica- 
tions qui, en définitive, n'expliquaient rien du tout 
et le conduisaient, au contraire, dans des impasses. 
Je dois dire ici que la présence de son épouse devait 
se révéler particulièrement utile. M me Frank, qui 
connaissait assez bien le Journal, croyait manifeste- 
ment jusqu'ici à l'authenticité de ce Journal ainsi 
qu'à la sincérité de son mari. Sa surprise n'en était 
que plus frappante devant la qualité exécrable des 
réponses de M. Frank à mes question. Pour ma part, 
je conserve un souvenir pénible de ce que j'appelle- 
rais certaines «prises de conscience» de M me Frank. 
Je ne veux nullement dire que M me Frank tient 
aujourd'hui son mari pour un menteur. Mais je pré- 
tends que M me Frank a été vivement consciente, lors 
de notre entrevue, des anomalies et des absurdités 
graves de toute l'histoire d'Anne Frank. Entendant 
les « explications » de son mari, il lui est 
arrivé d'employer à son adresse, des phrases du 
genre de : 

- « Allons donc ! » 

- « C'est incroyable ce que vous dites là ! » 

- « Un aspirateur ? C'est incroyable ! Je ne l'avais 
pas remarqué ! » 

- « Mais vous étiez vraiment imprudents ! » 

- « Ça, vraiment, c'était imprudent ! » 

La remarque la plus intéressante qu'ait faite 
M me Frank est la suivante : «Je suis sûre que les 
gens [du voisinage] savaient que vous étiez là. » 



Bien d'autres réac- 
tions de bon sens et 
une conclusion de 
bon sens. 



233 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Pour ma part, je dirais plutôt : « Je suis sûr que les 
gens du voisinage voyaient, entendaient, sentaient 
la présence des clandestins, si toutefois il s'est bien 
trouvé des clandestins dans cette maison pendant 
vingt-cinq mois. » 



« Explications », 
puis silence de M. 
Frank. 



36. Je prendrais un autre exemple des explications 
de M. Frank. D'après lui, les gens qui travaillaient 
dans l'avant-maison ne pouvaient pas apercevoir le 
corps de bâtiment de l' arrière-maison à cause du 
« papier d'occultation sur les vitres ». Cette affirma- 
tion, qu'on trouve dans les prospectus du musée, 
M. Frank me la répétait devant sa femme. Sans 
m' attarder à cette affirmation, je passais à un autre 
sujet : celui de la consommation d'électricité. Je fai- 
sais remarquer que la consommation d'électricité 
dans la maison devait être considérable. Comme 
M. Frank s'étonnait de ma remarque, je lui préci- 
sais : « Cette consommation devait être considé- 
rable, parce que la lumière électrique fonctionnait 
toute la journée dans le bureau sur cour et dans le 
magasin sur cour de l'avant-maison. » M. Frank me 
disait alors : « Comment cela ? La lumière élec- 
trique n'est pas nécessaire en plein jour ! » Je lui fai- 
sais observer que ces pièces ne pouvaient recevoir la 
lumière du jour, vu que les fenêtres avaient du 
« papier d'occultation ». M. Frank me répondait 
alors que les pièces n'étaient pas pour autant dans 
le noir : réponse déconcertante et qui se trouvait en 
contradiction avec l'affirmation des prospectus 
rédigés par M. Frank : « Il faut [...] conserver les 
épices dans le noir » (p. 25 du prospectus de 36 
pages susmentionné dans mon alinéa 15). M. Frank 
osait alors ajouter que, ce qu'on distinguait tout de 
même par ces fenêtres sur cour, ce n'était qu'un 
mur. Il précisait, contre toute évidence, qu'on ne 
voyait pas que c'était le mur d'une maison ! Cette 
précision contredisait le passage suivant du même 
prospectus : « On voyait bien qu'il y avait des fenê- 
tres [occultées] mais on ne pouvait pas voir au 
travers de celles-ci et tout le monde supposait 
qu'elles donnaient sur le jardin » (ibidem). Je 
demandais si ces fenêtres occultées n'étaient tout de 
même pas quelquefois ouvertes, ne serait-ce que 



234 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

pour l'aération du bureau où l'on recevait des visi- 
teurs, ne serait-ce que l'été, par les jours de canicu- 
le. M me Frank m'approuvait là-dessus et faisait 
remarquer que ces fenêtres devaient bien tout de 
même être quelquefois ouvertes. Silence de 
M. Frank. 



37. La liste des bruits laissait perplexes M. et, sur- 
tout, M me Frank. Pour ce qui est de l'aspirateur, 
M. Frank sursautait et me déclarait : « Mais il ne 
pouvait pas y avoir d'aspirateur. » Puis, devant mon 
assurance qu'il y en avait un, il se mit à bredouiller. 
Il me dit que, si vraiment il y avait un aspirateur, on 
devait le faire fonctionner le soir, quand les 
employés (les « ennemis ») avaient quitté l'avant- 
maison, après leur travail. J'objectais que le bruit 
d'un aspirateur de cette époque aurait d'autant 
mieux été entendu des voisins (les murs étaient 
« minces », 25 mars 43) qu'il se serait produit 
dans des locaux vides ou à proximité de locaux 
vides. Je lui révélais que, de toute façon, M me Van 
Daan, pour sa part, était supposée passer cet aspira- 
teur tous les jours, régulièrement, vers 12 h 30 (la 
fenêtre étant probablement ouverte). Silence de 
M. Frank, cependant que M me Frank était visible- 
ment émue. Même silence pour le réveille-matin, à 
la sonnerie parfois intempestive (4 août 43). 
Même silence pour l'évacuation des cendres, sur- 
tout par les jours de canicule. Même silence pour 
les prélèvements des clandestins sur le stock de 
charbon (denrée rare), commun à toute la maison. 
Même silence pour la question des bicyclettes utili- 
sées après leur confiscation et après l'interdic- 
tion faite aux Juifs d'en utiliser. 



Autres silences. 



38. Une quantité de questions restaient ainsi sans M. Frank croit trou- 
réponse ou bien suscitaient, en un premier temps, ver une formule ma- 
des explications par lesquelles M. Frank aggravait gique. 
son cas. Puis M. Frank eut en quelque sorte une 
trouvaille : une formule magique. Cette formule fut 
la suivante : « Monsieur Faurisson, vous avez théo- 
riquement et scientifiquement raison. Je vous 
approuve à 100 %.... Ce que vous me signalez était, 
en effet, impossible. Mais, dans la pratique, c'est 



235 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

pourtant bien ainsi que les choses se sont passées. » 
Je fis remarquer à M. Frank que cette déclaration 
jetait le trouble dans mon esprit. Je lui dis que 
c'était un peu comme s'il convenait avec moi 
qu'une porte ne peut être à-la-fois-ouverte -et- 
fermée et comme si, malgré cela, il m'affirmait 
avoir vu une telle porte. Je lui faisais remarquer, 
par ailleurs, que les mots de « scientifiquement », 
de « théoriquement » et de « dans la pratique » 
étaient superflus et introduisaient une distinction 
dénuée de sens puisque, de toute façon, « théo- 
rique », « scientifique » ou « pratique », une porte 
à-la-foi s -ouverte -et-fermée ne peut tout simplement 
pas exister. J'ajoutais que je préférerais à chaque 
question particulière une réponse appropriée ou, à 
la rigueur, pas de réponse du tout. 



Une concession ca- 
pitale de M. Frank : 
les « explications » 
données aux visi- 
teurs d'Amsterdam 
n'ont pas de valeur ; 
elles sont pour tou- 
ristes. 



39. Vers le début de notre entretien, M. Frank 
m'avait fait le plus aimablement du monde une 
concession capitale, une concession annoncée par 
moi, ci-dessus, à l'alinéa 16. Comme je commençais 
à lui faire comprendre que je trouvais absurdes les 
explications qu'il avait fournies dans ses prospec- 
tus, à la fois sur l'ignorance par les Allemands de 
l'architecture typique des maisons hollandaises et 
sur la présence d'une fumée constante au-dessus de 
l'arrière-maison (la « petite usine »), il voulait bien 
admettre d'emblée, sans aucune insistance de ma 
part, qu'il s'agissait bien là de pures inventions de sa 
part. Sans employer, il est vrai, le mot d'inventions, 
il me déclarait en substance : « Vous avez tout à fait 
raison. Dans les explications qu'on donne aux visi- 
teurs, il faut simplifier. Cela n'est pas si sérieux. Il 
faut rendre cela agréable aux visiteurs. Ce n'est pas 
la manière scientifique. On n'a pas toujours la 
chance de pouvoir être scientifique. » 



Forger des inven- 
tions qui plaisent au 
public 



40. Cette confidence nous éclaire sur ce que je crois 
être un trait de caractère de M. Frank : M. Frank a 
le sens de ce qui plaît au public et il cherche à s'y 
adapter, quitte à prendre ses aises avec la vérité. 
M. Frank n'est pas homme à se mettre martel en 
tête. Il sait que le grand public se contente de peu. 
Le grand public recherche une sorte de confort, de 



236 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

rêve, de monde facile où on lui apportera exacte- 
ment le genre d'émotion qui le confirme dans ses 
habitudes de sentir, de voir et de raisonner. Cette 
fumée au-dessus du toit pourrait troubler le grand 
public ? Qu'importe ! Inventons-lui une explication 
non pas vraisemblable forcément, mais simple et, 
s'il le faut, simple et grossière. La perfection est 
atteinte si cette invention flatte des idées reçues ou 
des sentiments habituels : par exemple, il est bien 
probable que, pour ceux qui aiment Anne Frank et 
qui viennent visiter sa maison, les Allemands sont 
des brutes et des bêtes ; eh bien, ils trouveront une 
confirmation de cela dans les explications de 
M. Frank : les Allemands allaient jusqu'à ignorer 
l'architecture typique des maisons d'Amsterdam 
(sic !). D'une façon générale, M. Frank m'est appa- 
ru, à plus d'une reprise, comme un homme dépour- 
vu de finesse (mais non de finasserie) et pour qui 
une œuvre littéraire est, par rapport à la réalité, une 
forme d'invention mensongère, un domaine où l'on 
prend ses aises avec la vérité, une chose qui « n'est 
pas si sérieuse » et qui permet d'écrire un peu 
n'importe quoi. 



concède que la por- 
te-armoire n'avait 



aucun sens. 



41. Je demandais à M. Frank quelles explications il Les «anomalies» 
pouvait me fournir sur les deux points où il conve- du plan- M- Frank 
nait qu'il n'avait rien dit de sérieux aux visiteurs. Il 
ne sut me répondre. Je l'interrogeais sur la configu- 
ration des lieux. J'avais noté des anomalies dans le 
plan de la maison, tel qu'il se trouve reproduit - par 
M. Frank - dans toutes les éditions du Journal. Ces 
anomalies m'avaient été confirmées par ma visite 
du musée (compte tenu de transformations appor- 
tées aux lieux pour en faire un musée). C'est alors 
qu'à nouveau, M. Frank allait être conduit, devant 
les évidences matérielles, à me faire de nouvelles et 
graves concessions, notamment, ainsi qu'on va le 
voir, en ce qui concerne la « porte -armoire ». Il 
commençait par admettre que le schéma du plan 
n'aurait pas dû cacher au lecteur que la courette qui 
sépare l'avant-maison de l'arrière -maison était 
commune au n° 263 (maison des Frank) et au 
n° 265 (maison de leurs voisins et « ennemis ») ; il 
est d'ailleurs bizarre que, dans le Journal, il n'y ait 



237 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

pas la plus petite allusion à ce fait qui, pour les 
clandestins, était d'une gravité extrême. M. Frank 
reconnaissait ensuite que le schéma du plan laissait 
croire qu'au 3 e étage la galerie en plein air n'était 
pas accessible ; or, cette galerie était accessible par 
une porte de l'arrière-maison et elle aurait pu bel et 
bien offrir à la police ou aux « ennemis » une facile 
voie d'accès au cœur même des lieux habités pas les 
clandestins. Enfin et surtout, M. Frank me concéda 
que la « porte-armoire »... n'avait aucun sens. Il 
reconnut que ce maquillage n'aurait pu, en aucun 
cas, empêcher une perquisition de l'arrière-maison, 
vu que cette arrière -maison était accessible par 
d'autres voies et, notamment, par la voie la plus 
naturelle : la porte d'entrée donnant sur le jardin. 
Cette évidence, il est vrai, ne peut apparaître au vu 
du schéma, puisque le schéma ne contient aucun 
dessin du rez-de-chaussée tout entier. Quant aux 
visiteurs du musée, ils n'ont pas accès à ce même 
rez-de-chaussée. Cette fameuse « porte -armoire » 
devient ainsi une invention des « clandestins » par- 
ticulièrement aberrante. On doit, en effet, songer ici 
que la fabrication de cette « porte -armoire » a été 
une besogne périlleuse. La destruction des marches 
d'escalier, le montage de cette fausse armoire, la 
transformation d'un lieu de passage en un apparent 
cul-de-sac, tout cela ne pouvait que donner l'éveil 
aux « ennemis ». Tout cela avait donc été suggéré 
par Kraler et exécuté par Vossen (21 août 42) ! 



Les clandestins 
n'avaient-ils rien à 
craindre ? 



42. Plus mon entretien avançait et plus l'embarras 
de M. Frank était visible. Mais son amabilité ne se 
démentait pas ; au contraire. Sur la fin, M. Frank 
allait employer une argumentation sentimentale, 
apparemment habile et sur un ton de bonhomie. 
Cette argumentation était la suivante : « Oui, je 
vous l'accorde, nous avons été un peu imprudents. 
Certaines choses étaient un peu dangereuses, il faut 
le reconnaître. D'ailleurs, est-ce peut-être bien pour 
cela que nous avons été finalement arrêtés. Mais ne 
croyez pas, monsieur Faurisson, que les gens étaient 
soupçonneux à ce point. » Cette curieuse argumen- 
tation allait dicter à M. Frank des phrases comme : 
« Les gens étaient gentils ! » ou bien : « Les Hollan- 



238 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



dais étaient bons ! » ou même, à deux reprises : « La 
Police était bonne ! » 



43. Ces phrases n'avaient qu'un inconvénient : elles 
rendaient absurdes toutes les « précautions » signa- 
lées dans le livre. Dans une certaine mesure, elles 
étaient même au livre tout son sens. Ce livre racon- 
te, en effet, l'aventure tragique de huit personnes 
traquées, contraintes de se cacher, de s'enterrer 
vivantes pendant vingt-cinq mois au sein d'un mon- 
de férocement hostile. Dans ces «jours de tom- 
beau », seuls quelques êtres d'élite savaient leur 
existence et leur portaient secours. On peut dire 
qu'en recourant à ses derniers arguments, M. Frank 
tentait, d'une main, de calfeutrer les fissures d'un 
ouvrage que, de l'autre main, il démantelait. 

44. Le soir de notre première journée d'entretien, 
M. Frank me remettait son propre exemplaire, en 
français, du livre d'E. Schnabel : Spur eines Kindes 
(Sur les traces d'Anne Frank). Il me dit que je trou- 
verais peut-être dans ce livre des réponses à certai- 
nes de mes questions. Les pages de cet exemplaire 
n'étaient pas découpées. Il faut dire que M. Frank 
parle et comprend le français, mais le lit avec un 
peu de difficulté. (Je précise ici que tous nos entre- 
tiens se déroulaient en anglais, langue que M. Frank 
maîtrise parfaitement.) Je n'avais pas encore lu ce 
livre, parce que la stricte observance des méthodes 
propres à la pure critique interne fait obligation de 
ne rien lire sur une œuvre aussi longtemps qu'on ne 
s'est pas fait personnellement une idée claire de 
cette œuvre. Dans la nuit qui précéda notre second 
entretien, je parcourus ce livre. Parmi une dizaine 
de points qui allaient me confirmer que le Journal 
était une affabulation (et cela alors même que 
Schnabel déployait beaucoup d'efforts pour nous 
persuader du contraire), je relevai, à la page 151, un 
passage stupéfiant. Ce passage concernait M. Vos- 
sen, l'homme qui s'était, paraît-il, dévoué comme 
menuisier pour la fabrication de la « porte- 
armoire » destinée à cacher les clandestins (Journal, 
21 août 1942). Le « bon Vossen » était censé tra- 
vailler au 263 Prinsengracht. Il tenait les clandes- 
tins au courant de tout ce qui se passait au magasin. 



... ou tout à crain- 
dre? 



Une curieuse révé- 
lation du livre de 
Schnabel. 



239 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Mais la maladie l'avait obligé à se retirer chez lui, 
où sa fille Elli le rejoignait après ses propres heures 
de travail. À la date du 15 juin 1943, Anne en parle 
comme d'un ami précieux. Or, si l'on en croit un 
propos d'Elli, rapporté par Schnabel, le bon Vos- 
sen... ignorait l'existence des Frank au 263 Prinsen- 
gracht ! Elli raconte, en effet, qu'à la date du 4 août 
1944, quand elle rentra à son domicile, elle informa 
son père de l'arrestation des Frank. « Je me suis 
assise au bord du lit et je lui ai tout raconté. Mon 
père aimait beaucoup M. Frank qu'il connaissait 
depuis longtemps. Il ignorait que les Frank n'étaient 
pas partis pour la Suisse, comme on le prétendait, 
mais qu'ils s'étaient cachés dans la Prinsengracht. » 
Mais ce qui est incompréhensible, c'est que Vossen 
ait pu croire à ce bruit. Pendant près d'un an il lui 
avait été donné de voir les Frank à Prinsengracht, 
de leur parler, de les aider, de devenir leur ami. 
Puis, quand, en raison de sa mauvaise santé, il avait 
quitté son emploi à Prinsengracht, sa fille Elli pou- 
vait le tenir au courant des faits et gestes de ses amis 
Frank. 



Cette révélation 
n'apparaît pas dans 
les versions alle- 
mande et américai- 
ne. 



45. M. Frank ne put m' expliquer ce passage du livre 
de Schnabel. Se précipitant sur les textes allemand 
et américain du même ouvrage, il faisait une surpre- 
nante découverte : tout le passage où Elli parle de 
son père figurait bien dans ces textes, mais... ampu- 
té de la phrase commençant par : « Il ignorait.. ». et 
se terminant par : « la Prinsengracht ». Dans le 
texte français, Elli poursuivait : « Il ne dit rien. Il 
restait couché en silence. » Voici, pour comparai- 
son, le texte allemand : 

« Ich setzte mich zu ihm ans Bett und habe ihm 
ailes gesagt. Er hing sehr an Herrn Frank, denn er 
kannte ihn lange [passage manquant]. Gesagt hat er 
nichts. Er hat nur dagelegen. » 

(Anne Frank I Ein Bericht von Ernst Schnabel / 
Spur eines Kindes I Fischer Bùcherei, 1958, 168 
pages, p. 115.) 
Et voici le texte américain : 

« I sat down beside his bed and told him every- 
thing. He was deeply attached to M r Frank, whom 



240 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

he had known a long time [passage manquant]. He 
said nothing. » 

(Anne Frank : A portrait in Courage I Ernst Schna- 
bel / Translated from the German by Richard and 
Clara Winston / Harbrace Paperback Library / 
Harcourt, Brace & World, Inc., New York, 1958, 
181 pages, p. 132.) 

46. Rentré en France, il me fut facile d'élucider ce Une curiosité bi- 
mystère : par bien d'autres points du texte français bliographique. 
il devenait évident qu'il avait existé deux versions 
originales allemandes. La première version de 
Schnabel avait dû être envoyée en « tapuscrit » à la 
maison d'édition française Albin Michel pour qu'en 
soit préparée une traduction en français, sans per- 
dre de temps. Là-dessus, Schnabel ou, fort proba- 
blement, M. Frank, avait procédé à une révision de 
son texte. Il en avait alors supprimé la phrase liti- 
gieuse sur Vossen. Puis, Fischer avait publié cette 
version corrigée. Mais, en France, on avait mis les 
bouchées doubles et le livre sortait déjà des presses. 
Il état trop tard pour le corriger. Je remarque 
d'ailleurs une curiosité bibliographique : mon 
exemplaire de Sur les traces d'Anne Frank (traduit 
de l'allemand par Marthe Metzger / éditions Albin 
Michel, 1958, 205 p.) porte la mention de « 18 e 
mille» et sa date d'« achevé d'imprimer» est de 
février 1958. Or, le premier mille de l'édition origi- 
nale allemande est de Mârz 1958. La traduction est 
donc bien parue avant l'original. 



47. Reste, bien entendu, à savoir pourquoi E. Sch- 
nabel ou M. Frank ont cru bon de procéder à cette 
étonnante correction. Toujours est-il que M. Frank 
a manifesté son désarroi une fois de plus devant 
cette anomalie supplémentaire. Nous prenions 
congé dans une atmosphère des plus pénibles, où 
chaque témoignage d'amabilité que me prodiguait 
M. Frank me gênait un peu plus. Peu après mon 
retour en France, j'écrivais à M. Frank pour le 
remercier de son accueil et pour lui demander 
l'adresse d'Elli. Il me répondait aimablement en me 
demandant de lui renvoyer l'exemplaire en français 



Mes relations avec 
M. Frank se gâtent. 



241 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

du livre de Schnabel, et sans me parler d'Elli. Je lui 
renvoyais son exemplaire en lui redemandant 
l'adresse. Pas de réponse cette fois-ci. Je lui télépho- 
nais à Birsfelden. Il me répondit qu'il ne me donne- 
rait pas cette adresse, et cela d'autant moins que 
j'avais envoyé à Kraler (Kugler) une lettre «idio- 
te ». Je reviendrai sur cette lettre. 



CHAPITRE IV 

48. Examen bibliographique : de curieux silences et 
de curieuses révélations. 



Le livre de Schna- 
bel et l'article de 

Der Spiegel 



49. Le livre susmentionné de Schnabel (Spur eines 
Kindes) a de curieux silences, tandis que le long 
article, non signé, que Der Spiegel (1 er avril 1959, 
p. 51-55) a consacré au Journal, à la suite de 
l'affaire Stielau, nous apporte de curieuses révéla- 
tions. Le titre de cet article est éloquent : « Anne 
Frank. Was schrieb das Kind ? » (Anne Frank. Qu'a 
écrit l'enfant ?) 



Pas un des quaran- 
te-deux « témoins » 
n'a voulu parler du 

Journal. 



50. Ernst Schnabel fait ouvertement l'apologie 
d'Anne Frank et d'Otto Frank. Son livre est relati- 
vement riche sur tout ce qui précède et sur tout ce 
qui suit les vingt-cinq mois de la vie à Prinsen- 
gracht. En revanche, il est d'une pauvreté extrême 
en ce qui concerne ces vingt-cinq mois. On dirait 
que les témoins directs (Miep, Elli, Kraler, Koo- 
phuis, Henk) n'ont rien à déclarer sur cette période 
capitale. Pourquoi se taisent-ils ainsi ? Pourquoi 
n'avoir dit que quelques banalités du genre de : 
« [...] quand à midi, là-haut, chez eux, nous pre- 
nions notre assiettée de soupe » (p. 89) ou bien : 
« Nous mangions toujours ensemble » (p. 102) ? Pas 
un détail concret, pas une description, pas une 
anecdote n'est là qui, par sa précision, donnerait 
l'impression que les clandestins et leurs fidèles amis 
partageaient ainsi régulièrement la même table à 
midi. Tout apparaît dans une espèce de brouillard. 
Or, ces témoins n'ont été interrogés que 13 ans, tout 
au plus, après l'arrestation des Frank, et certains 



242 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

d'entre eux, comme Elli, Miep et Henk, étaient 
encore jeunes. Je ne parle pas de nombreuses autres 
personnes que Schnabel qualifie abusivement de 
« témoins » et qui, en fait, n'ont jamais connu ni 
même rencontré les Frank. C'est le cas, par exem- 
ple, pour le fameux « marchand de légumes ». Ce 
« Gemusemann » : « Il ne connaissait pas du tout 
les Frank » (p. 73). D'une façon générale, l'impres- 
sion que je retire de la lecture du livre de Schnabel 
est la suivante : cette Anne Frank a réellement exis- 
té ; elle a été une petite jeune fille sans grand carac- 
tère, sans forte personnalité, sans précocité scolaire 
(au contraire même), et personne ne lui soupçon- 
nait d'aptitude à écrire ; cette malheureuse enfant a 
connu les horreurs de la guerre ; elle a été arrêtée 
par les Allemands ; elle a été internée, puis dépor- 
tée ; elle est passée par le camp d'Auschwitz- 
Birkenau ; elle a été séparée de son père ; sa mère 
est morte à l'infirmerie de Birkenau le 6 janvier 
1945 ; sa sœur et elle ont été, vers octobre 1944, 
transférées au camp de Bergen-Belsen ; Margot est 
morte du typhus ; puis, Anne, à son tour, seule au 
monde, a dû, elle aussi, mourir du typhus, en mars 
1945. Voilà des points sur lesquels les témoins n'ont 
pas hésité à parler. Mais chez tous on sent de la 
méfiance devant une Anne de légende, capable de 
tenir la plume comme on nous le dit, capable de 
tenir ce Journal et d'écrire ces Contes, et de rédiger 
« un début de roman », etc. Schnabel lui-même 
écrit une phrase révélatrice quand il déclare : « Sur 
la personne d'Anne mes témoins savaient beaucoup 
raconter mais sa légende les laissait seulement silen- 
cieux ou tout à fait craintifs. Ils ne la contestèrent ni 
ne la contredirent par une seule parole mais c'était 
comme s'ils avaient eu à s'en protéger eux-mêmes. 
Tous avaient lu le journal d'Anne mais il ne le 
mentionnèrent pourtant pas » (p. 8). Cette dernière 
phrase est importante : « Tous avaient lu le journal 
d'Anne, mais il ne mentionnèrent pourtant pas. » 
Même Kraler, qui envoya de Toronto une longue 
lettre à Schnabel, ne fit mention ni du Journal, ni 
des autres écrits de Anne (p. 77). Kraler est le seul 
témoin direct à raconter une anecdote ou deux sur 
Anne ; or, d'une façon très curieuse, il situe ces 



243 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

anecdotes à l'époque où les Frank habitaient encore 
leur appartement de Merwedeplein, avant leur 
« disparition » (« avant qu'ils fussent disparus », 
p. 78). C'est seulement dans l'édition corrigée que 
la seconde anecdote est située à Prinsengracht, 
même « alors qu'ils étaient déjà dans l'arrière - 
maison » (p. 78). Les témoins n'ont pas voulu que 
leurs noms soient publiés. Les deux plus importants 
témoins (le « dénonciateur probable » et le policier 
autrichien) n'ont été ni interrogés, ni même recher- 
chés. Schnabel tente à plusieurs reprises d'expliquer 
cette curieuse abstention (pp. 11, 119 et toute la fin 
du chapitre X). Il va jusqu'à présenter une sorte de 
défense du policier arrestateur ! Une personne men- 
tionne tout de même le Journal, mais c'est pour en 
signaler un point qui lui semble bizarre et qui 
concerne l'école Montessori dont cette personne 
était la directrice (p. 40). Schnabel lui-même traite 
curieusement le Journal. Comment expliquer, en 
effet, les amputations qu'il pratique quand il cite un 
passage comme celui de ses pages 106 et 107 ? 
Citant un long passage de la lettre du 11 avril 1944 
où Anne raconte la descente de police à la suite du 
cambriolage, il supprime la phrase où Anne donne 
la raison essentielle de son angoisse ; cette raison, 
c'est que la police, paraît-il, est allée jusqu'à donner 
de bruyantes secousses à la « porte -armoire ». 
(« Das und das Rasseln der Polizei an der Schrank- 
tùre waren fur mich die schrecklichsten Augenblic- 
ke. ») Schnabel n'aurait-il pas pensé, comme tout 
homme sensé, que ce passage est absurde ? En tout 
cas, il nous dit qu'il a visité le 263 Prinsengracht 
avant sa transformation en musée. Il n'y a pas vu de 
« porte -armoire ». Il écrit : « Le rayonnage qu'on 
avait posé contre cette porte pour la camoufler 
entièrement a été arraché. Seules les charnières tor- 
dues pendent encore à la porte » (p. 67). Il n'a trou- 
vé aucune trace d'un camouflage spécial, mais seu- 
lement, dans la chambre d'Anne, un morceau de 
rideau jauni (« ein zerschlissener, vergilbter Rest 
der Gardine » [ibidem]). M. Frank, paraît-il, mar- 
quait au crayon, sur le papier mural, près d'une 
porte, les tailles successives de ses filles. Aujour- 
d'hui, au musée, les visiteurs peuvent voir un 



244 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

impeccable carré de papier mural, placé sous verre, 
et où se remarquent d'impeccables traits de crayon 
qui paraissent avoir été tracés le même jour. On 
nous dit que ces traits de crayon indiquaient les tail- 
les des enfants de M. Frank. Quand j'ai vu M. Frank 
à Birsfelden, je lui ai demandé s'il ne s'agissait pas 
là d'une « reconstitution ». Il m'a assuré que tout 
cela était authentique. C'est difficile à croire. 
Schnabel, lui, a simplement vu, comme marque, un 
« A 42 » qu'il interprète ainsi : « Anne 1942 ». Ce 
qui est curieux, c'est que le papier « authentique » 
du musée ne porte rien de tel. Schnabel dit bien 
qu'il n'a vu que cette marque et que les autres ont 
été détruites ou arrachées (« die anderen Marken 
sind abgerissen » [ibidem]). M. Frank se serait-il 
rendu coupable ici d'un artifice (« ein Trick »), 
comme celui qu'il a suggéré à Henk et à Miep pour 
la photocopie de leur passeport ? Un point très inté- 
ressant de l'histoire d'Anne est celui qui touche aux 
manuscrits. J'ai le regret de dire que je trouve peu 
vraisemblable le récit de la découverte de ces 
manuscrits, puis de leur transmission à M. Frank 
par sa secrétaire Miep. La police aurait jonché le sol 
de toutes sortes de papiers. Parmi ces papiers, Miep 
et Elli auraient recueilli un « cahier écossais » (« ein 
rotkariertes Buch » : un livre quadrillé rouge) et 
bien d'autres écrits où elles auraient reconnu l'écri- 
ture d'Anne. Elles n'en auraient rien lu. Elles 
auraient mis tous ces papiers de côté dans le grand 
bureau. Puis, ces papiers auraient été remis à 
M. Frank à son retour de Pologne (pp. 155-157). Ce 
récit ne coïncide pas du tout avec le récit de l'arres- 
tation. L'arrestation s'est faite lentement, méthodi- 
quement, correctement, tout comme la per- 
quisition. Les témoignages sont unanimes sur ce 
point (voyez le chapitre IX). Après l'arrestation, le 
policier est revenu à plusieurs reprises sur les lieux. 
Il a, en particulier, interrogé Miep. La police a 
voulu savoir si les Frank étaient en relation avec 
d'autres clandestins. Le Journal, tel que nous le 
connaissons, aurait révélé, au premier coup d'œil, 
une foule de renseignements précieux pour la 
police et terriblement compromettants pour Miep, 
pour Elli et pour tous les amis des clandestins. La 



245 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

police a pu négliger le « cahier écossais » si, dans 
son état originel, il ne comportait, comme je le 
pense, que des dessins, des photographies ou des 
notes de caractère inoffensif. Mais il paraîtrait 
invraisemblable qu'elle ait laissé sur place plusieurs 
cahiers et plusieurs centaines de feuillets épars, dont 
l'écriture était, au moins en apparence, celle d'un 
adulte. De la part d'Elli et de Miep, c'aurait été 
folie de rassembler et de garder, surtout au bureau, 
une telle masse de documents compromettants. 
Elles savaient, paraît-il, qu'Anne tenait un journal. 
Dans un journal, on est censé raconter ce qui se 
passe au jour le jour. Anne risquait, par conséquent, 
d'y mentionner Miep et Elli. 



Les Hollandais ne 
connaissent de Sur 
les traces d'Anne 
Frank qu'une édi- 
tion très tardive et 
très gravement 
tronquée. 



51. À propos du livre de Schnabel, M. Frank 
m'avait fait une surprenante révélation. Il m'avait 
dit que ce livre, pourtant traduit en plusieurs lan- 
gues, ne l'avait pas été en néerlandais ! La raison de 
cette exception était que les principaux témoins 
résidaient en Hollande et que, par modestie en 
même temps que par souci de calme, ils souhai- 
taient qu'on ne parle pas d'eux. En réalité, 
M. Frank se trompait ou bien il me trompait. Une 
enquête menée à Amsterdam devait, en un premier 
temps, me donner à croire que le livre de Schnabel 
n'avait pas été traduit en néerlandais. Même la mai- 
son d'édition Contact répondait ou faisait répondre 
à plusieurs libraires et à plusieurs particuliers que 
ce livre n'existait pas. Je découvrais alors que, dans 
une vitrine du musée, le livre de Schnabel était 
indiqué comme ayant été traduit et publié en 1970 
(12 ans après sa publication en Allemagne, en 
France et aux États-Unis !) sous le titre de : Haar 
laatste Levensmaanden (« Ses derniers mois »). Le 
livre était malheureusement introuvable. Mêmes 
réponses des libraires et de la maison Contact. À 
force d'insistance, Contact me répondait enfin qu'il 
ne leur restait qu'un exemplaire d'archives. Non 
sans difficulté j'obtins de le consulter, et puis d'en 
avoir la photocopie pour les pages 263 à 304. Car, 
en réalité, l'ouvrage en question ne contenait qu'un 
extrait du livre de Schnabel, réduit à 35 pages, et 
placé en appendice au texte du Journal. L'étude 



246 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

comparée de Spur eines Kindes et de sa « traduc- 
tion » en néerlandais est du plus haut intérêt. Du 
livre de Schnabel, les Néerlandais ne peuvent lire 
que les cinq derniers chapitres (sur treize chapitres 
en tout). Encore trois de ces cinq chapitres ont-ils 
subi des coupures de toutes sortes. Certaines de ces 
coupures sont signalées par des points de suspen- 
sion. D'autres ne sont pas signalées du tout. Les 
chapitres ainsi mis en pièces sont les chapitres IX, 
X et XIII, c'est-à-dire ceux qui concernent, d'une 
part, l'arrestation et ses suites directes (en Hollande) 
et, d'autre part, l'histoire des manuscrits. Dès qu'il 
ne s'agit plus de ces sujets, dès qu'il s'agit des camps 
(ce qui est le cas dans les chapitres XI et XIII), le 
texte original de Schnabel est respecté. Examinées 
de près, les coupures semblent avoir été introduites 
pour enlever les détails un tant soit peu parlants qui 
figuraient dans les témoignages de Koophuis, de 
Miep, de Henk et d'Elli. Par exemple, il manque, 
sans que rien ne nous signale l'existence d'une cou- 
pure, le passage capital où Elli raconte comment 
elle a appris à son père l'arrestation des Frank (les 
13 lignes de la page 115 de Spur sont totalement 
absentes de la page 272 de Haar laatste Levens- 
maanden). Il est aberrant que le seul peuple auquel 
ont ait ainsi réservé une édition expurgée de la vie 
d'Anne Frank soit précisément celui où est née 
l'aventure d'Anne Frank. Imagine -t-on des révéla- 
tions sur Jeanne d'Arc qui seraient faites à toutes 
sortes de peuples étrangers, mais interdites en quel- 
que sorte au peuple français ? Une pareille façon 
d'agir ne se comprend que lorsque des éditeurs crai- 
gnent que, dans le pays d'origine, des « révélations » 
ne paraissent assez vite suspectes. L'explication 
donnée par M. Frank ne tient guère. Puisque Koo- 
phuis, Miep, Henk et Elli se trouvent de toute façon 
nommés (d'ailleurs par des pseudonymes complets 
ou partiels), et puisque Schnabel leur fait tenir tel et 
tel propos, on ne voit pas comment les coupures 
introduites dans ces propos peuvent flatter la 
modestie chatouilleuse de leurs auteurs ou leur 
assurer plus de tranquillité dans leur vie à Amster- 
dam. Je croirais plutôt que la mise au point de la 
traduction néerlandaise a donné lieu à de très lon- 



247 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

gues et laborieuses tractations entre tous les intéres- 
sés ou, du moins, entre M. Frank et certains d'entre 
eux. Les « témoins » ont certes accepté de prêter 
leur collaboration à M. Frank dans l'édification de 
l'histoire d'Anne Frank, mais, avec les années, ils 
sont devenus plus circonspects et plus avares de 
détails que dans leurs « témoignages » originels. 

Der Spiegel révèle 52. L'article susmentionné de Der Spiegel nous 
qu'il y a eu refonte apporte, comme je l'ai dit, de curieuses révélations. 
et rewriting. j'^ p 0ur principe de me défier des journalistes. Ils 

travaillent trop vite. Ici, il est manifeste que le jour- 
naliste a mené une enquête approfondie. Le sujet 
était trop brûlant et trop délicat pour être traité à la 
légère. La conclusion de ce long article pourrait, en 
effet, être la suivante : En suspectant le Journal 
d'être un faux, Lothar Stielau n'a peut-être rien 
prouvé, mais il n'empêche qu'il a "heurté un pro- 
blème effectivement épineux - le problème de la 
genèse de l'édition du livre" ("auf ein tatsàchlich 
heikles Problem gestossen - das Problem der Enste- 
hung der Buchausgabe", p. 51). Et il se révèle que 
nous sommes très loin du texte des manuscrits origi- 
naux quand nous lisons en néerlandais, en allemand 
ou en quelque langue que ce soit, le livre intitulé 
Journal d'Anne Frank. À supposer un instant que 
les manuscrits soient authentiques, il faut bien 
savoir, en effet, que ce nous lisons sous ce titre, par 
exemple en néerlandais (c'est-à-dire dans la langue 
supposée originale), n'est que le résultat de toute 
une série de travaux de refonte et de rewriting aux- 
quels ont participé notamment M. Frank et quel- 
ques amis intimes parmi lesquels, pour le texte 
néerlandais, le couple Cauvern, et, pour le texte 
allemand, Anneliese Schutz, dont Anne fut l'élève. 



Les transformations 
du texte. Les col- 
laborateurs » de 
M. Frank. 



53. Entre l'état original du livre (c'est-à-dire les 
manuscrits) et son état imprimé (c'est-à-dire l'édi- 
tion néerlandaise de Contact en 1947), le texte a 
connu au moins cinq états successifs. Premier état : 
entre fin mai 1945 et octobre 1945, M. Frank a éta- 
bli une sorte de copie (« Abschrift ») des manus- 
crits, en partie seul, en partie avec l'aide de sa secré- 
taire Isa Cauvern (cette femme était l'épouse d'un 



248 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

ami de M. Frank : Albert Cauvern ; avant la guerre, 
les Cauvern avaient reçu chez eux les enfants 
Frank, pour les vacances). Deuxième état : d'octo- 
bre 1945 à janvier 1946, M. Frank et Isa Cauvern 
travaillèrent ensemble à une nouvelle version de la 
copie, une version dactylographiée (« Neufassung 
der Abschrift » / « maschinengeschriebene Zweit- 
fassung »). Troisième état : à une date non précisée 
(fin de l'hiver 1945-1946 ?), cette seconde version 
(dactylographiée) fut soumise à Albert Cauvern ; 
celui-ci, en tant qu'homme de radio - il était « lec- 
teur » à la chaîne de radio « De Vara » à Hilversum 
- s'entendait en rewriting de manuscrits ; selon ses 
propres paroles, il commença par « passablement 
changer » cette version ; il rédigea son propre texte 
en « homme d'expérience » (« Albert Cauvern stellt 
heute nicht in Abrede, dass er jene maschinenges- 
chriebene Zweitfassung mit kundiger Hand redigiert 
hat : « Am Anfang habe ich ziemlich viel geàn- 
dert », p. 52). Détail surprenant pour un journal : il 
ne craignit pas de regrouper sous une seule date des 
lettres écrites à des dates différentes ; en un second 
temps, il se borna à corriger la ponctuation ainsi 
que les fautes d'expression et de grammaire ; tous 
ces changements et corrections furent portés sur le 
texte dactylographié ; A. Cauvern n'a jamais vu les 
manuscrits originaux. Quatrième état : à partir des 
changements et des corrections, M. Frank établit ce 
qu'on peut appeler le troisième texte dactylogra- 
phié, au printemps de 1946 ; il en soumit le résultat 
à « trois hautes personnalités compétentes » (« drei 
prominente Gutachter », p. 53), en leur laissant 
croire qu'il s'agissait de la reproduction intégrale 
d'un manuscrit, à l'exception, bien compréhensible, 
de quelques points d'ordre personnel ; ensuite, ces 
trois personnes ayant apparemment donné leur cau- 
tion au texte, M. Frank alla le proposer à plusieurs 
maisons d'édition d'Amsterdam qui le refusèrent ; 
se tournant alors, selon toute vraisemblance - mais 
ce point n'est pas très clair - vers l'une de ces trois 
personnes, M me Anna Romein-Verschoor, il obtint 
que le mari de cette dernière, M. Jan Romein, pro- 
fesseur d'histoire des Pays-Bas à l'université d'Ams- 



249 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

terdam, écrivît dans le quotidien Het Parool un 
article retentissant qui commençait par ces mots : 
« Il m'est par hasard tombé entre les mains un jour- 
nal [etc.] » ; l'article étant fort élogieux, une modes- 
te maison d'édition d'Amsterdam demanda à 
publier ce journal (Contact). Cinquième état : 
l'accord une fois passé ou en voie de l'être, 
M. Frank alla trouver plusieurs « conseillers spiri- 
tuels » (« mehrere geistliche Ratgeber »), dont le 
pasteur Buskes ; il leur accorda pleine licence de 
censurer le texte (« ràumte ihnen freiwillig Zenso- 
ren-Befugnisse ein », pp. 53-54). Et cette censure 
s'exerça. 



Der Spiegel est 
troublé par la « tra- 
duction » du Jour- 
nal en allemand. 



54. Mais là ne s'arrêtent pas les bizarreries. Le 
texte allemand du Journal fait l'objet d'intéres- 
santes remarques de la part du journaliste de Der 
Spiegel. Il écrit : « Une curiosité de la "littérature 
Anne Frank" est constituée par l'œuvre de traduc- 
tion d'Anneliese Schutz, dont Schnabel disait : "Je 
souhaiterais que toutes les traductions fussent aussi 
fidèles", mais dont le texte s'écarte très souvent de 
l'original hollandais » (p. 54). En fait, comme je le 
montrerai plus loin (alinéas 72-103), le journaliste 
est tout à fait indulgent dans sa critique, quand il dit 
que le texte allemand s'écarte très souvent de ce 
qu'il appelle l'original (c'est-à-dire sans doute de 
l'original imprimé par les Hollandais). Le texte 
imprimé allemand n'a pas droit au titre de traduc- 
tion de l'imprimé hollandais : il constitue, à propre- 
ment parler un autre livre à lui seul. Mais passons 
sur ce point. Nous y reviendrons. Anneliese Schutz, 
grande amie des Frank, comme eux réfugiée juive 
allemande en Hollande, et professeur d'Anne, mit 
donc au point un texte, en allemand, du journal de 
son ancienne élève. Elle s'attela à ce travail... pour 
la grand-mère d'Anne ! Celle-ci, très âgée, ne lisait 
pas, en effet, le hollandais. Il lui fallait donc une tra- 
duction en allemand, langue maternelle des Frank. 
Anneliese Schutz composa sa « traduction » « dans 
la perspective de la grand-mère » (« aus der Gross- 
mutter-Perspektive », p. 55). Elle prit de stupéfian- 
tes libertés. Là où, d'après ses souvenirs, Anne 
s'était mieux exprimée, elle la fit... s'exprimer 



250 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

mieux ! La grand-mère avait droit à cela ! « [...] die 
Grossmutter habe ein Recht darauf, mehr zu erfah- 
ren - vor allem dort, "wo Anne nach meiner Erin- 
nerung etwas besseres gesagt hatte" » (ibidem). Soit 
dit en passant, Anneliese Schutz n'est jamais men- 
tionnée dans le Journal par Anne Frank. Faut-il 
comprendre qu'elle a vécu auprès d'Anne ou 
qu'elle l'a rencontrée pendant les vingt-cinq mois 
où celle-ci se cachait à Prinsengracht ? À la « pers- 
pective de la grand-mère », qui dictait certaines 
« obligations », succéda ce qu'on peut appeler la 
« perspective commerciale » qui dicta d'autres obli- 
gations. En effet, quand vint le moment de publier 
en Allemagne le Journal, Anneliese Schutz intro- 
duisit de nouvelles modifications. Prenons un 
exemple qu'elle cite elle-même. Le manuscrit, à ce 
qu'on dit, comportait la phrase suivante : « [...] pas 
de plus grande hostilité au monde qu'entre les Alle- 
mands et les Juifs » (ibidem). Anneliese Schutz 
remplaça « les Allemands » par « ces Allemands », 
en prenant soin de mettre « ces » en italique, pour 
donner à entendre aux lecteurs allemands que Anne 
désignait par là les nazis. Anneliese Schutz déclarait 
au journaliste de Der Spiegel : « Je me suis toujours 
dit qu'un livre, appelé à être vendu en Allemagne, 
ne peut contenir d'expression outrageante pour les 
Allemands » (ibidem). Pour ma part, je dirais que 
cette argumentation d'ordre à la fois commercial, 
sentimental et politique se comprend à la rigueur de 
la part d'une femme d'origine juive berlinoise, qui 
avait milité avant la guerre dans un mouvement de 
suffragettes et qui avait dû s'expatrier pour des rai- 
sons politiques, mais qu'autrement cette argumen- 
tation est d'autant moins acceptable que les propos 
« outrageants » ont été et continuent d'être propa- 
gés dans des millions d'exemplaire du Journal ven- 
dus à travers le monde en d'autres langues que 
l'allemand. Et je ne parle pas ici du simple point de 
vue du respect de la vérité. 



55. On n'a pas l'impression que les « collabora- Ses collaborateurs 

teurs » de M. Frank à l'édition du Journal se soient prennent leurs dis- 

tellement félicités de leur travail, ni qu'ils se soient îf n< [f s davec M - 
réjouis spécialement du bruit fait autour de ce Jour- 



Frank 



251 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

nal. Prenons ces collaborateurs les uns après les 
autres. D'Isa Cauvern, nous ne pouvons rien dire, 
sinon qu'elle s'est suicidée, en se jetant de sa fenê- 
tre, en juin 1946. M. Frank venait de signer ou 
allait signer son contrat de publication avec 
Contact. Le motif de ce suicide ne nous est pas 
connu et il est présentement impossible d'établir un 
lien quelconque entre ce suicide et l'affaire du Jour- 
nal. Quant à la préfacière, Anna Romein- 
Verschoor, elle devait déclarer en 1959 à Der Spie- 
gel : « Je n'ai pas du tout été assez méfiante » (Ich 
bin wohl nicht misstrauisch genug gewesen). Son 
mari n'avait pas été plus méfiant. Albert Cauvern, 
lui, n'a jamais pu obtenir de M. Frank le retour du 
texte dactylographié sur lequel il avait travaillé. Il 
avait demandé ce texte « en mémoire de [s]a 
femme », morte en 1946. M. Frank n'avait pas 
envoyé le texte en question. Kurt Baschwitz, ami de 
M. Frank, était l'une des « trois personnalités émi- 
nentes » (les deux autres étant M. et M me Romein). 
En 1959, il devait plaider pour un « arrangement » 
entre M. Frank et Lothar Stielau. Il préconisait, 
d'autre part, une publication intégrale du texte des 
manuscrits pour résoudre le problème. Pour savoir 
à quoi s'en tenir, cette solution aurait été, en effet, la 
plus commode. Anneliese Schutz, pour sa part, 
devait manifester sa réprobation, à la fois du 
« Mythe Anne Frank » et de l'attitude de M. Frank 
à l'endroit de Lothar Stielau. Elle était pour la poli- 
tique du silence : le moins de bruit possible autour 
d'Anne Frank et de son Journal. Elle allait jusqu'à 
désapprouver M. Frank et Ernst Schnabel pour 
Spur eines Kindes : qu'avait-on besoin de ce livre ? 
Quant à Stielau, s'il avait formulé la remarque que 
lui reprochait M. Frank, il n'y avait qu'à faire 
comme si on ne l'entendait pas. Cette réaction 
«tranchante» («scharf» [ibidem]) d' Anneliese 
Schutz était d'autant plus curieuse que cette femme 
se présentait comme la « traductrice » du Journal 
en allemand et que Ernst Schnabel avait - mais 
peut-être ne le savait-elle pas ? - poussé la complai- 
sance jusqu'à déclarer à propos de cette invraisem- 



252 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



blable « traduction » : « Ich wùnschte, aile Ûberset- 
zungen waren so getreu » (p. 54) (« Je souhaiterais 
que toutes les traductions fussent aussi fidèles »). 



CHAPITRE V 



56. Retour à Amsterdam pour une nouvelle enquê- 
te : l'audition des témoins se révèle défavorable à 
M. Frank. La vérité probable. 



57. La critique interne du Journal m'avait conduit à 
estimer que ce Journal était un « conte à dormir 
debout », un roman, un mensonge. Les investiga- 
tions suivantes n'avaient fait que renforcer ce juge- 
ment. Mais, si je voyais bien où était le mensonge, 
je ne voyais pas pour autant où était la vérité. Je 
voyais bien que la famille Frank n'avait pas pu 
vivre pendant vingt-cinq mois, au 263 Prinsen- 
gracht, de la façon dont elle le prétendait. Mais 
comment avait-elle vécu en réalité ? Où ? Avec 
qui ? Et, pour finir, est-ce bien au 263 Prinsen- 
gracht qu'elle avait été arrêtée ? 



Si le Journal est un 
mensonge, quelle 
est la vérité ? 



58. Sans illusion sur la réponse qu'il me ferait, je 
posais ces questions à Kraler (de son vrai nom, 
Kugler) dans une lettre que je lui envoyais au Cana- 
da. Je lui demandais également si Anne lui parais- 
sait avoir été l'auteur du Journal et comment il 
pouvait m' expliquer que Vossen (de son vrai nom, 
Voskuyl) ait cru que les Frank étaient ailleurs qu'au 
263 Prinsengracht, et même précisément, en Suisse. 
Sa réponse fut discourtoise. Il communiqua ma let- 
tre et cette réponse à M. Frank. C'est cette lettre que 
M. Frank qualifia d'« idiote» lors d'une conversa- 
tion téléphonique. C'est, je suppose, cette réponse 
qui valut à Kraler, un an plus tard, de recevoir 
d'une institution un prix de 10 000 dollars pour 
avoir « protégé Anne Frank et sa famille pendant la 
guerre, à Amsterdam » (voy. Hamburger Abend- 



Kraler / Kugler re- 
fuse de répondre à 
ma lettre. 



253 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

blatt, 6 juin 1978, p. 13). Abstraction faite de sa dis- 
courtoisie, la réponse de Kraler ne me parut pas 
inintéressante. Kraler me répondait que la sugges- 
tion de Vossen concernant la présence des Frank en 
Suisse « était faite pour protéger la famille qui se 
cachait » (lettre du 14 avril 1977). Il ajoutait, à pro- 
pos d'Anne, « il a existé d'autres jeunes, même plus 
jeunes qu'Anne, grandement doués ». Je trouvais 
que le premier point de cette réponse était précis 
mais incompréhensible si l'on se rappelle que Vos- 
sen avait, d'après sa propre fille, le sentiment per- 
sonnel que les Frank étaient en Suisse. Quant au 
second point de la réponse, son caractère stéréotypé 
était frappant de la part d'un homme qui n'aurait 
dû avoir que l'embarras du choix pour donner une 
réponse précise et convaincante. Kraler, en effet, 
était censé avoir vécu pendant vingt-cinq mois en 
un contact quasi quotidien avec cette Anne Frank 
dont le « journal » était un secret de polichinelle, 
paraît-il, pour ceux qui la connaissaient. 



Elli me dit qu'elle 
ne se rappelle pas 
comment était l'ar- 
rière-maison ; elle 
s'y était rendue une 
seule fois et cela 
avant l'arrivée des 
clandestins. 



59. L'audition d'Elli, le 30 novembre 1977, puis 
celle de Miep et de Henk le 2 décembre 1977, me 
frappèrent d'emblée par l'impression que ces trois 
personnes n'avaient nullement vécu pendant vingt- 
cinq mois au contact des Frank et des autres clan- 
destins de la façon dont cela nous est rapporté dans 
le Journal. En revanche, j'acquis la conviction 
qu'au moins Miep et Elli avaient été présentes au 
263 Prinsengracht, le 4 août 1944, lors de la des- 
cente de police. Il m'est difficile de rendre compte 
de l'insistance avec laquelle Elli et Miep se dérobè- 
rent à mes questions sur les vingt-cinq mois, pour 
en venir et en revenir à la journée du 4 août 1944. 
Elli, dont j'avais eu beaucoup de peine à trouver la 
trace, n'attendait ni ma visite, ni le type de ques- 
tions précises que j'allais lui poser. Miep et Henk 
s'attendaient à ma visite et savaient que j'avais vu 
M. Frank. Dans aucune de ces deux auditions, je 
n'eus besoin de procéder comme avec M. Frank. 
Mes question furent brèves, en nombre limité, et, 
sauf exception, je ne montrais pas à mes témoins, 
soit leurs contradictions mutuelles, soit leurs 
contradictions avec le Journal. Elli, pleine de 



254 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

bonne volonté, me paraissait avoir une bonne 
mémoire des années de guerre et de menus événe- 
ments de sa vie quotidienne d'alors (elle avait vingt- 
trois ans en 1944). Or, pour ce qui est des vingt-cinq 
mois, ses réponses à mes questions furent en géné- 
ral : « Je ne sais pas... Je ne me rappelle pas... Je ne 
peux pas vous expliquer... » « Le dépôt de char- 
bon ? Il était dans la chambre des Van Daan. » 
« Les cendres ? Je suppose que les hommes les 
descendaient. » « Le gardien de nuit Slagter ? Je 
n'en ai jamais entendu parler ; après la guerre, nous 
avons eu un[e] secrétaire qui s'appelait de ce nom. » 
« Lewin ? Je n'ai jamais eu affaire à lui. » « La 
"porte -armoire" ? Vous avez raison, elle était inu- 
tile, mais c'était un camouflage pour les étrangers. » 
À Elli, je demandais de me décrire d'abord l'avant- 
maison, puis l'arrière -maison. Pour l'avant- 
maison, elle sut me donner des détails ; il est vrai 
qu'elle y travaillait. Pour l'arrière -maison, sa 
réponse fut intéressante. Elle me déclara qu'elle y 
avait, en tout et pour tout, passé une seule nuit ! 
Elle ajouta qu'elle ne se rappelait pas les lieux, 
parce qu'elle avait été très nerveuse. Or, dans le 
Journal, Elli passe pour venir prendre à peu près 
tous ses repas de midi chez les clandestins (voy. 5 
août 1943 : Elli arrive régulièrement à 12 h 45 ; 20 
août 1943 : elle arrive régulièrement à 17 h 30 en 
« annonciatrice de la liberté » ; 2 mars 1944 : elle 
fait la vaisselle avec les deux mères de famille...). Je 
demandais enfin à Elli de me rappeler un détail 
quelconque de la vie familière, une anecdote 
quelconque qui ne figurent pas dans le livre. Elle 
s'en montra totalement incapable. 



60. Miep et Henk furent également incapables de 
me fournir le moindre détail sur la vie des clandes- 
tins. La phrase capitale de leur témoignage fut la 
suivante « Nous ne savions pas exactement 
comment ils vivaient. » Et d'ajouter « Nous 
n'avons été qu'un week-end dans l' arrière-maison ; 
nous avons couché dans la future chambre d'Anne 
et de Dussel. » « Comment se chauffaient les clan- 
destins ? Peut-être au gaz. » « Le dépôt de charbon 
était en bas dans le magasin. » « Il n'y avait pas 
d'aspirateur. » « Le marchand de légumes n'appor- 



Miep et Henk me 
disent qu'ils n'ont 
été qu'un week-end 
dans l'arrière- 

maison, et cela 
avant l'arrivée des 
clandestins. 



255 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

tait jamais rien à Prinsengracht. » « La "porte- 
armoire" a été construite bien avant l'arrivée des 
Frank» (!) «Moi, Miep, j'apportais les légumes, 
tandis qu'Elli apportait le lait. » « Moi, Henk, je 
travaillais ailleurs que dans l'entreprise, mais, tous 
les jours, je venais déjeuner au bureau des filles et je 
venais leur parler 15/20 minutes. » (Ce point, 
parmi d'autres est en totale contradiction avec le 
Journal, où il est dit que Henk, Miep et Elli pren- 
nent leur déjeuner dans l'arrière-maison, avec les 
clandestins. Voy. 5 août 43.) Pendant tout notre 
entretien, Miep me donna l'impression d'être 
comme à la torture. Son regard me fuyait. Soudain 
quand je lui permis enfin de me parler du 4 août 
1944, son attitude changea du tout au tout. C'est 
avec un plaisir manifeste qu'elle se mit à évoquer, 
avec un grand luxe de détails, l'arrivée de la police 
et ses suites. Je notais cependant une disproportion 
frappante dans les détails du récit. Ces détails 
étaient nombreux, vivants et d'une vérité criante 
quand Miep évoquait ce qui lui était personnel- 
lement arrivé avec l'arrestateur autrichien Silber- 
bauer, soit ce jour-là, soit les jours suivants. Mais, 
dès qu'il s'agissait des Frank et de leurs compagnons 
d'infortune, les détails devenaient rares et flous. 
C'est ainsi que Miep n'avait rien vu de l'arrestation 
des clandestins. Elle ne les avait pas vus partir. Elle 
ne les avait pas vus monter dans la voiture de 
police, parce que cette voiture, qu'elle apercevait 
par la fenêtre de son bureau, « était trop près du 
mur de la maison ». Henk avait aperçu de loin, de 
l'autre côté du canal, la voiture de la police, mais 
sans pouvoir distinguer les gens qui entraient ou 
sortaient. À propos des manuscrits, Miep me répéta 
le récit qu'elle avait fait à Schnabel. Elle me dit 
aussi que M. Frank, revenu en Hollande à la fin de 
mai 1945, vécut pendant sept ans sous leur toit. 
C'est seulement vers la fin de juin ou le 
début de juillet 1945 qu'elle lui remit les manus- 
crits. 



256 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



61. À la suite de ces deux auditions, mon jugement 
devenait le suivant : « Ces trois personnes ont dû, 
dans l'ensemble, me dire la vérité sur leur propre 
vie. Il est probablement vrai qu'elles ne connais- 
saient pour ainsi dire pas l'arrière -maison. Il est cer- 
tainement vrai que, dans l'avant-maison, la vie se 
déroulait à peu près comme elles me l'ont raconté 
(repas de midi pris ensemble dans le bureau des 
secrétaires ; les hommes du magasin mangeant dans 
le magasin ; menues courses alimentaires faites dans 
le quartier, etc.). Il est certainement vrai qu'une 
descente de police a eu lieu le 4 août 1944 et que 
Miep a eu affaire ce jour-là et les jours suivants à un 
Karl Silberbauer. Il est probable, d'autre part, que 
ces trois personnes entretenaient des relations avec 
la famille Frank. Dans ce cas, pourquoi répu- 
gnaient-elles si visiblement à en parler ? Supposons, 
en effet, que les Frank et d'autres clandestins aient 
réellement vécu pendant vingt-cinq mois à proxi- 
mité de ces trois personnes. Dans ce cas, pourquoi 
un tel silence ? » 



Pourquoi un tel 
silence ? 



62. La réponse à ces questions pouvait être la sui- 
vante : les Frank et, peut-être, d'autres Juifs ont 
effectivement vécu dans l'arrière -maison du 263 
Prinsengracht. Mais ils y ont vécu tout autrement 
que ne le raconte le Journal. Par exemple, ils y ont 
vécu d'une vie sans doute discrète, mais non 
comme dans une prison. Ils ont pu y vivre comme 
tant d'autres Juifs qui se cachaient soit à la ville, 
soit à la campagne. Ils « se cachaient sans se 
cacher ». Leur aventure a été tristement banale. Elle 
n'a pas eu ce caractère rocambolesque, absurde et 
visiblement mensonger, que M. Frank a voulu faire 
passer pour réaliste, authentique et vécu. Après la 
guerre, autant les amis de M. Frank étaient prêts à 
témoigner en sa faveur, autant ils hésitaient à cau- 
tionner le récit du Journal. Autant ils pouvaient se 
porter garants des souffrances réelles de M. Frank et 
de sa famille, autant il leur paraissait difficile de 
témoigner, en plus, de souffrances imaginaires. Kra- 
ler, Koophuis, Miep, Elli, Henk apportaient à 
M. Frank leur amitié ; ils lui manifestaient publi- 
quement leur sympathie comme à un homme plein 



La vérité probable : 
une vie relativement 
clandestine, puis, 
après la guerre, la 
fabrication d'un 
« journal » plein 
d'affabulations. 



257 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

de charme et, en même temps, accablé de malheurs. 
Ils se sentaient peut-être flattés d'être présentés dans 
la presse comme ses compagnons des jours d'infor- 
tune. Peut-être certains d'entre eux acceptaient-ils 
l'idée que, quand un homme a souffert, il a le droit 
moral d'exagérer un peu le récit de ses souffrances. 
Aux yeux de certains, le principal a pu être que 
M. Frank et les siens avaient eu à souffrir cruelle- 
ment des Allemands ; peu importaient alors les 
« détails » de ces souffrances. Mais la complaisance 
a des limites. M. Frank n'a trouvé qu'une personne 
pour cautionner son récit de l'existence d'un Jour- 
nal. Cette personne a été son ancienne secrétaire et 
amie : Miep Van Santen (de son vrai nom : Miep 
Gies). Encore le témoignage de Miep est-il étrange- 
ment timide. Ce témoignage revient à dire qu'après 
l'arrestation des Frank, elle avait ramassé sur le sol 
d'une pièce de l'arrière-maison un journal, un livre 
de comptabilité, des cahiers et un certain nombre 
de feuilles volantes. Il s'agissait pour elle d'objets 
appartenant à Anne Frank. Ce témoignage, Miep 
ne l'a rendu sous une forme officielle, que trente 
ans après les faits, le 5 juin 1974, dans l'étude de 
M e Antoun Jacob Dragt, notaire à Amsterdam. 
Miep ajoutait qu'elle avait fait cette découverte 
avec Elli. Or, le même jour, auprès du même 
notaire, cette dernière déclarait qu'elle se souvenait 
d'avoir été là lorsque ces pièces furent découvertes, 
mais qu'elle ne savait plus exactement comment 
elles furent découvertes. La restriction est grave et 
elle n'a pas dû plaire à M. Frank. 

Un mythe qui s'est 63. Schnabel écrivait (voy., ci-dessus, alinéa 50) que 
délabré avec le tous les « témoins » qu'il avait interrogés - y 
tem P s - compris, par conséquent, Miep, Elli, Henk, Koo- 

phuis - s'étaient comportés « comme s'ils avaient 
eu à se protéger eux-mêmes contre la légende 
[d'Anne Frank] ». Il ajoutait que si tous avaient lu 
le Journal, ils ne le mentionnèrent pourtant pas. 
Cette dernière phrase signifie manifestement que, 
dans chaque audition de témoin, c'est Schnabel lui- 
même qui a dû prendre l'initiative de parler du 
Journal. On comprend que son livre n'ait pas été 
publié en Hollande, sinon sous une forme tronquée 

258 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

et censurée : c'est en Hollande que se trouvaient les 
principaux « témoins ». De son côté, l'article de 
Der Spiegel (voy., ci-dessus, alinéa 55) prouve que 
d'autres « témoins » de M. Frank ont fini par avoir 
les mêmes réactions négatives. Les fondements du 
mythe d'Anne Frank - mythe qui repose sur la 
véracité et l'authenticité du Journal - ne se sont pas 
affermis avec le temps : ils se sont délabrés. 



CHAPITRE VI 

64. Le « dénonciateur » et l'arrestateur des Frank : 

pourquoi M. Frank a-t-il voulu leur assurer l'ano- 
nymat ? 



65. Dès 1944, M. Frank et ses amis savaient que 
leur « dénonciateur » supposé s'appelait Van Maa- 
ren et leur arrestateur, Silberbauer. Van Maaren 
était l'un des employés de leur magasin. Silberbauer 
était un sous-officier du S.D. d'Amsterdam. Dans le 
Journal, ainsi que dans le livre susmentionné de 
Schnabel, Van Maaren est appelé V.M. Quant à Sil- 
berbauer, il est appelé Silberthaler dans le livre de 
Schnabel. Il semble qu'à la Libération, Van Maaren 
eut des ennuis avec la justice de son pays. Sa culpa- 
bilité ne put être prouvée, m'a dit M. Frank. « V.M. 
a eu assez d'ennuis comme cela et il faut le laisser 
tranquille », m'a-t-il déclaré. Schnabel n'a pas 
voulu recueillir le témoignage de V.M. Il n'a pas 
voulu non plus recueillir celui de l'arrestateur. 



M. Frank savait les 
noms mais il les ca- 
chait. 



66. En 1963, la presse internationale se faisait sou- 
dain l'écho d'une nouvelle retentissante : Simon 
Wiesenthal venait de retrouver l'arrestateur des 
Frank. Il s'appelait Silberbauer. Il était fonction- 
naire de police à Vienne. S. Wiesenthal n'avait pas 
prévenu M. Frank de ses recherches. Ce dernier, 
interrogé par les journalistes, déclarait qu'il 
connaissait depuis près de vingt ans le nom de son 
arrestateur. Il ajoutait que tout cette affaire était 
fâcheuse et que Silberbauer n'avait fait que son 
devoir en l'arrêtant. Miep, pour sa part, déclarait 



En 1963, Simon 
Wiesenthal décou- 
vre le nom de l'ar- 
restateur : conflit 
avec M. Frank. 



259 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

que, si elle avait employé le pseudonyme de Silber- 
thaler pour désigner l'arrestateur, c'était sur la 
demande de M. Frank ; ce dernier lui avait fait 
valoir qu'il pouvait, en effet, exister d'autres person- 
nes portant le nom de Silberbauer et à qui, par 
conséquent, du tort pouvait être fait : « [De Heer 
Frank] had mij verzocht de naam Silberthaler te 
noemen, omdat er misschien nog meer mensen Sil- 
berbauer heetten en die zouden wij dan in diskre- 
dietbrengen » (Volkkrant, 21 nov. 1963). 

L'arrestateur se tire 67. Il y eut une sorte de conflit entre S. Wiesenthal 
d'affaire à moindres et M. Frank. C'est ce dernier qui l'emporta en 
fr£US - quelque sorte. En effet, Karl Silberbauer fut, au 

bout de onze mois, réintégré dans la police vien- 
noise. Une commission de discipline, siégeant à 
huis clos (comme il est d'usage), le relaxa. Le juge- 
ment en commission d'appel (« Oberdisziplinar- 
kommission ») fut également favorable à Silber- 
bauer, ainsi que les conclusions d'une commission 
d'enquête du ministère de l'Intérieur. Silberbauer 
avait bien arrêté les Frank au 263 Prinsengracht, 
mais sa participation à « crimes de guerre contre les 
Juifs ou les résistants » n'avait pu être prouvée. En 
juin 1978, j'obtins une entrevue de S. Wiesenthal 
dans son bureau de Vienne. À propos de cette 
affaire, il me déclara que M. Frank était « crazy » 
(« piqué »). À son avis, M. Frank, dans son souci 
d'entretenir un culte (celui de sa fille), entendait 
ménager les anciens nazis, tandis que lui, S. Wiesen- 
thal, n'avait qu'un souci : celui de voir rendre la 
justice. S. Wiesenthal ne connaissait pas le vrai nom 
du magasinier V.M. Là encore M. Frank avait fait le 
nécessaire : l'Institut royal de documentation (pour 
la Seconde Guerre mondiale), dirigé par son ami 
Louis De Jong, répondait, s'il faut en croire un jour- 
nal d'Amsterdam (Trouw, 22 nov. 1963), que ce 
nom ne serait pas donné à M. Wiesenthal, même s'il 
en faisait la demande : « [...] deze naam zou men 
zelfs aan Mr. Wiesenthal niet doorgeven, wanneer 
deze daarom zou verzoeken ». 



Un témoin viennois 68. Les autorités de Vienne n'ont pas pu m' autori- 
en 1978. ser à consulter les dossiers des commissions 



260 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

d'enquête. Quant à Karl Silberbauer, il est mort en 
1972. Mon enquête s'est donc limitée au dépouille- 
ment de quelques journaux hollandais, allemands et 
français de 1963 et 1964 et à l'audition d'un témoin 
que je crois bien informé, de bonne foi et de bonne 
mémoire. Ce témoin nous a adjurés, mon accompa- 
gnateur et moi-même, de ne pas divulguer son nom. 
J'ai promis de taire son nom. Je ne tiendrai ma pro- 
messe qu'à demi. L'importance de son témoignage 
est telle qu'il me paraît impossible de le passer sous 
silence. Le nom de ce témoin et son adresse ainsi 
que le nom de mon accompagnateur et son adresse 
sont notés sous pli cacheté contenu dans mon 
annexe n° 2 : « Confidentiel ». 

69. Voici d'abord ce que j'appellerais : «Le témoi- Les déclarations, en 
gnage de Karl Silberbauer, recueilli par un journa- 1963, de l'arresta- 
liste hollandais de Haague Post et traduit en aile- teur - 
mand par un journaliste juif allemand de YAllge- 
meine Wochenzeitung der Juden in Deutschland (6 
dec. 1963, p. 10). » Silberbauer raconte qu'à cette 
époque -là (4 août 1944) il avait reçu un appel télé- 
phonique d'un inconnu qui lui avait révélé que des 
Juifs se tenaient cachés dans un bureau de Prinsen- 
gracht : «J'alertais alors huit Hollandais du S.D et 
me rendis avec eux à Prinsengracht. Je vis qu'un de 
mes accompagnateurs hollandais cherchait à parler 
à un employé mais ce dernier fit un signe de pouce 
vers le haut. » Silberbauer décrit comment il péné- 
tra dans l'endroit où les Juifs se tenaient cachés : 
« Les gens couraient en tous sens et faisaient leur 
valise. Un homme est alors venu vers moi et il s'est 
présenté comme étant Otto Frank. Il avait, disait-il, 
été officier de réserve de l'armée allemande. À ma 
question sur le temps depuis lequel ils se cachaient, 
Frank avait répondu : "Vingt-cinq mois". Comme 
je ne voulais pas le croire, poursuit Silberbauer, il 
prit par la main une jeune fille qui se tenait à côté 
de lui. Cela doit avoir été Anne. Il plaça l'enfant 
contre un montant de porte, qui portait des enco- 
ches à différents endroits. Je dis encore à Frank : 
"Quelle jolie fille vous avez là !" » Silberbauer 
aurait dit ensuite qu'il n'avait fait que bien plus tard 
le rapprochement entre cette arrestation et ce que 

261 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

les journaux disaient de la famille Frank. Après la 
guerre, la lecture du Journal le surprit fort. Il ne 
comprenait surtout pas comment Anne pouvait 
savoir que les Juifs étaient gazés : « Nous ignorions 
tous, expliqua Silberbauer, ce qui attendait les Juifs. 
Je ne comprends surtout pas comment Anne dans 
son journal pouvait affirmer que les Juifs étaient 
gazés. » De l'avis de Silberbauer, il ne serait rien 
arrivé à la famille Frank, si elle ne s'était pas tenue 
cachée. 



L'arrestateur, dit le 
témoin de 1978, 
n'avait trouvé, le 4 
août 1944, ni « por- 
te-armoire », ni ma- 
nuscrits. 



70. Cette interview exclusive de Silberbauer consti- 
tue un résumé assez fidèle, je pense, des propos prê- 
tés par les journalistes à l'arrestateur de la famille 
Frank. Le témoignage que j'annonçais ci-dessus 
(alinéa 68) confirme en gros le contenu de l'inter- 
view, à ceci près que l'épisode du pouce levé serait 
une pure invention. Silberbauer n'aurait rien noté 
de tel, pour la bonne raison d'ailleurs qu'il se serait 
rendu immédiatement vers l'arrière -maison. Il 
n'aurait fait que prendre le couloir et l'escalier, sans 
aucun détour vers les bureaux ou les magasins. Et 
c'est là que le témoignage en question nous fournit 
un élément capital. On aura remarqué que, dans 
son interview, le policier ne précise pas comment il 
avait accédé à l'endroit où se tenaient les clandes- 
tins. Il ne mentionne pas l'existence d'une « porte- 
armoire » (« ein drehbares Régal »). Or, mon 
témoin est tout à fait affirmatif : Silberbauer n'avait 
jamais rencontré rien de tel, mais... une grossiè- 
re porte de bois comme on en trouve à l'entrée, par 
exemple, d'un grenier. Le mot propre était : « ein 
Holzverschlag ». Le policier avait simplement 
frappé à cette porte et... on lui avait ouvert. Un troi- 
sième point de ce témoignage est, s'il se peut, 
encore plus important : Karl Silberbauer disait et 
répétait qu'il ne croyait pas à l'authenticité du 
fameux Journal, parce que, selon lui, il n'avait 
jamais existé sur place quoi que ce fût qui ressem- 
blât aux manuscrits que Miep prétendait avoir trou- 
vés, jonchant le sol, une semaine après le 4 août 
1944. Le policier avait l'habitude professionnelle de 
conduire, dès avant la guerre, arrestations et perqui- 
sitions. Un tel amas de documents ne lui aurait pas 



262 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

échappé. (Ajoutons ici que huit hommes l'accom- 
pagnaient et que toute l'opération avait été condui- 
te lentement et correctement ; et puis, le policier, 
après avoir confié la clé des lieux à V.M. ou à un 
autre employé, était revenu sur les lieux à trois 
reprises.) Silberbauer avait, affirme le témoin, 
l'habitude de dire que Miep n'avait, en réalité, pas 
joué grand rôle dans toute cette histoire (d'où le fait 
qu'on ne l'avait pas même arrêtée). Par la suite, 
Miep avait cherché à se donner de l'importance, 
notamment avec cet épisode de la découverte mira- 
culeuse des manuscrits. 



71. Le même témoin m'a déclaré, en présence de 
mon accompagnateur, que Silberbauer avait rédigé 
en 1963-1964 un compte rendu, pour la justice, de 
l'arrestation des Frank et que dans ce compte rendu 
pouvaient figurer ces détails. Un second témoin 
aurait certainement pu m' apporter un témoignage 
très précieux sur les dires de Silberbauer, mais ce 
second témoin a préféré se taire. 



On devrait retrou- 
ver dans les archi- 
ves de la police de 
Vienne la trace de 
ces affirmations de 
l'arrestateur. 



CHAPITRE VII 



72. Confrontation entre le texte hollandais et le 
texte allemand : voulant trop en faire, M. Frank 
s'est trahi ; il a signé une supercherie littéraire. 

73. J'ai deux textes sous les yeux. Le premier est en 
hollandais (H), tandis que le second est en allemand 
(D). Les éditeurs me disent que H est le texte 
original, tandis que D est la traduction de ce texte 
original. Je n'ai a priori aucune raison de mettre 
leur parole en doute. Mais la rigueur scientifique, 
ainsi que le bon sens et l'expérience, apprennent 
qu'il faut accueillir avec circonspection les dires des 
éditeurs. Il arrive, en effet, qu'il puisse y avoir 
erreur ou tromperie de leur part. Le livre est une 
marchandise comme une autre. L'étiquette peut 



Deux textes 
les yeux. 



263 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

tromper sur le contenu. En conséquence, je laisserai 
ici de côté les étiquettes qu'on me propose ou qu'on 
m'impose. Je ne parlerai ni de « version originale 
en hollandais », ni de « traduction en allemand ». Je 
suspendrai provisoirement tout jugement. Je 
n'accorderai de dénomination précise à ces deux 
livres que sous bénéfice d'inventaire. Pour l'instant, 
je leur accorderai une dénomination qui soit, à la 
fois, égale et neutre. Je parlerai donc de textes. 



Je commence, arbi- 
trairement, par le 
texte hollandais. 



74. Je vais décrire le texte H et le texte D que j'ai 
sous les yeux. Je vais commencer par le texte H, 
mais je pourrais, tout aussi bien, commencer par le 
texte D. J'insiste sur ce dernier point. L'ordre de 
succession que j'ai choisi ici ne devra impliquer 
aucune succession dans le temps, ni aucun rapport 
de filiation du type père / fils entre H et D. 



Le texte hollandais 
se présente comme 
l'original. D compte 
169 lettres. 



75. Mon texte se présente ainsi : Anne Frank 
/ Het Achterhuis I Dagboekbrieven / 14 Juni 1942 - 
1 Augustus 1944 / 1977, Uitgeverij Contact, Ams- 
terdam, Eerste druk 1947 / Vijfenvijftigste druk 
1977/. Le texte de l'auteur commence à la page 22 
avec la reproduction photographique d'une sorte de 
dédicace signée : «Anne Frank. 12 Juni 1942». À 
la page 23, apparaît la première des 168 lettres qui 
composent ce « journal » auquel on a donné pour 
titre V Arrière-maison. Le livre a 273 pages. La der- 
nière page se termine à la page 269. J'estime la lon- 
gueur du texte proprement dit à environ 72 500 
mots hollandais. (Pour des raisons de commodité, 
j'emploierai le mot de «hollandais» au lieu de 
celui de « néerlandais ».) Je n'ai pas comparé le 
texte de cette 55 e édition avec le texte de la l re édi- 
tion. Lors de mon enquête à Amsterdam, j'ai reçu 
l'assurance de MM. Fred Batten et Christian Blom 
qu'aucun changement n'avait été apporté aux édi- 
tions successives. Ces deux personnes appartenaient 
à la maison Contact et elles sont à l'origine, avec 
M. P. De Neve (f), de l'acceptation du manuscrit 
dactylographié que M. Frank avait déposé chez un 
interprète du nom de M. Kahn. C'est ce M. Kahn 



264 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



qui devait, en 1957, servir d'accompagnateur et 
d'interprète à Ernst Schnabel, quand ce dernier est 
venu voir Elli à Amsterdam. 



76. Mon texte D se présente ainsi : Das Tagebuch 
der Anne Frank I 12. Juni 1942 - 1. August 1944 / 
1977, Fischer Taschenbuch Verlag / N° 77 / Unge- 
kiirzte Ausgabe / 43. Auflage 1 293 000 - 1 332 000 / 
Aus dem Hollàndischen ubertragen von Anneliese 
Schutz / Hollàndische Original-Ausgabe « Het 
Achterhuis », Contact, Amsterdam. Après la page 
de dédicace, la première des lettres apparaît à la 
page 9. Il y a 175 lettres. La dernière lettre se ter- 
mine à la page 201. J'estime la longueur du texte à 
environ 77 000 mots allemands. Le livre a 203 
pages. Ce « livre de poche » a eu sa première édi- 
tion en mars 1955. Fischer a obtenu la Lizen- 
zausgabe de la maison Lambert Schneider, de Hei- 
delberg. 



Le texte allemand 
se présente comme 
la traduction de 
l'original. Il compte 
175 lettres ! 



77. Je relève un premier fait troublant. Le texte Ha En principe, six 
169 lettres, tandis que le texte D, qui se présente lettres de plus, 
comme la traduction du texte H, possède 175 
lettres. 



78. Je relève un deuxième fait troublant. Si je pars à 
la recherche des lettres supplémentaires de D, ce 
n'est pas six lettres que je découvre (175 - 169 = 6), 
mais 7 lettres. L'explication est la suivante : le texte 
D ne possède pas la lettre du « 6 december 1943 » 
du texte H ! 



En fait, sept lettres 
de plus et une lettre 
de moins. 



79. Je relève un troisième fait troublant. La langue 
hollandaise et la langue allemande étant très pro- 
ches l'une de l'autre, la traduction ne devrait pas 
être sensiblement plus longue que le texte qu'on a 
traduit. Or, même si je fais abstraction du nombre 
de mots qui composent les 7 lettres en question, je 
suis très loin d'atteindre une différence de 4 500 
mots environ (D 77 000 - H 72 500 = 4 500). C'est 
donc que le texte D, même quand il possède des let- 
tres en commun avec le texte H, les possède sous 
une autre forme : en tout cas, sous une forme plus 
longue. Voici ma démonstration, chiffres à l'appui : 



Le texte allemand 
semble posséder en- 
viron 1710 mots de 
plus à quantité égale 
de lettres. 



265 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

a) Lettres que D possède en plus : 

3. August 1943 210 mots environ 

7. August 1943 1600 - 

20. Februar 1943 270 - 

15. April 1944 340 - 

21. April 1944 180 - 

25. April 1944 190 - 

12. Mai 1944 380 - 

Total 3170 mots environ 



[Erreur de ma part (R. Faurisson) : La lettre du 12 
mai 1944 (380 mots) ne manque pas au texte H. 
Elle existe dans le texte H mais datée : 11 mai. 
Ce qui manque au texte H, c'est la lettre du 11 
mai qui, dans le texte D, a... 520 mots ! ] 

b) Lettre que D possède en moins : 

6 december 1943 380 mots environ 

c) Mots que D possède en plus, à quantité égale de 
lettres : 4 500 - (3 170 - 380) = 1 710 mots. 

En réalité, ainsi qu'on le verra par la suite, ce 
chiffre ne représente qu'un faible partie du sur- 
plus de mots que contient D. Mais, en attendant, 
pour ne pas sembler trop attaché aux calculs, je 
vais donner des exemples précis portant sur 550 
mots environ. 

Et puis, des frag- 80. Parmi les lettres que H et D possèdent apparem- 
ments en plus. ment en commun, voici des lettres (parmi beaucoup 

d'autres) où D possède des fragments supplémen- 
taires, c'est-à-dire des fragments dont le lecteur hol- 
landais n'a jamais eu connaissance : 
16. Oktober 1942 « Vater... Schriftsteller » 20 mots 
20. Oktober 1942 « Nachdem ... habe » 30 - 

5. Februar 1943 « Ueber ... bedeutet » 100 - 
10. August 1943 « Gestern ... anziehen » 140 - 
31. Marz 1943 « Hier ... prima » 70 - 

« Als ... warum ?» 25 - 

2. Mai 1944 « Inzwischen ... spendiert » 90 - 

3. Mai 1944 « Herr ... besorgt » 40 - 

« Langer... hat » 35 - 

Total de ces simples exemples 550 mots 

266 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

81. Parmi les lettres que H et D possèdent apparem- 
ment en commun, voici des lettres (parmi beaucoup 
d'autres) où D possède des fragments en moins, 
c'est-à-dire des fragments dont le lecteur allemand 
n'a jamais eu connaissance : 

17 nov. 1942 « Spéciale ... overgelegd » 15 mots 
1 3 juni 1 943 « Daar Pim. . . heeft » 30 - 

29 juli 1943 « Ijdelheid ... persoontje » 20 - 



Total de ces simples exemples 



65 mots 



Et puis, des frag- 
ments en moins. 



Un fait remarquable est que les fragments qui man- 
quent sont très nombreux et très courts. Par exem- 
ple, la lettre du 20. Augustus 1943 est amputée de 
19 mots dans le texte allemand, et ces 19 mots se 
répartissent ainsi :3 + l+4 + 4 + 7=19. 



82. Je relève un quatrième fait troublant. Ce fait est 
indépendant des quantités qui sont en plus ou 
moins. Ce fait, c'est que des fragments de lettres 
voyagent en quelque sorte d'une lettre à l'autre, du 
texte H au texte D. Par exemple, tout l' avant- 
dernier alinéa de la lettre H de Donderdag, 27 april 
1944 se trouve au dernier alinéa de la lettre D de 
Dienstag, 25. April 1944. Le 7 janvier 1944, le der- 
nier alinéa de H devient, dans D, le 6 e alinéa avant 
la fin. Le 27 avril 1944, l' avant-dernier alinéa de H 
devient, dans D, le dernier alinéa de la lettre du 25 
avril 1944. 



Et puis, des frag- 
ments qui se promè- 
nent. 



83. Je relève un cinquième fait troublant. Il n'est 
plus question, cette fois-ci, d'additions, de soustrac- 
tions, de translations, mais d'altérations qui sont le 
signe d'incompatibilités. Je veux dire ceci : à suppo- 
ser que je laisse de côté tous les traits par lesquels H 
et D diffèrent si visiblement l'un de l'autre, et à sup- 
poser que je me tourne maintenant vers ce que 
j'appellerais « le reste » (un « reste » qui, d'après les 
éditeurs, devrait constituer « le fonds commun », 
« la partie identique »), j'ai la surprise de constater 
que, d'un bout à l'autre de ces deux livres, à de 
rarissimes exceptions près, ce « reste » est très loin 
d'être identique. Comme on va le voir par les exem- 



Plus graves que 
tout, les altérations 
du fond commun : 
les Allemands lisent 
un autre texte que 
les Hollandais. 



267 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

pies qui suivent, ces incompatibilités ne peuvent 
s'attribuer à une traduction maladroite ou fantai- 
siste. La même lettre du 10 mars 1943 donne, pour 
H, « Bij kaarslicht » (« À la lueur des bougies ») et, 
pour D, « Bei Tage » (« À la lueur du jour ») ; « een 
nacht » (« une nuit ») pour « Eines Tages » (« Un 
jour ») ; « verdwenen de dieven » (« les voleurs dis- 
parurent ») pour « schwieg der Làrm » (« le bruit se 
tut»). Le 13 janvier 1943, Anne dit qu'elle se 
réjouit à la perspective d'acheter après la guerre des 
« nieuwe kleren en schoenen » (« des vêtements et 
des souliers neufs ») ; cela dans le texte H, car dans 
le texte D elle parle de « neue Kleider und Bûcher » 
(de «vêtements et livres neufs»). Le 18 mai 1943, 
M me Van Daan est « als door Mouschi gebeten » 
(« comme mordue par [le chat] Mouschi ») ; cela 
dans le texte H, car dans le texte D elle est « wie 
von einer Tarantel gestochen » (« comme piquée 
par une tarentule »). Selon que l'on consulte H ou 
D, un homme est un « fascist » ou bien un « Riese » 
(«colosse») (20 octobre 1942). De «jolies petites 
chaises » (« fijne stoeltjes ») se retrouvent « coûteux 
mobilier » (« kostbaren Môbel ») (29 octobre 1942). 
Des « haricots rouges et des haricots blancs » 
(« bruine en witte bonen ») se retrouvent « haricots 
blancs» (« weisse Bohnen ») (12 mars 1943). Des 
sandales pour 6,50 florins deviennent des sandales 
sans indication de prix (ibidem), tandis que « un 
nombre de 5 otages » (« een stuk of 5 gijzelaars ») 
est devenu « un certain nombre de ces otages » 
(« eine Anzahl dieser Geiseln »), et cela dans la 
même lettre du 9 octobre 1942 où « les Allemands » 
(« Duitsers ») ne sont plus que « ces Allemands » 
(« dièse Deutschen ») très particuliers que sont les 
nazis (voy., ci-dessus, l'alinéa 54). Le 17 no- 
vembre 1942, Dussel retrouve les Frank et les Van 
Daan dans leur cachette. Le texte H dit que « Miep 
l'aida à quitter son pardessus » (« Miep liet hem zijn 
jas uitdoen ») ; apprenant que les Frank sont là, « il 
faillit s'évanouir d'étonnement » et, dit Anne, il 
resta « muet » « comme s'il voulait d'abord un peu, 
un moment, lire la vérité sur nos visages » (« viel hij 
haast flauw van verbazing [...] sprakeloos [...] alsof 
hij eerst even goed de waarheid van onze gezichten 



268 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

wilde lezen ») ; mais le texte D, lui, dit de Dussel 
qu'il « devait quitter son manteau » et décrit ainsi 
son étonnement : « il ne pouvait comprendre [...] il 
ne pouvait en croire ses yeux » (« Er musste den 
Mantel ausziehen [...] konnte er es nicht fassen [...] 
and wollte seinen Augen nicht trauen »). Une per- 
sonne qui souffrait de l'œil et qui « se le bassinait 
avec de la camomille » (« bette het [...] met kamil- 
len-the ») devient une personne qui se « faisait des 
compresses » (« machte Umschlàge ») (10 décembre 
1942). Là où « Papa » seul attend (« Pim ver- 
wacht »), c'est « nous » tous qui attendons (« Wir 
erwarten ») (27 février 1943). Là où les deux chats 
reçoivent leurs noms de Moffi et de Tommi, selon 
qu'ils paraissent « boche » ou « angliche »,« Tout 
comme en politique » (« Net als in de politiek »), le 
texte D dit qu'ils sont nommés « selon leurs disposi- 
tions d'esprit» (« Ihren Anlagen gemàss ») (12 mars 
1943). Le 26 mars 1943, des gens qui « étaient très 
en éveil » (« waren veel wakker ») deviennent des 
gens qui « étaient dans une peur sans fin » 
(« schreckten immer wieder auf »), « un coupon de 
flanelle » (« een lap flanel ») devient une « housse à 
matelas » (« Matratzen-schoner ») (1 er mai 1943). 
« Faire grève » (« staken ») « dans de nombreux 
domaines » (« in viele gebieden ») devient : « on 
sabote de toutes parts » (« an allen Ecken und 
Enden sabotiert wird ») (ibidem). Un « lit pliant » 
(« harmonicabed ») se retrouve « chaise longue » 
(« Liegestuhl ») (21 août 1942). La phrase suivante : 
« Le feu des canons ne nous faisait plus rien, notre 
peur s'en était allée » (« Het kanonvuur deerde ons 
niet meer, onze angst was weggevaad ») devient : 
« et la situation, pour aujourd'hui, était sauve » 
(«und die Situation war fur heute gerettet») (18 
mai 1943). 



84. Ces quelques exemples d'incompatibilités, je les 
avais relevés au cours d'un simple sondage, qui ne 
dépassait pas la 54 e lettre du texte H (18 mai 1943). 
Je décidais alors de procéder à un sondage beau- 
coup plus serré, portant sur les onze lettres allant 
du 19 juillet au 29 septembre 1943 (lettres 60 à 73). 
Aux incompatibilités, je décidais d'ajouter les addi- 



Des exemples d'ad- 
ditions, de soustrac- 
tions et, surtout, 
d'altérations pris 
dans un groupe de 
onze lettres. 



269 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

tions et les soustractions. Le résultat fut tel que la 
simple énumération des différences relevées deman- 
derait plusieurs pages dactylographiées. Je ne peux 
le faire ici. Je me contenterai de quelques exemples 
que voici, en évitant les plus frappants parce que, 
malheureusement, les plus frappants sont aussi les 
plus longs à citer. 

-Lettre du 19 juillet 1943 : «parents tués » (« dode 
ouders ») devient : « parents » (« Eltern ») ; 

- Lettre du 23 juillet 1943 : D possède, en plus, au 
moins 49 mots + 3 mots ; 

-Lettre du 26 juillet 1943 : D possède, en plus, 4 + 
4 mots et, en moins, deux mots : « over Italie » ; 

- Lettre du 29 juillet 1943 : D possède 20 mots en 
moins, et « 20 ans » (« twintig jaar ») deviennent 
« 25 ans » (« 25 Jahren ») ; 

-Lettre du 3 août 1943 : cette lettre D de 210 mots 
manque totalement dans H ; 

- Lettre du 4 août 1943 : H donne « divan » et D 
donne « chaise-longue ». Dans H une puce 
« flotte » (« drijft ») dans l'eau de lavage, « seule- 
ment dans les mois ou les semaines de chaleur » 
(« allen in de hete maanden of wecken »), tandis 
que pour D cette puce doit y « laisser la vie » 
(« sein Leben lassen »), sans autre précision de 
temps. H donne : « manier des cotons [imbibés] 
d'eau oxygénée (cela sert à blanchir un duvet noir 
de moustache) » (« waterstofwatjes hanteren [dient 
om zwarte snorharen te bleken] »), tandis que D 
donne simplement : « et d'autres petits secrets de 
toilette.. ». (« und andere kleine Toile ttengeheim- 
nisse.. ».). La comparaison de « comme un ruis- 
seau tombant d'une montagne » (« als een beekje 
van een berg ») devient « comme un ruisseau sur 
les cailloux » (« wie ein Bàchlein ûber die Kie- 
sel »). Des « verbes irréguliers français » : c'est à 
quoi pense Anne dans le texte H (« aan Franse 
onregelmatige wekworden »), mais, dans le texte 
D, ce ne peut être qu'à des verbes irréguliers hol- 
landais, semble-t-il, puisque elle dit qu'elle 
« rêve » (« traûme ich ») de « verbes irréguliers » 
(« von unregelmàssigen Verben »). Le texte D se 
contente de : « Drrring, en haut [sonne chez les 
Van Daan] le réveil » (« Krrrrr, oben der Wec- 



270 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

ker »), tandis que H donne : « Drrring... le petit 
réveil [sonne], qui à chaque heure du jour (quand 
on le lui demande ou parfois aussi sans cela) peut 
élever sa petite voix. » (« Trrr... het wekkertje, dat 
op elk uur van de dag [als men er naar vraagt of 
soms ook sonder dat] zijn stemmetje kan verhef- 
fen ») ; 

- Lettre du 5 août 1943 : toute la description du 
repas habituel, de 13 h 15 à 13 h 45, et de ses 
suites est l'objet de différences importantes ; d'ail- 
leurs, ce qui, par H, est annoncé comme « La 
grande distribution » est annoncé par D comme 
« Petit lunch » (« De grote uitdeling » / « Kleiner 
Lunch » : je souligne les adjectifs ; l'ironie possi- 
ble, mais non certaine, de H a disparu dans D). 
Des trois « divans » de H, il ne subsiste plus qu'un 
« divan » dans D ; 

- Lettre du 7 août 1943 : cette lettre constitue une 
énigme tout à fait intéressante. Très longue, elle 
commence, dans le texte D, par 9 lignes de pré- 
sentation d'un conte de 74 lignes intitulé Kaatje 
ainsi que d'un autre conte intitulé Katrientje, de 
99 lignes. Cette lettre est totalement absente de H. 
Les Hollandais, pour leur part, ne connaissent ces 
contes que par un livre distinct intitulé Contes, où 
figurent, d'ailleurs, d'autres « contes inédits » 
d'Anne Frank ; 

- Lettre du 9 août 1943 : parmi bien d'autres curio- 
sités, figurent « des lunettes d'écaillé » (« een 
hoornen bril ») qui deviennent « des lunettes 
d'écaillé fumées » (« eine dunkle Hornbrille ») 
dans le texte D ; 

- Lettre du 10 août 1943 : le « matériel de guerre » 
de H devient les « canons » (« Kanonen ») de D. 
La phrase concernant la cloche de Westertoren est 
entièrement différente. Et, surtout, D possède un 
épisode de 140 mots qui n'apparaît pas dans H. 
Anne qui a reçu des souliers neufs y raconte une 
série de mésaventures qui lui seraient arrivées le 
même jour : elle s'est piqué le pouce droit avec 
une grosse aiguille ; elle s'est cogné le front contre 
la porte de l'armoire ; à cause du bruit provoqué, 
elle a reçu un « savon » (« Rùffel ») ; elle n'a pas 
pu se rafraîchir le front, parce qu'il ne fallait pas 



271 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

faire couler d'eau ; elle a eu une grosse bosse à 
l'œil droit ; elle s'est encastré un orteil dans l'aspi- 
rateur ; son pied s'est infecté, il est tout gonflé. 
Résultat : Anne ne peut mettre ses jolis souliers 
neufs. (On aura noté ici la présence d'un aspira- 
teur en un lieu où le silence devrait être constam- 
ment de rigueur) ; 

- Lettre du 18 août 1943 : parmi 9 différences, on 
voit des « haricots » (« bonen ») se transformer en 
petits pois (« Erbsen ») ; 

- Lettre du 20 août 1943 : je ne retiendrai qu'un 
exemple de différence ; il concerne le pain ; le 
récit est sensiblement différent et, d'ailleurs, pour 
H, ce pain se trouve dans deux emplacements 
successifs : d'abord l'armoire d'acier du bureau 
donnant sur la rue (dans l'avant-maison), puis, 
l'armoire de cuisine de l'arrière -maison (« stalen 
kast », « voorkantoor » / « keukenkast »), tandis 
que D ne cite que le premier emplacement, sans 
préciser le second ; le malheur est que le premier 
emplacement cité par D est une simple armoire 
situé dans le bureau donnant sur... la cour : le 
bureau de Kraler, et non celui de Koophuis (« le 
pain, qui chaque jour est placé pour nous dans la 
pièce de Kraler ») ! (Sur les bureaux respectifs de 
Kraler et de Koophuis, voy. la lettre du 9 juillet 
1942.) Il y a là une grave contradiction matérielle 
entre les deux textes, avec changements de mots, 
de phrases, etc. ; 

- Lettre du 23 août 1943 : parmi d'autres curiosités, 

« lire ou étudier » (« lesen of leren ») devient « lire 
ou écrire » (« lesen oder schreiben »), « Dickens et 
le dictionnaire » (« Dickens en het woorden- 
book ») deviennent seulement « Dickens », des 
« traversins » (« peluwen ») se transforment en 
« édredons » (« Plumeaus ») (en hollandais, 
« édredon » se serait dit « [eiderjdons » ou bien 
« dekbed ») ; 

- Lettre du 10 septembre 1943 : parmi cinq diffé- 
rences, je note que l'émission, chaque jour tant 
attendue, de Radio-Oranje (voix de la Hollande 
d'outre-mer) commence à 8 h 15 pour H et à 8 h 
pourD ; 

-Lettre du 16 septembre 1943 : «dix valérianes» 



272 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



(« tien Valeriaantjes ») deviennent « dix des peti- 
tes pilules blanches » (« zehn von den kleinen 
weissen Pillen »). « Un visage allongé et une bou- 
che tombante » (« een uitgestreken gezicht en 
neerhangende mond ») deviennent « une bouche 
pincée avec les plis du souci » (« einen zusam- 
mengekniffenen Mund und Sorgenfalten »). L'hi- 
ver comparé à un obstacle redoutable, un 
hiver « mordant », qui est là comme un « gros 
bloc de rocher » (« het grote rotsblok, dat winter 
heet »), n'est plus qu'un simple hiver (« dem Win- 
ter »). Un « pardessus » (« jas ») devient « chapeau 
et canne » (« Hut und Stock »). Une phrase de 24 
mots, prétendant décrire une scène pittoresque, se 
trouve réduite à 5 mots allemands. A l'inverse, 6 
mots hollandais deviennent 13 mots allemands 
d'un sens très différents ; 

- Lettre du 29 septembre 1943 : «un père gro- 
gnon » (« een mopperenden vader ») devient « le 
père qui n'est pas d'accord avec son choix » (« den 
Vater, der nient mit ihrer Wahl einverstanden 
ist »). Énergiquement (« energiek ») devient « ganz 
kalt und ruhig » (« de façon tout à fait froide et 
calme »), etc. 



85. Inutile, je pense, de poursuivre une telle énumé- 
ration. Il n'est pas exagéré de dire que la première 
lettre du recueil nous donne, en quelque sorte, le 
ton de l'ensemble. Dans cette courte lettre, les Hol- 
landais apprennent que, pour son anniversaire, 
Anne a reçu « une petite plante » (« een plantje »). 
Les Allemands ont le privilège d'apprendre que 
cette plante était « un cactus » (« eine Kaktee »). En 
revanche, les Hollandais savent qu'Anne a reçu 
« deux branches de pivoines », tandis que les Alle- 
mands doivent se contenter de savoir qu'il y a eu 
« quelques branches de pivoines » (« einige Zweige 
Pfingstrosen »). Les Hollandais ont le droit à la 
phrase suivante : « tels étaient, ce matin-là, les 
enfants de Flore qui se tenaient sur ma table » (« dat 
waren die ochtend de kinderen van Flora die op 
mijn tafel stonden »). Dans le texte allemand, la 
table a disparu, ainsi que « les enfants de Flore » 
(curieuse expression stéréotypée sous la plume d'un 



La première lettre, 
à elle seule, donne 
une idée des boule- 
versements subis. 



273 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



enfant de treize ans ; on l'attendrait plutôt d'un 
adulte qui cherche laborieusement et ingénument à 
« fleurir » son style). Les Allemands ont simple- 
ment droit à : « Tels étaient, pour commencer, les 
fleurs offertes en guise de compliments » (« Das 
waren die ersten Blumengriisse »). Les Hollandais 
apprendront qu'Anne, ce jour-là, offrira à ses profes- 
seurs et à ses camarades de classe « des petits- 
beurre » (« boterkoekjes »). Les Allemands auront 
droit à des « bonbons » (« Bonbons »). Le « choco- 
lat », présent pour les Hollandais, disparaîtra chez 
les Allemands. Plus surprenant : un livre qu'Anne 
pourra s'acheter avec l'argent qui vient de lui être 
donné en ce dimanche 14 juin 1942 devient, dans le 
texte allemand, un livre qu'elle s'est déjà acheté 
(« zodat ik me [...] kan kopen » / « habe ich mir [...] 
gekauft »). 



Il n'y a pas eu de 
mauvaises traduc- 
tions mais des 
transformations dé- 
libérées 



86. En revanche, la dernière lettre du recueil est 
identique dans les deux textes. Cela nous confirme, 
s'il en était besoin, que la traductrice allemande - 
s'il fallait parler de « traduction » - était fort capa- 
ble de respecter le texte hollandais. Mais il est trop 
évident maintenant qu'on ne saurait parler de tra- 
duction, ni même d'« adaptation ». Est-ce traduire, 
est-ce « adapter » que de mettre jour pour nuit (10 
mars 1943) ? Livres pour souliers (13 janvier 
1943) ? Bonbons pour petits-beurre (14 juin 1942) ? 
Colosse pour fasciste (20 octobre 1942) ? « Bou- 
gies » se traduit-il par « jour » et « chat » par 
« tarentule » ? « Flotter » par « mourir » ? Grand 
par petit (4 août 1943) ? Il n'y a que les prestidigita- 
teurs pour transformer un pardessus en un chapeau 
et en une canne. Avec M me Anneliese Schûtz et 
M. Frank, la table disparaît (14 juin 1942) et l'esca- 
lier se dérobe (la lettre hollandaise du 16 septembre 
1943 mentionne un très curieux escalier, qui 
conduirait directement chez les clandestins : « die 
direct naar boven leidt »). La réserve de pain change 
de place. Ce qui est derrière se retrouve devant 
(bureau de Kraler). Les chiffres apparaissent et dis- 
paraissent. Les heures changent. Les visages se 



274 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

transforment. Les événements se multiplient ou dis- 
paraissent. Les êtres comme les choses sont sujets à 
éclipses et à transformations soudaines. Anne, 
pourrait-on dire, sort de la tombe pour venir 
allonger un de ses récits ou pour le rac- 
courcir ; parfois, elle en écrit un autre ou bien elle 
le restitue au néant. 



87. Dix ans après sa mort, le texte d'Anne conti- 
nue de se transformer. Les éditions Fischer éditent 
en livre de poche, en 1955, son Journal sous une 
forme « discrètement » remaniée. Le lecteur pourra 
notamment comparer les lettres suivantes : 

- 9 juillet 1942 : « Hineingekommen ... gemalt 
war » (=25 mots) remplacé par : « Neben ... 
gemalt war » (=41 mots). Apparition d'une porte ! 

-11 juillet 1942 : «bange» remplacé par 
« besorgt » ; 

- 21 septembre 1942 : « geriigt » remplacé par 
« gescholten » et « drei Westen » se transformant 
en « drei Wolljacken » ; 

- 27 septembre 1942 : « mit Margot bin ich nient 
mehr so intim » devient : « mit Margot verstehe 
mich nicht sehr gut » ; 

- 28 septembre 1942 : « bestiïrzt » remplacé par 
« erschuttert » ; 

- 7 novembre 1942 : « ohne den Hergang zu ken- 
nen » devient : « ohne zu wissen, worum es ging » 
et « Er ist mein Idéal » devient : « Er ist mein leu- 
chtendes Vorbild ». Cette dernière transformation 
du texte ne manque pas de saveur, si l'on sait qu'il 
s'agit ici du père d'Anne. M. Frank n'est plus un 
« idéal » pour sa fille, mais « un modèle lumi- 
neux » ! Autre changement : « und das Aergste 
ist » devient : « und am schlimmsten ist » ; 

- 7 août 1943 : j'ai signalé plus haut (voy. l'alinéa 
84) cette très longue lettre qui contient deux 
contes. Je suppose que ces contes existaient dans 
le manuscrit qui leur était réservé et qu'ils ont été 
abusivement insérés dans le Journal. Dans ce cas, 
on se demande qui a rédigé les neuf lignes d'intro- 



Le texte allemand 
lui-même a été re- 
manié dans le « li- 
vre de poche ». 



275 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



duction, où Anne demande notamment à sa cor- 
respondante si elle croit que ses contes vont plaire 
aux enfants. 



Il y a donc eu de 
constantes manipu- 
lations. 



Pour expliquer les 
variations, on ne 
peut invoquer l'exis- 
tence de variantes. 



88. Ces dernières transformations se sont faites d'un 
texte allemand à un autre texte allemand. Elles ne 
sauraient donc avoir l'excuse d'une traduction 
maladroite ou fantaisiste. Elles prouvent que 
l'auteur du Journal - j'appelle ainsi, tout normale- 
ment, le responsable du texte que je lis - vivait 
encore en 1955. De la même façon, en découvrant 
le texte allemand de 1950 (édition Lambert Schnei- 
der), je découvrais que l'auteur du Journal (un 
auteur particulièrement prolifique) vivait encore en 
1950. Cet auteur ne pouvait pas être Anne Frank, 
qui, comme on le sait, est morte en 1945. 

89. Dans mes comparaisons de textes, j'ai suivi 
l'ordre chronologique officiel. J'ai montré comment 
le texte imprimé en hollandais (1947) jurait avec le 
premier texte imprimé allemand (1950), lequel, à 
son tour, subissait d'étranges métamorphoses dans 
le second texte imprimé allemand (1955). Mais, 
scientifiquement, rien ne prouve que l'ordre chro- 
nologique de parution reflète l'ordre chronologique 
de composition. Par exemple, il a pu exister des 
manuscrits en allemand qui ont précédé la confec- 
tion des manuscrits hollandais. II se peut que le 
modèle ou le canevas « princeps » ait été rédigé en 
allemand. Il se peut qu'ensuite ce modèle ou ce 
canevas, après avoir donné naissance à un texte tra- 
duit en hollandais, ait aussi donné naissance à un 
texte allemand entièrement rédigé. Il se peut que, 
durant plusieurs années, des textes très différents 
aient ainsi vécu en symbiose. Ce phénomène 
s'appelle le phénomène de contamination. Il est 
cependant clair que M. Frank ne peut invoquer cet 
argument de la contamination des textes, puisqu'il 
n'existe, d'après lui, qu'un seul texte : celui des 
manuscrits hollandais. Pour certaines périodes des 
vingt-cinq mois de Prinsengracht, il est possible que 
les différents manuscrits du Journal nous proposent 
des variantes ; encore ces variantes ne pourraient- 
elles pas fournir les innombrables absurdités et 
incompatibilités que nous avons vues. Pour d'autres 



276 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

périodes, comme celle de toute une année (du 6 dé- 
cembre 1942 au 21 décembre 1943), où, du propre 
aveu de M. Frank, on ne dispose que d'une version, 
il ne devrait pas exister la moindre variante, pas le 
moindre désaccord entre le texte H et le texte D. 
C'est pour cette raison que j'ai choisi dans cette 
période le plus grand nombre de mes exemples 
d'incompatibilités. 



90. Je n'ai noté, dans mes sondages, ni plus, ni 
moins d'incompatibilités pour cette période que 
pour les autres. D'une façon constante, le texte H 
nous présente une Anne Frank qui a, sinon les 
traits, du moins le stéréotype de la jeune adoles- 
cente, tandis que le texte D nous propose le stéréo- 
type de l'adolescente déjà proche, par certains 
côtés, de la femme mûre. Il y a, dans le texte D, des 
passages qui sont incompatibles avec les passages 
correspondants du texte H, et même formellement 
incompatibles avec toute la substance de tout le 
texte H. On atteint là au summum de l'intolérable 
dans la manipulation des textes. Voici, par exem- 
ple, la lettre du 5 janvier 1944. Anne confesse 
qu'avant son temps de clandestinité, c'est-à-dire, 
avant l'âge de treize ans, il lui est arrivé, passant la 
nuit chez une amie, d'éprouver le besoin de 
l'embrasser : « J'ai eu un fort besoin de l'embrasser 
et je l'ai d'ailleurs fait » (« een sterke behoefte had 
haar te zoenen en dat ik dat ook gedaan heb »). 
Dans le texte D, apparaît une fille de treize ans sen- 
siblement plus délurée. Ici, Anne a demandé à sa 
camarade d'une nuit si, en témoignage de leur ami- 
tié, elles ne pouvaient pas se palper réciproquement 
les seins. Mais la camarade avait refusé. Et Anne, 
qui paraît avoir de la pratique en la matière ajoute : 
« je trouvais toujours agréable de l'embrasser et je 
l'ai fait » (« fragte ich sie, ob wir als Beweis unserer 
Freundschaft uns gegenseitig die Briiste befuhlen 
wollten, aber sie weigerte sich. Ich fand es immer 
schôn, sie zu ktissen, und habe es auch getan »). Sur 
la sensibilité sexuelle d'Anne, je recommande éga- 
lement la lecture comparée des textes H et D du 7 
janvier 1944. Il est étonnant qu'on ait privé le lec- 
teur hollandais de tant de révélations réservées par 



De prodigieuses dif- 
férences entre l'An- 
ne Frank du texte 
hollandais et l'Anne 
Frank du texte alle- 
mand : de la gamine 
un peu niaise à la 
perverse hautement 
cultivée. 



277 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

M. Frank et Anneliese Schtitz à... la grand-mère 
d'Anne, qui était si « âgée » (voy., ci-dessus, l'alinéa 
54). Que de révélations encore dans le texte D sur 
des goûts musicaux ou sur des connaissances musi- 
cales que les Hollandais n'avaient pas le droit de 
connaître (pour quelle raison, au fait ?) ! Le texte D 
de la lettre du 9 juin 1944 nous réserve l'exclusivité 
d'une dissertation de 200 mots sur la vie de Liszt 
(traité, par une Anne très féministe, de « coureur de 
jupons » / « Schurzenjàger »), sur Beethoven, 
Wagner, Chopin, Rossini, Mendelsohn ; de nom- 
breux autres noms sont mentionnés : H. Berlioz, 
Victor Hugo, Honoré de Balzac... La lettre du 20 fé- 
vrier 1944 (220 mots) est absente de l'édition H. 
Elle contient pourtant des éléments d'une impor- 
tance capitale à bien des points de vue. Dussel a 
pour habitude de siffler « das Violin-Konzert von 
Beethoven » ; l'emploi du temps du dimanche nous 
est révélé ; il faut reconnaître qu'un point, au 
moins, de cet emploi du temps est plus que trou- 
blant : M. Frank est montré en salopette, à genoux, 
battant le tapis avec un tel élan que toute la cham- 
bre en est remplie de nuages de poussière (« Vater 
liegt im Overall auf den Knien und biirstet den 
Teppich mit solchem Elan, dass das ganze Zimmer 
in Staubwolken gehullt ist »). Outre le tapage que 
provoquerait une telle opération dans un lieu où, 
même la nuit, quand les voisins ne sont pas là, il ne 
faut pas tousser, il est manifeste que la scène est 
décrite par quelqu'un qui n'a pu la voir : un tapis 
n'est jamais ainsi battu sur le sol d'une chambre, à 
l'emplacement même où il s'est empoussiéré. Dans 
la lettre du 3 novembre 1943, un fragment de 120 
mots, qui manque au texte H, nous révèle une autre 
affaire de tapis brossé chaque soir par Anne dans 
l'«Ofenluft» (l'air du poêle), et cela parce que 
l'aspirateur (« Der Staubsauger ») « ist kaputt » (ce 
fameux aspirateur qui, pour M. Frank, ne pouvait 
pas avoir existé, voy., ci-dessus, l'alinéa 37). Sur les 
connaissances ou les idées d'Anne en matière d'évé- 
nements historiques ou politiques, on fera des 
découvertes dans les lettres des 6 juin, 13 juin et 27 
juin 1944. Sur le caractère de Peter, on aura des 
révélations dans la lettre du 11 mai 1944. Cette let- 



278 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

tre de 400 mots n'existe pas dans le texte H. Et 
pourtant, dans le texte H, on trouve une lettre à 
cette date du 11 mai ; cependant le texte correspon- 
dant est daté, dans le texte D, du 12 mai ! Peter 
défie sa mère en l'appelant « la vieille » (« Komm 
mit, Alte ! »). Rien à voir avec le Peter du texte H ! 



91. Il serait intéressant de soumettre à l'analyse de 
psychologues ou de psychiatres chacun des person- 
nages principaux du texte H et du texte D. Anne, en 
particulier, apparaîtrait sous des traits profondé- 
ment contradictoires. Mais il s'agit là d'une pure 
hypothèse. Je pense en effet que ces analystes ver- 
raient qu'Anne n'a pas plus de consistance réelle 
qu'une invention de toutes pièces. Les quelques 
prétendues descriptions d'Anne que j'ai pu rencon- 
trer m'ont surtout convaincu que leurs auteurs 
avaient lu le Journal très superficiellement. Il est 
vrai que la platitude de leurs descriptions pouvait 
s'expliquer par la platitude du sujet décrit. Le sté- 
réotype appelle le stéréotype, comme le mensonge 
appelle le mensonge. 



Ni l'une, ni l'autre 
de ces deux Anne 
Frank n'a de consis- 
tance. 



92. La langue et le style de H s'efforcent d'être 
caractéristiques d'une jeune adolescente naïve et 
empruntée. La langue et le style de D s'efforcent 
d'être caractéristiques d'une adolescente déjà pro- 
che, par certains côtés, de la femme mûre et libérée. 
H y a là une évidence qu'illustrent à eux seuls les 
fragments que j'ai cités, des fragments que je n'ai 
pourtant pas choisis en vue d'étudier la langue et le 
style des deux Anne Frank. 



Deux langues et 
deux styles. 



93. M. Frank s'est livré à des affabulations. Cela se 
constate facilement, quand on voit comment il a 
transformé le texte imprimé allemand de 1950 
(Lambert Schneider) pour en faire le texte imprimé 
Fischer (1955). C'est à cette occasion, notamment, 
qu'il fait dire à sa fille Anne que son père est son 
« idéal » (version 1950) ; puis, réflexion faite, qu'il 
est son « modèle lumineux » (version 1955). Ce 
goût de l'affabulation n'est pas venu d'un seul coup 
à M. Frank. Il avait, nous dit un ancien maître 
d'école d'Anne, l'innocente manie de composer 



M. Frank a le goût 
d'écrire et une pro- 
pension à affabuler. 



279 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



« avec sa fille » des récits et des poèmes (« manch- 
mal die Geschichten und Gedichte ... die sie mit 
ihrem Vater zusammen gemacht hatte ». Spur eines 
Kindes, p. 39). Cela se passait vers 1940. Anne 
avait onze ans et son père cinquante et un ans. En 
1942, M. Frank, ancien banquier à Francfort et 
ancien commerçant et homme d'affaires à Amster- 
dam, prenait une retraite forcée à l'âge de cin- 
quante-trois ans. Je ne pense pas que le goût 
d'écrire lui ait alors passé dans ses longues journées 
d'inactivité. En tout cas, le Journal ne nous rensei- 
gne guère sur ce que M. Frank faisait de ses jour- 
nées. Mais qu'importe ! M. Frank est un affabula- 
teur qui s'est lui-même trahi. Le drame des affabu- 
lateurs, c'est qu'ils rajoutent à leurs affabulations. 
Ils ne cessent de retoucher, de remanier, de retran- 
cher, de corriger. Ce faisant, ils finissent par susciter 
la méfiance de certains. Et c'est un jeu d'enfant 
pour ceux-là de prouver l'affabulation. Il est très 
facile de confondre M. Frank. Il suffit d'avoir sous 
la main l'édition H et l'une des deux différentes édi- 
tions D. Il suffit de lui rappeler qu'aux Hollandais il 
a déclaré par écrit : « Je vous garantis qu'ici, à telle 
date, Anne a écrit : jour ou souliers ou petits- 
beurre ou fasciste ou grand », tandis qu'aux Alle- 
mands il est allé déclarer par écrit à propos des 
mêmes lieux et des mêmes dates : « Je vous garantis 
qu'Anne a écrit : nuit ou livres ou bonbons ou 
colosse ou petit ». Si M. Frank a dit la vérité dans le 
premier cas, il a affabulé dans le second cas. Et vice- 
versa. Il a affabulé ou bien ici, ou bien là. Ou encore 
- et c'est le plus probable - il a affabulé ici et là. De 
toute façon, on ne pourra jamais prétendre que 
M. Frank, dans cette affaire du Journal, est un 
homme qui a dit la vérité, toute la vérité, rien que la 
vérité. 



Un seul et même 
manuscrit ne peut 
avoir donné nais- 
sance à des textes si 
hétérogènes. 



94. Le Journal ne peut, en aucune façon, être 
authentique. La consultation de manuscrits préten- 
dument authentiques est superflue. En effet, aucun 
manuscrit au monde ne pourrait attester qu'Anne 
Frank a réussi la miraculeuse prouesse d'écrire 
deux mots à la fois et - qui plus est - deux mots de 
significations incompatibles, et - qui mieux est - 



280 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

deux textes tout entiers à la fois, et qui sont la plu- 
part du temps totalement contradictoires. Il est bien 
entendu que tout texte imprimé peut avoir un appa- 
rat critique avec ses variantes, ses scolies, ses indica- 
tions de l'existence d'interpolations possibles, etc. 
Mais j'ai déjà dit (voy., ci-dessus, l'alinéa 88) que, là 
où l'on ne dispose que d'un manuscrit, il n'y a plus 
de variantes possibles (à moins de cas d'espèce : 
difficultés de déchiffrement d'un mot, erreurs d'édi- 
tions précédentes, etc.). Et quand on dispose de plu- 
sieurs manuscrits (deux, tout au plus, pour certaines 
périodes du Journal ; peut-être trois dans des cas 
très limités), il suffit d'éliminer ces périodes et ces 
cas pour s'en tenir strictement aux périodes et aux 
cas où il a fallu se contenter d'un seul manuscrit 
(ici, la période du 6 décembre 1942 au 21 décembre 
1943). 

95. Dans l'hypothèse, désormais inconcevable, où Les neuf états sue- 
il existerait un manuscrit authentique, je dis qu'au- cessifs du Journal 
cun des textes imprimés ne peut prétendre repro- 
duire le texte de ce manuscrit. Le tableau suivant 
établit, en effet, que l'édition Fischer de 1955 arrive 
en 8 e position dans l'ordre de succession des divers 
états du Journal. Pour la compréhension de ce 
tableau, on se reportera, notamment, aux alinéas 
52 et 53. 

Tableau chronologique (« officiel ») des états 
successifs du texte du Journal 

I. - Manuscrits d'Anne Frank ; 
IL - Abschrift (copie) d'Otto Frank, puis d'O. 
Frank et Isa Cauvern ; 

III. - Neufassung der Abschrift (nouvelle version 

de la copie) d'O. Frank et d'Isa Cauvern ; 

IV. - Neu-Neufassung der Abschrift d'Albert 

Cauvern ; 
V. - Neu-Neu-Neufassung d'Otto Frank ; 
VI. - Neu-Neu-Neu-Neufassung d'Otto Frank et 

des « censeurs » ; 
VIL - Éditions Contact (1947) ; 
VIII. - Éditions Lambert Schneider (1950), radica- 
lement différente de la précédente et même 
incompatible avec celle-là ; 

281 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

IX. - Éditions Fischer (1955) reprenant la pré- 
cédente sous une forme « discrètement » 
(?) remaniée et retouchée. 

On pourrait, bien sûr, prétendre que (V.) 
n'était peut-être qu'une très fidèle mise au 
net de (IV.). De même pour (VIL) par rap- 
port à (VI.). Ce serait supposer que M. 
Frank, qui remaniait le texte à tout instant, 
se serait subitement abstenu de le faire au 
moment de recopier, sans témoin, le texte 
(IV), et au moment de la correction pro- 
bable des épreuves d'imprimerie pour (VIL). Per- 
sonnellement, je tiens ces 9 étapes pour un mini- 
mum auquel il faut bien ajouter une, deux ou trois 
« Abschrift » pour le texte (VIII. ). 



L'étude des manus- 
crits ne pourrait 
qu'être accablante 
pour M. Frank. 



96. Le seul intérêt d'une étude des manuscrits qui 
sont, prétendument, d'Anne Frank serait de faire 
apparaître des éléments encore plus accablants pour 
M. Frank : par exemple, des lettres ou des fragments 
de lettres qui n'ont jamais été publiés (les raisons de 
cette non-publication seraient à rechercher de près, 
sans se fier aux raisons données par M. Frank et qui 
ont toujours une coloration sentimentale très sus- 
pecte) ; par exemple aussi, des dénominations très 
variables pour les « correspondantes » d'Anne 
(l'idée de la montrer s'adressant toujours à la même 
« chère Kitty » semble une idée tardive), etc. 



Une œuvre ne se 
définit pas par un 
fond variable mais 
par des formes 
fixées dès sa créa- 
tion. 



97. Le raisonnement qui consisterait à prétendre 
que, dans le Journal, il existerait tout de même un 
fond de vérité serait un raisonnement sans valeur. 
D'abord parce qu'il faudrait connaître cette vérité 
ou pouvoir la distinguer dans le fatras des affabula- 
tions certaines ; le mensonge, n'est, le plus souvent, 
que l'art d'accommoder la vérité. Ensuite, parce 
qu'une œuvre de l'esprit (comme, par exemple, la 
rédaction d'un «journal») ne se définit pas par un 
fond, mais par un ensemble de formes : les formes 
d'une expression écrite, les formes qu'un individu 
lui a données une fois pour toutes, pour le meilleur 
ou pour le pire. 



282 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



98. Le raisonnement qui consisterait à dire qu'il n'y 
a eu que quelques centaines de modifications entre 
tel et tel état du Journal est fallacieux. Le mot de 
« modifications » est trop vague. Il permet, au gré 
de chacun, toutes les condamnations ou, surtout, 
toutes les excuses. De plus, une modification peut 
porter, on l'a vu, sur un seul mot ou sur un texte de 
mille six cents mots ! 



Il y a eu beaucoup 
plus que de simples 
modifications. 



99. Pour ma part, j'ai relevé plusieurs centaines de 
modifications, ne serait-ce qu'entre le texte hollan- 
dais et n'importe lequel des deux textes - différents 
entre eux - qui ont été publiés en Allemagne. Ces 
modifications, je les appelle : additions, soustrac- 
tions, translations et altérations (par substitutions 
d'un mot à un autre, d'un groupe de mots à un 
autre, ces mots et ces groupes de mots étant 
incompatibles entre eux, quand bien même, par 
exception rarissime, le sens pourrait être sauvegardé 
[?]). L'ensemble de ces modifications doit intéresser 
environ 25 000 - vingt-cinq mille (1) - mots du 
texte Fischer qui, lui, doit être de 77 000 mots (c'est, 
en tout cas, le chiffre que je prends pour base). 

100. La traduction française de Het Achterhuis 
peut, malgré l'absence d'une des 169 lettres de l'édi- 
tion hollandaise Contact et malgré bien des faibles- 
ses, malgré aussi des bizarreries qui donnent à pen- 
ser que là encore il y aurait de fâcheuses décou- 
vertes à faire, se qualifier de « traduction ». (Journal 
/ de Anne Frank [Het Achterhuis], traduit du hol- 
landais par T. Caren et Suzanne Lombard, Cal- 
mann-Lévy, 1950, ach. d'imp. 5 janvier 1974, 320 
p.) L'édition Lambert Schneider ne peut, en aucun 
cas, se présenter comme une traduction. Quant à 
l'édition Fischer, elle ne peut se dire une reproduc- 
tion de l'édition Lambert Schneider, non plus 
qu'une traduction de Het Achterhuis. 



Il y a eu, en nombre 
considérable, des 
additions, des sous- 
tractions, des trans- 
lations et des altéra- 
tions. 



Même une mauvai- 
se traduction peut 
rester une traduc- 
tion. Ici, il y a 
deux livres. 



1. Cette estimation de 1978 n'a pas grand sens. Les manipulations sont à 
l'état endémique et en chiffrer le nombre est illusoire. (Note pour la pré- 
sente édition.) 



283 



Deux livres sensi- 
blement différents 
apparus dans un 
contexte suspect. 



Notre après-guerre 
a été fertile en faux 



mémoires. 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

101. Cet ensemble impressionnant d'additions, de 
soustractions, de translations, d'altérations ; ces 
affabulations de M. Frank ; ces malhonnêtetés 
d'éditeurs ; ces interventions de personnes étran- 
gères, amies de M. Frank ; cette existence de deux 
livres si différents présentés comme un seul et 
même Journal d'Anne Frank, tout cela révèle une 
œuvre qui ne peut, en aucune façon, garder le pres- 
tige attaché à un témoignage authentique. Les 
incompatibilités des différents textes sont de toutes 
natures. Elles touchent à la langue et au style, à la 
longueur et à la forme des pièces constitutives du 
Journal, au nombre et à la nature des anecdotes 
rapportées, à la description des lieux, à la mention 
des réalités matérielles, aux dialogues, aux idées 
échangées, aux goûts exprimés ; elles touchent aux 
personnalités mêmes des principaux personnages, à 
commencer par la personnalité d'Anne Frank, une 
personnalité qui donne l'impression de vivre dans 
un monde de pure fiction. 

102. En se portant garant personnel de l'authen- 
ticité de cette œuvre, qui n'est qu'une affabulation, 
M. Frank, qui est, par ailleurs manifestement inter- 
venu à tous les stades de la genèse du livre, a signé 
ce qu'il est convenu d'appeler une supercherie litté- 
raire. Le Journal d'Anne Frank est à ranger au 
rayon, déjà très fourni, des faux mémoires. Notre 
après-guerre a été fertile en ouvrages ou écrits de ce 
genre. Parmi ces ouvrages faux, apocryphes ou sus- 
pects (soit entièrement, soit par insertions d'élé- 
ments étrangers), on peut citer : les divers « témoi- 
gnages » de Rudolf Hôss, de Kurt Gerstein, de 
Miklos Nyiszli, d'Emmanuel Ringelblum, les 
mémoires d'Eva Braun, d'A. Eichmann, de 
W. Schellenberg, mais aussi le document intitulé : 
« Prière de Jean XXIII pour les Juifs ». On citera 
surtout les faux journaux d'enfants fabriqués par 
l'Institut historique juif de Varsovie et dénoncés par 
l'historien français Michel Borwicz, d'origine juive 
polonaise ; parmi ces journaux pourrait figurer 
celui d'une Thérèse Hescheles, âgée de treize 
ans (2). 



2. Michel Borwicz, Revue d'histoire de la Seconde Guerre mondiale, 
janvier 1962, p. 93. 



284 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



M. Frank a signé 
une supercherie lit- 
téraire. 



103. Je n'aurais garde d'oublier qu'un des faux les 
plus célèbres a été fabriqué contre les Juifs. Il s'agit 
des « Protocoles des Sages de Sion ». Je demande 
que l'on ne se méprenne pas sur le sens que j'ai 
donné à mes recherches sur l'authenticité du Jour- 
nal d'Anne Frank. Même si ma conviction person- 
nelle est que cette œuvre émane de M. Frank, même 
si je pense qu'à raison de deux lettres par jour, il lui 
a suffi de trois mois pour mettre sur pied le premier 
état de son affabulation maladroite, même si je 
pense qu'il ne croyait pas que son œuvre connaîtrait 
un immense succès (qui, du même coup, risquerait 
d'en faire apparaître les terribles failles), même si je 
pense qu'on peut donc lui trouver mille circons- 
tances atténuantes, même si j'ai la conviction qu'il 
ne cherchait nullement à monter une vaste escro- 
querie, mais qu'il s'est trouvé comme entraîné par 
les circonstances à cautionner toutes les suites 
extraordinairement brillantes d'une obscure et 
banale entreprise, malgré tout cela, la vérité 
m'oblige à dire que le Journal d'Anne Frank n'est 
qu'une simple supercherie littéraire. 



285 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

ANNEXE N° 1 
Description des documents photographiques 



Photo n 1 



Photo n° 2 : 



Photo n° 3 : 



Photo n° 4 : 



Photo n° 5 



Photo n° 6 : 



Photos n° 7 à 1 1 



Photo n° 12 : 



Photos n° 13 et n° 14: 



Le plan d'Amsterdam. Le Prinsengracht en plein 
cœur de la ville, lieu de passage. 

Vue aérienne de l'immeuble du 263 Prinsengracht. 
Un immeuble pittoresque et caractéristique du vieil 
Amsterdam. Il est cerné d'immeubles du même type. 
Il est visible de partout et, notamment, de la tour de 
l'église (Westerkirk). 

Une photo de la maison en 1940. Une maison «toute 
en fenêtres ». Des voisins accolés. 

Le plan que M. Frank propose aux lecteurs. Il 
manque le plan du rez-de-chaussée. Il manque une 
indication propre à révéler aux lecteurs que l'espace 
qui sépare l' avant-maison, de l' arrière-mai son est une 
courette, large de 3,70 m, commune à cette maison et 
à la maison des voisins de droite. 

La « porte-armoire ». La photo de cette carte postale 
est à rapprocher de ma photo n° 8 qui, elle, nous 
révèle que la fenêtre donne sur la courette et que, par 
la vitre de cette fenêtre, on aperçoit, à quelques centi- 
mètres, le corps de bâtiment d'une arrière-maison. Il 
suffisait à la police d'être là pour voir qu'il y avait 
une arrière-maison. 

La chambrette d'Anne Frank et du dentiste Dussel. 
On voit parfaitement chez les voisins du Keizers- 
gracht et ils voient parfaitement chez vous. 

Cinq photos révélatrices. Les voisins de droite (265 
Prinsengracht) pouvaient facilement voir et entendre 
ce qui se passait au 263. Les photos n° 9 et n° 10 
prouvent qu'ils avaient sept ouvertures qui donnaient 
sur le 263. 

L'arrière de l'arrière-maison. On pouvait y accéder 
facilement. Cet espace vert a toujours été commun au 
263 Prinsengracht et au 190 Keizersgracht. On pou- 
vait facilement voir les poses et déposes de rideaux 
«bigarrés», la fumée s' échappant de la cheminée de 
gauche, etc. 

Deux spécimens de l'écriture d'Anne Frank. Une écri- 
ture d'enfant quatre mois après une écriture d'adulte ? 



286 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



Photo n° 1 




287 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Photo n° 2 
Le quartier 




1. - L'église de Westerkirk. 

2. - Le « Home Anne Frank » (construction récente). 

3. - L'immeuble n° 265 (avec arrière-maison à toit noir). 

4. - L'immeuble n° 263 (avec arrière-maison à toit rouge) : 
« Maison de Anne Frank ». 

5. - L'immeuble n° 261 à long toit rouge (sans arrière-maison). 
On remarquera comme les maisons du quartier se pressent 
autour d'un espace vert central : la Maison d'Anne Frank et 
son « Annexe » étaient exposées à tous les regards, végétation 
ou pas. 



288 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



Photo n° 3 



Maison, en 1940 

d'Anne Frank, 263 Prinsengracht (façade donnant sur le canal 
à gauche le 261 et, à droite, le 265) 




Une maison à cinq niveaux « toute en fenêtres » (sans volets). 
Des voisins tout proches. 



289 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Photo n° 4 

Plan 

du 263 Prinsengracht (1942-1944). Les huit clandestins vivaient 
dans l'arrière-maison (ou « Annexe »). Les quatre Frank et 
Dussel au 2 e étage, les trois Van Daan au 3 e étage. 



Côté jardin 




] " étage 



2' étage 



3 e étage 



Au 2° étage, la porte-armoire du palier fait communiquer 
la maison avec l'Annexe. 

Côté rue Prinsengracht 
(donnant sur canal) 

Ce plan, auquel j'ai ajouté quelques indications, figure dans 
toutes les éditions du Journal. Il ne semble pas vraiment à 
l'échelle ; la façade de l'immeuble a 8 m. de largeur environ et 
la cour, seulement 3,70 m. Pour avoir une vue de l'ensemble, 
superposez les uns sur les autres les 3 niveaux indiqués ici et 
ajoutez-leur, au 1" niveau, un rez-de-chaussée, et au 5 e niveau, 
des greniers mansardés auxquels aboutissent respectivement les 
escaliers D et F. 



290 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 



Photo n° 5 



L'armoire tournante [reconstitution] 

au bout du corridor du 2 e étage, quand on 
l'avant-maison et qu'on veut accéder à l' arrière-maison. 



vient de 




1. - Ouverte. 



. fermée 



La fenêtre, dont on aperçoit un pan, est la seconde de ce petit 
corridor. Les deux fenêtres donnent sur la courette. 



291 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



Photo n° 6 



La chambre 

d'Anne Frank elle-même et du dentiste A. Dussel. 




À travers les vitres, on a vue sur deux maisons de Keizers- 
gracht. De nombreuses et vieilles maisons se pressent ainsi 
autour d'un espace vert central. De toutes leurs fenêtres sans 
volets, on a (et on avait) vue sur les chambres des huit clandes- 
tins. À noter que la fenêtre s'ouvre de l'intérieur vers l'exté- 
rieur. 



292 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 




1 

(ph. 7) 



1. - Vous êtes, au 2 e étage, à l'une des deux fenêtres du 
magasin-donnant-sur-la-cour. Vous apercevez, à gauche du 
tuyau, la 2 e fenêtre du fameux corridor et, à sa droite, le mur 
de l'« Annexe » ou « arrière-maison ». 



2 
(ph. 8) 




2. - Vous êtes dans le corridor. Vous apercevez, à votre 
gauche, l'armoire tournante en position d'ouverture et, à votre 
droite, par la fenêtre, le mur de 1' « Annexe ». 



293 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 




3a 

(ph. 9) 



3. - Vous êtes, au 3 e étage, sur la terrasse de communication 
entre l'« Annexe» et l'« avant-maison » : a) Le premier pignon 
sur cour (à votre droite) appartient à l'avant-maison d'Anne 
Frank ; l'autre est celui de la maison voisine (n° 265) ; b) De la 
même position mais, votre regard plongeant sur la cour, vous 
apercevez six ouvertures : la première, à votre droite, appartient 
à l'avant-maison d'Anne Frank et les cinq autres à la maison 
voisine (n° 265) ; c) Vous avançant un peu sur la terrasse, vous 
apercevez au-dessus de vous le clocher de la Westerkirk ainsi 
que le « Home Anne Frank » (construction récente). 



294 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 




3c 
(ph.ll) 



295 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Photo n° 12 
L'arrière de l'arrière-maison 

(ou de l'« Annexe ») 




Vue prise du pied de l'immeuble de la rue Keizersgracht. Le 
jardin offre une bonne voie d'accès à la maison d'Anne Frank. 
La cheminée de gauche aurait fumé 365 jours par an ! Les habi- 
tants de l'« Annexe» ne pouvaient passer inaperçus, et 
l'« Annexe» elle-même encore moins, quoi qu'en dise 
M. Frank ! 



296 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

Photos n° 13 et n° 14 

Deux spécimens de l'écriture 
attribuée à Anne Frank 

A^(*maA*4ua>u* , £**/* ^ jLt >^f ^*~^ 

Photo n° 1 3 



>"IO'/mj0<?0* « ^ 0v 



^M<^ 






Photo n° 14 

Si l'on en croit les dates, ces deux textes avaient été rédigés à 
quatre mois de distance. On comparera successivement et sépa- 
rément, d'une part, les textes eux-mêmes et, d'autre part, les 
signatures. Le premier document est le fac-similé de l'épigraphe 
du Journal (Journal de Anne Frank), traduit du hollandais par 
Tylia Caren et Suzanne Lombard, préface de Daniel Rops, 
Calmann-Lévy, 1950 [3 e trim. 1968, XIII — 347 p.]. Le second 
est le fac-similé d'un texte écrit par Anne Frank au dos d'une 
de ses photographies (Journal de Anne Frank, Le Livre de 
Poche, D. L., 1" trim. 1974). L'écriture «adulte» est antérieure 
de quatre mois environ à l'écriture script « enfantine » ! 



297 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

ANNEXE N° 2 

Reproduction du pli fermé 

contenant l'identité du témoin 

et de mon accompagnateur 



UNIVERSITÉ LYON 2 

U.E.R. LETTRES ET CIVILISATIONS 
CLASSIQUES ET MODERNES 

18, quai Claude-Bernard 
69365 LYON CEDEX 2 








/}/W£V£ 


A/' l 










( 


CofrLiA^rJ' ow 










a 


e t*A*«j,e 


58 









298 



LE JOURNAL D'ANNE FRANK EST-IL AUTHENTIQUE ? 

Note des éditeurs 

Le rapport qu'on vient de lire n'était pas destiné à la 
publication. Dans l'esprit du professeur Faurisson, il ne cons- 
tituait qu'une pièce, parmi d'autres, d'un ouvrage qu'il enten- 
dait consacrer au Journal d'Anne Frank. 

Si nous le publions aujourd'hui, malgré les réticences de 
son auteur qui, pour sa part, aurait souhaité une publication 
plus étendue comprenant des éléments qui sont encore en 
chantier, c'est parce que la presse française et la presse étran- 
gère ont mené tapage autour de l'opinion du professeur sur le 
Journal d'Anne Frank. Le public, lui, peut éprouver le besoin 
de juger sur pièces. Nous avons donc voulu mettre l'essentiel 
de ces pièces à sa disposition. On se fera ainsi sa propre reli- 
gion sur les méthodes de travail de Faurisson et sur les résul- 
tats auxquels celui-ci était parvenu en août 1978. 

Ce rapport, dans la forme exacte * sous laquelle nous le 
publions, a déjà une existence officielle. C'est en août 1978 
qu'il a été transmis, dans sa version allemande, à l'avocat 
Jûrgen Rieger pour être déposé auprès d'un tribunal de 
Hambourg. Maître Rieger était et reste encore aujourd'hui le 
défenseur d'Ernst Rômer, soumis à un procès pour avoir 
publiquement exprimé ses doutes sur l'authenticité du Jour- 
nal. 



(*) À une exception près. Le rapport original comportait une annexe n° 3 qui consistait 
en une attestation d'un professeur de l'université française réputé pour sa compétence en 
matière de critique de textes. La dernière phrase de l'attestation est la suivante : « Il est 
certain que les usages de la communication littéraire autorisent M. Frank, ou n'importe 
qui, à construire autant de personnages fictionnels d'Anne Frank qu'il en aurait envie, 
mais à la condition qu'il ne prétende pas à l'identité de ces êtres de fiction avec le per- 
sonnage de sa fille. » Cet argument d'autorité, à savoir l'attestation d'un éminent univer- 
sitaire sur la qualité du travail effectué, s'il est compréhensible devant un tribunal, ne se 
justifie plus dans un débat public. De plus, deux autres professeurs s'apprêtaient à 
conclure dans le même sens quand soudain éclatait dans la presse, en novembre 1978, 
l'« affaire Faurisson ». Rendus prudents, ces professeurs préféraient s'abstenir. En 
conséquence, nous avons pris la décision de ne nommer personne. Le débat étant 
devenu public, il appartient à chacun de déterminer s'il veut intervenir publiquement. 



299 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Le tribunal, après avoir entendu les parties et commencé 
d'examiner le fond du litige, décidait, à la surprise générale, 
d'ajourner sine die toute nouvelle session. 

Selon le scénario habituel, dès l'ouverture du procès, la 
presse dictait au tribunal la conduite à tenir. Le S. P. D. du 
chancelier Helmut Schmidt montait en première ligne et dans 
une longue lettre ouverte prenait vigoureusement position en 
faveur de M. Frank. Pour ce parti politique, la cause était 
jugée d'avance, et il y avait longtemps que l'authenticité du 
Journal avait été prouvée. 

Le tribunal en question, en dépit des efforts de maître 
Rieger pour relancer le procès, n'a toujours pas rendu son 
arrêt. La presse allemande déplore que M. Otto Frank ait 
encore à attendre que « justice lui soit rendue ». 

Encore ce refus de juger constitue -t-il un progrès. Dans 
une affaire similaire, le professeur Faurisson avait adressé un 
rapport de cinq pages résumant ses recherches et ses conclu- 
sions sur les « chambres à gaz ». Cette déclaration était signée, 
et la signature légalisée. Le professeur était allé jusqu'à rappe- 
ler le texte du Journal officiel de la République française 
établissant qu'une légalisation de signature en France était 
valide en R. F. A. Peine perdue : dans les attendus de 
condamnation, la Cour décrétait que « Faurisson » n'était 
qu'un pseudonyme. Elle récusait pour le même motif le 
témoignage du professeur américain Arthur R. Butz. 

La justice est égale pour tous, sous réserve de Vexceptio 
diabolica. 



300 



Document III 

Chambre à gaz du pénitencier de 
Baltimore, Maryland (U. S. A.)* 



Chambre à gaz : 
Feuille de contrôle de la marche à suivre ** 



A. - Pour préparer la chambre, [il faut] : 1. Deux (2) jours ; 

2. Deux (2) opérateurs ; 3. Seize (16) heures de travail. 

[Pour ce qui suit, la feuille indique qu'il faut pointer 
chacune des 47 opérations consécutives et en indiquer 
l'heure.] 

B. - Chambre prête, [sont à vérifier] : 1. Joints ; 2. Pompes ; 

3. Soupapes ; 4. Épurateur (ou barboteur, pour l'acide 
cyanhydrique à neutraliser) ; 5. Système d'évacuation 
(du gaz) ; 6. Le tout dans les conditions de marche. 



(*) Chambre à gaz du pénitencier de Baltimore, Maryland (U. S. A.). Participent directe- 
ment à l'exécution du condamné un médecin, installé dans une cabine proche de la 
chambre à gaz, et, dans une autre cabine, deux opérateurs. Le document qu'on va lire 
résume très succinctement le travail des opérateurs. Le médecin, de son côté, doit possé- 
der lui aussi son propre résumé. Tout cela n'est-il pas trop compliqué, trop sophistiqué, 
trop marqué par le souci de la perfection ? La réponse est : non. L'emploi de l'acide 
cyanhydrique exige toutes ces précautions. Il est impossible de faire moins. (Note de 
Faurisson). 
(**) Traduit de l'américain. 



301 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE 





PHOTO 1 



PHOTO 2 



302 



CHAMBRE A GAZ DU PENITENCIER DE BALTIMORE 

C. - Étapes préliminaires : 1. Connecter le réservoir d'am- 

moniaque ; 2. Préparer le mélange chimique de l'épura- 
teur (3,4 kg de soude caustique ajoutée à 56,7 litres 
d'eau) ; 3. Remplir l'épurateur ; 4. Mettre en marche le 
moteur de l'épurateur ; 5. Préparer le mélange d'acide 
et d'eau pour le générateur de gaz (3 litres d'acide sulfu- 
rique et 5 litres d'eau) ; 6. Préparer une solution de 
soude caustique et la garder dans un seau ; 7. Vérifier et 
tenir prêt le cyanure ; 8. Vérifier la position (ou l'état) 
pour : 

a) le levier de versement, n° 1 (position fermée) ; 

b) l'admission d'air frais, n° 2 (position fermée) ; 

c) l'admission du mélange acide, n° 3 (position 
fermée) ; 

d) la soupape de purge du creuset du générateur, 
n° 4 (fermée) ; 

e) le conduit de l'épurateur, n° 5 (position fer- 
mée) ; 

f) la soupape d'ammoniaque sur le réservoir 
(position fermée) ; 

g) les coupelles remplies (eau distillée et 1 % de 
phénolphtaléine) ; 

h) le moteur (en marche) de la pompe de l'épura- 
teur ; 

i) le ventilateur (en marche) pour l'évacuation 
du gaz (de la chambre). 

D. - Étapes de l'exécution : 1. Placer l'homme sur sa chaise 

et l'y attacher ; 2. Lui appliquer les bracelets pour élec- 
trocardiogramme ; 3. Placer le cyanure sur le générateur 
fermé ; 4. Fermer hermétiquement la chambre ; 5. Faire 
du vide dans la chambre (durée : 1.5") ; 6. Ouvrir la 
soupape d'admission n° 3 du récipient à mélange acide ; 
7. Laisser un intervalle pour l'écoulement de l'acide et 
pour un compte rendu en provenance de la salle des 
opérations chimiques ; 8. Fermer la soupape d'admis- 
sion n° 3 ; 9. Verser la soude du seau de sécurité dans le 
récipient du mélange acide ; 10. Baisser à fond, en posi- 
tion ouverte, le levier d'écoulement n° 1 qui fait tomber 
le cyanure dans l'acide ; 11. Émission du gaz - Exécu- 
tion effectuée. 



303 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE 




PHOTO 3 




PHOTO 4 



304 



CHAMBRE A GAZ DU PENITENCIER DE BALTIMORE 

E. - Nettoyage de la chambre : 1. Ouvrir la soupape n° 5 
(tuyau de l'épurateur) ; 2. Laisser un intervalle de vingt 
(20) minutes (le gaz se déverse dans l'épurateur) ; 
3. Vider le mélange de sécurité dans le générateur en 
ouvrant la soupape n° 3 ; 4. Ouvrir la soupape n 4 
(quand la soupape n° 4 est ouverte, le gaz d'échappe- 
ment du générateur et l'eau de nettoyage qui coule du 
récipient d'acide à travers le générateur sont évacués 
dans l'égout) ; 5. Arrêter le ventilateur de recirculation 
d'air ; 6. Ouvrir la soupape d'admission de l'ammonia- 
que, n° 4, à la pression de deux (2) kg (laisser l'ammo- 
niaque circuler pendant deux (2) minutes) ; 7. Fermer la 
soupape d'admission de l'ammoniaque, n° 4 ; 8. Les cou- 
pelles doivent indiquer la teneur en ammoniaque (elles 
doivent virer du rose au pourpre pour en marquer la 
circulation) ; 9. Débloquer la soupape n° 2 (admission 
d'air frais - air seulement dans la chambre) ; 10. Ouvrir 
graduellement la soupape n° 2 (mettre deux (2) minutes 
pour l'ouvrir à fond) ; 11. Laisser ouverte la soupape n° 
2 de vingt (20) à trente (30) minutes ; 12. Ouvrir la 
porte de la chambre ; 13. Passer au jet d'eau ; 14. Vider 
la chambre (enlever le corps). 

15 juillet 1958, révisé le 22 octobre 1975, SEH : fh. 



305 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 




PHOTO 5 




PHOTO 6 



306 



CHAMBRE A GAZ DU PENITENCIER DE BALTIMORE 



Remarques de R. Faurisson sur ce document : 



J'ai visité cette chambre à gaz et je m'en suis fait expliquer le 
fonctionnement. Les responsables du pénitencier m'ont dit 
que « gazer un homme, c'est très compliqué, parce que c'est 
dangereux ». Les chambres à gaz d'aujourd'hui ne diffèrent 
pas essentiellement des chambres à gaz mises au point vers 
1936-1938 après des années de tâtonnements. Les premiers 
Américains qui ont eu l'idée de ce mode d'exécution avaient 
pensé que rien ne serait plus facile et plus humain que 
d'endormir le condamné avec un gaz qui finirait par le tuer. 
C'est quand ils ont voulu passer aux actes que les Américains 
se sont rendu compte des redoutables difficultés d'une telle 
exécution. La première exécution a eu lieu en 1924. Elle a 
présenté de tels dangers pour l'entourage que l'idée des cham- 
bres à gaz a failli être abandonnée. 

Le document qu'on a lu n'est qu'une simple feuille de 
contrôle de 47 opérations. Certaines de ces opérations sont 
élémentaires mais d'autres sont délicates. Voici, par exemple, 
ce que signifie la 47 e et dernière opération (vider la chambre, 
enlever le corps) : le médecin et deux assistants doivent 
entrer dans la chambre avec un masque à gaz, un tablier de 
caoutchouc, des gants de caoutchouc ; le médecin secoue la 
chevelure du mort pour en chasser autant que possible les 
molécules d'acide cyanhydrique que les fumées d'ammo- 
niaque et le système de ventilateurs orientables n'ont pas pu 
neutraliser ; les deux assistants doivent laver le corps avec un 
jet ; ils doivent apporter un grand soin à ce travail ; ils doi- 
vent notamment laver la bouche, toutes les ouvertures du 
corps et ils ne doivent surtout pas oublier les plis des bras et 
des genoux. 

Non ! Vraiment, gazer son prochain sans se gazer soi-même 
n'est pas une sinécure. Vraisemblablement, les récits de 
gazage à Auschwitz ne sont, à l'origine, qu'un sinistre ragot 
de prison. 



307 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE 




PHOTO 7 




PHOTO 8 



308 



CHAMBRE A GAZ DU PENITENCIER DE BALTIMORE 



Légendes des photographies 



1. La salle où se tiennent les témoins de l'exécution : la 
chambre à gaz est hexagonale ; ici, trois pans sont visibles. La 
porte de droite donne sur un couloir qui, à gauche, fait le tour 
des trois pans non visibles sur cette photo et, à droite, donne 
sur deux cabines : celle du médecin et celle des deux opéra- 
teurs. 



2. À travers l'une des vitres de la salle des témoins on aper- 
çoit le pilier de soutènement de la chambre à gaz. La chambre 
à gaz, comme le pilier, sont en acier. Les vitres sont particu- 
lièrement épaisses. Tout à fait au fond on peut apercevoir 
quelques éléments de la machinerie. 



3. Le siège du condamné avec ses attaches : à droite, l'un des 
trois emplacements prévus pour des coupelles de phénolphta- 
léine. C'est sous le siège que se trouve le creuset où l'on 
dépose les boulettes de cyanure. De l'extérieur de la chambre, 
on manœuvre un levier qui fait tomber ces boulettes dans un 
bain d'acide sulfurique. À droite, au sol, le conduit grillagé de 
communication avec la machinerie et la cabine des opérateurs. 



4. La porte d'entrée de la chambre à gaz : particulièrement 
lourde, elle se ferme avec un volant pour obtenir une bonne 
herméticité. 



5... La même porte d'acier, vue du côté des gonds : c'est pour 

éviter le risque d'implosion que la chambre à gaz est ainsi 

construite. Le risque d'implosion vient de ce qu'il faut, avant 

le jour de l'exécution, faire le vide de la pièce pour assurer 

l'herméticité des joints. 

Au moment de l'exécution il faut faire un vide partiel, d'abord 

pour mettre la pièce en sous-pression et éviter que le gaz ne 

tende à sortir de la pièce, ensuite pour que le gaz s'élève plus 

vite vers le condamné, enfin pour augmenter la proportion de 

gaz dans l'habitacle. 

On aperçoit, à gauche, la porte de la cabine du médecin. 



6. Au sommet de la chambre à gaz, l'extracteur. 



7. Au fond du couloir, le barboteur ou épurateur où se fait la 
neutralisation du gaz cyanhydrique. Le résidu sera rejeté par 
une cheminée située tout en haut du pénitencier. On aperçoit 
à droite la fenêtre de la cabine des deux opérateurs. 



8. La cabine des deux opérateurs : les produits utilisés ne sont 
pas visibles ici. Ils sont entreposés pour partie dans cette 
cabine et, pour une autre partie, dans la cabine du médecin. 



309 



Document IV 



Documentation photographique 



Deux photos (1 et 2) d'une vraie chambre à gaz d'Auschwitz-Birkenau. Il 
s'agit d'un autoclave pour la désinfection des habits. (1. - ) : L'autoclave vu de 
l'extérieur. (2. - ) : L'intérieur avec ses tringles pour les vêtements. Explica- 
tion : le gazage des vêtements n'était pas une mince affaire. Il exigeait des 
installations d'une complication relative. On utilisait rarement le Zyklon B, 
jugé trop puissant, difficile à ventiler et réservé en principe au gazage des bâti- 
ments, des silos, des navires. On utilisait le « N », le « Cartox », le « Ventox », 
l'« Areginal », etc. Imaginez, par conséquent, l'appareillage extraordinai- 
rement sophistiqué qu'il aurait fallu concevoir et construire pour gazer 
chaque jour plusieurs fournées de 2000 hommes avec du Zyklon B (accès, 
observation, envoi de Zyklon B et, surtout, aération). 



310 



DOCUMENTATION PHOTOGRAPHIQUE 




PHOTO 1 




PHOTO 2 



311 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Deux photos (3 et 4) de la prétendue « chambre à gaz homicide » du Struthof- 
Natzweiler (près de Strasbourg). (3. - ) : Le regard, le commutateur électrique, 
le trou de déversement du gaz. (4. - ) : Le regard et le trou de déversement, 
vus de l'intérieur. Explication : cette prétendue « chambre à gaz homicide » 
est classée «monument historique». Une inscription dit qu'elle est «en état 
d'origine ». On n'en a jamais fait d'expertise ! Elle n'est jamais montrée en 
photo. Elle n'est pas hermétique. Les absurdités techniques abondent. On lit 
sur place la « confession » de Joseph Kramer, ancien commandant du camp. 
Kramer dit que c'est par un «trou» (sic !) qu'il versait lui-même «une cer- 
taine quantité de sels cyanhydriques ». puis «une certaine quantité d'eau» : le 
tout dégageait, paraît-il, un gaz (!!!) qui tuait en une minute. (Pour la première 
fois dans l'histoire de la chimie, du sel additionné d'eau donnait ainsi un gaz.) 
Le «trou» qu'on voit aujourd'hui a été si grossièrement fait que quatre 
carreaux de faïence en ont été brisés. Kramer se servait, dit-il, d'un « enton- 
noir à robinet ». Je ne vois ni comment il pouvait empêcher un si terrible gaz 
de refluer par ce trou grossier, ni comment il pouvait admettre que le gaz, 
s' évacuant par la cheminée, aille se répandre sous les fenêtres du mess des 
officiers allemands. Quant au regard, il a été taillé pour respecter le dessin des 
carreaux de faïence. C'est pourquoi on a supprimé seulement trois carreaux. 
Le résultat est le suivant : ce regard ne permet de voir que la moitié environ 
de cette minuscule «chambre à gaz » de 2,25 m x 3,20 m x 2,75 m. C'est une 
entreprise de Saint-Michel-sur-Meurthe (département des Vosges) qui, après 
la guerre, a laissé les lieux dans cet état pour le service des « Monuments 
historiques ». M. François Faure, président de l'Amicale des déportés de ce 
camp, que j'ai interrogé sur les anomalies de cette «chambre à gaz», m'a 
d'abord parlé de «pommeaux de douches au plafond», puis, comme je lui 
disais qu'il n'y avait aucun pommeau, il m'a affirmé qu'il n'avait jamais de sa 
vie visité cette « chambre à gaz » et qu'il espérait bien ne jamais la visiter ! Le 
16 janvier 1979, j'ai écrit dans le journal le Monde que la « chambre à gaz » 
du Struthof était « intéressante à visiter » (sous-entendu : pour les amateurs de 
supercherie). Quelques jours après, la « chambre à gaz » était déclarée visi- 
table seulement avec un guide « à cause du vandalisme » mais les guides 
répondent qu'ils n'ont pas le droit de faire visiter autre chose que le musée du 
camp (où il n'y a aucune photo de... la « chambre à gaz »). 



312 



DOCUMENTATION PHOTOGRAPHIQUE 




* 




PHOTO 3 




PHOTO 4 



313 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

(5. - ) : La prétendue « chambre à gaz » d'Auschwitz-1 avec accès aux créma- 
toires sur la droite. (6. - ) : La même « chambre à gaz » avec accès aux créma- 
toires sur la gauche. Explication : Les touristes croient qu'il s'agit d'une vraie 
« chambre à gaz homicide », de même qu'ils croient que les fours crématoires 
de la pièce annexe sont authentiques. J'ai fait venir sur place M. Jan 
Mâchai ek, un responsable du « musée d'Auschwitz ». Je lui ai montré les 
fours. Je lui ai demandé : «Sont-ils authentiques ?» Il m'a répondu : «Oui, 
bien sûr ! » J'ai alors passé mon doigt sur la bouche de l'un des fours. Je lui ai 
montré qu'il n'y avait pas de suie. Prenant alors un air confus, il m'a dit que 
ces fours étaient une «reconstitution». J'ai donc cherché dans les archives du 
« musée »les plans d'origine. J'ai ainsi découvert que les fours étaient, en effet, 
une honnête reconstitution, mais en même temps j'ai découvert que la 
«chambre à gaz» n'avait jamais été, dans la réalité, telle qu'on nous la 
présente aujourd'hui. De toute façon, un minimum de bon sens nous révèle 
que cette pièce ne peut avoir été une «chambre à gaz». Notez l'absence 
totale d'herméticité, la porte vitrée (une vitre se brise), la porte pleine sans 
aucune herméticité (serrure, etc.), la communication directe avec la salle des 
fours (les employés auraient été gazés et n'auraient pu faire leur travail ; 
ajoutez à cela que le Zyklon B est inflammable et explosible si une certaine 
concentration est atteinte). Notez la trace d'anciennes cloisons et la peinture 
murale qui court au bas des murs ; cloisons et peinture n'avaient aucune 
raison d'être dans une «chambre à gaz». En réalité, on avait là une série de 
petites pièces inoffensives dont les Polono-communistes ont abattu les cloisons 
pour nous donner l'impression d'une seule et même grande pièce. Au 
plafond, il y a de vulgaires trappes d'aération sans aucune herméticité comme 
dans tout abri antiaérien. 



314 



DOCUMENTATION PHOTOGRAPHIQUE 




PHOTO 5 




PHOTO 6 



315 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Deux photos des plans originaux qui montrent les deux états successifs réels 
de la prétendue «chambre à gaz» d'Auschwitz-1. (7. - ) : La prétendue 
« chambre à gaz » était une chambre froide pour les morts (Leichenhalle). 
(8. - ) : Cette chambre froide est devenue en juin 1943 un ensemble fait de 
pièces attenantes à une salle d'opérations chirurgicales de secours en cas de 
bombardement. Explication : ces deux photos proviennent des archives du 
musée d' Auschwitz. Leurs références sont : n° 18 et 19 du micro- 
film 205/24. Elles montrent les deux états successifs des lieux : d'abord du 
début de 1941 à l'été de 1943, puis de l'été de 1943 jusqu'à la fin, c'est-à-dire 
jusqu'à janvier 1945. Ce que l'on visite aujourd'hui n'a qu'un lointain rapport 
avec ce qu'il y avait en réalité autrefois. Limitons-nous à l'espace abusi- 
vement qualifié aujourd'hui de «chambre à gaz». Nous pouvons voir que cet 
espace était occupé, de droite à gauche, d'abord par une chambre froide 
(Leichenhalle) (I) où l'on mettait les cadavres à brûler, puis par une salle 
avec lavabo (Waschraum) (II) ; tout à fait à gauche se trouvait le dépositoire 
(Aufbahrungsraum). On notera que la chambre froide est en cul-de-sac. 
Prenons la seconde photo. Nous voyons qu'il s'agit du plan d'un «Abri 
antiaérien pour l'hôpital S. S. avec salle d'opération» (Luftschutzbunker fiir 
S. S. Revier mit einem Operationsraum). Cet hôpital se trouvait en effet juste 
à côté. Si l'on avait utilisé ici du Zyklon B à l'échelle que l'on prétend, le gaz 
n'aurait pu être ventilé que vers la salle des fours crématoires ou vers les 
fenêtres de l'hôpital. On remarquera que les Allemands ont, cette fois-ci, 
ménagé une entrée sur la droite avec une petite antichambre comme en 
possèdent généralement les abris antiaériens. Ensuite, ils ont bâti une série de 
cloisons. Ce sont des cloisons des pièces II, III, IV, V et VI que les Polono- 
communistes ont abattues pour faire croire qu'il existait une grande pièce 
qu'ils ont baptisée «chambre à gaz». On remarquera qu'ils n'ont pas rétabli 
le cul-de-sac ; c'est qu'il fallait bien faire croire que les victimes des prétendus 
gazages entraient par un autre endroit que par la salle des fours crématoires ! 



316 



DOCUMENTATION PHOTOGRAPHIQUE 



'MuXoH- '/tSKW é&3$ 



irai 



I JKK^^i • 






.-::.V-,-,"r^L-3 ■. 

j —■_.._■ J*— '- ■ 

"■ 1 '- J > 



t4- j -if 



hh-i^ 









..! 



I 






<?*>r->! 



: ■'■■'-■'" 



! 
ii 






.i -i 



,__ ^""^ 

; /J».",',.«f } :.'/■.»* V I 



'.:,' i-Sitht. 
{■firf 

'5<>af£ 



PHOTO 7 







PHOTO 8 



317 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 




PHOTO 9 




PHOTO 10 



318 



DOCUMENTATION PHOTOGRAPHIQUE 

(9. - ) : Photographie aérienne, prise par les Américains le 25 août 1944, d'un 
Krema d' Auschwitz-II (ou Birkenau). (10. - ) : Ruines de la prétendue 
« chambre à gaz » de ce Krema. À la page suivante. (11. - ) : Plan original de 
ce Krema. (12. - ) : Détail de la même photo ; le plan révèle que la « chambre 
à gaz » était en réalité une chambre froide enterrée (Leichenkeller). Expli- 
cation : cette photographie aérienne porte le coup de grâce à la légende de 
l'« extermination ». Elle montre un Krema de Birkenau avec sa cheminée et, 
disposées en équerre, deux pièces semi-enterrées qui sont, ainsi que nous le 
révèle le plan, des chambres froides pour les cadavres. Contrairement aux 
légendes, il n'y a aucune «foule humaine attendant de pénétrer dans le bâti- 
ment » ; il n'y a aucune trace de « formidables flammes et fumées sortant de 
cheminées gigantesques et visibles à plusieurs kilomètres » ; le jardin est bien 
dessiné, ce qui serait impossible si des foules humaines avaient piétiné les 
environs du Krema ; le portail est ouvert ; le lieu n'a rien de secret. Il ne 
faudrait pas dire que le jour où les Américains ont pris cette photo il n'y 
avait, par miracle, ce jour-là, aucune «extermination». D'abord, cette photo 
date du 25 août 1944, époque précisément où culminaient les prétendus 
massacres, notamment de Juifs hongrois. Puis, il faut savoir que cette photo 
fait partie d'un ensemble important de photos prises par l'aviation américaine 
(et allemande) entre avril 1944 et janvier 1945 : aucune d'entre elles ne 
montre ce que les légendes nous racontaient et, aujourd'hui, les Américains, 
tout penauds, sont eux-mêmes obligés d'en convenir. La prétendue «chambre 
à gaz » (en réalité : Leichenkeller I) ne mesurait d'ailleurs que 30 m sur 7 m ; 
elle était en cul-de-sac ; elle était semi-enterrée, pour être protégée de la 
chaleur ; toute aération par la porte se serait faite en direction des fours qui se 
trouvaient au niveau du sol. Le petit monte-charge, qu'on aperçoit sur la 
droite, mesurait 2,10 m x 1,35, ce qui serait tout à fait dérisoire pour trans- 
porter des milliers de corps. Référence des photos américaines : The 
Holocaust revisited (op. cit.). Photo des ruines : documentation personnelle. 
Photo du plan : musée d'Oswiecim (Auschwitz), négatif 519. Il existe de 
nombreux documents qui montrent les Kremas soit en plans, soit en 
construction, soit terminés, soit détruits (par les Allemands ou par les Sovié- 
tiques ?). Les deux principaux responsables de la construction et de l'entretien 
des Kremas de Birkenau (Walter Dejaco et Fritz Ertl) ont été jugés en 1972 
et... acquittés. Ces hommes de l'art ne pouvaient pas être abusés par leurs 
accusateurs comme l'avaient été d'autres accusés allemands et ils purent sans 
doute prouver que, s'il y avait bien eu des fours crématoires, il n'y avait rien 
eu en fait de « chambres à gaz ». La presse s'est montrée extrêmement discrète 
sur le compte de ce procès qui s'est déroulé à Vienne et qui, bien plus que le 
scandaleux procès de Francfort (1963-1965), méritait le nom de «procès 
d' Auschwitz ». Les plans des Kremas IV et V, que je ne donne pas ici, 
prouvent sans contestation possible que la seule façon pour les Allemands d'y 
pratiquer des gazages aurait été la suivante : le S. S., portant un masque à gaz 
aurait dû frapper aux fenêtres (des fenêtres dans une chambre à gaz !) pour 
demander aux victimes comprimées les unes contre les autres de bien vouloir 



319 




o 
b- 

o 

X 
o- 



O 
b- 

o 

X 
o- 



DOCUMENTATION PHOTOGRAPHIQUE 




(13. - ) : Arrivée sur la rampe d'Auschwitz-Birkenau ; en arrière-plan, l'un des 
fameux Kremas. Explication : le « gigantesque abattoir humain », réputé 
ultra-secret et où se gazaient, dit-on, et se brûlaient des milliers de victimes 
par jour n'étaient en fait qu'un petit bâtiment, visible de partout, et proche 
du terrain de football des internés (à droite, non visible sur cette photo). Réfé- 
rence : négatif 117 du musée d'Oswiecim (Auschwitz) qui attribue cette photo 
à un soldat S. S. (1943 ou 1944). [Tirée ici de l'ouvrage « Gesichter der Juden 
in Auschwitz : Lili Meiers Album », Berlin 1995] 

(Suite de la légende de la page 319.) 

lui ouvrir ces fenêtres ; puis, les fenêtres une fois ouvertes, le S. S. aurait jeté à 
la volée une dose de Zyklon B dans l'intérieur des chambres à gaz (trois 
pièces distinctes !) ; puis il aurait demandé aux victimes de bien vouloir refer- 
mer les fenêtres et de bien vouloir mourir en paix sans briser les carreaux ! 
Telles sont les insanités qu'il faut admettre si l'on examine la configuration 
physique des lieux. Mais pas un tribunal, pas un avocat, pas un historien ne 
s'est soucié des contingences physiques. Cela est d'autant moins pardonnable 
qu'il s'agissait, paraît-il, en la circonstance, de formidables massacres par un 
effroyable moyen dont pas un tribunal, pas un avocat, pas un historien ne 
pouvait se vanter d'avoir dans sa vie rencontré le moindre spécimen. Per- 
sonne n'était capable de décrire l'une de ces formidables « chambres à gaz » et 
personne ne s'est préoccupé d'en avoir une description exacte (mesures 
exactes d'après les plans ou d'après les relevés de géomètres, 
distribution des pièces, machinerie employée, processus matériel de la mise à 
mort, de l'aération, etc.). Ce qui a pu être fait ou dit, ici ou là, sur ces sujets 
est absolument dérisoire à force de vague, de contradictions et d'absurdités. 
Cela vaut les descriptions que l'on faisait du Diable dans les procès de sorcel- 
lerie : la moindre tentative d'explication réclamée par quiconque aurait 
paru... diabolique. 



321 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 




(14. - ) : Une toute petite partie de l'immense complexe industriel 
d' Auschwitz (ici : Monowitz) où travaillaient une grande partie des détenus 
aux côtés de civils polonais et allemands. Référence : film pris à la Libération 
par les Soviétiques et visible au musée d'Oswiecim (Auschwitz). 



322 



Document V 
Vérité historique, vérité humaine 



Dans mon article du Monde (29 décembre 1978, p. 8) 
intitulé : « Le problème des "chambres à gaz" ou "la rumeur 
d'Auschwitz" », j'écrivais : «L'inexistence des "chambres à 
gaz" est une bonne nouvelle pour la pauvre humanité. Une 
bonne nouvelle qu'on aurait tort de tenir plus longtemps 
cachée. » 

C'est avec soulagement et non avec indignation qu'on 
devrait recevoir la nouvelle que des millions d'êtres humains 
qu'on croyait avoir été assassinés dans des conditions atroces 
ont survécu à la guerre. En particulier, beaucoup plus de Juifs 
qu'on ne le croit généralement ou bien ne sont pas allés en 
camps de concentration ou de travail forcé (c'est le cas pour 
les trois quarts des Juifs de France) ou bien y sont allés mais 
en sont revenus. 

On trouvera ci-dessous l'exemple de trois bonnes nou- 
velles qui constituent trois révisions de la thèse officielle par 
des Juifs eux-mêmes. 

Viennent ensuite deux textes qui sont, pour chacun 
d'eux, significatifs de leur époque. Le premier date de 1946. Il 
montre qu'une littérature prétendument antinazie ne fait que 
reproduire et illustrer les mécanismes mentaux et les fan- 
tasmes de la pire propagande antisémite. Ces mécanismes 
sont toujours à l'œuvre ; seuls le sujet et l'objet en ont été 
intervertis. Le dernier texte date de 1980. Il donne à espérer 
que le délire d'une époque touche à sa fin et que nous serons 
peut-être un jour débarrassés d'un nazisme fantasmatique qui 
infecte toute la pensée contemporaine. Paradoxalement le 
délire antinazi alimente un certain goût pour les idées nazies. 



323 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Ce délire n'est pas spécifique aux Juifs, il est universel. Il n'a 
pas été produit plus particulièrement par les Juifs. Il se trouve 
simplement qu'au lendemain de la guerre effroyable de 
1939-1945, les appareils judiciaires américain, britannique, 
français et soviétique ont authentifié ce qui n'était proba- 
blement à l'origine qu'une rumeur obsidionale reprise par la 
propagande de guerre. Après le cataclysme de la guerre, il 
fallait réinventer le Diable ; il s'agissait là d'un besoin général, 
commun à la société des vainqueurs. Il serait d'autant plus 
absurde de reprocher aux Juifs d'y avoir cru que tout le 
monde y a cru, y compris le peuple allemand dans son 
ensemble, et la grande majorité des ex-dirigeants nazis. 



* 
* * 



Il ne faut pas jouer avec les chiffres. Ils ont leur impor- 
tance. Il ne faut ni grossir, ni minimiser le nombre des morts 
de la Seconde Guerre mondiale. Le chiffre des six millions de 
morts juives ne repose sur rien de sérieux. Le nombre exact 
des morts juives peut très bien être déterminé. Il se trouve 
simplement que trente -cinq ans après la guerre, on n'a tou- 
jours pas déterminé ce nombre. Il y a déjà quinze ans, on 
pouvait lire dans le supplément au n° 363 du Patriote Résis- 
tant {Histoire d'un crime / L'impossible oubli / Pourquoi, 
1970, 99 p.) cette remarque qui garde aujourd'hui toute sa 
valeur (p. 98) : 

Lorsque les générations nouvelles qui ne manquent pas déjà, et ne 
manqueront pas demain, de s'interroger sur l'effroyable tragédie, pose- 
ront la question de savoir combien d'êtres humains ont été déportés, 
combien sont morts, il serait dérisoire de devoir leur répondre qu'à 
l'époque des ordinateurs électroniques, au moment où la statistique est 
en train de devenir une science exacte, personne n'a été capable de 
dresser un bilan de quelque valeur. 

Un homme qui disparaît laisse derrière lui des traces de 
son existence. Ces traces sont nombreuses dans le cas des Juifs 
ou des déportés. Il faut un cataclysme comme celui de 



324 



VERITE HISTORIQUE, VERITE HUMAINE 

Dresde, bombardée par les Anglo-américains, pour que le 
nombre exact des victimes en un lieu donné devienne très 
difficile à établir. Encore les victimes de Dresde peuvent-elles, 
dans les statistiques, se retrouver sur la liste des « personnes 
disparues » vers février 1945. Je prétends que nous possédons 
depuis longtemps tous les moyens désirables pour établir le 
nombre exact, ou à peu près exact, des Juifs morts par tous 
faits de guerre de 1939 à 1945. Même s'il existe dans la 
communauté juive des individus qui se sont détachés d'elle, il 
n'empêche que cette communauté tisse de forts liens entre 
ceux qui la compose, ou la composait autrefois, et cela d'un 
pays à l'autre, d'un continent à l'autre et aussi d'un bloc poli- 
tique à l'autre, entre l'Est et l'Ouest. Le document qu'on va 
lire prouve qu'une simple enquête menée par des particuliers, 
avec toutes les imperfections et les difficultés d'une entreprise 
conduite par des profanes et non des professionnels de la 
recherche officielle, peut donner d'excellents résultats. Ce 
document est une dépêche de l'Associated Press de novembre 
1978. Le State-Times, de Bâton Rouge (Louisiane), l'a publiée 
le vendredi 24 novembre 1978, p. 8, dans sa version intégrale, 
que nous reproduisons ici, tandis que le San Francisco 
Chronicle en a donné une version tronquée de sa fin, dans son 
numéro du samedi 25 novembre 1978, p. 6 (partie mise 
ci-dessous entre crochets) : 



Des survivants des camps de la mort d'Hitler tiennent une réunion à 
Los Angeles 

Los Angeles (Associated Press). - Autrefois les Steinberg florissaient 
dans un petit village juif de Pologne. C'était avant les camps de la 
mort d'Hitler. Voici qu'un vaste groupe de plus de deux cents survi- 
vants et leurs descendants sont ici réunis pour participer ensemble à 
une célébration spéciale de quatre jours qui a opportunément 
commencé le jour d'Action de Grâce (Thanksgiving day). Des parents 
sont venus jeudi du Canada, de France, d'Angleterre, d'Argentine, de 
Colombie, d'Israël et d'au moins treize villes des États-Unis. «C'est 
fabuleux », a dit Iris Krasnow, de Chicago. « Il y a ici cinq générations 
qui vont de trois mois à quatre-vingt-cinq ans. Les gens pleurent et 
passent un merveilleux moment. C'est presque comme une réunion de 
réfugiés de la Seconde Guerre mondiale. » Sam Klaparda de Tel Aviv 
était stupéfait par un vaste arbre généalogique installé dans le salon de 
l'hôtel Marriott de l'aéroport international de Los Angeles. «C'est fan- 



325 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 



tastique... ce que je peux avoir de parents », dit-il. L'idée du pèle- 
rinage provenait de Joe et Gladys Steinberg de Los Angeles. Ils 
s'étaient assuré l'aide de plusieurs parents, dont une belle-fille, Elaine 
Steinberg, pour leur recherche des membres de la famille. « Ce qui 
nous a d'abord incités à la recherche des gens de la famille, c'est 
d'avoir vu Racines (Roots) », dit M mt Steinberg. Ce feuilleton de télé- 
vision reconstituait l'histoire de la famille de l'écrivain Alex Haley, 
retracée, en remontant dans le temps, de l'époque de l'esclavage aux 
États-Unis jusqu'en Afrique. «Puis, après Holocaust (autre feuilleton 
de T. V.), nous y sommes vraiment allés à fond », dit-elle. La branche 
de la famille vivant à Los Angeles a recherché des informations auprès 
des cousins et par des annonces dans des journaux juifs à travers le 
monde. Trouver des membres de la famille n'a pas été facile. « Des 
centaines, a dit M mc Steinberg, ont été anéantis dans l'holocauste 
d'Hitler. » Les racines des Steinberg se trouvaient dans le village de 
Skarseika-Kamiena, en Pologne, avant la Seconde Guerre mondiale. 
« Il en reste très peu là-bas maintenant, dit Joe Steinberg. Pour cer- 
tains, c'est réellement tout à fait extraordinaire parce qu'ils ne pen- 
saient pas qu'il leur restait de la famille. » Tel était le cas d'Arthur 
Steinberg, architecte à Houston, et de sa sœur Rosslyn, de New York. 
Ni l'un, ni l'autre ne pensait qu'aucun de leur famille avait survécu au 
fléau d'Hitler. Les Steinberg ont ingurgité vingt-trois dindes à leur 
dîner de Thanksgiving, puis ils ont commencé un week-end de vacan- 
ces qui allait comprendre visite de la ville, tournois de ping-pong, de 
backgammon et de bridge, un dîner dansant le samedi soir, ainsi que 
des séminaires consacrés à des films d'amateurs, aux questions de 
santé, aux affaires de crédit, de biens immobiliers, de planning finan- 
cier et de travaux d'artisanat. 

[Pour la mère d'Iris Krasnow, Hélène, qui avait quitté la Pologne pour 
la France, puis pour les États-Unis, c'était un joyeux événement. « Je 
pleure, dit-elle, je ne peux croire que tant de personnes ont survécu à 
l'holocauste. Il y a ici tant de vie - une autre génération. C'est magni- 
fique. » « Si Hitler apprenait cela, il se retournerait dans sa tombe », 
dit-elle.] 



326 



VERITE HISTORIQUE, VERITE HUMAINE 



ISHCHRONICLE 



'G bel lu bov" livcs bon» 




«HT-rs:: 



hopr 






Iti'litnii ;it 



L'enfant du ghetto de Varsovie : symbole du « génocide » 

S'il faut en croire le Jewish Chronicle (11 août 1978, pp. 1-2), cet enfant a 
survécu à la guerre et, devenu aujourd'hui un homme très riche, il vit dans la 
banlieue de Londres avec son père, sa mère et quatre enfants. Un jour de 
1941, à Varsovie, il avait été arrêté avec tout un groupe de Juifs portant des 
ballots ; l'armée allemande avait procédé ce jour-là à des fouilles et à des 
contrôles en prévision de l'arrivée dans la capitale polonaise d'une importante 
personnalité allemande. L'enfant avait été amené au poste de police. Sa mère 
qui, elle, n'avait pas été arrêtée, s'inquiétant de l'absence de son enfant, était 
allée en informer le poste de police et c'est ainsi que son fils lui avait été 
rendu. La seconde photo est censée représenter le même enfant, photographié 
quelques années plus tard en U. R. S. S., où il était allé se réfugier. « L'enfant 
du ghetto » est assez souvent présenté dans les légendes photographiques 
comme un enfant pris par les Allemands en avril-mai 1943, lors de l'insur- 
rection du ghetto de Varsovie, et amené vers Treblinka et asphyxié dans une 
« chambre à gaz ». 



327 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 




Simone Veil 

Le C. D. J. C. (Centre de documentation juive contemporaine) de Paris affir- 
me, comme tous les autres centres de recherches du même genre, que le fait 
de ne découvrir dans les énormes archives du camp d'Auschwitz aucune trace 
d'un détenu signifie que ce détenu a été gazé dès son arrivée. C'est ainsi que 
le C. D. J. C. a établi de longues listes de Juifs de France (français, étrangers 
ou apatrides) qui sont censés avoir été gazés à Auschwitz. Prenons, par 
exemple, le convoi n° 71, lequel est arrivé à Auschwitz le 16 avril 1944. 
Toutes les femmes de ce convoi ont été, nous dit-on, gazées le jour même de 
leur arrivée. Parmi elles figurait le nom d'une certaine Simone Jacob, née le 
13 juillet 1927 à Nice. Or, cette jeune fille est bel et bien revenue vivante en 
France ; par son mariage elle est devenue Simone Veil et elle préside aujour- 
d'hui le parlement européen. Bien d'autres femmes de ce convoi, comptabili- 
sées de la même façon comme « gazées », ont survécu à la déportation. Serge 
Klarsfeld s'est récemment avisé des formidables erreurs de comptabilité (et, 
surtout, dirons-nous, de méthode) commises par le C. D. J. C. ; il les signale 
honnêtement dans son Mémorial de la déportation des Juifs de France (1978), 
du moins pour quelques milliers de cas. Pour vérifier ce que je dis là du cas 
de Simone Veil, il faut consulter deux sources : 1° pour le sort du convoi n° 
71, la livraison n° 7 (1964) des Hefte von Auschwitz, à la page 88 ; 2° pour la 
présence de Simone Jacob dans ce convoi, la colonne de gauche de la page 
519 du Mémorial. 



328 



VERITE HISTORIQUE, VERITE HUMAINE 



LA MOISSON 347 

15. «PAPA, ENCORE UNE FOIS, Un rapport de la Commis- 
JE T'EN PRIE ! » sion d'Etat extraordinaire, 

chargée d'enquêter sur les 
crimes commis par les nazis, les fascistes et leurs complices à 
Lwow, en Ukraine soviétique, déclare que les Allemands ma- 
jeurs massacraient les habitants juifs majeurs, tandis qu'ils 
livraient les enfants et les nourrissons aux Jeunesses hitlé- 
riennes. Les assassins étaient eux-mêmes des enfants et portaient 
encore des shorts. Aussi se sentaient-ils très obligés envers 
leurs aînés qui leur abandonnaient les petites victimes et les 
laissaient jouer au football avec les nourrissons juifs avant de 
les achever, ou bien les jeter en l'air pour les viser comme 
dans un tir aux pigeons. 

Wilhaus, le commandant du camp de concentration de 
Yanowska, à Lemberg, avait une fillette trop jeune pour faire 
partie du Jungvolk ; elle avait neuf ans. Elle ne pouvait encore 
ni jouer à football, ni tirer, mais elle aimait déjà à voir couler 
le sang. Son père l'adorait et ne manquait aucune occasion de 
lui faire plaisir. Comme le commandant habitait une maison 
dont le balcon donnait sur le camp, il avait l'habitude de tirer 
sur les détenus qui passaient à portée de son fusil. L'enfant 
assistait à ces scènes et comptait les coups. Le rapport cité plus 
haut dit que Wilhaus se fit apporter un jour deux enfants de 
quatre ans pour les précipiter de son balcon et les tirer en 
l'air. L'enfant applaudissait en criant : « Encore une fois, papa, 
je t'en prie, encore une fois I » 

A ce moment-là, il y avait encore des enfants à Lwow. Les 
petits hitlériens pouvaient à loisir assouvir leur besoin de 
spectacles sadiques. 

Antinazisme de sex-shop 

Fac-similé d'une page caractéristique. Même des ouvrages universitaires 
réputés sérieux en sont infectés. Peut-on aller plus loin dans l'incitation à la 
haine et dans l'affabulation ? 



(J. Gottfarstein, l'École du meurtre, 

La Presse française et étrangère, Oreste Zeluck, éd., Paris, 1946). 



329 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE 



J'ai conté à mes élèves des anecdotes de la guerre, en les 
déformant à notre avantage. J'ai stimulé leur propension à ne 
retenir que le pire, leur tendance à généraliser et leur 
humaine paresse à tout critiquer. J'ai polarisé sur l'Allemand 
seul leur potentiel de haine et de cruauté. 

Pédagogue, j'ai collaboré à la rédaction du dernier chapi- 
tre de l'histoire de France : je n'y ai retenu que ce qui pouvait 
charger le vaincu et glorifier le vainqueur, en masquant le 
rôle, parfois douteux, de certains Alliés. 

Je dois dire que non seulement l'Université ne m'a 
jamais reproché mes violentes inexactitudes, mais, au 
contraire, m'a manifesté sa haute satisfaction en me décorant 
et en me donnant l'avancement que dix ans de dévouement et 
de conscience professionnelle n'avaient jamais réussi à me 
valoir. 

Ethnologue, j'ai soutenu des thèses inacceptables et j'ai 
poussé le ridicule en portant le divorce fondamental franco- 
allemand sur le plan biologique : j'ai même imaginé pour des 
revues de vulgarisation scientifique (?), le témoignage du 
D r Woybosczek (un nom qui me vint comme ça) qui, pour 
avoir disséqué trois mille cinq cents cadavres de soldats alle- 
mands, aurait été en mesure d'affirmer que le déséquilibre 
thyroïde-surrénales était énorme chez ces sujets, alors qu'il 
était infime chez les Français. Or tout le monde sait que le 
déséquilibre thyroïde-surrénales est la cause de la férocité 
chez les animaux. 

Ainsi la cruauté teutonne se trouvait étalée sur le marbre 
des morgues, irréfutablement. 

Oui, j'ai fait cela, Walther. 

Et je dois dire, à ma grande confusion, que tout cela a 
très bien pris auprès du peuple qui se dit le plus intelligent de 
la terre et que vous aimez tant. Oui, les Français m'ont cru. 
J'en suis décontenancé. [...] 

L'aveu 

Il s'agit là d'un personnage de roman. 

Toute ressemblance avec des universitaires ayant réellement existé serait 
fortuite. Dans la réalité, la lucidité alliée au cynisme est rare ; la Foi en 
dispense et assure les mêmes avantages... et l'aveu est plus difficile. 

(Henri Vincenot, Walther, ce boche mon ami, 
Denoël, Paris, 1979, p. 171). 



330 



UN TEXTE CAPITAL DE 
M. GEORGES WELLERS 

Lettre au Monde, publiée le 21 février 1979 



Un roman inspiré » 



Depuis quelques semaines, s'est rallumée la discussion 
concernant les chambres à gaz dans les camps de concen- 
tration nazis, dont l'existence est niée par certains. 

Pour oser le faire, il faut obéir à quelques règles de travail 
historique inventées dans les années cinquante par un certain 
P. Rassinier. Il s'agit des problèmes se rapportant aux aspects 
particulièrement odieux et dramatiques du régime national- 
socialiste, notamment au « goulag » hitlérien, couverts par un 
épais secret de rigueur toujours et partout où les goulags 
existent. Ce qu'on en sait vient des témoignages des victimes 
ou des bourreaux, et de documents officiels souvent écrits 
dans un langage où des termes apparemment anodins cou- 
vrent les réalités les plus révoltantes et inavouables. Pour 
retrouver cette réalité, il faut accomplir un travail minutieux 
de vérifications, de recoupements, de confrontations. 



331 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Rassinier et ses imitateurs appliquent des règles de travail 
très simples et très pratiques. La première règle consiste à 
écarter tous les témoignages plus ou moins gênants, sous deux 
prétextes : si les témoignages sont concordants, ils sont décla- 
rés sans valeur, soit parce que provenant de connivences nées 
des intérêts communs des témoins, soit parce qu'ils ont été 
obtenus sous la torture ou grâce à des promesses. Si les témoi- 
gnages sont contradictoires, leurs auteurs sont de toute 
évidence des menteurs. La seconde règle consiste à prendre à 
la lettre les euphémismes du langage officiel, inventés pour 
cacher la vérité. 

On se demandera peut-être : que peut-on écrire de cohé- 
rent dans ces conditions ? La réponse est simple : un roman, 
dont l'auteur affirme catégoriquement comme vérité ce qui lui 
plaît. S 'il le fait avec « autorité » et habileté, le « truc » risque 
de réussir. 

Voici une illustration concrète du procédé tel qu'il a été 
employé récemment par un élève de Rassinier. 

Depuis 1940, le médecin S. S. Kremer a tenu un journal 
intime où il a noté différents événements de sa vie, et qui s'est 
terminé le 11 août 1945, jour de son arrestation par les 
Anglais, dans la zone de leur occupation en Allemagne. Au 
cours d'une perquisition à son domicile, on découvre le jour- 
nal. Entre le 29 août et le 18 novembre 1942, Kremer a été 
affecté au camp d'Auschwitz où il participe aux quatorze 
« actions spéciales » (« Sonderaktion »), qu'il note brièvement 
dans son journal. À la date du 18 octobre 1942, on lit : «Ce 
dimanche matin, par un temps froid et humide, j'ai assisté à 
la onzième action spéciale (Hollandais). Scènes atroces avec 
trois femmes qui supplient qu'on leur laisse la vie. » Voilà 
tout ce que dit le journal de Kremer. 

Un historien, circonspect par métier, se rapportera 
d'abord aux archives du camp d'Auschwitz, où il trouvera 
une documentation montrant que, en effet, le 18 octobre 1942 
est arrivé un convoi de 1710 personnes, venant du camp de 
Westerbork, en Hollande. Kremer n'a donc rien inventé. 



332 



UN TEXTE CAPITAL DE M. GEORGES WELLERS 

Notre historien pensera ensuite que la « Sonderaktion » est 
une opération où la vie des personnes est en jeu, puisque trois 
femmes supplient qu'elle leur soit laissée. Dans les archives 
d'Auschwitz, il verra que de ce convoi 116 personnes, uni- 
quement des femmes, ont été introduites dans le camp. Par 
contre, sur le sort de 1594 autres, les archives sont muettes : 
elles n'ont pas été introduites dans le camp, elles n'ont pas 
été réembarquées et renvoyées ailleurs. Elles ont disparu ! Là 
s'arrêtent les certitudes. 



Mais notre émule de Rassinier a ses idées sur la question. 
En effet, il écrit : « ...les scènes atroces devant le "dernier 
bunker" sont des exécutions de condamnés à mort, exé- 
cutions... auxquelles le médecin était obligé d'assister. Parmi 
les condamnés, se trouvent trois femmes arrivées dans un 
convoi de Hollande : elles sont fusillées ». Où prend-il tout 
cela ? Kremer ne dit rien au sujet des condamnations à mort 
le 18 octobre 1942, ni des trois femmes en question, ni 
d'autres, ni du sort réservé finalement aux premières. Du pur 
roman ? Sûrement, mais un roman qui a l'énorme avantage 
de montrer au lecteur abusé que la « Sonderaktion » n'a rien 
à voir avec les prétendues « sélections pour les chambres à 
gaz», et que le cas des trois femmes est celui de «condam- 
nées à mort » (par qui, quand, et pourquoi ?), et fusillées pour 
cela. Normal, n'est-ce pas ? 



Mais ce roman est un roman inspiré. En effet, après son 
arrestation en août 1945, le docteur Kremer est livré par les 
Anglais aux Polonais pour être jugé, avec trente -huit autres 
S. S. de la garnison d'Auschwitz, dans un procès instruit par 
le tribunal de Cracovie. En cours d'instruction, exactement le 
18 juillet 1947, il est interrogé à propos de sa note du 18 juil- 
let 1942 et il raconte : «Lors de l'action spéciale que j'ai 
décrite dans mon journal à la date du 18 octobre 1942, trois 
Hollandaises ne voulaient pas entrer dans la chambre à gaz et 
suppliaient de leur laisser la vie sauve. C'étaient des femmes 
jeunes, en bonne santé, malgré cela, leur prière n'a pas été 
exaucée, et les S. S. qui participaient à l'action les ont fusil- 



333 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

lées sur place * » (p. 238-9). Notre romancier connaît parfaite- 
ment le texte de cette déposition, il l'a cité en référence, mais 
en retenant uniquement le fait que les trois femmes ont été 
fusillées ; pour le reste, il le cache au lecteur : pas la moindre 
allusion au sujet des chambres à gaz, ni de l'assassinat sur 
place ni sur le sens évident du terme de « Sonderaktion ». Il 
abuse, donc, son lecteur en toute connaissance de cause ! Et 
cependant, un autre S. S., l' ex-commandant d'Auschwitz, 
Hoess, ignorant tout des paroles de Kremer, avait écrit à pro- 
pos des sélections à l'arrivée de convois : « ...Dès qu'une 
inquiétude se faisait sentir, on s'emparait discrètement de 
ceux qui la semaient, on les conduisait derrière la maison et 
on les tuait avec une carabine de petit calibre de façon que les 
autres ne puissent entendre les coups de feu*» (p. 100). 
Ainsi, Hoess confirme Kremer. 

Le cercle semble bouclé, la démonstration du caractère 
scandaleusement abusif de la littérature de notre romancier, 
qui se donne pour un « chercheur de vérité » scrupuleux, 
semble être faite. Eh bien ! non. Le romancier prend les 
devants en écrivant qu'il ne faut pas lui « opposer les témoi- 
gnages » de Pery Broad et de R. Hoess ou, pourquoi pas, les 
« aveux » après la guerre de J. P. Kremer. Notre romancier 
rejette ainsi toutes les sources qui lui déplaisent, mais cepen- 
dant puise à sa façon, dans les « aveux » de Kremer, le rensei- 
gnement concernant l'exécution de trois malheureuses 
femmes, parce que ce renseignement lui convient. Que le 
lecteur juge lui-même ces méthodes... 

Le Zyklon B 

Autre exemple : notre romancier s'arrête longuement sur 
l'impossibilité technique de l'emploi du Zyklon B à base 
d'acide cyanhydrique comme moyen d'assassinat dans les 
chambres à gaz. Pourquoi ? Parce que le « Zyklon B ne faisait 
pas partie des gaz... ventilables» (sic !), et, dans ces condi- 
tions, il était impossible de pouvoir envoyer « soit immédiate- 
ment », soit « peu après la mort des victimes » l'équipe char- 
gée de retirer les cadavres de la chambre encore pleine de 



(*) Auschwitz vu par les S. S. Éd. du musée d'Auschwitz, Cracovie, 1974. 

334 



UN TEXTE CAPITAL DE M. GEORGES WELLERS 

vapeurs. À l'appui de cette argumentation est cité un docu- 
ment dans lequel le fabricant précise que l'acide cyanhydrique 
« adhère aux surfaces » et que, pour s'en débarrasser, il faut 
prendre des précautions spéciales (NI 9098). Or, dans ce 
document, le fabricant parle de désinfection d'un appartement 
dans une maison d'habitation pleine de meubles, de matelas, 
de vêtements, etc. À Auschwitz, dans les chambres à gaz, il 
n'y avait que le plafond, le plancher, les quatre murs et une 
compacte foule de gens tout nus. Dans ces conditions, la 
concentration des vapeurs nocives restées dans l'atmosphère 
après la mort due à l'absorption de ces vapeurs par des cen- 
taines de poitrines, et après une énergique ventilation par un 
« dispositif d'aération et de désaération », était, sans doute, 
incomparablement plus faible que celle existant dans un 
appartement encombré de divers objets. Et s'il y avait tout de 
même un danger pour la santé des membres du Sonderkom- 
mando chargés de sortir les cadavres, ce danger était le der- 
nier des soucis de Hoess et compagnie. 

Enfin, notre auteur nous livre sa déception après la visite 
de deux chambres à gaz : celle de Maïdanek et celle de 
Struthof. Il trouve « ces prodigieuses armes du crime » que 
sont les « chambres à gaz », sans aucune allure ! On se 
demande quelle idée de « ces armes du crime » il se faisait 
avant ses visites. Il a dû tout de même lire que tout était fait 
pour tromper les victimes qui pénétraient dans une chambre 
à gaz dont l'aspect était rendu intentionnellement banal. Il est 
vrai qu'il s'agit de «faux témoignages». Mais, pour une fois, 
il semble qu'on peut les croire à tel point il est évident que la 
S. S. avait un intérêt majeur à rassurer les futures victimes et 
à éviter les désordres, les agitations, voire les révoltes. D'autre 
part, notre auteur, manifestement, n'a jamais songé que parmi 
les diverses « armes du crime » il est mille fois plus facile de 
fabriquer une chambre à gaz qu'un couteau ou un méchant 
pistolet. En effet, tous les candidats au suicide par le gaz de 
ville ferment les fenêtres et les portes de leur appartement, 
ouvrent le robinet du gaz et meurent dans une « chambre à 
gaz » improvisée en une minute. 



335 



CONCLUSION PROVISOIRE DES EDITEURS 



On vient de lire une lettre de M. Georges Wellers. Au 
lieu d'en reproduire le texte à sa place chronologique 
(p. 111 ), nous la publions en conclusion de cet ouvrage. C'est 
qu'à nos yeux ce texte constitue un document d'une impor- 
tance capitale : il ouvre enfin un débat de caractère scienti- 
fique entre les deux écoles historiques. 

Il est vrai que M. Georges Wellers se permet de formuler 
à l'endroit de Faurisson - qu'il ne désigne d'ailleurs pas 
nommément - des accusations ou des insinuations désobli- 
geantes. Mais, pour la première fois, un spécialiste de la thèse 
officielle affronte publiquement des arguments de l'école dite 
révisionniste. 

Voici donc une réponse qui contient des arguments dis- 
cutables, c'est-à-dire des arguments qui peuvent faire l'objet 
d'une discussion. Pour la première fois, un historien ne se 
contente plus de l'argument téléologique (« où cela mène- 
t-il ? »), politique (« apologie du nazisme »), ou même senti- 
mental (« atteinte à la mémoire des morts »). Le débat s'élève 
au niveau de la discussion historique. M. Georges Wellers 
expose, critique et conteste la méthode de Faurisson ; puis, il 
présente enfin un document qui lui semble constituer une 
preuve irréfutable à l'appui de sa thèse. (« Une preuve, une 
seule preuve... » avait demandé Faurisson). Et c'est ainsi 
qu'il propose le témoignage du D r Johann Paul Kremer, 
c'est-à-dire, tout à la fois, le journal de ce dernier et les expli- 
cations qu'il est censé en avoir fournies après la guerre à 
divers tribunaux. M. Georges Wellers développe son interpré- 
tation. Il renforce l'analyse des « aveux » de Kremer par 
l'analyse des « aveux » prêtés à Rudolf Hôss et à Pery Broad. 
Dans une deuxième partie de son texte, il aborde, sous 
l'intertitre « Le Zyklon B », les questions techniques soulevées 
par Faurisson. 



336 



CONCLUSION PROVISOIRE DES EDITEURS 



Sur tous ces points une discussion est possible. Dans le 
cadre du présent ouvrage nous nous sommes limités à fournir 
au public les pièces principales de « l'affaire Faurisson ». Rien 
ni personne ne pourra bien longtemps encore éluder un débat 
dont nous souhaitons qu'il se déroule avec le plus de sérénité 
possible, et dont nous déplorons qu'il débute sous la menace 
d'une sanction judiciaire et pécuniaire. 

On l'a déjà dit : ce n'est pas « devant les tribunaux que 
l'histoire peut trouver ses juges (1)». La L. I. C. A. et six 
autres associations (2) ont néanmoins cru bon d'intenter un 
procès au professeur Faurisson, lequel se trouve accusé par 
elles de «dommage» (art. 1382 et 1383 du Code civil) pour 
avoir, prétend-on, falsifié l'histoire. Le texte des assignations 
s'inspire manifestement de l'argumentation de M. Georges 
Wellers et la seule accusation précise portée contre Faurisson 
est d'avoir « volontairement tronqué certains témoignages tels 
que celui de Johann Paul Kremer ». 

Il est regrettable que ce qui aurait dû constituer, grâce au 
journal le Monde, l'amorce d'un dialogue si nécessaire ait été 
ainsi utilisé à des fins d'intimidation judiciaire. 

À quelque chose malheur est bon. L'intervention exorbi- 
tante de l'appareil judiciaire dans un débat scientifique et his- 
torique, et la menace totalitaire que la L. I. C. A. fait ainsi 
peser sur le droit au doute et à la recherche ont d'ores et déjà 
un premier et heureux résultat : un objet suffisamment précis 
pour que puisse s'ouvrir une discussion de caractère scienti- 
fique est maintenant circonscrit. 



(1) Jugement rendu par la cour d'appel de Paris, 2 e chambre, 26 avril 1865, Recueil 
Sirey, 1865, 2, p. 289. 

(2) L. I. C. A. (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) ; C. A. R. 
(Comité d'action de la résistance) ; A. N. F. R. O. M. F. (Association des familles de résis- 
tants et d'otages morts pour la France) ; F. N. D. I. R. (Fédération nationale des déportés 
et internés de la Résistance) ; U. N. A. D. I. F. (Union nationale des déportés internés et 
familles de disparus) ; A. D. A. (Amicale des déportés d'Auschwitz et des camps de 
Haute-Silésie) ; M. R. A. P. (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les 
peuples). 



337 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Mais, du fait de la L. I. C. A., c'est d'abord devant les 
juges que Faurisson sera amené à présenter sa contribution à 
la recherche historique. Nous avons donc, à la demande de 
l'intéressé, écarté de ce livre les éléments qui sont en rapport 
direct avec le débat judiciaire, pour en laisser la primeur au 
tribunal de Paris. Le mémoire en défense préparé par Fauris- 
son (3) sera rendu public par La Vieille Taupe dès que l'ori- 
ginal en aura été déposé au tribunal, après réception des 
conclusions de la L. I. C. A. 



(3) Vous avez dit Kremer... : Un exemple de supercherie historique : les dénaturations 
du journal de J. P. Kremer, médecin à Auschwitz du 30 août au 18 novembre 1942, ou 
Mémoire en défense contre ceux qui m'accusent de nier l'existence des « chambres à 
gaz » hitlériennes et d'avoir « volontairement tronqué certains témoignages tels que celui 
de Johann Paul Kremer», lequel témoignage, selon mes accusateurs, constituerait une 
preuve de l'existence de ces prétendues « chambres à gaz ». 



338 



ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE 



Il n'existe pas d'ouvrage complet traitant de la question 
des moyens de la politique d'extermination attribuée aux 
nazis. La littérature sur le monde concentrationnaire est 
immense et, surtout, inégale. Le pire voisine avec le meilleur. 
Je reproduis d'abord ici la courte bibliographie qui est 
annexée à la déclaration des trente -quatre historiens (le 
Monde, 21 février 1979) : 



DOCUMENTS ET TEMOIGNAGES 

Hœss Rudolf, le Commandant d'Auschwitz parle..., trad. C. de 
Griinewald, Julliard, 1959. (Signalons la réédition chez 
Maspero, 1979, 290 p. C'est la traduction de l'édition alle- 
mande de M. Broszat. Les manuscrits de Hœss sont difficile- 
ment accessibles. Le C. D. J. C. ne semble pas en posséder de 
photocopie.) 

Levi Primo, J'étais un homme (Se questo è un uomo), trad. 
M. Causse, Buchet-Chastel, 1961, 191 p. 

Poliakov L. et Wulf J., le III e Reich et les Juifs, Gallimard, 
1959, 455 p. 

Poliakov L., Auschwitz, Julliard, coll. « Archives », 1964, 
rééd. Julliard-Galhmard, 1973, 224 p. 
Wiesel E., la Nuit, préf. de F. Mauriac, Minuit, 1958, 179 p. 
Wormser O., la Déportation, Textes et Documents n° 17, 
Institut pédagogique national, 1964. 

Wormser O. et Michel H., Tragédie de la déportation, 
1940-1945. Témoignages de survivants des camps de concen- 
tration allemands. Hachette, 1955, 512 p. (plusieurs réédi- 
tions). 



339 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

LES PROCÈS 

Langbein H., Der Auschwitz-Prozess. Eine Dokumentation, 2 

vol., Vienne, Europa Verlag, 1965, 1027 p. 

Le procès de Jérusalem, jugement, documents, présentation 

de Léon Poliakov, Calmann-Lévy, 1963, 415 p. 

Williams L. N. et Hill M., Auschwitz en Angleterre - l'Affaire 

Dering, trad. Magdeleine Paz, Calmann-Lévy, Coll. Diaspora, 

1971,335 p. 



ANALYSES HISTORIQUES ET SOCIOLOGIQUES 

Ben Elissar E., la Diplomatie du III e Reich et les Juifs, 
1933-1939, Julliard, 1969, 523 p. 

Friedlander S., « L'Extermination des Juifs d'Europe ; pour 
une étude historique globale », Revue des études juives, janv.- 
sept. 1976, pp. 113-144. 

Hilberg R., The Destruction of the European Jews, Chicago, 
Quadrangle Books, 1961. (Dernière réédition, Harper Colo- 
phon, N. Y., 1979, VIII-790 p.) 

Langbein H., Hommes et femmes à Auschwitz, trad. D. Meu- 
nier, Fayard, 1975, VIII-529 p. 

Poliakov L., Bréviaire de la haine, préf. de F. Mauriac, 
Calmann-Lévy, 1951, rééd. Livre de Poche, 1979, 512 p. 
Reitlinger G., The Final Solution, Londres, Vallentine Mit- 
chell, 1953. (Plusieurs rééditions, comme Barnes and Co, N. 
Y., 1961,XII-622p.) 

Revue d'histoire de la Seconde Guerre mondiale, numéros 
spéciaux, « Le Système concentrationnaire allemand » (1954), 
«La Condition des Juifs» (1966). P. U. F. (Voir aussi Michel 
Borwicz, « Les "solutions finales" à la lumière d'Auschwitz- 
Birkenau », octobre 1956, pp. 56-87.) 

Rousset D., l'Univers concentrationnaire, Le Pavois, 1946, 
191 p. ; rééd. Minuit, 1965. 
Tillion G, Ravensbriick, Le Seuil, 1973, 277 p. 
Il faut ajouter à cette liste le film d'Alain Resnais, Nuit et 
brouillard, (1955). 



340 



ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE 

Du côté de la littérature révisionniste, quelques titres 
sont à citer. Il faut signaler qu'ils sont tous à peu près introu- 
vables en France pour des raisons diverses. 

Amaudruz G. A., Ubu justicier au premier procès de Nurem- 
berg, Charles de Jonquière, 1949, 181 p. 

Butz Arthur R., The Hoax of the Twentieth Century, 
Ladbroke, Southam (G.-B.), Historical Review Press, 1976, 
315 p. (3 e éd., 1979). Il existe une traduction allemande, mise 
à l'index en mai 1979 ; il semble qu'une traduction française 
soit en préparation. 

Burg J. G., Schuld und Schicksal, Munich, Damm Verlag, 
1962, 370 p. 

Burg J. G., Maidanek in aile Ewigkeit ?, Munich, Ederer 
Verlag, 1979, 140 p. 

Rassinier Paul, le Mensonge d'Ulysse, 6 e éd., La Vieille 
Taupe, 1979, 261 p. 

Rassinier Paul, Ulysse trahi par les siens, complément au 
Mensonge d'Ulysse, nouvelle édition considérablement aug- 
mentée, La Vieille Taupe, 1980, 208 p. 

Rassinier Paul, le Véritable procès Eichmann, Les Sept Cou- 
leurs, 1962, 252 p. 

Rassinier Paul, le Drame des Juifs européens, Les Sept Cou- 
leurs, 1964, 222 p. 

Rassinier Paul, l'Opération Vicaire, La Table Ronde, 1965, 
271p. 

Staglich Wilhelm, Der Auschwitz Mythos. Légende oder 
Wirklichkeit ?, Tubingen, Grabert, 1979, XI-493 p. 
Six Million Reconsidered, a Spécial Report by the Committee 
for Truth in History, Media Research Associates (U.S. A.), 
1977,170 p. 



LES GRANDS ENSEMBLES DOCUMENTAIRES 

Au premier plan, les débats du Tribunal de Nuremberg. 
C'est sous le nom de Tribunal militaire international qu'on 
trouvera, dans diverses bibliothèques, les quarante -deux 
volumes du « Procès des grands criminels de guerre ». Ces 
documents ont été publiés de 1947 à 1950 en anglais, en fran- 



341 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

çais et en allemand. Il faut y joindre les publications du Tri- 
bunal militaire (américain) de Nuremberg, quinze volumes 
(respectivement I. M. T. et N. M. T). Il faut savoir que ces 
cinquante-sept volumes ne rassemblent pas la totalité des 
débats et des documents des procès. Le reste est consultable 
dans certaines archives, comme celles du C. D. J. C, ou aux 
États-Unis. Ainsi qu'il a été dit plus haut, les archives alle- 
mandes saisies par les Alliés et stockées en France, aux États- 
Unis, en Union soviétique, sont, dans l'ensemble, inacces- 
sibles à la recherche. Le choix des documents à Nuremberg 
était le seul fait de l'accusation. La défense ne disposait, en 
fait, que des documents déjà produits par l'accusation. C'est, 
en droit, une situation unique ; en histoire, c'est une mau- 
vaise plaisanterie. D'une façon générale, les recherches souf- 
frent de ce que les documents consultables ont été sélection- 
nés non par des historiens mais par des juristes. 

Parmi d'autres documents d'observateurs de cette pério- 
de, il faut mentionner ceux du Vatican : Actes et documents 
du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale, 
1967-1975, 9 volumes. La Croix-Rouge internationale, Docu- 
ments sur l'activité du C. I. C.-R. en faveur des civils détenus 
dans les camps de concentration en Allemagne (1939-1945), 
Genève, 1946 et le Rapport du C. 1. C.-R. sur son activité 
pendant la Seconde Guerre mondiale, Genève, 1948, 3 vol., 
1696 p. La Croix-Rouge néerlandaise a publié un recueil inti- 
tulé Auschwitz, Hoofdbestuur van den Vereniging het Neder- 
landsche Roode Kruis, La Haye, 6 vol., 1947-1953. Les 
Américains ont publié les United States War Refugee Board 
Reports, Washington, Executive Office of the Président, en 
particulier celui de novembre 1944, German Extermination 
Camps - Auschwitz and Birkenau. Signalons enfin les sténo- 
grammes, en plusieurs langues, du procès Eichmann (1961), 
consultables au C. D. J. C. 

Parmi les publications périodiques, il faut citer celles du 
Centre de documentation juive de Paris, ainsi que sa revue le 
Monde Juif, celles du Musée d'Oswiecim (Auschwitz), les 
Cahiers d'Auschwitz, en plusieurs langues, celles de l'institut 
Yad Vachem de Jérusalem, Yad Vachem Studies. Enfin, de 
nombreuses amicales ou associations de déportés ont publié 
des études et des témoignages, et disposent de petits centres 



342 



ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE 



de documentation. La plus grande partie de cette documenta- 
tion peut être consultée à Paris au Centre de documentation 
juive contemporaine, qui accepte tout le monde sauf, depuis 
janvier 1978, Robert Faurisson. 



OUVRAGES COMPLEMENTAIRES 

En rappelant que le meilleur ouvrage demeure celui de 

Hilberg, cité plus haut, il convient d'en signaler quelques 

autres, en recommandant seulement la plus grande sagacité : 

certains sont excellents, d'autres ne sont que pure propa- 
gande. 



Antelme Robert, l'Espèce humaine, Gallimard, 1957, rééd. 
coll. « Tel », 1978, 307 p. 

Arendt Hannah, Eichmann à Jérusalem, rapport sur la bana- 
lité du mal, Gallimard, 1966, 339 p. (Un livre qui a soulevé 
de vives polémiques.) 

Auschwitz, camp hitlérien d'extermination, Varsovie, Inter- 
press, 1978, 203 p. 

Bayle François, Croix gammée contre caducée, Paris, Imp. 
nat., 1950, 872 p. 

Bettelheim Bruno, Survivre, trad. par Théo Carlier, Robert 
Laffont, 1979, 504 p. 

Billig Joseph, l'Hitlérisme et le système concentrationnaire, 
P. U. F., 1967, XX-323 p. 

Billig Joseph, les Camps de concentration dans l'économie du 
Reich hitlérien, P. U. F., 1978, 346 p. 

Billig Joseph et Wellers Georges, The Holocaust and the Néo- 
Nazi Mythomania, N. Y., Béate Klarsfeld Foundation, 1978, 
XVIII-216p. 

Déniant Ebbo, Auschwitz — « Direkt von der Rampe weg... » 
(Kaduk, Erber, Klehr : Drei Tàter geben zu Protokoll), 
Rowohlt, 1979. 

Grossmann Vassili, l'Enfer de Treblinka, Arthaud, 1945, 
rééd. 1966, 91p. 

Haft Cynthia, The Thème of Nazi Concentration Camps in 
French Literature, Paris-La Haye, Mouton, 1973, 228 p. 



343 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Kogon Eugen, l'Enfer organisé — le Système des camps de 
concentration, Paris, La Jeune Parque, 1947, 355 p. Dans la 
réédition du Seuil, sous le nouveau titre l'État S. S., 1970, 
383 p., il manque le chapitre essentiel (19) sur les directions 
politiques staliniennes dans les camps. 

Lerner Daniel, Psychological Warfare Against Nazi Germany, 
Cambridge, Mass., M. I. T., 1971. 

Millier Filip, Eyewitness. Auschwitz — Three Years in the Gas 
Chambers, N. Y., Stein and Day, 1979, XIV- 180 p. 
Novitch Miriam, Sobibor, martyre et révolte, Centre de publi- 
cation Asie Orientale de Paris 7, 1978, 170 p. 
Nyiszli Miklos, Médecin à Auschwitz, Julliard, 1961, 257 p. 
(rééd. « J'ai Lu », 1971, 184 p.). 

Robinson Jacob et Sachs Henry, The Holocaust - The 
Nuremberg Evidence, I, Yivo Institute, N. Y. et Yad Vachem, 
Jérusalem, 1976, 370 p. (Ouvrage bibliographique de base.) 
Ruckerl Adalbert, N. S.-Vernichtungslagern in Spiegel deut- 
scher Strafprozesse, Munich, D. T. V. Verlag, 1977, 359 p. 
Sereny (Honeyman) Gitta, Au Fond des ténèbres, Denoël, 
1975,411p. 

Six Million Did Die, South African Jewish Board of Deputies, 
Johannesburg, 1978, XII-138 p. 

Weissberg Alex, l'Histoire de Joël Brand, Le Seuil, 1957, 
254 p. 

Langbein Hermann, Adler H. G., Lingens-Reiner Ella, eds, 
Auschwitz, Zeugnisse und Berichte, Frankfort, Europâische 
Verlag, 1962, 423 p. 

Outre celle de Robinson et Sachs, on trouvera des biblio- 
graphies utiles dans les ouvrages de Billig, Butz, Hilberg, 
Langbein, Reitlinger et Staglich. 



POUR LES AMATEURS 



Les amateurs d'énigmes pourront se pencher sur l'affaire 
du « Rapport Gerstein », cet étrange militant chrétien passé à 
la S. S. et devenu l'un des principaux «témoins» des opéra- 
tions au camp de Belzec. Ils pourront aussi tâcher de résoudre 



344 



ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE 

le mystère de sa mort. Voici les points de départ de la piste : 

C'est Paul Rassinier qui a lancé l'affaire, dans les trois 
derniers de ses livres cités plus haut. Une édition incomplète 
du « Rapport Gerstein » a été donnée par Hans Rothfels dans 
les Vierteljahrshefte fur Zeitgeschichte d'avril 1953, pp. 
177-194. L'attaque de Rassinier a suscité l'existence de deux 
livres (qui ne le citent jamais) : celui de Saul Friedlànder, 
Kurt Gerstein ou l'ambiguïté du bien, Tournai, Casterman, 
1967, 205 p. (avec une post-face de Léon Poliakov) et celui 
de Pierre Joffroy, l'Espion de Dieu — la Passion de Kurt Gers- 
tein, Grasset, 1969, 315 p., avec une brève bibliographie. Le 
texte de Gerstein dans l'un ne coïncide pas avec le texte de 
l'autre. Les historiens du C. D. J. C. se sont mis de la partie ; 
Léon Poliakov, « Le Dossier Kurt Gerstein » et « Nouveaux 
documents sur Kurt Gerstein », Georges Wellers, « La "Solu- 
tion finale de la question juive" et la mythomanie néo- 
nazie », articles parus dans le Monde juif, respectivement 
dans les n° 36, 1964, pp. 4-20, n° 37, 1964, pp. 4-16, et n° 86, 
1977, pp. 46-62. Affaire à suivre. 



AUTRES OUVRAGES CITES 



Ayçoberry Pierre, la Question nazie, les interprétations du 
national-socialisme, 1922-1975, Le Seuil, 1979, 317 p. 
Barnes Harry Elmer, « The Public Stake in Revisionism », 
Rampart Journal of Individualist Thought, vol. 3, n° 2, été 
1967, pp. 19-41. 

Brugioni Dino A. et Poirier Robert G., The Holocaust Revisi- 
ted : A Rétrospective Analysis of the Auschwitz-Birkenau 
Extermination Complex, Central Intelligence Agency, Was- 
hington, N. T. I. S., ST 79-10001, 1979, 19 p. (Distributeur 
en France : Mikro Cerid, 9 rue du Dôme, 92100 Boulogne. 
Réf. : NTISUBE-280-002.) 

Chomsky Noam et Herman Edward S., The Political Econo- 
my of Human Rights, I.—The Washington Connection and 
Third World Fascism ; II.—After the Cataclysm, 2 vol., 
Boston, South End Press, 1979, 890 p. 

Choumoff Pierre Serge, les Chambres à gaz de Mauthausen, 
Paris, 1972, 96 p. 



345 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ? 

Christophersen Thies, Die Auschwitz Luge, Kritik n° 23, 
Mohrkirch, 1973, pp. 13-32 ; rééd., 1978. 
Collotti Enzo, Germania Nazista, Turin, Einaudi. 
Diwald Hellmut, Wallenstein, Herbig, VI-564 p. 
Diwald Hellmut, Propylâen Geschichte Europas, Berlin, Pro- 
pylaen, 1975. 

Diwald Hellmut, Geschichte der Deutschen, Berlin, Propy- 
lâen, 1978, 764 p. Deuxième éd. remaniée, 1979. 
Étiemble, le Sonnet des Voyelles, de l'audition colorée à la 
vision erotique, Gallimard, 1968, 244 p. 

Faurisson Robert, A-t-on lu Rimbaud ? suivi de l'Affaire Rim- 
baud, Pauvert, 1971, 63 p. 

Faurisson Robert, A-t-on lu Lautréamont ? Gallimard, 1972, 
445 p. 

Faurisson Robert, la Clé des « Chimères » et « Autres Chi- 
mères » de Nerval, Pauvert, 1976, 144 p. 

Frank Anne, Journal, Calmann-Lévy, 1950 ; rééd. Livre de 
Poche, 320 p. 

Giniewski Paul, Livre Noir - Livre Blanc, Berger-Levault, 
1966, 260 p. 

Giniewski Paul, Une autre Afrique du Sud, Berger-Levault, 
1962,312 p. 

Gôrlitz Walter, le Maréchal Keitel, Fayard, 1963, 350 p. 
Gray Martin, Au nom de tous les miens (récit recueilli par 
Max Gallo), Laffont, 1971, 407 p., rééd. «Livre de Poche». 
(Un faux splendide.) 

Haffner Sébastian, Anmerkungen zu Hitler, Munich, Kindler, 
1978. Vient de paraître chez Grasset : Un certain Adolf Hitler, 
1979. 

Harwood Richard E., Did Six Million Really Die ? Richmond, 
Historical Review Press, 1974. Trad. française : Six millions 
de morts le sont-ils réel[l] ement ?, même éditeur, 36 p. 
Irving David, Hitler und seine Feldherren, Berlin, Ullstein, 
1975, X-886 p. 

Irving David, Hitler's War, New York, Viking Press, 1977, 
XXIII-926 p. 

Justiz und NS-Verbrechen, University Press Amsterdam, 19 
volumes. (Les jugements rendus par les cours allemandes dans 
les procès de « crimes de guerre ». Ne comporte pas les 
débats.) 



346 



ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE 

Kautsky Benedikt, Teufel und Verdammte, Erfahrungen und 

Erkenntnisse aus sieben Jahren in deutschen Konzentrations- 

lagern, Vienne, Wiener Volksbuchhandlung, 1948, 476 p., 

rééd. 1961. 

Monteil Vincent, Dossier secret sur Israël — le Terrorisme, 

Paris, Guy Authier, 1978, 414 p. 

Cru Jean Norton, Témoins, les Étincelles, 1929, 731 p. 

Cru Jean Norton, Du Témoignage, rééd. Pauvert, 1967, 

192 p. 

Paulhan Jean, De la paille et du grain, Gallimard, 1948, 

182 p. 

Paulhan Jean, Lettre aux directeurs de la Résistance, Minuit 

(1951), suivie des répliques et contre -répliques, J.-J. Pauvert, 

1968,118 p. 

(Voir aussi l'édition des « Œuvres complètes ».) 

Roussel David, les Jours de notre mort, Paris, Le Pavois, 

1947, 786 p. 

De l'université aux camps de concentration : Témoignages 

strasbourgeois, Univ. de Strasbourg, 1947, XI - 551 p. 

Thion Serge, le Pouvoir pâle, ou le racisme sud-africain, Le 

Seuil, 1969, 317 p. (Rééd. Rombaldi, Paris, 1977.) 

Thion Serge et Pomonti Jean-Claude, Des Courtisans aux 

partisans, essai sur la crise cambodgienne, Gallimard, 1971, 

374 p. 

Veyne Paul, l'Inventaire des différences, Le Seuil, 1976, 62 p. 

Walendy Udo, Bild « Dokumente » fur die Ge schichtsc.hr ei- 

bung ?, Vlotho, 1973, 80 p. (trad. française, 1979. Diffusion : 

BP 48, 75961 Paris Cedex 20). 

Wiesenthal Simon, les Assassins sont parmi nous, Stock, 

1967, 381 p. 

Wormser-Migot Olga, le Système concentrationnaire nazi, 

1933-1945, P. U. F., 1968, 667 p. 



347 



INDEX DES PRINCIPAUX 
NOMS PROPRES 

(Etabli par Jean-Pierre Chambon) 



ADENAUER, 160, 196, 199, 

212 n. 

ADLERH. G., 186, 210 n. 

AFRIQUE DU SUD, 153, 

153 n., 212 n. 

AJAX [lessive] (Méthode), 55, 

60. 

ALGÉRIE (Guerre d'), 13, 15, 

20, 31, 32, 44, 49, 50, 

96, 135, 152. 

ALLAINMAT Henry, 82. 

AMALEC, 90. 

AMBRE Johannès (M e ). 131. 

AMBROS Otto, 209 n. 

AMEN (Colonel), 208 n. 

AMENOPHIS AKHENATON, 

187. 

AMINIdi. 154. 

ARNDT Ino (Frau D'), 84, 

207 n. 

ARON(D'), 117. 

ARON Raymond, 150, 151. 

ASSOUS Jacob, 130, 141. 

AUSCHWITZ, voy. OSWIE_- 

CIM, passim. 

AYÇOBERRY Pierre, 30 n. 

BACHELARD Gaston, 53. 

BACH-ZELEWSKI, 72. 

BADINTER Robert (M«), 102 

BAER Richard, 202 n., 203 n. 

BALUZE-FRACHET(M™«), 114. 

BARBEROT, 96. 

BARBIER Gilbert (D'), 123. 

BARBOT, voy. BARBEROT. 

BARDÈCHE Maurice, 83, 

105 n., 212 n. 

BARNES Harry Elmer, 67, 72, 

73. 

BARRE Raymond, 1 1 5, 1 24. 

BARROT Jean, 130. 

BARTHES Roland, 53. 

BARTON (D r ), 70. 

BASCHWITZ Kurt, 252 

BATTEN Fred, 264. 

BAUCENS (Éditions ; Bruxelles), 

100. 

BAUDELAIRE Charles, 114. 

BECKER Minna, 228, 230. 



BELSEN, voy. BERGEN- 

BELSEN. 

BELZEC, 26, 87, 106, 173, 

191, 207 n. 

BELZEKX, voy. BELZEC. 

BENDEL(D'), 76. 

BEN GOURION, 198. 

BENHAMOU Joseph, 130, 

141. 

BEN BARKA (Affaire), 130 

BENNETT John, 160. 

BERGEN-BELSEN, 70, 82, 

97, 104, 109, 161, 191, 

243. 

BERNADET Maurice, 100, 

103, 108, 116, 118. 

BETI Mongo, 44. 

BIC (Pointe), 52, 53. 

BICH (Baron), 53. 

BIDAULT Georges, 129. 

BIELFELD, 211 n. 

BIELITZ, 106. 

BILLIG Joseph, 77, 182. 

BIRKENAU, 61, 62, 64, 65, 

76, 87, 101, 106, 107, 

110, 110n., 112, 177, 

179, 185, 192, 209 n., 

243. 

BISHOP Jesse, 178. 

BLOM Christian, 264. 

BOKASSA, 43, 59, 154. 

BONNEFOY Yves, 50. 

BORMANN Martin, 198, 

210 n. 

BORMANN Charlotte, 70. 

BOROWSKI Thadeus, 110. 

BORWICZ Michel, 284. 

BOUKHARINE, 148. 

BOUSQUET René, 126. 

BOUVARD Philippe, 210 n 

BRANDT (Chancelier), 196. 

BRAUN Eva, 284. 

BRETON André, 50. 

BRIGNEAU François, 126, 

154. 

BROAD Pery, 107, 108, 

110,334,336. 

BROGLIE(Ducde), 114. 



BROSZAT Martin (D r ), 26, 80, 
84 n., 87, 87 n., 89-90, 
104 n., 181, 182, 203 n., 
206 n., 207 n. 
BRUNN Julien, 137, 138. 
BUBER (-NEUMANN) Margaret, 
70. 

BUCHENWALD, 27, 27 n., 
73, 86, 104, 130, 141, 
144, 147, 173, 181, 182. 
BULLETIN (du Comité d'histoire 
de la Deuxième Guerre mon- 
diale), 98, 115. 

BURG J. G. (pseudonyme de 
GINSBURG J.), 141, 195, 
212 n. 

BUTZ Arthur R., 34, 76, 85, 
88, 93, 100 n., 105 n., 
109, 112, 156, 161, 195, 
202 n., 208 n., 211 n., 

212 n., 300. 
CAHIERS SPART ACUS, 130, 

136, 138 n. 
CAILLIÉ Alain, 130 
CAMBODGE, 15,42. 
CANARD ENCHAÎNÉ (LE), 57, 
58,61,75,79. 

CANARIS, 161. 

CARASSO Jean-Pierre, 130, 

137, 141. 

CARTER Jimmy, 35. 
CAU Jean, 126. 

CAUVERN Albert et Isa, 229, 
248,249, 252,281. 
CAVADA Jean-Marie, 43. 
CENTRE DE DOCUMENTATION 
JUIVE (Tel-Aviv), 57. 
CENTRE DE DOCUMENTATION 
JUIVE CONTEMPORAINE (Pa- 
ris), 57, 60, 61, 62, 76, 
77, 85, 89, 173, 182, 
186, 202 n., 209 n., 

211 n.,328. 

CERCLES COMMUNISTES DÉ- 
MOCRATIQUES, 129. 
CHAMBON Jean-Pierre, 141 . 
CHELMNO, 26, 207 n. 
CHOMSKY Noam, 32 n., 163. 
CHOUMOFF Pierre-Serge, 

26 n., 202 n., 207 n. 
CHRÉTIEN H. (D'), 108, 109. 



INDEX DES PRINCIPAUX NOMS PROPRES 



CHRISTOPHERSEN Thies, 70, 

88, 105, 106, 156, 212 n. 
CHURCHILL Winston, 134, 
189. 

C. I. A. (Central Intelligence 
Agency), 15, 32, 34, 205 n. 
COHN-BENDIT Jean-Gabriel, 
113, 131, 137, 140, 141, 
156n. 

COLLOTTI Enzo, 162. 
COMITÉ DE COORDINATION 
DES ORGANISATIONS JUIVES 
DE LYON, 117, 118. 
COMITÉ D'HISTOIRE DE LA 
DEUXIÈME GUERRE MON- 
DIALE, 85,90,98, 115. 
COMITÉ D'UNION DE LA 
RÉSISTANCE, 118. 
COMITÉ INTERNATIONAL DE 
DACHAU (Bruxelles), 186, 
206 n. 

COMITÉ MAURICE AUDIN, 96. 
COMTE Gilbert, 20, 198. 
CONGRÈS JUIF MONDIAL, 91, 
162, 187. 

CONSEIL D'ÉTAT, 60, 75, 
103. 

COQUATRIX A. (de), 69. 
CRACOVIE (Procès de), 82. 
CROIX-ROUGE (INTERNATIO- 
NALE), 63, 67, 69, 71, 88, 

89, 105, 105 n., 132, 
161,200. 

CRU Jean Norton, 32 n., 76. 

CULIOLI Antoine, 122. 

CULMHOF-SUR-NER, 208 n. 

DAC Pierre, 54. 

DACHAU, 26, 27, 67, 71, 

73, 86, 87, 104, 104 n., 

161, 181, 186, 206 n. 

DANNECKER Theodor, 211 n. 

DANIEL Jean, 149, 151. 

DARLAN, 96. 

DARQUIER DE PELLEPOIX 

Louis, 16, 93, 95, 96, 99, 

106, 111, 125, 128, 129, 

142, 143, 144, 149, 154, 

155. 

DÉFENSE DE L'OCCIDENT, 83. 

DE GAULLE Charles, 18, 41, 

50, 151. 

DEGESCH (Deutsche Gesell- 

schaft fur Schâdlingsbekâmp- 

fung), 202 n., 203 n., 

204 n. 

DEJACO Walter, 203 n. 

DE JONG Louis, 179, 205 n., 

260. 



DELBO Charlotte, 61, 61 n., 

63, 64, 74, 79. 

DELEUZE Gilles, 151 

DELPECH François, 30, 32, 

37, 77. 

DENES Hervé, 130, 141. 

DIETRICH Sepp, 72. 

DISTEL Barbara, 206 n. 

DIWALD Hellmut, 158, 

159 n., 160, 194, 212 n. 

DODD, 197. 

DORA, 130, 141, 147, 

173. 

DRAGT Antoun Jacob, 258. 

DREYFUS (Affaire), 131. 

DRESDE (la Florence de l'Elbe), 

97, 134, 136, 145, 189, 

325. 

DROIT DE VIVRE (LE), 56 n., 

75, 111, 113n., 129, 

152, 154, 155. 

DROITE (NOUVELLE), 39. 

DUCASSE Isidore, 51, 52, 

54. 

DUMONTRené, 146. 

DUPRAT François, 85 n., 

100 n. 

DÙRRFELD (D r ingénieur), 183, 

209 n. 

DÙSSELDORF (Procès de), 

183. 

EICHMANN Adolf, 27, 89, 

134, 147, 162, 164, 184, 

186, 209 n., 211 n., 284. 

ÉLUARD Paul, 95. 

ERTL Fritz, 203 n. 

ÉTIEMBLE René, 50. 

EXPRESS (L'), 64, 93, 125, 

143. 

FATIMA, 196. 

FAUCHET (M"), 102. 

FAULHABER (Cardinal), 71 . 

FAURISSON Robert, passim,. 

FAUVET Jacques, 48, 64, 77, 

79. 

FÉDÉRATION COMMUNISTE 

INDÉPENDANTE DE L'EST 

129. 

FELDERER Ditlieb, 202 n. 

FENOUILLARD (Monsieur), 51 , 

52 n. 

FIGARO MAGAZINE (LE), 

159 n., 200. 

FLAUBERT, 114. 



F. N. D. I. R. P. (Fédération na- 
tionale des déportés, internés 
et résistants patriotes), 118, 
160 n., 337 n. 
FONTAINE André, 42. 
FONTENELLE, 54. 
FRANCFORT (Procès de), 64, 
65, 76, 105, 185, 202 n., 
209 n. 

FRANK René, 102n 
FRIEDBERG Erhard, 21 n 
FRIBOURG Albert, 27. 
GALILÉE Galileo, 141. 
GALLO Max, 64. 
GASNIER-RAYMOND Philippe, 
93. 

GAUCHE RÉVOLUTIONNAIRE, 
147. 

GENOUD François, 210 n. 
GEOUFFRE DE LA PRADELLE 
Raymond (M e ), 129. 
GÉRARD P., 165. 
GERSTEIN Kurt, 34, 57, 65, 
71, 76, 87, 87 n., 89, 141, 
142, 161,284. 
GHETTO Boy, 327. 
GINIEWSKI Paul, 152, 153, 
153 n. 

GINSBURG J., voy. BURG. 
GISCARD D'ESTAING Valéry, 
15, 123, 124. 
GOLDMANN Pierre, 140. 
GOLDMANN Nahum, 198, 
199, 212 n. 
GÔRING, 211 n. 
GOTTFARSTEIN J., 329. 
GRAY Martin, 71. 
GROSSER Alfred, 159n. 
GUERISSE (D r ), 206 n. 
GUERRE SOCIALE (LA), 142, 
143 n., 195. 

GUILLAUME Pierre, 130, 
133, 136, 137, 138, 140, 
141, 162. 

GURS (Camp de), 134. 
HAMBOURG (Cour de), 56. 
HAMEL (Député), 118, 123. 
HANKEY (Lord), 208 n. 
HARWOOD Richard E., 66, 68, 
69, 70, 71, 72, 73, 77, 
80,82, 85n.,93. 
HERSANT Robert, 137,151. 
HESCHELES Thérèse, 284. 
HEYDRICHR., 211 n. 
HILBERG Raul, 69, 76, 164, 
186,210 n. 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ' 



HILLEL Marc, 105n. 

HIMMLER Heinrich, 108, 

158,211 n. 

HIRT(D r ), 108, 109, 111. 

HISTORAMA, 81 , 89. 

HISTORIA, 81, 82,89. 

HITLER Adolf, 20, 21, 27, 

39, 59, 66, 70, 76, 78, 

84, 89, 90, 91, 91 n., 92, 

93, 95, 97, 98, 105, 117, 

118, 134, 136, 137, 139, 

153, 158, 159, 161, 186, 

187, 188, 189, 190, 191, 

196, 198, 210 n., 325, 

326. 

HOCQUENGHEIM Guy, 136. 

HOFMANN Franz, 209 n. 

HOLOCAUSTE (ou HOLO- 

CAUST), 16, 20, 93, 133, 

134, 135, 136, 146, 199. 

HÔSS (ou HOESS) Rudolf, 34, 

34 n., 57, 62, 63, 64, 65, 

72, 76, 82, 87, 87 n., 

88 n., 89, 104, 108, 110, 

112, 148, 161, 175, 177, 

181, 182, 202 n., 203 n., 

204 n., 206 n., 207 n., 

208 n., 209 n., 210 n., 

284, 334, 335, 336. 

HÔTTL W., 197, 212 n. 

HÙBNER Annemarle, 228, 

229, 230. 

HUMANITÉ (L'), 75, 123 n., 

124, 124 n., 126. 

I. G. -FARBEN, 204 n. 

INSTITUT FUR ZEITGESCHI- 

CHTE (Munich), 26, 57, 62, 

65, 84 n., 85, 87, 104 n., 

162, 181, 197, 207 n. 

IRVING David, 157, 158, 

158 n., 196, 212 n. 

ISRAËL (État d'), 22, 35, 75, 

89, 102, 133, 138, 154, 

165, 187, 198, 199, 

202 n., 211 n., 212 n., 

225. 

JADIN (Commandant), 109. 

JEAN XXIII (Prière pour les 

Juifs : un faux reconnu), 284. 

JEANSON Francis, 15. 

JENTZSCH Konrad (P r ), 212 n. 

JÉRUSALEM (Procès de), 76, 

105, 209 n. 

JERUSALMY Raphaël, 155. 

JOFFROY Pierre, 87 n., 

202 n., 207 n. 

JULY Serge, 125. 

KAPLAN (Grand Rabbin), 75 

KATYN, 29, 189. 



KAUFFMANN, 197. 

KAUTSKY Benedikt, 63, 

209 n. 

KEELHAUL (Opération), 21 1 n. 

KEITEL, 81. 

KLARSFELD Béate et Serge, 

91, 138, 186, 210 n., 

328. 

KOUDRIAVTCEV Dimitri J., 29. 

KOSZEINSKI (D r ), 206 n. 

KRAMER Josef, 82, 86, 104, 

109, 111. 

KRASUCKI Henri, 126. 

KREMER Johann Paul (D'), 34, 

57, 63, 106, 109, 110, 

112, 332, 333, 334, 336, 

337, 338 n. 

KRIVINE Alain, 124. 

KUBOVY(D'), 57, 61. 

LACOUTURE Jean, 42. 

LANGBEIN Hermann, 64, 65, 

84 n., 110, 186, 202 n., 

209 n., 210 n., 212 n. 

LANSON Gustave, 52. 

LAS VERGNAS Raymond, 58, 

74. 

LAUTRÉAMONT, 51, 51 n., 

52, 54. 

LAUZANNE Bernard, 79, 80. 

LAVAL Pierre, 95, 96. 

LA VIEILLE TAUPE, 133, 136, 

138 n., 139, 140, 147, 

164,338. 

LECACHE Bernard, 129. 

LEFEUVRE René, 130, 138 n. 

LEGAY Jean, 126. 

LÉGER Lucien, 184. 

LÉNINE Vladimir Ilitch, 148. 

LE ROY LADURIE Emmanuel, 

40,41. 

LE TAC Joël, 123. 

LEVIN Meyer, 65. 

LÉVY Claude, 90, 115. 

LÉVY Robert (D'), 35. 

LIBÉRATION, 38 n., 42 n., 

43, 100, 100 n., 113 n., 

117, 125, 127, 128 n., 

130, 135, 135 n., 136, 

137, 137 n., 138, 140. 

LIBÉRATION-NORD, 129. 

L. I. C. A. (Ligue internationale 

contre l'antisémitisme), 13, 

14 n., 56, 93, 111, 113, 

119, 128, 129, 140, 141, 

142, 151, 152, 154, 155, 

337, 337 n., 338. 



LIEBEHENSCHEL Arthur, 

202 n., 203 n. 

LIERRE (Commandant), 129. 
LIGUE COMMUNISTE RÉVOLU- 
TIONNAIRE, 118. 
LILIENTHAL Alfred, 163. 
LISCHKA (Affaire), 157 n. 
LONDON Artur, 102. 
LOUZON, 129. 
LUGANO, 162. 

LYON (Tribunal administratif de), 
75. 

LYON (Tribunal de police de), 
48, 114. 

LYON 2 (Université de), 13, 
60, 75, 81, 83 n., 100, 
108, 114, 116, 117, 118, 

119, 120, 121, 123, 124, 
126, 128, 143, 163. 

MAC MAHON (Maréchal), 

114. 

MADAGASKAR PROJEKT, 98, 

211 n. 

MAJDANEK, 36, 61, 76, 78, 

84, 87, 89, 90, 101, 104, 

106, 109, 141, 173, 178, 

183, 185,335. 

MALMÉDY (Procès de), 72. 
MANNONIO., 51,51 n. 
MARCELLIN Raymond, 157. 
MARTIN Claude, 118, 119, 

120, 120 n. 

MARTIN-CHAUFFIER Louis, 
150. 

MARTINEAU Christine, 130, 

141. 

MARX Karl, 138, 138 n., 

141. 

MATIN DE PARIS (LE), 14, 

94, 99, 100, 101, 102, 

116, 123 n., 125, 128, 

129, 131. 

MAUTHAUSEN, 25, 26 n., 

78, 85, 86, 104, 181, 

184, 202 n., 206 n., 
207 n. 

MENGELE(D'), 162. 
MERLEAU-PONTY Maurice, 53. 
METZGER Marthe, 241 . 
MICHEL Henri, 90,98, 115. 
MINUTE, 122, 126, 135, 
136, 154. 

MITTERRAND François, 94. 
MONATTE, 129. 



INDEX DES PRINCIPAUX NOMS PROPRES 



MONDE (LE), 16, 16 n., 18, 
20 n., 21 n., 26 n., 29 n., 
30 n., 34 n., 35, 36 n., 
38 n., 42, 48, 50 n., 52 n., 
60 n., 61, 61 n., 64, 65, 
68, 73, 74, 75, 77, 80, 
84, 84 n., 85 n., 90, 94, 
102, 103, 103 n., 111 n., 
113, 116, 122 n., 123 n., 
129, 131, 132, 135 n., 
137, 139, 140, 146, 151, 
153 n., 157, 157 n., 

159 n., 198, 300, 331, 
337. 
MONDE JUIF (LE), 84 n., 

164 n., 202 n. 

MONTEIL Vincent, 130, 141, 

165 n. 

MOSCOU (Procès de), 29, 63, 
82, 161. 

MOSCOVITCH Alex, 135. 
M. R. A. P. (Mouvement contre 
le racisme et pour l'amitié entre 
les peuples), 152, 337 n. 
NAUD Albert (M e ), 184, 
210 n. 

NEAVE (Colonel), 209 n. 
NÉRON, 197. 
NERVAL Gérard de, 54 n. 
NODOT René, 56. 
NOLLER J. (D'), 207 n. 
NORDHAUSEN, 160 n. 
NOUVEL OBSERVATEUR (LE), 
119, 119 n., 149, 199. 
NUREMBERG (Procès ou Tribu- 
nal de), 26, 29, 29 n., 36, 
37, 70, 71, 81, 82, 83, 

87, 88, 104 n., 144, 147, 
161, 174, 180, 182, 187, 
196, 200, 203 n., 205 n., 
206 n., 207 n., 208 n., 
209 n., 210 n., 212 n. 
NYISZLI Miklos, 34, 57, 65, 
71,76, 284. 

O. A. S. (Organisation de l'ar- 
mée secrète), 13, 96, 124. 
ODESSA (Filière), 198. 
OHLENDORF, 72. 
OHSAM Bernhard, 212 n. 
ORADOUR-SUR-GLANE, 96. 
ORANIENBOURG, 25, 104, 
181. 

ORDRE MORAL, 48, 114, 
115. 
OSWIECIM (Musée d'État d'), 

88, 204 n., 205 n., 211 n. 
PAGET Reginald Thomas (Sir), 
208 n. 

PALESTINE, 66, 89, 154. 



PARIS (Comte de), 59, 128, 

135. 

PARIS (Cour d'appel), 337 n. 

PARIS-MATCH, 52, 62, 126, 

202 n., 207 n. 

PARIS (Tribunal de grande ins- 
tance), 101, 101 n. 
PAULHAN Jean, 30, 48. 
P. C. F. (Parti communiste fran- 
çais), 122, 132, 147. 
PEIPER Jochen, 72. 
PERRAULT Gilles, 102. 
PÉTAIN Philippe, 59, 122 n., 
157. 
PETERS Gerhardt, 88 n., 

203 n., 204 n. 

PIATIER Jacqueline, 52, 54. 

PICKER Henry, 210 n. 

PIERRE-BLOCH Jean-Pierre, 

123, 128, 129. 

PIEYRE DE MANDIARGUES 

André, 50. 

PIGUET(Mî'), 86, 181. 

PITAMITZ Antonio, 162. 

PIVERT Marceau, 147. 

PLANCHAIS Jean, 28. 

POHL Oswald, 72. 

POLIAKOV Léon, 27, 28, 30, 

31, 34 n., 35, 35 n., 37, 

38, 64, 89, 

POSENER Curt, 212 n. 

PRAGUE (Procès de), 63, 82. 

PROGRAMME COMMUNISTE, 

142, 142 n. 

PROGRÈS DE LYON (LE), 114, 

114n., 115. 

PROUST Marcel, 117. 

P.S. (Parti socialiste), 1 23. 

QUOTIDIEN DU PEUPLE (LE), 

100 n., 126. 

RACHLINE Michel, 200 

RADEMACHER, 211 n. 

RAÏSKO, 106. 

RASSINIER Paul, 60, 65, 69 

76, 82, 84, 92 n., 93, 101 
102, 105 n., 109, 128 
129, 130, 133, 139, 141 
144, 145, 147, 148, 149 
164, 165, 173, 194, 195 
212 n., 331,332, 333. 
RATH(Vom), 191. 
RAVENSBRÙCK, 25, 25 n. 

77, 78, 80, 85, 86, 104 
162, 181, 182. 

REDLINSKI Jean-Luc, 130 
141. 



REGENT Claude, 94, 95, 97, 
98,99, 100, 100 n. 
REICHWilhelm, 139. 
REINERS Anton (M*), 210 n. 
REITLINGER Gerald, 76, 161, 
186, 210 n., 211 n. 
RENAN Ernest, 52. 
IV-RÉPUBLIQUE (LA), 130. 
RÉVISIONNISTE (Ecole), 21 , 
31, 32, 40, 41, 44, 72, 
84, 89, 92, 102, 113, 
156, 173, 174, 190, 193, 
195,211 n. 

RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE 
(LA), 129, 130. 
RICHARD Jean-Pierre, 53. 
RIEDER Egon G. L. (P'), 207 n. 
RIEGER Jurgen (M'). 299. 
RIMBAUD Arthur, 49, 51 
RINGELBLUM Emmanuel, 284. 
RIVAROL, 50 n., 89. 
RÔDER Manfred, 212 n. 
ROLAND Gùnther, 212 n. 
ROLFI(M™«)> 162. 
ROL TANGUY, 123. 
RÔMER Ernst, 56. 
ROQUES (Général Von), 210 n 
ROSENBAUM Kurt, 209 n. 
ROSMER, 129. 
ROTHFELS H., 205 n. 
ROTHSCHILD Guy, 138 
ROUSSET David, 26, 145. 
RÙCKERL Adalbert, 202 n. 
207 n., 212 n. 
RUDENKO Roman, 36. 
RUSSEL (Tribunal), 29 n. 
RUTKOWSKI, 77. 
SABATIER Robert, 50. 
SAINT-BARTHÉLEMY (La), 28, 
62. 

SAINTE-BEUVE, 52. 
SARTRE Jean-Paul, 29 n. 
SATAN, 90, 151. 
SAUNIER-SEÏTÉ Alice, 116, 
120, 123, 128. 
SAVONAROLE, 103. 
SCHALSCHA Bernard, 100, 
128 n. 

SCHEFFLER Wolfgang (D r ), 
84 n., 162, 207 n. 
SCHEIDL, 109. 
SCHELLENBERG W., 284. 
SCHMIDT Helmut, 158, 196, 
300. 



VERITE HISTORIQUE OU VERITE POLITIQUE ' 



SCHNABEL Ernst, 239, 240, 

241, 242, 243, 244, 245, 

246, 247, 250, 252, 256, 

258, 259, 265. 

SCHÛTZ Anneliese, 229, 248, 

250,251,252,274,278. 

SCHWARZHUBER, 86, 104, 

181. 

SEHN Jan, 89, 207 n, 

208 n. 

SEIBEL (Général), 206 n. 
SERENYGitta, 202. 
SERVATIUS Robert (M e ), 

209 n. 

SÉTIF (Massacres de), 133, 
134, 136, 138. 

SIEBURG Friedrich, 228, 230. 
SILBERBAUER Karl, 225, 
256, 257, 259, 260, 261, 
262, 263. 

SILBERTHALER, voy. SIL- 
BERBAUER. 
SIMONIN (P), 108. 
SIMPSON / VAN RODEN / 
LAURENZEN (Commission), 72, 
208 n. 

S. I. R. (Service international de 
recherches), 65, 69. 
S. N. E. S. / S. N. E. Sup. (Syn- 
dicat national de l'enseignement 
secondaire / supérieur), 58, 
59, 59 n., 75. 

SOBIBOR, 26, 106, 207 n., 
208 n. 

SOCIALISME OU BARBARIE, 
133. 

SOLJÉNITSYNE, 40. 
SORBONNE (La), 54, 79, 
103. 

SORBONNE NOUVELLE-CEN- 
SIER (Université de la), 58, 
74, 75. 

SOUSTELLE Jacques, 153. 
SPITÉRI Gérard, 54 n. 
SPRINGER (Groupe), 157, 
159, 212 n. 

STEINBERG (Famille), 325, 
326. 

STÀGLICH Wilhelm, 88 n., 93, 
156, 195,211 n., 212 n. 
STALINE Joseph, 97, 131, 
151, 189. 



STALINISME, 15, 29, 40, 
129, 183, 207 n. 
STARK Hans, 209 n. 
STEFEN Rudolf, 212 n. 
STIELAU Lothar, 228, 230, 
242, 248, 252. 

STRUTHOF, 26, 61, 78, 82, 
86, 87, 89, 101, 104, 
108, 109, 111, 123, 173, 
185, 207 n., 335. 

SUDREAU Pierre, 123, 

123 n. 

SUHREN, 86, 104, 181. 
TAINE Hippolyte, 52. 
TEDESCHI(M"> S ), 162. 
TÉMOIGNAGE CHRÉTIEN, 

130. 

TEMPS MODERNES (LES), 
38 n., 50 n., 51 n. 
THÉOLLEYRE Jean-Marc, 64, 
65. 

TILLION Germaine, 25, 27, 
27 n., 74, 77, 80, 86, 
206 n. 

TOPF UND SÔHNE (Entreprise), 
107, 109. 

TOULAT P. (Abbé), 102. 
TRAVAILLEUR DE BELFORT 
(Le), 129. 

TREBLINKA, 26, 36, 87, 
106, 182, 207 n., 208 n. 
TREITE (D r ), 86, 104, 181, 
191. 

TRIBUNE JUIVE-HEBDO, 58, 
75, 79, 93. 
TROTSKI Léon, 59. 
U. D. F. (Union des démocrates 
français), 118, 123, 128. 
U. N. E. F. (Union nationale des 
étudiants de France), 1 1 8. 
UNION DES ÉTUDIANTS JUIFS 
DE FRANCE, 117, 118. 
UNION NATIONALE DES 
DÉPORTÉS INTERNÉS ET FA- 
MILLES DE DISPARUS, 337 n. 
VAILLANT-COUTURIER Marie- 
Claude, 25, 86. 
VARSOVIE (Procès de), 63. 
VATICAN (Le), 88, 105, 150, 
161,200. 
VEIL Simone, 137,328. 



VEYNE Paul, 30. 48. 
VIANSSON-PONTÉ Pierre, 63, 

66, 68, 73, 74, 77, 79, 
80, 85 n., 90, 92, 92 n., 
129. 

VICHY (Lycée de jeunes filles 
de), 50. 

VICHY (Régime de), 93, 130, 
143, 212 n. 

VICTORIAN COUNCIL FOR CI- 
VIL LIBERTIES, 160. 
VIDAL-NAQUET Pierre, 13, 
34n.,48, 135 n., 139. 
VINCENOT Henri, 330. 
VIVIE François-Xavier de, 83. 
(F.X.V.). 
VOLTAIRE, 76. 
WAHL Jean, 53. 
WALENDY Udo, 82, 156, 
212 n. 

WANNSEE ("Protocole" de), 
89. 

WEIZMANN Chaïm, 91 n., 
187, 188. 

WELLERS Georges, 18, 30, 
77, 84, 84 n., 89, 105, 
111, 164, 173, 186, 193, 

202 n., 212 n., 331, 336, 
337. 

WENNERSTRUM Charles 

(Judge), 208 n. 
WESTERBORK, 332. 
WIESENTHAL Simon, 162, 

203 n., 259, 260. 
WIESEL Elie, 35, 36 
WIRTHS, 65. 

(Ne pas confondre avec 

WIRTH du "document 

Gerstein".) 

WISLICENY, 72. 

WOLZEK, 207 n., 208 n. 

WORMSER-MIGOT Olga, 25, 

26 n., 74, 77, 80, 83, 85, 

104 n., 108, 182, 186, 

210 n. 

YEDIOTH AHARONOTH, 58, 

79. 

ZIEGLER Jean, 146. 

ZIEREIS, 86, 104, 181, 

206 n. 

ZYCIE WARSZAWY (Varsovie), 

123 n. 



Achevé d'imprimer en Avril 1980 - N° Imprimeur 75.687 - Imprimé en France - Dépôt légal - 2 e Trimestre - Année 1980 



Pour cette édition électronique, nous nous sommes permis de faire les corrections 
suivantes : 

p. 19, 1. 39 : allègrement — allègrement 

p. 21, note (5) : Sebastien - Sébastian 

p. 28, 1. 4 : Saint-Barthélémy — Saint-Barthélémy 

p. 29, 1.20 : fur — fut 

p. 29, 1. 37 : jugaient — jugeaient 

p. 32, 1. 10 : fois — foi 

p. 34, 1. 5 : ou — où 

p. 34, 1. 37 : Maspéro — Maspero 

p. 37, 1. 35 : la déportations — déportation 

p. 40, 1. 39 : nettements — nettement 

p. 62, 1. 13 : Saint-Barthélémy — Saint-Barthélémy 

p. 65, 1. 30 : Connaissent-il - Connaissent-ils 

p. 73, 1. 27 : d'ignomine - d'ignominie 

p. 87, note (i) : Rudolf - Rudolf 

p. 101, 1. 28 : l'« l'envahissant- P« envahissant 

p. 105, 1. 22 : Fiirher - Fiihrer 

p. 127, 1. 42 : dérison - dérision 

p. 135, 1. 2 : particpent - participent 

p. 135, note (a) : Maspéro - Maspero 

p. 158, 1. 10 : Fiirher - Fiihrer 

p. 160, note (66) : vicitimes - victimes 

p. 179, 1. 41 : appelerais - appellerais 

p. 200, 1. 6 : particluier - particulier 

p. 202, note 6. : intitutlé - intitulé 

p. 203, note 10. : Alltâglisches - Alltagliches 

p. 207, note 29. : ansi - ainsi 

p. 208, note 31. : zugesetz - zugesetzt (2x) 

p. 208, note 32. : Wennersturm - Wennerstrum 

p. 209, note 36. : Existens - Existenz 

p. 210, note 40. : Vermercke - Vermerke 

p. 221 , 1. 36 : ont avait vue - on 

p. 241 , 1. 28 : Marz - Marz 

p. 255, 1. 1 1 : guère - guerre 

p. 258, 1. 22 : trente ans ans - trente ans 

p. 258, 1. 36 : eux-même - eux-mêmes 

p. 260, 1. 31 : connaisait - connaissait 

p. 262, 1. 29 : jamais rien rencontré rien de tel -jamais rencontré rien de tel 

p. 266, 1. 30 : Schrifsteller - Schriftsteller 

p. 268, 1. 23 : Mobel - Môbel 

p. 268, 1. 31 : Geilseln - Geiseln 

p. 274, 1. 7 : apprendont - apprendront 

p. 281 , 1. 37 : VIL - Neu-Neu-Neu-Neufassung (...)- VI. 

p. 286, 1. 35 : Keiszersgracht - Keizersgracht 

p. 301, 1. 1 : Documents III - Document III 

p. 339, 1. 12 : Maspéro — Maspero 

p. 347, 1. 26 : Bildt « Dokumente » - Bild « Dokumente » 

Index des noms propres : Saint-Barthélémy - Saint-Barthélémy 

Index des noms propres : Wennersturm - Wennerstrum